cbuil

Member
  • Content count

    1646
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

1784 Excellent

About cbuil

  • Rank
    Very active member
  1. D'abord, félicitation pour ces premiers essais ! Le champ spectral couvert parait énorme en raison de la taille du caper utilisé. Le champ de bonne netteté de Star'Ex est bien inférieur. L'optique couvre au grand maximum un champ de 8 à 10 mm de large, et encore cela dépend de l'ouverture du télescope/lunette. Dans ton cas, il faut considérer de ne garder que la moitié du spectre centrée sur la partie centrale et même moins. Dans le cas présenté le spectre me semble net entre 6460 et 6670 A, en gros. Le dédoublement des raies sur le bord et probablement induit par les aberrations optiques en extrémité de spectre. Si 4 néons sont utilisées, distribués dans la pupille, chacun produit un spectre de raie mais décalés à cause des défaut optiques. Oui les raies telluriques peuvent servir à étalonner, mais très délicats sur un spectre du Soleil, car les raies propres de ce dernier dominent. Sur les étoiles, on peut se servir des raies telluriques pour ce rendre compte du bon étalonnage du spectre (voir l'outil H20 sous ISIS). Christian B
  2. Grand merci manup pour le tuyau. J'avais bien télécharger les drivers Ascom adéquat, mais je n'avais pas pas percuté qu'il fallait lancer le logiciel SysScan Pr au prélableo, puis du coté de Prism voir qu'en effet l'option SynScan App Driver était présente. Et du coup cela marche impeccable sous Prism. Franchement, je trouve que l'information est discrète - mal documenté, je vais faire une vidéo ;-) Christian
  3. Un soucis pour reconnaitre une monture SkyWatcher S-Avebturer GTI sur un PC. Liaison courte par câble USB J'ai Ascom 6.5, j''ai téléchargé les deux drivers Ascom recommandés sur le site Sky-Watcher, l'application SynScanPro marche très bien sur PC (et bien sur iPhone). La monture est bien vue dans le gestionnaire de périphérique (sous COM3 chez moi). Le problème est que lorsque j'essaye de me connecter via le driver SkyWatcher télescope (sous carte du ciel, sous Prism, ....) le port COM n'est pas vu, comme si la monture était absente. Sous HEQ/5/6 la monture est en revanche vue (le port COM), mais le pilotage est tout à faire aléatoire, disons que ca marche de temps en temps - protocole surement un peu modifié. Vous avez réussi à connecter cette monture sur un PC et comment ? Le but est de faire de l'autoguidage. Christian B
  4. Daniel, ce sont de superbes résultats, et bien sur, je suis sensible aux images Sol'Ex ! Tu arrive à capturer le disque en entier avec une 80ED, en utilisant manifestement un réducteur de focale (pour les non spécialistes de Sol'Ex, la prise du disque en une fois du disque complet implique d'avoir une focale inférieur à 450 mm environ, sinon il faut faire une mosaïque ou ce contenter de prendre des parties détaillées de la surface). Tu peux indiquer le réducteur employé, et si tu as une photo du setup c'est super (titrage, bague, ...) ? Christian
  5. Ok, c'est clair, c'est la fonction qu'il faut. Merci à vous (je vais je pense préparer un truc en spectro avec cet équipement fort sympathique). Christian
  6. .... une idée parmi tant d'autre... Justement il faut décider et aller au plus simple et direct. Par exemple le format de date que tu indique astrolamine est jouable et ressemble à celui que l'on pourrait reproduire dans le champ "DATE-OBS" dans une entête FITS, mais ... seulement ressemble, car ce n'est pas exactement le format généralement utilisé dans le standard (il y a des variantes - https://fits.gsfc.nasa.gov/fits_standard.html). Il ne me parait pas bien utile de reproduire un champ de fichiers FITS dans un nom de fichier, avec les risques d'erreurs, et en fait peu familier. La génération d'un fichier FITS et les outils pour cela est un sujet à part entière. Donc pour les fichiers graphique (des QuickLook vu du coté pro), je m'en tiens pour la date à ce qui est proposé dans le message initial, et c'est aussi du retour d'expérience qui dicte cela. Christian
