BobMarsian

VIP Member
  • Content count

    4769
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by BobMarsian

  1. Sujet ouvert concernant ces objets non cométaires gravitant en moyenne au-delà de Neptune (a > 30 UA, TNO = Trans-Neptunian Object) et histoire de faire le point de temps en temps. En fait, j'y pensait depuis longtemps, pour faire le pendant avec les NEO géocroiseurs, un peu trop médiatiques à mon goût ! Environ un peu moins de 1650 (inclus les Centaures qui, eux, ne dépassent pas Neptune) découverts depuis 1992 (QB1) si l'on excepte évidemment Pluton (1930) ! Dans le tableau suivant (D > 500 km) j'ai tenté d'établir un classement par taille en ne gardant que ceux ayant fait l'objet des mesures spécifiques et non d'estimations selon la magnitude absolue (H). En bas de liste, figurent également les trois plus gros astéroïdes + Charon, satellite de Pluton. http://imageshack.us/a/img824/7894/pxr.png Concrètement, les meilleures méthodes reviennent aux satellites pouvant mesurer leur flux thermique dans l'IR lointain (Spitzer et Herschel) et aux occultations stellaires (mesures directes). Herschel, qui a rendu l'âme au printemps dernier, était mieux placé que Spitzer vu que son détecteur PACS travaillait dans trois bandes centrées sur 70, 100 et 160 microns, là où culmine la courbe thermique de ces objets distants. Pour faire court: mesure du flux thermique + application d'un modèle thermique ==> albédo ==> diamètre. Sur Herschel, donc, il s'agissait du programme non prioritaire : "TNOs are Cool: A Survey of the Transneptunian Region" - http://www.mpe.mpg.de/~tmueller/tno_public/index.htm Publications : - http://www.mpe.mpg.de/~tmueller/tno_public/schedule.htm Le labo LESIA de l'Observatoire de Paris est fortement impliqué dans ce programme.Probablement mesurés par Herschel, d'autres objets de mag. absolue H élévée et donc potentiellement gros comme : 2005 UQ513, 2003 MW12, 2003 OP32, 2001 UR163, 2004 XA192 et 2005 RR43, pourraient se glisser dans la liste. Publications à venir ?La 1ère occultation (hors Pluton) enregistrée remonte à 2009 (2002 TX300, D=286±10km, Elliot et al., 2010)[Ce message a été modifié par BobMarsian (Édité le 18-09-2013).]
  2. TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

    Validé, donc ! Gonggong + Xiangliu pour sa lune, deux divinités reptiliennes pas franchement sympathiques choisies ironiquement à un moment oú la Chine traverse une passe difficile ! http://www.johnstonsarchive.net/astro/astmoons/am-225088.html (pas à jour Mr. Johnston !)
  3. New Horizons - Pluton, nous voilà !

