Christophe Lehenaff

Member
  • Content count

    163
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1
  • Country

    France

Christophe Lehenaff last won the day on December 6 2021

Christophe Lehenaff had the most liked content!

Community Reputation

479 Excellent

1 Follower

About Christophe Lehenaff

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Hobbies
    Astronomie, photographie, VTT
  1. Mon futur T1000 :-)

    Le voilà donc ce fameux miroir ! 😉 Quelle aventure en tout cas... Tu mérites vraiment que ce projet aboutisse dans les meilleures conditions. Vivement la première lumière.
  2. N'y allez pas !

    Moquez vous... mais moi je suis très inquiet pour Roland : le film ne fait que 10 millions de $ en première semaine aux USA, et avec un budget de 140 millions c'est mal barré pour la rentabilité !!?? Si le reste du monde n'accroche pas alors que le film est visiblement très réussi, le réalisateur ne pourra sans doute pas faire une ou plusieurs suites. Encore un film sur la science qui ne rencontre pas son public...
  3. N'y allez pas !

    Ce film met plutôt l'eau à la bouche... hé, hé ! Du Roland Emmerich pur jus qui depuis 25 ans refait toujours et encore le même film avec les mêmes personnages, le même scénario et la même fin ! Il est très fort le bougre ! J'ai hâte d'acheter mon ticket de cinéma !
  4. Igor a rejoint son frère...

    Je suis très triste ce soir. Ils étaient hors normes sur de nombreux plans, et c'est aussi cela qui faisait leur charme et leur outrancière renommée scientifique. Malgré tout ce que l'on a dit d'eux et ce que l'on dira encore, il restera pour moi l'impatience et le bonheur que j'avais quand, adolescent, j'attendais que débute leur émission. De nombreux jeunes sont devenus passionnés grâce à eux. Et ça ça restera. Condoléances à leurs proches.
  5. Aurores boréales par les "photographers of the year" !

    Tu touches un point sensible concernant ce genre d'images primées dans des concours. C'est clair que des fois - voire même souvent - on reste dubitatifs face à certaines images juste impossibles à obtenir sans bidouille : une première exposition par exemple pour avoir le premier plan net/ou correctement exposé, et une seconde pour avoir le ciel aussi bien exposé. On voit aussi parfois de la surimpression dans les aurores elles-mêmes, ou des images visiblement réalisées à plusieurs heures d'intervalle. Des artifices qui, bien sûr, ne sont pas précisés par les auteurs. Après il est clair aussi que l'astrophotographie moderne est par essence une somme de manipulations : on additionne, on retranche, on corrige, on mosaïque, on filtre, on extracte, voire même on utilise plusieurs instruments à x temps d'intervalle pour obtenir ce qu'on veut ! Pour voir beaucoup d'mages astro ou assimilées circuler, notamment dans les agences photo, je peux confirmer que ça truque parfois sec ! Maintenant, si on peut accepter ce genre de choses pour de l'illustration "normale", pour les concours c'est un autre problème...
  6. Islande : le retour en grâce ? (GROS POST)

    J'y ai effectivement pensé ! D'autant qu'on était très peu sur site (2 en fait) et que l'ambiance était du coup pour le moins irréelle ! 5D MKIV... Les images d'aurores ont été faites avec un Tamron 15-30 2.8 VC, tandis que quasiment toutes les images classiques ont été faites avec le 24-105 L IS première génération. Le gros plan sur le phoque en revanche a été shooté avec le 70/200 4.0 IS L + ext. 1,4 Canon.
  7. Islande : le retour en grâce ? (GROS POST)

    Encore merci à tous ! Dans l'article je trace les grandes lignes du séjour mais aussi les conséquences des éruptions solaires de fin octobre/début novembre sur les aurores que j'ai eues sur place. En fait la température en Islande en hiver n'est pas forcément très basse. Le pire que j'ai eu était à Þingvellir en janvier 2020, avec -14° sur site. En règle générale on tourne autour de -3/0... mais le principal problème n'est pas là : c'est le vent qui gène le plus ! Le vent est souvent fort, continu et absolument glacial ! D'où une température ressentie très basse. Cette année à Mývatn faire des photos nettes à main levée de paysage sans stabilisateur était difficile. Il faut porter des vêtements totalement coupe-vent et au maximum étanches/déperlants. En ce qui concerne les gants, je travaille la plupart du temps avec de la polaire épaisse avec les extrémités en partie coupées au niveau du pouce et de l'index : ainsi je n'ai que le bout des doigts à sortir rapidement pour appuyer sur les boutons du boitier.
  8. Islande : le retour en grâce ? (GROS POST)

