joannyzbear

Member
  • Content count

    33
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by joannyzbear

  1. Volcan aux Canaries

    Hier soir, avec jumelles 15x70 stabilisées, magnitude limite = 8.4 en stellaire au zénith. Contre 10.2 pour les meilleurs ciels d' hiver ici. Le ciel diurne a été jaunasse, pas encore jaune canari. Et les yeux piquent... A 6876t de SO2 par jour, l' émetteur envoie pas mal...
  2. Nova PNV J23244760+6111140

    Avec une baisse moyenne de +0.4 magnitude par 24h du 11 au 13 septembre, ça devient sensible à l' oeil (jumelles 15x70): 7.4 en milieu de cette nuit. Va te coucher, la belle, jusqu'à ton prochain réveil! T' es pas récurrente pour rien, non?
  3. La mesure des variations de magnitude de Bételgeuse, à l' oeil, est singulière: pour trouver des étoiles de comparaison encadrant Bételgeuse, il les faut brillantes, donc rares. En règle générale pour cet exercice, tout le monde préconise de prendre des étoiles de même type spectral. J' ai dû enfreindre cette règle, et cela m' a conduit à une formule empirique de correction de magnitude, prenant en compte à la fois la hauteur d' une étoile au-dessus de l' horizon et sa "couleur". Juste après une mesure de Bételgeuse, soit par interpolation soit par degrés d' Argelander, je faisais une autre mesure avec 3 étoiles non variables, dont une à une hauteur d' au moins 60°, et une autre à une hauteur d' au plus 25°. La connaissance de leurs magnitudes en bande V dans la base Simbad permet, en retournant ma formule empirique, d' en déduire la correction airmass à appliquer sur le ciel du moment. Au vu de mes mesures et en les confrontant à ce que publie Tom Calderwood qui utilise un photomètre Optec SSP3, je ne voyais pas de quoi m' inquiéter. Sauf quand l' extinction atmosphérique verticale dépasse 0.35 et/ou quand une étoile est à moins de 15° de l' horizon. Auquel cas ma formule empirique donne facilement n' importe quoi. Il me fallait une formule valide, en tout cas plus rigoureuse. Depuis février, le confinement m' a laissé le temps de réfléchir. J' ai pioché, selon le moment de mes observations, parmi 25 étoiles. Dans l' ordre de leur type spectral: Alnitak, Alnilam, Mintaka, Tsih, zeta Per, Bellatrix, Elnath, Rigel, Alpheratz, Regulus, Vega, Menkalinan, Alhena, Castor, Deneb, Ruchbah, Caph, Procyon, Polaris, Capella, Schedar, Pollux, Kochab, Aldébaran, Scheat. En rajoutant Bételgeuse, cela me fait 26 étoiles, dont j' ai collecté les magnitudes UBVRI dans la base Simbad. Une longue quête sur internet m' a permis de sélectionner un spectre valide pour chacune d' elles. Je lisse le continuum, en écrêtant les raies étroites. En prenant comme référence un spectre de Vega par Christian Buil, j' ai pour cette étoile les rapports de flux en bandes UBRI par rapport à la bande V: cela me permet d' appliquer la correction Vega sur les magnitudes UBRI de Simbad. Un spectre d' une étoile sera retenu si les rapports de flux B/V et R/V correspondent à ceux issus de Simbad corrigé, à 10% près. J' en tabule le continuum (un peu lissé mais pas trop) de 10 en 10nm sur [390nm, 700nm]. De même pour une tabulation de la vision humaine: scotopique (bâtonnets, sensibilité max = 1700 à 507nm) et photopique (cônes, sensibilité max = 683 à 555nm). Ces tabulations permettent de calculer l' intégrale du flux stellaire multiplié par la sensibilité de la vision humaine. En faisant le rapport à l' intégrale correspondante pour Vega, et en repassant des flux aux magnitudes, j' en déduis pour chaque étoile une magnitude perçue par l' oeil. La différence avec la magnitude Simbad en bande V est reportée en bleu sur le graphe ci-joint. Le type spectral de O à M est porté en abscisses. J' ai supposé que les magnitudes Simbad correspondent à des mesures faites hors atmosphère. En corrigeant les flux par l' atténuation atmosphérique que subirait une étoile au zénith, observée depuis 64m d' altitude, et avec un AOD (Aerosol Optical Depth) de 0.21, j' obtiens les points rouges du graphe. Les formules publiées par Christian Buil sont redoutablement précises. Dans les 2 cas (bleu et rouge), ces points s' alignent sans surprise sur une droite passant par le point Vega. Mais je m' attendais à ce que cette droite soit l' axe des abscisses. Au moins pour un AOD de l' ordre de 0.13. Cela m' aurait permis de trouver une formule fiable tenant compte de la hauteur de l' étoile, de sa couleur et de l' AOD du moment. Ce n' est pas le cas. Pour les étoiles rouges, l' écart atteint quasiment la demi-magnitude. Manque de bol, ce sont précisément Bételgeuse et Aldébaran qui sont davantage concernées. Erreur de raisonnement? Imprécision dans les hypothèses? Calibrages imprécis des spectres? Je dois préciser que pour certains spectres retenus, j' ai dû décaler l' ordonnée 0 du flux. A l' aide d' autres spectres de la même étoile. Toutes vos remarques seront bienvenues.
  4. Souvent femme varie, Bételgeuse aussi...

