• entries
    93
  • comments
    75
  • views
    38331

Entries in this blog

aubriot

continuant à tester ma barlow APM 1,5x , j'ai orienté le tube vers une galaxie très petite et d'une magnitude supérieure à 10  ...... la galaxie NGC7331 .

c'est une galaxie barrée qui se situe à 42,4 millions d'années lumière dans la constellation de pégase  et de dimension de 100 000 Al.

sa magnitude apparente étant de 10,65 , elle se prêtait donc à réaliser ce test et surtout vérifier  les capacités de mon spot .....il faut bien le reconnaitre ce n'est pas le meilleur que l'on est pu voir :D

suivant  clear outside ma magnitude limite serait de 20,26

 

Capture.PNG.d400e45f69059e28c77a6e86de8af906.PNG

 

alors pourquoi NGC7331 ?

 

en cette période elle est assez haute et  vu que mon champs d'observation va du nord Est au Sud Ouest  cela me permettait de la photographier en début de soirée sans avoir de retournement de la monture

ce n'est pas la photo du siècle et j'aurai du certainement dû doubler la durée des poses

 

70 x 120 s sur la couche de luminance

20 x120 s sur les couches R, V et B

100 prises d'offset

30 Flats sur chaque couche

et 50 x 120s de poses en Dark à -29°C

 

 

ngc7331.thumb.png.e5314c4ada1c5cb12c726eec2f27fa54.png

 

les brutes vont me permettre de connaitre la magnitude limite que l'on peut atteindre sur ce site

en utilisant Prism V10 sur une brute (donc linéaire ) on peut avoir l'ensemble des informations recensées sur cette image.

dans un premier temps , il faut effectuer une analyse d'astrométrie avec étalonnage sur une position inconnue .

 

5fdf7d47190c7_etalonnageautomatique.PNG.c458bd1a32dbabe1501ab337e89ae61e.PNG

 

après qu'il est trouvé la position d'une quarantaine d'étoiles vous allez devoir effectuer un étalonnage photométrique à partir d'un catalogue comme UCAC 4

 

5fdf7ddb0a4b2_etalonnagephotomtrique.PNG.9b35060978be87dffd379efd9dc8669d.PNG

 

il va en ressortir 3 graphiques recensant l'ensemble des étoiles trouvées sur cette photo et un tableau permettant de connaitre la magnitude limite atteinte .

 

comme vous pouvez le voir , la magnitude limite de 20.073 correspond bien a ce qui est prédit par clear outside

 

5fdf7e381d407_calculetoilemagnitude.PNG.5296a009ba4e65c2265e886c95235926.PNG

 

voici NGC7331 en couleur.

j'ai encore beaucoup de mal à bien restituer la couleur .....

 

LRVB.png.f816883db1028114940bb0e575bedf5a.png

 

bon ciel

Christophe

aubriot

les doc techniques fournies  pour les caméra planétaires sont à peu prêt identiques mais les données que l'on recherchera seront un peu différentes

ceci n'est que le ressenti de mon expérience dans ce domaine ;)

 

Bien sûr il faudra privilégier :

 

- l'USB3 pour son débit

- un taux de transfert élevé 

- une longue focale mais qui ne doit pas dépasser 25

- des pixels adaptés a l’échantillonnage

 

mais le critère N° 1 reste la sensibilité aux longueurs d'ondes supérieures aux 600nm

la courbe QE est donc l'élément à regarder en priorité

 

dans ce domaine plusieurs caméras sortent du lot et sont recherchées par les astrams : la Asi 290mc et la Asi 462mc

cela ne veut pas dire que les autres ne sont pas bonnes mais seulement que celles ci sont très recherchées pour leur caractéristiques techniques

 

dans le cas de la Asi 462Mc , le constructeur la compare à l'Asi 290Mc pour bien montrer sa performance dans les 850nm  (pour un capteur à peu prêt identique dans les autres domaines)

 

ASI462MC-vs-ASI290MC.png.3792bde6f466d0bcdb4ea9b0a4584b04.png

 

et si l'on compare les deux graphiques"*" ont se rend vite compte de sa sensibilité dans ce domaine

 

Efficacite-quantique.jpg.91ff55dc4cf3052c7674f6aa2d56269e.jpgASI462-QE-curve.png.22dfff5435feac592e29b7944982e287.png

 

* A droite la courbe de la 290Mc et a gauche celle de la 462Mc

 

alors pourquoi privilégier cette bande de fréquence IR : cela fige la turbulence .

 

- Avec un filtre IR-UVcut (400-700nm) la 290mc s'en sort un peu mieux dans les UV (pixels Vert et bleu )

- dans les infrarouges la 462mc donne tout son potentiel .tous ces pixels  (RVB) sont  sensibles a ces longueurs d'ondes 800-900 nm .elle sera donc équivalente à une camera monochrome en proche infrarouge

 

il ne faut pas oublier que le tube va aussi jouer un rôle dans la transmission des ondes et les lunettes ne sont pas les mieux placées  pour l'Ir.
on devra d'autre part utiliser des filtres adaptés au diamètre du tube car un 807 réduit fortement la luminosité (même avec un 250mm) et suivant la turbulence

 

- le deuxième critère se trouve être le bruit de lecture .

 

plus le bruit de lecture est bas plus on peut avoir des temps de poses très courts . Et la encore la 462Mc se détache de la 290Mc lorsque le gain est supérieur à 90

 

462_FW_EG_DR_RN_new-655x1024.png.e16e89be10fd42607b8798836fa4c4a9.png

 

passons aux mono

 

Prenons la Asi 174mm . c'est une caméra mono donc sans matrice bayer .ce qui veut dire qu'en planétaire l'ensemble des pixels sont réceptifs aux fréquences données

d'autres part elle très rapide et dépasse souvent les 100fps  en haute résolution

avec une mono le binning est tout a fait possible sans perte de résolution à la différence de la couleur

 

Supported resolution :

Binning 1×1 12bit ADC: 1936X1216@128FPS ;640×480@309FPS ;320×240@577FPS
Binning 2×2: 968×608@128FPS
Binning 1×1 10bit ADC: 1936X1216@164FPS; 640×480@397FPS ;320×240@740FPS
Binning 2×2: 968×608@164FPS

 

alors pourquoi ne pas utiliser seulement  caméra mono  ? principalement pour recomposer une image en R.V.B

il faudrait pour cela faire plusieurs vidéos et bien souvent les planètes tournent très vite sur leur axe

 

Planète/Durée du jour

Jupiter : 9 heures et 55 minutes

Saturne : 10 heures et 40 minutes

 

au contraire d'autres tournent vraiment plus lentement

Planète/Durée du jour

Neptune :16 heures

Uranus :17 heures et 14 minutes

Mars : 1 jour et 36 minutes

Mercure : 58 jours et 15 heures

Venus : 243 jours et 26 minutes

 

 

- Pour du lunaire : la ZWO 174 mm sera parfaite .

- Pour le solaire : la Basler 1920-155 (IMX174) est plus adaptée que la ZWO.

suivant chonum " le gamma très utilisé en planétaire est appliqué sur le signal analogique avant l'ADC (ZWO c’est numérique), comme le gain analogique. C'est comme cela que cela doit être fait pour éviter un bruit de quantification"

"Un gamma appliqué en numérique va provoquer de grosse marche de quantification (des aplats en pratique) en basse lumière si gamma < 1, et en haute lumières si gamma > 1."

- pour le planétaire  : la 290mm serait plus appropriée pour ces petits pixels

-pour le lunaire : La 178mm offre grand champ pour la lune malgré ces petits pixels

 

Bon ciel

Christophe

aubriot

la partie la plus importante réside dans les courbes bien souvent délaissées par les astrams débutants. elles sont pourtant sources d'informations sur ces capacités et ces possibilités

j'ai finalement partager ce post en 2 parties pour traiter le CP et le planétaire indépendamment

 

on prendra comme exemple  la 1600 mm pro pour le CP

 

     -la première courbe que le constructeur vous fournit représente le courant de dark suivant le refroidissement de la caméra .

 

1600mc-cool-dark-current-vs-T1-e1508752311867.jpg.614c25d32ef29750e18bbc198563d2fa.jpg

 

il faut bien comprendre que le signal que l'on reçoit des galaxies et autres curiosités est faible voir très faible .....et noyé dans un bruit il devient très difficile de l'extraire

comme votre caméra produit elle même ce bruit  (rayonnement infrarouge ), plus vous la refroidissez et plus il diminue.

le différentiel possible sur cette caméra 1600mm pro est de 45°C . il permet ainsi d’atteindre régulièrement les -20°C (à part l'été quand il fait plus de 25 °C)

 

 

6065a3de4198f_1600mmpro.PNG.641cfc7971120fcd0d4c0bd999f9ff67.PNG

 

 

Sur certaines caméras il existe un phénomène très visible et qui peut être gênant si les poses sont importantes : l'Amp Glow

 

6065a3ef0418c_183mcpro.png.31b05196284d8eb965af75fe3b931931.png

 

vous aurez beau baisser la T° , ce phénomène persistera mais enlevable par les darks.

sur les nouvelles caméra Asi 533mc pro, 6200mm pro ce phénomène est supprimé en désactivant certains composants

 

 

     - la deuxième courbe montre le quantum efficient (Efficacité quantique)

 

Définition sur wikipédia : L'efficacité quantique QE (Quantum Efficiency en anglais) est le rapport entre le nombre de charges électroniques collectées et le nombre de photons incidents sur une surface photoréactive

plus cette courbe se rapproche de 100 %  et plus votre caméra est performante dans le domaine des fréquences données .

 

Courbe-de-transmission.jpg.86cd22cfe738890fad62d179899fe7b6.jpg

 

plus la caméra est réceptive dans ces bandes de fréquences plus les poses seront réduites .

les caméras ont énormément évolué dans ce domaine ou le différentiel est souvent proche de 20/25% entre la 1600mm pro et la 6200mm pro

 

courbe.PNG.c31da23d171e07cf094ee03027a41768.PNG

 

bien entendu pour les caméras couleurs qui ont une matrice de bayer  ce graphique sera représentée par 3 courbes : Rouge (R).Vert (G).Bleu B )

 

183QE1.jpg.be33a7bb8bcbbee99b55bd12f404d318.jpg

 

 

     - le troisième graphique qui regroupe 4 courbes est encore plus intéressant

 

 

1600-Gain-RN-DR-FW-vs-gain1-e1508752007290.jpg.41e092b054d3f2db79c1c8f596620bc1.jpg

 

 

- le 1er graphe :  le Full Well  (capacité du puits de stockage ) diminue si l'on augmente le gain , ce qui a un impact sur la dynamique du capteur (la profondeur des nuances).

- Le 2e graphe : il me montre combien d'e- il faut pour augmenter d'un ADU (explication ), donc également la dynamique.

- Le 3e graphe :la dynamique qui diminue avec l'augmentation du gain . votre capteur 1600mm pro a une dynamique sur 12 bits

- Le 4e graphe : le bruit de lecture diminue quand le gain augmente.

 

vous comprendrez vite qu'il va vous falloir faire un savant dosage sur le gain.

c'est pour cette raison que le constructeur vous préconise d'être à un gain de 139 .

le full well reste honorable tout en gardant une bonne dynamique sans avoir un bruit de lecture important

 

pour la 294mc pro c'est encore plus simple a déterminer . il suffit de regarder les courbes pour comprendre assez vite que le bon gain se trouve après 120

 

294MM_FW_EG_DR_RN-654x1024.png.b3abecf01a60e2ec5a41f1d94a0495fe.png

 

 

bon ciel

Christophe

aubriot

Ayant pendant 10 ans utilisé un meade LX 200 10 pouces avec un F/D à 10 , j'ai eu envie de passer au maksutov pour en prendre plein les yeux.

j'ai jeté mon dévolu sur une occasion fabriqué par Ottiche Zen  artisan opticien italien réputé pour sa fabrication d'optiques de qualité

l'avantage de ce tube c'est qu'il est identique aux SC et l'on peut trouver des pièces détachées pas chères sur les PA ou les sites de ventes.

 

lien  : http://www.costruzioniottichezen.com/

Caractéristiques :
- Diamètre : 250mm

- ménisque 240mm BK7
- F/D : 13.5

- Focale : 3375mm
- Poids : 15Kg avec la queue d'aronde 10 microns (4Kg)
- Mise au point par translation du miroir primaire
- Obstruction du primaire : 23%
- Ventilateur de mise en température.
- Sortie en 31.75 et 50.8

 

l'aspect extérieur détermine souvent le soin  apporté par  le propriétaire du dit matériel mais il ne faut pas s’arrêter à ces quelques détails car cela ne reflète pas la qualité et le potentiel du tube.

quand on achète de l'occasion il faut souvent s'attendre à racheter des pièces pour l'adapter à sa monture ou l'optimiser à son besoin

 

1- Il n y a que peu de différences mécaniques entre un SC et un mak Gregory à part l'optique .

le ménisque était en très bon état visuel avec quelques poussières dessus que j'ai enlevé lors du démontage du tube

lors du démontage j'ai constaté que mon ménisque avait bougé et ce n'est pas des plus simple à remettre en place.

sachez que cette manipulation ne se fait que très rarement sauf si l'on veut le nettoyer .

le ménisque était en très bon état visuel et le primaire n avait aucun piqué preuve d une bonne qualité de l optique pour son age. la réputation de cet opticien n'est plus à faire

le secondaire était bien colle même si je pense avoir encore un petit défaut. Un peu trop perfectionniste certainement .

 

2-la queue d'aronde était de fabrication personnel..... c'est la premier chose que j'ai remplacée . Ayant une monture 10 micron ,j'ai décide de passer par ce fabriquant  : la qualité est là et le prix aussi.

la queue d'aronde (même si ce n'est qu'un morceau de métal ) est plus large , plus épaisse que ceux du commerce ; elle permet de fixer correctement les larges anneaux dessus et de supporter un poids conséquent.

par contre cela m'a rajouté du poids : 2Kg en plus.

 

3- l'aspect extérieur comportait des éclat de peintures sur les anneaux et le couvercle que j'ai vite enlevé grâce à une bombe de peinture.

A cette étape il avait un peu plus de gueule mais le chemin était encore loin avant d'avoir un tube opérationnel

 

4- la molette de translation du primaire ne souffrait d'aucun jeu ou de défaut.

pas de point de résistance même si l on retrouve toujours ce shifting bien présent dans ce tube .

c'est typique à TOUS les Tubes Schmidt-Cassegrain ou maksutov dont la Mise Au Point (MAP) est obtenu par déplacement du primaire

le déplacement du primaire fait bouger l image et dans un cas extrême faire sortir l'étoile ou la planète du champs de l oculaire (encore plus avec des oculaires ortho qui ont un champs restreint)

 

image.png.013f4a31dffe41aa05865273278896f3.png

 

on peut regraisser le filetage mais cela impose un démontage en règle du primaire .

pour mon cas , il a été inutile de le faire même si j'ai déposé le primaire par la suite

 

5- la bague de sortie était de base voir bas de gamme , le jeu était important et aucune translation possible

ni une ni deux je prends des renseignements sur ce site et direction internet pour acheter un excellent Porte Oculaire feather touch 2 pouces

 

https://laclefdesetoiles.com/porte-oculaire/1362-porte-oculaire-feather-touch-2-longueur-du-tube-08-avec-bague-de-serrage-et-frein.html

 

Coulant : 50,8 mm (2")

Modèle : Porte-oculaire Feather Touch Starlight instruments 2" débattement 0,8"

Caractéristiques mécaniques : Débattement de 20,3 mm (0.8") / Rail de guidage

Poids : 453 g

Interface Télescope : Schmidt-Cassegrain

Tirage : Minimal → 35,69 mm / Maximal → 56 mm

Porte-Oculaire : avec microfocuseur 1/10

Capacité de charge : 3,6 kg à 4,5 kg

 

il vous faudra aussi acheter un Adaptateur court Starlight Instruments pour porte-oculaire Feather Touch FTF2008 pour SC Celestron et Meade.

sans ce raccord il vous est impossible de fixer le PO sur le tube.

 

il transpire la qualité , la finition est impeccable , la "translation du tube" est parfaite.

sur recommandation et les bons conseils du vendeur j'ai opté pour un débattement de 0,8" car cela vient en butée du bafle.

cela n'est pas un soucis car je fais une première mise au point par la molette puis par le PO

par contre il vous sera difficile de le mettre dans tous le sens sans dépose de la molette de réglage .

 

6 - A la longue , vous comprendrez vite que  tourner la molette  du tube ou du PO est fatiguant , pas très pratique parfois et provoque souvent des vibrations lors de vos observations.

un moteur de mise au point est nécessaire pour éviter ces désagréments.

j'ai opté pour prima luce lab avec sa sonde puis je me suis rabattu sur  l'EAP de ZWO : moins cher  , compatible avec le PO et nul besoin d'une correction de température

.

https://www.loisirsplaisirs.com/accessoires-cameras-zwo/4279-moteur-mise-point-zwo-eaf.html

 

mon prima luce lab ira sur mon astrographe astrotech 106LE qui a besoin de précision et d'une MAP parfaite en fonction de la T°

 

https://laclefdesetoiles.com/accessoires-pour-l-imagerie/5374-mise-au-point-electrique-sesto-senso-prima-luce-lab.html

https://laclefdesetoiles.com/alimentations-et-cables/5375-sonde-de-temperature-prima-luce-lab-pour-sesto-senso.html

 

 A ce niveau je ne peux vous dire lequel est le meilleur mais des réception du dit matériel je compléterais ce post !

 

pour la motorisation de la mollette du tube  ; Achat prévu en juillet  mais préférence pour celui de pîerro-astro avec son interface USB

https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/mise-au-point-focus/sct-focus-v2-pour-c8-c9-mak-150-ou-180_detail

https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/mise-au-point-focus/interface-usb-focuser-2_detail

 

7 - comme il n'était pas doté de chercheur , il fallait l'en doter.

j'ai commencé par un pointeur laser que je n'ai pas trouvé très efficace : bougé du système et pas adapté au tube .

puis j'ai jeté mon dévolu sur une petite TS 60/330 avec un réticulé de 9 mm soit un  grossissement de 36x

un peu luxueuse pour s'en servir comme chercheur mais voulant faire du grand champ elle sera parfaite pour cette utilisation.

j'ai tout de suite été confronté à un problème : l'alignement du chercheur par rapport au tube.

difficile alors de faire une mise en station sans avoir au préalable fait cet alignement de jour

 

je compte résoudre ce soucis en achetant une Platine Baader Stronghold pour charge lourde (7kg) :

Achat prévu en juillet et retour du matériel des les tests effectués

hauteur : 54 mm (sans la fixation EQ)

Largeur : 128 mm (avec les vis)

Poids : 688 g

Longueur : 115 mm (avec les vis)

Caractéristiques mécaniques : Option de montage sur le haut : 1/4 " avec filetage standard photo, 6 trous filetés en M6 / Sur la base : 1/4" et 3/8" avec filetage standard photo, 4 trous filetés en M6 + 4 trous filetés en M5.

