Rastaman

Member
  • Content count

    4338
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by Rastaman

  1. dernière petite brochette australe en CP

    Quel régal tout ce récital austral... ça me fait faire de la rime sans en avoir l'air! Bon Serge, tu parlais de rentrer en Gaule, mais je sens qu'on va se cotiser pour que tu restes là-bas!
  2. Bonjour, Ma question est déjà dans le titre: est-il possible d'affecter un nouveau nom à un objet absent de SkySafari 6 Pro? Je vous donne un exemple: en 2005 un membre de mon club astro POLARIS avait découvert deux astérismes dans l'Ecu de Sobieski Salque 1 et 2, que vous pouvez retrouver par exemple dans la rubrique Au méridien d'Alexandre Renou dans le n° 125 ( 2010) d'Astrosurf Magazine. J'aimerais intégrer ces astérismes à mes listes d'observation d'août - septembre.
  3. Bien joué kaelig, ta méthode est intéressante! En fait, c'est surtout cette histoire de nommer un nouvel objet qui m'intéresse. Pour la fusion des skylists, moi j'en ai faites 12 générales chronologiques pour l'hémisphère Nord et quelques autres pour l'hémisphère Sud quand je pars observer en Afrique du Sud. Plus des listes spécialisées: les doubles printemps - été et celles d'automne - hiver, d'autres pour les carbonées ou les doubles colorées. Evidemment il y a chevauchement des objets dans les listes: M51 par exemple figurera dans la liste de mars, dans celle d'avril et dans celle de mai. Par contre, le forum Curriculum Simulation semble mort > j'ai signalé le 14 septembre la grosse erreur de magnitude sur la comète 141P/Machholz 2-D: aucune réponse et l'erreur n'est toujours pas corrigée > https://support.simulationcurriculum.com/hc/en-us/community/posts/360051031713-Big-error-on-comet-141P-Machholz-2-D-in-SkySafari-6-Pro
  4. Salut Daniel et merci pour ce splendide défilé à travers notre système solaire! Quel énorme travail tu as encore fourni cette fois: tu dois être épuisé après ce périple de milliards et de milliards de km! Personnellement, j'avais minutieusement préparé une observation visuelle de Pluton avec mon 500, mais quand j'ai vu que la nuit de lundi serait sans doute la dernière avant longtemps, j'ai préféré faire une deuxième partie de nuit pour pouvoir observer les galaxies de la Baleine et du Sculpteur que je n'ai plus vues depuis mon séjour d'avril 2019 à Stargate en Afrique du Sud et je n'ai pas regretté ce choix: NGC 210, 247, 584 et surtout l'énorme galaxie du Sculpteur NGC 253, la nébuleuse du Crâne 246 et bien sûr une grosse Mars à 38° de hauteur, que demander de plus! Patrice
  5. Bravo idir! Et le topo pédagogique est très instructif! Pour la forme du mari de Cassiopée, personnellement je préfère de loin la maison au toit pointu au requin!
  6. Mars au Cdf

    pour ceux qui n'étaient pas encore nés à cette époque, Superfulgur fait référence à un épisode légendaire de la préhistoire d'AS et bien sûr du mythique Champ du Feu du 24 septembre 2006 qui avait produit un fil de 42 pages avec 1042 posts, que vous pourrez lire à loisir quand l'ennui vous gagnera > http://www.astrosurf.com/topic/2857-lovni-à-boris/ Salut Boris Bravo pour ta belle Mars! Je vois que les cigogneaux sont montés en nombre au CDF! De notre côté, de nombreux Polarissiens se sont retrouvés sur les hauteurs de Guerting pour une nuit toutes planètes sauf Mercure. A+ Patrice
  7. Un raid tout simplement époustouflant! Chapeau!
  8. Hélas oui, on ne peut ni créer un nouvel objet ni fusionner deux listes d'observation. J'en ai trouvé la confirmation dans une réponse de Bill Tschumy à une question sur ce sujet dans le forum Simulation Curriculum en décembre 2017. Bill écrivait qu'il envisageait d'intégrer cette possibilité au futur SkySafari 6, mais visiblement cela ne s'est pas fait.
  9. Sans oublier Williamina Fleming, abandonnée par son mari à 21 ans alors qu'elle était enceinte, puis engagée comme bonne à tout faire par l'éminent professeur Edward Charles Pickering. C'est ainsi qu'elle a intégré l'équipe des calculatrices humaines du Harvard College Observatory et a classé 10 000 étoiles du catalogue Henry Draper. C'est elle qui découvrit notre mythique Tête de Cheval dans Orion. Cette nébuleuse devrait porter son nom au lieu de l'anonyme B33.
  10. nuit planétaire....

    C'est excellent tout ça, je trouve le Pythagore particulièrement fabuleux! Faut dire aussi que tu es un veinard: tu ne te farcis pas les fumées des incendies américains comme nous depuis quelques jours.
  11. La planète rouge en noir et blanc

    Salut Bruno, Alors tu rempiles! Content d'avoir de tes nouvelles! Belle production martienne en août! Il faut dire aussi que la météo était assez propice pour les dessinateurs. Peux-tu nous en dire davantage sur ton site et les conditions d'observation? A + Patrice
  12. Trio du 8 septembre

    Salut Daniel Ah oui, très joli: hier c'était bon. Je me suis aussi régalé avec elles à 330x! Patrice
  13. Inspire-toi des cartes d'Alexandre Renou dans " Balade dans le ciel" p.75 !
  14. Yann Pothier propose ce mois-ci un objet très intéressant LkHα233 en page 86. Mais je suis désolé, moi je ne m'en sors pas avec les cartes de repérage, surtout les 2 et 3 où il n'y a aucun moyen d'identifier les étoiles ni les coordonnées.
  15. Merci Jean-Philippe pour le PDF ( pour l'instant, je suis encore dans la catégorie " purs visuels", mais plus très longtemps: je vais bientôt équiper mon dobson 500 d'un Bluetoooth Digital Setting Circles )! Pour ceux que le sujet intéresse, LkHα233 s'appelle aussi LBN 437 et DG 187 ( Dorschner-Gurtler) sur SkySafari, HH808 dans les Herbig-Haro et GN 22.32.5. Il se trouve également dans le Interstellarum Deep Sky Atlas à la page 16 sous DG 187 et dans le Interstellarum Deep Sky Guide en page 16 mais sans dessin de Uwe Glahn. Il rappelle un peu par sa forme la nébuleuse variable de Hubble NGC 2261 dans la Licorne, mais en plus faible. Un dessin de Uwe Glahn à 419x avec son T680 > http://www.deepsky-visuell.de/Zeichnungen/GN22_32_5.htm
  16. Dessins du Restefond au T1m de David

    Ah oui Fred j'approuve à 100%, non mais faut pas pousser > une tente non isolée à notre époque où on est déjà en plein bordel climatique... en plus celle du pape de l'optique!!!
  17. Dessins du Restefond au T1m de David

    Quel merveilleux spectacle tu nous offres encore Frédéric, c'est fabuleux! De la Vendée au Massif Central, de l'Afrique du Sud au Restefond, tu nous fais toujours rêver davantage, merci!
