Alain MOREAU

Member
  • Content count

    3953
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5
  • Country

    France

Alain MOREAU last won the day on August 5

Alain MOREAU had the most liked content!

Community Reputation

2517 Excellent

1 Follower

About Alain MOREAU

  • Rank
    Very active member

Personal Information

  • Hobbies
    Astronomie, escalade, spéléo, ce qu'il y a sur et sous la mer, par altitude décroissante, mes semblables quand ils sont aimables, et mes différents aussi, s'ils ne prétendent pas m'empêcher de vivre à ma façon.
  • Adress
    Île Rodrigues, Océan Indien
  • Instruments
    Il est de taille modeste, celle dont la nature m'a doté. Il me suffit cependant à atteindre parfois le septième ciel, aussi je m'en contente :)

Recent Profile Visitors

6573 profile views
  1. Apophis vs Supervolcan

    Je me demande si tu es sain d’esprit parfois roul ? J’ai mis ces 2 liens (en français ET en anglais, spécialement à ton attention, politesse que tu n’as pas eue) dans mon post de vendredi 18h51, pour te prouver que même dans Wiki, on appelle à chaque phrase Monsieur Neil deGrasse Tyson, "Tyson" tout simplement. Donc à présent on a la preuve irréfutable que tu ne lis pas les liens qu’on te donne pour prouver nos propos, ou bien que moins d’une semaine après, tu as oublié leur source et les "redécouvres" en prétendant nous apprendre ce qu’on t’a déjà appris ! Outre d’une lourdeur ahurissante, c’est d’une mauvaise foi à peine croyable et d’une bêtise abyssale, car le lien que tu mets te donne tort sur toute la ligne ! Maintenant tu vas me faire le plaisir de te plonger dans la généalogie de la famille "de Grasse", dont tu découvriras qu’il s’agit d’une vieille famille française dont le patronyme d’origine a été "oublié" ou "perdu" comme souvent, au profit de son simple lieu d’origine, pour prétendre à un titre de noblesse qu’elle ne possédait pas (d’où la minuscule de "de Grasse"). https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Grasse Tu découvriras parmi les ancêtres de Monsieur Neil deGrasse Tyson, un certain François Joseph Paul De Grasse, qui servit lors de la guerre d’indépendance des États Unis et contribua d’une façon décisive à leur indépendance. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/François_Joseph_Paul_de_Grasse Aussi ce nom propre ne nous est-il pas "étranger" comme tu le crois : c’est plutôt toi qui en ignore totalement l’origine semble-t-il. Barnabé nous en apprendra certainement plus, en tant que généalogiste, s’il le souhaite. Toutes tes interventions sur tous les sujets fonctionnent sur le même mode, roul, avec le même niveau d’incompétence et de pollution du fond. Franchement : nous faire la morale sur le respect intégral d’un patronyme à l’origine aussi contestée et dont tu ne connais strictement rien visiblement, pendant que tu écris derrière un pseudo, tu penses que c’est respectable ? Tu penses que c’est tolérable ? Il faut être sacrément gonflé, quand même, en plus d’être sacrément gonflant, pour vouloir nous donner ce genre de leçon sans assumer son propre nom ! La vérité, roul, c’est juste que tu es un chieur incommensurable, qui se la pète de surcroît, mais sans avoir les moyens de se la péter, ni sans jamais rien nous apprendre de décisif dans aucune de tes interventions, et sans jamais nous faire rigoler non plus. Quelle a été ta valeur ajoutée sur le sujet de ce fil depuis le début, malgré tes nombreuses interventions pour ne rien dire qu’on ne sache déjà ? N’importe quelle personne sensée aurait déjà compris depuis longtemps qu’il faut en rabattre de sa superbe, mais toi, non : tu continues imperturbablement, sans entendre de ce qu’on te dit, en te ridiculisant de plus belle à chaque fois ! Tu es maso, roul, ou simplement insensible et stupide ?
  2. Venus, grosse annonce à venir!

    Ce n’est pas ta boutade qui m’a fait rectifier, nous nous sommes croisés tout simplement
  3. Venus, grosse annonce à venir!

