Alain MOREAU

Member
  • Content count

    4071
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5
  • Country

    France

Alain MOREAU last won the day on August 5 2020

Alain MOREAU had the most liked content!

Community Reputation

3036 Excellent

2 Followers

About Alain MOREAU

  • Rank
    Very active member

Personal Information

  • Hobbies
    Astronomie, escalade, spéléo, ce qu'il y a sur et sous la mer, par altitude décroissante, mes semblables quand ils sont aimables, et mes différents aussi, s'ils ne prétendent pas m'empêcher de vivre à ma façon.
  • Adress
    Île Rodrigues, Océan Indien
  • Instruments
    Il est de taille modeste, celle dont la nature m'a doté. Il me suffit cependant à atteindre parfois le septième ciel, aussi je m'en contente :)

Recent Profile Visitors

7224 profile views
  1. Sonde JUNO : destination Jupiter

    Je crois me souvenir que lorsque j’ai débuté l’astro en 73, les meilleures images de Jupiter à ma connaissance - en tout cas les plus riches en fins détails - étaient encore des dessins réalisés à l’occulaire et non des photos... Superbigourdan (notez l’heureuse coïncidence entre la désignation des habitants de la Bigorre et le patronyme de l’inventeur de la méthode de mise en station éponyme) qui traînait au Pic quelques années plus tard dans les basques d’Audoin Dollfus, devrait pouvoir confirmer ou infirmer cela ? En tout cas au niveau amateur "il n’y avait pas photo" c’est clair : c’était d’une misère même pas regardable avec les yeux aveugles d’une passion naissante !
  2. Axions, réactions

    Pourtant on se donne un mal de chien à rapporter quelques grammes de-ci de-là : moi, 1kg de Jupiter je ne cracherais pas dessus personnellement (même si y paraît que ça pue ?)
  3. Tu veux dire dégoupillé en fait ? Comme une grenade ? Je ne plains pas pour ma part jm-fluo : le provocateur est sûrement le dernier à s’étonner de la tournure que prennent les fils qu’il commet à cet effet, auxquels je n’interviens pour cette raison pas d’habitude - bien qu’ayant certainement "possédé" parmi les plus énormes, nombreuses, qualitatives, prestigieuses et coûteuses lunettes modernes dont puissent rêver les amateurs (il en faut toujours un pour avoir la plus grosse : cette fois c’est sûrement moi ! ) Mais ça c’était avant, et pour de nobles causes, même si elles n’ont pas abouti. Ces trois petites lunettes d’enfant gâté ne valent presque rien en fait ; une valeur absolue dérisoire. Le simple fait que quelques uns puissent leur accorder tant d’importance subjective, tandis que la plupart des autres presque aucune, est la preuve que leur estimation est totalement arbitraire et futile. Un peu d’eau pour l’homme mourant de soif au cœur du désert n’a tout simplement pas de prix, et dans cette situation son estimation fait l’unanimité - pour lui comme pour celui susceptible de partager la sienne pour le sauver, mettant ainsi en danger sa propre vie... Chaque fois que des enjeux vitaux apparaissent, une échelle universelle et fondamentale des valeurs se voit soudain rétablie (qu’on avait oubliée dans le confort artificiellement douillet mais vulnérable de nos existences ordinaires de "civilisés"). La question de la valeur se pose alors tout autrement : nulle richesse ne peut acheter la vie ; cet homme vaut-il que je lui donne de mon eau pour sauver la sienne au péril de la mienne ? Sa vie vaut-elle autant, plus, ou moins que la mienne dans cette situation ? Les vies - toutes les vies : la mienne et celles des miens, celle de cet homme et de ses proches - ont-elles toutes la même valeur ? La réponse contextuelle à cette cruelle mais légitime interrogation, selon qu’on idéalise avec bonne conscience depuis son fauteuil ou qu’on se retrouve dans la vraie vie en situation d’engagement extrême comme lors d’un sauvetage ou d’un affrontement, peut conduire, parfois, à se livrer à de surprenantes révisions sur les valeurs relatives des êtres et des choses... Face au danger mortel, cette valeur est-elle marchande ? Le courage, la peur, l’empathie jusqu’au sacrifice, sont-ils marchands ? D’une façon générale, en quoi réside la véritable richesse par laquelle j’entends exister, entreprendre une action sur le monde ? Mon ambition d’humain peut-elle se suffire d’exercer un pouvoir matérialiste en me riant de ses implications sur mes semblables ? Le désintéressement a-t-il un prix, puisqu’il n’a semble-t-il aucune valeur pour certains ? Feindrions-nous d’ignorer, de tenir pour négligeables, les paramètres sensibles, spirituels, philosophiques ? On peut acheter du sexe, mais pas de l’amour. On peut s’offrir le nec plus ultra du smartphone intelligent mais s’en servir comme un débile. On peut se payer une Rolex, mais n’être jamais à l’heure pour les rendez-vous essentiels d’une existence : l’émoi d’une rencontre, la naissance d’un enfant, la présence à ses côtés quand il grandit, la fraternité qui soulève des montagnes, l’élan créatif, artistique ou autre, l’émerveillement devant une œuvre humaine ou celle de la nature... La valeur ultime de certaines choses, si rares qu’elles en resteront uniques, gravées en notre cœur et invisibles à tout autre œil que le nôtre, demeurera définitivement inestimable : rien de ce qui nous est infiniment précieux dans une vie ne peut s’acheter ni se vendre. Accorder trop de valeur aux choses matérielles n’offre qu’une piètre, pitoyable, compensation à une forme de vacuité - ou de vanité - intérieure : on ne connaît la vraie valeur de certaines choses qu’après les avoir perdues ; elle s’impose alors avec force. Apprendre à se passer de tout ce dont son existence vitale ne dépend pas est un premier pas vers cette redécouverte. Dans ce qui reste ensuite, il faut trouver à manger et à boire naturellement, mais aussi identifier ce qui fonde la richesse authentique de notre humanité, immatérielle pour l’essentiel. Je ne donne pas cher de celle de celui qui l’ignore Tes coûteuses lunettes, jm-fluo, pose-les un instant à l’envers devant tes yeux, et vois à travers et au-delà comme notre monde superficiel paraît petit, lointain, jusqu’à l’insignifiant... Tu constateras combien leur valeur - si essentielle semble-t-il à tes yeux - confine au minuscule, pour ne pas dire au misérable... Un recul qu’apporte habituellement la contemplation des cieux ; fut-ce à travers l’intrument le plus modeste et même sans avoir besoin de plus que ses yeux grands ouverts !
  4. TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