    Une infime remarque concernant le peu qui est lisible : Bill McKinnon n'appartient pas à l'Université du Maryland, mais à l'Université Washington, Saint-Louis - Missouri ... Hum, Jean-Luc, besoin d'un comité de relecture, ... je rigole !
  4. "Astronomers' Concerns Intensify With SpaceX's Latest Starlink Launch" Ethan Siegel, Ph.D., astrophysicien Forbes, 30 janv. 2020 (+ révision du 5 février) https://www.forbes.com/sites/startswithabang/2020/01/30/dangers-to-astronomy-intensify-with-spacexs-latest-starlink-launch/ Un article à charge contre SpaceX qui peut apparaître très surprenant dans les colonnes de Forbes, davantage réputé pour scruter les grandes fortunes de la planète et le business international dans le move de ce que fait Musk depuis des années. Un signe, peut-être ? Quelques extraits, ... la flemme de traduire : "But there's an enormous cost to one of humanity's greatest and oldest resources: the night sky. These swarms of satellites are not only an unprecedented source of light pollution to skywatchers and amateur astronomers, but threaten ground-based astronomy as never before. The problems generated by SpaceX's Starlink satellites, currently the single largest source of both active satellites and of this new type of space pollution, has created a crisis for thousands of astronomers worldwide. .............. The Starlink satellites, as noted by astronomer Daniel Caton, are individually brighter than more than 99% of all other satellites, even when boosted to their final orbits of ~550 km. .............. The impact that these satellite constellations will have on astronomy is enormous. The search for potentially hazardous asteroids and comets, the most dangerous objects in the entire Universe to our species' survival, is best conducted shortly after sunset and before sunrise: exactly when these satellites are maximally offensive. .............. - the Large Synoptic Survey Telescope — will be most severely impacted by this network of satellites. .............. As astronomer Vivienne Baldassare noted, the original Starlink design will 100% saturate its detectors. Even if the satellites change, as Tony Tyson of LSST noted, the observatory itself will still be forced to alter its operations on multiple fronts. .............. Unfortunately for astronomers, Starlink and the other coming mega-constellation networks, of tens of thousands of satellites apiece, really are a problem for astronomy. .............. As astronomer Caitlin Casey put it, "The fact that one person, or one company, can take control and completely transform humans’ experience of the night sky, and not just humans, but every organism on Earth … that seems profoundly wrong." .............. Despite the concerns voiced by astronomers, and the promises made to the community by SpaceX, unfettered launches of the original-design Starlink satellites — maximally offensive to astronomy — appear poised to continue indefinitely. SpaceX is now the largest operator of satellites in the world, and its burgeoning mega-constellation of Starlinks will soon be joined by others from OneWeb, Amazon and more. Unless they start making major changes extremely soon, the science of astronomy itself will be forever changed for the worse." J'ignore l'impact que peut avoir un tel article au niveau US, comme celui du Scientific American : https://www.scientificamerican.com/article/the-fccs-approval-of-spacexs-starlink-mega-constellation-may-have-been-unlawful/ Pour plus d'efficacité, peut-être faudrait-il que quelques poids lourds des médias scientifiques montent au créneau, comme Bill Nye du Planetary Society (admirateur de Trump pour son programme lunaire) ou le très populaire Neil deGrasse Tyson ...
  5. TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

    Quelques articles publiés depuis le début de l'année en plus de ceux concernant Arrokoth : "Dynamical Classification of Trans-Neptunian Objects Detected by the Dark Energy Survey" Tali Khain (University of Michigan, Ann Arbor) et al. https://arxiv.org/abs/2001.06060 (16 janv. 2020) ---> AJ (The Astronomical Journal) "Long-term orbital dynamics of trans-Neptunian objects" Melaine Saillenfest (IMCCE, Observatoire de Paris) https://arxiv.org/abs/2001.07579 (21 janv. 2020) ---> Celestial Mechanics and Dynamical Astronomy (Springer) https://link.springer.com/journal/10569/132/2 (Février 2020) https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10569-020-9954-9 (7 fév. 2020) "A Deep Search for Binary TNOs" Rosemary E. Pike (Academia Sinica, Taipei - Taïwan) et al. https://arxiv.org/abs/2001.10144 (28 janv. 2020) ---> The Planetary Science Journal (AAS) "Trans-Neptunian binaries (2018)" Keith S. Noll (Goddard Space Flight Center, Greenbelt, Maryland) et al. https://arxiv.org/abs/2002.04075 (10 fév. 2020) ---> The Trans-Neptunian Solar System, Chap. 9 (Elsevier, 2020) https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B9780128164907000096 (6 déc. 2019) https://www.sciencedirect.com/book/9780128164907/the-trans-neptunian-solar-system
  6. New Horizons - Pluton, nous voilà !