    A Cédric et Serge: oui, j' ai lancé une bouteille à la mer, sur un sujet rarement évoqué. Et ça fait chaud au coeur de vous voir la ramasser! Partager est un plaisir, tant pis pour le risque de se voir retoquer des erreurs et des bévues: vous m' aurez aidé à progresser. Pardonnez-moi de ne pas avoir attendu la finalisation de ma méthode de calcul de corrections, mais depuis 14 mois que je suis Bételgeuse, c' est la 1ère fois qu' une chute brutale de magnitude m' interpelait. Donc je me suis précipité au cas où un autre astrosurfeur confirmait ou infirmait. Ce qui me gêne avec cette étoile, c' est que les utilisateurs de photomètres photoélectriques constatent une courbe de variation parfaitement lisse. J' en déduis que les écarts sur mes mesures sont du bruit. Toujours? En tout cas, merci à tous les 2!
  5. Entre le 28 février et le 1er mars, avec, au moment de leur observation, des hauteurs au-dessus de l' horizon très voisines, Procyon et Bételgeuse ont clairement vu leurs éclats se croiser! Petit CROA. 1 _ Mes mesures brutes: 28 février 01 mars 1ère mesure Rigel (7) Bételgeuse (2) Procyon Procyon (4) Bételgeuse (7) Aldébaran temps UTC 18h34mn52s 18h30mn13s 2ème mesure Deneb (1°) Schedar Deneb (2°) Schedar temps UTC 18h42mn29s 18h33mn48s 2 _ Conditions: mesures oeil nu oeil nu qualité ciel moyen moyen qualité mesures 1 1 seeing 1.76/4/3 1.58/5/3 nuages 0/0/0 0/0/0 température 7° 8° humidité relative 54 55 site d'observation 48°53.08'N, 2°05.95'E idem coeff K au jugé(*) 0.40 0.35 3 _ Corrections airmass et couleurs d' étoiles: étoiles Deneb Schedar Deneb Schedar flux V Simbad 1.25 2.23 idem indice de couleur(*) 1 0.9 idem hauteurs 13.54° 48.30° 13.97° 48.92° coeff K calculé(*) 0.3753 0.3053 étoiles Rigel Bételgeuse Procyon Procyon Bételgeuse Aldébaran flux V Simbad 0.13 ? 0.37 0.37 ? 0.86 hauteurs 32.96° 47.78° 36.97° 36.89° 47.75° 56.64° delta_magnitudes 0.6898 0.4054 0.6240 0.5085 0.3299 0.2924 magnitudes vues 0.8198 0.9553 0.9940 0.8785 0.9781 1.1524 mag 0.55 0.65 4 _ Remarques: _ Pour la 1ère mesure, A(X)B(Y)C interpole les écarts entre les étoiles A,B,C au moyen des quantités X et Y. _ Pour la 2ème mesure, F(Z)G qualifie l' écart entre les étoiles F et G au moyen du nombre Z de degrés d' Argelander. _ Les hauteurs d' étoiles prennent en compte la réfraction atmosphérique. _ Le site meteoblue donne non seulement les prévisions, mais corrige aussi APRES coup les données (seeing, nuages, température, humidité relative), dans la rubrique "Astronomical seeing". _ Les calculs se font avec un luxe de décimales non significatives, au moins les calculs intermédiaires n' entraîneront pas d' erreurs par eux-mêmes. Il m' est impossible de descendre la précision du résultat en-dessous de +/-0.04mag, mais à coup sûr, c' est mieux