xavierc

Membre
  • Compteur de contenus

    1 392
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

239 Très bonne réputation

1 abonné

À propos de xavierc

  • Rang
    Membre très actif
  1. Chili reboot 2018 nuit 6

    Merci de vos commentaires. Achaim, l'APN est un bridge Panasonic Lumix FZ200 avec zoom allant jusqu'à 600mm (en équivalent 24x36).
  2. Entre voiles nuageux et caresses félines

    Joli récit tout constellé de ronrons! Pas trop dur le nettoyage de poils sur le bas du pantalon après?
  3. Chili reboot 2018 nuit 4

    Ca ne me dit rien, tu as un lien?
  4. Chili reboot 2018 nuit 4

    Merci pour l'identification de l'Ojos Del Salado, Simon, car n'étant pas sûr je ne m'étais pas prononcé en commentant mes photos. Alexandre et Laurent, j'avais effectivement lu en long et en large votre périple, en partie initiateur de ce projet de semaine touristique et du passage sur l'altiplano chilien. L'Ojos me rappelle aussi le fameux article de Serge Brunier dans un vieux Ciel et Espace où son équipe avait gravi le volcan dans l'idée folle de faire des photos astro au sommet. Le manque d'oxygène, le mal d'altitude avaient stoppé leur ascension vers 6500m. Une sacrée aventure. Et merci à tous pour vos commentaires. Je viens de publier la suite à 0m d'altitude, soit un dénivelé de -4700m!
  5. Nuit du 5 au 6 novembre 2018. Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo. Télescope 406/1827 puis Strock 254/1200. 10 observations : 8539 à 8548. Ce soir, je tente d'observer avec le télescope 406 mais je vais avoir quelques déboires. Ce télescope est moyennement confortable à utiliser pour deux raisons : le porte-oculaire est horizontal ce qui fait qu'on se tord vite le cou pour regarder dedans et ce quelle que soit l'altitude, et surtout il ne dispose pas d'un escabeau fiable permettant d'observer en sécurité confortablement. Je commence la nuit sur des galaxies de l'Autel qui se dit Ara en latin. Observation 8539 : NGC6215. Elle est dans le champ de eta Ara. J'observe cette galaxie à 70X puis à 114X. Elle est assez faible à diffuse. Pierre arrive. Observation 8540 : NGC6221. Cette galaxie est située à proximité de la précédente dans le même champ et me montre son aspect de galaxie très diffuse considérablement faible avec un grossissement de 114X. La position du porte-oculaire est vraiment inconfortable, je commence à avoir mal au cou. Observation 8541 : PGC59124. Cette petite galaxie de champ située à proximité des deux précédentes est très faible et allongée en vision indirecte à 166X. Elle est maintenant basse comme le reste de la constellation. Il se produit alors le mini-drame de la soirée qui aurait pu avoir des conséquences bien plus graves : en cherchant un peu plus de confort sur l'escabeau, en m'appuyant dessus dos à cet escabeau, ce dernier se démonte car c'est plus une échelle de peintre qu'un escabeau et il tombe en arrière, manquant de me faire chuter avec lui. Heureusement qu'il n'y avait personne ni aucun instrument derrière. Ces conditions de sécurité plus qu'insuffisantes me mettent en rogne, du coup je mets l'escabeau bien au loin à un endroit où il ne risque plus de gêner ce soir, je remballe le télescope 406 dans sa bâche, et j'installe le Strock 254 ce qui me prend à peu près 10 minutes tout compris avec la collimation. Ayant étudié en long et en large la question de l'escabeau adapté pour l'observation, dans le cadre de la mise en route de mon télescope de 508, je confirme qu'il ne suffit pas de prendre n'importe quel escabeau pour cette activité surtout vu les conditions de sécurité nécessaires en pleine nuit. Au passage à toutes fins utiles, voici les critères que j'avais retenus : - un escabeau avec système anti-basculement autobloquant - pour une focale de 2 mètres à 2m50, un escabeau de 4 marches plus une plate-forme au sommet, sur laquelle on peut poser des atlas ou des affaires - les marches/barreaux de l'escabeau doivent être bien plats pour permettre de s'installer confortablement sinon les plantes des pieds vont souffrir - au sommet de l'escabeau, il doit y avoir un bon appui notamment quand on observe vers le zénith - l'escabeau doit rester léger à porter, un escabeau en aluminium fera bien l'affaire - enfin, au prix d'un petit bricolage car souvent absent des escabeaux que je décris, il faut rajouter deux barres horizontales au niveau des pieds de l'escabeau pour permettre sa stabilité sur sol irrégulier. Pour une cinquantaine d'euros, on a alors un escabeau sécurisé et confortable qui permet d'utiliser un télescope de gros diamètre toute la nuit y compris en dessin. Bon, revenons au CROA après cette disgression sur l'escabeau idéal en observation. Je continue sur les cibles que je n'ai pas pu faire au 406 suite à l'accident