Adlucem

Member
  • Content count

    228
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

413 Excellent

2 Followers

About Adlucem

  • Rank
    Active Member
  1. Apophis vs Supervolcan

    Roul, cette formule emphatique de "bon ciel" que tu emploies systématiquement est un peu galvaudée à la longue. Comme dit Je ne sais pas s'il est civilisé mais il écrit tout cela avec une grande verve ce gars nu-pieds des îles...
  2. C'est la règle dite des 4P , Plus Plat Plus Près, donc face convexe vers l'infini et plan vers l'observateur, mais dans ce montage qui saurait voir la différence ?
  3. Georges Viscardy

    Je mes souviens très bien avoir vu passer Echo1 en 1963 dans un ciel aussi pur que mes souvenirs d'enfant l'ont imprimé. Il n'y avait pas d'objets furtifs dans le ciel, et le passage d'Echo aussi brillant que Sirius était une attraction lorsqu'on levait le nez. J'entends encore mon père me disant : "Regarde c'est Echo un satellite de radio". Un autre temps, assurément !
  4. Georges Viscardy

    Ah oui ! que de souvenirs ! Tout gosse, mes parents m'avaient offert ce livre, et comme le dit @S un seul livre marque toute une vie... J'ai gardé à jamais dans la tête le dessin des constellations telles qu'elles sont représentées dans les secondes de couvertures et quand je regarde le ciel je les vois toujours, je n'ai jamais pu m'habituer à d'autres contours que ceux-ci. Quand à la représentation de la belle Andromède enchainée, elle provoquait en moi un certain émoi quand j'avais 12 ans, allez savoir pourquoi ?
  5. Les Arts Flo je crois qu'ils ne font plus d'enregistrements, que des concerts. Mais Harmonia Mundi continue et ne se limite pas au seul répertoire classique : la production se déploie sur d’autres secteurs, tels que le jazz, la world music, les musiques actuelles et depuis 2015, la jeunesse. Six labels, autant de griffes éditoriales témoignant d'une pluralité musicale. Aujourd’hui, une quarantaine d’artistes de toutes nationalités enregistrent pour le label Harmonia Mundi, et ce dans plusieurs zones du globe – notamment à Berlin, à Londres et aux Etats-Unis. Désolé pour le HS.
  6. Ces deux là, et bien d'autres, des Chefs d’œuvre. Tiens je les ré écoute tout de suite.
  7. Pauvres diables que nous sommes, nous les hommes... (c'est du Julio Iglesias !) Bon, elle t'as mis à la porte mais sur le chemin de la vertu tout de même !
  8. Le machin là il a que deux ailerons, la fusée de Tournesol elle en avait trois avec des silent blocs sur chacun quand elle s'est posée dans le cirque Hipparque. A quoi ça sert deux ailerons, c'est bien pour planer mais c'est pas stable pour se poser dessus ? Et puis il faudrait le peindre ce truc, c'est plutôt moche comme ça.
  9. Faire un documentaire TV scientifique et philosophique en 1 h 30 sur le pourquoi et comment de la vie ici et non pas ailleurs est déjà en soi une prouesse audio visuelle. Ce qui pourrait tourner à un bide cathodique s'il n'y avait pas de rythme (rapide) , de mise en scène exotique et colorée, de sentences définitives, de dramaturgie quoi ! Le cahier des charges a été respecté, le produit est comestible, la saveur parfumée ne devient entêtante qu'à longue exposition. Tout a été finement dosé finalement, bravo aux réalisateurs, aux techniciens, aux acteurs, aux téléspectateurs. Ah oui, j'avais oublié la critique du sujet ! Bah, on s'est bien baladé dans l'univers, merci tout de même d'avoir posé la question dont on n'aura jamais la réponse.
  10. Un trou noir né trop tôt ?

    Barnabé, pour impressions personnelles, j'ai suivi le coté sensationnel du post mais je l’avoue sans détour, je suis une tanche en physique et je ne comprends que pouic aux formules, unités et calculs ci-dessus exposés. Je joue donc les candides et retiens de tout ça que l'univers serait baigné d'un Ether qui résoudrait la question que se pose les astrophysiciens à propos de la matière noire. Comme le dit justement @Superfulgur, en réinventant l'Ether, c'est l'antiquité qui refait surface, en effet Aristote disait, je crois, que la lumière se définissait comme un fluide projeté par l’œil, ce fluide atteignant les objets pour les matérialiser à notre perception. L'hypothèse que tu exposes n'est-elle pas à la mesure de ce jeu de miroirs qui fait prendre des effets pour des causes ? En jouant sur des calculs et des formules approximatives, tout finit par s'arranger avec ce qu'on veut démontrer, et en essayant de persuader les autres on finit par s'en persuader soi-même... Ta perception du monde qui, malgré ton érudition mathématique et ta sagacité, se confronte à des siècles de conquêtes issues du raisonnement scientifique est tout autant sincère que touchante tant tu cherches à nous en convaincre. Mais il n'est-il pas plus facile de renverser la table quand il faudrait au contraire mettre les couverts ? J'aime bien la métaphore architecturale des fondations évoquée dans le post de @PascalD citant G. 't Hooft. Rajouter des étages à un édifice existant, oui, à la condition qu'ils ne soient pas en surplomb des étages inférieurs. Ou bien il faut avoir une bonne assurance si ça s'écroule ! Le code d'Hammourabi stipulait qu'on écraserait sous des pierres l'architecte qui a mal exécuté son ouvrage, mais c'était il y a longtemps.
  11. Venus, grosse annonce à venir!

