bruno thien

Member
  • Content count

    6637
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

122 Good

About bruno thien

  • Rank
    Hyperactive member

Personal Information

  1. Au Pic du Midi et dans quelques autres endroits privilégiés....
  2. Il y a fort à parier que s'il avait voulu un 400 mm on lui aurait conseillé un 500 voire 600 mm, s'il avait voulu un 1 mètre on lui aurait conseillé un 1,5 mètres! A vrai dire j'ai été bluffé par ce sujet. Avant il se disait qu'au-dessous de 200 mm il n'y a rien à voir, maintenant c'est 400 mm! Outre le budget, il faut aussi considérer le poids et l'encombrement. Si ces derniers font que l'instrument sera rarement utilisé, alors ce n'était pas le meilleur choix. S’imaginer et rêver l'instrument c'est un bon début, le transporter et l'installer c'est autre chose. Chacun a ses propres limites. Attention aux rampes de chargement, il faut un véhicule adapté. Les possibilités d'observation avec un bon 300 mm sont presque infinies. Mais si le but est de bien voir les bras spiraux des galaxies, on arrive aux limites et le gain apporté par un 400 mm sera appréciable.
  3. Secrétan 110mm et 1650mm de focale

    Elle est superbe! Merci pour le partage.
  4. Zeiss Iena APQ: le retour !!!

    Une excellente nouvelle! Par contre, le prix annoncé de la 150, çà calme....
  5. que vaut cet ancien setup ?

    Sachant que le miroir est en Pyrex, et vu tous les accessoires fournis, j'aurais dit que 600 euros est un très bon prix pour l'acheteur. Mais vu le poids et l'encombrement, il va être difficile de trouver un acheteur, quelque soit le prix demandé. Si j'avais un tel instrument je serais tenté de le garder plutôt que d'en tirer bien moins que sa valeur réelle.
  6. Partant de l'impression que mes barlow Celestron Ultima et Meade S4000 grossissent bien plus que 2X avec mes oculaires Baader Eudiascopic et orthoscopiques Baader Genuine, j'ai chronométré le temps de passage dans le champ d'une étoile proche de l'équateur céleste, avec les différentes configurations, afin de voir exactement ce qu'il en est. Verdict : quelques soient les oculaires utilisés, la Celestron grossit 2,3X et la Meade 2,5X (à +/-0,05X près). Le grandissement d'une barlow dépendant de la distance entre l'optique de la barlow et le plan focal de l'oculaire, et la distance entre le haut de la douille et le plan focal des oculaires pouvant varier d'une gamme à l'autre, on peut s'attendre à des résultats légèrement différents en utilisant d'autres gammes d'oculaires.
  7. Des LED partout...

    Les mots me manquent pour décrire mon dégoût! Ces serres éclairées la nuit, c'est un crime contre l'environnement, et une agression permanente envers les riverains. Je ne suis pas juriste, mais vu le niveau d'intrusion de ces lumières, il doit y avoir moyen de stopper tout çà, non? Estampillé bio ou pas, de la merde reste de la merde. Le seul avantage c'est que ces tomates sans goûts ne contiennent pas de poison et que les eaux et les sols n'ont pas été empoisonnés davantage. Mais les dégâts engendrés par ces lumières nocturnes sur la biodiversité n'ont rien à envier à ceux engendrés par les pesticides! A noter qu'en agriculture bio, le premier niveau est le label européen, qui est très laxiste. L'emploi de pesticides de synthèses est interdit, ce qui est mieux que rien, mais tout le reste est autorisé, dont les serres éclairées la nuit. Le label français AB est bien meilleur, mais les meilleurs labels sont ceux de la biodynamique (Demeter par exemple), qui impliquent une production qui utilise les atouts de la nature plutôt que de lutter contre la nature, dans l'esprit des pionniers du bio plutôt que dans celui d’opportunistes dans le seul but est de prendre leur part du gâteau d'un marché en pleine expansion.
  8. Des LED partout...

