astrocomets

Member
  • Content count

    474
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by astrocomets

  1. Eclipse de Lune pénombrale le 10.01.20

    En voila une autre prise avec un Alpha 7R au foyer d'un C90 sur pied photo à 19h20 UT à travers les nuages qui défilaient. 16 poses de 1/60ème de sec en 400 ISO compositées en pile médiane pour faire disparaître les nuages (mais pas la turbulence). Vivement la prochaine. Bonne nuit. Philippe.
  2. Sinon pour Prisches, je ne m'interdit pas de monter vous rendre visite et d'évoquer pas mal de souvenirs. Tu peux même te l'autoriser et ce sera un grand plaisir que de t'y recevoir avec Régine et d'autres intéressés s'il y en a. Si c'est dans quelques mois et avec un peu de chance, les 3 premières coupoles seront opérationnelles en plus du C14 et de l'Obsession 18".
  3. Salut Stéphane, Le Schaer était effectivement devenu la propriété du regretté Patick Fuentes quand Pierre a vidé sa cave lors des dernières éditions de l'Euro Astro aux Gaillons. Celui qui était du côté d'Amiens, c'est le second 400 qui était sous la coupole de 4m et qui, lui aussi, va être réinstallé à côté du Schaer mais non sous sa coupole d'origine très vulnérable aux intrusions, mais sous une Ash Dome de 4m de diamètre. Ce 400 est exceptionnel par sa mécanique (monture à berceau et tube réalisés par Manent pour son premier propriétaire : l'amiénois Louis Caudron. c'est une excellente initiative. Tout comme le fait de continuer à faire vivre les Euro Astro (qui portent ce nom depuis les rassemblements de Redu en 1986 et Sedan l'année suivante. Dommage que la Pentecôte soit aussi le moment de la plus importante fête populaire de l'année à Prisches car cela m'interdit de vous y retrouver.
  4. Bonjour Yves, Si les fêtes de fin d'année te rapprochent du Nord cette année encore, tu peux même y revenir. Amicalement. Philippe.
  5. Bonjour à tous, Merci Séverin pour cet évocation de ce lieu de rencontre de toutes les formes d'astronomie et bonjour à Régine et Stéphane. Effectivement, la Barbote est l'un des trois observatoires créé par Pierre Bourge et celui ci va reprendre du service sur le site de l'observatoire Charles Fehrenbach où, sous la coupole d'origine construite en 1956 va reprendre place le télescope Schaer de 400mm ouvert à 3 qu'elle a abrité à Saint Aubin de Courteraie. L'idée est de marquer le 100ème anniversaire de Pierre Bourge en août 2021 par cette renaissance. Ce qu'a oublié de préciser Séverin, c'est que l'observatoire est ouvert à tous, qu'on y joue actuellement avec un C14 et un Obsession 18'', que sous peu les 3 premières coupoles vont commencer à fonctionner et qu'en plus d'héberger les camping car il y a 6 couchages possibles à l'étage du bâtiment d'accueil. Pour en savoir plus : http://www.astrosurf.com/obscf/OBSCF/OBSCF.html Bonne nuit. Philippe Morel.
  6. Un Mercure avec de l'échantillonnage. C'était le 8 novembre 2006 depuis Los Angeles avec les grands moyens qu'on ne pourrait plus déplacer par avion aussi facilement aujourd'hui (Solarmax 90 BF30 qui n'a fait que le retour sur 90mm de diamètre et 600mm de focale + Barlow X2 + Tracker III + Atik 1HS et l'ordi qui va avec) ... c'était le bon temps !
  7. Bonsoir à tous, ... et merci pour vos encouuragements et à Valère pour ce qu'il a déjà pu faire avec cette matière première pas facile à travailler. Effectivement, la turbulence était importante surtout au début et durant la 4ème heure et, curieusement, moins à 2° sur l'horizon au-dessus des nuages qu'au début près du méridien, preuve supplémentaire montrant que ciel coronal, même en altitude et relief sont rarement synonymes de stabilité. Cependant, en bord de mer c'était pire encore. Sur le compositage 10min/10min Mercure apparait mieux car il n'y a pas eu de compression et les images ont subi une double soustraction de flou gaussien + rééquilibrage des niveaux pour contraster au mieux sans saturer le "fond de Soleil". Comme proposé à Valère, je peux transmettre le crop des images non compressées., ce qui facilitera bien les choses. Il y en a "seulement" pour 3,84Go Cristian a écrit : Pour moi, j'ai réussi à voir le deuxième contact intérieur. Très belle image en effet mais s'agissant d'un passage quasi central, sur un Soleil sans détails auquel se raccrocher, difficile d'aller à l'échantillonnage et de garder un morceau de limbe pour aligner les images autrement qu'au jugé ou par le calcul, donc, hors observation réelle. Philippe.
  8. Petit film sur le passage de Mercure...

