Huitzilopochtli

Member
  • Content count

    3391
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    6
  • Last Connexion

    Soon available - 45766

Huitzilopochtli last won the day on March 28

Huitzilopochtli had the most liked content!

Community Reputation

6578 Excellent

2 Followers

About Huitzilopochtli

  • Rank
    Very active member

Recent Profile Visitors

13719 profile views
  1. mars 2020 rover

    Bonsoir @Astramazonie, Curieuse question ! Je cite un passage de l'article que je n'avais pas pris soin de traduire : " Conçu à l'origine comme une mission de démonstration technologique de courte durée qui effectuerait jusqu'à cinq vols d'essai expérimentaux sur 30 jours, le premier giravion sur un autre monde, exploité depuis la surface martienne pendant près de trois ans, a volé plus de 14 fois plus loin que la distance prévue. et enregistré plus de deux heures de temps de vol total. " Je ne pense pas que quiconque soit en mesure de faire ce genre d'estimation à moins que l'on considère un point particuliers. Il est indiqué (toujours dans cet article mais passage traduit cette fois-ci)) que selon la procédure programmée par le logiciel (Imagerie et relevé des T° chaque sol) : Mais naturellement, Ingenuity reste à la merci des rudes conditions martiennes et pourrait très bien tomber en rade dès demain matin ... De plus pour être réaliste, je crains fort que ses "précieuses" données enregistrées ne soient jamais récupérées, et cela même si une lointaine mission de récupération des échantillons de Perseverance venait arpenter les environs de "Valinor Hills" ...
  2. mars 2020 rover

    Salut, https://www.jpl.nasa.gov/news/nasas-ingenuity-mars-helicopter-team-says-goodbye-for-now Extraits du lien traduits et corrigés Les ingénieurs travaillant sur l'hélicoptère Ingenuity se sont réunis pour la dernière fois dans une salle de contrôle du Jet Propulsion Laboratory en Californie du Sud, mardi 16 avril, pour surveiller une transmission de l'hélicoptère. Bien que la mission se soit terminée le 25 janvier, le giravion est resté en communication avec le rover Perseverance, qui sert de station de base à Ingenuity. Cette transmission, reçue via les antennes du Deep Space Network de la NASA , marquait la dernière fois que l'équipe de mission travaillerait sur les opérations Ingenuity. L'hélicoptère est désormais prêt pour son dernier acte : servir de banc d'essai stationnaire, collectant des données qui pourraient profiter aux futurs explorateurs de la planète rouge. "Avec mes excuses à Dylan Thomas, Ingenuity ne s'endormira pas doucement pour une bonne nuit martienne", a déclaré Josh Anderson, chef de l'équipe Ingenuity au JPL. « Il est presque incroyable qu’après plus de 1 000 jours martiens à la surface, 72 vols et un atterrissage difficile, il ait encore quelque chose à fournir. Et grâce au dévouement de l'équipe , non seulement Ingenuity a dépassé nos rêves les plus fous, mais il pourrait également nous apprendre de nouvelles choses dans les années à venir. La mission d'Ingenuity s'est terminée après que l'hélicoptère ait subi un atterrissage brutal lors de son dernier vol, endommageant considérablement ses pales de rotor. Incapable de voler, le giravion restera à « Valinor Hills » tandis que le rover Perseverance se déplacera hors de portée de communication alors qu’il continue d’explorer le flanc ouest du cratère Jezero. L'équipe a apprécié la « Final Comms » tout en examinant les dernières données provenant de 304 millions de kilomètres. La télémétrie a confirmé qu'une mise à jour logicielle précédemment transmise à Ingenuity fonctionnait comme prévu. Le nouveau logiciel contient des commandes qui prescrivent à l'hélicoptère de continuer à collecter des données et cela même bien après la fin des communications avec le rover. Les ingénieurs travaillant sur Ingenuity de la NASA ont surveillé ensemble une transmission de l'hélicoptère dans une salle de contrôle du JPL le 16 avril. Ils ont confirmé le fonctionnement d'un correctif logiciel qui permettra à l'hélicoptère d'agir comme un banc d'essai stationnaire et de collecter des données qui pourraient bénéficier aux missions à venir. Crédit : NASA/JPL-Caltech Avec ce correctif logiciel en place, Ingenuity va désormais se réveiller quotidiennement, activer ses ordinateurs de vol et tester les performances de son panneau solaire, de ses batteries et de ses équipements électroniques. De plus, l'hélicoptère prendra une photo de la surface avec sa caméra couleur et collectera des données de température provenant de capteurs placés dans tout le giravion. Les ingénieurs d'Ingenuity et les scientifiques pensent qu'une telle collecte de données à long terme pourrait non seulement profiter aux futurs concepteurs d'avions ou d'autres véhicules martiens, mais également fournir une perspective à long terme sur les conditions météorologiques et les mouvements de poussière sur Mars. Lors de ce dernier rassemblement, l'équipe a reçu un message d'adieu d'Ingenuity comportant les noms des personnes ayant travaillé sur la mission. Les contrôleurs de mission du JPL ont envoyé le message à Perseverance la veille, qui l'a transmis à Ingenuity afin qu'il puisse faire ses adieux à la Terre. Si un composant électrique critique d’Ingenuity tombait en panne à l’avenir, entraînant l’arrêt de la collecte de données, ou si l’hélicoptère finissait par perdre de la puissance en raison de l’accumulation de poussière sur son panneau solaire, toutes les informations collectées par Ingenuity resteraient stockées à bord. L'équipe a calculé que la mémoire d'Ingenuity pourrait potentiellement contenir environ 20 ans de données quotidiennes. "Si nous nous rendons à nouveau à Valinor Hills - que ce soit avec un rover, un nouvel giravion ou de futurs astronautes - Ingenuity sera là avec son enregistrement de données, dernier témoignage de la raison pour laquelle nous osons des choses étonnantes", déclare Teddy Tzanetos, chef de projet d'Ingenuity au JPL. "Merci, Ingenuity, d'avoir inspiré un petit groupe de personnes à surmonter des obstacles apparemment impossibles aux frontières de l'espace."
  3. EXOMARS 2028