    http://lvserres.com/mes-serres-vues-du-ciel-la-nuit/
  9. Idéalement, je voudrais un excellent télescope de 1 m monté en équatorial sous une coupole, dans un endroit dénué de toute pollution lumineuse. Mais la réalité est parfois très amère! Si le gros télescope est lourd, il va être contraignant à transporter et sera du coup peu utilisé. Et pour donner des images à la hauteur de son diamètre, il va falloir une bonne qualité optique et une excellente qualité mécanique (plus le diamètre augmente moins c'est évident), une bonne maitrise, et un bon ciel. J'utilise principalement des lunettes de diamètre modeste. Certes, c'est bien insuffisant pour résoudre les amas globulaires ou voir les bras spiraux des galaxies, mais il y a déjà de quoi faire. M51 montre 2 petites boules floues noyées dans un grand champ d'étoiles. Certains diraient qu'il n'y a aucun intérêt puisqu'on ne voit pas les bras spiraux. Mais ce n'est pas moins bien ni mieux, c'est juste différent. Il faut déjà en vouloir pour exploiter à fond une lunette de 80 mm, il y a de quoi faire. Ce genre d'instrument est sans prise de tête, toujours prêt à observer car facile à transporter et à mettre en œuvre, et très rapidement mis en température.
  10. Takahashi Starbase 80 (et origines)

    C'est une bonne nouvelle que Takahashi, un constructeur parmi les plus prestigieux qui n'a pas besoin de ceci, mette sur le marché des instruments de qualité supérieure pour débutant ou amateur à petit budget!
  11. Pour optimiser le contraste et la transmission lumineuse, il y a les plössl Televue et les Abbe Takahashi. En occasion, il en existe bien d'autres. On peut toujours discuter des quels sont les meilleurs, mais entre ce genre d'oculaires les differences sont subtiles. Si tu ne vois pas de gain entre tes Nagler et des plössl Televue, alors tu n'en verras pas non plus avec n'importe quel autre plössl ou ortho de bonne facture, et tu pourrais donc continuer avec tes Nagler!😁
  12. C'est quoi le problème avec Meteoblue ?

    Je ne peux pas juger de la fiabilité de la prédiction de la turbulence sur Meteoblue, car les conditions locales ne sont bien évidemment pas prises en compte, et qu'elles jouent énormément sur mon site d'observation principal. Pour mercredi soir dernier, Meteoblue annonçait au Nord de la Suisse également, une turbulence très faible. J'étais parti pour faire un ciel profond mais la transparence exécrable ne m'a pas permis de faire ce que je voulais (nouvelles cibles dans la Balance). Vers 1:00 (il faisait encore 25 degrés) je pointe Jupiter à la lunette de 120 mm, sans grande conviction. Mais j'ai bien fait, l'image était extraordinairement bien détaillée, avec notamment 4 bandes et des détails dans les régions polaires. Les 4 satellites étaient de petites billes! Quant à Saturne, elle flottait littéralement dans l'espace. Quelle merveilles! De telles conditions sont extrêmement rares pour moi. Je précise que j'habite dans un village, que j'observe depuis un balcon (non couvert) et que j'y ai fait couler un peu eau durant la journée pour éviter d'accumuler trop de chaleur;)
  13. Nouveauté Vixen

    Elle est annoncée depuis l'année dernière déjà. Moins bien qu'une Takahashi mais encore plus chère, je ne vois pas l'intérêt! De plus, la limite psychologique des 60 mm est rabotée de 5 mm!
  14. Anciens oculaires

    C'était pour faire plaisir à leurs copains qui ont acheté des boites pour pouvoir spéculer quelques années plus tard!
  15. Avec Takahashi tu payes l'excellence de la fabrication, avec les Chanel, Herpes et autres tu payes la marque! Une bonne vielle 60 mm à f/15 de qualité ferra sans doutes tout aussi bien en planétaire et à peine moins bien en ciel profond (les traitements des lentilles ont évolué depuis) pour une fraction du prix. Mais les Takahashi sont davantage transportables et polyvalentes.