    Salut Valère, Comme d'habitude, superbe montage et musique collant au mieux aux images. Tu as probablement été l'un des plus chanceux de l’hexagone. Sur notre perchoir au-dessus des nuages tu aurais probablement été aux anges. Bon Soleil. Philippe Morel.
  9. Un passage de Mercure complet et sans nuages.

    La sortie de Mercure à environ 2° de hauteur.
  10. Bonsoir à tous, L’opportunité d’observer un passage de Mercure étant peu commune et le ciel de novembre donnant de chez nous une probabilité d’observation quasi nulle il était évident qu’une fois encore il fallait se sauver pour ne pas rater cet événement et tant qu’à faire, vers une destination où l’ensemble du phénomène était visible. En la circonstance, le meilleur rapport distance/ qualité de l’observation était l’île de Tenerife et, de fait, hors arrivée ou stagnation de dépression c’était du zéro nuages assuré au-dessus de la couche d’inversion, donc, sur le plateau faisant la base du Teide placé entre 2000 et 2300m d’altitude et très facile d’accès pas la route. Cette image ne composite qu’une toute petite partie du butin (1 image / 10 minutes) car en plus d’environ 200 images entre P1 et P2 puis P3 et P4, l’intervallomètre a joué durant 5h29 au rythme d’une image toutes les 30 sec. Comme il fallait du léger et de la focale j’ai sortie deux « collectors » : un C90 de 1000mm de focale et une Barlow Clavé X2 amenant l’ensemble à 1454mm de focale. L’ensemble et le boitier Sony A7R était monté sur une Star Adventurer. Seul traitement sur le compositage, un passe-haut de 6,2 pixels. Philippe Morel.
  11. Un passage de Mercure complet et sans nuages.

    Et oui, depuis le temps que l'on dit qu'il est plus facile, plus certain coté nuages et moins cher d'aller à La Palma que dans certains rassemblements du sud est... Ces rassemblements du sud-est sont le pied pour les astrophotographes champ moyen et large et aussi et surtout pour retrouver les copains et copines mais question stabilité des images, hors des sites à plus de 2000 m d'altitude en visuel pour qui ne souffre pas de l'altitude et à l'évidence aussi pour les photographes, c'est bien meilleur hors zones de montagnes même si le contraste de base est bien moindre. Quant à emmener à La Palma ou ailleurs du diamètre en respectant un minimum les contraintes optiques et mécaniques c'est de moins en moins facile, de sorte que, sans hésitation, je préfère de très loin jouer du gros cube dans ma brousse en plaine à la fois éloignée des villes et à la grande stabilité des images et voyager léger ou emprunter des installations dignes de ce nom à l'autre bout du monde. J'espère que tu y retourneras pour le ciel ! Assurément puisque j'ai un billet d'entrée pour installer un astrographe à grand champ en remote à l'observatoire de La Palma. Pour cette fois c'était la quasi Pleine Lune mais on ne pouvait pas demander à Mercure de passer 15 jours avant ou après. Philippe.
  12. Un passage de Mercure complet et sans nuages.

    Ambiance plutôt volcanique côté nord est (le Teide) et côté sud ouest juste après le dernier contact.
  13. Un passage de Mercure complet et sans nuages.