    Je l'ai pas trou... vé ?!?!
  4. EXOMARS 2028

    Salut Daniel, Abominable parpaillot ! Pourquoi, de plus, justifier ton incrédulité en évoquant deux illustres chantres de la stabilité alors qu'en te référant à Elon nous nous préparions pour un atterrissage en direct demain matin !!!
  5. EXOMARS 2028

    Video interessante montrant en particuliers les innovantes capacités motrices d'Exomars, lui permettant d'éviter l'enlisement en terrains meubles, mésaventures souvent rencontrées par les rovers américains... https://dlmultimedia.esa.int/download/public/videos/2024/04/007/2404_007_AR_EN.mp4
  6. EXOMARS 2028

    Salut les martiens, et les autres aussi. Mars ! Et ça repart ?... https://www.thalesaleniaspace.com/fr/press-releases/la-quete-de-vie-sur-mars-se-poursuit-avec-exomars-2028
  7. Eclipse du 8 avril

    Décidément ! Les grands esprits se rencontrent ! On atteint peut-être quand même les 0.02 % ! Ma fille (qui avait 9 ans à l'époque et moi) étions partis en voiture prêt de Beauvais, dans un bled dont j'ai oublié le nom, équipés de ma petite lunette Perl-Vixen pour admirer ce spectacle promettant d'être inoubliable. Le spot est encombré d'une foule fébrile. Las, à 1 heure de la rencontre astrale, la couverture nuageuse laissait entrevoir... une éclipse d'éclipse. Branle bas de combat, nous plions bagages, laissons derrière nous cette masse de gens angoissés, et roulons au hasard des routes de campagne, le nez en l'air, dans l'espoir de trouver un coin de ciel dégagé. En désespoir de cause, à un quart d'heure du moment fatidique, on se pose en catastrophe dans un petit chemin entre deux champs ... Défilé intermittent de nuages...roulement de tambour... et là... le miracle... Quand l'ombre vous arrive dessus, que la fraîcheur vous prend, que les oiseaux cessent de chanter, un coup d'oeil dans la lunette filtrée... et ces instants d'éternité qui vous marquent à jamais.
  8. Eclipse du 8 avril

