Adlucem

Member
  • Content count

    109
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

172 Good

1 Follower

About Adlucem

  • Rank
    Member
  1. Pour les déçus du documentaire, celles et ceux comme moi qui ne l'auraient pas vu et pour tous les auditifs, ouvrez grand les oreilles en écoutant la suite symphonique de G. HOLST The Planets "starring" Mars qui apporte la guerre, Vénus qui apporte la paix, Mercure le messager ailé, Jupiter qui apporte la gaieté, Saturne qui apporte la vieillesse, Uranus le magicien et Neptune le mystique.
  2. Stage de seconde

    On dira que c'est de la culture générale... celle qui reste quand on a tout oublié
  3. Quelle bonne nouvelle, moi qui ait vu aussi celle de 1999 sous les nuages ... je dois pas la rater celle-là. Sur la ligne de centralité Oviedo en Asturies, Leon, Burgos, Soria en Castille, Calatayud en Aragon, choix difficile, il faut éviter à tout prix les nuages. Les picos de Europa et Asturies, je ne sais pas si c'est raisonnable car très exposé aux flux océaniques, j'ai souvenir d'un terrible orage d'été au mois d'août en randonnée au Picos. En Asturies et Cantabrie les matinées sont brumeuses toute l'année, on cultive les pommiers et on boit du cidre partout... Burgos et la Castille c'est déjà plus sec. J'aurais un penchant pour l'Aragon, ce sont des plateaux désertiques, on ne croise personne pendant des kilomètres entre Soria et Calatayud, mais là il ne pleut (presque) jamais et nébulosité 0. C'est certainement dans ce coin que je serai le 12 aout 2026, et le lendemain, je referai l'ascension du Moncayo, vue panoramique sur Zaragosse et toute la province, ... si tout va bien
  4. Stage de seconde

    J'ai retrouvé le chapitre sur Herschel "Un des plus grands astronomes de tous les temps" dans un de mes bouquins d'astronomie d'enfance, je fais ma séquence régression, je cite : William Herschel, un astronome qui vivait en Angleterre, entreprit d'étudier la structure de l'univers avec l'aide de sa sœur Caroline, ils avaient construit des télescopes qui étaient les meilleurs de leur temps. En 1775, ils commencèrent à passer en revue le ciel tout entier. Au cours de leurs travaux, ils arrivèrent à établir la forme générale de la voie lactée, notre galaxie. En étudiant certaines régions du ciel, les Herschel découvrirent un grand nombre de taches lumineuses floues qu'ils notaient sous le nom de nébuleuses. Ces nébuleuses les intriguaient beaucoup. "Est ce que ce sont de petites formations voisines de nous" se demandaient ils ? "Est ce que certaines, tout au moins ne pourraient pas être des corps énormes situés très loin" ? Peut être y a-t-il d'autres systèmes d'étoiles si distants qu'ils sont comme des univers îles dans la vaste mer de l'espace... Ils essayèrent de distinguer de quoi les mystérieuses nébuleuses étaient faites, mais leurs instruments, excellents pour l'époque n'étaient ni assez puissants ni assez précis pour en dévoiler la structure… En 1925, les astronomes du mont Wilson commencèrent à étudier la nébuleuse d'Andromède, la seule qui soit visible à l'œil nu. Photographiée avec le nouveau télescope de 2,50 m de diamètre, elle apparut comme un énorme essaim d'étoiles... "Eh bien oui", dirent les astronomes, "Herschel avait raison, ce sont là de vastes galaxies d'étoiles séparées de la notre par des océans d'espaces"… Les exégètes pourront disserter sur le fait que les Herschel aient ou non découvert l'existence des galaxies avant E. Hubble, certes Caroline et William ne l'avaient pas démontré mais ils en avaient émis l'hypothèse, chose que Messier qui les avait vu lui aussi n'avait pas fait. C'est ce que l'on retient principalement d'eux, avec la découverte d'Uranus, (en plus des symphonies, concertos et sonates de William).
  5. Stage de seconde

    Je savais que tu faisais des belles photos mais j'ignorais que tu peignais si bien !
  6. Stage de seconde