    Pardon PhVDB, j’ai rectifié mon message de crainte d’être mal compris. Ce que je veux dire, c’est que "recherche de vie" semble devenu le leitmotiv de toute recherche planétologique à présent. Et c’est un peu gonflant, dans l’esprit. Parce que sur Terre, les programmes de recherches pour comprendre la vie et les efforts déployés pour en prendre soin, sont toujours, de fait, aussi chichement dotés, et restent au dernier rang des préoccupations humaines comme le démontre l’indigence de leur financement en dépit de tant de magnifiques professions de foi restant vœux pieux... Cette obsession à vouloir désespérément trouver la vie dans des ailleurs extraordinairement lointains et improbables, tandis qu’on n’a jamais été autant incapables de la préserver sur la seule planète où l’on est certain qu’elle existe, a quelque chose de fascinant au plan de l’inconscient collectif. Ce n’est pas sans rapport avec les menaces que nous faisons planer sur elle sur Terre par nos comportements irresponsables, ici et maintenant.
  4. Venus, grosse annonce à venir!

    Fantastique. Vie est devenu le nouveau mot-clef magique pour obtenir des subventions, ou quoi ?
  5. Actualités de Curiosity - 2013

    Il a une bonne gueule bien burinée par les intempéries, ce baroudeur tout poudré de poussière du 🏜 après sa longue chevauchée solitaire Avec sa dégaine un peu déjantée de cowboy aventurier et sa pose négligée la main sur la hanche prête à dégainer sa foreuse, il a l’air de nous dire : "bon alors, on y va ?" ; on aurait presque envie de le suivre ! On va où maintenant ? On perfore quoi ?
  6. Apophis vs Supervolcan

    En France peut être, mais ils n'existent pas dans le pays de Neil deGrasse Tyson! (heureusement) ;-) Ahhhh !!! (sourire jubilatoire, et quelque peu mauvais je l’avoue !) J’avais encore laissé passer celle-ci (de connerie bien sûr ! ) mille excuses roul ! On va donc rectifier tout de suite cette erreur, comme tu ne manques jamais une seule occasion de nous la ramener sur des sujets que tu ne connais pas mais que tu prétends nous enseigner, sans jamais nous épargner non plus ta morale à deux balles souverainement méprisante du haut de ton auto-proclammée supériorité anglo-saxonne. Tu apprendras donc que c’est l’UAI (les "académiciens des étoiles") - une entité hautement internationale - qui entérine définitivement le nom des astéroïdes, qu’on laisse à leur(s) découvreur(s) le privilège de proposer pourvu qu’il(s) se plient à quelques règles de bon usage, assez faciles à comprendre et respecter d’ailleurs. En français d’abord car nous sommes sur un forum francophone : https://promenade.imcce.fr/fr/pages4/444.html Et en anglais tout spécialement pour toi, roul, par politesse élémentaire, mais aussi parce que je m’en voudrais de te retourner ton mépris dans une autre langue que la tienne afin que tu le comprennes bien : https://promenade.imcce.fr/en/pages4/444.html En ce qui concerne l’astéroïde 13123 Tyson, il a été découvert par Carolyn S. Shoemaker (un nom célèbre même chez nous-autres, gueux de français) https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Carolyn_S._Shoemaker et David H. Levy (tout aussi célèbre et pour la même raison) https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David_H._Levy au Mont Palomar en 1994. Excusez du peu ! Pas de bol pour toi : ce sont 2 astronomes américains dans un observatoire américain, qui ont proposé à l’UAI Tyson - le nom d’un américain - pour baptiser ce corps. Donc tes petites réflexions méprisantes sur les académiciens en général, et les académiciens des étoiles en particulier - comme j’ai qualifié les honorables membres du Comité de Nomenclature des Petits Corps du Système Solaire de l'Union Astronomique Internationale en référence humoristique à l’Académie Française - tu les adresses en l’occurrence à tes compatriotes. Aussi je te les retourne telles que tu nous les sers : avec le plus grand des mépris. Bien affectueusement toutefois, bons cieux, etc, etc, comme il est d’usage entre gens civilisés, qui ne s’étripent pas moins pour autant mais dans la plus grande cordialité
  7. Les méga-constellations de satellites (Starlink etc.)