  18. Bonjour à toutes et à tous, Il y a trois ans, en septembre 2014, je m'envolais pour la première fois pour l'Afrique du Sud grâce à mon ami allemand Timm Klose. Timm avait parcouru les cinq continents au cours de sa carrière de cinéaste et il ne cessait de me dire qu'il avait trouvé en 2011 un des meilleurs ciels au monde pour des visualistes du ciel profond comme nous, un coin reculé du Stellaland dans la province North-West, au bord du désert du Kalahari. Il avait déniché là-bas une ferme d'élevage de bétail de 700 ha où le télescope dobson lowrider 500 qu'il avait construit était entreposé. Timm s'y rendait trois fois par an avec d'autres astrams pour des séjours d'observation de deux semaines entrecoupées d'un safari dans le Parc National du Pilanesberg. Rapidement, ce seul télescope ne suffit plus à satisfaire la demande croissante et un dobson 400 vint compléter le 500 en 2016, suivi en avril 2017 d'un tout nouveau dobson lowrider 400 F/4,5, que Timm a construit spécialement pour moi avec un miroir Meade magnifiquement retouché par Christian Busch à Karlsruhe. Pour les nouveaux astrams du forum, je précise que dans Out of Stellaland 7 je raconte mon séjour du 10 au 24 octobre 2017 à notre Stargate Farm en Afrique du Sud. J'y étais avec Timm, Dietmar et Peter. Un cinquième participant, un membre de mon club a dû renoncer au voyage à cause d'un petit souci de santé. Ce fut mon 7e voyage là-bas et le 16e pour Timm! Ce nouveau CROA s'inscrit dans la continuité de ceux que j'avais publiés sur les forums astro en 2014 et qui avaient rencontré un grand succès aussi bien en France qu'en Allemagne > http://www.astrosurf.com/topic/6771-out-of-stellaland-ou-le-murmure-des-joyaux-du-ciel-austral/ http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=123746 http://www.astrotreff.de/topic.asp?TOPIC_ID=172584 Comme toujours, nous avons tranquillement volé de nuit. Décollage à 22h de Francfort et atterrissage à 8h30 à Johannesbourg après avoir traversé toute l'Afrique du nord au sud. Notre fermier Hottie nous accueille à l'aéroport et nous présente Ela, une jeune fille allemande de 18 ans d'origine iranienne, qui fait un stage de 3 mois à la ferme comme jeune fille au pair. Nous embarquons dans le minibus VAG pour un trajet de 390 km jusqu'à la ferme. Nous faisons d'abord un détour chez Geosystems dans la banlieue de Johannesbourg pour prendre livraison d'un gros trépied que Dietmar avait commandé par internet pour ses jumelles Omegon 30x100 de 7kg. Nous faisons aussi une halte dans la ville universitaire de Potchefstroom où Heike et Laenita, les deux filles aînées de Hottie nous ont rejoints le temps du déjeuner. Toutes les deux font des études en astrophysique. La première termine sa 3e année et la seconde prépare un master. Nous arrivons à destination vers 16h30 sous un grand soleil et 30°C. C'est le début du printemps. La savane est desséchée, mais les arbres reverdissent, les oiseaux chantent et construisent les nids. Nous retrouvons nos bungalows et nos chambres et déballons rapidement nos bagages. Grâce à Dietmar, capitaine Lufthansa à la retraite, nous avons volé en business class avec une franchise de bagages de 2x32 kg en soute et 2x8 kg en cabine. Dans l'une de mes valises, dans un sac isotherme bourré de pains de glace, se cache un véritable trésor qui est aussi une grande première: j'ai emporté 3,5 kg d'authentiques fromages lorrains bio produits par ma petite-nièce Emilie à la ferme du Ritterwald, près de Sarrebourg: du brie, du munster et de la tomme qui sont restés tout frais durant ce voyage de 24h! C'est une sensation pour les Sud-Africains qui ne connaissaient pas du tout ces produits, mais aussi pour mes amis allemands qui s'en régaleront au cours des deux semaines de notre séjour. Dietmar a inventé une nouvelle recette: le munster avec des oignons coupés en tranches > ein Genuss! En entrant dans ma chambre, je revois avec plaisir sur les murs mes chères araignées Romeo et Juliette qui ont profité de mon absence de deux mois pour faire plein de petits. Là il faut que j'ouvre tout de suite une parenthèse à propos de ces araignées. Je n'ai jamais été très copain avec les araignées, mais je dois reconnaître que celles-ci sont le meilleur insecticide qui existe. En trois ans, je suis tout naturellement passé du stade 1 de l'appréhension envers ces bestioles au stade 3 de la bienveillance et de la reconnaissance pour services rendus, puisque je n'ai jamais de mouches ou de moustiques dans ma chambre, alors qu'à l'extérieur il nous arrive parfois d'être assaillis par ces envahisseurs. Comme moi, elles dorment le jour et sont actives la nuit, alors quand je vais me coucher, je leur demande de me dire bonne nuit! Juliette est très prude et respectueuse de l'homme: quand je prends une douche, elle est si plate malgré ses grossesses à répétition qu'elle réussit à se cacher derrière le carrelage à moins qu'elle n'ait une frousse bleue de l'eau, la question reste ouverte! Mais une chose est sûre: notre cerveau humain, pourtant capable de tant de prouesses technologiques, a certaines cases très mal faites du point de vue de la coexistence avec d'autres espèces animales! L'autre surprise à notre arrivée: il n'y avait que quatre chiens pour nous accueillir alors qu'ils étaient sept au printemps. Hottie nous raconta la mort tragique fin septembre de l'adorable Jack Russel Cindy qui avait flairé des suricates quelque part dans la savane. Elle avait commencé par creuser un tunnel au pied d'un gros rocher, puis il y eut une forte averse orageuse qui provoqua l'éboulement du tunnel et Cindy se retrouva coincée et étouffée sous le poids du rocher. Les fermiers Sarah et Hottie ne la retrouvèrent que deux jours plus tard. A 17h30, nous allons vite à la salle où sont rangés nos télescopes et nous sortons deux dobsons lowrider, le 500 de Timm et mon 400, pour que les miroirs soient à température pour notre première soirée d'observation. Le jour tombe vite, il fait plus frais. Nous observons avec plaisir le spectacle des deux coqs Napoléon et de Gaulle qui se disputent comme des chiffonniers à grands coups de becs pour avoir les meilleures places dans l'arbre où ils vont passer la nuit avec leur harem de poules. Nous dînons dehors à 18h. Hottie a grillé les légendaires côtes de boeuf de 700 g sur un feu de braises, une viande unique et savoureuse que même Peter le quasi végétarien sait apprécier! Nous assistons pendant ce temps à un coucher de soleil grandiose auquel nous aurons droit tous les soirs, suivi de l'apparition sur tout l'horizon opposé d'une large bande bleu profond de l'ombre de la Terre surmontée d'une seconde bande rose. Peter qui découvre cela pour la première fois est très ému tout comme nous qui ne nous en lassons jamais. Puis c'est l'instant magique, dans ce ciel encore bien clair, de l'allumage des premières étoiles qui apparaissent toujours dans l'ordre de leur luminosité: Canopus, Rigil Kentaurus, Vega, Saturne, Hadar, Altaïr, Antarès, Fomalhaut, Deneb, etc. Notre heure arrive, l'excitation de l'infini monte... 