    De toute façon sur une vue statique notre cerveau ne sait déjà pas différencier une ellipse vue de face d’un cercle vu sous un certain angle, alors... Seule une forte excentricité permet à l’œil de discriminer sans ambiguïté si la position du foyer est matérialisée, mais reconnaissons qu’on rame sur ce genre d’interprétation mentale. Si on fait tourner la représentation en 3D ça va aider la comprenette, mais il y a trop d’informations pour ne pas s’y perdre ! Les orbites individuelles ou par familles proches, ça le ferait je pense. J’ai déjà personnellement ce souci pour visualiser correctement les trajectoires des étoiles autour de Sgr A*... et il y a beaucoup moins d’objets !
  5. Actualités de Curiosity - 2013

    Des éons plutôt que des lustres : les lustres étaient des périodes de 5 ans (terrestres) qui séparaient les recensements dans la Rome antique. Si, comme probable pour expliquer leur abondance tout au long du parcours du rover, ces météorites ferreuses sont les seules de leur nature à avoir survécu à leur chute, résisté aux altérations mécaniques et chimiques, et se sont retrouvées enfouies là depuis des temps immémoriaux jusqu’à ce que l’érosion éolienne les ait mises à jour puis maintenues à la surface en les épargnant relativement à leur environnement par une lente abrasion différentielle, on doit considérer des durées sans commune mesure avec nos repères humains, fussent-ils exprimés en sols ou en lustres martiens : l’échelle à employer est celle des temps géologiques, qu’on pourrait ici exprimer en fractions non négligeables de l’âge de l’Univers par exemple, ou en nombre de révolutions de notre Soleil autour du centre de la Galaxie ( +/- 250 millions d’années, soit 50 millions de lustres...) Pour rester conscient de l’abîme temporel dans lequel nous plonge l’étude du passé martien (ainsi que de fait de tout notre Système Solaire) et comprendre les processus à l’œuvre sur d’aussi formidables durées, ne nous laissons pas abuser par des mots qui inciteraient à les sous-estimer de façon totalement disproportionnée : on tente ici de se représenter des épaisseurs de temps proprement inimaginables à échelle humaine ; en ordre de grandeur, 10^8 à 10^9 fois supérieures à cette vieille mesure à la patine un peu désuète pourtant toujours en usage dans le langage courant ...
  6. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Chouette ! Avapété encore plus fort ! (C’est malin, ceci dit)
  7. Leurs rêves seront nos cauchemars