    On peut les croire car en sciences ces planétologues sont vraiment des bêtes, ils examinent les livres de maths en chantant.
  12. Venus, grosse annonce à venir!

    L'exploration est tentante, mais avec la chaleur, la pression et les bestioles ? Prudence… Imaginez les monts de Vénus remplis de bactéries, en allant y sonder, le risque est gros de ramener des maladies vénériennes !
  13. Venus, grosse annonce à venir!

    Ouais, c'est vrai ! Vénus c'est 5 fois plus près de la terre que Mars !, Qu'est ce qu'il attend Melon Hulk pour envoyer là bas son gros bidon d'hydrogène... La pression ? Quelques soudures renforcées et on n'en parle plus…
  14. Bof, tout ça c'est du bluff, non ?
  15. Incroyable ! Un nouveau cratère de 50 m de profondeur vient d'être découvert en Sibérie ! https://siberiantimes.com/other/others/news/giant-new-50-metre-deep-crater-opens-up-in-arctic-tundra/ Non, ne soyez pas déçus, ce n'est pas un cratère météoritique ! Ces phénomènes appelés "hydrolaccolithes" or "bulgunnyakhs" ont été observés à quatre reprises en Sibérie, seulement depuis 2014. Ils se forment dans les régions arctiques et subarctiques à partir d'un "pingo" (monticules avec un noyau de glace), puis, en raison du flux de chaleur de la Terre, ce "pingo" commence à dégeler et son noyau de glace à moitié fondu se remplit de gaz méthane provenant de la profondeur à travers une fissure dans le sol sous cet endroit. Le gaz naturel chauffé par un flux de chaleur provenant des entrailles de la terre à travers les fissures entre dans le noyau de glace fondante, le remplit et fait exploser le "pingo" en projetant des blocs de permafrost à des centaines de mètres ! Mais ce processus n'est pas celui habituel, car normalement les "pingos" fondent et s'effondrent en formant une dépression puis un lac. Les experts russes disent que la formation "explosive" est quelque chose de "jamais observé" auparavant, qui est liée au "temps chaud de ces dernières années", comprenons qu'il y a certainement un rapport de cause à effet avec le réchauffement climatique. De nouvelles images de l'expédition sont présentées ici, montrant comment l'un des trous s'est rapidement rempli d'eau ces derniers mois. A new funnel was noticed by chance by a crew of Vesti Yamal TV as they were flying from an unrelated assignment. Pictures from July 2020 by Vesti Yamal The new funnel filmed from air by the team of Yamal-based TV station. Picture from July 2020 by Vesti Yamal The recently-formed new hole or funnel is the latest to be seen in northern Siberia since the phenomenon was first registered in 2014. It was initially spotted by chance from the air by a Vesti Yamal TV crew en route from an unrelated assignment. A group of scientists then made an expedition to examine the large cylindrical crater which has a depth of up to 50 metres. Such funnels are believed to be caused by the build up of methane gas in pockets of thawing permafrost under the surface. Pictures of B1, the very first funnel seen in summer 2014 on the Yamal peninsula, and a map of the first four funnels in both Yamal and Taymyr peninsula. Pictures: Vasily Bogoyavlensky Scientist Dr Evgeny Chuvilin, a leading researcher at Skolkovo Institute of Science and Technology, said: ‘What we saw today is striking in its size and grandeur. 'These are the colossal forces of nature that create such objects.’ The 'crater' - these holes are called hydrolaccoliths or bulgunnyakhs by scientists - is given the number 17, and is seen as the most impressive of the large holes to suddenly appear in recent years as the permafrost thaws. Professor Vasily Bogoyavlensky, of the Russian Oil and Gas Research Institute in Moscow, told Vesti Yamal: 'This object is unique. It carries a lot of additional scientific information, which I am not yet ready to disclose. 'This is a subject for scientific publications. We have to analyse all this, and build three-dimensional models.’ Pictures of B1, the very first funnel seen in summer 2014 on the Yamal peninsula, and a map of the first four funnels in both Yamal and Taymyr peninsula. Pictures: Vasily Bogoyavlensky L'expédition a été organisée par le gouvernement Yamal, avec le soutien actif du Centre russe de développement de l'Arctique et de l'Académie russe des sciences représentée par le directeur adjoint de l'Institut de recherche sur le pétrole et le gaz, le professeur Vasily Bogoyavlensky. Lorsque le trou de Yamal est apparu pour la première fois, de nombreuses théories étranges ont été avancées pour expliquer le phénomène, notamment que la cause était un missile égaré ou une météorite. Une équipe de recherche du Trofimuk Petroleum-Gas Geology and Geophysics Institute a suggéré que les cratères pourraient être liés au Triangle des Bermudes dans la mesure où les explosions sous l'océan Atlantique causées par des émissions élevées d'hydrates de gaz expliqueraient en partie le mystère de la disparition des navires et des avions. Ironiquement, le nom Yamal signifie «le bout de la terre», la même description appliquée au triangle des Bermudes, au large de la côte de la Floride.