Nostra

Membre
  • Compteur de contenus

    57
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

39 Neutre

À propos de Nostra

  • Rang
    Membre
  1. Bonjour dg2 et merci pour votre réponse sur laquelle je ne peux revenir que maintenant. Je pense qu'il doit me manquer quelques notions nécessaires à la bonne compréhension de votre propos. Je vais donc poser directement la question dans l'autre sens, si un observateur immobile à une distance suffisamment éloignée du trou noir pour qu'il ne soit pas affecté par la RG me regarde tomber dans le trou noir, il va bien percevoir un ralentissement de mon déplacement? Quel sera le rapport de l'écoulement de nos temps respectifs au moment où je vais passer l'horizon?
  2. J'ai regardé cette conférence ma foi fort intéressante mais je me pose depuis une question et je n'arrive pas à m'en sortir... J'imagine que je dois faire une erreur de raisonnement quelque part, mais je n'arrive pas à l'isoler.... AB nous explique que l'horizon du trou noir correspond à la zone de l'espace où la vitesse de libération atteint la vitesse de la lumière. Jusque là OK. Il nous explique aussi que si je tombe dans un trou noir, ma vitesse va augmenter jusqu'à atteindre la vitesse de la lumière au moment où je passe l'horizon, c'est jusque là logique (en faisant j'imagine l'hypothèse que j'arrive avec une vitesse nulle à l'infini mais pourquoi pas, même si je me pose une autre question qui est que si j'arrive avec une vitesse non nulle à l'infini, quid de ma vitesse au moment ou je vais passer l'horizon? mais ce n'est pas ma question principale) Il explique aussi que quelqu'un qui me regarderait tomber dans le trou noir verrait d'abord ma vitesse augmenter, puis ralentir à cause de la dilatation du temps, et qu'au final je ralentirais de plus en plus en approchant de l'horizon jusqu'à me figer dessus. Jusque là ça me paraît cohérent. Mais du coup j'en déduis la chose suivante : Au moment où, dans mon référentiel propre, je passe l'horizon, alors la dilatation temporelle devient infinie (j'atteint la vitesse de la lumière) et donc, quelque part, le temps défile infiniment vite au dehors par rapport à moi, et donc qu'en quelque sorte, au moment où je passe l'horizon du trou noir, l'univers à fini d'exister (= est infiniment vieux) au dehors. Et ça ça me perturbe car ça voudrait dire qu'il est impossible que quoique ce soit tombe dans un trou noir alors que l'univers n'est pas infiniment vieux. Et donc comment un trou noir peut-il grossir? Comment deux trous noir peuvent coalescer? Si quelqu'un pouvait m'éclairer...
  3. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    Enfin si j'ai bonne mémoire la dernière fois on en a détecté, et puis on a pu trianguler la position d'origine et avoir une contrepartie visuelle non? Je veux dire, elle est de combien la proba d'extraire du bruit une donnée fausse sur deux instruments différents, au même moment, de dire regarder par là-bas dans le ciel et que paf, une fusion d'étoiles à neutron?
  4. absence de taches solaires

    Sur l'écran d'accueil tu cliques sur more images et ensuite tu verras toutes les dernières images filtre par filtre. En dessous de chaque image tu peux sélectionner la résolution
  5. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    (et ça ne touche que les effectifs affectés aux lanceurs civils, donc 2300 sur beaucoup moins de 9000)
  6. L'astronomie des dames, sexiste?

    Dans le fin fond de la Haute-Saône profonde d'où ma famille est issue, cette pratique est restée en usage jusqu'à "récemment". Mon grand-père (1931-2009), Jean, n'était connu dans le village que par son deuxième prénom, Marcel. Et c'est le cas pour d'autres personnes de sa génération. Je n'ai pas d'exemple en revanche pour la génération d'en dessous. J'ai toujours trouvé ça assez bizarre Wikipédia cite également deux présidents Français : Jules Gustave René Coty et Pierre Paul Henri Gaston Doumergue
  7. Réchauffement climatique. Ressources.

    Ce que je voulais dire ce n'est pas que les efforts n'existaient pas mais qu'ils me semblaient "léger" comparés à l'enjeu et la potentialité d'une sortie de crise énergétique associée. Budget ITER : 19 G€ sur 20 ans ça me paraît peu. Ta réponse signifie-t-elle qu'il n'y aurait pas d'intérêt à mettre plus d'argent pour essayer d'accélérer les choses (trop d'incertitude sur les résultats et/ou plus d'argent ne nous ferait pas avancer plus vite)?
  8. Réchauffement climatique. Ressources.