    Bonjour, Comment les civilisations anciennes ont réagi aux éclipses https://www.smithsonianmag.com/science-nature/how-ancient-civilizations-reacted-to-eclipses-180983894/ Traduction automatique brute Les communautés ont peut-être pensé que les événements célestes étaient des messages des dieux, une raison pour abandonner une colonie ou un signal pour mettre fin à une guerre. Une éclipse solaire totale vue du Kentucky en 2017 Jonathan Newton / The Washington Post via Getty Images Ce 8 avril, des millions de personnes regarderont avec émerveillement le soleil disparaître derrière la lune lors d'une éclipse solaire totale . De nos jours, bien sûr, nous comprenons ce qui se passe : l'orbite de la Lune la transporte entre le Soleil et la Terre, tandis que l'ombre de la Lune frappe la surface de notre planète. Mais dans l’Antiquité, le spectacle du soleil disparaissant en pleine journée aurait été quelque chose d’émerveillant, voire même de redoutable. "Imaginez que vous êtes un agriculteur : vous êtes là-bas et tout d'un coup, le ciel s'assombrit", explique Bradley Schaefer, astronome à la Louisiana State University qui a étudié l'histoire des éclipses solaires et lunaires. "Cela ne peut être qu'un message des dieux." Pour nos ancêtres, une éclipse aurait certainement été considérée comme un présage, dit Schaefer. « Le soleil et la lune sont généralement les dieux principaux de votre panthéon – et voici le soleil qui meurt sous vos yeux. Ce n'est pas bon." Partout dans le monde, mythes et légendes se sont développés autour du phénomène. Dans la Chine ancienne, une éclipse solaire signalait que le soleil était dévoré par un dragon ; les gens frappaient des tambours et faisaient du bruit pour effrayer la bête et ramener la lumière du jour. En Amérique du Sud, les Incas considéraient les éclipses solaires comme un signe du mécontentement du dieu solaire ; les dirigeants essayaient de deviner la source de sa colère et de l'apaiser avec un sacrifice approprié. Mais les chercheurs ne peuvent pas dire quelles éclipses solaires spécifiques ont été observées avant l’invention de l’écriture. Dans le nord-ouest de l’Europe, par exemple, les anciennes sculptures sur pierre présentent souvent des motifs en spirale qui sont parfois interprétés comme représentant le soleil, voire une éclipse solaire. De même, dans le sud-ouest des États-Unis, de nombreuses gravures rupestres connues sous le nom de pétroglyphes montrent ce qui semble être des symboles semblables à ceux du soleil. L'une des sculptures les plus fascinantes de ce type peut être vue à Chaco Canyon, au Nouveau-Mexique ; les chercheurs ont suggéré que l'image circulaire est une représentation d'une éclipse solaire qui aurait été visible depuis le canyon en 1097 de notre ère. Les chercheurs notent que deux autres éclipses solaires totales étaient visibles dans la région en 1257 et 1259 ; les personnes vivant dans ce qui est aujourd'hui le sud-ouest du Colorado auraient pu être témoins des deux événements à seulement deux ans d'intervalle, ainsi que d'une comète suffisamment brillante pour être visible à l'œil nu au cours de l'été et de l'automne 1264. Il est intéressant de noter que ces événements semblent coïncider avec l'événement. début d'un exode majeur, le peuple Anasazi qui vivait dans la région abandonnant ses colonies et quittant la région. Alors que les historiens pensent que la sécheresse a été la principale cause de l'exode, Tyler Nordgren, astronome, auteur et artiste spécialisé dans la sensibilisation aux éclipses, affirme que les éclipses auraient pu affecter ces anciens Américains au niveau psychologique. « Cela pourrait être le genre de chose qui vous fait dire : « Très bien, c'est un mauvais endroit ; nous devons faire quelque chose de différent. Tout le monde fait ses valises et partez », dit-il. Un pétroglyphe situé dans le Chaco Canyon au Nouveau-Mexique pourrait représenter une éclipse solaire totale survenue il y a plus de 900 ans. Université du Colorado Pourtant, les scientifiques ne peuvent pas être sûrs que les marquages du Chaco Canyon aient été inspirés par une éclipse ; pour sa part, Schaefer appelle à la prudence lors de l'interprétation de marques de pierre ambiguës. "Pratiquement n'importe quel gribouillis peut être imaginé comme une éclipse solaire", dit-il. L'un des premiers enregistrements de personnes observant une éclipse solaire spécifique pourrait être celui enregistré sur une tablette d'argile dans la ville portuaire syrienne d'Ougarit, censé contenir une référence à l'éclipse du 5 mars 1223 avant notre ère. Les enregistrements d'éclipses de Chine pourraient remonter à presque aussi loin, dit Schaefer. Dans tout le monde antique, avant que le mécanisme des éclipses ne soit compris, les gens réagissaient avec choc et perplexité lorsque le soleil disparaissait lors d’une éclipse solaire. Au VIIe siècle avant notre ère, une éclipse solaire sur l’île grecque de Paros a suscité ces mots du poète Archiloque : « Plus rien au monde ne peut me surprendre maintenant. Car Zeus, le père de l'Olympien, a transformé midi en nuit noire en protégeant la lumière du soleil naissant, et maintenant une sombre terreur plane sur l'humanité. Tout peut arriver. Ce n’est que quelques siècles plus tard que la compréhension moderne des éclipses semble s’être imposée. Schaefer dit qu'une partie du mérite devrait revenir à Anaxagoras , un philosophe grec qui a vécu au cinquième siècle avant notre ère. Anaxagoras semble avoir su que les éclipses solaires et lunaires impliquaient des ombres : une éclipse solaire se produit lorsque l'ombre de la lune tombe sur la Terre, et une L'éclipse lunaire se produit lorsque l'ombre de la Terre tombe sur la Lune. « En fait, il remplaçait l'explication superstitieuse ou miraculeuse de l'éclipse – « Apollon est devenu fou » ou « Quelqu'un essaie de tuer Apollo » – par une simple explication physique impliquant des ombres », explique Schaefer. « Et qui a peur des ombres ? Mais Anaxagore n’était peut-être pas le premier. Un astronome grec connu sous le nom de Thalès de Milet aurait prédit l'éclipse solaire de 585 avant notre ère. Cette éclipse s'est produite alors que deux factions belligérantes, les Lydiens et les Mèdes, étaient engagées dans un conflit qui durait depuis plusieurs années. En voyant l’éclipse, les deux nations déposèrent les armes et conclurent la paix. Mais Thalès a-t-il vraiment prédit l’éclipse ? L'histoire ne nous vient pas de Thalès lui-même, mais de l'historien Hérodote, né cent ans plus tard. L’histoire de Thales « est probablement essentiellement constituée de faits », dit Schaefer. "Hérodote est généralement très fiable." Malgré tout, de nombreuses inconnues entourent l’histoire ; La description d'Hérodote est vague et les historiens doutent que Thalès ait une connaissance suffisamment approfondie de l'astronomie pour faire une prédiction précise. Les historiens estiment qu'il est peu probable que Thalès ait prédit le mois et la date de l'éclipse, ni l'endroit d'où elle serait visible. Thalès a probablement dit qu'une éclipse était probable au cours d'une année particulière ; puis, quand cela s’est réalisé, des histoires ont commencé à se répandre au sujet de sa « prédiction ». Thalès a peut-être aussi compris que les éclipses solaires et les éclipses lunaires ont lieu à deux semaines d'intervalle ; en voyant une éclipse lunaire, il a peut-être dit qu'une éclipse solaire était prévue. Mais même cela est délicat ; alors que les éclipses lunaires peuvent être vues de n'importe où sur la face nocturne de la Terre, les éclipses solaires ne peuvent être vues que depuis un « chemin de totalité » étroit. Pour compliquer encore davantage les choses, nous ne savons pas où se trouvait réellement le champ de bataille ; les historiens ne peuvent que supposer que c'était quelque part en Asie Mineure (Turquie actuelle). Même si Hérodote est souvent considéré comme le premier historien plus ou moins fiable, cela « ne signifie pas que vous devez prendre chaque mot de ses histoires au pied de la lettre », explique Schaefer. Plus récemment, les éclipses solaires ont continué à laisser leur marque dans l’histoire. En 1919, les observations d'une éclipse solaire ont permis aux scientifiques de tester la théorie de la gravité d'Albert Einstein, connue sous le nom de relativité générale. Les résultats ont soutenu sa théorie, renversant la conception de la gravité d'Isaac Newton et propulsant Einstein vers une renommée mondiale . Aujourd’hui, bien sûr, les éclipses ne sont pas mystérieuses ; nous comprenons la physique qui les sous-tend et pouvons les prédire des siècles à l’avance, avec une précision d’une fraction de seconde. Et pourtant, avec un peu d'imagination, nous pouvons encore lire des significations particulières dans ces rares événements célestes, explique Nordgren. Il souligne que lorsque les Red Sox de Boston ont remporté les World Series en 2004, pour la première fois en près de 90 ans, le match final a eu lieu alors qu'une éclipse totale de Lune se déroulait au-dessus de leur tête. À juste titre, la lune est devenue rouge pendant l’éclipse, correspondant aux couleurs des Red Sox. Et même si les scientifiques comprennent désormais assez bien comment fonctionnent les éclipses et quand elles vont se produire, le sentiment de crainte demeure, dit Nordgren. "La première fois que j'ai vu une éclipse solaire totale, je savais exactement ce qui se passait et les cheveux étaient toujours dressés sur ma nuque", dit-il. Le 8 avril, prédit-il, le même sentiment d'émerveillement qui a saisi les observateurs d'éclipses au fil des siècles reprendra le dessus (si le temps le permet, bien sûr). "Une éclipse solaire totale au milieu de Dallas, ou de San Antonio, sera toujours aussi spectaculaire qu'une éclipse solaire totale en Grèce ou en Turquie il y a 2 000 ans", dit-il. "Ce sera toujours aussi incroyable."
  9. mars 2020 rover

