Adlucem

Member
  • Content count

    430
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

981 Excellent

3 Followers

About Adlucem

  • Rank
    Active Member
  1. Actualités de Curiosity - 2013

    L'important c'est que ça marche encore ! On dit que la mécanique a une âme. Curiosity en a une assurément. Ce qui est émouvant chez lui c'est sa fabrication artisanale. Le voilà qui pérégrine depuis 10 ans sur une autre planète. Et il court toujours avec son cœur radioactif, sa tête électronique sur une perche articulée, son câblage en gutta-percha et ses roues disloquées. Néanmoins on ne peut s'empêcher de rire quand on examine l'empaquetage du moteur de la trappe avec son adhésif façon colis en polypropylène et ses straps tendus avec un double-nœuds (photo). On croirait que c'est une arpète qui a fait ça au dernier moment. Ça me rappelle mon job de câbleur électronique quand j'étais étudiant. Y z'auraient pu quand même y mettre de la guidoline et des Ty-rap, au moins, rien que pour faire joli ! Mais qu'importe, pourvu que ça tienne. C'est du reste ce côté fragile de bricolage hasardeux qui le rend si proche à nos sentiments, si loin de nous dans ce monde exotique. Curiosity solitaire et persuadé tel un missionnaire s'efforce de nous prêcher un évangile que lui dicte chaque sol martien. Croyons en lui et écoutons sa parole quotidienne délivrée obligeamment ici bas par ses apôtres.
  2. Actualités de Curiosity - 2013

    Je me pose la question : Roches-litées ou ripple-marks ? Au vu des photos, sans vue 3D de la chose, ça fait penser à des ondulations mais à observer plus attentivement, ces roches me semblent à stratification verticale, à la façon d'un mille feuille qui aurait été découpé sous un angle très fermé. Dans ce cas elles ne seraient pas de véritables rides de courants ou "ripple-marks" qui s'impriment ordinairement en une seule épaisseur sur le fond sous l'action des vagues ou des courants dans une faible profondeur d'eau, mais seraient de simples crêtes ordonnées en parallèle. Bien que tout cela soit certainement d'origine sédimentaire en milieu humide, les crêtes résulteraient de l'action éolienne continue sur des épaisseurs de roches à faible litage, alors que les ondulations de courant résulteraient de la mise à jour d'une situation plane et quasi instantanée imprimée sur le plafond des roches par le courant avant qu'elles ne soient asséchées. Dans ce cas, on devrait quasiment y voir les trous des vers de vase... Peux-tu demander à Curiosity de faire une coupe du substrat pour en avoir le cœur net ?
  3. Comme Vauffy et Jack, on juge toujours à sa mesure. Nul ne peut être blâmé de juger les autres; tout est question de référentiel. D'évidence, certains pensent qu'il a atteint le stade ultime de l'évolution darwinienne, mais beaucoup pensent que ce n'est qu'un cow boy d'opérette aux holsters remplis de $. Ses faux airs de messie n'ont probablement d'autre que d'accroître sa fortune en mystifiant les plus crédules. Qu'il veuille le bien de l'humanité, qu'il nous donne une seule trace de sa vertu que nous puissions examiner sa sagesse. Tout comme celle de ceux qui le révèrent. L'argent dépensé pour allumer 33 raptors peut réussir à élever une fusée pour atteindre le cosmos mais ne pourra jamais exhausser une cervelle de nabab au rang de pur esprit.
  4. C'est plus AZF que ZTF...