que +/-0.10mag. _ Pour les mesures, les précautions habituelles s' imposent: vision décalée, géométrie non axiale de l' oeil, effet Purkinje, répétition des mesures, chasse aux traînées d' avions. De plus, l' environnement urbain, et la Lune quand elle est là, exigent de s' affranchir des lumières parasites. J' ai entortillé de papier collant 2 tapettes à mouches, télescopiques. Mes instruments d' astronomie préférés... _ Enfin, je m' abstiens de consulter les résultats de Tom Calderwood avec son Optec SSP3 à la Pine Mountain (Oregon), avant de publier. Probité oblige. 5 _ (*) Coefficient K d' extinction atmosphérique: _ (*) Indice de couleur I d' une étoile C' est une constante, censée approcher un calcul qui, en toute rigueur, nécessiterait d' intégrer une fonction sur la longueur d' onde. Cette fonction résulte du produit du flux de l' étoile (continuum du spectre) par ce qui reste de l' extinction atmosphérique et par la sensibilité de l' oeil. L' oeil se limite à la plage [380nm, 640nm] correspondant à la vision scotopique. _ Delta de magnitude D d' une étoile C' est l' écart entre le flux "V" de l' étoile, lu dans la base Simbad et ici désigné par M, et la "magnitude_vue" correspondant à la mesure brute. Pour une étoile de hauteur H et d' indice de couleur I, on peut faire l' hypothèse (assez fausse): D = K*I/sin(H) _ Calcul de K par la 2ème mesure F(Z)G De l' expression de D, il découle: K = (Mf-Mg + 0.04*Z) / (Ig/sin(Hg) - If/sin(Hf)) _ K ainsi calculé, est corroboré par 4 évaluations différentes: Au jugé, en levant rapidement les yeux vers des étoiles brillantes et à des hauteurs différentes au-dessus de l' horizon (qualification subjective du ciel). Couleur du ciel et du soleil au couchant ou au levant. Le K ainsi obtenu, appliqué aux données de la 1ère mesure, donne-t-il un écart des magnitudes vues C-A conforme à l' impression visuelle d' écart de magnitude? Accord avec température, humidité relative et pollutions diverses (je détecte le sable du Sahara bien avant que les média ne m' en informent). _ Exemples de valeurs de K: 0.24 nuit claire, hiver en banlieue 0.30 ciel moyen, hiver en banlieue 0.40 ciel dégradé, hiver en banlieue 6 _ Courbe de résultats sur le mois de février: J' ai osé me comparer à ceux de Tom Calderwood (carrés verts). Pour diverses raisons (conditions de mesures, plus ou moins favorables), les variations sur mes mesures me semblent peu significatives. Sauf les 2 dernières, avant-hier et hier. Où dès le 1er coup d' oeil, une chute brutale de Bételgeuse était évidente. L' étoile est-elle fautive? Avez-vous vu quelque chose de votre côté? Je planche pour corriger mon usage de l' indice de couleur, mais c' est laborieux. Le résultat se fera attendre.
  6. Souvent femme varie, Bételgeuse aussi...