19h30: il fait vraiment nuit, Timm est impatient. Il faut dire qu'il a du ciel à rattraper puisqu'il avait très peu observé lors de notre séjour de juillet où tout le monde… sauf les deux Français… avait été touché par une virulente épidémie de grippe ( en juillet j'avais emmené mon premier astram français: Benoît de Strasbourg). Nous mettons nos habits chauds et rejoignons l'aire des télescopes avec nos lampes frontales rouges. Plus d'éclairage blanc pour nous à partir de ce moment-là pour adapter nos yeux à la vision nocturne. Nous disposons tous les atlas du ciel sur la grande table et nous mettons nos tablettes en twilight. Le ciel est noir d'encre, constellé d'innombrables étoiles mais ce qui frappe le plus c'est cette immense bande de la Voie Lactée, donc notre propre galaxie vue par la tranche, qui traverse le ciel d'un horizon à l'autre comme si quelqu'un avait renversé du lait là-haut. Pour l'anecdote, souvent au cours de nos 10 nuits d'astro, quand l'un d'entre nous allait d'un télescope à la table des atlas, il arrivait qu'il se trompât de prénom en s'adressant à son voisin parce qu'il ne l'avait pas reconnu dans le noir! Parfois, il nous arrive aussi de trébucher sur un chien couché là près de nous. Dietmar installe ses jumelles géantes 30x100 sur le trépied et nous invite tour à tour à venir voir telle ou telle région du ciel. C'est une autre façon de faire de l'astro en grand champ, très différente du travail au télescope. Vers 23h, Hottie arrive avec un plateau et nous sert un thé rooibos brûlant. Notre enthousiasme est grand malgré la fatigue du voyage, mais pas de ciel extrême pour ce premier soir: nous nous contentons de faire le tour du best-off du Scorpion, du Sagittaire, du Verseau et de la Grue, 47 Toucan et la Tarentule. En observant les galaxies géantes du Sculpteur et de la Baleine nous pensons aussitôt à Benoît, notre talentueux dessinateur de Strasbourg, qui passait des heures à les dessiner au mois de juillet. Nous pensions arrêter à minuit pour le premier soir, finalement nous tenons tout de même jusqu'à 1h. Le réveil est dur le lendemain matin, mais nous aimons ce rythme, c'est notre vie! Le petit-déjeuner est ponctuel à 9 h parce que les oeufs sur le plat et le lard grillé sont prêts! En entrée, un grand bol de yaourt avec des morceaux de fruits frais, suivi des oeufs, du lard, des tomates et des oignons, et la grande innovation du Français: les fromages lorrains d'Emilie! Puis on passe au sucré avec les tartines de confitures ou de beurre de cacahuètes. Sarah cuit tous les matins un grand pain. C'est le moment où nous partageons et comparons nos impressions sur les observations de la nuit et faisons déjà des plans pour la nuit à venir. Le soleil est radieux, le thermomètre monte, la vie est belle ici. Parfois nous retournons nous coucher une heure, mais le plus souvent nous faisons une longue sieste l'après-midi pour rattraper le sommeil perdu. Vers 11h, tout le monde y compris les chiens embarquent dans le pick-up et partent dans la savane pour voir si tout est OK du côté du bétail et des chevaux en liberté. Au retour, changement de véhicule, nous reprenons le minibus pour aller faire des courses en ville à Vryburg qui se trouve à 30 km de la ferme. Voici en gros la journée-type d'un astram à Stargate. Le vendredi nous sommes retournés à Vryburg pour assister à la vente aux enchères du bétail. Les éleveurs viennent avec de gros camions et déchargent les animaux qu'ils comptent vendre. Ces derniers sont présentés au public dans une grande salle où les acheteurs potentiels peuvent surenchérir le prix fixé au départ. Les vedettes sont évidemment les gros taureaux d'une tonne et demie, qui atteignent des prix élevés. Nous avons pour consigne de ne faire aucun signe de la main ni de la tête sinon nous pourrions nous retrouver nouveau propriétaire de l'un de ces mastodontes de viande: de quoi faire un barbecue géant avec tous les fermiers de la région! La ferme s'anime le week-end avec l'arrivée de nos étudiantes Heike et Laenita, de leur maman et de leur jeune soeur Inge accompagnée de sa copine Michaela qui n'attendaient que cette aubaine pour faire les 400 coups à la ferme et surtout dans l'eau! Le samedi, nous avons organisé une petite fête d'inauguration du jardin de roses de Sarah. En effet, pour accroître la capacité d'accueil de la ferme ( 6 personnes à l'heure actuelle), j'avais décidé en début d'année de sponsoriser l'aménagement d'une nouvelle chambre d'hôtes qui sera prête en avril 2018. Mais le terrain donnant sur cette chambre était occupé par les poules. J'avais donc demandé à Sarah et à Hottie de demander gentiment aux coqs Napoléon et de Gaulle de s'installer ailleurs pour que Sarah puisse en faire un jardin de roses plus accueillant pour les futurs locataires. Evidemment ces coqs teigneux et hargneux n'ont rien voulu entendre de l'honnête proposition et Hottie a résolu le problème avec un grillage de clôture! Donc en ce samedi 14 octobre eut lieu une petite cérémonie sympa avec comme toujours le drapeau de Lorraine, des discours et un cocktail sous le beau soleil du Stellaland. Le lendemain dimanche nous avons été invités à un dîner pique-nique dans la savane. La ferme fait 700 ha et quelque part dans la savane, il y a un très vieil arbre qui aurait plus de 700 ans, un kameeldoringboom ( = acacia erioloba) sous lequel Hottie aime à faire venir ses amis et ses visiteurs pour des soirées au milieu de nulle part. Les arbres y sont rares, c'est plein de buissons, de hautes herbes et d'épineux de toutes sortes avec par-ci par-là des trous de petite taille pour les terriers de suricates, un peu plus grands pour les iguanes et de près d'un mètre pour les tunnels des porcs-épics, d'oryctéropes ou de chacals. Au cours des siècles, la savane a déjà brûlé des dizaines de fois mais sa résistance au feu a fait que cet arbre aux racines extrêmement profondes a continué à se développer et trône maintenant majestueusement comme un roi de la savane. Soudain, au cours du repas, Sarah s'est aperçue que son jeune chien Bulli n'était plus là... Nous l'avons cherché et appelé en vain. Le lendemain, elle est retournée avec Ela et Hottie sur les lieux sans succès. Il faisait à nouveau très chaud, 33°C et nos fermiers étaient pessimistes quant à ses chances de survie: il n'y a pas d'eau dans la savane en dehors des points d'eau du bétail. En début d'après-midi tous furent mobilisés pour une battue systématique par secteurs autour du kameeldoringboom. Sous un soleil accablant, nous avons battu la savane dans tous les sens en appelant Bulli et en faisant quelques rencontres insolites: un serpent pour Timm, des iguanes pour Peter et pour moi, mais aucune trace de Bulli. Hottie pensait qu'il pouvait être tombé dans un grand trou ou avoir été attaqué et blessé par un animal. Vous saurez la suite de l'histoire en continuant à lire mon récit... Dès le début, nous avions prévu de faire une coupure, car c'est bien connu: c'est comme sur les bouteilles d'alcool, l'abus d'astro intensive peut entraîner certains troubles indésirables. En effet, à force de jongler avec les millions et les milliards d'années-lumière, la notion d'espace et de temps finit par devenir floue. Souvenez-vous de ce qu'écrivait Antoine de Saint-Exupéry quand le petit prince rencontra le businessman: " - Et que fais-tu de cinq cents millions d'étoiles? - Rien. Je les possède. - Et à quoi cela te sert-il de posséder les étoiles? - ça me sert à être riche. - Et à quoi cela te sert-il d'être riche? - A acheter d'autres étoiles, si quelqu'un en trouve." Donc la meilleure des pauses pour