    Entre 1s/5000 ISO jusqu'à parfois 10s/10 000 ISO pour les aurores faibles (non présentées sur ce fil). Toujours à 2.8 (Tamron 15-30 mm). Après, cela dépend du rendu que l'on souhaite obtenir, des premiers plans qui reflètent ou non la lumière (neige), etc. A Mývatn le problème que j'ai rencontré était la très grande vitesse d'évolution des aurores : il aurait fallu pouvoir shooter aux alentours du 1/10e s pour espérer les figer suffisamment !!! Donc difficilement compatible avec les capteurs actuels, sauf à les pousser bien au-delà de leur capacité.
  9. Islande : le retour en grâce ? (GROS POST)

    Merci à tous ! Fin août/début septembre ? Pour le tourisme pour le moment c'est calme... tant que les Chinois ne reviennent pas ! Pour les aurores il faut tout de même des nuits plutôt longues... donc la période à partir d'octobre est préférable.
  10. Chers amis, Je suis allé en Islande du 27 octobre au 7 novembre dernier pour profiter des aurores boréales et des paysages, mais aussi pour réaliser un reportage à paraitre dans notre magazine d'astronomie préféré (prochain numéro, parution fin décembre !) Il s'agissait de faire le point sur les conditions d'accès liées au COVID-19 et sur la pression touristique (chinoise) qui a fait fuir pas mal de passionnés ces dernières années. J'ai réalisé grosso modo une boucle depuis le sud-ouest de l'île et le volcan Fagradalsfjall (qui a défrayé la chronique depuis mars), jusqu'au nord et la région de Mývatn. Avant de voir quelques images d'aurores, un petit tour d'horizon des zones visitées... Le volcan Fagradalsfjall et sa mer de lave (séchée) justement. Un spot extraordinaire pour tenter quelques aurores et/ou le ciel étoilé en nocturne ! Le phare de Reykjanes depuis Gunnuhver Hot Springs ! Direction les fjords du nord-ouest... et cette improbable plage de sable fin vers Rauðisandur ! Non loin de là, au détour d'un fjord, cette étonnante épave d'un navire norvégien échoué en 1981 (et qui pourrait servir de premier plan exceptionnel pour une future aurore ! ). Toujours sur zone, et toujours au détour d'un fjord, un ami attend tranquillement sur son rocher ! Direction cette fois le nord pour se rapprocher de la zone Akureyri... La météo était nettement moins clémente. Vers Akureyri, les montagnes sont vraiment esthétiques. Enfin, on se rapproche de Mývatn... là ça déménage vraiment côté paysages, avec notamment les chutes de Goðafoss ! La région de Mývatn depuis la montée vers le sommet du volcan Hverfjall. Et la vue en direction de l'est, tout près du sommet du volcan ! On termine ce tour d'horizon avec le site hydrothermal de Hverir au petit matin... Bref, tout ça n'a pas grand-chose à voir avec l'astronomie... on y vient... J'ai profité de 6 nuits bien dégagées sur place. Dont une première nuit sur la zone du volcan Fagradalsfjall. La mer de lave séchée au premier plan est éclairée par le dernier quartier de Lune. Une pose de 5 minutes a été nécessaire pour la mettre en valeur. Sur Borgarnes, dans l'ouest, un lever de Lune spectaculaire au travers des nuages avec quelques aurores boréales en bonus ! J'étais installé tout près de la baie pour profiter du reflet dans l'eau. Sur Borgarnes toujours mais le lendemain, le 30 octobre, le ciel se déchaîne quelque peu au-dessus de ma tête ! Je suis tout près d'un vieux ponton esthétique. On en arrive au clou du spectacle, qui a eu lieu le 3 novembre au soir depuis la région de Mývatn : 15 minutes de déferlement auroral malgré quelques nuages persistants ! Voilà, j'espère que le voyage vous a plu !
  11. En bino, c'est bien mieux ?

    Pour avoir plus d'infos sur les binos en général et sur la nouvelle bino BRESSER zéro tirage en particulier je vous invite à vous plonger dans le présent numéro d'Astrosurf Magazine. La bino Bresser est vraiment étonnante : compatible tous matériels et aucun coefficient multiplicateur ! Le rêve en fait. Je l'utilise depuis sur une simple 80 ED... notamment en ciel profond à faibles grossissements...
  12. Décès d'André van der Elst

    Je viens de l'apprendre (je n'avais pas vu le post initial). Sa réputation était grande, et ses compétences et son savoir d'observateur hors pair ! Il était très plaisant à lire car il se basait sur l'observation et la comparaison pour déterminer avec précision les qualités d'un matériel. Un peu la vieille école où le rendu visuel l'emporte sur les mesures optiques impersonnelles. Comme pour beaucoup d'amoureux des optiques ses bouquins sont mes livres de chevet. Le genre de littérature qu'on ne se lasse pas de lire et relire. Ces dernières années nombreux sont ceux de cette trempe qui nous ont quittés. Toutes mes condoléances à ses proches.
  13. Démontage tube C8 EdgeHD ?