Type : Vixen

Capacité de charge : 7 kg

Plage de réglage en Latitude : +/- 35°

Plage de réglage en Azimut : +/- 23

 

8- vous constaterez aussi que regarder directement à l’arrière du tube sans Renvoi Coudé est difficile et astreignant suivant l'inclinaison du tube.

j'ai donc opté par un RC baader maxbright : Renvoi coudé à miroir avec traitement Maxbright. Assemblage avec le système ClickLock. Coulant entrée/sortie 50,8 mm.

 

Caractéristiques techniques 

Miroir surdimensionné surfacé à lambda λ / 10

ClickLock 50.8 mm en sortie

Miroir ne réfléchissant ni les UV ni les IR

Surface du miroir traitée anti-rayure pour un nettoyage en toute sécurité

Construction tout métal en aluminium

 

il respire la qualité , le poids est assez conséquent , il permet de supporter des oculaires de 900gr en 2 pouces comme mon maxlight 32mm et le serrage ne laisse aucune trace sur la jupe de l'oculaire.

 

https://laclefdesetoiles.com/renvois-coudes/1531-renvoi-coude-maxbright-baader-508mm-a-serrage-clicklock.html

 

pour y mettre des oculaires de diamètre 31,75 mm il vous faudra un réducteur. j'ai pris celui ci car il s'adapte parfaitement à mon PO starlight

https://laclefdesetoiles.com/porte-oculaire/1384-reducteur-starlight-instruments-convertisseur-coulant-508-mm-vers-3175-mm-version-low-profile.html

 

9 _ comme tous maksutov ou SC ,  la lame de fermeture ( ménisque ou lame de Schmidt ) est sujets au dépôt de buées.

pour éviter cet inconvénient , vous devrez vous doter d'un pare buée et d'une résistance chauffante.

différents systèmes existent allant des résistances intégrées au pare buée ,aux variateurs géré par sonde thermique.

pour le moment je ne possède que pare buée astrosolar basique mais je compte bien le changer .

 

10 - la mise en température est aussi un point à ne point sous-estimer car le tube est fermé et la mise en température est assez longue avec ce type de diamètre.

la mise en température se fait par les ventilos installés à l'arrière du tube.il faudra compter 1h pour une bonne mise en température .

pour alimenter ces ventilos , j'utilise une petite batterie dédiées pour les smartphones  : simple et efficace

 

11- la MAP est aussi un point important et le masque de bahtinov sera un outils adapté à votre besoin en astrophoto

Ce masque est avant tout une aide à la MAP en astrophoto.

 

principe du masque de batinov : http://oeilducelestron8.canalblog.com/archives/2011/12/06/23668031.html

créateur du masque : http://astrophoto.chat.ru/

je l'ai élaboré à partir d'une plaque renforcée et par l'utilisation de cet applicatif : http://astrojargon.net/MaskGenerator.aspx?AspxAutoDetectCookieSupport=1

il permet d'imprimer votre masque suivant la taille de votre tube et la focale est prise en compte.

il suffit ensuite de coller la feuille imprimée sur le support et de découper la plaque au cutter

 

Le Bahtinov donne une MAP optiquement parfaite, mais il ne tient pas compte de la correction des yeux.

Vous pouvez aussi utiliser ce petit logiciel pour faire votre MAP avec ce masque : http://astrolabo.com/2014/01/19/bahtinov-mask-guide/

 

12 - un générateur de flat n'est pas nécessaire mais peut vous servir à éliminer les poussières des photos qui auraient pu se mettre sur l'optique  à l'intérieur du tube .

j'en possède un qui me servira pour un futur tube type newton ou cassegrain.

je compte bien m'en servir pour l'astrophoto du ciel profond même si ce tube n'est pas approprié pour ce type d'utilisation

 

13  il vous faudra des oculaires adaptés au planétaire.

jusqu’à maintenant , j’utilisais des oculaires grand champs comme beaucoup astro-amateur .

c'est un point que l'on sous estime mais qui a une grande importance dans le rendu visuel des planètes

mais sur le conseil de plusieurs forumeurs j'ai opté pour des ortho Kokusai kokhi Tani 31.7mm  vendu par un forumeur sympathique nommé "pancho61" ;)

n'ayant pas encore reçu ces oculaires je ne peux vous en dire plus sur leur qualité et le rendu de ces optiques.

comme le champs est réduit , votre monture devra avoir un bon suivi sans cela l'objet sortira rapidement du champs

 

image.png.158357cc87ed222ec5fa8716e162b85c.png

 

14 enfin et ce n'est pas des moindres , la collimation devra être parfaite.

c'est l’élément le plus important que j'aborde dans un autre post mais c'est assez facile a faire quand on a pigé le coup.

 

15 et pour le tout , j'ai utiliser des sangles réglables d'un portable de gamer pour le transporter sur une courte distance. très pratique et plus adapté que les poignées fixes vendues dans le commerce.

il m'a fallu aussi un sac de transport dédiés aux C11pour le protéger des chocs et de la poussière. 

https://www.astroshop.de/fr/sacs-de-transport/oklop-sac-rembourre-pour-celestron-sc-11-/p,55900

 

le test visuel : 

 

j'ai dans un premier temps utilisé des oculaires plus dédié à au CP.

la première leçon que j'ai appris  de ce test visuel : plus le grossissement est important plus l'image s’assombrit en prenant une teinte jaunâtre .

la deuxième leçon :  vous êtes tributaire de la turbulence et l'impact est très important  sur le grossissement . oubliez toutes ces théorie de 2xD  car ce n'est que de la théorie.

entre la théorie et la pratique il y a un fossé.

dans de très bonnes conditions  (planète haute dans le ciel , peu de turbulence , peu d'humidité ,etc), vous pouvez espérez vous approcher de cette valeur théorique et dans le pire des cas fleurter les 1xD.

pour mon test ou toutes les conditions n'étaient pas totalement réunies j'ai pu grossir à 385x (pas assez à mon gout).

 

pour ce deuxième test ,j'ai donc opté  pour des oculaires plus adaptés au planétaire    : les orthoscopiques .

lien sur leur descriptions techniques https://www.webastro.net/forums/topic/106460-oculaires-orthoscopiques/

"Les orthoscopiques font partie des premières générations d'oculaires. Un champ parfaitement droit et peu de groupes de lentilles donc une transmission très élevée. Excellent contraste, netteté élevée. Le seul problème c'est que le champ est étroit (moins de 50°) et le dégagement oculaire court par rapport aux oculaires modernes."

 

cette phrase résume parfaitement ce que l'on attend d'un oculaire orthoscopiques .

j'ai donc acheté un lot d 'ortho Kokusai kokhi Tani 31.7mm  : petit , lègé et pas cher .

 

dans les faits , c'est la nuit et le jour dans les forts grossissement  moins dans les faibles grossissements.

le contraste et la netteté est bien au rvd. c'est un régal de pouvoir enfin grossir sans subit cette gène qui était très présente sur les bords des oculaires.

comme j'ai une 10 micron, je n'ai pas été impacté pour le suivi  : l'objet suivi restait bien dans le champs ( malgré qu'il soit étroit ).

une surprise et de taille a été de tester ces oculaires avec des lunettes : aucune gène constaté sauf le champ un peu plus réduit !. comme quoi , utilisez de bons oculaires est toujours payant !

la dernière surprise et pas des moindres , même si le rayonnement était important je n'ai pas eu besoin d'utiliser un filtre lunaire pour observer les cratères lors de la pleine lune

 

avec une collimation plus affinée, des résistances chauffantes , un seeing de meilleur qualité, je pense espérer améliorer la qualité de mes observations

 

le test en Visuel Amplifié :en cours d’élaboration

le test photo : en cours d’élaboration

 

 

20190213_175104.jpg

20190401_195348.jpg

 

20190601_195000.jpg

20190403_112857.jpg

aubriot
comme vous avez pu le voir lors de la première partie 1  pas mal de caractéristiques sont fournies par les constructeurs pour effectuer votre choix 
mais comme toutes caractéristiques , certaines sont plus importantes que d'autres suivant le domaines que l'on désire pratiquer
 
le reflet de ce document n'est que le ressenti et l'expérience que j'ai acquis à ce jour dans ces domaines .
 
l’astrophoto en Ciel Profond :
 
prenons le cas de la caméra CMOS 1600mm pro de la marque ZWO pour affiner
 

 
choix primordiaux (en vert)  :
- la taille du pixel  permettra de connaitre votre échantillonnage et de savoir si elle adaptée ou non à votre tube dans des conditions optimales (seeing)
- la diagonale déterminera le diamètre minimale des filtres et du chemin optique que vous devrez  avoir afin de ne pas subir d'aberrations optiques ou de vignetage
 
donnée secondaire (en violet ) :
- il n’est pas nécessaire de refroidir une caméra pour faire du ciel profond mais on vous le recommande fortement et ce dans le but de réduire le bruit
 
et en dernier  (en orange ) :
- pour le débutant ces données ne sont pas sa priorité mais pour les plus avertis ; le full Weel, le QE et ADC seront des caractéristiques importantes pour obtenir l’excellence
 
une donnée qui n'est pas fournie par le constructeur mais qui pourtant influencera fortement votre choix : le seeing . il ne devra pas être sous estimé
des cartes et applicatifs vous permettront de l'obtenir .
 
Conclusion  :
- on préconise souvent d'utiliser des caméra mono (mm ) refroidies (Pro) avec de grand capteur pour faire de la photographie du ciel profond .
- ça l'est de moins en moins vrai car les caméras couleurs ont depuis bien évoluées dans ce domaine et des filtres ont été spécialement élaborés pour celles ci.
- Et même si votre capteur est assez petits certains objets seront interessant à photographier (nébuleuses planétaires ,galaxies ,étoiles,amas ) et  vous satisferont amplement en attendant de passer à plus grand.
 
Nota : la caméra mono sera quand même plus sensible du fait que l'ensemble des pixels soit réceptif à la longueur d'onde sélectionné (RVB SHO)...ce qui n'est pas le cas de la couleur
par contre pour obtenir un image couleur avec une mono , il vous faudra faire des poses avec des filtres rouge , en vert ; en bleu puis ensuite effectuer des traitements pour recomposer la couleur d'origine
 
 
 
passons au planétaire   :
 
on préconise souvent l'utilisation de petites caméras couleurs pour trois raisons assez simples
 
- dans ce domaine on réalise une vidéo pour figer la turbulence et ne garder que les plus belles images couleurs
- la rotation des planètes est assez rapide ce qui empêche souvent de faire de la trichromie à partir d'une roue a filtre
- le diamètre de la planète étant assez petite sur l’écran , la résolution ne sera pas notre priorité . on pratique souvent le ROI pour augmenter les cadences
 
mais vous verrez que dans certains cas ou domaines les caméras mono s'en sortent plutôt bien
 
nous allons prendre comme exemple l' Asi 385Mc (couleur)  pour commencer
 

 
 
la donnée principale en planétaire sera le pixel de la caméra (en vert ).
 
- en planétaire on se permet de pousser la focale pour obtenir une planète assez importante sur l’image et à sur-échantillonner fortement pour obtenir plus de détails fins ( contrastes élevés)
toutes les caméras ne s'adaptent pas sur votre tube et en fonction de celles ci on devra respecter quelques règles pour obtenir le bon échantillonnage et le bon rapport F/D .
 
Nota : je vous ai mis une petite fiche xls qui vous aidera a faire ce choix.ce n'est pas le meilleur mais au moins il a le mérite de ne pas vous embêter avec des formules
 
le deuxième critère le débit et le nombre de fps (violet) :
 
Privilégiez l'USB3 et un taux de transfert élevé pour faire des vidéo en .ser ( limité pas le temps de pose de chaque vue ).
au dessus de 100 Fps (images/seconde ) on peut figer la turbulence et ainsi ne garder que les plus belles images afin de les assembler
 
les derniers critères seront le bruit  et le QE :
 
- plus on réduit le bruit plus on peut augmenter les cadences
- la sensibilité dans  le rouge- infra-rouge sera recherché pour éliminer la turbulence . c'est pour cette raison que la 290Mc et la 462Mc sont recherchées
-en utilisant des filtres spéciaux  on pourra faire ressortir certains détails de la planète (méthane CH4 ;ultraviolet pour venus , IR )
 
la résolution n'est pas très importante mais elle est parfois privilégiée pour caser un astre avec ses satellites  (Jupiter ou saturne)
 
vous me direz : et les monos dans tout cela ?
certaines se débrouillent très bien pour faire ressortir certains détails et excellent dans les champs plus grands
 
prenons la caméra Asi 174mm dont la réputation n’est plus à faire .
 

 
comme vous pouvez le voir , elle permet d'avoir des débits importants et de couvrir un champs beaucoup plus grand que la ASi 385Mc
cela permet de faire du lunaire et du solaire.
 
Nota : ces deux astres étant très lumineux , le bruit sera le dernier cadet de nos soucis
 
 rassurez vous ,même avec une Asi 1600 vous pouvez réaliser de magnifiques photos de la lune dans sa totalité sur des lunettes de tailles respectables
 
bon ciel
Christophe
 
aubriot
j'ai fait l'acquisition dernièrement d'une caméra ASI 174 mm non ventilé et constaté comme beaucoup qu'elle avait tendance à chauffer énormément. 
là ou l'ASI 385Mc se stabilise à une Température de 32°C la ASI 174mm monte très facilement  à 43,2°C pour une Température ambiante de 21°C
imaginez ce que cela peut donner lorsque vous vous retrouvez en été sous une température ambiante de 30°C pour faire du lunaire ou lors d'une observation solaire.
certains ont même remarqué un fonctionnement aléatoire à ces températures. bref rien de réjouissant !
 

 
j'ai donc envisagé de la refroidir mais le moyen devait rester simple et pas cher.
exit le module Peltier : trop compliqué et trop cher ! tout ce que je ne veux pas.
 
il ne me restait que le refroidissement  par caloduc , passif ou ventilé.
 
j'ai commencé par acheter un Akasa dédié aux chipset de carte mère  : petit et très léger (172gr) lien Akasa AK-210-BK
il suffit d'enlever la protection plastique du pad thermique et de coller l'ensemble sur la coque arrière de la caméra .
 

 
vu la légèreté de ce Ventirad, le pad adhère parfaitement à la coque . nul besoin de visserie ou de fixation pour tenir l'ensemble comme vous pouvez le constater
 
 

avec le ventilateur en fonctionnement on peut espérer descendre de 6°C . dépenser 6€ pour gagner 6°C c'est tout à fait honorable mais cela demande de prévoir une alimentation 12V  et  y souder un Connecteur d'alimentation 5.5/2.1mm mâle
je me suis demandé si l'on pouvait descendre plus bas en T° en utilisant le même moyen mais avec un ventirad plus performant.
 
j'ai donc acheté un Akasa AK-CC7122BP01 dédié aux processeurs Intel pour 18€ .
lien  du ventirad :  Akasa AK-CC7122BP01
le ventirad est entièrement fabriqué en aluminium et il est équipé d'un ventilateur 12V.il reste léger 152,8 g pour malheureusement une surface de contact moindre au premier modèle
 

 
au préalable je l'ai testé avec une pâte thermique antec autocollante pour m'assurer de son bon fonctionnement .
le résultat ne s'est pas fait attendre :cela fonctionne mais l'efficacité n'est pas probante .
 
j'ai donc opté en reconvertissant le ventirad fournit avec mon processeur Ryzen 1700 .
 

 
 

 
pourquoi avoir choisit ce ventirad ?
 
pour plusieurs raisons :
 
- sa surface de contact est plus grande
- elle en en cuivre (meilleur dissipation )
- le pate thermal artic utilisé est de meilleur qualité (prix 7€) .
- il possède aussi un ventilateur de bon diamètre alimenté sous 12V
 
premier constat : avec de la pâte thermique argent noctua le radiateur ne tient à la coque de l'Asi 174mm
coté refroidissement c'est bien différent:
 
       - sans ventilo on obtient 37,2°C au lieu des 43,2°C
      - avec le ventilo on obtient 35,3°C . soit presque 8°C de gagné au total
 

 
vu que sur nos latitude la température dépasse que rarement les 30°C et que le poids du ventirad est trop important , je décide d'enlever le ventilateur et ainsi gagner 150gr .
l 'ensemble est maintenant collé à la coque de Asi 174mm par la pâte antec et nul besoin d'une alimentation 12V .
 

 
le résultat est donc concluant : obtenir le même refroidissement que l'Akasa AK-210-BK mais sans ventilo , sans système de fixation et  sans besoin d'alimentation 12V
après vous pouvez laisser le ventilateur pour descendre à 35,3°C ou opter pour un radiateur plus performant et plus lourd mais vous devrez solidariser l'ensemble sur cette caméra (un plexiglas sur le devant avec 4 boulon qui solidarise le tout )
 
bon ciel
Christophe
 
 
aubriot
j'ai découvert en 2020 lors de l'achat de mon ASA 10N le collimateur cats'eye . lien du site constructeur http://www.catseyecollimation.com/
au premier abord , j'étais plutôt dubitatif sur son utilisation et sur son efficacité a collimater un newton dont le F/D est court 3,8.
comme on dit souvent essayer c'est l'adopter . il s'est révélé excellent.
pas de pile , il ne se dérègle pas et le tout peut être fait au chaud en pleine journée . ça donne envie !
 
c'est un système qui se compose de plusieurs tubes dont chacun à une fonction bien déterminée .
 
    - un TELETUBE XL (F/D 3.5 à 6) ou XLS (F/D 3 à 5) pour vérifier la position du secondaire par rapport au PO qui lui même doit être perpendiculaire au tube.
      je le fait autrement et il ne sert qu'une seule fois au début . donc INUTILE si vous suivez ma procedure
 
     - un appareil pour régler l'inclinaison du secondaire (le TELECAT ).  https://www.catseyecollimation.com/sighttubes.html
       XL: f/3.5 to f/6.0 et  XLS: f/3.0 to f/5.0
 


     - un appareil auto collimateur (l'Infinity XL ) il montre absolument toutes les erreurs résiduelles (alignement fin du secondaire)
 

 
    - le BLACKCAT XL qui est un cheshire.
      moi j'ai le hotech qui est plus précis par son maintien dans le PO : le collimateur HoTech 2 pouces crosshair SCA
      son utilité : la nuit sur le terrain .
 
n'ayant pas de documentation de son utilisation les débuts ont été difficile .
j'ai trouvée celle ci qui est à peu prêt bien détaillée  https://www.catseyecollimation.com/Collimate-R3-FR.pdf
 
 
pour résumer :
 
- TELECAT seul : réglage de l'inclinaison du secondaire
- TELETUBE + BLACKCAT : réglage de la position du secondaire et collimateur
- Infinity + TELECAT réglage de la position du secondaire  et  auto-collimation
- Infinity + Blackcat : réglage de la collimation du primaire et du secondaire mais pas la position du secondaire.
- Infinity+Blackcat+Teletube : le pack complet
 
avant d'effectuer cette collimation il vous faudra déjà préparer le tube et vous assurer que l'ensemble des optiques soient bien réglées.
je décris toutes ces étapes dans le post suivant . ce qui fait que je me passe du TELETUBE XL
 
au préalable il faudra :
 
- poser votre tube à l'horizontal avec le porte oculaire vers le haut afin d'éviter que le collimateur puisse bouger et fausser le réglage .
- vous vous assurerez que votre mire est bien en place (un triangle collé en centre du miroir primaire )
 

 
- mettez une source de lumière à deux mètres en indirecte . le but n'est pas de vous éblouir mais d'éclairer assez le tube pour effectuer ce réglage .
si votre temps est compté on peut effectuer cette collimation à la nuit nautique en mettant le générateur de flat debout à deux mètres pleine éclairage sur le coté.
comme quoi on peut même réaliser cette étape en début de nuit
 
- pour me faire gagner du temps , je remet le primaire en butée du barillet (les poussantes retirées et les tirantes serrées à fond)
je considère que si le barillet est bien alignée et perpendiculaire au tube le primaire le sera tout autant.  mais entre la théorie et la pratique il y a parfois une marge d'erreur
 
passons à la première étape : réglage de l'inclinaison du secondaire
 
insérez le TELECAT jusqu’à ce qu'il vienne en contact sur la surface  TOTALE du Porte Oculaire.
 