soigner l'abus d'astro, c'est de partir en safari! Ce que nous avons fait dès le lundi. Préparation du minibus, du ravitaillement et du matériel photo, petit paquetage et en route pour 350 km en direction du Botswana! Nous sommes arrivés à 17h30 à un petit hôtel où nous avons dîné et passé la nuit. Réveil réglé sur 4h45: ordre du chef Hottie pour être à l'entrée du Parc National du Pilanesberg à 6h. Encore un réveil difficile: franchement, c'est pas une vie tranquille l'Afrique du Sud! Le soleil n'est pas encore levé quand nous entrons dans le Parc, mais nous voyons rapidement nos premiers animaux: des girafes, des zèbres, des impalas et des springboks. Au premier point d'eau quelques hippopotames encore endormis soufflent nonchalamment de temps à autre par leurs naseaux. Tout est tranquille, personne ne vient les déranger, une nature originelle paisible où pourtant ne règne qu'une seule loi: celle du chasseur et de sa proie sans aucune intervention de l'homme. Des générations d'animaux se sont succédées dans ce parc et l'éléphant, le zèbre ou le rhinocéros qui voit passer un minibus avec des hommes, sait qu'il n'a rien à craindre d'eux et se laisse prendre en photo comme une star de cinéma! A 9 h nous faisons une halte dans un endroit protégé spécialement affecté aux touristes et nous prenons le petit-déjeuner. Puis suite du safari jusqu'à 14 h et retour à la ferme. Ce fut surtout la journée des rhinocéros: nous en avons vus deux douzaines et une grande famille d'éléphants nous a offert un beau spectacle en venant boire au bord du lac. Par contre pas de lions et nous avons raté un léopard de 5 mn! Le retour du safari fut épique. Nous avions à peine roulé 100 km que le voyant rouge de surchauffe s'alluma avec température à 130°C! Nous nous arrêtâmes dans une station-service et Hottie dut rajouter 3 l d'eau dans le moteur. Il pensait que c'était dû aux fortes chaleurs de l'après-midi quand nous roulions sur les pistes du Parc. Mais lorsque nous sommes arrivés à la ferme, il manquait à nouveau 3 l. Le lendemain, j'ai vite découvert qu'il y avait une belle fuite d'eau... au niveau de la roue arrière droite, ce qui, sur le coup, m'a laissé complètement perplexe car c'est le point le plus éloigné du moteur! Le gynécologue automobile a donc enfilé sa combinaison et s'est mis au travail ( cet attribut fait suite à une vieille querelle au sujet de LA voiture que les Français qualifient au féminin et DAS Auto qui est neutre chez les Allemands!). J'ai démonté la 3e rangée de sièges et toutes les garnitures intérieures pour découvrir que ce minibus était doté d'un groupe de chauffage-climatisation complémentaire logé au-dessus de la roue arrière droite et deux tuyaux d'arrivée-retour d'eau chaude venaient du moteur pour alimenter ce groupe de chauffage. Un clip de fixation de ces tuyaux avait lâché à cause des vibrations et la roue a frotté et percé l'un des tuyaux. Vous imaginez d'ici la rigolade qui a suivi: " Ja ja das ist deutsche Technik...!". J'ai fait une réparation de fortune garantie 5 ans avec un bout de tuyau plastique de plomberie et 2 colliers! Mesdames et messieurs les futurs passagers du minibus pour des safaris ou des excursions de 3000 km en Namibie, vous pouvez maintenant applaudir, la situation est sauve! La deuxième semaine fut plus intense en astro. Il faut dire aussi qu'avec Timm et Dietmar, nous étions à bonne école. Timm connaît le ciel austral mieux que quiconque et trouve très vite les objets cherchés (étoiles, nébuleuses, galaxies, amas, etc). Il a mémorisé dans sa tête la position de nombreux objets. Avec lui c'est une astro intense et sportive et le télescope chauffe toute la nuit! Tandis que Dietmar, plus calme, est le grand spécialiste du ciel extrême pour dénicher les objets introuvables ou à la limite visuelle de nos instruments. Grâce à lui nous avons trouvé et suivi Pluton et son déplacement sur 3 nuits, ce qui fut une première pour moi de même que la très faible galaxie Polarissima au pôle Sud. Idem pour le pulsar du Crabe M1 et le très difficile amas de galaxies Burbidge's Chain dans la Baleine. En octobre, nous avons aussi la chance d'avoir la constellation d'Orion au zénith en fin de nuit. C'est un autre grand moment de pouvoir observer à ce moment-là la grande Nébuleuse M42 et la fameuse Tête de Cheval, facile avec un filtre H-Beta. Je suis toujours ému quand j'ai la Tête de Cheval à l'oculaire, parce que je pense alors à la femme qui l'a découverte en 1888, Williamina Fleming, abandonnée à 21 ans par son mari alors qu'elle était enceinte. Elle travailla d'abord comme femme de ménage au Harvard College Observatory puis comme calculatrice chargée de répertorier 10 000 étoiles et payée un centime de l'heure. Pour moi, la Tête de Cheval appelée officiellement Barnard 33 devrait s'appeler la nébuleuse Fleming. Je ne vais pas citer ici les quelques 300 objets récoltés en 10 nuits à Stargate, mais je vous donne le lien du CROA de Timm sur Astrotreff + photos que vous pouvez copier coller dans Google Traduction pour le lire en français > http://www.astrotreff.de/topic.asp?TOPIC_ID=217009 Le seeing fut dans l'ensemble moyen, avec un peu de vent durant 3 nuits, mais un SQM jamais sous 21,7 et 3 nuits au maximum à 22,0 voire plus. Un mot aussi sur mon télescope dobson lowrider 400 F4,5 que Timm m'a construit l'hiver dernier, que nous avons inauguré en grandes pompes au sein de mon club POLARIS et que nous avons ramené à Stargate en avril. Il me l'a vraiment construit sur mesure, il est très maniable et je peux faire toutes mes observations en position assise, c'est un avantage considérable qui confère au télescope un grand confort d'utilisation. Comme sur mon dobson lowrider 500 à la maison, ce 400 est doté d'un telrad et d'un chercheur coudé redressé, il est vraiment pour moi le télescope d'une astro de la plénitude et de la sérénité. Parfois, quand je me retrouve seul à 3 ou 4h, pour clore en beauté ma longue nuit d'exploration, j'aime bien pointer une highlight du ciel austral comme l'amas globulaire 47 Tucanae ou la splendide galaxie Zorro NGC 1365 du Fourneau à 75 millions d'années-lumière. Je mets les écouteurs avec Koppången de Sissel Kyrkjebø et j'imagine alors que sur notre Terre les dinosaures régnaient depuis déjà 150 millions d'années mais n'étaient plus qu'à 10 millions d'années de leur extinction par la chute d'un gros astéroïde venu du ciel. L'instant est sublime, c'est toute la magie de l'infini. Le grand moment historique de ce séjour fut sans conteste le moment où Timm nous dit: " J'ai la Tour Eiffel dans l'oculaire". Comme, depuis des années, nous n'arrêtons pas de nous charrier entre Français et Allemands, cela va de l'invention de la roue ou du feu au moteur diesel, du fromage au bikini en passant par le vin et la relativité ( j'ai dressé une liste des 15 inventions françaises qui ont changé le cours de l'humanité à l'intention de mes amis allemands et sud-africains), j'ai aussitôt répliqué à Timm qu'il avait bu un coup de trop! Mais il répéta: " Si je vous dis que je vois la Tour Eiffel dans mon télescope...". Dietmar et Peter ont quitté leurs jumelles, moi mon télescope et nous sommes allés chez Timm. " Komm und guck" me dit Timm... Je n'en crus pas mes yeux: en fouinant quelque part près du nuage sombre du Sagittaire, il était effectivement tombé sur