    Merci à vous tous. Valère, bien sur que ta proposition m'intéresse d'autant qu'un des amis a fait pas mal de photos et vidéo d'ambiance. Seul problème : c'est du très lourd (658 images de 36 Mpix). Je peux les déflatter et les sortir en .fit ou t'envoyer les brutes RAW+les images d'offsets et de flats à la chinoise par plusieurs envois We transfer ... à moins que tu ne préfères nous rejoindre à l'observatoire Charles Fehrenbach le 30/11 pour notre journée annuelle d'astro-imagerie, laquelle sera entièrement consacrée à Siril en présence d'un de ses concepteurs. Auquel cas, le transtert de DD à DD serait bien plus simple. Si d'autres que toi sont intéressés par cette journée tous les passionnés y sont bienvenus même si un grand nombre de participants pourrait nous poser de menus problèmes d'intendance. http://www.astrosurf.com/obscf/news/ASTRO_INTER_CLUB/2019/AICCF2019.html
  14. Un passage de Mercure complet et sans nuages.

    Bonsoir Sauveur, En fait de vacance ça a été du court car départ le 8 et retour le 13. Nous étions 7. 2 m'ont accompagné sur le lave du Teide ... et les 4 autres sont restés en bas à Puerto Santiago, préférant un passage de Mercure au bord de la piscine face au Soleil jusque l'horizon mais face à l'île de la Gomera. Ils nous ont rejoint en laissant tourner leurs manips toutes seules pour le coucher de Soleil sur la mer de nuages avec en prime un furtif mais éclatant rayon vert. De Tenerife j'avais l'image d'un piège à touristes sans intérêt hormis son volcan et son observatoire mais la réalité est toute autre avec des paysages somptueux et une architecture très variée et de toutes les époques ... en plus de l'ambiance espagnole rappelant aussi très souvent l'Amérique du Sud. Côté ciel : aucune diffusion sur le plateau mais le voisinage de la Pleine Lune est une invitation à retourner de nuit sur l'île d'à côté car protégée des nuisances lumineuses (la Palma) d'ailleurs visible depuis notre site d'observation du passage.
  15. Chicxulub

    Pas loin de chez moi se trouve la ville de Montreuil sur mer qui, vers l'an 1300 se trouvait au bord de la mer et qui, de nos jours, s'en et éloignée de 15 km. De l'an 1000 jusque vers 1350 il y a eu un réchauffement climatique d'origine non volcanique ... et non automobile... Affirmer que le réchauffement actuel est uniquement le fait de l'humanité est quoi que vous puissiez en penser et quoi sue le GIEC puisse en penser, un raccourci que tout esprit scientifique digne de ce nom ne peut prendre eu égard à la tonne de paramètres à prendre en compte et que nous ne maitrisons pas et eu égard à la survenue de phénomènes similaires, quoique moins brutaux dans le passé. Cela dit, toute initiative visant à réduire ce réchauffement ira, à l'évidence, dans le sens de la sauvegarde de la planète. Le CO2 est loin d'être le pire des gaz à effet de serre, le problème majeur est qu'il stagne longtemps et que c'est celui que nous dégageons le plus.
  16. Chicxulub

    Une référence : Impact du volcanisme sur le climat passé et présent de la TERRE Michel DETAY dans LAvE N° 162 - MAI 2013 Si le CO2 était le principal gaz à effet de serre alors OK mais le SO2 bien plus toxique et très peu rejeté par l'humanité mais beaucoup plus par le volcanisme et il est curieusement "oublié" dans le rejet de gaz à effet de serre global de la planète.
  17. Chicxulub

    Climatosceptique ??? Non, seulement climato-réaliste. Quand on additionne environ 200 ans d'augmentation marquée de l'activité volcanique aux conséquences de 4 maxima d'activité solaire très intenses (69-70, 79-80, 90-91, 00-01) difficile d'affirmer que la seule origine de l'actuel réchauffement climatique est humaine, mais quitte à créer un nouveau besoin économique autant l'orienter vers le renouvelable ... à condition que le bilan carbone de ces initiatives ne dépasse pas l'actuel. Le dégagement de gaz à effet de serre de l'humanité en un an c'est l'équivalent d'une éruption volcanique de moyenne importance et on en compte actuellement environ 30 par an donc tenter de gagner 3% du dégagement des gaz à effet de serre est des plus louable mais à la réelle solution de ce problème seule Dame nature détient la vérité.
  18. Chicxulub

