joannyzbear

Member
  • Content count

    13
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

4 Neutral

About joannyzbear

  • Rank
    Inactive member
  1. Salut Serge! Ma remarque n' avait rien à voir avec le SQM. C' était en référence aux mesures publiées à l' AAVSO. Je viens de commencer à apprivoiser le SQM (et non SQM_L), j' y vais pas à pas sans a priori. Quand je dis "conditions particulières", c' est toujours le même lieu d' observation, à 3m près. Le ciel n' est pas exceptionnel ici, la seule pollution que j' y connaisse est le pollen des pins, et les variables qui m' intéressent sont essentiellement l' hygrométrie et la température. La pollution lumineuse, très modérée, ne variera pas. A tout le moins, je pense pouvoir tirer du SQM des variations relatives, d' un soir sur l' autre. Ou peut-être ne tirerai-je rien du tout.
  2. Michel Verdenet (1944-2020)

    Sans le savoir, nous avons communié sur la Nova du Dauphin le soir du 31 août 2013, tous les deux à 6.6 ... Adieu Michel!
  3. Désolé de vous avoir importunés. Les tutos ICQExtinct, deepsky-drawings et profondeursduciel étaient passés sous les radars des moteurs de recherche. Ah! voilà du consistant! Avant que je ne me fusse imprégné de leur contenu, il va s' écouler un peu de temps. J' avais bien repéré quelques bribes d' infos sur cloudy nights, trop légères. Surtout je vais longuement accumuler mes propres observations (extinction d' une même étoile entre 45° et 15° de hauteur, couleur du soleil au couchant), en renseignant le maximum de données objectives (humidité, cirrus, température,...). C' est bien sûr la transparence du ciel qui me concerne. Mais il me reste la vague intuition, dans les conditions particulières de mes observations, que la noirceur du ciel a ici un peu son mot à dire. Peut-être me résoudrai-je à une décorrélation totale. Le 100e de magnitude, non. Mais en tous cas mieux que le 10e. Dommage que nombre d' observateurs n' aient pas conscience et franchise sur une estimation impersonnelle de leur écart-type. Grand merci à Bertrand et Nicolas. (Bertrand, je me sens penaud en réinventant l' eau chaude)
  4. Je ne souhaite pas déterrer un sujet vieux comme le monde. Je souhaite une formule empirique permettant de calculer l' extinction atmosphérique de la lumière d' une étoile, exprimée en unités de magnitude, avec 2 chiffres exacts. Cette extinction vaut k / ( cos(Z) + 0.50572 * (96.07995-Z)^(-1.6364) ) pour un angle zénithal Z, pour un site d' observation à 160m d' altitude. Le problème est dans l' évaluation de k. Fixons déjà la longueur d' onde reçue à 560nm. Les abaques de Christian Buil sur astrosurf/aras aident pour d' autres longueurs d' onde. Par exemple, pour Bételgeuse, je prends k_611nm = k_560nm * 3/4 Dans les paramètres restants, je vois l' altitude du lieu (qui ne devrait pas varier beaucoup pour cause de confinement), la lecture de mon Sky Quality Meter (SQM) et la température au sol. Cela devrait prendre en compte l' hygrométrie ambiante et les nuages de pollen de pin que la forêt voisine distribue généreusement. Avez-vous connaissance d' un débat sur la corrélation (valeur de k)<->(valeur SQM)? Ici, j' étalonne peu à peu, au fil des belles nuits de printemps. Par exemple: k_560nm=0.34 <-> SQM=20.80, T=23°C. La mesure SQM est faite après la fin du crépuscule (22h31). La semaine dernière, je n' avais pas encore de SQM. Sans ce produit de 1ère nécessité, je m' étais fait ma propre échelle de Bortle au doigt mouillé, en liant k à la couleur du soleil au couchant: blanc k=0.16 jaune brillant k=0.20 jaune k=0.24 orangé k=0.28 rouge clair k=0.34 rouge franc brillant k=0.40 rouge foncé k=0.60 rouge éteint k=0.90 Le but d' une telle formulation est d' évaluer correctement en visuel la magnitude apparente de Bételgeuse. Les étoiles de comparaison sont forcément à des hauteurs très différentes, et, en plus, proches de l' horizon. Par exemple, hier soir à 21h35, Rigel (0.13) et Aldébaran (0.90) apparaissaient de brillances égales! La fenêtre de temps pour observer, entre le crépuscule et le coucher d' Orion, devient de plus en plus courte. Vos avis? Pour une fois, l' âge du capitaine devrait compter... Bonne santé à tous!
  5. Les méga-constellations de satellites (Starlink etc.)

    Vue hier soir d' Hourtin en Gironde, la cavalerie a déboulé à l' est d' Orion et environ 3° à l' ouest de Procyon. En me gênant sérieusement dans mes mesures de magnitude de Bételgeuse. Faut bien s' occuper, confinement oblige. J' ai un ami qui a été en affaires avec le chairman de SoftBank: ouf! pas besoin d' intervenir de ce côté-là, la messe est dite pour OneWeb.
  6. A propos d' airmass et d' observation (visuelle) de Bételgeuse, je me suis appuyé sur les formules et abaques de Christian Buil dans "http://www.astrosurf.com/aras/extinction/calcul.htm" pour faire un calcul correctif avant publication sur le site AAVSO. En première approximation, l' extinction atmosphérique vaut k/cos(z) : _ sous un bon ciel sec d' hiver, dans un village éloigné des villes et entouré de forêt, j' ai pris k=0.20 pour des étoiles perçues en V-band, et k=0.15 pour Bételgeuse compte tenu de la longueur d' onde dominante 611nm perçue par mes yeux; _ sous un ciel d' été avec de la brume, je prendrai respectivement k=0.33 et 0.26; _ entre les deux, ce sera au doigt mouillé. De toute façon faire l' impasse sur cette correction n' entraîne pas plus de 0.03 magnitude d'erreur (ciel d' hiver et hauteurs d' étoiles toutes supérieures à 30°). Sachant que mes yeux peuvent induire une erreur de 0.08 magnitude...
  7. Ma 4e éclipse solaire totale