un astérisme d'étoiles qui avait la forme de la Tour Eiffel! Comme cet objet était totalement inconnu de nous tous, l'agitation fut grande. Nous eûmes beau chercher dans tous nos logiciels du ciel et nos atlas, personne ne mentionnait d'astérisme à cet endroit. Nous allons continuer nos recherches dans ce sens et Timm a peut-être vraiment fait une découverte qui mériterait de porter son nom. Evidemment cet événement majeur nous donna l'occasion d'ouvrir une bonne bouteille de vin sud-africain et de trinquer à la gloire de Timm, de la Tour Eiffel, de Galilée et de Copernic, du Petit Prince, de Saint-Exupéry et de l'astro éternelle! Le samedi suivant nous avons fêté deux anniversaires en présence d'une quinzaine d'invités : les 30 ans de Sarah et les 18 ans de Ela. Un succulent cochon à la broche a régalé notre joyeuse troupe et la soirée s'est évidemment terminée sur la plateforme astro où nous avons émerveillé les convives et leurs enfants en leur montrant les secrets de leur ciel. Avant que la moitié d'entre vous ne finisse par s'endormir sur mon récit, je tiens à vous donner la fin de l'histoire de Bulli. Le lendemain dimanche, après une fugue de 8 jours, Peter a vu un chien brun entrant dans la ferme: c'était Bulli, très amaigri et épuisé, mais sain et sauf sans blessure. Sarah tomba en pleurs et tout le monde fut soulagé. Hottie suppose qu'il avait flairé un animal et s'était perdu, mais il a dû en faire des kilomètres en huit jours. Quel apprentissage de la vie pour ce petit chien sans expérience dans un milieu si hostile! Quelques infos complémentaires, si certains parmi vous étaient intéressés pour un séjour à la ferme, qui propose en plus de l'astro la pratique de l'équitation, les safaris et les excursions (Namibie, mines de diamant à Kimberley, ferme à lions, etc: renseignements sur " Savannah Suntours.com" ou Facebook). Comme vous avez pu le découvrir dans mon récit, le cadre et le confort sont certes rustiques mais on ne manque de rien. La cuisine est excellente, il y a de l'eau chaude solaire à volonté, il y a le Wifi parfois capricieux, un grand réservoir d'eau avec des carpes koï et les chiens sont adorables. Nous vivons dans une ambiance conviviale et chaleureuse et participons beaucoup à la vie de la ferme. L'afrikaans est la langue du Stellaland, mais à la ferme nous parlons en allemand, et en anglais en ville ou lors des excursions. L'accessoire indispensable sont les boules Quies à cause des coqs Napoléon et de Gaulle qui commencent à chanter dès 4h du matin. Quand on est en observation, ce n'est pas un problème, mais si l'on dort, on a eu juste envie de leur tordre le cou! Attention à l'inversion des saisons: juillet est le mois le plus froid ( moyenne 12°C, mini -6°C, maxi + 29°C) et janvier le plus chaud ( moyenne +26°C, maxi +45°C). L'astro y est possible aux nouvelles lunes de mars à octobre avec une bonne garantie de ciel optimal. Il va de soi que si vous envisagez un séjour sans astro, rien ne vous empêche d'y aller dans les périodes de Pleine Lune! A l'heure où je vous écris, 35 personnes sont inscrites pour 2018 et 5 autres hésitent encore. Le mois de juin est encore libre. Pour résumer, nous proposons donc 3 dobsons à la location: un 400 classique F/4,5 avec PO à 1,80 m, un KBLT 400 F/4,5 lowrider avec PO à 1,60 m permettant d'observer en position assise ( 18 € par nuit), un 500 lowrider avec PO à 1,80 m ( 25 € par nuit), une monture Losmandy G11 sur pied colonne pour les astrophotographes. Timm a entrepris la construction d'un dobson lowrider 708 avec un miroir de 15,7 kg et collimation électrique télécommandée qui pèsera en tout entre 36 et 37 kg. J'ouvrirai un fil spécifique dans Astro Pratique, mais en attendant vous pouvez suivre les premières étapes de la construction sur Astrotreff > http://www.astrotreff.de/topic.asp?TOPIC_ID=218617 http://www.astrotreff.de/topic.asp?TOPIC_ID=219344 Vous pouvez aussi explorer le site de Timm qui contient énormément d'infos sur les instruments qu'il a construits comme sur ses voyages. http://www.klosevideo.de/13801.html Voici les prix à titre indicatif: - vol Lufthansa Francfort - Johannesbourg en classe Economy réservé 3 ou 4 mois à l'avance = 685 € - transfert aéroport - ferme = 67 € si 4 personnes - séjour demi-pension 10j. x 40€ = 400 € - option safari 2 j. au Pilanesberg = 267 € - train Sarrebruck Francfort = 52 € soit au total 1471 € ou 1244 € sans le safari Quand Antoine de Saint-Exupéry a écrit le Petit Prince en 1943, il ne pouvait pas encore savoir que les éléments lourds ( carbone, métaux) dont notre corps est composé ont été forgés il y a bien longtemps quelque part dans l'univers lors de l'explosion d'une étoile massive en supernova avec une température de plusieurs centaines de millions de degrés. Mais je me dis parfois qu'il a dû le deviner pour écrire un si beau livre comme le Petit Prince où toute la beauté du ciel nocturne est dite en phrases simples que même un enfant comprendra. C'est ce dialogue direct avec l'univers et l'infini qui fait de nous astronomes des grands enfants trop curieux de découvrir les merveilles qu'il renferme. Je le vois bien avec Timm, qui a découvert Saturne et Jupiter avec son père quand il avait 5 ans, et qui, à 75 ans, trépigne d'impatience les premières nuits d'astro à Stargate. Sa phrase préférée est celle-ci: " Jetzt schau mal da wie schön, es macht einfach Spass!". Des gosses, je vous dis... que des grands gosses...! Il faut nous entendre quand nous avons par exemple l'empereur de tous les amas globulaires à l'oculaire, Omega du Centaure, avec ses 10 millions d'étoiles : " Wow... toll... Wahnsinn... unglaublich... das ist der Hammer!". Dans ces moments là flotte comme un parfum d'éternité et la petite poussière d'étoile que je suis, qui pense et qui respire, se sent voyager à l'infini comme une plume au coeur de notre univers magnifique. Selon la formule consacrée, je vois que j'ai encore abusé de votre précieux temps et je demande donc pardon à vos conjoints, à vos familles, à vos amis! Pour récompenser votre patience, je vous propose maintenant une compilation de 222 photos de mes 3 voyages de cette année > https://drive.google.com/drive/folders/0B-2bPXH9Vt6tZXYxeXlEcjhWZjQ?usp=sharing Ne soyez pas choqués quand vous verrez une photo avec deux mecs qui chantent: ce n'est que Benoît et moi-même qui chantons la Marseillaise le 14 juillet! Et pour ceux qui ne les connaissent pas encore, les 4 films réalisés par Timm sur YouTube ( vos commentaires y seront les bienvenus!). - Eine Astrofarm in Südafrika:Stargate-Farm > https://www.youtube.com/watch?v=GnoFAAqehng&t=66s - Pilanesberg-Park Safari > https://www.youtube.com/watch?v=3ejYrwKES2M&t=41s - Kgalagadi Transfrontier Park > https://www.youtube.com/watch?v=1Qpltl_Nn2I&t=36s - Pilanesberg Safari 2016 > https://www.youtube.com/watch?v=3_k_dY71FGM&t=48s Portez-vous bien et bonne année 2018 ! Patrice S. Les photos sont de Timm Klose, Peter Scholz, Benoît Zeller, Ullrich Beinert, Rainer Burzynski, Dietmar Sellner et moi-même.
  19. Un Mars du Restefond avec seeing sympa

    Et il faudra que tu y retournes pour l'opposition le week-end du 17 octobre...!!
  20. Un Mars du Restefond avec seeing sympa

    Ah c'est vraiment magnifique Frédéric! Le rendu de la calotte et des Monts Mitchell est particulièrement impressionnant, bravo!