    C'est plus AZF que ZTF... Avec un titre comme ça tu vas foutre la trouille aux toulousains ; ) mais on fait avec ce qu'on a et bravo pour l'animation ! C'est déjà mieux que ce que j'ai vu au C8 avec réducteur en bataillant contre la tramontane la lune et les lampadaires et en plus j'étais content !
  5. JUICE, Europe autour de Jupiter

    Siderieus Nucius ("Le messager des étoiles") : voilà comment aurait du être nommée cette sonde, au lieu de cet horrible acronyme qu'est JUICE @Daniel Bourgues et @jackbauer 2 Siderieus Nucius : ERRATUM ! ne perdez pas votre latin ! SIDEREUS NUNCIUS Sidereus, a, um : 1) relatif à un astre oui aux astres, 2) relatif au soleil, 3) céleste, divin, 4) brillant Nuntius ou Nuncius, a, um : qui annonce, qui fait connaitre Le magnifique frontispice de la première page de l'ouvrage et les deux pages 17 et 18 mentionnées plus haut traduits en français : Tiens, je vais en profiter pour le relire en entier en attendant le lancement
  6. L'animateur de La tronche en biais n'arrive pas à me convaincre dans sa vidéo sur ce sondage de l'IFOP. Il dit que les données chiffrées issues du sondage sont exagérées par rapport à ses propres attentes. Il demande à connaître les questions posées, dans quel ordre, quelles circonstances, etc… , et met en cause la méthodologie de l'enquête en affirmant que le sondage ne respecte pas des règles scientifiques. Je me demande s'il ne fait pas une erreur de jugement. La partie scientifique du sondage, celle qui correspond à des considérations mathématiques c'est la composition d'un échantillon suffisamment large qui est censé représenter une opinion élargie, et le dépouillement des grilles avec le calcul des valeurs. Mais ce qui compte ce n'est pas nécessairement la valeur absolue des chiffres pris en eux-mêmes, que ce soit 17 ou 33% ce n'est pas là l'essentiel. Le reste, la mise en forme du questionnaire, sa passation, la mise en évidence des corrélations, des évolutions, des tendances observées en accord ou en contradiction avec des études passées ou des échantillons de populations dissemblables c'est de la sociologie et de l'interprétation. Le sondage a plutôt valeur de photographie de l'opinion de l'échantillon à un instant donné, mais pour faire un jeu de mot on pourrait dire que c'est un empilement de "clichés" comme du stacking de prises de vues, dans le sens où on en voit le fondu final plutôt que les multiples épreuves et ce qu'on en retient c'est la compilation des données. Les commentaires que le sondeur va exprimer au public bien que ce soit la partie la plus intéressante, ce n'est pas une science exacte. Il n'y a pas de vérité. En outre il peut y avoir un biais culturel, politique, voire une manipulation. François Kraus le directeur d'équipe auteur de l'étude sur la mésinformation des jeunes de 11 à 24 ans s'en défend. Dans un article de presse https://www.ladepeche.fr/2023/01/22/les-jeunes-ont-de-moins-en-moins-confiance-en-la-science-selon-un-sondage-ifop-10936486.php il dit qu'il s'agit d"une enquête solide" et rejette les critiques méthodologiques qui lui ont été faites. Examinons les commentaires qu'il nous livre du travail de son équipe : La perte de confiance vis à vis de la science : "Il y a un discours à propos des méfaits de la science sur la nature, le climat ou la santé humaine qui engendre une large prise de conscience chez les jeunes. C'est ce que j'appelle la génération Greta Thunberg". Et même si 17% des jeunes estiment que la science fait "plus de mal que de bien", le sondeur affirme qu'"il ne faut pas en tirer une grille de lecture trop alarmiste. En effet, selon le Cevipof, ces tendances évoluent de la même manière depuis cinquante ans chez l'ensemble des Français. Ce n'est pas spécifique aux jeunes, bien que ce soit plus marqué chez eux". La forte adhésion des jeunes aux "vérités alternatives" : "La jeunesse est une période où l'on est souvent fragilisé psychologiquement. On se rattache alors à une lecture assez simple du monde, pour se rassurer", traduit François Kraus. L'influence des religions : "Dans les minorités religieuses, y compris chez les catholiques traditionnels, il y a un regard critique contre la science quand celle-ci remet en cause un texte sacré", constate le responsable de l'Ifop. Là encore, ce dernier ne tire pas la sonnette d'alarme. "Si 15% des jeunes français croient que la Terre est plate, c'est plus du double aux Etats-Unis. Plus une société est sous une emprise religieuse, plus on y remet en cause des vérités scientifiques qui font consensus depuis des siècles." La source de l'information : "Près de 70% des jeunes s'informent sur internet, c'est trois fois plus qu'en 2010. Ils sont donc naturellement surexposés à des contre discours auxquels leurs aînés n'étaient pas exposés quand ils avaient leur âge. Nous sommes passés d'une information verticale, celle des autorités scientifique, politique ou médiatique, à une information horizontale qui comporte le risque d'un nivellement par le bas des savoirs et des expertises"… TikTok dans le viseur : "Ce réseau social dispose d'un moteur de recherche très bien fait que de plus en plus de jeunes utilisent pour toutes leurs recherches, délaissant Google. Ils sont alors soumis à un ensemble de thèses alternatives. C'est un vrai problème". Au-delà des chiffres et des critiques méthodologiques, ces commentaires sont très instructifs il me semble…