    Convoquer le père (sévère) Lacan pour rechercher le sens de la question de qui et quand a observé ou découvert les nébuleuses et galaxies semble plutôt équivoque. Il eût été plus juste de le convoquer pour analyser les propos de @roul si je devine le sens des échanges. Quand il disait "Une pratique n'a pas besoin d'être éclairée pour opérer", il parlait de la fonction curative de la parole et non de l'observation des nébuleuses. Certes les nébuleuses renferment certainement autant de mystères que la cervelle des fous et des honnêtes gens; S'il fallait le comparer à Herschel, Lacan, bien que sa pensée fut souvent nébuleuse pour ses adversaires (et ses disciples), regardait avec ses lunettes le tréfonds de l'âme humaine. Il échafaudait des théories qu'il mettait en pratique et en déduisait que ça marchait, bien qu'il ne formalisait pas l'explication du "ainsi donc", c'est pour ça qu'il disait que ça n'avait pas besoin d'être éclairé pour opérer. Pour les nébuleuses et galaxies, celles et ceux qui les ont vues en premier ne comprenaient pas vraiment ce qu'ils voyaient, quoique Herschel avait, je suppose compris que c'était d'autres univers. Mais quoi qu'ils en pensaient, ils n'en obtenaient aucune conséquence, le mystère restant (for)clos ! Pour éclairer la question, les navigateurs qui se guidaient au grand et petit nuage ou à la voie lactée avaient-ils pour autant découvert les nébuleuses et les galaxies ? Ils s'en servaient de façon pratique et éclairée pour opérer la science de la navigation maritime mais pas pour celle de la science astronomique comme on l'entend aujourd'hui. Puisqu'il a été convoqué ici, et pour le raccompagner vers la sortie, savez vous que Lacan a découvert plusieurs fois l'origine du monde ? Explication : il possédait le célèbre tableau de Courbet, qu'il avait placé dans une niche derrière des rideaux pour le dissimuler aux visiteurs. Voilà, quand il voulait, il tirait les rideaux et découvrait "l'Origine du Monde" !!! (N.B. Il n'avait pas besoin d'être éclairé pour opérer).
  7. Ah oui, il est resté en Berne
  8. Stage de seconde

    Mais je t'interdis de penser ça Galileo, voyons... la musique aime tout le monde et tes jeunes oreilles ont tellement de merveilles à écouter ! Tu changeras d'avis, j'en suis sûr ! De la musique avant toute chose,... ...De la musique encore et toujours ! ...Et tout le reste est littérature. D'ailleurs observer le ciel a toujours été une source d'inspiration pour les artistes, et partant, pourquoi donc l'art ne pourrait-il pas inspirer les scientifiques ? Pythagore avait trouvé la relation qui existe dans l'harmonie des sons avec des intervalles numériques en écoutant vibrer une corde. Il en avait déduit que la distance entre les planètes était régie par les mêmes proportions, et qu'elles devait faire une musique harmonieuse en se déplaçant ! Mais oui, et il se défendait pas mal ! C'était aussi un admirateur et ami de Haydn, ce génial et prolifique compositeur (dont Mozart était l'ami et Beethoven son élève !). Quand Haydn était en Angleterre, Herschel l'avait invité à observer avec son grand télescope. Lorsque Haydn a perçu l'incommensurabilité du ciel, il a été stupéfait. Dans les biographies de Haydn, il est souvent raconté que ça l'a beaucoup inspiré pour écrire une de ses dernières œuvres "La création".
  9. Des LED partout...