    Concernant le KBO Arrokoth (ex-Ultima Thulé), un peu plus d'une année après son survol par New Horizons, voici une nouvelle série de publications dans Science du 13 février, et ce après celle citée par Jack en mai 2019, provenant du même magazine de référence : http://www.astrosurf.com/topic/20086-new-horizons-pluton-nous-voilà/?page=47&tab=comments#comment-1667417 "Color, composition, and thermal environment of Kuiper Belt object (486958) Arrokoth" Will M. Grundy (Lowell Observatory, Flagstaff - Arizona) et al. https://science.sciencemag.org/content/early/2020/02/12/science.aay3705 "The solar nebula origin of (486958) Arrokoth, a primordial contact binary in the Kuiper Belt" William B. McKinnon (Washington University, Saint-Louis - Missouri) et al. https://science.sciencemag.org/content/early/2020/02/12/science.aay6620 "The geology and geophysics of Kuiper Belt object (486958) Arrokoth" John R. Spencer (Southwest Research Institute, Boulder - Colorado) et al. https://science.sciencemag.org/content/early/2020/02/12/science.aay3999 Période de rotation = 15.92 ± 0.02 heures Dimensions maxi. de l'ensemble deux lobes ellipsoïdaux (X, Y, Z) : 36 × 20 × 10 km Dim. du grand lobe (X, Y, Z) : 20.6 × 19.9 × 9.4 km (incertitudes en X, Y, Z : 0.5 × 0.5 × 2.0 km) Dim. du petit lobe (X, Y, Z) : 15.4 × 13.8 × 9.8 km (incertitudes en X, Y, Z : 0.5 × 0.5 × 2.0 km) Diamètre de la sphère équivalente au volume (3210 ± 650 km3) des deux lobes = 18.3 ± 1.2 km Diamètre de la sphère équivalente au volume du grand lobe = 15.9 ± 1.0 km Diamètre de la sphère équivalente au volume du petit lobe = 12.9 ± 0.8 km Rapport des volumes grand lobe/petit lobe = 1.9 ± 0.5 Si j'ai bien compris, pas de mesure spécifique de la densité qui est supposée aux alentours de 500 kg/m3 par analogie à celles mesurées de noyaux cométaires comme 67P/Churyumov-Gerasimenko. Cette densité assumée implique une gravité moyenne en surface d'environ 1 mm/s² soit 0,0001 g ! Autrement, l'albébo géométrique en bande V = 0.23
  7. Voie lactée

    Epoustouflant et aussi ... terrifiant, d'une certaine manière de voir les choses ! Une image extraordinaire qui visualise parfaitement à quel point les quelques 200 milliards d'étoiles qui peuplent notre Voie Lactée représentent un nombre qui défie de très très loin notre imagination ! ... Et combien de planètes dans tout ça, voire de civilisations à jamais (j'espère me tromper) inconnues de nous autres terriens ?
  8. TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

    Merci ! Pas évident de guetter les trop nombreuses MPECs qui défilent jour après jour ! https://minorplanetcenter.net/mpec/RecentMPECs.html A noter aussi, le plus gros (potentiellement) de la bande des MPECs C71 à C88 : 2013 SF106 Epoch 2020 May 31.0 TT = JDT 2459000.5 Williams M 7.36165 (2000.0) P Q n 0.00146388 Peri. 257.90461 +0.48709931 +0.70154379 a 76.8185043 Node 54.27448 -0.30903533 +0.69551876 e 0.4335011 Incl. 39.84667 -0.81684235 +0.15520943 P 673 H 5.0 G 0.15 U 3 ... et surtout, un nouvel ETNO : 2014 WB556 Epoch 2020 May 31.0 TT = JDT 2459000.5 Williams M 1.50961 (2000.0) P Q n 0.00019159 Peri. 234.53273 +0.91778852 +0.13979156 a 298.0076244 Node 114.75146 -0.06541084 +0.97641884 e 0.8573379 Incl. 24.15740 -0.39164480 +0.16451312 P 5140 H 7.3 G 0.15 U 3 ... ce qui m'a incité à mettre à jour leurs liste : Nouveaux : 2018 VM35 : MPEC 2020-A129 (14 janv. 2020) https://www.minorplanetcenter.org/mpec/K20/K20AC9.html 2014 WB556 : MPEC 2020-C88 (04 févr. 2020) https://www.minorplanetcenter.org/mpec/K20/K20C88.html + paramètres orbitaux ajustés selon le MPEC E2020-C96 (5 février) ... Enfin, il n'est sans doute pas inutile de mentionner le départ (retraite ?) du Dr. Gareth Williams après 30 ans de service au sein du Minor Planet Center. C'est lui, le créateur du service MPEC en 1993 et aussi le responsable de la quasi totalité des calculs orbitaux des TNOs (entre autres) ... Une MPEC particulière lui est consacrée : https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20CD0.html
  9. Cassini, le spectacle continue ...