  7. Gardons le sens de la mesure, en république on devrait dire "NI DIEU NI MÈTRE" !
  8. Mais quid, si la même chose se passait aujourd'hui dans le sens inverse ? C'est un fait, les anciens grecs étaient parvenus à unifier leurs différentes peuplades chacune soumise à leur mythos, cad leur religion, leur coutume, leur éducation (sacré différence entre lacédémoniens et athéniens) et à les dissoudre dans le creuset d'un nomos, une entente, une loi. De là le Logos, le discours raisonné, dialectique, philosophique, scientifique, s'est affirmé annonçant l'âge d'or de la civilisation. Si à notre époque on assiste au retour du mythos dans nos façons de penser au détriment de la rationalité, doit-on en conclure que nous avons depuis longtemps franchi le col de la connaissance pour glisser sur la pente de la dégénérescence du savoir ? C'est ce que l'étude "La mésinformation scientifique des jeunes à l’heure des réseaux sociaux" nous laisse penser. Pourtant, nous, les boomers ! (sic), qui avons grandi sans Internet, et appris les lettres, les sciences rien qu'avec des profs et des livres ! Quand nous observons cette génération de quatrième singes (No hear, No see, No speak) obnubilés par leur smartphone et accro aux réseaux sociaux, devons nous maudire la jeunesse, sombrer dans le passéisme et nous noyer dans le défaitisme ? D'ailleurs de tous temps, les adultes se sont toujours indignés du comportement de la jeunesse. Platon a écrit dans La république : "Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque les jeunes méprisent les lois, parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux, l'autorité de rien et de personne, alors, c'est là, en toute beauté et toute jeunesse, le début de la tyrannie". Mais essayons de revenir deux minutes dans la peau d'un djeun… Tout compte fait, non, on a déjà donné... et quand on est jeune, on n'est pas très libre, on est fauché, on est captif qu'on le veuille ou non de la façon de penser de ses parents, de ses copains de classe, des peurs du monde qu'on a pas encore appris à surpasser. Ensuite, plus ça va, plus la jeunesse devient ce que les adultes ont façonné de vous. Finalement mais après coup, on se rend compte que le problème de la jeunesse c'est avant tout le problème des adultes ! Rappelez-vous dans les années 60-70, lorsque Thimothy Leary, le pape de la révolution Flower Power, de la marijuana et du trip à l'acide disait aux jeunes "Ne faites jamais confiance à quelqu'un de plus de 40 ans !" Epoque révolue de liberté sans égal et sans précédent pour la jeunesse. Que sont-ils devenus ces hippies qui ne pensaient qu'à s'éclater la tête et à baiser, au grand dam de leurs aînés ? Des écrivains, des journalistes, des politiques, des profs, des ouvriers, des riches, des pauvres, des chefs ou des sans grades… Ils ont fait le monde à leur image comme les jeunes feront le leur. Donc, ces jeunes qui sont critiques à l'égard de la science, qui sont superstitieux, qui gobent les fake news, qui font une confiance immodérée aux créateurs de contenus, youtubeurs et autres influenceurs, qui perdent leur temps à faire des jeux vidéos, à scroller sur Tik Tok et à écrire des textos, que vont-ils devenir en vieillissant, ces cons ? C'est là le nœud du problème. Ils deviendront certainement des adultes. Entre un jeune con et un vieux con, finalement ce n'est qu'une question d'âge !
  9. Pour les jeunes perte de repères ==> Pour les vieux perte d'heureux pères
  10. Que s'est-il passé à Vegas ? C'est ce que ce sont demandés les participants du CES quand ils on vu s'imprimer dans le ciel des messages publicitaires du groupe Siemens. Comme moi, vous vous demandez si c'est des lasers, les starlink de Musk ou une hallucination collective... ? La réponse : Ce n'est qu'un procédé ancien assisté par ordinateur, mais le fait d'afficher des pubs dans le ciel de cette façon ça fait plutôt Orwell 1984. Aujourd'hui les 5 jets qui volent en tirant des câbles, on peut trouver ça fun, mais c'est pas très respectueux pour la planètes, ni pour ses autochtones. Espérons que les constellations de satellites ne puissent jamais faire la même chose de jour comme de nuit, le genre humain perdrait alors définitivement sa plénitude.