    Je découvre, mais c'est hallucinant, ce sont des dizaines d'hectares éclairés dans cette vidéo en hollande. Adieu insectes, oiseaux, faune, et les gens qui habitent à côté, ils peuvent lire le journal dehors... En France pour faire ça il faut quoi ? une autorisation municipale, préfectorale avec une enquête publique ? rien du tout ??? Je viens de relire l'arrêté du 27 décembre 2018 relatif à la prévention, à la réduction et à la limitation des nuisances lumineuses qui s'applique aux éclairages publics, aux bâtiments, aux équipements sportifs, aux parcs de stationnements, aux chantiers en extérieur mais ne semble pas régir ce type d'installation agricole qui pollue pourtant X² par rapport à tout le reste. Quelqu'un ici connait-il le champ règlementaire et le parcours administratif pour avoir l'autorisation de faire ça en France ?
  10. eVscope, Stellina

    En quoi réside pour Vaonis le choix ou la nécessité de commercialiser exclusivement l'ensemble optique, électronique, trépied dans un produit clé en main plutôt que de diffuser séparément l'oculaire électronique au coulant 1"1/4 avec son boîtier qui fait le live stacking ? Cette solution n'offrirait elle pas des perspectives de marché plus ouvertes en concernant le public déjà possesseur d'instrument ? Serait ce parce que Vaonis ne détient pas le brevet du système électronique ? Et s'il le détient pourquoi ce choix ?
  11. Les caractéristiques optiques le réflecteur c'est 114X400, le réfracteur 80X400. Ce fil me rappelle furieusement (il y a 15 ans déjà !) les posts sur le Meade 70 AT 70X350 de Lidl, l'Enhanced Vision en moins bien sûr .
  12. Ah non, quelle drôle d'idée, tu projettes un peu tes phantasmes là ?
  13. On peut se passer de beaucoup de choses dans la vie sauf de lunettes après 40 ans ! Mais tout de même, comme il est bon de profiter de la peinture, de la musique, de la lecture, de la cuisine, du vin, de l'astronomie, de l'amitié et plus encore. Sans gêne, il n'y a pas de plaisir ! Mais chacun fait comme il veut, moi ça m'est égal que les gens achètent ou non des trucs, ce qui me fait réfléchir c'est la capacité des individus à se poser des questions existentielles et celle de l'astro me parait primordiale et intemporelle. Après c'est pas parce qu'on est pas astronome amateur qu'on est une tanche !
  14. Certes, en soi un robot ou un ordinateur ce n'est ni bon ni mauvais mais ce qui compte c'est la façon dont on apprend et ce qu'on apprend avec, cf l'ordinateur à l'école, remplacer un professeur par un écran de temps en temps c'est enrichissant, si c'était tout le temps ce serait appauvrissant. Non plus les techniques de prises de vues, mais des choses simples comme comprendre les règles d'optique de son appareil, le mettre en station, connaitre les constellations pour repérer ses cibles... L'automatisation favorise-t-elle la curiosité ? Apprendre c'est se tromper et recommencer.
  15. Ce concept d'instrument d'astronomie ne découle-t-il pas "naturellement" de cette culture marketing qui proclame la connaissance ultime en deux clics, sans effort, à la façon d'un robot magimix qui réussit tout les plats et rassasie vite, alors qu'auparavant il fallait au minimum potasser le "Je sais cuisiner par Ginette Mathiot" et quelques plats ratés sans se décourager pour débuter noblement en cuisine. Apparemment; la cible commerciale de Stellina, ce sont les néophytes primo accédants en instrument d'astronomie. L'étrangeté du pari commercial, c'est que l'instrument offre un compromis techniquement banal entre optique et électronique, une sorte de télescope Lidl hybride de tablette électronique, mais tout de même très apte à enliser dans un marais de connaissance celui qui s'y aventure sans pré-requis. Le concept pédagogique qui propose une initiation à une science ou un art par l'intermédiaire d'un robot électronique est il justifiable ? Je ne pense pas, en effet deux exigences se présentent, celle de l'apprentissage par le transfert ; il est absent ici car l'utilisateur de Stellina ayant acheté très cher un instrument qu'il sait aux possibilités ultimes aura instinctivement l'impression qu'il peut en faire une utilisation en vase clos. Il n'aurait donc besoin d'aucun recours pour apprécier un savoir tiré de la bibliothèque de l'instrument. Et celle de l'apprentissage par le confrontation à la matérialité, dans notre Stellina par définition exempt de contingence, c'est encore un défi à l'idée d'acquisition, de progression. Autonomisation, acculturation... Alors Stellina pourquoi pas mais avant tout pour apprendre à s'en émanciper ?