    Je suis persuadé que l'espèce humaine ne disparaîtra pas. Une réduction drastique de la population, très certainement, dans le pire des cas un retour à l'âge de pierre oui pourquoi pas, mais je ne vois pas trop ce qui pourrait mener à l'extinction complète de l'espèce. Il restera toujours des poches de survie qui s'adapteront aux nouvelles conditions de vie pour permettre un nouveau départ. Au passage, j'en profite pour dire que les lectures sur ce forum sont souvent très intéressante, mais que la réactivité de beaucoup d'entre vous rend difficile l'intégration à la discussion de ceux qui comme moi ont peu de temps pour celà, mais ne changez pas vous êtes au top! Et j'en profite également pour poser une question un peu dans le sujet. J'ai du mal à comprendre pourquoi on ne met pas beaucoup plus d'efforts dans la recherche sur la fusion nucléaire. N'est-ce pas censé être une solution pour répondre à nos besoins énergétiques, en étant à la fois une source de production d'énergie beaucoup plus performante et écologique?
  9. Hayabusa 2 à l'assaut de Ryugu

    Naaan, c'est Mimas l'étoile de la mort! Là c'est au mieux une étude de faisabilité du projet (c'est tout petit en plus)
  10. Quelle est la taille de ces galaxies? Les plus grandes pouvant mesurer plusieurs millions d'AL de diamètre, ne serait-il pas possible que leurs coeurs soient effectivement à 1.3 millions d'AL mais qu'en périphérie elles ne soient qu'à 7000?
  11. Actualités de Curiosity - 2013

    Serait-il envisageable que l'équipe qui suit le rover ait peur que l'exploration de la vallée argileuse sonne ensuite le glas de la mission et préfère faire quelques détours pour assurer des objectifs "secondaires" qui pourraient ne pas être financés après? PS : Merci beaucoup pour ce fil d'une qualité extrême que je suis avec passion depuis des années!
  12. Gaia, bientôt J-100!

    Le Sinistros!
  13. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Je suis un peu circonspect de mes lectures sur ce fil et j'ai surtout du mal à comprendre ce qui vous chagrine au fond. Sans même parler de Musk et de SpaceX en particulier et ce qu'ils réaliseront. Seul l'avenir nous le dira même s'il a l'air de mettre pas mal de pognon dans son projet aujourd'hui (seul le BFS est en construction aujourd'hui, pour des essais style "grasshoper"), je suis sûr que les afficionados seront déçus et les sceptiques sans doute un peu surpris. Je ne pense pas qu'il y aura 1 millions d'habitants sur Mars dans 100 ans, mais pourquoi pas dans 500 ou 1000? Je pense que nous sommes tous (à part éventuellement quelques fans irréfléchis) convaincus aujourd'hui que nous n'avons pas la capacité technologique à entretenir la vie humaine autonome ailleurs que sur Terre (et éventuellement en orbite basse, pour un intérêt qu'on peut discuter). Il y a encore aujourd'hui beaucoup de barrières technologiques à franchir pour permettre, disons, la survie sur Mars. Mais on a quand même l'impression qu'on va finir par s'en approcher, et ce qui était encore dans le domaine de la SF il y a une cinquantaine d'années, pourrait devenir réalité d'ici 50 ans. Quand je lis "l'avenir de l'Homme est sur la Terre", certes c'est pas faux (à court terme). Mais pourquoi devrait-ce être exclusif? Pourquoi l'avenir de l'Homme ne serait pas sur la Terre et... ailleurs? N'avez-vous donc pas/plus au fond de vous ce rêve de gosse de voir un jour l'humanité "quitter son berceau"? Dans votre vision du monde l'humanité est vouée à disparaître à plus ou moins longue échéance en restant cloisonnée sur Terre. Et ce serait le clap de fin, un claquement de doigt à l'échelle de l'Univers, une espèce qui est parvenu à comprendre en partie sa position dans ce manège infernal et en disséquer les rouages et puis pouf, plus rien? Quel gâchis non? L'avenir de l'humanité, par définition n'est pas sur Terre, car sur Terre elle n'a pas d'avenir (aux échelles géologiques)! Alors quand moi aujourd'hui je vois que certains essayent de faire bouger les lignes sur ces sujets là, je me dis que certes on n'y est pas encore qu'il reste un long chemin à parcourir et qu'on en voit que le début, mais ça me permet d'entrevoir un avenir pour l'humanité qui me plaît bien. Ce que j'ai du mal à comprendre c'est pourquoi s'opposer avec tant de verve à toute volonté de progresser dans cette voie là?
  14. L'univers aura t-il une fin ?

    Qu'est-ce qui te dit que le supertanker ne va pas ralentir, s'arrêter ou changer de cap, se faire détourner, chavirer, exploser, être percuté par un autre bateau, se faire enlever par un OVNI? Connais-tu avec suffisamment de précision les courants dans lesquels il navigue, et les vents qui peuvent le détourner de sa route? Tu ne peux pas faire de prévisions absolument certaines, tu peux estimer avec une bonne probabilité ce qu'il adviendra dans son futur, avec une précision entâchée de toutes les incertitudes liées aux données d'entrée de ton modèle et ce que tu aurais pu oublier de prendre en compte.
  15. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    L'espace serait donc propriété des "chercheurs"? Le but profond de la recherche est-il uniquement de répondre à "la grande question sur la vie, l'univers et le reste" ou alors est-il d'améliorer la qualité de vie de l'intégralité de l'espèce? Et ben les deux mon capitaine (et c'est un lourd fardeau!), la difficulté est de faire cohabiter tout le monde!