Masmich

Membre
  • Compteur de contenus

    548
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

174 Bonne réputation

2 abonnés

À propos de Masmich

  • Rang
    Membre actif

Informations personnelles

  • Instruments
    L80/600ED- L120/900ED - T150/750 - C8
  1. astrophoto avec APN ou bridge (suite)

    Bonjour, J'ai pratiqué ça pour le fun par le passé et j'ai un copain astram qui l'a aussi pratiqué jusqu'à assez récemment, voici le retour d'expérience : Pour quelqu'un qui ne dispose pas d'un APN à objectif amovible, le montage en afocal (digiscopie) en astro peut se pratiquer : - pour le planétaire/lunaire, principalement en mode vidéo. C'est un bon premier contact avec ce domaine et les résultats sont tout à fait honnêtes. - pour le ciel profond, mais c'est un pis-aller qui permet simplement de s'initier sur les objets les plus brillants et pas trop étendus. Dans les deux cas les oculaires à utiliser et le facteur de zoom à appliquer sont différents, et tout ça dépend bien sûr de l'instrument principal. Il faut faire différents essais de jour sur une cible lointaine et bien noter, en fonction de la qualité des photos (champ net, vignetage) les meilleures combinaisons "oculaire/facteur de zoom" obtenues, puis appliquer ça sur le ciel. Il est très important que : > l'objectif photo soit bien centré avec l'oculaire. > l'objectif photo soit bien aligné avec l'oculaire (c'est pas la même chose que ci-dessus). > l'objectif photo soit très près de l'oculaire. > que le montage soit rigide. Ci-dessous un exemple de montage d'un Bridge Canon sur un C8 (c'est ce que j'utilisais). MM
  2. quelle focale pour une lunette guide?

    Bonjour, je viens de parcourir avec intérêt cette discussion, j' y ai retrouvé nombre d'interrogations classiques et des réponses fort pertinentes, je vais essayer de synthétiser tout ça (donc redire, pour les confirmer, des choses déjà dites par d'autres) en apportant quelques infos complémentaires issues d'une très longue pratique : NB : perso j'opère avec un C8 sur HEQ5, un réducteur f6.3, un flip-mirror, un 450D, une lunette-guide 80/400, mais j'ai guidé par le passé, sans soucis, avec un chercheur 50/200, une caméra I-Nova PLC-M et PHD 2. Donc : - une HEQ5 correctement réglée (jeux axiaux et radiaux) et graissée supporte allègrement les 10 kgs, je suis monté à 13 sans problème (instruments à tubes compacts). - un équilibrage parfait, sur les deux axes, est PRIMORDIAL !. Une fois tout installé et équilibré , freins desserrés on doit pouvoir orienter le tout vers n'importe quel point du ciel et lâcher, ça ne doit pas bouger. - avec un viseur polaire bien centré et le réticule bien orienté par rapport aux cercles gradués (vérifier de jour), on obtient une excellente mise en station si on a bien mis heure TU "hémisphère nord" et jour en correspondance. - sur un C8, en ciel profond, l'utilisation d'un réducteur est plus que recommandé : https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/accessoires-sct/celestron-correcteur-reducteur-photo-visuel-f-6-3-c1191_detail Imager au foyer f10 est difficile (temps de pose très longs et imperfections de guidage plus visibles). Attention : le secondaire d'un C8 est assimilable à une Barlow et l'augmentation du "tirage" (par un Crayford par exemple) augmente la focale résultante, ça peut être intéressant en planétaire mais pas en ciel profond, là tu opérais vers f11. Donc c'est : C8 + réducteur + dispositif d'espacement (*) + APN. (*) : adaptateur SC/M42 + bagues allonges ou flip-mirror. Ce réducteur est calculé pour un certain espacement, le "tirage" entre sa dernière lentille et le capteur, mais, surtout sur un capteur APS-C, on peut le faire varier un peu sans dégradation sensible de l'image (aspect des étoiles en bord de champ et vignetage). - la calibration de l'autoguidage doit se faire avec des durées pas trop courtes, autour de 2000 ms, et des temps de pose de la caméra de guidage compris entre 1 et 2 secondes pour "moyenner" la position de l'étoile-guide, si les poses sont trop courtes l'autoguidage guide sur la turbulence, il "court" après l'étoile-guide !. La calibration peut parfois être un peu longue, mais faut patienter ... Voilà..., moi j'applique ça et ça marche bien.... MM
  3. Bonjour, la première motivation du défiltrage, et souvent d'un "refiltrage astro", d'un APN est de rendre celui-ci beaucoup plus sensible à la raie H-alpha, la belle couleur rouge de certaines nébuleuses. Très utile en ciel profond ce gain dans le rouge n'apporte rien en planétaire. Mais il y a aussi un léger gain à l'autre bout du spectre, vers le violet, les UV, est-ce efficace pour révéler des structures dans l'atmosphère de Vénus ?, perso je n'ai jamais essayé mais d'autres pourront peut-être répondre.... Sinon, on peut bien sûr faire de la photo planétaire avec un APN, mais les petites caméra dédiées, même d'entrée de gamme (pas loin du coût d'un refiltrage d'APN), sont bien plus performantes dans ce domaine. MM
  4. Lunette vs Maksutov pour débuter à 14 ans