NT : si votre Porte oculaire n'est pas "fiable" , le tube bougera dans l'emplacement 2 pouces et le réglage sera faussé . et c'est malheureusement le cas sur pas mal de porte oculaire .
on remet souvent en cause les collimateurs lasers sur leur efficacité mais c'est bien souvent votre Porte oculaire qui en est responsable !
 

 
la croix en sortie de ce tube doit apparaitre  et le but en est faite assez simple : mettre la croix au centre du triangle .
 

 
A l'aide d'une clé vous allez pouvoir agir sur l'une des trois vis qui "pousse" le secondaire .vous en déserrez une et vous vissez les deux autres.
ne dévissez pas la vis centrale car elle maintient le secondaire sur l'araignée" !
 
votre secondaire est donc bien réglé  en inclinaison .
 
 
passons à la deuxième étape : réglage des erreurs résiduelles
 
insérez l'auto collimateur INFINITY dans le porte oculaire
le secret de cet appareil  est de voir le triangle collé sur le miroir puis son reflet dans l'autocollimateur plus son reflet dans le miroir primaire (le reflet du reflet...).
http://www.catseyecollimation.com/vicseq3.avi
https://www.catseyecollimation.com/INFINITY XL Care Use - R2 - FR.pdf
dans les faits on en voit au moins 3 et tous doivent se superposer. le 4 est vraiment très faible à voir et l'exposition à la lumière est très importante .
trop de lumière on ne les voit pas et pas assez on n'en voit qu'un.
 

 
 
la dernière étape : consiste au réglage du primaire avec le collimateur laser :
 
 
le réglage du primaire se fait à l'aide d'un chershire que j'ai abordé dans ce post
il vous faudra ensuite re-vérifier l'autocollimation. après 3 ou 4 itérations entre ces deux appareils votre tube sera parfaitement collimaté .
la collimation future avec le laser se fera rapidement
 

 
 
pour tout vous dire j'ai souvent pratiqué autrement et cela pourra surprendre
je ne fait pas le réglage sur le secondaire avec INFINITY mais sur le primaire !
 
j'évite ainsi l'étape de collimateur laser ; les itérations entre le deux appareils et le résultat est aussi bon. enfin j'ai pas vu de différence
 
 
quand une collimation n'est pas parfaite vous obtenez ce type d'étoiles à la forme disgracieuse .
 

 
 
alors que dire de cet appareil :
 
- une précision redoutable
- ne se dérègle pas dans le temps
- assez cher
- s'utilise principalement de jour
- un éclairage indirect est nécessaire (lampe , générateur de flat ,soleil ) et un mur clair
 
conclusion : c'est le meilleur "collimateur" que j'ai pu avoir entre mes mains
 
bon ciel
Christophe
Collimate-R3-FR.pdf
INFINITY XL Care Use - R2 - FR.pdf
Spotting_hotspot_FR.pdf
TELE-TUBE XLS Care & Use-FR.pdf
XLKCDP-R7_fr.pdf
XLK-HotSpot-R1_fr.pdf
aubriot
après avoir passé en revu les différents thèmes de Asicap, il est temps d'aborder le logiciel Firecapture connu de tous les astrams.
ce logiciel est téléchargeable sur le lien suivant : lien
vous allez voir que firecapture ne diffère que de très peu du logiciel de ZWO . sur le principe car sur le fond on peut maitriser d'autres parametres !
vous y trouverez toutes les versions téléchargeables de Win à linux mais il faut vous faire remarquer que toutes les caméras ne sont pas capables de fonctionner avec tous les OS.
il vous est même possible de télécharger les anciennes version ( en cas d'instabilité ) .
si vous n’êtes pas à l'aise avec l'informatique , privilégiez toujours les versions stables et non les versions betas
le fichier téléchargé est zippé . en cliquant dessus il va vous le dézipper dans un répertoire "document" (laisser par défaut) et va y installer tous les fihciers et .exe nécessaire à son bon fonctionnement
 

 
en sélectionnant le FireCapture.exe puis clic droit "envoyer vers" , "le bureau" vous copiez le raccourci pour lancer plus tard le logiciel applicatif.
il suffit alors de retourner sur le bureau windows et de lancer firecapture . une page de garde va vous demander quelle caméra vous utilisez .
 

 
sélectionnez celle que vous possédez et si aucune d'elle est branchée il l'en lancera une virtuelle
 
A l'ouverture de celui ci le panneau de contrôle se trouve à gauche et non à droite comme sur asicap
 

 
les deux premiers modules que vous allez modifier sont "l'image" et le "contrôle"
le premier permet de choisir la résolution de l'image , le mode binning et différente taille prédéfinie . A vous de voir laquelle est la mieux adaptée a votre observation.
le deuxième onglet permet de régler le gain et l'exposition. Ajuster toujours le Gamma à 50% (c’est le contraste de l’image). on peut le pousser lorsqu'on désire faire la MAP sur une lune de jupiter mais dans tous les cas il faudra le remettre apres.
comme sur Asicap vous avez la possibilité de faire du RIO (region of objet interest) en sélectionnant avec la souris la zone de capture . plus cette zone est petites plus le fichier est moindre et les débits sont importants
 
 

 
vous avez aussi deux cases l'une permettant de modifie la plage d'exposition,et l'autre les paramètres de "balances" , "la température",ect... et le nombre de fps maxi.
très pratique pour régler la bande passante  et dédié l'ensemble de cette bande à la caméra . a vous de tester avec usbtrafic et et le highspeed .
on peut même effectuer du binning hadware avec une caméra CCD .
 

 
le troisième module permet de prédéfinir le type d'acquisition suivant la planète que l'on observe . les paramètres de profils sont prédéfinies par défaut . très utile quand on débute
vous n'avez plus qu'a choisir la planète de votre soirée ou d'en changer aussi simplement .
ça déroute un peu mais l'on comprend vite le fonctionnement
 

 
la première case définie le nom du fichier d'enregistrement et la case adjacente permet de modifier le répertoire ou va être enregistré votre vidéo
le deuxième case permet de choisir le type de planète observée et juste à cote le type de filtre que vous utilisez (inutile si rien n'a été défini )
la case d'en dessous permet de limiter la durée d'acquisition ou ne nombre d'images à enregistrer  et le type d'enregistrement (vidéo ser ou avi , mode image,
les trois dernières cases permettent de lancer l'enregistrement , de mettre en pose ou de l’arrêter
 
le status vous indique le nombre d'images maximales que vous pouvez acquérir et ceux réellement enregistrables ; ceux que vous avez capturés et ceux réellement sauvé
l'état du disque vous permet de vous indiquer la place disponible sur le disque et la mémoire tampon pour conserver les images.
ces indicateurs sont très utiles pour déterminer si votre DD est saturé , si vos débits sont limités .
 
le module suivant vous indique l'histogramme . très utile pour l'acquisition planétaire  ( à mettre au 2/3 pour évite de surexposer les portions les plus claires de la planète  )
 et  celui qui suit vous indique la température de la caméra
 

 
dans le module "option" ; vous pouvez activer certaines fonctions comme le réticulé , inverser l'image en Y ou X , enlever le bayer ,faire des flats ou des darks  pour obtenir une image plus correcte
 
enfin les deux derniers modules sont dédié au paramétrage du logiciel car firecapture est capable de géré lui aussi des moteurs de mise au point , une RAF et même effectuer un prétraitement .
 

 
comme sur Asicap vous avez un onglet  sur le coté de l'image qui récapitule l'ensemble des fonctions : histogramme, autoalignement , la matrice de bayer , le répertoire de stockage .
un peu répétitif à mon gout mais il faut les voir comme des raccourcis d'accès.

 
sur la barre d'en haut vous avez pas mal d'indications ou de fonctions vous permettant de sélectionner la vitesse de capture maximale ou de  gérer l'agrandissement de l'image
 

 
 
enfin dans le paramétrage certains cases devront être validées
 
- le nommage des fichiers sous le format winjupos car une planete comme Jupiter  tourne vite (sert à la dérotation des vidéos si le temps d’exposition dépasse la durée avant la rotation de la planète.)
 

 
-et la récupération agressive de la mémoire pendant la capture

 
comme vous pouvez le constater il est complet logiciellement  et il permet de gerer de multiples équipements 
 
bon ciel
Christophe
aubriot
En cette période il est fréquent d'avoir de fortes pluies et évidemment notre matériel en subit les conséquences.
rien de plus agaçant de devoir remballer lorsque les optiques sont pleines de buées alors que la soirée vient juste de commencer .
ce lien vous permettra de comprendre comment et pourquoi la buée se dépose sur vos optiques lien
 
plusieurs méthodes sont utilisées :
 
- passer un coup de chiffon . c'est non seulement risqué de rayer ces optiques mais en plus elle reviendra très vite => à éviter
- passer le sèche cheveux : efficace en un minimum de temps si votre tube est ouvert mais cela redemande  de nouveau à  le remettre en température. => peu de temps d'observations
- ouvrir le tube qu'au dernier moment lorsque tout est prêt => c'est une solution mais qui malheureusement n’empêchera pas d'avoir cette satanée buée à un moment donné .
 
passons sur les méthodes qui fonctionnent vraiment ou en partie
 
- la bâche : elle vous permet de vous isoler du sol et évite ainsi la remontée d'humidité  => c'est loin d'être la solution miracle mais c'est un plus .
- le pare buée  : outre le fait de vous protéger des parasites lumineux il permet de retarder l'arrivée de cette buée.
- la ventilation derrière le tube : elle permet de faire circuler l'air pour mettre à température les pièces mécaniques et optiques => le but est bien de réduire la différence de température entre le miroir et l'air ambiant .
la rotation de votre ventilo ne procurera aucune vibration.
 
j'utilise souvent une batterie externe pour l'alimenter ou je le raccorde directement sur le 12V du pegasus
 
 
-et enfin la résistance chauffante . si vous branchez cette résistance en direct sur du 12V sans utiliser de variateur vous aurez certainement droit à des turbulences dans le tube . ce sera pire que le mal !
 
le but ici n'est pas de "chauffer" l'optique mais juste d'éviter le point de rosée : en clair éviter que l'optique soit plus froide que l'air ambiant ( c'est comparable aux fenêtres doubles vitrages qui s'embuent des qu'on les ouvre).
pour ne pas avoir la condensation de l'humidité de l'air à la surface du miroir il faut la "chauffer" très légèrement en la pilotant de préférence avec une sonde thermique implantée sur le miroir (dans mon cas à l'extérieur proche du boitier pégasus). La même sonde servira a gerer l ensemble des resistances.
 
les newtons sont les moins sujets à la condensation et ceux qui ne peuvent y couper  : les mak et les SCT en raison de la lame de fermeture ou du ménisque.
dans une moindre mesure les lunettes sont aussi sujettes à cette problématique
 
je dis en théorie car ce n'est pas toujours le cas comme vous pouvez le voir
 

 
TOUTES les optiques sont sujettes à ce phénomène !
je l'ai déjà constaté sur un applanisseur
on posera de préférence la résistance chauffante un peu en dessous/dessus de l'optique .
ATTENTION : ne JAMAIS mettre la résistance chauffante directement sur  le verre . cela provoquerait des dilatations de l'optique et cela se répercuterait sur l'image finale.
 
dans le cas de mon newton , j'utilise pas moins de 4 résistances chauffantes le tout piloté par le Boîtier Ultimate Powerbox V.2 Pegasus Astro - PEG-UPBv2.
la première résistance se loge à la sortie de la caméra 1600 mm pro . efficace et discret  . elle est à une épaisseur de 1mm qu'il faudra venir retrancher dans le calcul du BF  resistance ZWO
 

 
la deuxième optique qui bénéficie d'une résistance chauffante : le correcteur de coma Wynne .
d'un diamètre de 120mm on la trouve un peu partout et elle est souvent dédiée aux lunettes
 

 
la troisième résistance est dédié aux newton  lien. elle vient se fixer sur le montant du secondaire par un système de scratche
le câble d'alimentation sera solidarisé de l'araignée par le moyen de rylsan.
 

 
enfin et c'est celui qui est le plus décrié : une résistance chauffante est posée au niveau du primaire sur l'extérieur du tube
 

 
toutes ces résistance sont gérées par un "variateur" . en fonction de  la T° extérieur et l’humidité ambiante , il détermine le point de rosée et envoi du courant pour faire fonctionner les résistances .
elles ne sont donc pas tout le temps en fonctionnement et rarement à fond de la puissance admissible. juste ce qu'il faut !
 
Enfin pour conclure : le module de gestion des résistances n'est pas une option mais bel et bien un outil indispensable et nécessaire. tous les grands télescopes ont de tels moyens de protections alors pourquoi s’en priver
n'oubliez pas de laisser respirer votre tube lorsque vous le rentrez au chaud. l'extérieur du tube est souvent plein d'humidité .
 
je vous rassure je n'ai jamais vu de veine de chaleur depuis que je protège mon tube et certains disent même qu'ils arrivent à gagner 1 à 2 magnitudes . A vérifer
bon ciel
Christophe
aubriot
dans le monde des portes oculaires  le nombre de fabricants est assez important et j'en ai découvert un lors d'un achat de tube planétaire .
la marque italienne Artesky n'est pas très connue et pourtant elle mériterait de l'être.
 
pour un prix contenu (environs 250€ ) elle vend un Porte-oculaire HQ V2 dédié pour les Schmidt Cassegrains ; les Edge et les Mak
ce produit  possède de nombreuses options qui ne vous laisserons pas indifférent et risque bien de voler la vedette au Baader SteelTrack Diamond S / C.
 
lors du de la réception du colis , on s'aperçoit qu'il est très bien emballé ; qu'il est très léger et visuellement sa finition vous étonnera.
on a l'impression d'avoir entre les mains un feather touch
 


 
malgré son poids plume de 630gr , il est annoncé pour supporter 5,5 kg avec un tirage de 22mm . ce qui est déjà pas mal pour un porte oculaire de cette gamme !
 
ces caractéristiques :
 
poids : 630gr
Connexion :  Filetage SC filetage 24 filet par pouce
Raccord en sortie : M54x0,75mm
réducteur en  2" et 1,25" vissable sur le filetage M54
tirage : 22mm
matière : aluminium
déplacement par Crémaillère
Capacité de charge : 5,5kg
serrage annulaire pour deux pouces
molette démultipliée 1:10 dual speed
 
ce porte oculaire se visse directement sur le filetage SC.
si l'on enlève son adaptateur on trouve une gorge de 73,5mm sur le porte oculaire et la sortie de cet adaptateur a un filetage de 68,5mm .
on vient y mettre la bague de réduction pour avoir le filetage femelle SC
 

 
le déplacement du tube n'est peut être pas très important mais il est suffisant pour faire la mise au point sur un SC .
la crémaillère est remarquablement souple et (petit gadget ) il est fournit avec un cache de protection pour protéger la démultiplication 1/10 .
 
le petit plus de ce porte oculaire réside dans sa sortie !
comme vous avez pu le voir dans son descriptif sa sortie est en M54 et vous avez la possibilité d'acheter un rotateur de champ vissé en M54/M54 de 12,5mm Artesky M54 .... très pratique pour y visser une caméra CMOS sans avoir de porte à faux et la positionner sur 360°
un réducteur 2  et 1,25 pouces est fournit de base pour y installer des oculaires ou un RC  . l'ensemble se visse là encore sur le filetage M54.
 

 
que dire de ce focuser : que du bien pour le moment !
le rapport qualité /prix est tout à fait correct et la qualité est au rdv.
 
je vous le conseille
bon ciel
christophe
 
aubriot
lorsqu'on réalise des poses sur un objet céleste en mono on réalise le plus souvent du LRVB quand on commence  (c'est mon cas) .
 
L pour Luminance
R pour Rouge
V pour Vert
B pour Bleu
 
ce qu'il faut comprendre c'est que toute l'information se trouve dans les brutes luminances et les couches RVB ne sont la que pour rajouter la couche couleur.
plus vous ferez de poses L plus les détails ressortiront !
 
mais il y a une étape que l'on ne doit pas négliger : les DOF (Dark ,Offset  et Flat ) .
je trouve que ce site en parle très bien Astrophotographie : Dark – Flat – Offset
ou avec celui ci en video DOF
 
Cela peut paraitre ch... mais c'est un passage obligé pour avoir un résultat à la hauteur de ces attentes.
en résumé lorsqu'on fait des photos en mono on se doit de réaliser
 
- des images en L ( une bonne soixantaine voir plus )
- des images en R (entre 20 et 30 )
- des images en V (entre 20 et 30 )
- des images en B (entre 20 et 30 )

en gardant la même MAP ( mise au point) et le même cadrage (pour les flats) , on va réaliser
 
- des darks ( une bonne soixantaine )
- des offsets ( une bonne centaine )
- des flats en  filtre L  (entre 20 et 30 )
- des flats en filtre R (entre 20 et 30 )
- des flats en filtre V (entre 20 et 30 )
- et des flats en filtre B (entre 20 et 30 )
 
cela représente à peut prêt 500 photos rien que pour avoir une seule image finale
le logiciel Prims c'est très bien les gérer et il a un module pour réaliser ces DOF.
il vous nommera tout les fichiers suivant le nom, la date , le filtre utilisé , la T° et le temps d'exposition
 
mais avant de shooter , il faut bien s'assurer que les filtres soient bien positionnés dans le bon sens et éviter au maximum les  parasites provoqués par les lumières des lampadaires
 
l'effet du gradian (avec renforcement de l'exposition sous pixinsight)  avec ou sans pare buée. :
la première image montre un coté plus sombre en haut et plus éclairée en bas à gauche provoqué par des lampadaires.
la deuxième photo a été prise avec l'adjonction d'un pare buée qui élimine en partie ces parasites lumineux.
l'effet est garantie !
 

 
la ASI 1600mm pro provoque des halos et des micros lentilles mais c'est pire quand les filtres sont montés à l'envers. c'est assez flagrants sur les étoiles très lumineuses
je sais elle est moche (ciel trop sombre,traitement couleur mal fait ,etc....) mais c'est surtout pour vous montrer les fameux effets du aux micros lentilles
 

 
 
les Darks :
 
les darks doivent être fait à peu prêt une fois tous les 6 mois et à la même température des poses réalisées.
ainsi si vous faites des brutes de 10s sous -20°C avec un gain de 138 et un offset de 30 , vous devrez faire des darks de 10s sous -20°C avec un gain de 138 et un offset de 30
ils se font dans le noir mais quand je dis le noir c'est le noir total . même avec un capuchon sur le tube il se peut que de la lumière puisse passer derrière le tube ou par une fente du capuchon.
ces poses peuvent se faire de jour  , sans le tube  du moment que le capteur est dans le noir total !
 
sur une ASI 1600 , je pose le plus souvent avec un delta de T° de -20°C que ce soit en hivers ou en été tout en évitant d'atteindre la puissance de refroidissement maximale. pourquoi ?
il se peut que la température externe fluctue et vous allez vous retrouver avec des poses avec différentes températures ( surtout si elle monte) . donc le dark n'aura pas le même résultat sur chacune des brutes .
on se donne une marge de de + ou -0,5°C. après il faudra refaire des darks pour les photos prises avec un tel décalage .
sur prism je programme une montée de température par palier pour atteindre 85% de la puissance fournie. cela me laisse ainsi une marge pour la correction au cas ou.
 