    Bonjour, Utilisation de l'expérience Ingenuity comme banc d'essai martien pour les futurs giravions Écrit par Martin Cacan, pilote en chef d'Ingenuity Mars Helicopter au Jet Propulsion Laboratory, et Shannah Withrow-Maser, responsable de l'aéromécanique des giravions au Ames Research Center https://mars.nasa.gov/technology/helicopter/status/518/unlocking-the-martian-skies-using-ingenuity-as-a-martian-testbed-for-future-rotorcraft/ Les emplacements respectifs de l'hélicoptères et du rover au Sol 1007. Ingenuity a effectué les vols 68 et 69 dans la partie plate inférieure de Neretva Vallis tandis que le rover menait des opérations scientifiques dans la baie de Gnaraloo et commençait sa traversée vers l'ouest jusqu'au bord du cratère. Crédits : NASA/JPL-Caltech. Nulle part sur Terre nous ne pouvons reproduire parfaitement les conditions physiques martiennes. Des installations spéciales peuvent recréer certains paramètres avec suffisamment de fidélité pour tester des scénarios spécifiques, mais chacun est limité, ce qui conduit à une pléthore d'équipements et de scénarios nécessaires pour couvrir toutes les conditions sur Mars. Dans notre article précédent, « The Right Stuff », l’accent était mis sur l’utilisation d’Ingenuity sur Mars pour tester nos capacités à voler plus haut et plus vite, atterrir à différentes vitesses et, de manière générale, à élargir le domaine de vol pour éliminer les risques pouvant être rencontrés par les futurs giravions martiens. Le Saint Graal, cependant, est de comprendre l’échelle le plus fidèlement possible ces risques, non seulement en démontrant qu’Ingenuity peut voler plus vite et plus haut, mais aussi de savoir comment il le fait (les contraintes qu'il subit alors). Pour répondre à la question, l'équipe NASA JPL d'Ingenuity a travaillé avec nos partenaires d'aérodynamiques de la NASA Ames pour concevoir, valider et exécuter une campagne de tests Sys-ID. « Sys-ID » fait référence à un processus appelé identification du système, une méthode basée sur les données pour comprendre le comportement complexe d'un système en étudiant l'impact d'entrées spécifiques sur le mouvement du véhicule. Dans ce cas, un balayage de fréquence (onde sinusoïdale de fréquence variable) a été introduit dans l'entrée de commande pour provoquer une variation d'inclination microscopique du véhicule en vol vers l'avant. L'industrie aérospatiale s'appuie depuis longtemps sur ces méthodes pour caractériser la dynamique complexe des véhicules et valider les modèles de simulation. Les mêmes méthodes ont été utilisées lors des tests au sol d’Ingenuity sur Terre, mais comme indiqué précédemment, il n’existait pas d’environnement artificiels ou naturels sur Terre pour effectuer des tests complets du système comme on peut les réaliser sur notre planète. Au cours des premières phases de la mission d'Ingénuity, les manœuvres dynamiques requises étaient considérées comme trop risquées pour être effectuées en vol sur Mars. Alors notre appareil entrait dans sa troisième année d’exploitation et approchait de la fin de sa capacité à étendre son domaine de vol, les risques du Sys-ID sont devenus moindres et plus faciles à justifier. Fin 2023, une période de trois mois a été consacré au développement, au test et à la liaison montante d'une nouvelle version du logiciel qui connectait des parties du logiciel utilisées pour les tests Sys-ID basés sur Terre avec le code qui contrôle le véhicule lors d'un vol horizontal. https://mars.nasa.gov/multimedia/videos/movies/PIA26240/PIA26240-640.mp4 Cette animation montre une simulation de la réponse de l'hélicoptère Ingenuity Mars de la NASA au processus d'identification du système, ou « Sys-ID ». Crédits : NASA/Ames. Elle représente une entrée de commande qui entraîne un « hochement de tête » microscopique du véhicule en vol vers l'avant. L'opportunité d'effectuer un vol Sys-ID a été trouvé en décembre 2023. Les conditions étaient idéales dans la partie inférieure de la Neretva Vallis (considérée comme une ancienne vallée fluviale) en raison du terrain presque aussi plat qu'au fond du cratère. De plus, le calendrier de la mission permettait une pause dans les vols réguliers nécessaires pour garder une longueur d'avance sur le rover alors qu'il effectuait un périple scientifique à travers la baie de Gnaraloo. Deux vols dédiés (vols 68 et 69) ont été exécutés, démontrant avec succès la méthode Sys-ID en vol et, pour la première fois sur une autre planète, caractérisant la dynamique de vol du véhicule. Ces vols ont donné la priorité à la collecte de données dans des conditions de vol à grande vitesse, à la fois dans le cadre et au-delà des tests sur Terre, afin de corréler et d'étendre nos connaissances. L'importance de ceci est soulignée par Allen Ruan, Dynamiciste de vol d'Ames Aeromechanics : « L'obtention des données de ces deux vols, en particulier aux vitesses de vol élevées, conclut des années précédentes de simulation et d'essais au sol et nous renseignent sur les améliorations de la dynamique pour la modélisation du futur giravion martien. La raison pour laquelle ces vols sont si importants est qu’ils fournissent une validation fondamentale de modèles de giravions qui autrement nécessiteraient des conditions impossibles à reproduire sur Terre. Comme l'explique Tove Aagren, simulateur principal chez Ames et concepteur de la campagne Sys-ID : « L'un des défis inhérents au travail avec les giravions martiens est celui de la validation du modèle. Le vol extraterrestre nécessite une grande confiance dans nos modèles de prédiction, mais reproduire les conditions de vol réelles pour obtenir cette confiance sur l’ensemble d’un domaine de vol lors d’essais sur Terre n’est pas du tout trivial. À ce jour, certains aspects de la dynamique de vol vers l’avant d’Ingenuity restaient indéterminés. C'est ce qui rend capital l'opportunité de caractériser la dynamique des véhicules dans des conditions de fonctionnement réelles, c'est-à-dire sur Mars. Cela non seulement pour la nouveauté de l’approche, mais aussi pour les connaissances fondamentales que nous ne pouvons vraiment pas obtenir autrement que par le biais de vols d’identification de systèmes désignés. Afin d'exécuter ce type de manœuvre, Ingenuity a dû parcourir une distance record à la vitesse au sol maximale précédemment testée de 10 m/s. Un vol aller-retour avec des segments Sys-ID dans chaque étape garantissait que pour une direction de vent attendue d'est en ouest, au moins une étape était face au vent, permettant des tests à une vitesse supérieure à 10 m/s. L'obtention de données sur deux vols à ces vitesses élevées constitue un capital qui permet à l'équipe d'accroître la confiance dans le comportement des futurs giravions. De plus, maintenant que ces méthodes Sys-ID ont été démontrées avec succès, un processus a été établi qui peut être reproduit pour caractériser les futurs engins volants plus tôt dans leur mission. Cela contribuerait à mieux définir les performances du véhicule, permettant à l'équipe opérationnelle de planifier avec moins d'inconnus et pourrait servir aux futurs giravions d'être testés sur Terre pour répondre uniquement à la capacité minimale nécessaire à mener à bien leurs missions, puis les valider à des niveaux de performances plus élevés après atterrissage.
  10. mars 2020 rover