    Et pour les idolâtres du GIEC, la température moyenne de notre planète lors de l'extinction de ces bestioles était de 14° supérieure à ce que nous connaissons actuellement ; trappes du Deccan obligent. Quant à la dimension de l'impacteur, il a été estimé en fonction du taux d'iridium retrouvé dans la couche KT et sur le modèle d'un astéroïde métallique hors, surprise, les spinelles nickellifères de cette couche sont très rares, laissant supposer qu'il s'agissait plus probablement d'une chondrite. La découverte récente de trois autres cratères datant le la même époque laisse penser à une chute multiple. Quant à la disparition de ces bestioles il y a eu l' (les) impact(s) et l'élévation de chaleur qui s'en est suivie durant plusieurs heures (de 3000 à 150°C selon l'endroit, les incendies allumés par la retombée des ejecta, les tsunamis conséquence des séismes estimés à la mag 11 et les pluies acides qui ont eu raison de la végétation éventuellement rescapée. Le Deccan qui crachait depuis plus de 5000 ans n'a fgait que faire empirer la situation ... et malgré tout cela des dinosaures volants ont survécu, raison pour laquelle les oiseaux se sont développés. En juin dernier et dans le cadre de l'exposition "Destination Lune" qui vient de se terminer, nous avions reçu Thierry Juteau, l'un des géologues spécuialiste mondial de la couche KT. Sa conférence est au bout de ce lien : Philippe Morel. Si, comme moi, cet épisode de l'histoire de la Terre vous passionne, une visite sur la plage de Zumaia près de Bilbao s'impose car, en plus de la couche KT, on y trouve les strates du Danien (première époque du tertiaire juste après le dépôt de la KT) ordonnées selon les trois cycles planétaires décrits par Milutin Milankovitch.
  19. Au delà de ce Nobel qui nous ravit tous au terme de 24 ans d'attente et s'agissant de Michel Mayor, il récompense une personnalité aux grandes qualités humaines. Ce dernier a toujours été très proche des amateurs et sa très grande gentillesse fait l'unanimité. J'ai l'honneur de le compter depuis plusieurs années au nombre des membres du comité de soutien de mon observatoire preuve d'une grande disponibilité malgré ses occupations multiples. Philippe morel.
  20. Bonjour à tous, La même éclipse totale de Soleil du 2 juillet au terme (pour l'instant) de nombreuses heures de traitement. Elle a été réalisé au sud ouest de Bella Vista (Argentine) avec, à l'exception des 2 boitiers photo, un matériel d'ultra base récupéré aux petites annonces pour un total de moins de 400 euros. Il s'agit du compositage précédent de réalisées avec deux téléobjectifs MTO500 de 500mm de focale ouverts à 6,3. 57 images privilégiant la couronne interne et moyenne ont été prises au moyen d'un boitier Sony A7R et 46 images de couronne externe au moyen d'un boitier Sony Alpha 7S. L'ensemble était auto équilibré sur une monture Star Adventurer. Traitement par gradients rotationnels combinés de 10°, 5° et 2°. 73 images compositées complété de 62 images traitées en itération de 3 soustractions de flou gaussien de 20 pixels. L'ensemble de ce traitement a été réalisé avec Photoshop CS6. Bon Soleil ... en attendant la prochaine. Philippe Morel.