 
Les offset :
 
ils se font de la même manière que les darks (dans le noir) mais avec des poses très très courtes.
prism le fait par le même module et il se chargera de régler le temps automatiquement pour obtenir des offsets de bonne qualités
ils sont très simples à réaliser et ils peuvent se faire de journée de la même façon que les dark ( capuchon mis et température à l'identique)
 

 
les Flats :
 
ce sont les plus durs à réaliser  : on doit exposer le capteur à une lumière uniforme et ce dans le but de faire ressortir toutes les tâches et poussières.
pour cela on utilise un générateur de flats  .
 
donc si je fais des poses en L, j'ai pour principe de mettre le générateur de flats juste après  pour conserver la même map , la même température et le même cadrage
il en sera de même pour les couches R,V,B
 
beaucoup préconisent qu'ils soient fait au 2/3 de l'histogramme. mais qu'est ce que cela veut dire ?
sur un capteur 16bits de données on a 16²  soit 65536 niveaux de gris possibles .  dans notre cas on devra se retrouver aux alentour de 43690 . c'est comme ça que je l'ai compris
la dernière mise à jour de Prims calcule automatiquement le temps d'exposition pour obtenir cette moyenne d'exposition.
A vous de régler l’écran générateur de flats pour qu'il ne soit ni trop faible ni trop fort en éclairage
 

 
 
 
pour le prétraitement , j'ai suivi le process de Zloch team astro PixInsight TRT 00
il est simple , clair et très efficace  .
tout le traitement se réalise sur le logiciel très connu "PixInsight"
 
Au préalable vous devrez organiser vos répertoires pour classer les brutes des DOF et  éviter ainsi les erreurs de traitements
 

 
 
ensuite il vous suffira de lancer le logiciel pixinsight et d'aller chercher le process icons que j'ai mis à disposition en pièce jointe
ce process icons  permet d'effectuer toutes les taches décrites ci dessous .
il se charge par un clic droit "process Icons" , "load process Icons" et est référencés sous .xpsm
 
les étapes de traitements :
 
1 - création du master offset
2 - création du master Dark
3 - création du master Flat pour chaque couche LRVB
4 - calibration des images  pour enlever les parasites  , les bruits induits (traitement des images avec les DOF ).
5 - une correction cosmétique pour enlever les pixels chauds
6 - un alignement des images (il y a toujours des décalages dans les prises de vues)
7 - un empilement basique pour cropper toutes les images (réduction des bords ) et les avoir aux mêmes dimensions
8 - une réduction du bruit de fond sur toutes les images
 

 
9 -une netteté optimisées
et enfin un empilement des images de chaque couche L ,R,V,B.
 

 
vous obtenez ainsi les brutes finaux que seront après traitement empilés pour obtenir une image finale
mais avant de clore je vais vous montrer les effets que l'on peut avoir si le traitement est mal fait
 
les darks mal traités que l'on voit sur les deux cotés de l'image de M92.
 

 
résultat des flats mal "gérés" lors de la prise des clichés
 

 
j'ai mis le process icon qui permet de  pré-traiter de ces images brutes sur PixInsight
 
Christophe
Bon ciel
 
 
 
prétraitements brutes.xpsm
aubriot
dans la gamme des portes oculaires on trouve une référence dans ce domaine : Starlight Instruments.
 
lien du site  : starlight
 
certains le considèrent comme le meilleur d'autres étant le plus élevé dans le rapport qualité/prix
je vais surtout vous parler du porte oculaire Feather Touch Starlight 2" que j'ai acheté pour mon mak zen 250 FTF2
 
ce qu'il faut comprendre c'est que le début de la référence vous donne le diamètre du PO .
 
FTF20 : 2 pouces (50,8 mm)
FTF25 : 2,5 pouces
FTF30 : 3 pouces (76,2 mm)
FTF32 : 3 pouces (76 mm)
FTF35 : 3,5 pouces (89 mm)
 
trois gammes  ou les différences se font sur le systemes de mise au point , le poids de charge  : BCR , HD et B-A
 
celui que nous intéresse a à ma connaissance quatre modèles de
débattement FTF200 X BCR
 
- le Porte-oculaire Feather Touch Starlight instruments 2"  - FTF2008BCR avec un débattement de 0,8" :  course 0.8" (20,3 mm)
- le Porte-oculaire Feather Touch Starlight instruments 2"  FTF2015BCR avec un débattement de 1,5" - course 1.5" (38,1 mm)
- le Porte-oculaire Feather Touch Starlight instruments 2" - FTF2020BCR avec un débattement de  2" - course 2" (50,8 mm)
- le Porte-oculaire Feather Touch Starlight instruments 2" - FTF2025BCR avec un débattement de 2.5" - course 2.5" (63,5 mm)
 
les premières impressions qui s'en dégagent en le  recevant : qualité et légèreté .
 
il est est assez petit , sobre et le poids est contenu  : environs 453gr
la finition est parfaite et la friction du tube coulissant est très très légère.... pour ainsi dire inexistante.
le mise au point est démultipliée 1/10  ; silencieuse  et très souple au touché.
il a une capacité de port de 3,6 kg à 4,5 kg . c'est très largement suffisant pour le matériels que nous possédons tous et son serrage est annulaireavec le système de blocage (Aka Shorty) . on fait mieux aujourd'hui.
le débattement de mon PO est de 20,3 mm (0.8")  soit un tirage minimal est de 35,69 mm et maximal de 56 mm . Je ne pouvais pas mettre plus car le baffle interdisait sa rétractation totale
 

 
 
Il a tout pour plaire mais il comporte plusieurs points négatifs :
 
- le premier et il n’est pas des moindres  : son prix . plus de 450€ sans la bague de fixation
 
-  il ne faut pas oublier que si vous désirez y mettre un moteur sur ce PO  l'achat de clés américaines sera obligatoire ! . impossible de démonter la molette avec une clé européenne .
   si vous désirez y mettre le moteur de mise au point EAF ,il vous faudra acheter la fixation dédiée .
https://www.loisirsplaisirs.com/accessoires-cameras-zwo/4495-platine-adaptation-eaf-zwo-feather-touch.html
 
   pour ma part , j'ai utilisé le filetage de la vis de serrage du débattement pour y fixer la plaque de EAF
 

 
- le deuxième point  gênant dans mon achat  : le Réducteur Starlight Instruments Convertisseur coulant 50,8 mm vers 31,75 mm version "Low Profile" . je ne vous le recommande pas  !.
  il permet l'utilisation d'oculaires au coulant 31,75 mm (1.25") dans un accessoire au coulant 50,8 mm (2").
  le système est maintenu dans son logement par la vis de serrage annulaire du PO  : pas très pratique dans le noir pour bien le positionner et le maintenir .
 

 
- le point il faut être très  attentif c'est la bague qui vous permettra de fixer ce PO sur votre SC et maksutov . sans cette bague il vous sera impossible de fixer ce PO
  le prix de ces bagues sont souvent chers sur certains modèles  .gare aux mauvaise surprises au moment de payer !
  l'avantage c'est qu'on en trouve une multitude (pour la plus part des tubes mis en ventes dans le commerce). même mon mak qui se trouve être une fabrication artisanale pouvait recevoir cette bague normalisée .
  j'ai choisi le modèle A20-295 Adaptateur court Starlight Instruments pour porte-oculaire Feather Touch FTF2008 pour SC Celestron et Meade .
https://starlightinstruments.com/store/index.php?route=product/product&product_id=141
 

 
 très simple à installer et une hauteur assez réduite
 
Conclusion :
 
c'est l'un des meilleurs des portes oculaires que j'ai pu avoir dans mes mains dans cette gamme .
c'est celui que je trouve le mieux fini pour le prix qui en est demandé .
 
bon ciel
Christophe
aubriot
apres avoir traité chaque couche R V B et L , on se doit de les assembler .
j'ai pris l'exemple de M92 ou le temps d'expositions était très courts. cela m'a provoqué un soucis dans la gestions du gradian . j'ai été obligé de cropper les images par le module "dynamic crop"
 
le but dans un premier temps va être de créer la couche RVB pour enfin l'appliquer sur la couche L
 
les tutos de ZLOCH TEAM ASTRO sont toujours très bien fait et je les recommande
 
PixInsight TRT 01.5 Combinaison des couches RVB & RHaVB traitement couche RVB
PixInsight TRT 03 Assemblage Lum et RVB assemblage LRVB
 
dans le premier traitement on va passer par les  étapes suivantes :
 
il n'est pas nécessaire de respecter toutes les étapes si vos captures sont idéales
pour ma part et dans le cadre du traitement de M92 , je n'avais pas de halos sur les grosses étoiles .
 
1 - aligner les différentes couches
2 - enlever le gradian
3 - retirer les halos des grosses étoiles
4 - faire une égalisation des couches
5 - ré-aligner et assembler les couches
6 - refaire un retrait du gradian et une réduction de bruit
7 - faire un fond du ciel global et le neutraliser
8- passage en linéaire et jouer sur les couches RVB .
 
c'est une étape que j'ai encore un peu de mal à gérer. il faut comprendre que l'on va jouer sur chaque couche pour faire ressortir telle ou telle couleur .
c'est un peu subjectif car chacun va le faire à ça sauce . j'essaye de garde l'ensemble cohérent
le résultat n'est pas l'image finale que vous allez publier mais seulement la couche couleur que vous allez appliquer sur la couche Luminance
 

 
dans le deuxième tuto , nous allons appliquer cette couche RVB sur la couche luminance
celui ci est  très qimple vu que les différents traitements ont été réalisés
 
on procédera à :
 
1 - un assemblage de la couche RVB sur la couche L .
Nota :  le script a été élaboré par l'AIP site Astro Images Processing
ATTENTION  : pour l'assemblage de la couche RVB avec la couche L , il faut avoir passé ces deux photos en linéaires et  les avoir travailler avec "l'histogrammetransformation"
l'addition ne peut se faire entre une image linéaire et non linéaire !
 

 
2 - une désaturation du fond de ciel
3 - à une augmentation du contraste des faibles structures
 
je vous ai mis les process icons pour les deux traitements en mettant le maximum d'explications.
 
traitement RVB.xpsm
traitement LRVB.xpsm
aubriot
dans le monde des focusers , le TCF leo s'est fait une place parmi les astrographes.
certes il n'est pas donné mais c'est ce qui se fait de mieux à ce jour .
il y a bien le ESATTO mais a ce jour il n'y a pas encore beaucoup de retour sur celui ci pour faire la comparaison et lui faire de l'ombre.
 
le TCF leo est fabriqué par la société Optec  https://www.optecinc.com/astronomy/catalog/tcf/19740.htm
 

 
sa forme est atypique et il permet d'y loger des correcteurs de coma de 3 pouces
 
Spécifications du TCF-Leo :
Épaisseur totale: 31,8 mm à 40,6 mm
Déplacement de la mise au point: 8,9 mm
Point médian de la mise au point: 36,2 mm
Voyage total en étapes: 112 000 étapes
Résolution de l'étape: 0,08 microns
Poids: 0,85 kg
Capacité de charge utile: 9 kg
Montage côté télescope:    queue d'aronde OPTEC-3600
Montage côté caméra:    OPTEC-3000, tube de traction de 3 pouces
Système de contrôle: contrôleur FocusLynx (inclus)
 

j'ai choisi le modèle Split-Clamp sur recommandation de "florent poiget"
en faite c'est un serrage annulaire et non avec 3 vis comme on peut le voir sur les autres focusers : très pratique pour serrer le correcteur de coma 
il est fournit avec deux clés dont l'une est utilisée pour ce serrage (clé jaune) et l'autre plus spécifique pour fixer le focuser à la base par trois vis (clé rouge)
 
 


il est fournit avec un boitier de contrôle Focuslynx qui permet de gérer l'ensemble des éléments : sonde thermique , raquette , 2 focusers , liaison avec PC
 
les points négatifs ou pouvant être gênants :
 
-  le premier défaut étant que ce module de gestion n'a pas été intégré au focuser et il faut bien l'installer quelque part.
moi je l'ai pour le moment installé sur ma demi  colonne mais j'envisage de le pose en fixe au dessus de mon newton.
- le deuxième point noir c'est que le fonction Wifi est en option là ou il est intégré sur le ESATTO.
pour le moment je le gère avec le câble USB et cela me suffit largement.donc pas vraiment une contrainte
- la course est très faible de 8,9mm par pas de 0,08 microns là ou le sestosenso et ESATTO font mieux
il faut donc bien calculer sa position pour être au bon backfocus.
la bague adaptative a été réalisée par la société skyméca  : solide , finition impeccable pour un prix contenu
- la quatrième point noir c'est sa sonde qui faut bien positionner quelque part (idem aux autres focusers) et sa connectique est spécifique et pas des plus pratiques. je les bloqué sur la fixation d'un des anneaux
- le dernier points noir c’est pour régler le Tilt de la caméra .
étant large il est difficile de passer une clé allen pour régler le tilt si le backfocus est faible entre le correcteur de coma et la caméra  ( dans mon cas de 57mm). j'ai donc préféré raccourcir la bague pour laisser plus de mou sur la fixation du correcteur.
 
Spécifications fonctionnelles:
 
Commande de moteur pas à pas: moteurs pas à pas bipolaires et unipolaires,
Résolution: contrôleur 16 bits avec une plage de 65 535 pas par focaliseur,
Connectivité PC: USB / série, Ethernet ou WiFi 802.11 en option,
Commande manuelle: 2 boutons en option avec lecture numérique,
Connexion WiFi: compatible 802.11b / g en option,
Deuxième pas: carte fille enfichable en option,
Puissance d'entrée: alimentation universelle 12VDC (entrée 110 à 230VAC)
 
 
Connexions du port FocusLynx:
 
Focuser 1: prise RJ45 pour Cat-5e / Cat-6 standard vers focuser,
Focuser 2: deuxième carte pas à pas en option pour prise RJ45,
Alimentation: entrée 12VDC, fiche 2,5 x 5,5 mm, broche centrale positive,
Réseau: prise Ethernet RJ45 standard,
Contrôleur manuel: prise RJ22 pour cordon téléphonique standard,
Série: prise RJ12 pour câble USB / série Optec (inclus).
 
voulant faire aussi de l'observation bien que ce ne soit pas vraiment approprié pour ce tube , j'ai acheté la bague  adaptative en sortie 2 pouces.  elle est aussi utile pour y mettre le collimateur cateyes.
https://www.optecinc.com/astronomy/catalog/adapters/optec-3000/17804.htm
 

 
passons à ces avantages :
 
- il est compact  et ne prend pas de place en épaisseur
- le poids est contenu
- la finition  du focuser est indéniable
- il supporte un poids de 9kg
test du TCF leo
- le serrage annulaire (option) est sensationnel pour ne pas dire fantastique
- et le must : au démarrage de celui ci il se rétracte au point zéro pour reprendre sa position home (celle décidé par vous lors de l'arret )
c'est ce que je reprochais au système sestosenso de primaluce : en cas de plantage ou d’arrêt brutal il faut refaire l'initialisation , et a chaque arrêt il fallait le rétracter
 
j'ai dernièrement décidé d'acheter la raquette de commande pour me passer du PC lorsque je fais du visuel . il existe deux raquettes
 
#17680 - TCF Hand Controller with IN and OUT buttons : https://optecinc.com/astronomy/catalog/tcf/17680.htm
#19695 - Hand Control with Digital Read-Out https://www.optecinc.com/astronomy/catalog/focuslynx/19695.htm
 
j'ai choisi la plus complète 
 
pour installer le logiciel de gestion sur le PC , il vous  faudra passer par ce lien pour télécharger les drivers et le software
https://www.optecinc.com/astronomy/downloads/focuslynx.htm
 
ce logiciel est simple d'utilisation et comporte tous les options nécessaire pour bien le gérer.
 

 
il est très bien reconnu par le logiciel Prism V10 et le déplacement se fait non pas en pas mais en mm.
la température à l'air d'être conforme mais j'ai constaté un décalage avec le système du pégasus. c'est un point que je vérifierais plus tard
 
le constructeur vous permet de choisir deux options mais il faut pour cela que le firmware FocusLynx Hub soit à la version v2.2.1 :
 
Avec les moteurs pas à pas, la vitesse et le couple fonctionnent généralement inversement. Autrement dit, des vitesses plus élevées entraîneront généralement un couple plus faible.
 
1- L'option TCF-Leo Hi-Torque Focuser Type peut gérer de manière fiable des charges utiles jusqu'à 9 kg
2- Si vous préférez un mouvement plus rapide de votre porte-oculaire, sélectionnez plutôt le type d'appareil de mise au point TCF-Leo Hi-Speed. Il y aura une réduction du couple disponible, mais le porte-oculaire rentrera généralement en moins d'une minute. La charge utile maximale recommandée pour le type d'appareil haute vitesse TCF-Leo est d'environ 5 kg.
 
les mouvements de ce focuser sont très rapides mais aussi audibles .
 
conclusion  : il transpire la qualité et je suis contant de son acquisition. il est fiable ; performant et répond à toutes exigences même si il m'a fallu attendre 6 mois pour l'avoir.
 
 
Test de la température :
 
il fallait bien trouver un défaut à ce porte oculaire . le décalage est minime mais bien présent (1°C ). 
le câble de la sonde est bien embêtant : ni trop grande ni trop petite . on ne sait pas trop ou la fixer !
 
la compensation en T° : 
 
cela fonctionne normalement  avec prims V10 mais j'ai constaté une chose très étrange.
 
- une chute des températures puis une remontée de celle ci  pour ensuite redescendre..... chose que je ne pourrais expliquer
 
le backslash :
 
il existe bien mais il est tellement minime qu'il est inutile de le prendre en compte .
 