    Vu comme ça, il a l'air tout plat le Daphnis, comme un violon abandonné qui aurait perdu sa tête, son manche et ses cordes
  10. Dernières images, encore "raw", mais spectaculaires : Encelade, presque lisse : http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/raw/casJPGFullS07/N00026577.jpg Mimas, tout le contraire : http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/raw/casJPGFullS07/N00026582.jpg Rhea, au plus près : http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/raw/casJPGFullS07/N00026657.jpg http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/raw/casJPGFullS07/N00026666.jpg http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/raw/casJPGFullS07/N00026669.jpg http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/raw/casJPGFullS07/N00026679.jpg Mimas à contre-jour devant les anneaux : http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/raw/casJPGFullS07/N00026819.jpg Puis devant Saturne et l'ombre des aneaux : http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/raw/casJPGFullS07/N00026886.jpg Avec un autre petit satellite (Janus???) ovoïde. Deux "ringlets" sont tout juste visibles dans "Encke Gap" : http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/raw/casJPGFullS07/N00026953.jpg Surexposition sur les anneaux extérieurs. Six! composantes visibles de l'anneau F et surtout Pan apparaît dans "Encke Gap" sur le second ringlet, au centre ! http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/raw/casJPGFullS07/N00027013.jpg A suivre ...
  11. Une mission vers Uranus et Neptune ?

    Un nouveau congrès sur Uranus & Neptune s'est tenu du 20 au 22 janvier à la Royal Society de Londres. Programme du "Ice Giant Systems 2020" (plus de 200 présentations) : https://ice-giants.github.io/ https://twitter.com/IcyGiants/status/1218113190900441088 Je retiendrais seulement le concept (pas totalement nouveau) de mission double présenté par John Elliot du JPL, qui illustre probablement le mieux que l'on puisse réaliser (hors propulsion nucléaire NEP) pour arriver à orbiter les deux géantes glacées : SLS + SEP + JGA (assistance gravitationnelle de Jupiter). Les dates d'arrivées paraissent quand même très éloignées et je me dis qu'elles correspondront sans doute aux ultimes objectifs d'exploration spatiale que je pourrais contempler de mon vivant, si je tiens le coup évidemment, et ce 56 années (Uranus) et 55 années (Neptune) après Voyager 2 ! Aussi, il a été dit qu'on pourrait gagner 20 à 30 % sur la durée du voyage en pratiquant une aérocapture (en déployant une sorte de mini bouclier aérodynamique gonflable ?) au moment de la mise sur orbite. Je ne pense pas que le concept en tienne compte, du moins j'espère ... Autrement, les dates optimales de lancement pour bénéficier de l'assistance gravitationnelle de Jupiter et ainsi gagner jusqu'au double en terme de masse, sont 2029 pour Neptune et 2031 pour Uranus. https://twitter.com/hbhammel/status/1219619841193250820 https://twitter.com/IcyGiants https://twitter.com/hashtag/IceGiants2020?src=hash
  12. Franchement, j'en sais rien, mais plusieurs équipes en sont persuadées et ... rêvent du Nobel, peut-être ? On pourrait quand même se poser des questions sur la pertinence et la validité de l'étude de Finch & Galiazzo qui ne se base pas sur la totalité des 17 ETNOs (Extreme Trans-Neptunian Objects, a > 250 UA & q > 35 UA) connus. En fait, je suis cette affaire de Planet X depuis la lecture d'un article de Sciences et Avenir paru en 1972, du chercheur Brady qui soupçonnait son existence après avoir longuement étudié les passages de Halley, il pensait qu'elle pourrait se situer dans Cassiopée (dans la Voie Lactée !) ... D'autres équipes comme celle du sondage OSSOS (Bannister et al.), pensent que la concentration des positions de périhélies des ETNOs peuvent également s'expliquer par d'autres influences. Aussi, Mike Brown ne semble plus organiser de campagne de recherche de sa "Planet Nine" au Manau Kea et l'équipe de Scott Sheppard arrive au bout de son sondage du Système Solaire profond, mais n'a pas encore tout publié ... Quant au LSST, sa tâche risque de se compliquer suite à l'invasion céleste des vermines satellitaires lancées par SpaceX & Co. Autrement, j'ai aussi envie d'y croire car pour moi, ce serait la découverte astro. du siècle et je rêve de le vivre de mon vivant , plus passionnante à mon sens que les planètes extrasolaires qu'aucune sonde ne pourra jamais explorer, disons dans un délai raisonnable à l'échelle humaine ...
  13. Nouvelles estimations des paramètres orbitaux & physiques de l'hypothétique "Planet X" ou "Planet Nine" (Trujillo & Sheppard, 2014 - Batygin & Brown, 2016, 2019) selon cette nouvelle étude basée sur l'analyse de ceux d'une sélection de 12 astéroïdes à longues périodes orbitales : "The Orbit of Planet Nine Derived from Engineering Physics" Robert Finch (Lockheed Martin) & Mattia A. Galiazzo (University of Vienna) https://arxiv.org/abs/2001.09150 (24 janv. 2020) https://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/2001/2001.09150.pdf a ~ 233 UA, q ~ 82 UA, Q ~ 398 UA, e ~ 0.65, i ~ 14.6 °, P ~ 3556 ans, masse ~ 8.4 fois celle de la Terre, diamètre ~ 25900 km mag.V : entre 18.9 et 26.1 (~ 24.8 si à une distance moyenne probable d'~ 241 UA)
  14. Ça me fait aussi penser à l'époque où des dizaines de milliers d'antennes-relais pour la téléphonie mobile ont commencé à envahir et défigurer nos villes & campagnes. On ne pas dire qu'il y eu un grand élan de protestation sur leur présence en elles-mêmes, à part peut-être sur la dangerosité d'une trop grande proximité. Comme une sorte aberration, alors qu'on s'évertuait à grand frais à essayer d'enfouir nos lignes électriques pour faire disparaître quelques pylônes du paysage !
  15. Restera le planétaire ! Snif !
  16. Actualités de Curiosity - 2013