    A Serge: l' aventure de la Laguna Blanca vous a amenés à 3200m d' altitude, en hiver et sous 26°S de latitude. En d' autres temps, Guillaumet était en panne sur son 4x4 à hélice, à 3400m, en hiver mais sous 34°S de latitude. Effectivement, ce n' est plus du tourisme! Le douanier ne vous attendait quand même pas au col de San Francisco dans sa cahute à 4700m? A propos de protus: l' éclipse de 99, parmi ses 12 protus vues en Normandie, me laisse 20 ans après, une image de fanion de voiture diplomatique (à 2h sur le disque). Et qui se déformera pour devenir un lièvre bondissant oreilles rabattues, au-dessus de l' Iran. Dans 20 ans, je me souviendrai pour l' éclipse 19 d' une protu en forme de molaire (à 9h sur le disque). Le test de Rorschach vaut-il aussi sur les protus?
  8. l'éclipse d'Argentine, la coquine !

    A propos du vent d' abord. Entre les sites argentins de Serge et Thierry (cf "double éclipse" avec reflet sur le lac Cuesta del Viento, donc vent force 0) et mon site chilien, 150km nous séparent. Vers 16h40, j' ai observé un bon force 4, le 30 juin (cf la vidéo) comme le 2 juillet (cf http://www.astrostammtisch.com/reise-zur-sonnenfinsternis-chile-2019/, voir la 1ère photo au smartphone d' un membre du groupe). Brises thermiques du soir ici, rien à 150km, ce qui explique le flou des prévisions dont parle Serge. A propos de la couronne solaire ensuite. En août 99, Serge Koutchmy embarquait un filtre à gradient radial… en Iran. Idéal pour reproduire en photo l' extraordinaire dynamique de l' œil humain: les détails de la couronne se lisent aussi bien à 0.1*R qu' à 2.*R. Mais ce genre de filtre n' est pas accessible à coût modéré dans le commerce. Donc les dessins de Serge et Nicolas n' en sont que plus précieux! Merci! MAH00798.MP4
  9. Ma 4e éclipse solaire totale

    Une petite vidéo des ombres volantes, quelques secondes après la totalité. Je vois que vous êtes nombreux à manifester de la curiosité sur ce sujet. Pour le reste du voyage, un lien sur mes photos et vidéos: https://www.dropbox.com/sh/tpzskd5qgtjoc9b/AABARxzY79mgYkKO-ImAbf4Da?dl=0 Comme j' accompagnais un club d' astrophotographes tyroliens, le son des vidéos est dans la langue de Goethe, sauf bien entendu quand je pousse un "Cocorico!" à côté du miroir d' Antu au Paranal (mis en forme par la REOSC à St-Pierre-du-Perray) Une soirée d' observation avec un club local m' a fait devenir un enfant de 70 berges. Découvrir tout seul avec les cartes, Omega du Centaure, la Croix du Sud, le Sac à Charbon, la Boîte à bijoux, la Tarentule, le Grand Nuage de Magellan et les 2 alignements parallèles d' amas NGC3532-Eta Carinae-NGC2411 et IC2944-IC2602: un pur plaisir (photo). MAH00853.MP4
  10. Ma 4e éclipse solaire totale

    Une petite idée de mon emplacement, du décor avec vue sur le Tololo. MAH00848.MP4 MAH00847.MP4
  11. Petit nouveau dans votre grande communauté depuis une heure, je souhaitais partager mon expérience chilienne. Après la Normandie (99), la Turquie (06), l' Idaho (17), voilà le Chili (19). Les 3 premières ayant eu lieu plutôt autour de midi, celle-ci plaçait le soleil dans un écrin lac + montagnes. Ce qui m' a donné une expérience esthétique nouvelle, inattendue. En franchissant l' équateur la 1ère fois de ma vie, les images de Tintin au "Temple du Soleil" trottaient dans ma tête. Mon lieu d' observation: 30°00'38.57"S, 70°48'42.10"O, 555m d' altitude. Ce qui m' aurait permis de communiquer optiquement avec nos amis de l' AFA, juchés au Cerro Tololo. Je ne fais pas de photo de la totalité, ça va trop vite, et pour mes 3 premières éclipses, je cherchais après coup dans les résultats publiés par les astrophotographes ce qui correspondait le mieux à ce que mes yeux ont vu. Pour la chilienne, frustration. Et Serge que j' ai rencontré sous un chapeau sous un chapiteau à Triel, m' a incité à prendre le crayon. C' est la 1ère fois que je dessine une totale, ne m' en veuillez pas, c' est plutôt une caricature. J' ai attendu trop longtemps après l' événement, et la rigueur y perd. Je le concède, j' ai forcé le trait sur les asymétries de la couronne.