    Un petit oubli. Je prends comme indices de couleur: Rigel Bételgeuse Procyon Aldébaran 1 0.80 1 0.80
  7. Demande d'observation du rapprochement Jupiter-Saturne

    Lien: http://www.astrosurf.com/topic/142767-photo-de-famille-sans-distanciation-sociale/. Vu du Pecq. C' est forcément un autre avion, style Madère-Hambourg. Ma recherche de télescope en remote tombe sur "Alentejo Remote Observatory". Mais je ne suis pas sûr qu' il soit en service.
  8. Demande d'observation du rapprochement Jupiter-Saturne

    Serge, ton avion et le mien s' appellent Voyager1 et Voyager2 (vois ma photo du 18/12/2020 à 19:19 sous Astrophoto/Photo de famille sans distanciation sociale). Ces "fliegende Holländer" ne se poseront jamais... Pour le mien, avec le site donnant la position des avions en temps réel, j' ai pris les paramètres de vol, et hop! un ptit coup de trigo sphérique, et c' est dans la boîte. Plus sérieusement, pour l' élongation min Jupiter-Saturne, la carte de visibilité sur le site de l' IMCCE et la prévision de meteoblue laissent très peu de possibilités sur une bande Portugal-Afrique du Sud. Y aurait pas un pote qui aurait un télescope en remote du côté de Sagres (Algarve)? Faut faire vite, c' est demain soir: 21/12/2020 18:22:30 UTC, angle (Jupiter-Saturne) = 6´06.40".
  9. Grand merci à toi, Ambassadeur d' éclipse. Pauvres confinés que nous sommes, nous te remercions chaleureusement! La 4e photo de la totalité rend magnifiquement les plumes polaires. Quant à la 1ère, elle donne la meilleure version que j' aie vue, de la protu à 1h30. Bravo!
  10. Le minimum d' élongation Jupiter-Saturne a lieu lundi 21 à 18:22:30 UTC. Avec un angle de 6´06.40". La carte de visibilité est publiée sur "https://www.imcce.fr/lettre-information/archives/174", et ne laisse qu' une bande étroite Portugal-Maroc-Afrique-du-Sud. Avec la prévision météo, faudrait songer à un télescope en remote du côté de Sagres (Algarve, sud Portugal). Faut faire vite! Bravo à ta contribution!
  11. Photo de famille sans distanciation sociale

    Toujours f=135, mais 3200 ISO, 1s de pose, retardateur 2s. La Lune est partie, mais un avion s' est invité. Sa trace passe juste au-dessus de Callisto, dont les frangins sont cette fois noyés dans les éclaboussures de Juju. En descendant encore le temps de pose, je ne gagne rien. Au contraire, je collectionne des pixels chauds... Merci Alaing: en environnement urbanisé, il faut jouer sur le cadrage. Tant pis pour la plus-value "astro".
  12. De gauche à droite: Lune Saturne Callisto Jupiter (Ganymède, Europe non discernés l' un de l' autre). Difficile de leur demander de se serrer pour tenir dans la photo: focale 135mm, capteur 22.2*14.8, pose 2.6s, taille 2.68Mo, Canon 500D zoom 18-135, Le Pecq, 17/12/2020, 18:09 CET.
  13. Photo de famille sans distanciation sociale

    1600 ISO. Je peux monter à 12800 ISO, mais je crains le grain. J' essaye ce soir. De plus, je démasquerai l' objectif manuellement avec un carton après déclenchement, pour éviter le bougé (pas de télécommande). Je ne crains rien du pied Gitzo à tête n°2: c' est bien assez robuste. Merci à vous, je vais progresser!
  14. étoile ALF ORI variable chute baisse

    Petite précision sur l' horaire: je suis situé en 45°11'7.00"N, 01°03'57.15"W, et je me lève donc à 3h10 UTC. Cela vous permettra d' affiner un lever sur la pointe des pieds, selon votre localisation géographique. Et puis chut! je publie à l' AAVSO...
  15. étoile ALF ORI variable chute baisse