  7. Christian, je pense que pour cette première campagne il faut rester simple et la brièveté du temps qu'il reste oblige à aller directement au résultat, même si c'est imparfait. Ce qu'il faut d'abord retenir c'est que l'on doit faire un archivage chez soi soigné sur la période au cas il faudrait répondre à des demandes particulières pour la suite, genre documenter une éruption par exemple. Pour le le nom dans le fichier, je suis d'accord que deux lettres c'est court, mais c'est surtout pour avoir quelque chose de carré (le nom n'est pas attribué par la structure qui gère la base). Mais on peut être plus souple et ce n'est pas grave si le nom est plus explicite, comme tu l'indique. Donc, il y a une certaine liberté sur ce champ, d'autant plus qu'il est encadré par deux délimitateur "_", genre : _ChrVld_XXXX Donc on peut si retrouver facilement si un traitement informatique est prévu dans le futur. Pour la longueur d'onde d'observation j'ai pas mal hésité à l'imposer dans le format et cela ce discute. Là encore, j'ai voulu aller au plus simple sachant que ce sont des données H-alpha qui sont demandées. L'alternative à laquelle j'ai pensé était quelque chose comme : _ChVld_ha_20221014_871 ou encore _ChVld_ca2_20221014_883 ou encore _ChVld_cont_20221014_896 (pour continuum) mais un peu lourd. Ce n'est pas excessif cela dit, et on offre plus de souplesse dans les données fournies et on prépare mieux l'avenir. C'est typiquement ce que je voulais que l'on discute vite entre-nous en avance de phase de la campagne. Vous me dites ce que vous en pensez car on co-construit quelque chose. On tranche la chose, car cela ne me dérange pas d'ajouter un indicatif sur la bande, on est assez libre à ce stade. Autre point, tout comme on peut mettre une indication sur l'orientation du disque, je pense qu'ajouter des informations sur les conditions de l'acquistion dans l'image n'est pas du tout interdit, comme tu le souligne Christian V. Mais ici on est vraiment très très loin de définir un standard - et en tout cas, je nous voit mal imposer une chose. On est très loin de la rigueur et la souplesse d'une entête de fichier FITS ici. Et le FITS je crois qu'il est difficile de pouvoir le recommander avec insistance pour l'observation solaire actuelle, plus accès sur le visuel que sur la mesure et l'analyse scientifique (faudra sûrement y venir un jour ;-). Donc, on peut mettre ou ne pas mettre des informations dans l'image, je pense que c'est libre. L'intérêt de cette campagne est aussi de bien voir ce qui marche et qui ne marche, et aussi de voir comment on se comprend avec les professionnels. C'est un super excercice, mais pas si simple, et c'est la raison pour laquelle je suggère d'y aller assez cool, en imposant seulement le minimum. Christian B
  8. J'ai vu que l'on pouvait installer une application sur tablette, avec un lien direct WiFi avec la monture. C'est de cette application dont je parle, qui m'intéresse. Christian
  9. J'ai une question à propos du logiciel pilotant la Star Adventurer GTI. Peut on faire un GoTo sur un coin du ciel désigné par les cordonnées équatoriales (que l'on entre donc), où faut-il se contenter des catalogues fournis. Merci d'avance, Christian B
  10. J'ai une question à propos du logiciel pilotant la Star Adventurer GTI. Peut on faire un GoTo sur un coin du ciel désigné par les cordonnées équatoriales (que l'on entre donc), où faut-il se contenter des catalogues fournis. Merci d'avance, Christian B
  11. Super Christian V. Une version en anglais au cas où : Hello to you, I am writing this message to inform you about an international solar observation campaign officially starting on October 16 of this year, over a period of 14 days from that date. It is about studying the surface of the Sun by various terrestrial means in coordination with the space mission Solar Orbiter. This satellite, at that time, will have a vision of the opposite side of the Sun from that seen from Earth. Solar Orbiter will be able to give alerts on the activity in advance of what will be observed from the ground. The observation techniques will be multiple during this campaign and will involve the largest solar observatories in the world such as Inouye (Hawaii) or Themis (Canary Islands). The contribution of amateurs is solicited for this campaign through an