Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content since 02/25/21 in Blog Entries

  1. 2 points
    Bonjour à tous, De retour de Vendée, lundi 1 mars, où j'avais tenté une observation visuelle de cette étoile double avec une lunette Vixen 102M, sans succès, j'ai laissé passé, par paresse, une journée ici en Seine et Marne pour tenter une observation avec la lunette LZOS de 152mm. J'ai découvert l'existence de cette double en lisant un commentaire d'un italien sur le site suivant, où il parle d'un de mes instruments, le Maksutov STF 200mm: https://www.dark-star.it/astronomia-articoli-e-test/test-strumentali/stf-mirage-8-mak/ Deux passages (traduction automatique): "Malgré les conditions de départ non idylliques, j'ai encadré le 52 ORIONIS , un système double avec des composants de magnitude égale 6,0 et de séparation d'environ 1,1 "). C'est un système difficile qui nécessite une bonne immobilité atmosphérique pour rendre sa duplicité et qui, sur l'oculaire du Mirage, apparaissait comme un double spot confus avec une séparation nette uniquement à coups alternés. Le ciel blanc et la turbulence ne permettaient pas une vision relaxante et une image «pleine», en effet considérablement effilochée par l'agitation des anneaux de diffraction qui se perdaient dans la lumière sautante, mais la duplicité de l'étoile a certainement émergé sans équivoque. Il sera évidemment nécessaire de refaire le test dans de meilleures conditions." "Le 52 ORI paraît «beau» ce soir. Par rapport à l'observation d'il y a deux nuits, l'image a radicalement changé et est maintenant beaucoup plus nette. La duplicité du système peut déjà être vue sans problème avec l'oculaire orthoscopique de 9 mm (qui fournit un peu plus de 220x) et devient parfaitement agréable avec le 7,5 mm LE. (environ 300x). L'image est très proche de celle d'un réfracteur et, contrairement aux composés classiques, plutôt reposante à observer. Un résultat vraiment excellent, pas tant pour la résolution elle-même (qui en tout cas est bien mise en valeur et révèle un espace sombre entre les composants mesurables), que pour la qualité qui permet de capter le toucher timide des deux minces anneaux de diffraction." Me voilà donc parti, hier soir, en début de soirée, pour une observation visuelle, et si cela s'avérait positif, une séance astrophoto. Contrairement, à ce qui était annoncé, le ciel était légèrement voilé en fin de journée, alors qu'il était très beau la veille. Passons......la paresse... La mise en station a été faite en fin de journée sur le soleil avec la monture Celestron CGE pro. J'ai pu démarrer rapidement par une nouvelle mise en station sur une étoile: Capella. Le suivi était excellent pour permettre la réalisation de vidéos à 0.15" d'arc/p avec la camera ZWO ASI 290MM avec le plus petit format d'image, sans aucun recentrage en cours de prise de vue. Setup: Lunette LZOS 152/1200mm, Caméra ASI ZWO 290MM, filtre ZWO IR/UV cut 31.75mm, Barlow TAL 2X avec extendeur (équivalent 3X), pas d'ADC, échantillonnage résultant: 0.15" d'arc/pixel/ Observations visuelles: Grossissement 300X avec un Ortho Celestron vintage 4mm. Je pense que c'est un pur 3+1, mais je ne l'ai jamais démonté, trop peur avec ses minuscules lentilles. Il faut au moins 300X ce soir. Ensuite, j'ai mis la barlow TAL 2X sans extendeur et l'ortho BCO 6mm soit 400X . C'était un peu mieux, mais je pensais avoir mis dans le noir le Plossl TV de 8mm de Myriam. On voit la double 50% du temps avec un filet noir évident. Je suis repassé ensuite au TV plossl 8mm + barlow TAL 2X sans extendeur et c'était identique au Celestron 4mm, mais image un plus stable (F16 au lieu de F8). La double est un peu plus facile avec le Vulcano top Tani 5mm et barlow TAL 2X soit 480X. J'ai remplacé la barlow TAL 2X par la TV 2X 31.75mm, et l'image s'est dégradée. En effet, j'avais une meilleure image, plus stable et plus facile à mettre au point avec la barlow TAL. Il y a longtemps que je cherchais à mettre cela en évidence: La supériorité de la barlow courte russe TAL sur la barlow longue TV américaine. Match: Russie:1 USA:0. Je n'ai pas eu le temps de faire un test avec la barlow TAL+extendeur soit 3X et la TV 3X. Dommage. J'ai mis ensuite l'ortho Celestron 4mm avec la TAL 2X sans extendeur, soit 600X, mais l'image devenait trop sombre (ou le ciel devenait moins transparent). J'ai donc rapidement fait mes vidéos. En fait, une seule, après c'était cuit.... Les images: Caméra ASI ZWO 290MM avec Barlow TAL2X et allonge/extendeur pour avoir 3X, soit 0.15" d'arc par pixel. L'allongement des étoiles est du à la diffraction atmosphérique. 