    Bonsoir, Grand récapitulatif couvrant les trois derniers mois : GIF du rocher sur lequel le rover était resté en équilibre instable pendant environ 10 Sols (S1076 et S1081) par PDP8E (UMSF) Tous les Gigapans sont de Neville Thompson (UMSF) : Sol 1063 https://viewer.gigamacro.com/view/Swg7W3colrLamvZu?x1=13705.02&y1=-8292.46&res1=15.99&rot1=0.00 Sol 1064 https://viewer.gigamacro.com/view/b0sqRnvDOjHEptPQ?x1=14771.50&y1=-6028.00&res1=15.39&rot1=0.00 Sol 1068 https://www.gigapan.com/gigapans/234267 Anaglyphe paysagé pour les Sols 1041 et 1045 d'Olivier de Goursac (UMSF) Une équipe évalue un dysfonctionnement sur l'instrument SHERLOC sur le rover Perseverance https://mars.nasa.gov/news/9549/team-assessing-sherloc-instrument-on-nasas-perseverance-rover/ Publiée le 13 février 2024 Les ingénieurs travaillent à réparer un cache anti-poussière sur l'une des caméras de l'instrument scientifique . Les données et les images du rover Perseverance indiquent que l'un des deux couvercles qui empêchent la poussière de s'accumuler sur les optiques de l'instrument SHERLOC reste partiellement ouvert. Dans cette position, la couverture interfère avec les opérations de collecte de données scientifiques. Monté sur le bras robotique du rover, SHERLOC (Scanning Habitable Environments with Raman & Luminescence for Organics and Chemicals) utilise des caméras, un spectromètre et un laser pour rechercher des composés organiques et des minéraux qui ont été altérés dans des environnements aqueux et qui pourraient être des signes passés d'une éventuelle vie microbienne. La mission a déterminé le 6 janvier que la couverture était orientée dans une position telle que certains de ses modes de fonctionnement ne pouvaient pas travailler correctement. Une équipe d’ingénieurs a mené une enquête pour en déterminer la cause et les solutions possibles à apporter. Récemment, le couvercle s'est partiellement ouvert. Pour mieux comprendre le comportement du moteur du couvercle, l'équipe a envoyé des commandes à l'instrument qui modifient la quantité d'énergie qui lui est fournie. Avec le couvercle dans sa position actuelle, l'instrument ne peut pas utiliser son laser sur des cibles rocheuses et ne peut pas collecter de données spectroscopiques. Cependant, la microscopie d'imagerie peut toujours être acquise avec WATSON, une caméra couleur sur SHERLOC utilisée pour prendre des images rapprochées des grains de roche et des textures de surface. WATSON (Capteur topographique grand angle pour les opérations et l'ingénierie) fonctionne à travers une ouverture différente. SHERLOC fait partie d'une suite de sept instruments sur Perseverance. Au cours du développement de la mission, l'équipe a conçu la suite d'instruments de telle sorte que le rover puisse toujours atteindre ses objectifs scientifiques en cas de défaillance d'un seul instrument, car il existe un certain chevauchement entre les capacités des instruments. Outre SHERLOC, PIXL (Planetary Instrument for X-ray Lithochemistry) et SuperCam effectuent également des spectroscopies. Actuellement en route pour explorer une zone surnommée « Beehive Geyser », le rover a atteint son 1 000e jour martien sur la planète rouge, le 12 décembre 2023, soit plus de 300 sols au-delà de sa mission principale. Depuis l'atterrissage du rover le 18 février 2021, SHERLOC a scanné et fourni de riches données sur 34 cibles rocheuses, créant un total de 261 images hyperspectrales de ces cibles. Doté d'un système d'alimentation radio-isotopique, la conception de Perseverance est basée sur celle du rover Curiosity de l'agence, qui fonctionne toujours aussi bien après plus de 11 ans (4 000 sols). Mise à jour du 5 mars 2024 Les ingénieurs du rover Perseverance ont progressé dans la résolution du problème affectant l'imageur de contexte autofocus (ACI) de l'instrument SHERLOC, mais à l'heure actuelle, la capacité spectroscopique Raman de l'instrument reste hors service. Pour mieux comprendre le problème du mécanisme et déplacer le capot de l'ACI en position complètement ouverte, l'équipe d'ingénieurs a essayé différentes actions pour déplacer le cache, notamment le chauffage, l'augmentation du couple d'entraînement, la commande d'un mouvement de bascule et même une commande à la perceuse du rover d' effectuer une opération de percussion "à vide" (et non contre un rocher). Les effets cumulatifs de ces actions ont fait que le couvercle s'est déplacé considérablement vers sa position complètement ouverte. Bien que l'équipe ait conclu que le couvercle et le mécanisme de mise au point automatique ne redeviendront pas pleinement opérationnels, ils continuent de travailler sur une ouverture encore plus grande et sur la mise au point de l'optique dans une position fixe. Le même mécanisme qui déplace le couvercle contrôle également la mise au point de l'ACI. L'équipe travaille également à identifier les modes de fonctionnement du laser de SHERLOC et à tenter de collecter des données de spectroscopie Raman avec le couvercle en position ouverte en permanence. Le 29 février 2024 Bunsen Peak suscite l'intérêt Écrit par Eleanor Moreland, Ph.D. Étudiant à l'Université Rice https://mars.nasa.gov/mars2020/mission/status/515/bunsen-peak-piques-interest/ Mars Perseverance Sol 1071 – Caméra d'évitement des risques avant gauche : Image de la science en cours sur l'espace de travail de Bunsen Peak devant le rover. Cette image a été acquise le 24 février 2024 (Sol 1071) à l'heure solaire moyenne locale de 14:48:14. Crédits : NASA/JPL-Caltech. Perseverance a poursuivi sa traversée vers l’ouest à travers l’unité de marge. Pendant que le rover roule, des images et des données sont obtenues à l'aide d'instruments tels que Mastcam-Z, Navcam et SuperCam pour suivre tout changement dans la chimie ou l'apparence des roches. En cours de route, l’équipe scientifique a utilisé ces images pour repérer un rocher spécial