    Soit la bagatelle de 55 années d'attente pour infirmer/confirmer les résultats du Labeled Release des Viking, à cette époque, son PI Gilbert Levin se sera probablement envolé vers autre monde ! Ah ! Aussi, quelques 16 années de retard sur la date "finale" !
  17. Comme la constellation de Galaxy Space qui prévoit jusqu'à 1000 satellites (144 au début) orbitant entre 500 et 1000 km. Le premier satellite de démonstration technologique Yinhe-1 ("Galaxy-1" ou GS-SparkSat-03) de 227 kg vient d'être placé sur orbite le 16 janvier dernier. Vous voulez de la 5G, vous allez avoir de la 5G, vous allez aimer la 5G ! Autrement, pour éclaircir un peu le tableau, ces satellites pourront être désorbités en fin de vie, ce qui n'est pas le cas, je pense, de ceux de la constellation Starlink ... https://www.nasaspaceflight.com/2020/01/kuaizhou-1a-yinhe-1-china/ https://spacenews.com/china-launches-yinhe-1-commercial-low-earth-orbit-5g-satellite/
  18. TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

    Un peu plus précisèment pour le 1er Vitara 2020 AV2, selon cette étude (1) : H = 16,4 (MPC & JPL), avec un albédo moyen pv = 0,147 (1) ===> D = 1,8 km (2) (1) "Debiased albedo distribution for Near Earth Objects" Alessandro Morbidelli (Observatoire de la Côte d’Azur, Nice) et al. https://arxiv.org/abs/2001.03550 (10 janv. 2020) ---> Icarus "Our model is calibrated on NEOWISE albedo data for the NEO population ...There are about 1000 NEOs with diameter D > 1km and the mean albedo to convert absolute magnitude into diameter is 0.147. We do not find any statistically significant evidence that the albedo distribution of NEOs depends on NEO size. ... The interval between km-sized bodies striking the Earth should occur on average once every 750,000 years. Low and high albedo NEOs are well mixed in orbital space, but a trend remains with higher albedo objects being at smaller semimajor axes and lower albedo objects more likely found at larger semimajor axes." (2) Asteroid Size Estimator (JPL-CNEOS) https://cneos.jpl.nasa.gov/tools/ast_size_est.html
  19. Actualités de Curiosity - 2013