 
19740_TCF-Leo Installation_rev1.pdf
aubriot
c'est en regardant les images de F.Poiget que j'ai toute de suite accroché et désiré en posséder un .
certes le télescope ne fait pas tout mais le piqué est sensationnel et vu son rapport F/ D < 4, les temps de poses sont tout autant réduites.
 
je cherchais depuis longtemps un télescope de ce type mais les annonces se font plutôt rares sur ce type d'astrographe .
et puis un jour j'ai revu réapparaitre ce modèle dans les petites annonces pensant qu'il avait déjà été vendu.
certes quand on achète de l'occasion il faut s'attendre a avoir des "défauts" ou de "l'usure" surtout quand ce tube a presque 10 ans. et ce fut le cas  !
autant on peut s'attendre à des problèmes sur l'électronique autant les problèmes optiques sont rédhibitoires . faite toujours un test quand c'est possible et surtout méfiez vous des modifications que certains ont pu apporter sur leur tubes.
dans mon cas , à part l'age rien ne pressentait une quelconque modification.
 
le tube ASA 10N de la société Austria a été produit dans les années 2000/2010 et c'est un astrographe, il n'est donc pas conçu pour le visuel mais pour la photo du ciel profond.
 enfin ça c'est pour la théorie mais dans les faits l'observation est tout à fait possible sauf qu'il vous faudra tourner le tube et avoir des tubes allonges .mais j'y reviendrai
 

 
les caractéristiques :
 
Spécifications :Newtonian Astrograph
Primaire : miroir  parabolique 10" pouces/ 250mm
Secondaire en largeur : 4" pouces / 100mm
Tube :  790mm de Longueur .
Diamètre du Tube : 300mm
FocuserAAF3 3" Motorisé avec Encodeur Absolut
Anneaux du Tube  : en alliage CNC Alloy
Poids tube nu : 9kg
 
il était possibilité d'avoir 3 modèles de focales en achetant ce tube :
 
- Soit en prenant le correcteur de Coma 3" Wynne  très connu des astrams. celui ci est encore en vente sur les sites professionnels .

- la barlow correcteur ASA A2-2KORRB 1.8x F/6.8  qui ramène la focale à 1620mm.
  La barlow dédié d'ASA n'est plus disponible. Cependant, nous pouvons la remplacer par  l'APM 1.6x (également conçu par Philipp Keller) . Cela fournit un rapport focal de F6. Toujours aussi rapide mais offrant désormais une focale de 1520 mm
- puis plus rarement le correcteur ASA A2-2KORRR 0.73x F/2.8 qui ramène la focale à 657mm . si vous le possédez  et que vous voulez le vendre faite moi signe
 
Les correcteurs sont conçus par Dipl. Phys Philipp Keller et sont de très bonnes qualités
 
Ce tube a pleins d'avantages mais aussi quelques inconvénients :
 
- en tout premier lieux  , pour son tube plein de 250mm  vous ne trouverez pas de tube plus lègé.même avec les anneaux et sa queue d'aronde ultra legere , le poids avoisine les 12 kg
  fabriqué en carbone de haute qualité avec un flocage interne en velours , il permet ainsi d'éviter les réflexions internes ; offre une très faible dilatation thermique ; une grande rigidité qui garantit une mise au point très stable sans flexion du tube .
- sa longueur n'est que de  790mm . il évitée ainsi au maximum la prise au vent et permet de faire seul sa collimation sans l'aide de collimateur laser.
 

 
- le primaire est en suprax supérieur et polis avec une précision P / V = 1/7 Lambda . aujourd'hui on fait mieux mais c'est plus cher.
 

 
- le correcteur wynne conçu par Dipl. Phys Philipp Keller pèse 600g en 3 pouces ; il réduit la focale du tube à 0,95x et possède un back focus de  57mm . c'est peu je vous le concède mais la qualité est au rdv.
  apportant un champ corrigé de 50mm ,le full frame est donc à sa portée sans aberrations et vignetage possible.
  le petit plus de ce correcteur , c'est que l'on peut y visser une bague spécifique avec sortie M54 , M48 ou M42. 
https://www.teleskop-express.de/shop/product_info.php/info/p7297
 
schéma pour calculer le BF sur correcteur wynne 3 pouces 0,95x
 

 
- le secondaire est largement dimensionné 140 mm de longueur sur 100mm de largeur pour apporter le flux sur ce correcteur de coma 3 pouces
 

 
- le système cateyes qui excelle dans son domaine est fournit et heureusement car à ce F/D la collimation doit être parfaite. il est redoutable et l'on peut presque imager directement après avoir fait la collimation.
- le système de refroidissement se fait par l’arrière du tube  par un tout petit ventilo . son alimentation  est fournit par le module de gestion du focuser. pour ma part je trouve que c'est un gadget car la mis en température se fait très rapidement en moins de 30mn
- la double araignée est gage de stabilité et les réglages sont tres simples.

 
passons à ce qui fâche :
 
- le focuser OK3 est une bouse infâme et celui ci était vraiment au bout du rouleau . son logiciel est tout autant peu pratique et bien souvent la reconnaissance ne se faisait pas bien.
  il est lourd , peu fonctionnel et peu précis. c'est vraiment l'épine du pieds de ce tube. je ne comprends pas comment cette société pouvait ou peut encore en vendre (si elle y arrive).
  j'ai vite résolu le problème  en le remplacent par le fameux TCF Leo de chez optec  mais vu l'épaisseur de celui ci il fallait refaire une bague pour amener le focuser au point de focalisation.
  difficile de le faire lorsque vous avez un focuser défectueux. j'ai donc pris le risque de faire la  MAP  de l'OK3 manuellement et de marquer l'ensemble avant de l'envoyer chez Skymeca.

 
- tout au long de la vente de ce modèle , ces tubes ont eu des miroirs différents passant du meilleur au plus désastreux. les premiers modèles n'ont pas cette problématique (et c'est le cas pour le mien) avant d'être fabriqué par OO.
  le deuxième défaut étant qu'il est collé sur le barillet . en théorie on n'a pas à y toucher mais c'est un point que je me devais de vérifier
 

 
autant ce tube est un aspirateur à photon autant il est sensible aux lumières parasites.
A titre d'exemple je vous ai mis une brute de M101 avec exposition de 60s sans pare buée et une avec . toutes les deux ont été boostées sur pixInsight par faire ressortir l'effet certes lègé mais bien présent de ce parasitage
ce parasite provenait du reflet d'un lampadaire sur un mur à proximité
 

 
après avoir attendu 6 mois pour obtenir le TCF Léo et 2 mois pour revoir l'ensemble des optiques et encore un mois pour me perfectionner dans sa collimation  je suis passé aux tests visuels et photographiques
 
le test visuel :
comme la course du focuser est très courte il faut jongler avec des bagues allonges pour obtenir le map à l'oculaire . à faible grossissement cela ne pose pas de soucis mais dans les forts grossissement cela devient très problématique
l'image de la lune est splendide , le rendu est magnifique ....pour un tube qui n'est pas fait pour cela
deuxième inconvénient , il faut si l'objet observé est assez haut monter sur une chaine pour mettre l’œil à l'oculaire . pas très pratique et un peu casse gueule je le reconnais
troisième désavantage , vous devrez tourner le tube pour avoir accès au Porte oculaire et bien évidemment cela use la feutrine (que j'ai changé ) et cela déstabilise l'équilibrage que vous aviez réalisé.
 
test photographique :
 
la premier chose qui surprend quand on passe d'une lunette ayant un rapport F/D de 7 à ce tube ouvert à 3,8  c'est le temps d'exposition nécessaire. un rapport de 4 environs .
là ou il me fallait 2s pour obtenir une image correct du ciel avec polaris , là il ne m'en faut à peine 500ms.
pour le moment et vu le peu de recul que je peux avoir dans le traitement  cette photo assemblant une 30 de brutes montre que ma collimation n'est pas si mal que cela et que le tilt est presque inexistant
il me reste pas mal de réglages et d’expériences à acquérir mais les débuts sont prometteurs

 
comme j'ai revu l'ensemble de la chaine optique et sa collimation  , je ne suis plus qu'a la focale de 911mm et non 906 mm comme indiqué par le constructeur.
 ce qui déporte un peu mon correcteur de coma mais cela me laissera plus de marge pour faire le réglage du tilt
 
puis est venu les tests sur M101 qui m'a totalement dérouté au vue des brutes que j'obtenais.
il m'a fallu pas moins d'un mois pour comprendre et trouver une solution avec un pare-buée kendrick et des draps noirs posés sur le mur de l'appartement.
https://www.teleskop-express.de/shop/product_info.php/language/en/info/p4587_Kendrick-2036---flexible-Tauschutzkappe-fuer-Tuben-mit-310-mm-Durchmesser.html
ayant encore peu d'expérience dans le traitement des images car j’aime aussi tester le matériel et observer , je m'essaye à faire celle d'albireo prise il y a un mois.
des que je le peux je la poserais dans ce post.
j'ai aussi dernièrement acheté une barlow 2 pouces APM 1,5xpour augmenter la focale. il me tarde de la recevoir.
 
qu'en déduire de cet astrographe ?
que du bien même si le parcours a été semé d'embuches et parfois de désillusions
 
un F/D <4  .................................................................... pose très courte et nul besoin pour le moment de faire de l'autoguidage surtout avec une 10 micron HPS1000
tube lègé et court .........................................................peu de flexion ; soulagement de la monture (contre poids ) ; collimation facile à réaliser et transport plus pratique
ouverture corrigée de 50mm ......................................pour ma future caméra ce sera un plus
tube en carbone et miroir primaire en suprax ...........peu de déformation et de dilatation
un BF confortable........................................................mais qui risque de me poser des problèmes avec une imageur Full frame + raf
un focuser tcf leo d'optec...........................................vite changé et adopté.
 

 
 
 
 
aubriot
Choisir une caméra  pour l'astrophoto est souvent  compliqué lorsqu'on débute en astronomie
Mon but n'est pas de vous dire celle que vous devez prendre mais comment la choisir.
les paramètres techniques fournit par le fabricant peuvent vous aider à faire ce choix
 
les fabricants proposent deux gammes de caméras :
- les monochromes (MM ) .
- les couleurs (MC)
 
et dans ces deux gammes :
- les refroidies (a droite de l'image )
- et celles qui ne le sont pas (a gauche de l'image )
 

 
Pour détailler ces caractéristiques et les tableaux, je vais prendre deux caméras de la société ZWO : la 1600 mm Pro (à gauche ) et la 183Mc Pro (à droite)
l'ensemble des éléments sont fournis sous forme de tableaux puis sont synthétisés sur une seule image
 

 

 
 
les premières caractéristiques fournies par le constructeur sont assez basiques : le poids et les dimensions
 
sur la 1600 MM Pro  : la Largeur est de  86 mm , le Diamètre est 78 mm et le Poids est de 410 g. il faudra prendre en compte le diamètre  et le poids de la roue a filtre ; des filtres et des raccords
sur la 183 MC Pro  : la Largeur est de  86 mm , le Diamètre est 78 mm et le Poids est de 410 g .
 
vient ensuite les caractéristiques génériques du capteur :
 
- sur la 1600 MM Pro  : CMOS - Monochrome - 4/3" - Panasonic MN34230 - Rolling shutter lien
Toutes les photos prises seront en noir et blanc et pour reconstituer la couleur on utilisera une Roue à filtre avec des filtres Rouge/Vert/Bleu . la lecture se fait sans obturateur mais au "fil de l'eau"
- sur la 183 MC Pro  : CMOS -Couleur 1″ CMOS IMX183CLK-J/CQJ-J- Rolling shutter
ce capteur produit des photos en couleur (matrice bayer RGGB)  dont la matrice comporte deux pixels vert , un rouge et un bleu
 
les caractéristiques qui suivent sont plus intéressantes.
 
- sur la 1600 MM Pro  :  la Taille du capteur est de 17,7 mm x 13,4 mm soit une diagonale 22,2 mm
- sur la 183 MC Pro  : la Taille du capteur est de 13,19 mm x 8,81 mm soit une diagonale 15,9 mm
 
la taille  permet de vous indiquer la surface collectrice de photon  ( plus la bassine est large plus elle recevra d'eau de pluie venant du ciel ) 
 

 
Cela permet de savoir si  l'objet que vous désirez photographier rentre dans le champ de votre caméra. Bien entendu cela dépend aussi du diamètre et de la focale de votre télescope
https://astronomy.tools/calculators/field_of_view/
comme vous pouvez le constater la 1600 mm Pro a moins de pixels mais sa surface est plus grande en raison de la taille plus importante des pixels .
 
la diagonale est aussi très importante car elle va permettre de déterminer le diamètre des filtres  adaptés (a droite l'indication du capteur et a gauche le diamètre des filtres )
 

 
 
les photons sont renvoyés sur la caméra sous la forme d'un cône de lumière . si  les filtres sont trop petits ils vont réduire l'ouverture et former du vignetage sur la photo (zone d'ombre sur les bords )
pour calculer le diamètre des filtres, il suffit d'utiliser cet applicatif et d'indiquer la distance séparant le filtre du capteur et cela vous donne le diamètre minimal à utiliser
https://astronomy.tools/calculators/ccd_filter_size
 
la résolution de la caméra  :
 
- sur la 1600 MM Pro  :  le Nombre de pixels est de 4656 x 3520 pixels  (16,39 millions) et leur dimensions sont de 3,8 µm x 3,8 µm
- sur la 183 MC Pro  : le Nombre est de 5496 x 3672 pixels (20,18 millions) et leur dimensions sont de 2,4 µm x 2,4 µm
 
chaque pixel permet de voir une toute petite partie du ciel
plus il y a de pixel sur la même surface ;plus la résolution est importante ; plus les pixels sont petits et plus l'on voit des détails fins
 
la taille du pixels va vous permettre  de calculer l'échantillonnage lien E= 206* (taille du pixel en µm/Focale en mm) . c'est même l'élément le plus important !
https://astronomy.tools/calculators/ccd_suitability
il vous permet de connaitre votre échantillonnage (ou pouvoir séparateur ) en fonction de la camera utilisé, du seeing et du télescope que vous avez ..
En ciel profond, on prend un échantillonnage de 1/3 du seeing mais cela peut varier dans une moindre mesure : pas assez et vous êtes en sous échantillonnage  .trop et vous êtes en sur-échantillonnage
 
l'ADC  ou convertisseur A/N :
 
c'est une notion qui reste souvent abstraite pour pas mal de gens. votre pixel emmagasine des photons mais pour être retranscrit on doit les transformer en binaire  (des 0 et des 1 )
prenons un exemple : vous avez un ADC de 2 bits vous aurez donc 2² possibilités de niveaux 0-0 (noir) ; 0-1(gris clair): 1-0 (gris foncé) et 1-1(blanc)
vous comprendrez vite que plus l'analyse se fait sur plusieurs bits plus le nombre de niveau de gris de l'image sera important .sur 16 bits nous avons 65535 niveau de gris
là les deux caméra ont un ADC de 12 bits ce qui est déjà pas mal
 
vient ensuite le read noise (ou bruit de lecture) et le cooling temps (température de refroidissement ) :
 
-1,2e sur une Asi 1600 mm Pro et 1,6e sur asi 183 mc Pro .
une caméra non refroidie comme mon Asi 385mc a un bruit de 3,3e
 
plus ce bruit est bas et moins vous avez de parasites sur l'image .plus d'explications  : le bruit en astrophotographie
 
c'est là que la notion de refroidissement de la caméra prend son importance car en refroidissant la caméra vous éliminez une partie de ce bruit
et plus vous refroidissez et plus les parasites sont faibles. mais il y a une limite à tout car ce refroidissement consomme énormément d'électricité
 
le DDR3 buffer et l'USB3.0 :
 
les deux caméra ont un buffer de 256mb et un port USB3.0 . quesako ?
la première : c'est une mémoire tampon qui permet de stocker votre image en attendant qu'elle soit lue par votre PC. cela évite "les bouchons" ou saturation de votre port USB3 .
le deuxième  :   c'est le lien qui permet d’échanger les données entre votre PC et votre Caméra lien sur les ports USB
 
les temps de poses  et FPS :
 
chaque caméra possède une limite minimale et maximale de pose.
 
sur la 1600 MM Pro  : le Temps de pose minimal est de 0,000032 seconde ; le Temps de pose maximal : 16 minutes 40s et le nombre de fps est de 192 images / seconde en résolution 320 x 240 pixels (ROI )
sur la 183 Mc Pro  : le Temps de pose minimal est de 0,000064 seconde et le Temps de pose maximal : 33 minutes et le nombre de fps est de 308 images max / seconde en résolution 320 x 240 pixels (ROI )
 
autant la valeur mini à une importance en planétaire autant en CP ça n'a pas d'utilité . Dans la plus part des cas on pose entre 1s et le maximum des possibilité de la caméra
il en est de même pour le nombre d'images/s qui n'a aucune utilité en CP à part peut être pour faire du visuel assisté
plus vous poserez longtemps plus vous capterez des photons ( identique au puits qui se remplit d'eau  pendant une pluie abondante et ce pendant un certain temps )
vous comprendrez que pour avoir un rapport signal sur bruit important il faut poser le plus longtemps possible . ça c'est en théorie car d'autres paramètres vont jouer (le gain , le F/D,etc....)
 
le Full Well (ou capacité de stockage ) :
 
voila une notion encore bien abstraite pour pas mal d'entre nous .
imaginez un puits (le pixel ) qui reçoit de l'eau  (des photons ). plus ce puits est profond  plus il peut recevoir d'eau avant que cela ne déborde .
et bien il en est de même avec le pixel . chaque pixel a une capacité de stockage mais plus ce pixel est petit et moins il peut en emmagasiner
c'est pour cette raison que la ASi 1600 mm Pro a un full Well de 20000e- et la ASI 183 Mc Pro un Full Well de 15000e-
 
le QE (quantum efficient ) :
 
aie . là ça se complique .
prenez l'exemple de votre œil et celle du chat.  vous etes capable de voir un nuancier de couleur allant du rouge au bleu mais il est incapable de voir les autres longueurs d'ondes  et de voir dans le noir .
pour le chat s'est un peu différent , il ne voit pas les mêmes choses que nous et il voit très bien la nuit
 

 
Notre rétine comporte 2 types de cellules sensibles:
1)les cônes (environ 6 500 000) sensibles à une intensité lumineuse élevée, et de 3 types:
a) 5 à 10% sensibles dans le bleu avec un max vers 420nm
b) sensibles dans le vert avec un max vers 530 nm
c) sensibles dans le rouge avec un max vers 565 nm
On dit que l'homme est trichromate
2) les bâtonnets
beaucoup plus nombreux (130 millions!) et plutôt répartis dans la zone périphérique de la rétine.
Ils comportent un pigment qui est détruit par la lumière et qui se reforme dans l'obscurité.
Ils sont extrêmement sensibles, même à faible luminosité, dans la zone 400 à 500 nm.
Ils nous servent donc à la vision nocturne
 
pour un capteur c'est identique une variable qu'on appelle  :  QE .
imaginez pour faire simple une bassine qui se remplit de sable et qui n'a pas de couvercle . la réception de ce sable est total : 100%
maintenant , imaginez cette bassine avec un couvercle perforé de trous  . elle ne recevra qu’une partie de ce sable  voir tres faible si  les trous sont petits.
notre capteur il est souvent indiqué en % et dans la fréquence ou le pic réception est le plus important
pour ASI 1600 mm Pro  le QE peak est de 60%
 

 
pour le capteur couleur Asi  183mc Pro le QE peak est de 84% mais à une différence pret  chaque pixel capte dans sa gamme de fréquence (couleur RVB ) .
et  vous avez souvent deux pixels vert (G), un pixel rouge (R) et un bleu (B), la réception sera "double" dans les fréquences du vert
il est donc normal d'avoir trois courbes suivant le pixel.
 

 
 la distance  Back Focus :
 
en faite c'est assez simple : c'est la distance qui sépare la vitre du capteur . elle sera importante quand vous devrez la connecter au télescope .
 
dans la 1600 mm pro le BF est de 6,5mm
dans la 183 mc pro le BF est aussi de 6,5mm
 
le dernier paramètre est la température de fonctionnement et de stockage et là nul besoin de vous l'expliquer
 
dans la deuxième partie on abordera les caméra planetaire et ciel profond puis dans la troisième partie les courbes  des caméras et le choix du gain optimum
 
bon ciel
Christophe
aubriot
c'est une question souvent posée par les débutants qui ne veulent pas trop investir et ne veulent surtout pas se retrouver avec un tube compliqué à gérer.
ceci n'est que le reflet de mon ressenti et de mon expérience dans ce domaine
 
schématiquement  deux paramètres vont être pris en compte par l'Astram : le diamètre et la focale du tube .
hors s’arrêter à ces deux valeurs ne va pas vous aidez pour autant si vous ne prenez pas d'autres paramètres en compte
 
commençons par le diamètre :
 
plus il est grand et plus il est évident que vous collecterez de photons .  comparez ceci à une bassine avec un entonnoir qui va recueillir de l'eau sous une pluie battante .
la résolution de l’appareil sera d’autant plus grande que le diamètre du tube optique sera élevé. Ainsi, plus grand est le diamètre, plus vous percevrez les détails des objets que vous observerez.
mais cela va induire deux problèmes principaux : le poids de l'instrument et le diamètre du télescope .
autant il est facile de mettre un télescope de 10kg au diamètre raisonnable sur une monture , autant cela devient très compliqué lorsqu'on veut poser un tube de  20kg ayant un tube de 30cm de diamètre.
si vous débutez et que vous êtes souvent mobile limitez vous au 200/250mm
 
votre monture vous dira aussi merci et le prix de celle ci sera aussi infiniment moins chère.
dans tous les cas , misez tout sur la monture pour avoir le meilleur suivi
 
passons maintenant à la focale :
 
c'est le deuxième paramètre qui va rentrer en jeu et pour faire simple :
la focale c'est la distance parcourue par la lumière dans le tube optique jusqu'au capteur.
 