baptisé Bunsen Peak. Ce rocher était intrigant car il se dresse haut parmi le terrain environnant et présente une texture de surface intéressante sur sa face gauche, comme le montre l'image ci-dessus. Une autre caractéristique du rocher qui ressortait sur l’image était sa face presque verticale directement face au rover. Une face verticale suscite l'intérêt de l'équipe scientifique pour plusieurs raisons : premièrement, celle-ci pourrait donner une vue en coupe transversale de toute stratification chimique ou physique qui pourrait se produire dans la roche. Deuxièmement, elle est généralement moins couverte de poussière, ce qui est une facilité pour l'étude faite par nos instruments scientifiques ! Les couches de poussière sur une surface rocheuse peuvent gêner l'étude de la chimie réelle de la roche en dessous. Il est donc important de rechercher des surfaces moins poussiéreuses pour obtenir des données et de bonnes images. Par exemple, pour le rocher du pic Bunsen, vous pouvez voir les endroits où se trouvent les surfaces courbes ou inclinées de la roche qui sont de couleur plus claire en raison de l'accumulation de poussière. Cependant, d'autres surfaces, telles que le bord saillant de la roche étudiée par le bras du rover, sont plus verticales et semblent plus sombres, ce qui indique une moindre couverture de poussière et un meilleur endroit à étudier pour le rover. Nous avons donc choisi cet endroit pour sonder la chimie du pic Bunsen. La caméra WATSON (Wide Angle Topographic Sensor for Operations and eNgineering), qui prend des photos en gros plan et haute résolution de la surface , est vu en action. L'instrument SuperCam LIBS (Laser-Induced Breakdown Spectroscopy) a également effectué des analyses chimiques sur Bunsen Peak qui peuvent être corrélées aux images haute résolution de WATSON pour fournir une vision complette de la texture et de la chimie. Le rover poursuivra son voyage vers l'ouest, en utilisant ses instruments pour surveiller d'autres cibles qui compléteront l'histoire de la campagne de l'unité Margin. Le 8 mars 2024 Persévérance démontre ses capacités lors de l'étude de l'atmosphère martienne https://mars.nasa.gov/mars2020/mission/status/ Écrit par Claire Newman, scientifique atmosphérique chez Aeolis Research Mars Perseverance Sol 965 - Caméra de navigation gauche : Un halo imagé pendant le sol 965, dans l'image finale prise par les caméras de navigation de Perseverance avant la conjonction et la fin de la saison nuageuse. Crédits : NASA/JPL-Caltech Étudier l’atmosphère avec Perseverance peut être un défi ! Imaginez repérer un nuage intéressant sur une photo prise hier ; contrairement à quelque chose d'intéressant en surface, faire de nouvelles observations ne sont tout simplement plus possibles, car il sera disparu depuis longtemps. Ou imaginez que vous essayiez de filmer un diable de poussière traversant le cratère Jezero, alors que les activités quotidiennes du rover sont toutes planifiées avant même que le rover ne s'active au réveille. Le fait que de nombreux phénomènes atmosphériques soient de courte durée et/ou difficiles à prévoir, et ne se produisent souvent qu’à certaines périodes, signifie que les scientifiques étudiant l'atmosphère martienne doivent utiliser différentes stratégies pour les observer. Premièrement, les capteurs qui composent le principal instrument atmosphérique (le Mars Environmental Dynamics Analyser, MEDA) effectuent des observations météorologiques et connexes en continu au moins toutes les deux heures pour chaque sol. Cela nous donne de très bonnes chances de capturer des phénomènes transitoires et difficiles à prévoir. Deuxièmement, pour les capteurs qui ne peuvent pas mesurer aussi souvent - comme les caméras et le microphone - nous prenons des mesures sur plusieurs sols à différents moments et (pour l'imagerie) dans des directions différents, afin d'établir des statistiques sur le moment et le lieu où des phénomènes intéressants ont plus de probabilité de se produire. Troisièmement, lorsque nous nous attendons à voir quelque chose d’inhabituel en fonction de la période de l’année ou du lieu, nous augmentons la cadence des mesures pour nous assurer de capturer cet événement. Au cours de la première année de Perseverance sur Mars, nous avons observé un halo diffusant vers la fin de la saison nuageuse de Mars. Cet anneau brillant autour du Soleil est causé par de gros cristaux de glace hexagonaux qui se forment uniquement en présence d’une grande quantité de vapeur d’eau. Malgré des dizaines de tentatives pour en imager une autre au cours de la deuxième année de la mission, ce n'est qu'à notre dernière tentative, juste avant la fin de la saison nuageuse, que nous en avons observé une! Et enfin, lorsqu’un événement rare de plus longue durée se produit, nous réagissons en enregistrant davantage de mesures. Il y a actuellement de nombreuses tempêtes de poussière sur Mars, et avec certaines passant juste au-dessus de Jezero, nous avons récemment mesuré les plus grandes opacités de poussière de toute la mission à ce jour ! Nous avons donc effectué des observations supplémentaires pour nous renseigner sur la façon dont l'état atmosphérique, la poussière et son soulèvement local ont changé en raison de cette activité tempêtueuse. Pour bon nombre de ces observations, nous ne savons même pas si nous « capterons » les phénomènes atmosphériques que nous essayons d'étudier jusqu'à ce que nous obtenions les résultats de transmission des données sur Terre. Mais même savoir quand, où et dans quelles conditions quelque chose ne se produit pas est très utile. Et en persévérant, nous avons pu obtenir des observations fantastiques sur tous ces phénomènes, depuis les nuages et les halos jusqu'aux tourbillons de poussière et à l'apparition des tempêtes de poussière. Sol 1085 https://www.gigapan.com/gigapans/234355 Sol 1106 