    J'ai bien dit "correctement"... J'ai fait, et fais toujours parfois en animation de club, du ciel profond avec de petits diamètres.... Mais entre apercevoir une petite boule cotonneuse dans une L70 et commencer à la détailler au T150 il y a un cap de plaisir de franchi... , les réactions des débutants que j'ai régulièrement à guider sous le ciel en témoignent... MM
  5. Lunette vs Maksutov pour débuter à 14 ans

    Bonjour, pour ce qui est de l'instrument proprement dit, en visuel il faut au moins de 150mm de diamètre pour accéder correctement au ciel profond, en-dessous c'est plutôt Lune et planètes. Je dis bien en visuel, en photo c'est différent. Pour ce qui est de la monture il faut fuir les ensembles légers qui fléchissent ou vibrent dès qu'on les effleure, ça rend l'observation tellement désagréable que certain(e)s en abandonnent l'instrument dans un coin. Deux exemples : - ici la monture est assez trapue et l'instrument est court et léger, ça va (mais dans cet exemple la lunette n'est pas bien bonne ...) https://www.astroshop.de/fr/telescopes/telescope-bresser-ac-90-500-messier-eq-3/p,54118 - ici la monture est bien légère pour cette lunette (qui, elle, est très correcte) https://www.astroshop.de/fr/telescopes/telescope-orion-ac-90-910-astroview-eq-2/p,13894 Il faudrait donc la lunette du second exemple sur la monture du premier.... Quelque soit ton choix final, lunette, Mak, etc..., fait gaffe à la monture, ne prends pas trop léger. Une monture équatoriale est un peu plus déroutante qu'une azimutale au début mais on s'y fait très vite avec quelques bons conseils, et elle rend le suivi des objets beaucoup plus aisé. En te rapprochant d'un club (le plupart conseillent et montrent volontiers des instruments aux non-adhérents) tu pourras mieux fixer tes idées avant l'achat. Regarde aussi quels oculaires sont fournis avec, en général il en faut 3 (grossissements faible, moyen, et fort) mais souvent seul un, voire deux, sont fournis. MM
  6. Équivalence de focale

    Oui, la notion de "grossissement" n'a pas de sens en photo, tout au plus parle t-on de "grandissement" (qui peut-être une réduction si le facteur est < à 1) lorsqu'on ajoute un accessoire pour modifier la focale native de l'instrument imageur. La comparaison que te suggère Xavier entre le champ couvert par tes jumelles et celui couvert par ton APN et tes objectifs est bien entendu à faire de jour, c'est plus pratique.... MM
  7. Guidage PHD et Pla_Mx

    PHD2 version 2.6.2, mais j'ai essayé PHD et ça marche aussi. Si je clique sur le lien (non entièrement souligné) de ton dernier message, en effet ça ne fonctionne pas, mais si je clique sur le lien (entièrement souligné) de ton message du lundi à 10h59, ça marche !.... Bon dimanche ! MM
  8. Jeu dans la monture !