- plus la focale est courte et plus le F/D est court (le grossissement est faible et la luminosité est importante).
               le champs est plus grand et  vous collecterez plus de photons en un minimum de temps. vous pourrez a ce moment faire de grandes étendues du ciel et de nébuleuses
- plus la focale est importante et plus le F/D est élevé (le grossissement est important et la luminosité est faible ) .
               plus le champs est réduit et plus les temps de poses seront longs : il sera plus dédié aux galaxies et aux amas de galaxies
 

 
quelle focale prendre alors ?
 
l'avantage revient aux courtes focales pour les raisons suivantes :
 
- Le tube est plus court et est donc moins sensible au vent
- Il est plus facile d'augmenter la focale que de la réduire sur un newton. des correcteurs de coma en 2 pouces  < 1x sont plus rares et surtout plus chers .
- Les poses sont plus courtes et quand on y a gouté on ne peut plus s'en passer.
- Si votre monture ne peut tenir plus de 2mn en suivi vous devrez faire de l'autoguidage et là les choses se compliquent
- Si vous désirez faire des galaxies il vous suffira alors de remplacer votre correcteur de coma par une Barlow corrigé du style APM 1,5x ou 2,7x
- le poids du tube est aussi moindre. votre dos vous remerciera
- la collimation est plus pratique à réaliser même si elle est plus difficile à avoir . je m'explique : vous comprendrez vite  que plus le tube est court plus il est facile d'avoir l’œil à l'oculaire tout en tournant la clé pour régler le primaire . alors certains me diront : il suffit d'utiliser un laser... en effet mais encore faut il qu'il soit bien collimaté et il ne sera jamais aussi précis que le système Catseye et cheshire.
 
Autant de paramètres qui militent pour les newtons à courtes focales même si le prix est un peu plus élevé et la MAP un peu plus difficile à réaliser.
si votre niveau de connaissance et d'exigence est assez haut partez sur un tube en F/D de 4 . un F/D de 4 demande d'être  précis sur le montage sinon les défauts vont vite se voir .
par contre si vous  débutez privilégiez le F/D à 5  pour ensuite passer à plus faible.
 
alors vous me direz : mais pourquoi ne pas prendre un gros diamètre avec une courte focale  ?
 
en effet mais comme vous pouvez le remarquer sur les sites de ventes : avoir un gros tube avec un F/D très bas coute très cher.
des que l'on dépasse le seuil fatidique de F/D : 4 , il faut des miroirs stables en températures; des tubes en carbone , des PO de qualités et surtout avoir une collimation faite au petit oignon.
et là on n'est plus dans la même gamme de prix.
 
 
 
il y a aussi un autre avantage à prendre des focales courtes : l'échantillonnage va vous permettre d'opter pour les nouvelles caméras CMOS
je ne dis pas que les caméra CCD sont "mauvaises " mais la technologie est arrêtée et elle est vieillissante dans pas mal de domaines
 
prenons comme exemple trois tubes de la même marque (très connue des astrams ) mais avec des diamètres et des focales différentes en ventes sur le marché :
 
- Le Tube optique Newton 200/800 Sky-Watcher Black Diamond Dual Speed 550€
- Le Tube optique Newton 250/1000 Sky-Watcher Black Diamond Dual Speed à 700€
- Le Tube optique Sky-Watcher 300/1500 Black Diamond Dual Speed 900€
 
grâce à cet applicatif vous allez pouvoir choisir le type de caméra que vous pourrez adapter . tout dépendra de votre échantillonnage
https://astronomy.tools/calculators/ccd_suitability
 
- Pour le premier tube : une caméra du type ASI1600mm pro avec des pixels de 3,8µm conviendra parfaitement si votre seeing se trouve entre 2" et 4" pour le FWHM. la résolution se trouve à 0,98"/pixel
 
- Pour le deuxième tube : vous comprenez vite que la ASI 294mm pro avec des pixels de 4,63 µm pourra convenir avec une résolution se trouve à 0,96"/pixel pour un FWHM entre 2" et 4" .
 mais il ne faut pas que votre seeing soit plus mauvais car à ce moment là il vous faudra passer a des caméras avec des pixels plus gros et pas de toute premières jeunesses technologiquement .
 comme les caméras à base du capteur kaf8300 avec des pixels sont à 5,4 µm. Après il est possible de faire du binning logiciel avec les caméra CMOS mais la résolution va en partir fortement .
 
- Pour le troisième tube :  cela empire puisque là il faut carrément passer aux capteurs ayant des pixels de 7,4µm ou 9µm pour avoir un échantillonnage de 1"/pixel. la encore vous devrez opter pour des caméras CCD du type ATIK4000  car il n'existe pas de caméra CMOS avec ce type de pixel .
 
vu le prix , je trouve que les performances des CCD sont globalement en retrait : une résolution plus basse  , des débits plus faibles ,un bruit plus important ; un QE plus faible ....cela ne veut pas pour autant dire qu'elles sont mauvaises  puisqu'elles sont encore utilisées dans certains domaines de l'astronomie ou elles excellent.
il faut bien le reconnaitre , aujourd'hui les caméras qui sortent sur le marché ont des capteurs CMOS avec de petits pixels pour des performances plus importantes  et un prix contenu.
 
 le point à prendre en compte est le lieux d'observation avec l'échelle de borthe Echelle de Bortle
plus celui ci est élevé plus votre tube ayant un F/D bas sera parasité .
des que l'on se trouve dans un endroit ou le borthe est > 7 il est conseillé de rester avec un tube de F/D mini de 5
sachez aussi qu'un lampadaire ou un mur très proche de votre set-up peut vous donner du fil a retordre . le pare buée sera d'office nécessaire  et le gradian sera difficile à enlever.
 
lien pour le choix d'observation carte AVEX
 
et le dernier  point est le choix de la monture qui n'est pas à prendre  à la légère : c'est l'élément principal  ! celui dont  il faut être attentif !.
sans une bonne monture : pas de bon suivi ; pas de possibilité de porter de gros tube bien lourds ; pas de stabilité
il vaut mieux une bonne monture avec un tube plus modeste que l'inverse .
 
bon ciel
Christophe
aubriot
qui n'a jamais pesté contre le nombre de câbles USB  ou  d'alimentation  qui peuvent trainer sur sa monture ?
moi je l'ai souvent fait
 
soit les câbles sont trop longs ou  ils trainent pas terre et là bonjour pour faire attention de ne pas marcher dessus surtout quand il fait noir .
soit le câble reliant le portable à la monture est trop court et vous devez tourner autour de  la monture à chaque mouvement.
j'en avais donc assez !
 
après avoir reçu certains conseils d'astrams équipés du Boîtier Ultimate Powerbox V.2 Pegasus Astro - PEG-UPBv2 , j'ai donc décidé de sauter le pas.
 
lors de son déballage on est surpris de sa taille  et  de sa légèreté.
 
Largeur : 12 x 10 x 3 cm
Poids : Boîtier → 400 g
Caractéristiques mécaniques : Boîtier en aluminium anodisé
 
il est livré avec un câble d'alimentation 12V/10A avec prise allume cigare.
si vous désirez comme moi l'utiliser sur du 220V~ , il vous faudra débourser la modique somme de  67€ pour obtenir la référence Pegasus-POWXT60
https://laclefdesetoiles.com/alimentations-et-cables/6401-alimentation-12v10a-pegasus-astro-xt60.html
première  surprise et pas des moindres : le câble  secteur pour l'alimenter n'est pas fourni et la sortie de ce boitier est spécifique .sic
 
deuxième surprise : il n'est pas fourni de fixation !
comme d'hab il faudra de nouveau passer au tiroir caisse pour acheter ces fixations à 40€ . il n'y a pas de petit profit !
https://laclefdesetoiles.com/colliers-queues-d-aronde-supports/6405-fixation-pegasus-astro-pour-boitier-ultimate-powerbox-v2.html
ce n'est pas le seul à pratiquer de la sorte . ZWO est aussi bien placé  dans ce domaine.
 
 il est par contre livré avec :
 
d'une Interface sonde de température
d'un câble USB-B 3.1 d'une longueur de 3 m
d'un câble d'alimentation type allume-cigare 10A longueur 2 m
et de 4 câbles d'alimentation continu 2.1 à 2.1 mâle longueur 1 m
 
les fonctionnalités de cet appareil sont nombreuses , outre le fait de gérer ces moteurs de mises au points , il est capable de gérer les résistances chauffantes et de jouer le rôle d'un HUB USB .
 
L'Ultimate Powerbox V2 réunit  les fonctionnalités suivantes :
 
- 4 sorties 12V de 7A maximum pour chaque sortie (sorties prises jack diamètre 2,1 mm / centre positif)
- 3 sorties d'alimentation pour la gestion de résistances chauffantes , ventilateur  et flat
- un Hub de 4 ports USB 3.1 (SuperSpeed, 5 Gbit/s)  et  de 2 ports USB 2.0 protégés électroniquement et gérables individuellement
- un Contrôle de moteur pas à pas pour la mise au point (voir onglet "Accessoires")
_ une interface pour sonde environnementale (température, humidité, point de rosée) → ajustement de la mise au point en fonction de la température
- une sortie Variable / Software Configurable entre 3 et12V / sortie regulée de 3Amps
 
il est donc polyvalent et capable de gérer n'importe quel set up.
ça c'était pour le hardware . passons au software
les drivers sont disponibles sur cette page du constructeur
https://pegasusastro.com/support/
la documentation d'installation  et de configuration sont accessibles sur celle ci
https://pegasusastro.com/products/ultimate-powerbox-v2/
 
comment faire ?rien de plus simple . vous installez le driver du boitier compatible avec votre OS puis le logiciel  Ultimate Powerbox V2.
vous connectez l'ensemble de cordons et lancez cette applicatif
la fenêtre principale "power" sur laquelle vous arriver vous permet de gérer l'ensemble de vos éléments de puissances
la documentation est succincte et peu gourmande en explicatif.
il faut dire que l'ensemble est d'une simplicité déconcertante et il ne vous faudra pas plus d'une heure pour avoir le tout des menus
 

elle se compose de 5 modules :
- en gris le menu de configuration et de mise sous tension
- en jaune l'alimentation en entrée
-en mauve la gestion des sorties 12V=
- en rouge la gestion des résistances chauffantes
- en vert la température externe
 
l'onglet "Data" vous permet d'activer ou de désactiver les ports USB
 

 
le port "focus" que je n'utilise pas permet de gérer les moteurs de mise au point. je ne l'aborderais pas.
ensuite les autres onglets permettent de vérifier sous forme de graphique l'ensemble des alimentations  et des températures actuelles .
le dernier onglet "settings" permet de connecter ou de démarrer les modules lors de l’initialisation du boitier .
voila c'est aussi simple que ça .
 
 
les points  forts :
- petit et leger
- logiciel simple d'utilisation
- multi taches ( HUB , gestion puissances , gestions résistances chauffantes , gestion focuser,etc...)
- cordons et câbles fournis
 
les points négatifs :
assez cher  (695€ avec les options)
pas de fixation comme l'eagle 3 de primaluce et non fournit de base
alimentation 220V~ en option
pas de pc en interne pour le stockage
 
si vous désirez l'utiliser sur plusieurs set up sans le fixer en définitif  , j'ai opté provisoirement l'installation par deux bandes munies de scratch  sur la demi colonne en attendant de remettre les câbles en ordre
 
conclusion: il ne lui manque plus qu'a intégrer un Rasberry PI 4 et vous avez l'équipement pour passer une bonne soirée d'observation

 
 
son petit frère vient de sortir : Boîtier Pocket Powerbox Advance Pegasus Astro
on y retrouve tous les modules concernés mais il est plus compact et possède moins de sorties mais à l'avantage d'y raccorder un rasberry PI
 
Le Pocket Powerbox Advance réunit en un seul boîtier les fonctionnalités suivantes :
4 sorties électrique 12V DC pour un total de 12A max
Système ON / OFF géré depuis le PC
1 sortie de puissance réglable (3, 5, 8, 9, 12 Volts) / 3A (peut être allumé / éteint) pour alimenter votre appareil photo reflex numérique / ou non reflex
4 ports USB 3.0  ou 3 ports USB 2.0 disponibles
1 port USB 3(jusqu'à 3 A) pour connexion un appareil de type Raspberry PI (3/4)
1 port Ethernet connexion RJ12 pour le contrôle d'accessoires périphériques (focuseur...)
2 sorties d'alimentation à connecteurs RCA pour la gestion de résistances chauffantes ou de boîte à flats
1 interface pour sonde environnementale (température, humidité, point de rosé) → ajustement de la mise au point en fonction de la température
Canaux de réglage automatique de température de la résistance chauffante
Protection contre l'inversion de polarité
Fonctionnement USB / PC contrôlé ou autonome
Dimensions : 100 mm x 73 mm x 25 mm
Boîtier léger et compact en aluminium
Compatibilité : ASCOM et INDI
 

 
 
Nota : un seul bémol concerne la sonde . cette sonde n'est pas très "optimisée et compacte" . le câble est tellement sensible  qu'une des patte c'est désolidarisée du CI. je vous conseille de bien la fixer quitte  à renforcer l'attache du câble en sortie de module
certains astrams ont constatés des coupures récurrentes sur ces modèles . il s’avère en faite que les câbles sont soumis à des contraintes de mouvement de la monture . depuis que je l'ai connecté en bout de la barre de contrepoids ce soucis a totalement disparu.
aubriot
Depuis plus d'un an je m’évertue à améliorer mes prises de vues  pour obtenir le meilleur résultat de mon matériel .
et comme on dit pour obtenir un bon plat il faut de bons ingrédients . 
vous n'obtiendrez rien de bons avec de mauvaises photos  même avec les meilleurs traitements
 
il y a un an j'ai décidé de prendre M45 dénommée les pléiades avec une astrotech 106LE  et une caméra ASI 1600 mm Pro 
Ce groupe d'étoiles bien connu des astrams est un spectacle que l'on peut observer dès le mois de décembre si le temps nous le permet
je ne vais pas refaire le descriptif alors que d'autres l'ont déjà fait avant moi ( M45 ) mais plutôt vous donner des astuces que j'ai glané ici et là.
 
J'ai donc décider de reprendre M45  pour voir l'évolution et vérifier si je respectais bien les règles que je m'étais imposé .
A savoir respecter les étapes suivantes :
 
- Follow-Up (le suivi )
- Backfocus
- Light Pollution (Pollution lumineuse)
- Weather conditions (les conditions météorologiques )
- Cleanliness (la propreté des optiques )
-  Fields (Champs)
- Collimation
- Warming Up (Mise en température )
- Focus (Focalisation)
- Tilt
- Camera Orientation
-  Exposure time (Temps de poses)
- Flat
 
si vous respectez tous ces modules vous devriez voir vos techniques de prises de vues s'améliorer et obtenir un résultat des plus honorables .
je n'ai pas la prétention de dire que je suis devenu un champion de l'astrophoto mais j'ai remarqué une évolution indéniable  qui confirme que je suis dans la bonne direction.
le résultat vous semblera peut être concluant mais je pense pouvoir encore l'améliorer car deux conditions ne sont pas encore respectée : le site d'observation et l'échelle de borthe
 
commençons par le
 
- Le Follow-UP :
 
c'est un domaine qui dépend spécifiquement de votre monture par la mise en place de l'équilibrage , le mise en station et le suivi avec ou sans autoguidage
je n'irais pas plus loin dans cette description (que j'ai souvent abordé  dans d'autres modules ) mais sachez que si vous ne gérer pas correctement votre monture vous aurez beau respecter les autres domaines le résultat ne sera pas à la hauteur de vos ambitions
 
 
- Le Backfocus :
 
ce mot barbare est la distance séparant la lentille de votre correcteur (ou de votre barlow) et du capteur de votre caméra .
autant sur un correcteur cette distance doit être précisément respectée autant sur les barlows cette valeur va augmenter le facteur grandissant.
cette distance est fournie par le constructeur et la valeur tourne autour des 55mm . c’est pour cette raison qu'avec les caméra ASI un ensemble d'éléments est donné pour obtenir cette valeur
si vous ne respectez pas cette distance , le moindre décalage aura de lourdes conséquences sur l'image (coma )
 
Prenons l'exemple de mon correcteur wynnes sur mon ASA 10N ou le backfocus dépend du diametre et du rapport F/D.
Suivant  les indications du constructeur pour un rapport de F/D de 3,8 je dois mettre le capteur à 57,29mm . c'est précis !
avant cela ne va pas  et après non plus. il y a toujours une marge mais sur celui ci c'est à respecter à la lettre
 

 
 
mais sachez que le constructeurs de caméra fournissent aussi un Backfocus qui détermine la distance du capteur à la sortie de la caméra . quesako ?
reprenons ce que disent les constructeurs ASA et ZWO  :
 
- le BF entre la sortie du correcteur  et le capteur doit être de 57,29mm
- le BF de la caméra ASI 1600 mm Pro est de 6,5 mm (sans bague ).
-la distance totale des bagues à rajouter est donc de 57,29 - 6,5 mm = 50,79mm précisément
 
lorsque vous aurez obtenue cette distance le point focale sera parfait et ne devrait pas bouger . on ne le fait qu'une fois pour toute !
vous trouverez ci joint la liste des Bf suivant la caméra utilisée BF des caméras
 
 
- la Light Pollution ( ou Pollution lumineuse) :
 
suivant votre site vous pouvez avoir une forte pollution lumineuse engendré par une ville sur trouvant à quelques KM ou par des lampadaires à moins de 10 mètres de votre Setup.
il existe différentes solutions pour éliminer ou réduire cette pollution lumineuse
 
- soit changer de site mais cela demande de se déplacer et ce n'est pas permis à tout le monde.
- soit d’éteindre ou de cacher les lampadaires par un carton ou un drap noir (très efficace)
- soit de mettre un pare buée sur votre tube ou de cacher le fond du tube. c'est efficace mais cela ne permet pas totalement de l’éliminer.
- soit d'acheter un filtre anti pollution . ce sont des filtres qui permettent de rejeter la pollution lumineuse tout en augmentant le contraste entre le fond du ciel et l'objet ( nébuleuses diffuses, nébuleuses planétaires, amas ouvert, globulaires et galaxies). 
  pour mon cas j'ai pris un filtre CLS  36mm non monté mais il existe d'autres filtres plus ou moins performants et dédié pour éliminer certaines fréquences .
 