d'escabeau. Il s'agit d'un groupe de galaxies dans le Paon, qui se situe au sud de la Grue, elle-même au sud du Sculpteur. Observation 8542 : NGC6872. Cette galaxie est faible, allongée et diffuse à 109X et 150X. Elle est accompagnée par IC4970 très faible à VI1 et pas vue à 109X. Observation 8543 : NGC6876/77/80. NGC6876 est la mieux visible de ce groupe observé à 109X et 150X. Considérablement faible, elle est accompagnée de NGC6877 qui est très faible et de NGC6880 faible à très faible et diffuse mais aussi d'une galaxie IC, la 4981 qui est très faible. Je suis fatigué, il est 1h du matin. Je voulais aller me reposer un peu dans le lit de l'observatoire, mais il est déjà occupé par Pierre, du coup je fais une pause casse-croûte. Pierre se relève quand j'arrive aux biscuits (il a senti la menace!) et du coup on discute pendant la pause casse-croûte, ce qui me réveille. Au retour, je poursuis sur le groupe des galaxies du Paon. Observation 8544 : IC4960 et 4967. A 150X, ce duo est respectivement faible à très faible diffuse, et très faible. Je quitte les champs galactiques du Paon pour ceux du Phénix, pour un sympathique groupe qui m'avait bien marqué les fois précédentes. Observation 8545 : NGC87/88/89/92. Ce faible groupe observé à 109X a pour trait caractéristique sa disposition en triangle équilatéral. Les sommets du triangle sont occupés par NGC87 vu VI1 à 2, par NGC89 considérablement faible et par NGC92 considérablement faible à faible. Elles entourent la plus faible galaxie du groupe située quasiment au centre du triangle, NGC88 vue VI3. Je subis de nouveau un coup de fatigue à 2h30 mais résiste pour observer une bien belle galaxie du Réticule. Observation 8546 : NGC1313. Cette galaxie est déjà vue au chercheur 9x50 comme une étoile floue faible. A l'oculaire à 75X, elle est assez brillante à plutôt faible. Je constate sa forme de spirale barrée à 109X et 150X, et je grossis jusqu'à 218X pour bien voir ses nodosités. Son centre est discret et la galaxie est très diffuse. Le bras Nord est vu VI2 tandis que le bras Sud un peu plus facile est VI1. Pierre fatigué par des recherches assez souvent infructueuses au gros Dobson est parti se coucher. J'avoue que j'ai aussi encore un coup de fatigue qui passe avec une sieste d'une demi-heure dans l'observatoire. Car il n'est pas encore temps d'aller se coucher, je dois observer les champs étoilés du Petit Nuage de Magellan. Je rappelle pour les néophytes du ciel austral que cette galaxie satellite de la nôtre se situe dans la constellation du Toucan. Observation 8547 : NGC371. Cet amas ouvert est mêlé à une nébuleuse. L'amas ouvert est riche en étoiles faibles à perceptibles, sur un fond nébuleux faible à 75X et 150X, qui réagit bien en Oxygène 3 et faiblement avec le filtrage HBêta. Nénette l'ânesse se fait entendre. Observation 8548 : NGC411 et 422. Ce duo est composé de la faible NGC411, de la très faible NGC422 et finalement c'est un trio car il y a aussi un objet identifié uniquement sur une photo, L84 qui est faible. Ce trio est observé à 109X jusque dans l'aube. Cette dernière marque la fin des observations à 5h40. La suite des photos touristiques : le 28 octobre 2018 la réserve de Humboldt partie 1. Le ponton d'embarquement de Punta de Choros, destination la réserve naturelle des pingouins de Humboldt. Zoom sur la réserve de Humboldt, constituée des îles Damas, Choros et Chañaral de Aceituno, à la limite entre régions du Coquimbo et de l’Atacama. Manchot de Humboldt (appelé pingouin au Chili) et lion de mer. Un goéland. L'embarquement, il y a peu de touristes étrangers dans le tas. Notre embarcation. L'île Chañaral de Aceituno. Et l'unique manchot de Humboldt que nous verrons. La surexploitation touristique du lieu, avec un passage toutes les 10 minutes, a fait fuir la plupart de l'autre côté de l'île. Une colonie de fous variés, endémique du courant de Humboldt et du Pérou côtier. Cormoran de Gaimard. Lions de mer. Une loutre se tortille dans les algues. L'île de Damas. Le tri des coquillages au port. Un excellent plat à base de dorade dans un restaurant-gargotte du port. Les maisons de Punta de Choros.