  21. Bonsoir les astrams, Comme en 2017, mon image de l'éclipse du 2 juillet s’est fait attendre un mois après le retour et pour cause : 103 images élémentaires en triple gradient rotationnel = 103 gradients de 2°, 103 gradients de 5°, 103 gradients de 10°, 412 compositages dont 57 au blink sur des éléments de couronne et 46 plus faciles avec confirmation du bon positionnement sur 2 étoiles (miracle, il y en avait deux seulement visibles sur les expositions longues !) et un nombre certain de dérotations. Tout cela prend beaucoup de temps. J’ai utilisé sur une Star Adventurer 2 téléobjectifs MTO500 de 500mm de focale ouverts à 6,3. 57 images (la basse et moyenne couronne) ont été prises sur Sony A7R (36Mpix) et les 46 autres (couronne externe) sur Sony A7S (12.2Mpix). Ce fut une très belle éclipse sans aucun nuages mais à 12° au-dessus de l'horizon avec pas mal de turbulence, donc, avec des ombres volantes très spectaculaires. Nous étions 3 échappés d'un groupe de 22 que nous avons monté et nous siommes postés sur la ligne de centralité au bord de la N149 au sud-est de Bella Vista en Argentine. Philippe Morel.
  22. Merci à vous. Pour les détails radiaux, je suis en train de jouer en HDR pour tenter de les faire apparaître. C'est le second volet de ce traitement mais comme cela prend aussi beaucoup de temps, j'ai préféré poster celle ci en "hors d'oeuvre" en attendant l'image finale.
  23. A ce jour (3 juin) se sont joint au Festival du Soleil-Journées Pierre Bourge 2019 : Constantine (Algérie) : Association Sirius (22 juin) Florange (57) : club d’astronomie 51 Pegasi b (23 juin) Fernay Voltaire (01) : ORION club d’astronomie du Pays de Gex (22 juin) Château Observatoire d'Abbadia à Hendaye (64) : Société Astronomique de la Côte Basque (22 juin) Houmt Souk (Tunisie) : Association Jeunes Science, club de Djerba (15 et 22 juin) Jeu les Bois (36) : Association astronomique de l’Indre (22 juin) Lagarde d'Apt (84) : Observatoire Sirène (23 juin) Les Paroches (55) : Association Sammielloise d'Astronomie (22 juin) Prisches (59) : Astro Club de France, Observatoire Charles Fehrenbach, Astro02, CNABH, Club d'Astronomie Caudrésien (22 et 23 juin) Rouen (76) : Observatoire Populaire de Rouen (22 juin) Saint Aubin de Courteraie (61) : association Les Amis de la Cité du Cosmos (23 juin) Tunis (Tunisie) : Société Astronomique de Tunisie (23 juin) ... et si vous souhaitez nous rejoindre il n'est pas trop tard.
  24. Pour la cinquième année consécutive va se dérouler le samedi 22 juin et le dimanche 23 juin 2019 le Festival du soleil – Journées Pierre Bourge. Le but est d’inviter gratuitement le public à venir au contact de clubs et associations d’astronomie pour y découvrir non seulement le Soleil sous tous ses aspects mais aussi les beautés du ciel d’été et ce, dans une ambiance conviviale et festive. Ce Festival multi-sites coordonné par l’Astro Club de France rend aussi un hommage annuel à Pierre Bourge (1921-2013), fervent observateur du Soleil et des éclipses mais aussi très grand popularisateur de l’astronomie, disparu le 21 juin il y aura bientôt 5 ans, raison pour laquelle le Festival est organisé le samedi et le dimanche les plus proches du 21 juin. Tout club, association et groupe de passionnés sera bienvenu ; l’essentiel étant de multiplier le nombre des initiatives afin de permettre le plus large accès possible au public. Aucune consigne n’est donnée quant au contenu des animations, l’essentiel étant que chaque entité propose ce qu’elle maîtrise le mieux. Les associations ne pouvant se rendre disponibles les 22 et 23 juin peuvent aussi rendre cet hommage à Pierre Bourge entre le 15 juin et le 1er juillet. Nous vous attendons donc nombreux pour cette fête de l’astronomie à l’image de celles qu’affectionnait Pierre Bourge. La page web du Festival : http://www.astrosurf.com/obscf/news/FDS/FDS2019/renseignements_FDS.html Pour vous inscrire gratuitement : http://www.astrosurf.com/obscf/news/FDS/FDS2019/formulaire.doc Dans l'attente de vous y retrouver en nombre.