1000 images/8 bits, retenues 3% avec Astrosurface Proxima et registax 6. Je prends ces réglages en routine, pour les deux logiciels, avec toujours les mêmes réglages. https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=21652 Séparation Now (ρ) 1,0 " d'arc / Magnitude primaire 5.99 / Magnitude secondaire 6.03 Mesures personnelles: 6.7 pixels pour 0.15" d'arc/pixel soit 6.7 x 0.15=1.005" d'arc de séparation avec GNU outils compas Un gif de l'acquisition. J'ai du pousser le gain assez fort car la transparence était mauvaise. Je n'ai pu faire qu'une seule vidéo. La camera est mal orientée. Pas d'autres vidéos avec la bonne orientation de la caméra car le temps s'est couvert. 2021-03-02-1940_8-CapObj.AVI.txt Il faut tenter cette étoile double avec de bonnes conditions atmosphériques, un ciel bien stable, et sans aucune pollution lumineuse. Si l'on a un instrument de petit diamètre (100mm), il va falloir pousser les grossissements vers 250 à 300X minimum, soit 2.5 à 3D pour la séparation, avec pour conséquence une image très sombre, car 52 Orionis n'est que de 6ème magnitude. http://www.carbonar.es/s33/Orion/52_orionis.html https://www.cloudynights.com/topic/295535-52-orion-the-smallest-aperture-to-resolve/ https://www.cloudynights.com/topic/569625-52-orionis-from-a-high-elevation/?hl=%2B52+%2Borionis#entry7778034 Bonne chance Claude schuhmacher
  2. 1 point
    Bonjour à tous, Au cours de la nuit ayant eu pour but de mesurer les échantillonnages avec la lunette Apo LZOS et la nouvelle barlow TAL, j'ai terminé la nuit en réalisant une vidéo sur la zone du parachute d'Andromède. Ce mirage gravitationnel se situe tout près de l'étoile TYC - 3279-1686-1. Ici une capture d'écran du logiciel HNSKY North montre l'emplacement avec l'étoile de magnitude 12.5 au centre. Avec le GOTO de la monture, et avec un peu de patience, j'ai pu centrer la lunette sur l'objectif et réaliser une vidéo de 100 poses. Je ne suis pas très satisfait du suivi de la monture, et donc de ma mise en station, mais je pense mieux faire la prochaine fois. Avec une mise en station améliorée, et avec un temps d'acquisition minimum de 4 secondes, j'espère approcher la séparation des 3 composantes du parachute, mais ce sera limite avec ce diamètre. En effet, les séparations sont les suivantes (voir en fin de billet l'article où j'ai tiré les informations): Le parachute avec ses composantes ABCD sous la forme: C-A-B D A-B 1.26" d'arc A-C 1.27" A-D 3.34" B-C 2.48" : ici il faut faire rentrer pratiquement les trois étoiles dans 3" d'arc. Pour moi cela ne laisse pas beaucoup de place avec mes 0.9" d'arc de PS à 550 nm. Il me faut un ciel parfait pendant 4 secondes ce qui est pratiquent impossible. En cas de réelles difficultés, je tenterai de faire apparaître D avec une exposition plus longue et faire ainsi une mesure de séparation AD. B-D 3.28" C-D 3.35" Capture = 100frames / Colour Format = RAW8 / Exposure = 4s / Gain = 589 / Exifs : 2020-08-26-2321_7-CapObj.AVI.txt Le montage est le suivant: Caméra ZWO ASI 290MM avec Barlow 2X TAL et lunette LZOS de 152/1200 - Échantillonnage 0.21" par pixel. Ici le champ de l'objet: HNSKY NORTH Voici l'image issue de la vidéo: Image rétablie, puis image recadrée. Le parachute n'est malheureusement pas résolu en trois étoiles, mais on devine déjà la quatrième composante. Je me ferai fort de faire mieux la prochaine fois avec un meilleur suivi équatorial, et le parachute vers le zénith, ce qui n'était pas la cas ici. Recadrage 25% Image en négatif avec réduction du fond clair Ici, une capture d’écran d'une brute de la vidéo: On voit que c'est assez limite en détection avec 152mm de diamètre. En effet, le gain est à 600 pour 4 secondes de pose unitaire. La moindre altération de la turbulence sur les 4 secondes de poses va aussi anéantir la résolution. Peut-être qu'une accumulation d'images pourrait résoudre en partie ce problème, mais une nuit stable de nouvelle lune devrait faciliter grandement, si le suivi équatorial est bon. En nomade, ce n'est jamais gagné sur ce dernier point. https://arxiv.org/abs/1707.05873 1707.05873.pdf Claude Schuhmacher La discussion ici: Un lien sur le sujet sur Cloudy Nights https://www.cloudynights.com/topic/591253-quad-lensed-quasar-andromeda’s-parachute/page-2