 
- soit d'éliminer toutes les éclairages si trouvant autour de vous (clavier , écran ,leds du moteur de mise au point , allumage de la raquette) par l'adjonction d'un drap sur le portable ou tout simplement en éteignant ces lumières.
- et parfois un mur peut provoquer un reflet lumineux .
 
pour savoir si ce parasite vient de l'extérieur ou est provoqué par la caméra / tube il vous suffit de prendre deux photos avec deux positions séparées de 90 degrés (en tournant la caméra) .
si le parasite tourne aussi de 90° c'est que le parasite vient de l'intérieur (reflet , amplow, halo micro-lentille; blaffage ).
si il reste à la même position c'est qu'il vient de l’extérieur .
 
voici le résultat d'une pollution induite lors de prise d'un dark en raison d'un capuchon juste mal fermé.
 

 
 
-  le Weather conditions (les conditions météorologiques ) :
 
c'est un domaines qu'on ne peut maitriser mais plutôt éviter .
si le temps n'est pas stable (vent ou nuage) inutile de faire de la photographie c'est peine perdue !. le résultat sera médiocre .
il y a un parasite que l'on doit éviter surtout et qui n'est pas des moindres : la LUNE. profiter de la nouvelle lune pour faire de la photo et si la lune se pointe et reste dans le premier quartier privilégier les poses en Ha ou à l'opposée de celle ci.
apres c'est inutile vous aurez trop de gradian et le resultat ne sera pas à la hauteur de vos attentes
profitez en pour de faire de l'observation ou de la photo planétaire
 
 
- Cleanliness (la propreté des optiques ) :
 
la propreté des optiques a une influence mais moindre sur le résultat de la photo .  elle peut être dut à la pollution des hydrocarbures (dépôts gras) ou dût aux poussières dans l'air.
je vous conseille de nettoyer votre optiques que lorsque c'est nécessaire et seulement quand nécessaire !
il y aura toujours des depots même en prenant le maximum de précautions
 
avant et après
 


 
 
 
-  le Fields (Champs) :
 
pointer un objet et le photographier est une chose  , choisir le champs en est une autre . ce champs est déterminer par la focale de votre tube et la taille de votre capteur (et de son orientation )
astronomy.tools vous permet de vérifier le champs de vision que vous aller obtenir.
 
voici un exemple obtenu avec une ASI 1600 mm Pro suivant le F/D désiré : 3,8 avec correcteur 0,95x ; 5,7 avec barlow apm 1,5x et 10,26 avec barlow apm 2,7x
 

 
 
il y a aussi un champs que l'on doit prendre en compte  : le champs corrigé sur le correcteur
le champs corrigés est l'espace ou l'image ne subit d’aberration optique (coma,astigmatisme, chormatisme ,vignetage)
un correcteur est un ensemble de lentilles qui permet de corrigé ces aberrations mais sur un diamètre donné.
 
dans le cas de mon correcteur Wynne le champs corrigé est de 50 mm mais sur certains le champs corrigé est plus restreint: 20 mm
si vous prenez un capteur dont la diagonal est supérieur à 50mm vous aurez du vignetage et des aberrations dans les coins
donc inutile de prendre une caméra full frame (pleine trame ) si votre champs corrigés n'est que de 20 mm
 
il y a un autre champs à prendre en compte : la dimension des filtres
suivant la diagonale du capteur vous devrez choisir un filtre de x mm de diamètre.
 

 
mais ce diamètre va aussi dépendre de la focale et et de la distance séparant filtre du capteur
vous trouverez ci joint un lien permettant ce calcul : calcul diamètre des filtres
 
 
- la Collimation :
 
c'est une étape à ne surtout pas négliger et à faire à chaque sortie !
ne la négliger pas . c'est simple à faire même si au début c'est source de stress et de désagréments
Le but de la collimation est d’aligner l’axe optique du miroir primaire et du secondaire avec l’axe optique de la caméra .
 

 
elle est différente suivant  le tube que vous utilisez  et parfois inutile si vous utilisez une lunette
dans ce post , je décris comment régler l'ensemble des éléments et comment réaliser la collimation de mon newton ASA 10N
un tube mal collimaté et les étoiles seront déformées ou en forme de comète sur un newton.
 
- le Warming Up (Mise en température ) :
 
la encore c'est une étape que l'on ne doit pas négliger.
suivant les tubes et son diamètre, la mise en température peut demander 30 mn pour un newton à 1 ou 2 heures d'attentes pour un mak 300mm tube fermé 
sortir le tube en premier permet de gagner du temps d'attente car il vous faut bien 1/2h pour installer le matériel et mettre en station la monture
on peut accélérer la mise en température en équipant le tube de ventilateur (à l’arrière)pour extraire la chaleur interne
 
lorsque l'on a de l'humidité extérieure on est sujet à avoir de la buée sur les optiques . cela provoque un effet de halo autour des étoiles.
pour désembuer les optiques, on va s'équiper d'un pare buée et si cela n'est pas suffisant de résistances chauffantes (si l'humidité est importante)
principe des résistances chauffantes la buée
et ne pensez pas que cette buée ne va que se déposer que sur le secondaire . et ceux qui vous disent que ce n'est pas possible sur un capteur , un correcteur ou un primaire sont des M....voici les conséquences de la buée sur le primaire d'un newton
 

 
et j'ai déjà eut le cas sur un correcteur de champs sur ma lunette.
j'aborderais le sujet dans un autre post
 
 
- Focus (la Focalisation) :
 
la focalisation revient à déplacer l'ensemble correcteur+caméra par rapport au miroir secondaire  et trouver le point focal (ou mise en au point )
je vais pas refaire le descriptif mais sachez qu'avec la température les matériaux se rétractent et se dilatent durant la soirée d'observation .
il est donc nécessaire de la refaire régulièrement pour avoir des étoiles ponctuelles .
j'ai pour principe de refaire la focalisation à chaque fois que je lance une séquence de prise de vue ou changement de filtre . la Mise au point
cela me permet de vérifier pleins de paramètres comme : les nuages , la buée, le risque du tube qui bute sur la monture  (bip de la raquette 30mn avant que cela n'arrive), etc...
 
 
- Le Tilt :
 
 c'est une erreur de perpendicularité entre le Capteur et l'axe optique provoquant des étoiles plus allongées dans un coin que dans l'autre
cette fonction est disponible sur le logiciel prism V10. calcul du tilt je ferais un tuto en conséquence .
sur un capteur APS-C  et en dessous , le risque d'avoir du tilt est vraiment très rare . pour tout vous dire ,j'ai fais quelques essais qui ne valait pas qu'on s'y attarde quand on est en vissé.
par contre ce tilt est très présent sur les capteurs full Frame (suivant certains) . raison de plus pour commencer avec des capteurs APS -C
 
 
-l'Orientation de la caméra :
 
rien de plus agacent de ne pas savoir comment est positionné votre caméra . le logiciel prism permet de le faire par cette fonction  : le positionnement de la caméra
cela peut vous éviter d'autre prises de vues en vue d'une mosaïque si l'objet est assez important.
un objet décentré ou en partie "bouffé" donnera un résultat médiocre
 
si c'est une Asi 533 c'est inutile car le capteur est carré par contre si c'est une Asi 1600mm Pro (capteur rectangulaire ) l'orientation et la position de l'objet dans le champs aura une grande importance sur le résultat.
vous pouvez le faire manuellement (c'est gratuit ) ou à l'aide d'un rotateur de champs Rotateur de champ Falcon - Pegasus Astro - PEG-ROT-FALCON
 
 
- l'Exposure time (Temps de poses) :
 
c'est un domaine auquel je fais très attention . le résultat est souvent étonnant
 
1- lorsque je fais la focalisation je regarde surtout le paramètre affiché en arc seconde qui doit être le plus faible possible < 2 arcsec
cela va vous indiquer le mode binning que vous devrez utiliser.
dans le cas présent  , le seeing n'était pas terrible.... le mode binning 1x était donc à proscrire

 
2- vient ensuite le choix du gain  , de l'offset
cela dépendra souvent de l'objet que l'on veut prendre : si il est brillant ou faible , si il est étendu
 
certains préconisent ces valeurs  suivant ce que l'on recherche à faire
with a 150mm aperture at f/4 :
 
Optimal SNR: le Gain à 75; l'Offset à 15,  la pose de 480-600s
Balanced SNR/Resolution: le Gain à 139; l'Offset à 30,  la pose de 210s
High Detail/Resolution: le Gain à 200; l'Offset à 60, la pose de 90s
 
3- et enfin le choix du temps de pose .
il n'y a pas de secret il faut faire des essais .
pour cela je fais différentes brutes avec des poses différentes et je les compare sur Pixinsight. le rendu est plus flagrant
 
 
- Les Flats :
ça parait simple mais ces flats vont permettre d'éliminer tous les parasites sur les brutes (poussières,taches )
si ils sont mal fait il aura des parasites résiduels  et le résultat ne sera pas probant .
il faut les prendre au 2/3 de l'histogramme . avec la derniere version de prims V10 , le réglage du temps de pose des flats se fait automatiquement . il gère tout  et vous dit si l'exposition n'est pas grande .
 
voila vous avez tout pour reussir une bonne photo .
 
photo prise de 60s il y a un an  avec une astrotech 106 LE et une ASI 1600mm Pro : pas mal de gradian, des filtres posés à l'envers provoquant des halos ,temps de pose pas assez longues pour faire ressortir les draperies  , focalisation mal faite
 

 
 
la dernière photo faite de M45 sur une pose de 95s avec un ASA 10N et une Asi 1600mm pro : le champs est plus réduit avec ce tube mais je la préfère car les étoiles sont plus fines, il y a plus de détails et le gradian est moins présent même si j'ai un résiduel de flat que je ne m'explique pas.
je n'ai fait qu'une réduction du gradian sur cette photo

 
il me faudra encore beaucoup de persévérance pour améliorer cette photo et obtenir le meilleur de ce tube
 
bon ciel
christophe
aubriot
possédant une lunette TS60/330 comme chercheur , j'envisageais de l'utiliser pour l'autoguidage , l'observation et l'astrophotographie grand champ
pour effectuer cette focalisation , je décide d'acheter un moteur de mise au point avec l'option d'effectuer cette mise au point manuelle par une raquette .
le sesto senso de primaluce dont je suis satisfait n' a pas cette fonction . tout se fait depuis le PC et  il est impossible d'effectuer une map manuelle depuis la molette (le moteur la bloque) .
 
dans ce domaine il existe plusieurs fabricants :l'EAF de ZWO, le Focus Cube de Pegasus et bien d'autres .
possédant déjà deux caméra ZWO , j'ai opté pour EAF avancé de ZWO non pour son prix mais pour le retour positif qu'en ont fait certains .
 
il existe deux versions
 
- Standard Version: EAF body, flexible coupling, motor bracket, USB2.0 cable.
- Advanced Version: EAF body, flexible coupling, motor bracket, USB2.0 cable, hand controller, temperature sensor.
 
Le boîtier du EAF avancé (59 mm x 52 mm x 41 mm) est doté de 3 ports de connexion :
 
-une prise d'alimentation électrique 12V DC (avec connecteur jack diamètre extérieur 5,5 mm / intérieur 2,1 mm, centre positif).
- Un port USB2 pour le contrôler via logiciel ASICAP
-une prise jack femelle pour connecter la sonde de température ou la raquette
 
 
Moteur: Step moter, 35mm diameter, 5760 steps to rotate a circle.
alimentation: 12V DC 5.5mm x 2.1mm, center positive
port de données : USB2.0
poids : 277g
Capacité d'entrainement: 5kg
 

 
L'EAF avancé s'adapte sur un grand nombre de focuseurs. Il est compatible avec les instruments suivants :
SkyWatcher Astrophotography Reflectors, SkyWatcher Black Diamond, SkyWatcher Dobsonians, SkyWatcher Maksutov-Newtonians.
SharpStar telescopes,
SkyRover telescopes,
TS Optics,
Astro Tech,
Feather Touch,
 
More focuser will be supported in the further. such as TAKAHASHI telescopes, GSO telescopes.
Recommend to use extra focuser and EAF on SCT and MCT.
 
 Au déballage du matériel , on constate que ce moteur est plus petit et plus léger que sesto senso.
il est complet et il respire la qualité au premier abord.
par contre la documentation est succincte et aucune clé USB n'est fournie comme chez primaluce
pour cela vous devrez aller chercher l'ensemble des logiciels et manuels sur le site de ZWO
https://astronomy-imaging-camera.com/product/zwo-eaf
 
vous devrez télécharger le drivers ASCOM EAF v1.0.1.8 et le logiciel propriétaire ASICAP de ZWO v1.6.2
 
il s'installe directement sur la molette non démultiplié du focuser . il sera donc moins précis que le sesto senso mais peu importe ce n’est pas ce que je lui demande.
 
jusque là aucun soucis notoire a constater mais .... cela n'a pas duré longtemps
les vis sont trop courtes pour remplacer celle en place du PO . le seul moyen est de la mettre sur le pas de vis qui sert à régler la dureté du crayford
après avoir installé le moteur sur le focuser avec un peu de difficulté ,(un peu plus compliqué que sur le sesto) et raccordé l'ensemble des connecteurs nécessaire à son pilotage je suis allé de déboire en déboire.
 
autant le système répond facilement avec la raquette autant il se met en sécurité des que je veux le piloter depuis le PC.
A nue  sans être posé il répond correctement mais des qu'il est raccordé sur le PO il ne veut pas bouger ou si peu .
 
j'ai donc essayé de jouer sur les visseries , sur l'attache du moteur sur le PO, de réinstaller les logiciels rien n'y fait .
après deux heures d’acharnement je décide de l'installer de l'autre côté sur le démultiplicateur 1/10 .
Et là miracle , il décide enfin de fonctionner mais avec une course réduite et très très lente.
 
en faite il s'est avéré que la vis qui servait à maintenir la patte de fixation du ZWO  sur le PO  venait en buté sur le "boulon sans tête" qui règle la dureté du focuser
même en mettant une rondelle pour essayer de laisser un espace entre les deux vis cela ne suffit pas .
soit je scie la vis soit j'essaye de remplacer les 4 vis existantes  pour solidariser la patte du ZWO sur le PO
 
J ai opté pour la deuxième solution avec seule possibilité  de n'en  remplacer que deux :  boulons de diamètre 3mm/3 cm de long avec rondelle et un écrou.
il faut faire attention au serrage des boulons autrement vous bloquez le moteur.
le bon côté c'est qu'il est silencieux. on ne l'entend pas!
 
ATTENTION : d'autres lunettes sont aussi concernées par ce problème  comme les Kepler  et la 120 esprit suivant d'autres forumeurs !*
 
un autre a du faire des modifications  sur le fil suivant
http://www.astrosurf.com/topic/129628-eaf-zwo-mesure-de-température/
 
https://www.baader-planetarium.com/en/2"-bds-sc-baader-diamond-steeltrack.html
 
Pour cela il y a 5 modifications à faire
  - Coupé de 5mm la tige coté bouton sans réglage fin ( ça empêche pas de le remonté, fait à la drimel, bien refroidir )
  - Inverse le coté de la vise de serrage du focus
  - élargir le trou du support ZWO EAF
  - coupé le support ZWO à mi longueur
  - utilisé des vis plus longue ( mais pas trop )
 
Pour les Takahashi vous devrez opter pour ce Kit de fixation
 
https://www.loisirsplaisirs.com/accessoires-cameras-zwo/4308-kit-fixation-zwo-moteur-eaf-takahashi.html

 
passons à la température :
j'essaye avec le logiciel propriétaire et je le compare au sesto senso et à ma Netatmo
le décalage est de 1°C avec la sonde internet et moindre en mettant la sonde externe.
ce qui est plus inquiétant c'est quelle varie régulièrement de quelques dixième de °C.
 
je passe à Prism pour vérifier ce que je viens de constater : pas mieux.
 
autre mauvais point , il faudra choisir entre la sonde externe ou la télécommande car elles utilisent la même entrée.
 
Alors que dire : déçu  même si au final j ai pu le faire fonctionner normalement. il fait le job mais sans plus.
 
il n'est pas normal qu'un moteur de mise au point qui se dit de qualité pour un prix contenu ne s'adapte pas à tous les Portes Oculaires .
 






aubriot
beaucoup ne l'utilise plus  mais il y a bien un domaine ou il est indispensable : l'observation visuelle avec la mise en station .
on ne veut surtout pas s'embarrasser d'un ordinateur ou tout autre systèmes caméra
le chercheur comme il se nomme est un élément utile pour trouver l'objet désiré pour ensuite centrer l'astre dans l'oculaire du primaire. il va aussi vous servir à réaliser votre mise en station sur 3 étoiles .
son choix dépendra essentiellement du prix que vous voulez y mettre mais surtout de la focale de votre tube ou de la précision de votre monture.
 
on en trouve de tous les modèles , du moins cher au plus cher . , du plus  petit au plus perfectionné . il n'y a que l'embarras du choix.
celui qu'on retrouve assez fréquemment c'est le chercheur 8x50 ou 9x50  . il est très basique et suffit amplement pour trouver l'objet . par contre son poids n'est pas négligeable : environs 900gr et si on peut s'en passer c'est aussi bien
 
vous avez les chercheurs basiques , les chercheurs laser (point rouge , le telrad ) , l'oculaire réticulé éclairé et le chercheur éclairé réticulé .
les quatre derniers demandent de les doter de piles (pas donné) qui si par malheur elles n'ont été correctement éteintes elles se vident à vitesse grand V. du vécu !
 
comme je le dit plus haut , son choix va dépendre de ce que l'on veut en faire et du prix que l'on veut y mettre.
deux paramètres vont entre en jeu : la focale du tube et la précision de votre monture
 
commençons par la focale . plus votre focale est basse et plus le champs apparent est important et inversement lorsque l'on l'augmente cette focale.
autant faire une mise en station sur un tube ASA10N d'une focale de 900mm est un jeu d'enfant autant cela devient vite galère lorsqu'on possède un tube de 3375mm comme mon mak Zen 250.
voici ce que cela donne avec le même oculaire entre ASA10N et un Zen 250
 

 
on comprend vite qu'avec un Zen 250 , c'est un enfer pour trouver l'étoile (et même avec les meilleurs montures qui soient) ou pour faire sa mise en station.
 
ensuite la précision du pointage sera performante si la MES est faite par une monture de qualité.
plus votre monture est précise , plus la mise en station peut se faire sur x étoiles , plus l'objet se retrouvera automatiquement dans la champs de votre oculaire .
avec la 10 micron  , la précision est à la hauteur de ce que l'on peut attendre .
avec une mise en station à l'aide de la raquette sur 10 étoiles on peut faire des observations visuelles très facilement et a tous les coups l'astre se trouve au centre de l'oculaire.
 
j'ai commencé par utiliser un pointeur rouge . c'est très basique ,léger mais il ne faut pas s'attendre à des miracles . la précision n'est pas son fort et c'est peu dire .
 

 
le chercheur classique est un peu plus précis mais cela reste très basique .
 
ceux qui deviennent intéressant c'est le Chercheur 8x50 droit éclairé  ou  l'oculaire réticulé avec l'illuminateur .
avec son système en croix éclairé il permet en effet de pointer l'astre désirée et de réaliser une mise en station assez précise (quelques degrés d'écarts).
 