    Mais certainement Sauf qu’un taux de croissance diminué de moitié sur une population mondiale ayant triplé sur la même période, chez moi ça fait encore +50% de croissance annuelle de la population. Me goure-je ?
  8. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Espèce de trou du cul ! C’est toi qui va nous donner des leçons d’empathie, maintenant ???!!! (après les leçons de morale et les leçons de bien-pensance, les leçons d’anglais et le ton professoral pour asséner sans fin des preuves d’incompétences...) Alors on va faire simple. Aux administrateurs du forum : Ou ce connard dégage d’Astrosurf sur le champ, ou je n’y fous plus les pieds. Si on laisse la connerie prendre le pouvoir ici aussi - un des derniers bastions d’intelligence et d’authenticité dans un monde qui ailleurs multiplie les perversions - je n’ai plus rien à y apporter ni à y trouver. L’année 2021 commence très mal semble-t-il, mais ce qui m’apparaît clairement par contre, ce n’est pas une fatalité : elle sera ce que nous en ferons. (L’insulte est délibérée, pour faire réagir la modération, après que nous ayons épuisé toutes les ressources du dialogue et des appels à la raison, innombrables, trop nombreux !)
  9. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Belles images. La première : Ignition ! La seconde : L’oiseau qui lui aussi voulait toucher la Lune... Les suivantes pour mon mécano : Voilà exactement ce que je veux sur ma moto comme pot d’échappement ; avec le même bruit et que ça pousse autant !
  10. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Si j’écris "roul off", ça va l’éteindre, vous croyez ?
  11. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Tu sais roul, on peut croire qu’on n’a pas été insultant parce qu’on n’a prononcé aucune insulte. Mais une attitude, un comportement, peuvent être extrêmement insultants. Une façon de se positionner et de s’adresser aux autres peut être insultante de manière implicite et non explicite, mais parfaitement claire pour eux : l’une de ces façons, en particulier, consiste à les prendre implicitement et systématiquement, de façon répétitive, pour des cons, de haut, leur faire la morale, etc. (Comme si nos critiques étaient infondées ou immorales ? Donc nous n’avons pas plus de cerveau que de morale, dans ton esprit ?) Les gens n’aiment pas être pris pour des cons : ça les indispose. Tes interventions sont souvent ressenties comme vraiment insultantes roul, sache-le, malgré ta politesse de façade ; nous sommes nombreux ici à les vivre assez difficilement tout en conservant notre sang-froid - ce que tu prends à tort pour de la faiblesse. Invariablement tu protestes de ta bonne foi en te faisant passer pour victime de notre incompréhension linguistique et culturelle : pauvre chou, va ! Je vais verser une larme compatissante sur ton génie cruellement incompris ! Là aussi c’est insultant : tu oublies où tu es et à qui tu t’adresses sur ce forum. Nombre d’intervenants ici sont non seulement très à l’aise en anglais, mais ils ont un tel bagage intellectuel, de telles compétences et un tel vécu, qu’ils devraient avant tout t’inspirer le respect, plutôt que des remarques aussi stupides que superficielles et prétentieuses. Pas une seule fois tu ne t’interroges ni te remets en question sur la possibilité que nos incompréhensions n’aient aucun rapport avec de supposées différences culturelles, mais que leurs causes soient plutôt à rechercher chez toi, dans ta manière d’intervenir - qui ne découle que de ta manière d’être dans ta relation avec nous, et bien évidemment avec les autres en général (on n’est plus des gamins pour être dupes vois-tu ; ce n’est pas la peine d’essayer de nous la jouer victime innocente : nous, les innocents, on ne les juge pas). roul : "c’est pas moi, c’est l’autre ! Ce sont TOUS les autres !" Seul contre tous, et tous contre un ? Et tu n’y serais pour rien ? Ben voyons ! On a trouvé un spécimen unique les loulous : un unique gentil au milieu de rien que des méchants !
  12. Si si : on y parle même d’astronomie et de pollution lumineuse (je me doute bien où ça va finir, dès que Bill sera passé par là - c’est à dire dans les prochaines minutes - mais cette fois j’aurai mon mot à dire )
  13. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    T’as du bol : d’habitude ça coûte un bras un katana, voire les yeux de la tête ! (voir Kill Bill ) Bonne année pas trop sanglante !
  14. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Tous ces trucs ont en effet une logique commune : aéro-, cosmo-, et même spéléo-logique, j’adhère parfaitement (tu n’imagines pas à quel point d’ailleurs !) Mais pour l’astro-logique j’émets quelques réserves depuis le divorce entre la science et la religion (pour ne pas dire la superstition ) qu’on fait remonter symboliquement aux années 1632/33 de l’ère chrétienne - soit au procès de Galilée - par convention. D’autant que lui n’est pas non plus curé, ais-je cru comprendre Mauvaise réponse : c’était un test