    Bonjour, Oui, pour la photo la monture est au moins aussi importante que l'instrument, et coûte parfois plus cher que lui.... Mais bon, pour tes débuts tu dois pouvoir t'initier avec ce que tu as. Il y a 3 points à regarder : - le serrage correct des différents éléments de la monture. - les réglages des jeux axiaux des axes. - les réglages des jeux radiaux de la pignonnerie. Et être sûr d'un parfait équilibrage sur les deux axes. Mets-nous 2 ou 3 photos de ta monture, on va pouvoir te guider . MM
  9. Guidage PHD et Pla_Mx

    Bonsoir Bernard, j'ai installé ce driver et testé sur le ciel , plus aucun problème !, ça marche parfaitement..., merci ! C'est quand même un comble qu'une caméra qui vient d'être acheté neuve soit accompagnée dans sa boîte d'un pack drivers ancien et inefficace ..., et ça venait pas d'une incompatibilité avec l'ordi, j'avais essayé sur 3 machines complètement différentes en y retrouvant exactement le même problème... Bon ciel à toi ! MM
  10. Lune - L 80ED à f25 + PLC-M et trame !.... :-(

    Merci..., mais ça aurait été un poil mieux sans ce problème de trame. Elle est déjà perceptible, mais tout juste, sur la vidéo. J'ai à peine déplacé le 1er curseur des ondelettes sous RGTX qu'elle devenait immédiatement bien apparente..., j'en suis donc resté là... Un ou deux as du lunaire me donneront peut-être une piste... MM
  11. Bonjour, hier soir j'ai testé sur la Lune, région du Mur Droit, ma nouvelle caméra N&B I-Nova PLC-M + Lunette 80ED à f25. Je n'ai hélas noté ni le temps de pose, 20ms de mémoire, ni le gain, mais je l'ai laissé assez faible (1/4 à 1/3 de la plage de réglage), l'image à l'écran était un peu sombre bien que l'histogramme était aux 2/3 de la dynamique. 6400 images SER en 120 secondes en ROI 800x600, toutes empilées sous Registax 5 et légèrement post-traitées sous Photoshop CS3. L'image issue de l'empilage sous RGTX est très tramée , cela provient-il de mes réglages ?, butes trop sombres ? Votre avis ?, vos conseils ?, merci d'avance !... J'ai masqué le problème sous CS3 (calque à 50% décalé d'1 pixel), c'est quand même pas l'idéal... Voici l'image issue de RGTX puis l'image issue de CS3 : MM
  12. Bric à brac

    Bonjour Franck ! merci du lien , pour celles et ceux qui ont "gratté du verre" en amateurs c'est toujours intéressant ces travaux d'optique de haute précision... ... et j'ai toujours les quelques vieux bouquins d'optique "collectors" à te filer, faut que je trouve le temps de passer te voir, peut-être avec 2 ou 3 membres du club.... Michel
  13. Cherche conseil correcteur de dispersion

    Ma méthode, bien qu'empirique du fait de l'absence de mode d'emploi et d'infos sur le net, tient compte du fait que l'amplitude de l'étalement vertical des longueurs d'onde (des couleurs) dépend de le hauteur de l'astre au-dessus de l'horizon, il n'y a donc pas UNE position pour les manettes (sinon ça ne serait pas réglable...), il faut régler le décalage des prismes en fonction de cette hauteur (en fait on surveille la qualité de l'image à l'oculaire tout en bougeant les manettes). Les manettes vont donc former un V plus ou moins ouvert, éventuellement très plat, suivant la hauteur de la planète observée. Je fais toujours comme ça, et ça marche super bien... MM
  14. Cherche conseil correcteur de dispersion

