Sign in to follow this  
jerome anduze

Joint, secondaire / lame sur C14

Recommended Posts

Salut,

D'abord je voudrais commencer ce message par un grand merci à Frédéric d'Airylab que j'étais passé voir pour faire contrôler et régler mon C8 carbone après que le support Fastar se soit mis à danser en rotation dans la lame. Après discussion avec Frédéric, il est apparu qu'investir 300€ dans le contrôle et le réglage de ce C8 n'était pas vraiment la meilleure option, entre autre parce que le résultat n'était pas garanti. Ceci était en outre à rapprocher du prix du tube que j'ai payé 650€ d'occasion. Merci à toi donc Frédéric pour ta franchise et ton honnêteté. Ca me vaudra j'espère de quand même devenir client un de ces jours, avec probablement un futur tube pour lequel l'investissement sera économiquement valable au regard du tube.

Avec le recul, ne pas faire contrôler et régler le C8 ce jour là a été une bonne décision car en voulant procéder aux réglages moi-même j'ai constaté 3 types de problèmes mécaniques sur mon tube que Frédéric n'aurait sans doutes pas pu résoudre, en tout cas dans le budget imparti à cette prestation :
1) l'adhérence des joints en bakélite à la lame est insuffisante et permet la rotation du support secondaire lorsqu'on dévisse la bague fastar et que celle-ci est grippée
2) Il y avait un jeu d'environ 1mm entre le support secondaire et la lame de Schmidt. Comment prétendre réaliser un centrage valable dans ces conditions ?
3) et le plus grave : après contrôle au laser, le tube carbone de mon C8 n'est pas hortogonal a l'ensemble culasse / miroir, ce qui fait que même en positionnant la lame à fond sur le bord adéquat, je n'arrive pas à rattraper cette imprécision mécanique.

J'ai réussi à rattraper les problèmes 1) et 2) par la méthode décrite ci-après. Le problème n°3 est toujours en instance de résolution après une première tentative avortée de jouer sur le jeu des vis de liaison au tube dans leur logement. Il m'apparaît que ce problème ne peut être réglé autrement qu'avec l'une des 2 méthodes suivantes (je n'ai pas encore réussi à déterminer laquelle sera adaptée, peut être faudra-t-il mettre en ouvre les 2 simultanément):
- ré-usinage au dremel pour alonger les trous des vis au niveau du tube coté culasse pour augmenter le jeu de réglage.
- limage du tube au niveau du contact avec la culasse afin d'enlever un éventuel surcroît de matière empêchant l'orthogonalité.

Au vu de mon expérience, je rejoint l'avis de Frédéric pour dire que la mécanique des SCTs est pathétique et je regrette qu'il n'existe pas de fabriquant de SCT de qualité sur le marché. Je suis d'ailleurs convaincu qu'il y aurait un business à monter de tuning de Schmidt Casegrain en remplaçant les pièces mécaniques d'origine par des pièces de qualité, le tube par un tube carbone pour les edge HD, en livrant le tube avec un bon réglage et un bulletin de contrôle. Je n'ai malheureusement pas les compétences techniques pour faire ça, mais j'aurais été acheteur...

Faute de rentabilité économique d'un réglage pro, ma solution pour régler les problèmes 1) et 2) a finalement été ... la colle !
Alors je sais déjà les remarques que les puristes auront à faire : mais cela doit introduire des contraintes sur la lame !!
Possible. En l'absence de mesures, je n'en sais rien. Mais je vous répondrait qu'à l'origine il y avait déjà 4 points de colles posés par le constructeur et que ceux-ci n'ont pas tenu, et que cette bidouille ne m'a pas empêché de sortir une belle photo comme celle-ci www.super-polaris.fr/wp-content/uploads/2011/10/M27-RVB-Olympus_e-51 0-L-SXVF-H16_C8_F6.3-full21.jpg ce qui me donne à penser que je n'ai pas outrageusement massacré mon C8. En planétaire les visions sont loin d'être extraordinaires, mais je me heurte d'une part au principal facteur limitant qui est la turbulence souvent très forte en bordure de vallée du rhône, et d'autre par au problème n°3 qui ne me permet pas de bénéficier d'un alignement optimal.