initiative of Miho Janvier, assistant astronomer at the Institute of Space Astrophysics (Orsay), and that some of you already know. I have been in contact with Miho for some time on this operation - see the screenshot of the video made yesterday September 8 to better finalize the scope of the amateurs' contribution. Amateur observations can be a very useful stone for this global campaign. It is precisely, during the period, to make images of the solar surface in the H-alpha line with a good contrast. It will be in particular studied the spirality in the active centers and the protuberances at the limb. The usual means can be used, of course those allowing to acquire images of the disk through narrow interference filters, but also those based on an instrument like Sol'Ex, which guarantees a good contrast and a satisfactory level of details. The images can be both those of the whole disk, for context analysis, but also details obtained with more angularly resolving equipment. One of the keys for amateurs is the most continuous follow-up possible. The month of October is not very favorable in terms of weather, but we count on the geographical distribution of observers in France, but also elsewhere, to have the best possible temporal coverage. This operation is an exceptional opportunity to participate in a prestigious pro-am collaboration, maybe a first at this level in the solar observation. Other campaigns will take place next year, but it is necessary to be present from the one of October! You have understood that in this framework a minimum of rigor is necessary to facilitate the work of the researchers. Please note that the possibility of having access to the MEDOC database of the IAS to post the data is being studied. In case of difficulties, we will have to find alternative solutions, as Didier Favre did (but time is going to run out). However, the volumes are really likely to be very large in terms of archiving, so be careful. In any case, you'll have to archive your data carefully on your own hard disk for possible future analysis. As time is short, I am already providing you with some details, to feed exchanges, requests for clarifications, etc. JPEG, PNG, TIFF image formats will be accepted, but ideally you should double up with data in the FITS format. There is a problem with the data information. In FITS, the date at least and the name of the observer in the header (we will detail if necessary). In a computer graphics format (JPEG, PNG...) it is more delicate. Here is what is agreed in the protocol. The image files must be named as follows: _CB_20220910_541 (with the extension .jpeg, .png, ... .fit, . Fits). The '_' at the beginning is a good habit in stellar spectrography. It indicates several things, in particular that it is a processed and formatted data, good for a scientific exploitation. It also allows to better find one's way in these archives. CB' is a parameter, a priori on two letters, which identifies you as an observer (there may be an extension for the operating mode). A priori it is the initials of your name, but not necessarily (you may have to manage conflicts). Then comes the date in UT (mandatory), in the format: YYYYMMDD_FFF In the example the observation was made on September 10.541 2022 Universal Time, by CB. The other constraint will be the orientation of the images. It is highly recommended that the orientation of the north-south axis be specified in the images, especially those where the disk is seen in envy, either by a small symbol, a small planisphere, ... The axis does not have to be oriented vertically (north up), but if you can do it, it's good. Here there is a helping hand to take. Some of you already know how to do it, others don't. I ask those who know how to do it to write their method quickly, for example from WinJupos software, and if possible in the form of a web page, a blog, etc. This is a great service and the thing is important, because it is necessary to train in advance of the phase (one should not hesitate to follow this protocol now for the observations of the moment to make tests and communicate around it). Generally speaking, everything will not be perfect, no worries, we can also consider this October operation as a run-in. Other messages will follow of course. I suggest you to spread this one already, including abroad if you have the opportunity. Everybody can participate in this exceptional operation, even if your telescope has a diameter of only 50 mm. A great opportunity for Sol'Ex users. I don't know about you, but I think it's great! Christian Buil ---------- Christian PS : Christian, je monte à Paris pour une semaine, je vais tacher d'écrire tu sais quoi ;-)