Au début j'ai utilisé un oculaire 12,5mm mais le grossissement était trop important . depuis j'utilise cet oculaire  20mm mais il ne peut être utilisé en direct que sur des tubes de courtes focales
il grossit peu mais ne vous attendez pas à avoir une image parfaite  visuellement. il comporte pas mal d'aberration .
 
 

 
 
au delà , c'est plus compliqué voir difficiles.et vous devez opter pour un chercheur réticulé illuminé
j'ai donc opté pour une solution plus luxueuse , une TS 60/330  couplé à l'oculaire réticulé
 

 
mais pour quelle raison , tous le systèmes décrits précédemment ont un défaut commun : l'embase est basique et fausse souvent la parallélisme entre le tube et le chercheur. Et c'est peu dire !
avec une lunette et des anneaux on peut facilement régler le parallélisme de jours pour s'en servir comme chercheur , pour observer ou faire de photographie grand champs.
 
en résumé , voila mon ressenti personnel:
 
si la focale de votre tube est inférieur à F/D 4 et que vous avez une très bonne bonne monture , le chercheur est carrément inutile .
si la focale de votre tube est entre F/D 5 et F/D 7 et que vous avez une très bonne monture , l'oculaire réticulé est un plus pour effectuer une bonne MES.
si le F/D de votre tube est entre 8 et 10 ,il vous faudra vous doter d'un chercheur même avec une bonne monture
au delà vous devrez avoir un chercheur ou lunette réticulé éclairé.
 
dans tous les cas , avec une monture basique il est recommandé d'avoir un chercheur pour ne pas galérer et chercher en vain cet astre.
 
bon ciel
Christophe
 
aubriot
n'ayant pas d'observatoire mais pour seul spot des terrasses , je dois déposer la monture à chaque observation.
je le concède ce n'est pas très pratique et assez problématique lorsque je veux observer et photographier la lune de plein jour .
 
j'ai vite constaté que l'installer sans avoir fait de MES ne donnait pas de résultat tangible malgré la qualité et la précision de la 10 micron .
 
comme pour le moment je navigue qu'entre deux spots et que l'emplacement est toujours identique à chaque observation , j'ai trouvé une solution : le marquage !
c'est rudimentaire mais assez efficace
 
la premier chose à faire est de marquer le sol pour savoir ou poser les pieds et avoir ainsi la direction du nord  (grossièrement ).
il suffira d'utiliser un feutre blanc (pas noir)  que l'on trouve dans toutes les librairies .
ce marquage est très pratique :  il vous fait gagner du temps même pour les observations de nuit.
 

 
après avoir positionner votre trépied ,on se doit d'affiner la position de la monture équatoriale .
pour cela j'utilise une autre astuce :  conserver la latitude et surtout les butées de l'azimut.
une seule butée sera rétracté ... l'autre servira de repère . par contre mémorisez biensa position (une petite photo suffit )
voila l'orientation sur le pole Nord est à peu prêt correct . pas parfaite mais assez pour choper la lune ou le soleil des la première commande.
 

 
la troisième chose à conserver c'est la mise en station de la veille .
ne surtout pas faire un "clear align" et encore moins refaire un alignement sur 3 étoiles !
 
pour l’équilibrage , j'utilise là encore le marquage . pour ça j'utilise les rouleaux d'isolations d'électricien.
cela m'évite de refaire un équilibrage et  de gagner du temps. je la refait que si le set-up est modifié.
 

 
pour la mise au point et pour éviter de perdre du temps à tourner indéfiniment cette fameuse molette du mak, je marque le tube pour repérer la position finale de la MAP et je compte le nombre de tours pour l'avoir cette position.
 

 
ainsi je n'ai plus qu'a affiner cette mise au point grâce au porte oculaire feather touch .
en fin de séance il faut toujours ramener le primaire en butée (question de logique et pour la sécurité du primaire )
 
si pour une raison qu'on ne peut déterminer , votre monture ne pointe pas la lune ou le soleil précisément il vous suffit de démonter le renvoi coudé et d'observer à l'intérieur du tube le secondaire. tout simplement !
le fait de regarder à l'intérieur correspond à regarder à travers un verre sans grossissement.
en effet il est difficile de chercher l'astre avec un tube dont le F/D est de 13...... il grossit trop et c'est comme chercher une aiguille dans une meule de foin.
 
ATTENTION : toujours utiliser un filtre adapté pour l'observation du soleil ! on ne le répète jamais assez
 
et vous me direz : et le chercheur ? .
j'en ai pas besoin sauf si vous désirez observer l'astre lors de la prise de la vidéo.
 
pour finir il vous suffit d'aller dans le module "drive" et  de sélectionner la vitesse de suivi dans le module "tracking speed" .
4 modules vous sont proposés :
 
Sidéral : pour le CP
Solar : pour le soleil
lunar : pour la lune
Custom :  vitesse spécifique à votre besoin
Stop : utile quand on veut faire de l'observation terrestre ou pour régler son chercheur.
 
Vous voila prêt pour observer de jour
 
bon ciel
Christophe
aubriot
Qui ne connait pas cette galaxie spirale M101  aussi appelée NGC 5457 ou galaxie du Moulinet !
 
elle est située dans la constellation de la grande Ourse à plus de 22, 8 millions d'années lumières et fait parti du catalogue Messier
 
caractéristique :
 
Désignations : M101, NGC 5457ou galaxie du Moulinet
type : Galaxie spirale
Le diamètre de cette galaxie (170 000 années-lumière) est 70 % plus grand que celui de la Voie Lactée (100 000 années-lumière) pour une masse stellaire de l'ordre de 1 000 milliards de masses solaires, environ dix fois la masse de notre galaxie.
dans la Constellation de la Grande Ourse
Magnitude apparente : 7,9
Dimensions app.22 minutes d'arc
Distance à la terre : environ 7 Mpc soit 22,8 millions d'années lumière
Ascension droite : 14h 03m 12s
Déclinaison : 54° 20′ 53″
 
elle très connue et appréciée des astrams . c'est une incontournable en cette période .
se trouvant très haute pendant la période d'été elle est très accessible pour les tubes de petits diamètres.
on peut obtenir de bons résultats même si on se trouve dans une zone polluée comme c'est mon cas.
 
je l'ai prise au même moment que M13 avec mon ASA10N , son correcteur wynnes 3 pouces et la caméra ASI 1600 mm pro à -17°C
 
115x30s sur la couche de luminance
20x30s sur les couches R, V et B
100 prises d'offset même si pour certains c'est inutile avec la 1600
30 Flats sur chaque couche
et 60x30s de poses en Dark à -17°C
 
autant le traitement de la luminance fut assez simple (et pourtant c'était une étape que je redoutais) autant j'ai eu beaucoup de mal à traiter l'étape de la couleur .
il a été difficile de restituer cette couleur jaune/vert que j'ai pu voir couramment.
j'avais souvent cette dominance de bleu ;  un gradian bien présent sur le coté en haut à gauche et des halos sur certaines étoiles qui après traitement ressortaient plutôt mal
c'est donc ma première galaxie que j'arrive à traiter avec un rendu à peu prés correct mais le chemin est encore long pour arriver à la cheville de certains.
 
on voit parfaitement NGC 5477 sur le coté droit de l'image et le détails des bras spiraux de cette galaxie.
par contre je n'ai pas réussi à faire apparaitre dans les bras les amas de gaz rosée que l'on peu voir sur certaines photos d'astrams.pour cela il faudra rajouter une couche Ha.
 

 
pour avoir le nom des étoiles et des galaxies présentes sur l'image  , il vous suffit de suivre la procédure suivante :
 
utilisez le script 'imagesolver" dans  "Image analysis". cliquer sur "search" ; mettez le nom de la galaxie désirée ici M101 puis rechercher par la loupe , sélectionner et faire Ok
le logiciel va identifier toutes les étoiles se trouvant dans l'image par rapport à la base de donnée que vous aurez sélectionnée
 

 
il suffit ensuite de lancer script "Annotate Image" dans le menu Script/Render. lancer le script et votre image se retrouve alors avec toutes les annotations que vous avez désiré

 
vous obtenez ainsi l'image finale avec les noms des étoiles et des galaxies apparaissant sur l'image
 

 
bon ciel
Christophe
aubriot
Pour commencer mon apprentissage dans la photographie du CP , j'ai décidé d'imager le célèbre amas M13 connu de tout le monde après 1 AN d'acquisition de ce tube
pourquoi avoir attendu aussi longtemps ?
pour tout vous dire ,  il m'a fallu 3 mois pour obtenir le TCF Leo , 3 mois pour bien apprendre à collimater le tube  , autant pour effectuer de bon réglages et environs 3mois pour ma technique de prise de vue  (temps de pose , Gain ,BF ,offset, gradian...)
certes c'est long mais je préférais prendre mon temps pour peaufiner les réglages
sachez qu'il faut du temps et pas mal d'erreurs pour apprendre . se précipiter ne sert à rien sauf à vous dégouter de l'astronomie photo .
 
En cette période d'Aout , M13 se trouve très haut dans le ciel ce qui est parfait : peu de turbulence et ciel assez noir au zenith
j'avais un peu peur d'avoir un résultat déplorable car ces brutes ont été prises lorsque la T° avoisinait les 26°C à 00h00 et le tout depuis un balcon.
j'avais par précaution "isolé" le scope de la dalle en béton par une surélévation en réalisant une terrasse en bois exotique.
ce bois est résistant ; esthétique (vu le prix) ; se déforme peu et supporte assez facilement le poids des 100kg du setup. par contre il est clair que marcher dessus provoque irrémédiablement des vibrations . ... donc toute la gestion sera fait depuis l'intérieur !
 
mon point d’observation n'est pas pour le moment le coin le plus approprié pour réaliser de la photo astro :
 
- pollution lumineuse provoquées par 4 lampadaires
- ciel de niveau 5 sur l’échelle de borthe  échelle de borthe
- mur blanc à côté qui m'a provoqué pas mal de gradian sur les images
- mouvement convectif en début de soirée provoqué par le différentiel de T° entre le bas et le haut de la colline.
- une partie du ciel au Nord indisponible
 
j'ai appris à force d’essais et de ténacité à respecter certains points :
 
- la mise en température du tube est un point à ne pas négliger même si il ne faut que 30mn pour le faire.
- le par buée est essentiel pour éliminer les parasites lumineux et l'humidité . surtout avec ce type de tube très ouvert .
- la collimation doit être revue régulièrement et être très précise.
- Le Back focus doit être respecté pour avoir des étoiles bien nettes
- une mise en station de la monture doit être fait au petits oignons même si c'est une 10 micron.25 étoiles suffisent pour avoir un bon suivi.
 
après avoir respecté ces différents éléments , il était temps de passer aux poses sur Messier 13. mais pourquoi M13 et pas une galaxie ou un autre amas ?
 
- il est lumineux
- sa taille est assez grande
- les étoiles sont assez brillantes
- il est très haut à cette époque  : +58°09'20.8"
- comme ce n'est qu'un amas , le traitement sera assez simple à effectuer
 
caractéristique :
Information du catalogue: SAC
Saguaro Astronomy Club Database
Magnitude: 5.80
Nom: NGC 6205
Luminosité de surface: 12.00
Dimension: 23.2 x 23.2 '
Angle de position: 90
Classe: V
Distance de la Terre : 22 180 années-lumière
Rayon : 72,502 années-lumière
Distance : environ 6,8 kpc (∼22 200 a.l.)
Constellation : Hercule
Coordonnées : Ascension droite 16h 41m 41s | Déclinaison +36° 27′ 35″
Type d'objet : Amas globulaire
 
lorsque je commence à poser , j'effectue au préalable plusieurs essais pour déterminer le temps de pose , le gain , l'offset , la position de la caméra par rapport à l'objet.
vu que ces étoiles sont lumineuses et que le tube est très ouvert , il ne fallait pas cramer le cœur .
après avoir fait des pauses de 10 , 20 et 30s , il s'est avéré que les 10s de poses suffisaient largement.
quand au réglage du gain et de l'offset , j'ai préféré opter pour le réglage Optimal SNR : Gain 75/Offset 15.
 
poser trop longtemps ou augmenter le gain aurait provoquer des étoiles sur-exposées , baveuses et le cœur aurait été cramé...tout ce que je ne voulais pas avoir.
 
je vérifie ces tests d'images sous pixinsight avant de lancer la séquence : cela me permet de m'assurer que  la pose est bonne et qu'elle est bien cadrée.
pour chaque couche je fais pour le moment une focalisation manuelle et non par automatisation du focuser : ainsi la focalisation est correcte et je m'assure ainsi que la séquence s'est bien passée.
 
j'avais un peu peur que les étoiles HD150998 et HD150679 ne ressortent avec de beaux halos provoqués par les micro lentilles de la 1600mm pro et je ne devais pas négliger la galaxie NGC6207 même si sa taille était assez petite.
pour l'acquisition j'ai utilisé le logiciel Prism V10 et pour le traitement pixinshight
 
voici les temps de poses à -15°C avec un différentiel de 40°C sans atteindre les 100% de puissance de refroidissement de la caméra:
 
60x10s sur la couche de luminance
30x10s sur les couches R, V et B
100 prises d'offset même si pour certains c'est inutile avec la 1600
30 Flats sur chaque couche
et 60x10s de poses en Dark
 
sur ASA 10N , correcteur wynne 3 pouces , ASI 1600mm pro, RAF 7 positions et filtre ZWO
 
Au final je suis assez content du résultat même si j'ai peut être un peu forcé sur le traitement des halos des étoiles brillantes.  sur les conseils de certains astrams , je n'ai rien modifié pour la laisser tel quelle
Alors est il possible de faire du CP en ville et avec une pollution lumineuse  : la réponse est oui!
 
bon ciel
Christophe

aubriot
Dans le monde des focusers la diversité est importante : du plus cher au moins cher ,  on trouve de toutes les tailles , du plus médiocre au plus complet. le choix est vaste et c'est peu dire
le choix d'un focuser se fait le plus souvent en fonction du matériel que l'on possède  et de ce qu'on l'on attend de lui: autant un TCF Léo est adapté à un newton autant il ne peut convenir à une lunette.
 
dans le cas présent , le focuser de ma lunette Astrotech 106LE donnait des signes de faiblesses avec un risque d'endommagement de mon moteur sesto senso.
il convenait de le changer et dans trouver un plus adapté à ce que je voulais  faire : astrophotographie du CP et un peu de planétaire.
il se devait d'être :
 
- Robuste
- comparable au 2,7 pouces existant
- Porter un poids de 2 kg minimum
- Assez précis
- Éviter les flexions
et surtout s'adapter au filetage de cet astrographe
 
dans un premier on m'a proposé un feather touch mais le prix des bagues adaptatives m'a vite refroidit .  c'est même hors de prix  et surtout sans corrélation avec le cout réel de fabrication  !
 
je me suis donc ré-orienter sur une gamme "inférieure en prix global "  et pourtant tout autant connue : la marque moonlite.
le focuser actuel étant un 2,7 pouces je me suis orienté vers le CFL2-S 2,5 pouces pour un prix comparable mais dont le coût des bagues est bien inférieur.
https://focuser.com/products.php
 
- Ce porte-oculaire peut supporter jusqu'à 5 Kg de charge
-  sans jeu ni shifting constaté lors de la manipulation
- déplacement tres doux
- débattement important plus de 12cm
- Tube guidé en translation par 4 roulements à billes,
- Blocage du tube en position très efficace (Vis de serrage sur le microfocuser)
- Deux queues d'aronde pour le chercheur ou un laser
- rotation à 360° du focuser
- un peu lourd par rapport à l'ancien focuser mais rein de grave en soi
- une bague adaptative est disponible pour AT106LE . Nota : la bague d'origine de ce focuser ne s'adapte que sur les AT106 . il existe un nombre astronomique de frange et ainsi il peut s'adapter à un grand nombre de lunettes .
- une démultiplication 1:10 est  bien présente . il se différencie du CFL1 qui ne l'a pas
- une gamme importante de bagues en sorties . il n'y a que l'embarras du choix .
 
par contre il vous faudra être patient car le délai de livraison est  assez long pas moins de 3 mois minimum d'attentes.
A la réception ce qui surprend c'est sa Taille ....aussi gros que le tube . l'ancien focuser fait pauvre comparé à celui ci
 
cela respire la qualité ,rien à redire sur la finition .
 

 
pour démonter l'ancienne bague très lisse vous devrez utiliser un double face ainsi que la clé à sangle pour l'enlever.
 

 
il vous faudra alors visser la nouvelle bague dédié pour cette la lunette . elle est déjà graissée ( bien protégé lors de l'envoi)
il vous suffit ensuite de poser le focuser CFL et de serrer les trois vis. vous avez aussi la possibilité d'enlever une bague intermédiaire pour raccourcir le chemin optique . si vous regardez bien la photo vous avez deux bagues intermédiaires.
 
comme vous pouvez le constater le débattement est assez important et très utile sur une lunette .
cela évite bien souvent l'achat de nombreuse rallonges qui apporteront du jeu et des flexions.
 

 
 
l'autre avantage de ce focuser c'est que vous pouvez adapter différents sorties sur ce focuser . chaque sorties se vissent dessus
le pas de vis est du M68 mm et l'offre est assez importante : du modèle classique deux pouces ou 31,75mm pour les oculaires à des bagues spécifiques pour les caméras Atik ou du vissant M48
le prix moyen tourne autour des 60 $
 
pour ma part j'ai pris un modèle deux pouces  (Model 68mm to 20) et un modèle pour les oculaire 31,75 (model 68mm to 125 )
pour mon applanisseur j'ai opté pour un modèle vissant en M48 (Model 68mm to 48mm)
ils vendent même différentes rallonges en M68.
 

 

 
vu que tout peut se visser les flexions et les tilts sont de l'histoire ancienne
 
conclusion :
 
je ne pensais pas en l'achetant à avoir un focuser aussi bien fini et d'une telle qualité. il est très bien conçu et totalement bien adapté aux lunettes .
 
la société moonlite fait le même pour les SCT (en plus petit ) : modele CR2
pour la partie du réglage je n'ai pas pu encore faire des essais . j'en ferais certainement dans un autre fil