https://www.gigapan.com/gigapans/234482 Le 3 avril 2024 La roche échantillonnée par Perseverance est exactement la raison pour laquelle le rover est venu sur Mars https://mars.nasa.gov/news/9572/rock-sampled-by-nasas-perseverance-embodies-why-rover-came-to-mars/ La 21ème carotte rocheuse prélevée par Perseverance a une composition qui la rendrait idéale pour piéger et préserver les signes de vie microbienne, le cas échéant. L'échantillon – présenté ici – a été prélevé au « pic Bunsen » le 11 mars, le 1 088 ème sol de la mission. Crédits : NASA/JPL-Caltech. Le 24 ème échantillon prélevé par Percy offre de nouveaux indices sur l'histoire du cratère Jezero et le lac qu'il a pu contenir autrefois. L'analyse des instruments à bord du rover Perseverance indique que la dernière carotte rocheuse prélevée par le rover était dans l'eau pendant une période prolongée dans un passé lointain, peut-être sur une ancienne plage martienne. Recueilli le 11 mars, l'échantillon est le 24 ème du rover – un total qui comprend 21 tubes d'échantillons de roche, deux remplis de régolithe (roche brisée et poussière) et un d'atmosphère de Mars. "Pour faire simple, c'est le genre de roche que nous espérions trouver lorsque nous avons décidé d'étudier le cratère Jezero", a déclaré Ken Farley, scientifique du projet Perseverance à Caltech à Pasadena, en Californie. "Presque tous les minéraux contenus dans la roche que nous venons d'échantillonner ont été fabriqués dans l'eau ; sur Terre, les minéraux déposés dans l'eau sont souvent efficaces pour piéger et préserver les anciennes matières organiques et les biosignatures. La roche peut même nous renseigner sur les conditions climatiques de Mars qui étaient présentes lorsque elle a été formé. La présence de ces minéraux spécifiques est considérée comme prometteuse pour la préservation d’un riche patrimoine dans l'ancien environnement habitable martien. De telles collections de minéraux sont importantes pour guider les scientifiques vers les échantillons les plus précieux en vue d’un éventuel retour sur Terre avec la campagne Mars Sample Return. le 24 ème échantillon martien collecté par le rover Perseverance, Comet Geyser », un échantillon prélevé dans une région du cratère Jezero particulièrement riche en carbonate, un minéral précieux lié à l'habitabilité de la planète. Crédits : NASA/JPL-Caltech. Au bord du cratère Surnommé "Bunsen Peak" en rapport du monument du parc national de Yellowstone, le rocher d'environ 1,7 mètre sur 1 mètre, a intrigué les scientifiques de Perseverance car l'affleurement se dresse haut au milieu du terrain environnant et présente une texture intéressante sur l'une de ses faces. Ils étaient également intéressés par la paroi rocheuse verticale du "pic Bunsen", qui offre une belle coupe transversale de la roche moins poussiéreuse et donc plus facile à étudier pour les instruments scientifiques. Avant de prélever l'échantillon, Perseverance a scanné la roche à l'aide des spectromètres SuperCam du rover et du spectromètrePIXL à rayons X , abréviation de Planetary Instrument for X-ray Lithochemistry. Ensuite, le rover a utilisé un outil situé à l’extrémité de son bras robotique pour meuler (ou abraser) une partie de la surface et a de nouveau scanné la roche. Les résultats : Bunsen Peak semble être composé d’environ 75 % de grains de carbonate cimentés ensemble par de la silice presque pure. Cette mosaïque montre une roche appelée « pic Bunsen » où le rover Perseverance a extrait sa 21 ème carotte de roche et a abrasé une zone circulaire pour étudier la composition de la roche. Crédits : NASA/JPL-Caltech/ASU/MSSS "La silice et certaines parties du carbonate semblent microcristallines, ce qui les rend extrêmement efficaces pour piéger et préserver les signes de vie microbienne qui auraient pu exister autrefois dans cet environnement", a déclaré Sandra Siljeström, scientifique de Perseverance des instituts de recherche de Suède (RISE). "Cela rend cet échantillon idéal pour les études de biosignature s'il est renvoyé sur Terre. De plus, l'échantillon pourrait être l'un des noyaux rocheux les plus anciens collectés jusqu'à présent par Perseverance, et c'est important car Mars était à son niveau le plus habitable au début de son histoire." Une biosignature potentielle est une substance ou une structure qui pourrait être la preuve d’une vie passée. Échantillon « Bunsen Peak » de Perseverance : La CacheCam de Perseverance a capturé cette image du dernier échantillon carotté du rover – prélevé sur une roche intrigante appelée « Bunsen Peak » – le 11 mars. Crédits : NASA/JPL-Caltech. L'échantillon de Bunsen Peak est le troisième que Perseverance a collecté lors de l'exploration de la « Margin Unit », une zone géologique sur le bord intérieur de la caldeira de Jezero. "Nous explorons toujours la marge et collectons des données, mais les résultats obtenus jusqu'à présent peuvent soutenir notre hypothèse selon laquelle les roches se sont formées ici le long des rives d'un ancien lac", a déclaré Briony Horgan, scientifique de Perseverance à l'Université Purdue, à West Lafayette, Indiana. "L'équipe scientifique étudie également d'autres idées sur l'origine de l'unité de marge, car il existe d'autres moyens de former du carbonate et de la silice. Mais quelle que soit la façon dont cette roche s'est formée, il est vraiment excitant d'en obtenir un échantillon." Le rover se dirige vers la partie la plus occidentale de l’unité de marge. À la base du bord du cratère Jezero, un endroit surnommé « Bright Angel » qui intéresse l'équipe scientifique car il pourrait offrir la première rencontre avec les roches encore beaucoup plus anciennes qui composent le bord du cratère. Une fois l'exploration de Bright Angel terminée, Perseverance entamera une ascension de plusieurs mois jusqu'au sommet de la caldeira.
  11. LSST (Large Synoptic Survey Telescope)