  6. Nuit du 4 au 5 novembre 2018. Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo. Strock 254/1200 9 observations : 8530 à 8538. Suite à la sortie à la fête du village voisin du Romeral cet après-midi, nous sommes tous un peu fatigués et je viens après un cycle de sommeil. Cette fête était intéressante à voir, mêlant une cérémonie de messe puis une procession religieuse à des danses et rythmes tribaux des Indiens d'Amérique du Sud. En voici quelques photos avec quelques costumes un peu anachroniques des Indiens d'Amérique du Nord! L'Enfant Dieu, ou Nino Dios en espagnol, qu'on célèbre ici aujourd'hui. A mon arrivée, Bruno est déjà en action et Pierre encore en train de dormir. Je galère un peu à re-régler le chercheur. Les premiers objets de la nuit sont des galaxies du Phénix, qui se situe à proximité de l'Eridan vers Achernar étoile principale de cette constellation. Observation 8530 : IC5328. Cette galaxie est vue facilement à 75X à côté d'une étoile brillante assez faible à considérablement faible, condensée et petite. Observation 8531 : PGC71907 et PGC130875. Ce couple de galaxies se situe près de IC5328. PGC71907 est très faible à VI1. La PGC de forme incertaine est VI1 à 150X. Observation 8532 : IC5325. A 150X, elle est facile, considérablement faible et ceci aussi à 75X. Je perçois une structure à la limite avec un éclat hétérogène à 150X et 218X. Pierre arrive à 1h du matin et cette fois-ci il pourra tenir jusqu'à l'aube. Je m'attelle à l'observation d'un amas de galaxies du Phénix, Abell 2877. Observation 8533 : NGC1627. Cette galaxie de forme effilée est faible à très faible et elle s'étend en vision indirecte. A côté se trouve PGC73637 vue VI3 à 109X. Observation 8534 : groupe de galaxies autour d'IC1633. Me voilà au cœur de l'amas de galaxies Abell 2877. A 109X et 150X, il y a du monde mais c'est faible. IC1633 est considérablement faible. Dans son proche voisinage, nous avons deux galaxies VI3 et VI1. Puis un peu plus au nord nous trouvons PGC73688 vue VI1 et une galaxie vue VI3. La partie nord de ce champ nous montre PGC4085 qui est vue très faible puis PGC4104 qui est faible, et enfin PGC73694 vue VI1. A l'opposé du champ côté sud, nous avons trois autres galaxies : PGC73666 vue VI3, PGC73684 vue VI4 et enfin PGC73700 vue VI1 à 2. Observation 8535 : PGC 130092/73697/73698. A 150X, en vision décalée, elles sont respectivement vues VI3, VI3 à 4 et VI2. Je quitte le monde des galaxies pour celui des amas ouvert d'abord dans la constellation des Voiles. Observation 8536 : NGC2660. Il est petit et partiellement résolu à 75X. Même en poussant le grossissement à 218X, il n'est encore que partiellement résolu en étoiles faibles à perceptibles. Très dense, il ressemble à un amas globulaire en cours de résolution. J'ai dû mettre trop de hargne à le dessiner puisque j'ai cassé en deux mon crayon. Ha la qualité Auchan n'est plus ce qu'elle était! Puis je dévie plus vers le pôle sud, dans la Carène, pour observer un autre amas ouvert. Observation 8537 : NGC3255. Cet amas ouvert est petit et très concentré à 75X. Je le résouds en étoiles faibles à perceptibles à 218X. Je suis assez fatigué, il faut dire qu'il est quasiment 5h du matin. Je termine sur un dernier amas ouvert de la Carène. Observation 8538 : Stock 13 dit en abrégé St13. Observé à 150x, cet amas ouvert est assez détaché dans l'aube qui arrive. La suite des photos touristiques : Le 27 octobre 2018 Copiapo, La Silla, vers la réserve de Humboldt. On rentre dans la camanchaca, brouillard côtier né de la rencontre entre l'air frais et humide du Pacifique refroidi par le courant de Humboldt, et le sol chaud du Chili. Camion de transport de matériel minier, nous on s'éloigne des mines de l'Atacama vers le sud. La Silla depuis la route d'accès. Le portail de l'observatoire. Les 2 instruments mythiques de l'observatoire sont proches maintenant. Les bâtiments d'accueil des techniciens et astrophysiciens et quelques coupoles d'instruments secondaires. Guanaco et ânes à la Silla. La coupole du 3.6m et son relais optique interférométrique CAT dans la plus petite, à 2400m d'altitude. Passage obligé dans une salle à côté du NTT pour une présentation de l'observatoire et de l'astronomie en espagnol. Panorama à la coupole du 3.6m. Le radiotélescope SEST La rampe d'accès au NTT et les autres coupoles du site depuis la colline du 3.6m. Le télescope de 3.6m, plus exactement 3.566m, inauguré en 1977. En panoramique, le pont entre l'ancienne technologie du 3.6 et la nouvelle du NTT (New Technology Telescope). L'abri du NTT. L'un des 2 foyers Nasmyth du NTT Le NTT a un miroir primaire de 3.58m. Formule optique Ritchey-Chrétien pour corriger la coma, avec déport de l'image vers des foyers Nasmyth (le long de l'axe d'altitude). En route vers l'antenne radio sub-millimétrique SEST. Panoramique entre SEST et le 3.6m. L'antenne radio sub-millimétrique SEST de 15m de diamètre, plus utilisée depuis la mise en service du réseau de 66 antennes radio sub-millimétriques ALMA. En route vers la côte Pacifique Un jeune guanaco. Avec sa maman. Au même endroit que les guanacos, un renard. Arrivée sur la côte vers la réserve de Humboldt, les nuages bas et la fraîcheur ne nous quitteront plus ici. Le village de Punta de Choros où nous logerons. Depuis notre bungalow, les îles au fond constituent la réserve marine de Humboldt.
  7. Chili reboot 2018 nuit 4