  21. Sûr que tu as dû faire de beaux rêves artezien... Alors, pour ce soir, je te propose la suite où il y a nettement plus d'action!! > http://www.astrosurf.com/topic/116480-out-of-stellaland-7-est-enfin-sorti/
  22. Salut à toutes et à tous,Installez-vous confortablement dans votre siège, prévoyez quelque ravitaillement de survie car votre soirée risque d'être longue, très longue…, j'ai enfin trouvé le temps de rédiger le CROA complet ( Compte Rendu d'Observation Astronomique pour les non-initiés) de mon fabuleux séjour astro de 10 jours à la nouvelle lune de septembre à Klipfontein Ranch en Afrique du Sud avec mon ami Timm Klose.Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, une rapide présentation de Timm s'impose. C'est un monsieur que j'ai appris à connaître en 2003-2004 en lisant les forums allemands d'astronomie dans lesquels il présentait ses derniers bricolages en matière de construction de télescopes du type dobson lowrider. Timm a suivi une formation de photographe et de cameraman aux studios Bavaria à Munich et tourna une soixantaine de films. Puis il s'est mis à son compte en tant que producteur de films et de vidéos pour l'industrie. Depuis qu'il est à la retraite, Timm et son épouse résident plus souvent dans la région de Valence en Espagne où ils profitent à la fois de la douceur du climat et d'un plus grand nombre de nuits claires propices à l'astro qu'en Allemagne. Les rapports d'observations qu'il envoyait d'Espagne ou des Alpes autrichiennes avaient toujours grand succès pour leur précision et leur richesse. Il me fait parfois penser à notre héros Obélix qui était tombé dans la marmite quand il était petit: pour Timm l'astronomie a débuté à l'âge de 5 ans quand son père lui a montré Saturne pour la première fois avec des jumelles. A 10 ans il a bricolé sa première lunette avec des verres de lunette, à 20 ans il taillait son premier miroir de télescope. Quelques années plus tard il construisit son premier Newton 300 avec un miroir en Zerodur. Au début des années 2000, Timm commença à fabriquer des dobsons d'abord en bois puis en alu. Ses dons de bricoleur et son esprit créatif l'ont amené à imaginer et à construire toutes sortes d'instruments faits maison que vous pouvez voir sur son site > http://www.klosevideo.de/13837.html Au fil du temps, les ciels boréaux n'eurent plus de secret pour lui et l'Espagne lui fit ressentir une soudaine envie de ciels austraux. Mais l'accès au ciel austral entraîne deux conséquences importantes pour tout astronome: le vol en avion et la contrainte du poids des bagages avec ce terrible dilemme de la taille du télescope: plus il est gros, plus on voit de choses mais devient alors lourd voire intransportable. Par la force des choses Timm s'est mis à construire des dobsons de plus en plus légers et optimisés pour le transport sans risques dans une soute d'avion. A titre de comparaison mon 500 qu'il avait construit en 2004 pesait 39 kg dont 14,5 kg pour le miroir primaire tandis que son dernier-né du début de cette année, un 530 qui vous avait été présenté au mois de juin, ne pesait plus que 25 kg avec un miroir de 9,9 kg > http://www.astrosurf.com/ubb/Forum2/HTML/040476.html De 2007 à 2010 Timm s'est rendu à quatre reprises en Namibie dont deux fois accompagné de Roland Herrmann, son maître-tailleur, qui réalise les optiques de ses télescopes depuis 2004. Mais les prix ont beaucoup augmenté en Namibie durant cette période. Timm s'est lancé dans la recherche d'un nouveau site austral dans le pays voisin, l'Afrique du Sud et a trouvé Klipfontein Ranch qui se situe à 30 km de Vryburg dans le nord du pays près de la frontière du Botswana et du désert du Kalahari sur un haut-plateau à 1300 m d'altitude. Au XIXe siècle cette région s'était associée au Goshen voisin pour former les Etats-Unis du Stellaland mais cette indépendance fut de courte durée et l'armée britannique y mit un terme en 1885. Le Stellaland fut appelé ainsi à cause d'une comète qui y avait été observée. Timm se rendit donc une première fois à Klipfontein Ranch en 2011 avec un dobson 450 et en repartit enthousiasmé aussi bien par la qualité du ciel que par l'accueil chaleureux des propriétaires la famille Hottie Oberholzer. Au Stellaland on parle l'afrikaans mais les Oberholzer parlent aussi l'allemand et l'anglais. Il y retourna avec d'autres astrams allemands en 2012, 2013 et, en juin dernier, ils emmenèrent l'excellent dobson 500 de 23 kg que Timm avait construit fin 2009 et le laissèrent sur place. Ce télescope peut désormais être loué par tout astram venant séjourner à la ferme pour une somme modique. Notre Airbus A380 a décollé de Francfort à 22h30. Le repas est servi peu après, puis les centaines de passagers s'endorment tout naturellement ou regardent un film sur la vidéo intégrée au dossier du siège devant eux. Notre énorme oiseau volant s'est posé comme une plume à Johannesbourg à 9h du matin, nous avons récupéré nos bagages et retrouvé Hottie qui nous attendait avec son minibus climatisé. Plus que 380 km et nous y serons! C'est une excellente chose que Hottie vienne nous chercher directement à l'aéroport, car je n'aurais aucune envie de rouler ici: ils ont le volant à droite, roulent à gauche comme les Anglais sur des autoroutes à deux fois quatre voies et il y a des radars partout. Le plus curieux ce sont les intersections à 4 stops que nous ne connaissons pas du tout en France. Il s’agit d’un carrefour où trois à quatre rues ont un panneau de stop. Dans ce cas le premier qui arrive et qui s'arrête au stop, repart le premier! S'il y a une file de voitures, ce n’est pas la file entière qui peut passer: chacun doit s’arrêter à son tour et le processus se répète pour chaque voiture. Bref, il est très rassurant dans ces conditions de pouvoir compter sur un pilote chevronné et expérimenté comme Hottie! Dès la sortie de la banlieue de Johannesbourg puis de Soweto, nous voyons les premières immenses mines d'or ou de diamant reconnaissables de loin à leurs gigantesques terrils: elles se succéderont sur plus de 200 km. Nous faisons une pause déjeuner dans un restaurant. Les autoroutes ont laissé la place à des routes nationales toutes droites à perte de vue et aussi plus cahotiques. Le paysage devient progressivement aride et jaune, on voit de suite qu'il n'y a pas plu depuis bien longtemps. Les agglomérations se font plus rares, nous sommes maintenant au Stellaland avec ses fermes d'élevage de bétail qui s'étendent sur des centaines de hectares. Il est 17h quand nous voyons enfin le panneau "Klipfontein Ranch Oberholzer". Un chemin de terre s'étire sur un kilomètre et nous mène à la ferme, les cinq chiens viennent nous faire la fête. Sarah et toute la famille Oberholzer nous accueillent dans leur salon autour d'un bon café. Il fait encore 23°, nous emménageons dans notre bungalow Rondavel à décoration zouloue, le soleil couchant devient flamboyant et laisse augurer un ciel terrible pour ce soir. Evidemment le confort d'ensemble est rustique, mais nous convient parfaitement avec un rapport qualité-prix imbattable. Un second bungalow Cactus Cottage peut accueillir trois personnes. La salle de séjour où nous prenons les petits-déjeuners et où nous entreposons tout notre matériel. C'est ici que nous venons la nuit pour faire une petite pause en dégustant un petit vin sud-africain au coin de la cheminée. Timm, l'habitué