    Bonjour, j'ai le même, mais sans le niveau à bulle. Il m'a également été fourni sans mode d'emploi, je l'utilise comme ceci (donc différemment d'Alain), sur C8 et lunette (pas encore testé sur Newton), et ça marche : NB : la dispersion atmosphérique produit un étalement vertical des couleurs. - je place le correcteur et son oculaire dans le PO. - je positionne les deux petits leviers au centre du recoupement de leurs rainures et les serre légèrement. - je vise la planète et fait la MAP. - je tourne le correcteur dans le PO de façon à avoir les deux leviers en haut et verticaux. - je desserre légèrement les deux leviers et les descend en même temps et doucement, chacun de leur côté, jusqu'à disparition de la dispersion chromatique. - je resserre légèrement les deux leviers. Et voilà .... Sur un Newton, avec le PO qui peut être incliné, faut repérer le sens vertical de l'image... MM
  15. Bonjour, suite à quelques échanges suscités par mon avatar, j'ouvre ce sujet, qui ne sera pas le mien mais le nôtre. Il s'agira, pour ceux et celles que la photo de l'ISS intéresse de comparer leurs façons de procéder, et d'en montrer les résultats, qu'il soient magnifiques comme ce que produit Thierry L. ou complètement foirés, peu importe, il ne s'agit pas ici d'un concours mais de partage et d'entraide . J'ouvre donc le bal... J'ai tenté deux fois de photographier l'ISS, ma méthode, complètement improvisée, a été la suivante : Matériel. - caméra N&B PL1-M (capteur d'environ 7x5 mm) - foyer C8 - guidage manuel au chercheur + barlow + oculaire réticulé. - monture allemande. - ordi sur table de camping. Préparation. J'ai repéré l'heure et la trajectoire de l'ISS sur Heavens-Above : http://www.heavens-above.com/ Installation dans un endroit dégagé, surtout du côté d'où va venir l'ISS. En traçant cette trajectoire/orbite dans le ciel avec ma main j'en ai visualisé le plan et donc estimé l'axe. J'ai mis la monture en station au pif sur cet axe, pieds (de la monture, pas les miens...) bien sortis pour avoir le chercheur à hauteur d'oeil. J'ai fait la mise au point sur la première étoile visible (donc la plus lumineuse de ce soir là) dans le ciel toujours bleu et réglé les paramètres de la caméra de façon à avoir l'étoile sous-exposée car l'ISS est diablement plus lumineuse. Le suivi de l'étoile, via les molettes de la monture, n'a pas été rien car la monture était trèèèèèès loin d'être alignée sur le pôle céleste !.... Réglage du chercheur avec l'étoile en question bien au centre du capteur. Réglage des freins des deux axes afin d'avoir un glissement pas trop fluide. Le suivi se fera, C8 pratiquement "sur l'épaule", juste en poussant tube autour de l'axe horaire, avec corrections via la déclinaison. Entrainement au suivi sur un ou deux avions, surtout pour les positionner très vite dans le chercheur, l'idéal est garder les deux yeux ouverts tant qu'ils ne sont pas dans le champ. Prise de vue. Préparation du logiciel de capture quelques minutes avant l'arrivée de l'ISS, y'a plus qu'à cliquer sur OK. Surveillance du point de l'horizon d'où va venir l'ISS La voilà, le coeur s'emballe !... Vite, lancement de l'acquisition, et je saute sur le C8, un oeil au chercheur, l'autre ouvert. Lorsque l'ISS est dans le chercheur je tente de la garder le plus possible sur le réticule, mission impossible, elle valse dans tous les sens mais passe régulièrement près du centre du champ. L'ISS monte dans le ciel, moi je ploie les genoux, de plus en plus, et me voici quasiment sous le C8, dans une position aussi inconfortable qu'acrobatique qui ne me permet plus de contrôler quoi que ce soit !..., l'ISS, encore haute, m'échappe... J'arrête, et l'ISS qui file, toujours haute.... flûte ! Je stoppe l'acquisition, et visualise la vidéo. Un truc blanchâtre et complètement "filé" traverse parfois en trombe le champ.... Déçu.... Je plie le matériel. Exploitation. Plus tard, au calme, je visualise la vidéo en image par image. Miracle, sur quelques images elle parait assez nette et bien exposée, et bien orientée pour voir sa structure, super-content ! Extraction des images en question sous PhotoShop, mini-traitement (là on ne peut pas empiler les images car l'orientation de l'ISS change un peu d'image en image). Fier comme si j'avais un bar-tabac, je montre ça aux copains du club astro ! Résultats. Sur la plupart des images il n'y a rien ..... Lorsque l'ISS y est visible elle est en général plus que floue tant le "filé" d'image est important (en bas du panneau ci-dessous), parfois elle est tronquée en bord de champ, c'est rageant lorsque le peu visible est net !... (en bas à droite du panneau). Mais, de temps à autres une image n'est pas si mal !.... Oh, ça n'est pas du grand art mais on y reconnait bien l'ISS (images du haut du panneau). Images de ma première séance : Gros-plan de la meilleure : Et la meilleure image de ma seconde séance : A rententer !... Voilà pour moi... MM