    Non, on n'y était que de jour, et certains membres de l'équipe commençaient à éprouver le mal d'altitude au bout de 4h à plus de 3000m. Raymond voulait nous faire camper sur place à la Laguna Verde quand on avait préparé le voyage, mais on a décliné l'offre, l'adaptation à l'altitude n'était pas suffisante au vu du programme. Là-haut, l'humain est vite en mode survie...
  8. Chili reboot 2018 nuit 4

    Non, on était vers 3000m. Les hauteurs et les distances sont trompeuses là-bas. Le massif Tres Cruces est visible de quasiment partout dans le parc du même nom.
  9. Nuit du 3 au 4 novembre 2018. Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo. Strock 254/1200. 15 observations : 8515 à 8529. Les premiers objets de la nuit sont à rechercher rapidement dans le dard du Scorpion avant qu'il ne descende sur l'horizon. Observation 8515 : NGC6192. Cet amas ouvert est déjà vu au chercheur 9x50 comme une très faible tache floue. Observé à 109X et 150X, il est déjà assez riche avec ses étoiles assez faibles à perceptibles. Cet amas ouvert est descendu si bas que le télescope se retrouve déséquilibré à 150X à cause du poids cumulé de la Barlow et du Nagler 16 et du coup je suis obligé de repasser à 109X avec juste le Nagler 11. Le renard des Andes que nous avions entendu les années précédentes se faisait rare ces derniers jours mais là il se fait entendre au nord-ouest, jappant contre les bruits de rythme du bal du village du Romeral où nous irons demain pour regarder justement un spectacle mêlant cérémonie religieuse et rythmes tribaux. Vers la fin du dessin, Pierre vient d'arriver après une sieste. Observation 8516 : NGC6178. Ce second amas ouvert du Scorpion est petit à 75X. A 109X, il reste compact et pas très fourni. Je me suis assis juste sur le réhausseur de siège en bois, en enlevant la chaise tellement l'objet est bas, de façon à l'observer dans des conditions relativement confortables. Cet objet ne doit pas être à plus de 10 degrés au dessus de l'horizon maintenant mais on ne s'en rend pas compte, tellement ici l'atmosphère est transparente jusqu'à l'horizon. Observation 8517 : NGC6318. J'ai encore le temps d'observer ce dernier objet du Scorpion, amas ouvert à étoiles faibles et en forme d'arc de cercle, bas et montrant un fond laiteux. Puis je remonte un peu vers le milieu du Sagittaire pour observer M70, amas globulaire du catalogue Messier. Observation 8518 : M70. Cet amas globulaire apparaît comme une faible étoile floue au chercheur 9x50. Je l'observe brillant et bleuté à 75X puis à 218X et 343X. Il est bien résolu à ces deux derniers grossissements et il pullule d'étoiles en vision indirecte dans une turbulence moyenne. Le télescope est ensuite dirigé un peu plus haut dans le ciel vers le sud pour observer des galaxies dans le Paon, constellation qui se dit Pavo en latin. Observation 8519 : trio de galaxies NGC6769-70-71. NGC6769 est la plus brillante de ce trio assez facile dans un champ fourni à 150X. Elle m'apparaît faible à très faible et allongée en vision indirecte. NGC6770 est faible et élargie en vision indirecte, diffuse. La benjamine NGC6771 est faible et petite. Observation 8520 : IC4842. Cette galaxie est située à proximité des précédentes et à 150X je la vois faible à très faible. Observation 8521 : IC4836. Cette dernière galaxie à proximité des autres est observée à 109X très faible, avec une forme qui est plus sûre en vision indirecte bien que diffuse. Je suis un peu fatigué. La conséquence logique est une demi-heure de sieste sur le lit installé dans l'observatoire. Puis je remonte plus haut dans le ciel afin d'observer quelques galaxies de l'Éridan au niveau de la boucle sud du fleuve de cette constellation qui n'en finit pas de serpenter. Observation 8522 : NGC1084. Cette galaxie est plutôt faible avec une brillance de surface élevée à 150x, 218x et 75x. Je lui vois une structure spiralée partielle avec une spire en vision indirecte VI2. La galaxie montre