  12. Bonjour à vous, J'écris ce message pour vous informer d'une campagne d'observation internationale du Soleil débutant officiellement le 16 octobre de cette année, sur une période de 14 jours à partir de cette date. Il est question d'étudier la surface du Soleil par divers moyen terrestre en coordination avec la mission spatiale Solar Orbiter. Ce satellite, à cette époque, aura une vision de la face opposée de celle vue depuis la Terre. Solar Orbiter pourra donc donner des alertes sur l'activité en avance de phase par rapport à ce qui sera observé depuis le sol. Les techniques d'observation seront multiples durant cette campagne et impliqueront les plus grands observatoires solaire du monde comme par exemple Inouye (Hawaii) ou Themis (Canaries). L'apport des amateurs est sollicité pour cette campagne au travers d'une initiative de Miho Janvier, astronome adjointe à l'Institut d'Astrophysique Spatiale (Orsay), et que certains d'entre-vous connaissent déjà. Je suis en contact avec Miho depuis quelque temps sur cette opération - voir la capture d'écran de la visio faite hier 8 septembre pour mieux finaliser le périmètre de la contribution des amateurs. Les observations des amateurs peuvent être une pierre fort utile pour cette campagne mondiale. Il s'agit précisément, durant la période, de réaliser des images de la surface solaire dans la raie H-alpha avec un bon contraste. Il sera en particulier étudié la spiralité dans les centres actifs et les protubérances au limbe. Les moyens habituels sont utilisables, bien sûr ceux permettant d'acquérir des images du disque au travers de filtres interférentiels étroits, mais aussi ceux reposant sur un instrument comme Sol'Ex, qui garantit un bon contraste et un niveau de détails satisfaisant. Les images peuvent être à la fois celles du disque entier, pour l'analyse du contexte, mais aussi des détails obtenus avec des équipements plus résolvants sur le plan angulaire. L'une des clefs des amateurs est le suivi le plus continu possible. Le mois d'octobre n'est pas très favorable côté météo, mais on compte sur la répartition géographique des observateurs en France, mais aussi ailleurs, afin d'avoir la meilleure couverture temporelle possible. Cette opération est une occasion exceptionnelle de participer à une collaboration pro-am de prestige, peut être une première à ce niveau dans le cadre de l'observation solaire. D'autres campagnes se dérouleront l'année prochaine, mais il faut répondre présent dès celle du mois d'octobre ! Vous avez compris que dans ce cadre il faut un minimum de rigueur pour faciliter le travail des chercheurs. Sachez que la possibilité d'avoir accès à la base MEDOC de l'IAS pour poster les données est étudiée. En cas de difficultés, il faudra trouver des solutions alternatives, dans l'idée de ce qu'a fait Didier Favre (mais le temps va vite filer). Cependant les volumes risquent vraiment d'être très gros côté archivage, attention. Dans tous les cas, il va falloir archiver vos données de manière soignée dans votre propre disque dur pour des analyses ultérieures éventuelles. Comme le temps est compté, je vous fournis déjà des détails, pour nourrir des échanges, des demandes de précisions, etc. Les formats d'images JPEG, PNG, TIFF seront acceptés, mais l'idéal est de doubler avec des données dans le format FITS. Le problème du renseignement des données se pose. En FITS la date au minimum et le nom de l'observateur dans l'entête (on détaillera au besoin). Dans un format d'infographie (JPEG, PNG...) c'est plus délicat. Voici ce qui est convenu dans le protocole. Les fichiers images doivent impérativement être nommés de la manière suivante : _CB_20220910_541 (avec ensuite l'extension .jpeg, .png, ... .fit, . Fits). Le '_' au début est une bonne habitude prise en spectrographie stellaire. Il indique plusieurs choses, en particulier qu'il s'agit d'une donnée traitée et formatée, bonne pour une exploitation scientifique. Il permet aussi de mieux s'y retrouver dans ces propres archives. 