Ma solution a donc été de center le secondaire dans la lame avec des petites cales réalisées dans du papier bristol (le bristol peut d'ailleurs aussi servir à caler la lame dans le tube, il suffit de contrecoler plusieurs épaisseurs de bristol avec une colle à papier type UHU stick pour atteindre l'épaisseur désirée. On aura alors un précision de l'épaisseur d'une fiche bristol, ce qui n'est pas si mal).
Ensuite j'ai collé les cales bristol au suport secondaire et la lame aux cales bristol et joints en bakélites avec une douzaines de points. La cole utilisée est une colle Sader spécial verre trouvée en quincaillerie. Note pour ceux qui se risqueraient à réaliser cette opération : il est crucial de ne déposer qu'une très petite quantité de colle car elle pourrait s'étaler sur le verre en remettant la lame en sandwich entre entre les 2 portions du support secondaire. Aussi la super glue est a proscrire pour les auréoles blanches qu'elle crée autour du point de colle en séchant.

Pour ce qui est de l'introduction de contrainte, je table sur le fait que la souplesse du bristol et du bakélite modère l'introduction d'une contrainte dans le montage.

Voici une photo prise lors de la réalisation :

J'ai également appliqué avec un coton tige un peu de dégripant sur le filet de la bague Fastar, ce qui lui évitera de se gripper à l'avenir.

Evidemment un C14 c'est pas un C8 a 650 € et on ne voudra peut-être pas se lancer dans une telle opération. Il existe une autre solution. Pierro astro vend des kits de conversion Fastar Starizona pour C14 pour lesquels j'ai entendu dire que les joints face à la lame étaient en cahoutchouc et la qualité de réalisation supérieure à celle des supports Fastar Celestron (informations à vérifier quand même avant de commander, je n'en ai jamais eu un entre les mains). Jerome pourait donc peut-être en commander un et l'installer ce qui lui permettrait de corriger le problème et de disposer du Fastar s'il ne l'a pas. Il y a une vidéo des instructions de montage ici.

[Ce message a été modifié par albanc (Édité le 20-11-2011).]

[Ce message a été modifié par albanc (Édité le 20-11-2011).]

[Ce message a été modifié par albanc (Édité le 20-11-2011).]

[Ce message a été modifié par albanc (Édité le 20-11-2011).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Je plussoie!!
La mécanique est pathétique!! Je refais pour mon C11 le support de primaire en réduisant le jeu et en ajoutant un blocage du déplacement par pincement + le support complet de secondaire... Mais il faudrait aussi un vrai support de lame bien plan et bien perpendiculaire à l'axe optique... Et après mesure, j'en reste là car c'est bien TOUT l'ensemble qu'il faudrait reprendre. du barillet au support de lame... Autre exemple, posé sur un marbre il y a près d'1 mm de défaut de parallélisme entre la base du primaire et l'arête d'intersection du miroir avec le chanfrein extérieur. C'est pourtant pas dur de poncer avec précision une face d'appui parallèlement à une référence de grande dimension...

Coté optique, j'ignore si le design des primaires a été repris mais avant même de faire un test sur banc optique, un passage à la moulinette des EF donne pour un miroir de C11 visant le zénith un défaut d'environ 90nm du à la pesanteur. C'est sans doute pas trop mal. Un meilleur design aurait pu réduire tout ça. Et pour la lame, si on la laisse libre non serrée par la rondelle à l'avant du tube, elle se déforme de plusieurs microns sous l'effet de son propre poids + celui du secondaire qd on vise le zénith. Je n'ose imaginer le nombre de microns avec le poids du système hyperstar + camera. (Je suppose qu'on s'en fiche un peu car on recherche moins la résolution que la rapidité.)
Une solution pour diminuer drastiquement les déformations - on tombe à 5nm théorique est de la pincer pour encastrer sa périphérie mais à condition que les faces d'appui soient vraiment planes et là encore c'est raté. On arrive à plusieurs 1/10 de défaut... Donc quand on pince une lame de Schmidt entre 2 surfaces à défauts marqués, je ne sais pas trop ce que l'on fait! Le pb est intéressant et calculable.

C'est vrai que malgré tout ils donnent de bons résultats. Mais que donnerait-ils avec une mécanique simplement usinée selon les règles de l'art?

En final, on comprend pourquoi un Taka est si cher...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this