des lieux, a vite rangé toutes ses affaires et installe déjà le télescope. Hottie prépare un grand feu et fait griller les légendaires côtes de bœuf dont Timm et ses amis parlaient depuis des années sur Astrotreff avec des photos à faire saliver tous les carnivores! Bien entendu au Stellaland on dîne à la belle étoile ( je n'allais tout de même pas la louper celle-là…!) dans une chaude ambiance toute familiale. Toutefois nous ne nous attardons pas, nos hôtes savent par expérience que tout nouvel arrivant même fatigué par le voyage n'a qu'une hâte: rejoindre le site d'observation et plonger dans le ciel. La température baisse rapidement, après tout c'est encore l'hiver pendant 3 jours, et nous revêtons nos tenues grand frais. Vers 19h il fait assez sombre et c'est l'heure du grand choc pour moi. Je découvre pour la première fois le ciel austral avec une Voie Lactée au zénith qui traverse le ciel d'un horizon à l'autre. C'est un spectacle grandiose qui laisse pantois. Cette Voie Lactée qui est notre maison est là, majestueuse, puissante, dominante, elle coupe le ciel en deux parties avec le Scorpion et le Sagittaire qui trônent là-haut pile au-dessus de nous. Avec ce Sagittaire et sa forme caractéristique de théière, j'ai l'impression d'être sous une douche qui me verse un bon thé parfumé sur la tête. Le Scorpion n'est pas moins spectaculaire et représente bien cet animal que nous voyons toujours si bas dans notre pays. Ces deux constellations sont d'une clarté et d'une richesse incroyables: ça grouille de partout. La Pipe, la Lagune, la Trifide, l'Aigle, Oméga, les amas M6, 7, 22, 23, 25 et d'autres encore sautent aux yeux et viennent enrichir encore cette région centrale de notre galaxie. Je regarde M6 et je me dis que le trou noir qui sert de super turbo à notre galaxie se trouve là juste à côté, à 26 000 années-lumière. Notre Voie Lactée vue de Klipfontein Le deuxième choc psychologique suit aussitôt. Je suis perdu dans ce ciel austral, je n'y retrouve plus rien, tout est à l'envers, c'est terrible…! Cygne, Lyre, Scorpion, Pégase, Capricorne, Verseau, toutes ces constellations que je connaissais si bien dans l'hémisphère nord se retrouvent avec les pieds en haut ou la tête en bas et je ne parle pas des constellations australes que je ne connais pas du tout même si je les ai un peu étudiées avant le départ. A cet instant précis je me demande vraiment sur quelle planète j'ai atterri! Où restes-tu Petit Prince de Saint-Exupéry? Viens à mon aide! Je suis comme l'aviateur tombé en panne au beau milieu du désert… " – Tu regarderas la nuit, les étoiles. C'est trop petit chez moi pour que je te montre où se trouve la mienne. C'est mieux comme ça. Mon étoile, ça sera pour toi une des étoiles. Alors, toutes les étoiles, tu aimeras les regarder… Elles seront toutes tes amies. Et puis je vais te faire un cadeau…"Extrait du Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry Mais j'ai la chance de ne pas être seul puisque j'ai à mes côtés le meilleur professeur ès ciel austral que l'on puisse imaginer. Timm a tout le ciel dans sa tête et ça fonctionne en GoTo accéléré. Il a prévu de me faire faire ce soir un tour d'ensemble de tous les objets-vedettes: son 500 va chauffer sec! Quelques mots sur notre équipement. Le télescope est donc un dobson lowrider F/4 avec l'oculaire à 1,70m. Il est équipé d'un Telrad, d'un chercheur 8x50 coudé redressé et d'un tiroir avec les filtres UHC, OIII et H-Beta. La chaise astro en alu est très fonctionnelle et maniable. Notre panoplie chirurgicale pour opérer à ciel ouvert: Ethos 4,7 – 6 – 8 – 13 – 17 – 21, Nagler 3,5 et Explore Scientific 24. Le festival démarre fort avec l'insolent amas Omega Centauri et ses 10 millions d'étoiles qui fait le triple de M13: il occupe tout le champ de l'Ethos 17, bien résolu avec une dominante jaune pâle. Puis, avec l'Ethos 13, il me montre une ribambelle d'amas globulaires plus petits dans le Scorpion et le Sagittaire: NGC 6441, M7, NGC 6453, M4, M62, M80, M19, M9, M107, M10, M12, M22, M54, M28, M69 et M70; ils ont chacun leurs caractéristiques propres. Timm cherche ensuite un objet beaucoup plus difficile: l'AG Palomar 15 mag 15 dans Ophiucus. Il va vite jeter un œil sur les cartes et se remémore le plan du starhopping pour le trouver. Il le trouve: c'est effectivement un objet très difficile et faible. Toujours dans le Sagittaire nous passons aux amas NGC 6558 et 6569 qui entrent tout juste dans le champ de l'Ethos 21, puis à la galaxie de Barnard et la NP NGC 6818 Little Gem toute verte. Nous nous attardons longuement sur les merveilleuses M8 et M20 en faisant varier les grossissements et les filtres pour faire ressortir plus de détails. La nébuleuse Oméga M17 est splendide avec l'OIII. Sur M16 la nébuleuse de l'Aigle nous distinguons facilement les fameux Piliers de la Création. Nous observons depuis plus de 3h. Une ombre furtive se dessine dans l'obscurité, nous entendons quelqu'un venir. Cela pourrait être l'un des chiens qui aiment à nous tenir compagnie: Trumpy, Snoopy, Nevies ou Max. Il fait si sombre qu'on ne voit la personne qu'au dernier moment quand elle approche. C'est Hottie qui nous apporte un thé brûlant. Nous nous asseyons pour faire une pause et jouissons en silence de ce moment de pur bonheur sous cette voûte céleste grandiose et envoûtante. La douce mélodie de " Vitae Lux" de Sissel me traverse l'esprit, tandis que mes yeux s'émerveillent inlassablement de tous ces joyaux célestes... Timm débusque ensuite quelques petites NP minuscules: Shapley 1, NGC 6302 légèrement verdâtre, la très spéciale NGC 6337 qui est ronde avec une rangée de faibles étoiles à l'intérieur. Au fil des heures la Voie Lactée glisse vers le nord-ouest. Il est temps à présent de passer aux grandes galaxies australes NGC 55, 247, 300 et 253 dans le Sculpteur. Elles sont toutes plus splendides les unes que les autres. Pour la faune sauvage de la savane, minuit sonne l'heure du crime. C'est l'heure de la chasse pour tous les prédateurs nocturnes et les oiseaux de proie qui ont un besoin vital de nourriture pour eux-mêmes et pour leur progéniture. Nous entendons par-ci par-là des bruits et des cris de chouettes. Soudain une meute de chacals se met à hurler dans la nuit tranquille. Ils approchent et sentent la présence du gibier potentiel que sont les volailles de la ferme. Mais les cinq chiens veillent et lancent l'alerte jusqu'à ce que le calme revienne. Nevies, le redoutable chasseur husky, est sans doute aussi de sortie. Le Petit Nuage de Magellan, galaxie satellite de la Voie Lactée à 197 000 a.-l., et l'amas globulaire 47 Tucanae à 15 000 a.