    Triste ronde des Starlinks, fin d’un monde délicieux... Dérive sans pareille de nos technologies, Que n’avais-je redouté, de mon lointain logis, Éprouver ce vertige et de mes propres yeux, Voir sombrer les vestiges de toute écologie ! J’eusse pourtant préféré mourir idiot et vieux Que de nos vanités voir faire l’apologie Au point d’en consteller et la Terre et les cieux ! Alain
  8. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    J’ai seulement estimé l’ordre de grandeur de l’énergie thermique totale à dissiper pour absorber l’énergie cinétique, mais comme le souligne fort justement George Black, la plus grande partie passe dans l’onde choc frontale et la bulle de plasma qui entoure le vaisseau. Ce qui lui permet heureusement de n’avoir à gérer "que" environ 10% de cette valeur Eh bien après avoir lu l’article qui précède et qui m’avait échappé, ça semble superflu En effet si j’avais lu plus tôt ton lien traduit ci-dessus par Daniel, d’ailleurs très intéressant, je ne serais même pas allé plus loin : il est maintenant clair que SpaceX a fait le choix depuis déjà un bon moment d’une protection thermique classique (adaptée à sa sauce, ok) et ne va pas s’embarrasser d’une "usine à gaz" telle qu’évoquée plus haut pour assurer un refroidissement supplémentaire non indispensable au maintien de l’intégrité structurelle de sa coque inox. Reste à préserver, à l’intérieur, une température supportable pour son précieux contenu - ergols et équipage éventuel en priorité - mais je ne pense pas que ce soit une difficulté insurmontable sans faire appel à une solution aussi "exotique".
  9. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Pourquoi pas. Ça fonctionne. Mais dans les limites de la physique
  10. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Tu n’as pas tort je pense. Tel quel, rien ne s’oppose à ce que le Starship, muni des protections thermiques ad oc, fasse sa rentrée bien sagement quand le Super Heavy aura pu le lancer En revanche ce qui me chagrine par rapport aux prétentions affichées, c’est le bilan des masses : rien pour le moment dans la conception actuelle, ne permet d’espérer les performances annoncées (je parle là de charge utile et rien d’autre). La réutilisabilité a par ailleurs un coût énergétique en masses d’ergols qui viennent en déduction des masses satellisables ; de même, dans une moindre mesure mais non négligeable, qu’elle a un coût en robustesse nécessaire (donc en masse aussi) pour encaisser la fatigue des vols répétés ; de même que l’économie à la construction a un coût en terme de masse sur les matériaux employés (inox vs composites carbone en l’occurrence) ; de même qu’elle a un coût de maintenance et de reconditionnement à neuf des pièces d’usure d’un vol à l’autre - ce dernier augmentant singulièrement lorsqu’il faudra scanner et remplacer à chaque vol les protections défaillantes, même les mieux conçues et les plus performantes en terme de tenue et de longévité... Tout ceci, au bout du compte, impactera forcément fortement le coût du kilo en orbite. Les ambitions extraordinaires affichées sur ce plan - qui sont tout de même toute la finalité du concept - sont-elles tenables et même seulement crédibles ? Qu’il me soit permis d’en douter.
  11. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Ça y est, j’ai survécu à ma rentrée à 15 m/s, vitesse moyenne sur les routes de mon île Tu as tout à fait raison sur ce ratio de 10% maxi à charge des seules protections thermiques, mais après avoir évalué les ordres de grandeurs primaires un peu plus sérieusement qu’au pifomètre (la faute à Brizhell ) pour moi c’était plié direct comme je l’avais intuité correctement concernant cette méthode Heureusement qu’en pratique, une sonde comme Stardust en 2006, qui rentre sur Terre à près de 13000 m/s, n’a pas à dissiper toute son énergie cinétique dans son bouclier même ablatif, car il ne retomberait d’elle au sol qu’une fine pluie de cendres ! Quant à vaporiser 40 t de lithium dans l’atmosphère à chaque vol, ce n’est peut-être pas indispensable pour ralentir le bestiau sans qu’il se désintègre ? Un truc qui m’étonne par contre, c’est que Musk ait pu émettre publiquement cette idée avant d’avoir lui-même évalué sommairement sa pertinence (on n’est pas là dans une solution "limite" qui mériterait d’être creusée avant de trancher) Ça dénote pour le moins une certaine improvisation, qui justifie qu’on prenne certaines de ses affirmations avec des pincettes...