une texture grumeleuse et reste incolore. Toujours dans la même zone de l'Eridan, je vais observer un groupe sympathique de plusieurs galaxies. Observation 8523 : NGC1200 et ses copines. Cette galaxie est considérablement faible à faible et diffuse à 150X et 109X. Elle domine un groupe de 4 galaxies avec à proximité d'elle IC285 très faible à VI1, puis plus loin NGC1196 très faible et très diffuse, accompagnée de son satellite NGC1195 vu VI2. Observation 8524 : NGC1203. Je l'observe à 150X très faible, toute rikiki. Observation 8525 : NGC1209 et 1231. La première me montre à 109X un centre assez faible avec le reste qui s'étage de faible à vision indirecte, et allongé. La seconde n'est vue qu'en vision indirecte 50% du temps donc VI3. Bruno est redescendu vers 3h30. Un petit vent s'est levé. J'ai un coup de barre. Observation 8526 : groupe de NGC1199. Cette galaxie considérablement faible à faible est la principale d'un groupe dans l'Eridan observé à 150X. Je repère aussi NGC1188 vue VI1, NGC1190 très très faible à VI1, NGC1191 vue VI2 à 3 et NGC1192 de même brillance. Je m'arrache les yeux sur ce groupe. Un souffle léger de vent se fait encore ressentir mais ne gêne pas pour les observations. Voici ma dernière galaxie de l'Éridan pour cette nuit. Observation 8527 : NGC1172. A 109x elle est très diffuse avec un centre faible et un halo très très faible à VI1. Je termine la nuit sur les riches champs galactiques entre Voiles et Carène. Observation 8528 : NGC3330. Cet amas ouvert est vu faible au chercheur comme un petit paquet d'étoiles. A 150X il se révèle assez fourni avec des étoiles plutôt brillantes à perceptibles. J'avais listé deux autres amas ouverts à proximité de celui-là mais ils sont tellement riches que j'abandonne l'idée de les dessiner maintenant à cause de l'imminence de l'aube. Je trouve heureusement un troisième rapide à dessiner. Observation 8529 : Lo282. A 109X, il est fourni, tout en longueur et je le termine dans l'aube. Il est 5h50, je descends me coucher, bravant dans la lumière naissante du jour les creux et les bosses de la piste poussiéreuse qui me ramène au bout de 5 minutes à mon lit. La suite des photos touristiques : l'Atacama le 26 octobre. Attachez vos ceintures, ça va décoiffer! Départ de Copiapo dans le brouillard et les nuages bas de la camanchaca (brouillard côtier). Après une vingtaine de kilomètres, le ciel bleu revient et ne nous quittera pas durant cette journée en Atacama. Ruines d'un village indien en Atacama. Comme en atteste cette vallée verdoyante où nous avons même vu une serre, il y a de l'eau par endroits dans le désert d'Atacama. Un champ de soufre à 3800 mètres d'altitude. Après le soufre, des pics de neige ou congères ou pénitents modelés par les forts vents d'Atacama. Col à 4342m, l'un des 2 points les plus hauts du voyage avec un autre point à 4700m près de la Laguna Verde. Ca y est, nous atteignons le parc national Nevado de Tres Cruces, et sa première curiosité, le Salar de Maricunga à 3750 mètres d'altitude. Poste frontière près du Salar. La frontière avec l'Argentine est bien plus loin mais à plus de 5000m d'altitude donc impossible d'y installer un poste de douane à cause du manque d'oxygène et du froid. Les 3 sommets de Tres Cruces (3 croix en espagnol) qui ont donné leur nom au parc, on les voit de fort loin dans ce parc. Au bord d'un ruisseau, de lointains guanacos, espèces de lamas. Tres Cruces, nous allons pique-niquer ici. La vue de l'autre côté est belle aussi, entre pénitents et ruisseaux longés de prairies verdoyantes sous ces imposantes montagnes. Le summum du Parc, la Laguna Verde à 265 kilomètres à l'est de Copiapo! Laguna Verde et Nevado Incahuasi. Le gîte délabré de la Laguna Verde. Vers l'est de la Laguna Verde En redescendant vers 3000m, une vraie oasis devant Tres Cruces. Dans la première vallée fertile photographiée à l'aller, on voit au retour des mules et chevaux proches de notre route.
  10. Etrange observation...