    Mettez donc le réveil à 5h10, le temps d' enfiler une polaire et un tour de cou, de vous éloigner de 100m pour accéder à un horizon Est dégagé, et c' est tout bon! Madame sera enchantée du ptit coup de réveil, elle prendra son café juste un peu plus tôt!
  16. étoile ALF ORI variable chute baisse

    Je viens de remesurer Bételgeuse hier matin 5 août à 5h47 après son long passage derrière le Soleil. Calcul délicat de la correction airmass: j' ai fait et refait mes calculs, croyant à une possible erreur de ma part. (Je me suis servi de Rigel, Pollux, Aldébaran et Elnath.) Eh bien non, je trouve une magnitude de 1.0, quand le 8 mai, il y avait encore 0.4; d' autres observateurs confirment une valeur autour de 1. Comme vous le suggérez, la baisse de l' hiver n' était pas occasionnelle.
  17. Rapprochement Neowise/Talitha le 18 juillet

    C' est vrai, j' étais en limite de visibilité. Mais en conjuguant avec la vision décalée, et en passant pas mal de temps, on finit par deviner... autant que par douter!
  18. Rapprochement Neowise/Talitha le 18 juillet

    Samedi 18 juillet à 23:44 (heure d'été), c' était pile poil le bisou furtif de la comète à Talitha. Bisou sans lendemain. Aux jumelles 7x50, mais dans un ciel bien pollué. 7 étoiles, de bas en haut: kappa UMa iota UMa = Talitha HD 77601 15 UMa theta UMa 26 UMa phi UMa Par comparaison avec le dimanche 12 juillet à 04:14, dans les mêmes conditions. L' étoile à gauche de la comète est 63 Aur
  19. Comète Neowise en juillet

    Bisou furtif de la comète à Talitha, le 18 juillet à 23h44 (heure d' été): Depuis la banlieue parisienne, toujours rien à l' oeil nu. Sans doute définitivement. Le croquis est fait selon la vue aux jumelles 7x50. Pour le repérage des 7 étoiles du champ, dans la Grande Ourse:
  20. Comète Neowise en juillet