-l. Il est 1h30, la fatigue du voyage se fait vraiment sentir à présent. Nous terminons cette première soirée d'observation avec deux merveilles: l'énorme amas 47 Toucan et la nébuleuse NGC 7293 qui est au zénith dans le Verseau, très grosse dans l'Ethos 21, mais c'est surtout la première fois que je décèle un soupçon de couleurs sur Hélix. Timm me montre aussi une minuscule galaxie à l'intérieur de la nébuleuse: 2MASX J22290968-2047179 de magnitude 16! Nous arrêtons là notre premier marathon d'observation et allons nous coucher la tête pleine d'images inoubliables. Le lendemain matin, les chants des coqs me réveillent dès 6h. Tiens! Les coqs sud-africains chantent en français: " cocorico"…! Ils sont deux, un blanc et un multicolore. Le blanc, en maître absolu de son harem de poules, fait plusieurs fois le tour de la ferme et se fait un malin plaisir de venir chanter juste devant notre bungalow. Pour le plus grand plaisir de nos hôtes, je les appellerai dorénavant De Gaulle et Napoléon! De Gaulle récidivera les matins suivants mais j'aurai désormais des boules Quies dans mes oreilles. Lever à 8h30 puis petit-déjeuner en famille à 9h précises : œufs sur le plat, lard grillé, fromage, fruits, confitures nous attendent, de quoi rassasier les ventres creux! Le soleil monte vite et la température aussi: nous aurons 27-28°C presque tous les jours. Nos journées se passent au rythme de la vie de la ferme. Au printemps, Hottie avait trouvé dans la savane deux jeunes suricates orphelins qui sont devenus les vedettes de la ferme sauf pour les chiens assez jaloux de ces intrus sauvages et espiègles! Un tisserin à tête rousse mâle ( Ploceus velatus) construit inlassablement des nids pour ses femelles qui se montrent souvent très difficiles au moment du choix final de leur future résidence! Le ranch est immense, 700 ha, et le plus proche voisin se trouve à 6 km. Le matin nous accompagnons Hottie dans la savane pour sa tournée d'inspection du bétail ou en ville à Vryburg distante de 30 km pour y faire des achats. L'heure de la sieste sous la bonne garde tantôt des chiens tantôt des suricates qui ne se gênaient pas de venir me gratouiller! Sur les 10 nuits, 8 seront claires et sans vent avec un seeing moyen mais jamais parfait, une avec des nuages et un peu de vent. Le SQM ne fut jamais plus bas que 21,6, le plus souvent autour de 21,7 - 21,8. Une nuit il est monté au maximum à 22,02! Timm a alors refait 2 mesures: 21,92 et 21,93, soit une moyenne de 21,95! Nous avions deux tactiques d'observations: tantôt en première partie de nuit jusqu'à 2h, tantôt en seconde partie de nuit de 2h à l'aube; nous nous couchions à 20h et mettions le réveil sur 2h. Cela nous a permis de faire vraiment le tour de tout ce que peut offrir le ciel austral en fin d'hiver. Il m'est impossible de citer ici de façon exhaustive les centaines d'objets que nous avons vus. Je retiendrai donc surtout les moments forts comme la NP spiralée NGC 5189 dans la Mouche, la galaxie NGC 1365 du Fourneau en forme de Z comme Zorro, la belle spirale NGC 7424 dans la Grue, le si spectaculaire amas de galaxies du Fourneau qui offre 15 galaxies dans le champ de l'Ethos 21, l'énorme Grand Nuage de Magellan d'une richesse inouïe qui contient à lui seul plus de 500 objets dont la fameuse nébuleuse de la Tarentule qui est, pour moi, le plus bel objet des deux ciels austral et boréal. Nous ne nous sommes pas privés non plus d'observer quelques constellations boréales bien hautes dans le ciel en fin de nuit comme la Baleine, le Lièvre, Eridan, la Licorne et surtout Orion presque au zénith dans laquelle j'ai enfin vu pour la première fois B33, la Tête de Cheval avec le filtre H-Beta. Un soir, j'ai réservé une surprise à Hottie et à Sarah venus nous tenir compagnie. Puisque nous étions au pays de l'or, des diamants et autres pierres précieuses, je leur avais concocté une balade céleste bien colorée que j'ai commencée avec le rubis T LYR, l'étoile la plus rouge du ciel avec R LEP, puis la NP NGC 6572 OPH verte comme une émeraude. Ensuite je leur ai montré la grande rivière de bijoux de couleurs qu'est le Scorpion avec les deux diamants bleus Shaula et Lesath du dard de la queue, Theta SCO Sargas une double bien dorée, le magnifique amas d'une vingtaine de petits brillants NGC 6231 qui se trouve près de Zeta SCO et enfin Mu 1 et 2 deux fins diamants bleus qui font la jonction de la queue avec le corps de l'animal. Un peu plus haut, Mars et Antarès illuminaient fortement le centre de la constellation de leur couleur orangée. Retour à l'or avec Wei Epsilon SCO. Nous avons terminé cette belle promenade avec les étoiles blanc bleuté des pinces: Al Niyat Sigma SCO, Dschubba Delta SCO, Akrab Beta SCO et les mignonnes Omega 1 et 2. La nébuleuse IC 4604 Rho Ophiuchi En résumé, pouvoir observer le ciel austral soir après soir dans de si bonnes conditions et dans un si bon télescope procure une satisfaction et une joie immenses. Je réalise très vite qu'il faudra revenir souvent et à toutes les saisons pour appréhender toutes ces richesses.Timm et moi étions convenus dès le début de faire une coupure avec un safari de deux jours. Hottie nous a proposé celui du Parc National du Pilanesberg à 330 km de là. Le mardi 23 septembre, nous avons donc repris la route avec Hottie et Sarah en direction du nord-est vers le Botswana. Sur notre route nous avons vu la plus grande mine de platine du monde. Nous avons passé une nuit dans un hôtel aux abords du Parc et nous sommes levés de bonne heure afin d'avoir les meilleures chances d'apercevoir des animaux le lendemain matin. Nous étions à peine entrés dans le Parc que nous avons aperçu une famille de lions et la chance fut avec nous tout au long de la journée. Même Hottie, qui fait des safaris depuis bien des années, reconnut qu'il avait rarement vu autant d"animaux. Je lui dis qu'ils étaient trop curieux ce jour-là de voir à quoi pouvait bien ressembler un Français! Je vous en propose quelques uns. Plus curieux qu'elle on ne fait pas! De retour au ranch de Klipfontein, nous avons repris nos activités normales de jeux, de longues siestes, de joyeuses parties de grillades et de nuits astro. Nevies et Trumpy à la chasse dans la savane Conjonction Lune ( croissant en forme de barque) – Mercure ( petit point à gauche) Une très belle soirée chez Frikkie un farmer voisin. Notez bien les taches de notre étoile ce jour-là et vous pourrez les comparer avec les images faites le même jour par skywatcher ( Daniel) à Petit-Ebersviller en Moselle à plus de 10 000 km de là! http://www.astrosurf.com/ubb/Forum3/HTML/041833.html Nous voilà arrivés à la fin de ce périple mémorable. Pour le retour à Francfort, notre commandant de bord effectuait son dernier vol après 35 années de service! Vous aurez bien sûr deviné que les plus belles photos sont de Maître Timm et les moins belles de moi. Les photos du ciel nocturne ont été prises en juin par Ulrich avec le AstroTrac Canon 5D et par Rainer avec le NanoTracker / Canon D6. Outre l'astronomie et les safaris, Klipfontein Ranch propose aussi l'équitation. A titre d'information, ce voyage ne revient pas excessivement cher: 1300 € tout compris avec un vol en classe Economy, le transfert ( 230 €), l'hébergement ( 40 € par jour) et la location du télescope ( 14 € par jour). Voici leur site sur lequel vous trouverez tous les renseignements > http://savannahsuntours.oyla.de/cgi-bin/hpm_homepage.cgi Les filés d'étoiles sont toujours aussi magiques. Si vous voulez avoir d'autres informations, vous pouvez m'écrire à " sprastaban(arobase)cegetel.net ". J'espère que ce voyage vous a été agréable, vous pouvez à présent reprendre une vie normale en cette veille des fêtes que je vous souhaite à toutes et à tous les plus joyeuses!
  23. C'est encore une fois très réussi, bravo Daniel! Je suis impressionné par ta maîtrise du processus qui semble a priori si facile pour le lecteur, mais qui demande en fait une extrême précision pour parvenir à un résultat aussi esthétique! A + Patrice
  24. Sans oublier que RS est une variable qui pulse de +6,5 à + 9,5 sur 417j, donc là tu l'as choppée presque à son éclat maxi !