    C'est la forme du circuit d'attente des avions à proximité des aéroports, pas de chevaux dans l'histoire, à part ceux des réacteurs.
  11. Iwamoto

    etoilesdesecrins, la comète est peu condensée, notée faible à très faible lundi dernier sous un ciel moyen au Strock 254. Je l'ai aussi vue au chercheur 9x50 mais très faible et assez vaste. Elle doit être proche de M38 maintenant.
  12. C'est les séquelles de la Puña! Je viens de vérifier sur Google Maps, comme à l'époque en temps réel, la route vers la Laguna était entièrement chilienne : https://goo.gl/maps/8cDtMkoREC82 Je trouve que ton récit complète bien mes CROAs car je n'avais parlé ni du destin funeste de Baladin ni des télescopes en remote pour le moment.
  13. Superbe, Pierre! Et j'ai bien rigolé avec ta défragmentation de valise. Il ne me semble pas qu'on soit passé en Argentine pour aller voir la Laguna Verde chilienne, la frontière était encore à plusieurs dizaines de kilomètres. Sinon en plus d'aider à reprendre contact avec le ciel austral via SkySafari, et son mode boussole, le smartphone était bien utile pour garder à portée de main la liste de ce que j'avais observé les divers voyages et pour écrire une bonne partie des CROAs de ce voyage. Et que dire du mode panoramique de son appareil photo, là c'est moi qui étais sidéré!
  14. Les 30 ans de MAGNITUDE 78

    C'est aussi noté sur l'agenda.
  15. Chili reboot 2018 nuit 3

    Merci à tous. Je suis en retard pour la suite, la recopie s'éternise. Hier j'ai passé ma session de recopie sur un dessin de près de 10 galaxies d'un Abell là où j'enchaîne la recopie de 3 dessins en temps normal. Surtout que je profite en parallèle du beau temps rare ici en cette période. Mais tout vient à point à qui sait attendre