    Salut, Si cela peut t'aider voici les infos + images que m'avait envoyées Gérard au moment de notre test concernant le C8 EdgeHd (Astrosurf-Magazine n°93). On avait fait un encadré sur lui et sur sa façon dont il avait transformé son tube de bonne qualité en bombe optique... Textes bruts de décoffrage... Que Celestron me pardonne. ----------------- Du côté du C8 Edge-HD : - j'ai choisi ce tube parce que je trouve que c'est un bon compromis "diamètre / poids / encombrement / pouvoir séparateur" et qu'en plus, il avait un champ plan (point important avec les grands capteurs d'aujourd'hui) Principaux défauts constatés : - mise en température très longue - montage des optiques fait à l'économie (pas de cale ou joint entre la lame de fermeture et son barillet, de même pas de joint entre le miroir primaire et la bague de retenue du baffle centrale => contact direct verre/métal... ce qui est une hérésie et le miroir primaire est maintenu que par un simple joint en colle... (aucune bague de serrage pour miroir primaire) ! - sur le modèle reçu, le centrage des optiques entre elles était complètement décalées (forte aberration sphérique), la lame de fermeture était contrainte (astigmatisme) et le joint sensé maintenir le miroir primaire était mal fait ce qui occasionnait une impossibilité totale de tenir la collimation et de l'astigmatisme Améliorations effectuées : - remplacement des vis de collimation d'origine de type philips (pour tournevis en croix) par des vis de type BTR (pour clé allen) - mise en place de plusieurs cales sur le pourtour du barillet avant afin que la lame de fermeture ne soit plus en contact avec le métal - décollage complet du miroir primaire et mise en place d'un joint en liège entre le miroir et la bague d'arrêt du baffle central pour supprimer le contact direct verre/métal. - serrage du miroir primaire via un joint caoutchouc ad hoc qui assure un parfait maintien du miroir primaire - centrage du miroir primaire et de la lame de fermeture afin de réduire au mieux l'aberration sphérique constatée + vérification de l'appairage - remontage et graissage de l'ensemble Après toutes ces modifications, il s'avère que ce tube est vraiment excellent optiquement, tient parfaitement sa collimation (même après un retournement du tube suite au passage au méridien), le tout avec un champ plan compatible avec les grands capteurs disponibles aujourd'hui pour la haute résolution et finalement, cela valait le coup d'y avoir passé plusieurs dizaines d'heures... même si je ne suis pas certain que tous donneraient le même résultat final au niveau qualitatif ? Conseils d'utilisation : - la mise en température de ce tube étant longue, il est impératif de le sortir au minimum 1 heure avant les observations (je recommande même plutôt 2 heures surtout si le gradient thermique intérieur/extérieur est notable) - la buée qui se dépose sur la lame de fermeture est un vrai problème, aussi, je vous recommande vivement l'utilisation d'une résistance chauffante qui vous permettra de lutter contre la buée mais également vous permettra de stabiliser l'air intérieur du tube (ce qui réduira fortement le rayonnement de baffle) et l'utilisation d'un pare-buée en complément est loin d'être inutile... bien au contraire ! - Attention à la collimation qui est très exigeante sur les Schmidt-Cassegrains et c'est pour cela que je préfère largement l'utilisation de clé allen car ces dernières permettent une bien meilleure précision qu'un tournevis ou pire encore... des bobs knobs qui sont à fuir pour une collimation fine !
  14. Noctulescents et nuages d'orage hier soir...

    Merci à tous. oui. Niveaux resserrés.
  15. Le ciel s'est bien dégagé hier soir dans le 77 et j'ai remarqué de suite des noctulescents bien présents, y compris haut dans le ciel (au zénith !). Trop tentant de sortir un peu du village, d'autant qu'il y avait une activité orageuse intéressante vers le nord-nord-est... Me voici donc dans un champ pas loin, avec mon village en point de mire. Les noctulescents étaient vraiment bien brillants. Images faites au 5D MKIV avec, en vrac, du Tamron 15-30 2.8, du Canon 24-105 L et du Sigma 150-600.