  12. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Mais pour sûr elle va mourir de chaud !
  13. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Ok alors vite fait, car j’ai des clients sur ma via ferrata à midi Juste des ordres de grandeur, pour prendre la mesure de l’énormité du défi ! D’ailleurs dans le détail, c’est un casse-tête chinois infernal : je n’ai pas les capacités de mettre tout ça en équations avec mes maigres connaissances générales, et encore moins sur un coin de table à la va-vite, il y a trop de paramètres à intégrer dont j’ignore tout ! Mais pas au point de perdre tout sens des dures réalités, j’espère Si on se contente de prendre comme base connue le Falcon 9 déjà bien optimisé, on constate qu’il lui faut un gros 10 % d’ergols en réserve pour revenir piano-sano jusqu’au sol. Sur cette base il faudrait au Starship 120 t de réserve pour revenir se poser, s’ajoutant aux 120 t de sa masse à vide, soit au total 240 t. Et encore en admettant qu’il effectue la plus grande partie de sa rentrée en pur aérofreinage passif comme prévu. Mais l’engin peut vaguement planer, avec une finesse probablement inférieure à 1 (qui était celle des navettes) et dispose d’une certaine manœuvrabilité, donc on va dire que ça marche et qu’il se retrouve à Mach 6, là où commence à être intéressante la petite animation postée plus haut, avec sa réserve d’ergols intacte pour se poser. Soyons optimistes et considérons que le dieu Musk va encore faire des miracles : arrondissons, bon prince, à seulement 200 t la masse désorbitée à faire rentrer. Très fort ! Ces 200 t, si provenant d’orbite terrestre basse, rentrent à environ 7800 m/s. On peut grignoter 400m/s si on faisait déjà vraiment du rase-motte, mais dans l’ensemble c’est une valeur qu’on peut juger réaliste ; sachant que si on revient de la Lune, c’est plutôt un gros 10000 m/s, objectif du Starship prévu à court terme (ça presse pour faire la pige au SLS ! ) Cela nous donne une énergie cinétique Ek = 1/2 mv^2 de 6,84.10^12 J si je m’a pas gouré d’une poignée de zéros... et 40% de plus si on revient de la Lune : 10^13 J à dissiper, en gros, sur une petite dizaine de minutes, et une section d’interception du flux atmosphérique inférieure à 450 m^2, allez, disons 800 m^2 si on prend en compte la totalité des surfaces exposées au flux et revêtues de protections thermiques, en ajoutant les flaps mais sans compter l’angle d’incidence qui expose plus ou moins certaines parties (c’est du pif, j’ai pas vérifié les valeurs exactes, juste déroulé dans ma tête la tôle à la louche). En ordre de grandeur, chaque m^2 exposé doit ainsi dissiper en moyenne quelque chose comme 8,55.10^9 J en 8-9 minutes seulement ? Voire 1,25.10^10 J s’il revient de Sélène ? Pour vérifier jusqu’au bout mon intuition, j’ai eu la curiosité de vérifier l’enthalpie de vaporisation de l’eau (qui n’est dépendante que de la température) : La masse d’une mole d’eau étant d’environ 18 g, ça se passe de commentaires je pense... À moins que je n’aie un vrai problème avec les ordres de grandeurs ce matin, je ne vois vraiment pas comment on pourrait dissiper autant d’énergie juste en faisant "transpirer" une fusée, du moins en embarquant une quantité d’eau compatible avec la fonction de l’objet !
  14. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Ben non, j’avais entendu parler de ça mais je n’y ai jamais cru : trop complexe à mettre en œuvre, à maintenir, trop lourd, trop coûteux en pognon et en bilan énergétique (une masse terrible qui part vaporisée !) Et dans l’hypothèse d’une circulation des ergols restants, rien à voir avec le refroidissement d’une tuyère à proximité immédiate des injecteurs (toujours nécessaire au demeurant, ce qui interdit cette double fonction : on fait comment ?) Dans l’idée du : "simple à mettre en œuvre et économique à construire, réutilisable sans maintenance compliquée, ni longue, ni coûteuse"... on repassera !!!