maire

Member
  • Content count

    5438
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 40183

Community Reputation

249 Excellent

About maire

  • Rank
    Hyperactive member

Personal Information

  • Hobbies
    Astronomie visuel et construction de dobsons
  • Adress
    68910 LABAROCHE
  • Personal website
  • Instruments
    T300 F/4 monobras + Nagler 2,5mm, Ethos 4,7mm, Nikon NAV 12,5mm HW, Pentax 23mm XW + Parracor Type II + filtre OIII Lumicon 2" de première génération sélectionné sur choix de bande passante optimale. Oculaire collimation Takahashi. Ronchi. Outil de collimation préféré: La Polaire. Table équatoriale SD. Aide au pointage Nexus

Recent Profile Visitors

11903 profile views
  1. Je ne sais pas si c'est un argument... la vie est courte! Mais bon l'option (en tant que très ancien possesseur de FS102 sur monture taka) c'est bien mais pas suffisant même quand on fait que de l'imagerie (je précise que je fais que du visuel). Une petite lunette de 100mm de petit diamètre ne peut donner que ce qu'elle peut! Quitte à faire de l'imagerie top moumoute je ne choisirais absolument pas l'option lunette (qui est certes un bel objet mécaniquement et optiquement intéressant...) mais plutôt un Epsilon 130 ou 180 (là en version neuf on dépasse clairement le budget...) de chez taka. Je ne fais pas de pub mais on est sur une valeur sûr... qui durera moins de 5 minutes à la revente sur les PA
  2. Seeing - meteoblue

    C'est dans cette gamme de vitesse qu'arrivent fréquemment les vents dominants venus de l'Océan Pacifique pour attaquer la cordillère des Andes au Chili. L'écoulement des flux d'air y est très laminaire (c'est une qualité que confère une surface en eau de grande emprise géographique et pour ça le Pacifique y a pas mieux:). D'où l’extrême qualité du site en termes de seeing. C'est pourquoi à notre modeste niveau, il peut être aussi intéressant d'observer à proximité d'un lac de montagne avec l'écoulement des flux d'air qui ont traversé le lac entier pour finalement arriver vers les-la-le astronomes amateurs L'atmosphère peut être vu comme un millefeuille instable et dont les couches ne se comportent pas toutes de la même manière! Sinon ce serait trop simple. Avec notamment comme tu le mentionne des cisaillements de vent (--> qui génère une zone de forte turbulence et là il peut aussi avoir des secteurs du ciel ou c'est moins prononcé). En tant que pilote de planeur, on sait ce qu'est un cisaillement de vent car c'est assez sensitif... C'est une expérience empirique qui vaut ce qu'elle vaut car je ne suis pas physicien de l’atmosphère
  3. Seeing - meteoblue

    Tout à fait! En temps que pilote de planeur (et astronome amateur parfois...) , je confirme que cela a un grand intérêt pour nous car nous recherchons les ascendances thermiques, les phénomènes thermo-dynamiques ainsi que les systèmes ondulatoires (Ce dernier point est très important car cela concerne les flux laminaires en haute altitudes par vent fort et bien établi à proximité d'un relief ou d'un accident géomorphologique). Je n'ai pas cette abonnement, on consulte d'autre sites spécialisés pour cela via un abonnement ou non. On utilise notamment la météo des parapentistes. En gros les préoccupations des astronomes amateurs sont assez voisines de ceux ou celles qui apprécient bien connaitre l'aérologie de toutes les couches atmosphériques. Par exemple un pilote de planeur profite parfois de la restitution de chaleur en fin de journée juste à la disparition des ascendances. Cette restitution peut se prolonger en début de nuit... ainsi une "turbu de merde" à l'oculaire... peut s'éteindre vers minuit selon le choix des sites (leur répartition géographique, les sols qui restituent de la chaleur plus que d'autres... etc. Bienvenue dans un monde de complexités! (Mais c'est aussi ce qui en fait l'intérêt...) Sinon je m'étais inspiré justement d'un ouvrage sur la météo du vol à voile pour écrire un article sur " La météorologie de l'astronomie amateur" pour Astrosurf Magazine. De mémoire, il s'agit des n° 5,6 et 7. Ce n'est plus tout jeune et depuis beaucoup d'eau est passé sous les ponts. Donc il peut y avoir des trucs un peu dépassés dedans. On était au tout début des premiers modélisations de Meteoblue qui était déjà en pointe à l'époque sur cette question (un peu plus d'une dizaine d'années).
  4. Seeing - meteoblue

    Tout à fait, mais si il y a une éclaircie, on pourrait bien avoir un seeing de malade dans un trou de ciel bleu! Donc le modèle de seeing de Meteoblue reste utile même avec un ciel couvert partiellement (souvent le ciel de traine après le passage d'un front chaud)
  5. Seeing - meteoblue