  11. A la force de voir vos commentaires, j'ai tout de même voulu télécharger l'offre d'emploi : Missions principales :  Assurer le contrôle des instruments, diagnostiquer les pannes éventuelles, déterminer les solutions palliatives adaptées.  Suivre les évolutions des techniques instrumentales, s’y former et les mettre en œuvre.  Etre force de proposition dans l'optimisation de nos instruments avec pour objectif permanent la disponibilité et la fiabilité des matériels.  Suivre et contrôler des fabrications ou des prestations instrumentales internes ou externes.  Gérer les approvisionnements et les stocks de matériel et de consommables liés à tous les instruments.  Effectuer la maintenance préventive sur l'ensemble des équipements mécaniques et électrotechniques.  Effectuer les opérations courantes d’entretien, d’installation et de dépannage.  Analyser les résultats d’une mesure d’étalonnage et optimiser les réglages en conséquence.  Contribuer au nettoyage des installations lorsque cela est nécessaire.  Changer ou réparer les pièces et organes défectueux.  Renseignez les activités dans la GMAO et savoir rédiger des gammes de maintenance, des procédures, etc.  Procéder aux montages, réglages et essais des dispositifs après maintenance.  Réaliser les montages et assemblages de sous-ensembles simples.  Intervenir, le cas échéant, lors de la mise en service de nouvelles unités.  Appliquer et faire appliquer les règles de sécurité et les procédures de qualité. Conditions particulières d’exercice : Encadrement : NON Conduite de projet : NON Le poste est ouvert par voie contractuelle uniquement (contrat d’une durée de 12 mois). Le poste est situé sur le site de Meudon (92) et des déplacements sur le site de Paris sont à prévoir. - Possibilité de travail de nuit ou le week-end pour des missions d’observation. - Risques mécaniques, ergonomiques et électriques liés au poste [moyens mis à disposition: équipements de manutention, EPI (harnais de protection, casque, chaussures à électricité), PTI (disponible au poste de garde en cas de travail isolé), formations (habilitation électrique, travail en hauteur)]. - Temps de travail : 37h35 sur 5 jours – L’établissement propose un dispositif de télétravail - Droit à congés : 47 jours (dont 2 jours de fractionnement) Connaissances :  Connaissances du milieu de la recherche et de l’innovation  Avoir des connaissances opérationnelles en mécanique  Avoir éventuellement des connaissances de base et pratiques dans d'autres techniques (par exemple électronique, hydraulique, pneumatique,...)  Connaître les techniques de mesures physiques et de métrologie  Langue anglaise : A2 (cadre européen commun de référence pour les langues) Compétences opérationnelles :  Établir un diagnostic et résoudre des problèmes  Comprendre et traduire une demande pour optimiser les montages et les paramètres de fonctionnement  Etablir un dossier de plan en vue d'une réalisation et faire le suivi de fabrication  Mettre en œuvre des techniques de mesures physiques et de métrologie  Utiliser les outils informatiques du domaine, notamment une GMAO  Savoir entretenir les relations avec les fournisseurs  Appréhender les risques de la mise en œuvre des techniques utilisées  Etablir un dossier de plan en vue d'une réalisation et faire le suivi de fabrication  Créer et suivre une liste de tâches  Transmettre des connaissances  Savoir rendre compte de manière synthétique et pertinente  Appliquer les règles d’hygiène et de sécurité Compétences comportementales :  Capacité d’adaptation et d’écoute  Rigueur / Fiabilité  Sens de l’organisation  Esprit d’initiative Avec une fiche de poste pareille, on se demande comment l'observatoire de Paris espère trouver un ou une salarié(e) et un(e) seul(e) qui réunisse la disponibilité, la rigueur, le sens de l'organisation (il en faudra), les compétences techniques, comportementales, la capacité d'adaptation vis à vis de la hiérarchie et face aux risques électriques et mécaniques... le tout dans la grille de salaire de la fonction publique et pour UN AN ! C'est un véritable challenge genre émission de survie sur TF1... Pour avoir mené une bonne partie de ma carrière en tant que gérant de SARL en prestation de service auprès de l'état et des collectivités locales dans le domaine de l'urbanisme, j'ai répondu à des tas d'appel d'offres de marchés publics. Cet appel à candidature ne parait guère adapté à un profil salarié débutant, même "passionné". En revanche, cela correspond tout à fait à un CCTP (cahier des clauses techniques particulières) qui recherche une société de services spécialisée. En ouvrant un appel d'offre de marché public pour trouver un prestataire (indépendant ou société), l'observatoire de Paris gagnerait en crédibilité en se positionnant en donneur d'ordre sérieux plutôt qu'en chercheur de trèfle à quatre feuilles ou de mouton à cinq pattes. Dans l'hypothèse du marché public, évidemment, le coût de la mission serait celui du "mieux disant" avec le risque de marché infructueux en cas de dépassement des coûts d'objectif ou d'absence de concurrence. Voilà qui confirmerait De Facto le juste prix de la mission découlant de la rencontre entre l'offre et de la demande. C'est seulement dans ces conditions que le contrat pourrait se dérouler sereinement sur des engagements équitables, enfin c'est ce que je pense.
  12. Nettoyage miroir C150 Newton