    Ce matin 4h14 heure d' été au Pecq. Dans les lumières de la ville. La Lune ne gêne pas. Rien vu à l' oeil nu, mais que c' est beau aux jumelles 7x50. Pour le repérage dans le Cocher, voici le crobard, avec dans le coin haut à gauche les données mémorisées pour dessiner. J' aimerais connaître les trucs de Serge pour en fourrer le + possible dans ma ptite tête... C' est tellement bas sur l' horizon que l' immeuble voisin cache tout de mon jardin en-dessous de Menkalinan (bêta Aur). J' ai donc fait 40m dans la rue en chaussons et en (laine) polaire. La position de 63 Aur permet d' apprécier jusqu' où la queue de poussières est vue sous un éclairage citadin. Quelqu' un a-t-il eu l' impression d' une comète tricaudale?
  21. Je ne souhaite pas déterrer un sujet vieux comme le monde. Je souhaite une formule empirique permettant de calculer l' extinction atmosphérique de la lumière d' une étoile, exprimée en unités de magnitude, avec 2 chiffres exacts. Cette extinction vaut k / ( cos(Z) + 0.50572 * (96.07995-Z)^(-1.6364) ) pour un angle zénithal Z, pour un site d' observation à 160m d' altitude. Le problème est dans l' évaluation de k. Fixons déjà la longueur d' onde reçue à 560nm. Les abaques de Christian Buil sur astrosurf/aras aident pour d' autres longueurs d' onde. Par exemple, pour Bételgeuse, je prends k_611nm = k_560nm * 3/4 Dans les paramètres restants, je vois l' altitude du lieu (qui ne devrait pas varier beaucoup pour cause de confinement), la lecture de mon Sky Quality Meter (SQM) et la température au sol. Cela devrait prendre en compte l' hygrométrie ambiante et les nuages de pollen de pin que la forêt voisine distribue généreusement. Avez-vous connaissance d' un débat sur la corrélation (valeur de k)<->(valeur SQM)? Ici, j' étalonne peu à peu, au fil des belles nuits de printemps. Par exemple: k_560nm=0.34 <-> SQM=20.80, T=23°C. La mesure SQM est faite après la fin du crépuscule (22h31). La semaine dernière, je n' avais pas encore de SQM. Sans ce produit de 1ère nécessité, je m' étais fait ma propre échelle de Bortle au doigt mouillé, en liant k à la couleur du soleil au couchant: blanc k=0.16 jaune brillant k=0.20 jaune k=0.24 orangé k=0.28 rouge clair k=0.34 rouge franc brillant k=0.40 rouge foncé k=0.60 rouge éteint k=0.90 Le but d' une telle formulation est d' évaluer correctement en visuel la magnitude apparente de Bételgeuse. Les étoiles de comparaison sont forcément à des hauteurs très différentes, et, en plus, proches de l' horizon. Par exemple, hier soir à 21h35, Rigel (0.13) et Aldébaran (0.90) apparaissaient de brillances égales! La fenêtre de temps pour observer, entre le crépuscule et le coucher d' Orion, devient de plus en plus courte. Vos avis? Pour une fois, l' âge du capitaine devrait compter... Bonne santé à tous!
  22. Salut Serge! Ma remarque n' avait rien à voir avec le SQM. C' était en référence aux mesures publiées à l' AAVSO. Je viens de commencer à apprivoiser le SQM (et non SQM_L), j' y vais pas à pas sans a priori. Quand je dis "conditions particulières", c' est toujours le même lieu d' observation, à 3m près. Le ciel n' est pas exceptionnel ici, la seule pollution que j' y connaisse est le pollen des pins, et les variables qui m' intéressent sont essentiellement l' hygrométrie et la température. La pollution lumineuse, très modérée, ne variera pas. A tout le moins, je pense pouvoir tirer du SQM des variations relatives, d' un soir sur l' autre. Ou peut-être ne tirerai-je rien du tout.
  23. Michel Verdenet (1944-2020)

    Sans le savoir, nous avons communié sur la Nova du Dauphin le soir du 31 août 2013, tous les deux à 6.6 ... Adieu Michel!
  24. Désolé de vous avoir importunés. Les tutos ICQExtinct, deepsky-drawings et profondeursduciel étaient passés sous les radars des moteurs de recherche. Ah! voilà du consistant! Avant que je ne me fusse imprégné de leur contenu, il va s' écouler un peu de temps. J' avais bien repéré quelques bribes d' infos sur cloudy nights, trop légères. Surtout je vais longuement accumuler mes propres observations (extinction d' une même étoile entre 45° et 15° de hauteur, couleur du soleil au couchant), en renseignant le maximum de données objectives (humidité, cirrus, température,...). C' est bien sûr la transparence du ciel qui me concerne. Mais il me reste la vague intuition, dans les conditions particulières de mes observations, que la noirceur du ciel a ici un peu son mot à dire. Peut-être me résoudrai-je à une décorrélation totale. Le 100e de magnitude, non. Mais en tous cas mieux que le 10e. Dommage que nombre d' observateurs n' aient pas conscience et franchise sur une estimation impersonnelle de leur écart-type. Grand merci à Bertrand et Nicolas. (Bertrand, je me sens penaud en réinventant l' eau chaude)
  25. Les méga-constellations de satellites (Starlink etc.)

    Vue hier soir d' Hourtin en Gironde, la cavalerie a déboulé à l' est d' Orion et environ 3° à l' ouest de Procyon. En me gênant sérieusement dans mes mesures de magnitude de Bételgeuse. Faut bien s' occuper, confinement oblige. J' ai un ami qui a été en affaires avec le chairman de SoftBank: ouf! pas besoin d' intervenir de ce côté-là, la messe est dite pour OneWeb.