'CB' est un paramètre, a priori sur deux lettres, qui vous identifie en tant qu'observateur (il y aura peut-être une extension pour le mode opératoire). A priori ce sont les initiales de votre nom, mais pas obligatoirement (il faudra éventuellement gérer des conflits). Vient ensuite la date en TU (obligatoire), dans le format : YYYYMMDD_FFF Dans l'exemple l'observation a été réalisée le 10.541 septembre 2022 Temps Universel, par CB. L'autre contrainte va être l'orientation des images. Il est vivement recommandé que l'orientation de l'axe nord-sud soit précisée dans les images, surtout celles où on voit le disque en envier, soit par un petit symbole, un petit planisphère, ... L'axe n'a pas obligation d'être orienté verticalement (nord en haut), mais si vous pouvez le faire, c'est bien. Ici il y a un coup de main à prendre. Certains d'entre vous savent déjà le faire, d'autres non. Je demande à ceux qui savent d'écrire vite leur méthode, par exemple à partir du logiciel WinJupos, et si possible sous la forme une page Web, d'un blog, etc. C'est un grand service rendu et la chose est d'importance, car il faut de l'entraînement en avance de phase (il ne faut pas hésiter à se plier à ce protocole dès à présent pour les observations du moment pour faire des tests et communiquer autour de lui). D'une manière générale tout ne sera pas parfait, pas de soucis, on peut aussi considérer cette opération d'octobre comme un rodage. D'autres messages suivront bien sûr. Je vous propose déjà de diffuser celui-ci, y compris à l'étranger si vous avez l'occasion. Tout le monde peu participer à cette opération exceptionnelle, même si votre lunette n'a qu'un diamètre de 50 mm. Je ne sais pas vous, mais moi, je trouve cela génial ! Christian Buil
  13. J'ai refait une observation du tore le 5 septembre pour essayer de confirmer les raies faibles, avec Star'Ex 300 t/mm et un RC10 f8. Je ne montre ici que la partie jaune et rouge + proche IR : Bien sur le sodium est tout à gauche (très intense). Le doublet infrarouge à droite est bien confirmé. Je vois d'autres raies à 6505 A, 6731 A, 6970 A, et le doublet IR donc vers 7339 A et 7371 A, mais je n'ai pas identifié. La littérature manque (pas énormément d'observation publiées dans le visible manifestement), s'il y a quelqu'un qui trouve , je le remercie vivement. Faut chercher dans le soufre (S), monoxyde de soufre (SO), le dioxyde de soufre (SO2), l'oxygène (O)... Christian
  14. Tu es vraiment sur Guillaume ? D'autres ont un problème ? Je viens de tester avec succès par exemple sous Chrome depuis ma page (lien en haut "Some conférences..." ": http://www.astrosurf.com/buil/index.html Christian
  15. Alef, pour la résolution spectrale, avec la fente de 23 microns utilisée, je suis à une résolution de l'ordre de R=820 dans le vert. Mais tu le sais, Star'Ex permet à la fois de faire de la très haute résolution, ou de la basse comme ici. Le passage ce fait en un tour de main. Je suis toujours un peu hésitant coté basse résolution, car c'est plus difficile je trouve quant on débute, plus exigeant. Rien d'impossible bien sur. Et c'est vrai que montrer un spectre dans la globalité du visible cela fait toujours son effet, et c'est moins abstrait que montrer un petit bout. C'est la raison pour laquelle, pour Star'Ex, j'ai fait développé un petit objectif que l'on met devant la caméra, qui améliore un peu la qualité initiale de l'instrument - je teste la chose sur les exemples que je montre ici, et cela marche pas mal. Ce petit accessoire (un upgrade) devrait être commercialisé dans un peu de temps et pour pas très cher (dans l'esprit du projet Soil'Ex/Star'Ex). On en causera. Christian PS : oui, je suis content de la ASI533MM, on a passé une étape avec ce modèle et le grands frères 6200, 2600. C'est bien sur le travail de Sony qui paye ici (on a aussi bien coté caméra chez QHY et autre je suppose).