    Quelques recherches étymologiques pour essayer d'y voir clair : Du Larousse en 15 volumes : Collimation du latin collimare pour collineare, viser. Du dictionnaire Latin/Français du baccalauréat : collineare (cum + linea) viser le but, frapper le but. Le préfixe cum avec et linea le fil, le cordeau, le trait la ligne... qui signifie littéralement suivre la ligne. Collimare est un verbe de la 1ere conjugaison donc au parfait à la voie passive fait collimatus sum j'ai été visé. Il y a donc bien un "at" dans le verbe, d'ailleurs on peut supposer que de ce participe passé collimatus dérive l'adjectif collimateur, trice et le nom collimateur, appareil qui sert à viser. Il y a fort à parier que les Anglais, ces saxons qui furent romanisés, n'ont une fois de plus en matière grammaticale rien inventé quand ils disent my telescope is well collimated...
  13. mars 2020 rover

    Comme ça, n'importe où... ils auraient pu lui apprendre le caniveau quand même !
  14. Un peu de nostalgie....

    Bernard Chabbert savait nous faire partager sa passion du vol et nous amenait au dessus des nuages avec des commentaires éclairés et des bandes sonores somptueuses. Son émission avait trouvé l'équilibre entre l'aventure, la technique et une juste poésie. Je me souviens encore d'une approche de piste accompagnée par l'adagio du concerto pour clarinette et orchestre K 622, un instant de grâce, Mozart aurait pu tenir les commandes.
  15. Comme toujours la réalité a dépassé la fiction (la fission ?)