    Bonjour, "Au terme d’une conception qui aura nécessité près de deux décennies et mobilisé plusieurs centaines de scientifiques du monde entier, dont plusieurs équipes du CNRS, la plus grande caméra astronomique au monde va être acheminée vers l’Observatoire Vera C. Rubin au Chili où elle sera installée en cours d’année. Pierre Antilogus, responsable scientifique de la collaboration LSST-France et chercheur au CNRS, nous raconte cette caméra qui promet des observations inédites." (De Remy Decourt sur Futura) https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astrophysique-plus-grande-camera-astronomique-jamais-construite-bientot-installee-son-telescope-112534/
  12. la fin de la matière noire .....

    Les philosophes sont priés de se présenter au comptoir. Pour moi se sera un demi... et après de file à mon cours de danse africaine...
  13. Bonjour, Les capacités optiques d'Euclide sont donc restaurées https://www.esa.int/Science_Exploration/Space_Science/Euclid/Euclid_s_sight_restored Une procédure nouvellement conçue pour dégivrer les optiques d' Euclide a donné des résultats bien meilleurs que prévu. La lumière d'étoiles lointaines entrant dans l'instrument oeuvrant dans le visible « VIS » diminuait progressivement en raison de petites quantités de glace d'eau s'accumulant sur ses optiques. Les équipes de mission ont passé des mois à concevoir une procédure permettant de chauffer les miroirs du système optique complexe de l'instrument, sans interférer avec l'étalonnage précis du télescope ni provoquer de contamination supplémentaire. Après que le tout premier miroir ait été réchauffé de seulement 34 degrés, la vue d'Euclide a été restaurée. Euclide a pour mission de découvrir les secrets de la matière noire et de l'énergie noire, qui constituent 95 % de l'Univers mais qui ne peuvent pas être observées directement. Cependant quelques nanomètres de glace, la largeur d'une grosse molécule, s'accumulent chaque mois sur les optiques, provoquant une baisse de la lumière provenant de galaxies lointaines ... ... "Les miroirs et la quantité de lumière entrant via VIS continueront d'être surveillés, et les résultats de ce premier test continueront d'être analysés alors que nous transformons cette expérience en un élément essentiel du vol et de l'exploitation d'Euclide." Un par un, puis groupe par groupe, les opérateurs prévoyaient de chauffer les miroirs d'Euclide et de tester l'effet sur la lumière entrante. Ils avaient des raisons de croire que le premier miroir qu'ils chaufferaient causait la plupart des problèmes, mais sans pouvoir en être sûrs. Premiers résultats de la campagne de dégivrage d'Euclide « Il était minuit au contrôle de mission de l'ESOC lorsque nous avons dégivré les deux premiers miroirs. Nous avons été très prudents lors de cette opération, en veillant à avoir un contact constant entre le vaisseau spatial et notre station au sol à Malargüe, en Argentine, afin que nous puissions être prêts à réagir en temps réel en cas d'anomalies », explique Micha Schmidt, responsable des opérations du vaisseau spatial Euclid. « Heureusement, tout s’est déroulé comme prévu. Lorsque nous avons vu la première analyse fournie par les experts scientifiques, nous savions qu'ils seraient très heureux, le résultat était bien meilleur que prévu. » Mischa Schirmer, scientifique en étalonnage pour le Consortium Euclid et l'un des principaux concepteurs du plan de dégivrage, explique les résultats. "Notre principal suspect, le miroir le plus froid derrière l'optique principale du télescope, a été réchauffé de -147°C à -113°C. Il n'avait pas besoin d'être très chaud, car dans le vide, cette température est suffisante pour évaporer rapidement toute la glace. " Et cela a fonctionné à merveille ! Presque immédiatement, nous recevions 15 % de lumière en plus. J'étais certain que nous verrions une amélioration considérable, mais pas de manière aussi spectaculaire. " Avec la vision d'Euclide éclaircie dès la toute première étape de la procédure, les scientifiques et les ingénieurs ont pu déterminer où précisément la glace s'était formée et où elle est susceptible de se former à nouveau. "La vision d'Euclide a été rétabli, ce qui lui permet de voir clairement la faible lumière des galaxies lointaines, et plus d'entre elles que ce qui serait autrement possible sans cette opération", explique Reiko Nakajima, scientifique de l'instrument VIS. « Nous nous attendons à ce que la glace obscurcisse à nouveau la vision de l'instrument VIS à l'avenir. Mais il sera simple de répéter cette procédure de décontamination sélective tous les six à douze mois et avec très peu de coûts pour les observations scientifiques. » Après des mois de recherches menées par des scientifiques et des ingénieurs de toute l'Europe, des nuits tardives au contrôle de mission ESOC de l'ESA et 100 minutes de réchauffement, la vision d'Euclide et revenue à la normale. Ces études, et leurs excellents résultats, aideront également pour les futurs satellites susceptibles d’être confrontés au même problème.
  14. la fin de la matière noire .....

    Kontrakoa tamalgarria izango zen.
  15. la fin de la matière noire .....

    Ne soyons pas trop sévères quand même. Une bonne maîtrise du basque n'est pas donnée à tout le monde.