JD

Membre
  • Compteur de contenus

    3 504
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

303 Très bonne réputation

À propos de JD

  • Rang
    Membre très actif

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    Astro, météo, pyrotechnie, psychologie
  • Adresse
    55 avenue du Pré de Ville 13650 Meyrargues
  1. diamétre dobson

    Bah disons que quand on dit du mal d'un constructeur c'est toujours délicat sur un forum. Et à la fois si c'est récurrent... Mise au point impossible c'est inacceptable. Encore faut-il s'être mis d'accord sur les accessoires utilisés (oculaires, powermate, Paracor, etc). Personnellement, j'ai toujours fait des petits ajustements sur mes deux Skyvision (j'ai eu un 400 puis un 500). mais ce sont des ajustements pour confort personnel comme un petit contrepoids supplémentaire ici ou un système pour mettre une petite lunette en parallèle là, etc. Autrement rien à redire, et question SAV, Skyvision est exemplaire. Je pense que quand on achète un gros scope, il faut bien réfléchir à son cahier des charges, ses manies, ce que l'on veut et ce que l'on ne veut pas afin de bien prévoir les choses à la conception. Et il y a des choses auxquelles on ne pense pas et une fois qu'il est fait c'est trop tard... Pour moi le 500 F4 reste un instrument qui satisfait à la fois à la puissance, maniabilité et encombrement. F4 reste assez cool à utiliser, à collimater, Map tolérante, coma acceptable au-dessus de 200x. Alors bien sûr, y a plus gros, mais c'est plus cher, plus lourd, plus gros, plus de soucis...
  2. Oui le niveau ne sert plus à grand chose dès qu'on est plus dans l'axe optique. Y compris sur une lunette où; observant trop haut, on tourne le renvoi coudé pour observer sur le côté. Donc on a toujours nécessité de chercher à placer le correcteur parallèlement à l’horizontalité dans le champ et non l'horizontalité réelle. Sur une alt-az, le réglage est bon pour toute la trajectoire planétaire. Sur une allemande, il doit être réajusté souvent.
  3. Bino et Celestron Edge HD

    Ce que l'on peut imaginer c'est que le tirage optique de la bino va obliger à rapprocher le primaire du secondaire et donc faire travailler le SC dans des conditions non optimales.
  4. oui et les deux tirettes au repos doivent être orthogonale à l'axe chromatique bleu-rouge sur la planète.
  5. Bino et Celestron Edge HD

    Je ne confirme pas cette info. Et puis affirmer ce genre de truc sans expliquer pourquoi c'est un peu bizarre et pas très crédible. Les SC ont beaucoup de back focus et leur F/D de 10 fait que le cône de lumière n'est pas trop diaphragmé sur les bords. Donc toutes raisons permettant à la bino de bien fonctionner. Bien entendu, sans intercaler le moindre système optique devant et surtout pas de réducteur de focale... Le SC est des rares instrument sur lequel on peut utiliser une bino nue, sans barlow, ni glaspath ni rien du tout devant...
  6. Bonjour. Il y a eu un poste complet et très clair sur le sujet :
  7. L'anticyclone reste une valeur sure...
  8. bien sûr, mais tu sais j'ai un émail... Parce que je ne suis pas sûr que ça intéresse beaucoup la communauté astrosurf. On a eu de supers images, sans chromatisme atmosphérique !!
  9. Cédric, si tu viens à la Sinne demain, je te montrerai.
  10. Là j'étais avec une lulu. Mais quand je vois le déplacement de l'objet au cours des réglages du correcteur, c'est très peu, même à 300x. Je pense pas qu'il y ait nécessité de refaire la collim pour si peu. Je me suis pris un peu la tête pour comprendre comment orienter les correcteurs quand on observe pas dans l'axe optique (newton ou lulu avec PO tourné hors axe). Finalement j'ai regardé comment était l'axe de chromatisme bleu-rouge dans mes oculaires, (correspondant à la verticale quand on est dans l'axe optique). Et ensuite, j'ai placé les tirettes perpendiculairement. dans ce cas, le niveau à bulle ne sert plus à rien. Les correcteurs rajoutent environ 3 cm de tirage et j'espère que je les aurai sur le 500...
  11. Oui tu as raison, je m'en suis rendu compte hier soir. Mais y a bien un moment de la soirée où ce sera le cas ! Donc maintenant que je sais me servir du truc, je dois dire que c'est top ! J'ai même pu l'utiliser en bino (car j'avais acheté 2 correcteurs) en plaçant bien les systèmes orthogonalement à l'axe bleu-rouge (qui n'est effectivement pas orthogonal aux bandes). Quel bonheur de voir Jupiter sans le moindre chromatisme. Et le piqué dans les bandes devenait meilleur aussi. Et miracle, quand les deux correcteurs sont bien placés et bien réglés, les images des deux yeux sont centrées et bien fusionnées. On peut d'ailleurs se servir de ce fusionnement pour parfaire le réglage. On peut placer les deux oculaires à 180° l'un de l'autre et alors on les règlera chacun en sens opposé. Après avoir observé ainsi 1h, je suis repassé en vision bino sans correcteur. J'avais l'impression d'avoir une guirlande de Noël bleu et orange... Mais à la fois, la planète m'apparaissait un poil plus colorée sans les correcteurs. Est-ce une diffusion du rouge ou bien est-ce les prismes des deux correcteurs (4 en tout) qui me pompent de la lumière. Car c'est sûr que quand on a un renvoi coudé puis les prismes de la bino, puis les prismes des correcteurs, puis les oculaires, ça commence à faire pas mal de verroterie...
  12. Pourquoi un sujet semble plus gros en bino ?

    un seul filtre devant l'OCS ou le glass path
  13. Pourquoi un sujet semble plus gros en bino ?

    En ciel profond, je n'ai jamais réussi à en voir plus en bino qu'en mono et je suis revenu de la bino en ciel profond. Je le fais de temps en temps sur des objets faciles genre M13 ou M27, juste pour la beauté du spectacle. Certains objets comme les dentelles avec filtre O3 perdent en revanche tout leur contraste avec une bino. Pourquoi ? Ben j'en sais rien.
  14. Bon avec ça on va y arriver. Ce soir, Jupiter a intérêt d'être à l'heure !
  15. Pas très claire ta question. Le réglage de la vis teflon sous les deux molettes permet d'avoir le niveau à bulle à 90° des molettes. Ensuite tu orientes tes deux tirettes parallèlement à l'horizontal du champ. Puis tu les écartes symétriquement dans un sens ou l'autre pour trouver le bon réglage.