    Soit la bagatelle de 55 années d'attente pour infirmer/confirmer les résultats du Labeled Release des Viking, à cette époque, son PI Gilbert Levin se sera probablement envolé vers autre monde !
  20. Actualités de Curiosity - 2013

    Autre curiosité martienne, ... à mon avis, il y a probablement un truc !
  21. On remarque l'arrêt de la propulsion au moment de la séparation ce qui me fait dire que le test n'est pas suffisament concluant car non réalisé dans des conditions de vol trop stressantes comme en pleine phase d'accélération où lors du moment où la pression aérodynamique est maximum (max Q) ... L'éjection aurait été plus difficile à réaliser durant ces phases !
  22. Ben, ça ma échappé ! Si j'avais su !
  23. Concernant l'impact (fort inquiétant ) de la méga constellation Starlink de SpaceX (et des autres qui vont suivre) sur l'observation amateur et professionnelle du ciel nocturne (+ obs. radio-astro), un article du Scientific American donne une lueur espoir, en terme juridique, pour faire interdire ou au moins figer le déploiement de telles constellations au nom d'une sorte de directive US dite "National Environmental Policy Act" (NEPA) éditée en 1970, qui oblige toutes les agences fédérales à considérer l'impact environnemental dans tous projets à approuver. Selon toutes vraissemblances, la FCC (Federal Communications Commission) n'a en aucun cas considéré cet impact environnemental lors de l'attribution des licences qui autorise dans un premier temps la mise sur orbite de 13000 satellites de 10 compagnies, dont 12000 rien que pour SpaceX. Selon l'article, l'exclusion catégorique (CatEx) aux contraintes de la NEPA que la FCC a obtenue en 1986 ne devrait pas tenir une cour de justice ce qui fait dire que le déploiement de Starlink serait illégal ! ... Evidemment tout ça, si j'ai bien compris la teneur de cet article ! Source : Scientific American, Jonathan O'Callaghan, 16 janvier 2020 "The FCC’s Approval of SpaceX’s Starlink Mega Constellation May Have Been Unlawful" "A new paper suggests that the agency broke U.S. environmental law in its approval of the satellites and that if it were to be sued in court, it would likely lose" https://www.scientificamerican.com/article/the-fccs-approval-of-spacexs-starlink-mega-constellation-may-have-been-unlawful/ Quelques extraits : " A new paper to be published later this year in the Vanderbilt Journal of Entertainment and Technology Law argues that the Federal Communications Commission—the agency responsible for licensing the operation of these constellations in the U.S.—should have considered the impact these satellites would have on the night sky. In ignoring a key piece of federal environmental legislation, the FCC could be sued in a court of law—and lose—potentially halting further launches of mega constellations until a proper review is carried out. "Astronomers are having these issues [and think] there’s nothing they can do legally,” says the paper’s author Ramon Ryan, a second-year law student at Vanderbilt University. “[But] there is this law, the National Environmental Policy Act [NEPA, pronounced ‘Nee-pah’], which requires federal agencies to take a hard look at their actions. The FCC’s lack of review of these commercial satellite projects violates [NEPA], so in the most basic sense, it would be unlawful." Enacted in 1970, NEPA obligates all federal agencies to consider the environmental impacts of any projects they approve. "The FCC has never performed a study showing why commercial satellites deserved to be classified as categorically excluded from review,” he says. “And the evidence shows that these satellites are having an environmental impact. If the FCC were sued over its noncompliance with NEPA, it would likely lose." Bell says. "The beauty of the night sky [and], for astronomers, the ability to conduct science by doing observations of the night sky are both impacts that would be covered by the statute. So there should be a case there.” " Marcia Smith - https://spacepolicyonline.com/ : ‏"L'argument intéressant selon lequel FCC pourrait être poursuivie avec succès pour des mégaconstellations pour ne pas avoir effectué d'examen de la NEPA sur l'impact environnemental, même si la FCC a obtenu l'exclusion catégorique de la NEPA en 1986, les temps ont changé." https://twitter.com/SpcPlcyOnline/status/1217852801998606336