    Disons qu'à la rigueur on peut l'utiliser... J'ai utiliser le terme "seeing" car j'étais fatigué... Sinon je suis plutôt genre à utiliser le français le plus possible! (sauf à m'adresser à des interlocuteurs exclusivement anglophones), mais c'est une autre question.Le mot scintillation passe bien en français. En visuel, estimer la turbulence (arf un mot français! ) peut aussi se faire si on dispose d'un instrument avec une optique digne de ce nom. Si un observateur lambda observe avec une lunette apo de 150mm et que la figure de diffraction est visible alors le r0 estimé sera de 150mm si en utilisant un diamètre supérieur comme un T250, on estime que l'on voit bien de la turbulence à l'oculaire (de courte focale). Cette turbulence s'apprécie sur l'échelle de Pickering estimé entre 0 et 10 https://www.astreos.eu/estimer-la-turbulence-echelle-de-pickering.html Si j'observe la Polaire à fort grossissement au T600 (ce que j'ai fais souvent par le passé...) et que j'ai 5/10 sur l’échelle de Pickering le r0 pourra être estimé à 300mm, ce qui est déjà très bien pour une soirée d'observation sur un site dit "non-exceptionnel" . Nous ne pouvons pas tous forcément nous déplacer systématiquement en haute montagne
  6. Seeing - meteoblue

    J'ai observé quelques années en Ariège (Prat d'Albis, Col d'Agne, Beille, etc), les tendances meteoblue toujours bonnes!
  7. Seeing - meteoblue

    En général le site météoblue est plutôt bon et constitue un bon indicateur. Un fort courant jet, (qui est plutôt laminaire) ce n'est pas forcément corrélé à un seeing dégradé. Il ne faut pas oublier que le seeing est le résultat de la traversée de la lumière d'une étoile à travers un millefeuille atmosphérique. La dernière couche près du sol dépend d'énormément de facteurs: ascendances thermiques en journée à partir du milieu de matinée (à prendre en compte pour le solaire), géomorphologie du lieu créant des ondulations dans la circulation de la masse d'air, brises de vallée en montagne, restitution thermique en début de nuit surtout en été et selon la nature et l'albedo du sol, lisière de forêt, la présence d'un lac sous le vent, etc... L'indice meteoblue peut donc plus ou moins bien coller selon que l'on se déplace de quelques centaines de mètres...
  8. Projet intéressant... Comme j'ai observé régulièrement au Port de Lers et au Col d'Agnes (le ciel peut y être très bon). Très bons souvenirs! Bon n'y suis plus, j'ai déménagé depuis 2020... Mes encouragements
  9. Recherche Miroir secondaire petit axe 63mm adaptable sur télescope Newton. Faire proposition
  10. PO Crayford

    PO Crayford démultiplication 1/10 capable d’accueillir oculaires 2 pouces. Etudie toutes propositions
  11. Choix final achat dobson 400

    je vais peut-être aller à contre courant... mais le club, ouais... je dirais c'est bien pour socialiser mais pas déterminant dans tous les cas pour l'observation ! J'ai même un avis personnel encore plus tranché sur la chose... mais la question n'est pas là puisqu'il faut aider un quidam à faire le meilleur choix. Après même si c'est un T200, les meilleures moments du débutant et façon de progresser c'est quand tu galères tout SEUL au milieu de la nuit à comprendre où sont positionnés les astres en manuel (parfois perturbé par le passage d'un blaireau à la lisière de la forêt), à collimater l'instrument, à le ranger... (ben oui ça ce range un instrument, cela participe à son appropriation), prendre du plaisir à perdre du temps et quelques fois à jubiler à la beauté simple de ce qu'on voit à l'oculaire ou simplement avec ses yeux. Maintenant, sans doute comme cela a été dit un T300 est le meilleur compromis...
  12. Choix final achat dobson 400

    Oui tout à fait. Jusqu'à il y a environ 2 ans ils étaient 40% moins cher!
  13. Choix final achat dobson 400

    On les garde... j'ai acheté un Nikon NAV 12,5mm 100° sur les PA... et ne le revendrait jamais car au dessus de TV. Par contre des TV j'en ai revendus quelques-uns... J'en garde que 2: le Nagler 2,5mm (qui ne se fait plus... ) et l'Ethos 4,7
  14. Il y a 40 ans !

    C'était de la diapo Fuji 50? Un fameux film...
  15. Choix final achat dobson 400

    Pas nécessairement. Je connais des Vendéens qui ont de très bonnes conditions d'observation et pourtant la basse altitude, ils connaissent. Oui il faut simplement un site ou l'écoulement des filets d'air approche le laminaire. En montagne cela peut être très bon mais aussi très mauvais en fonction des conditions orographiques du lieu. La Vendée a proximité de la mer et dans un terrain dégagé sans micro-reliefs c'est certainement très bien.