aubriot

Member
  • Content count

    539
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by aubriot

  1. possédant une lunette TS60/330 comme chercheur , j'envisageais de l'utiliser pour l'autoguidage , l'observation et l'astrophotographie grand champ pour effectuer cette focalisation , je décide d'acheter un moteur de mise au point avec l'option d'effectuer cette mise au point manuelle par une raquette . le sesto sensode primaluce dont je suis satisfait n' a pas cette fonction . tout se fait depuis le PC et il est impossible d'effectuer une map manuelle depuis la molette (le moteur la bloque) . dans ce domaine il existe plusieurs fabricants :l'EAF de ZWO, le Focus Cube de Pegasus et bien d'autres . possédant déjà deux caméra ZWO , j'ai opté pour EAF avancé de ZWO non pour son prix mais pour le retour positif qu'en ont fait certains . il existe deux versions - Standard Version: EAF body, flexible coupling, motor bracket, USB2.0 cable. - Advanced Version: EAF body, flexible coupling, motor bracket, USB2.0 cable, hand controller, temperature sensor. Le boîtier du EAF avancé (59 mm x 52 mm x 41 mm) est doté de 3 ports de connexion : -une prise d'alimentation électrique 12V DC (avec connecteur jack diamètre extérieur 5,5 mm / intérieur 2,1 mm, centre positif). - Un port USB2 pour le contrôler via logiciel ASICAP -une prise jack femelle pour connecter la sonde de température ou la raquette Moteur: Step moter, 35mm diameter, 5760 steps to rotate a circle. alimentation: 12V DC 5.5mm x 2.1mm, center positive port de données : USB2.0 poids : 277g Capacité d'entrainement: 5kg L'EAF avancé s'adapte sur un grand nombre de focuseurs. Il est compatible avec les instruments suivants : SkyWatcher Astrophotography Reflectors, SkyWatcher Black Diamond, SkyWatcher Dobsonians, SkyWatcher Maksutov-Newtonians. SharpStar telescopes, SkyRover telescopes, TS Optics, Astro Tech, Feather Touch, More focuser will be supported in the further. such as TAKAHASHI telescopes, GSO telescopes. Recommend to use extra focuser and EAF on SCT and MCT. Au déballage du matériel , on constate que ce moteur est plus petit et plus léger que sesto senso. il est complet et il respire la qualité au premier abord. par contre la documentation est succincte et aucune clé USB n'est fournie comme chez primaluce pour cela vous devrez aller chercher l'ensemble des logiciels et manuels sur le site de ZWO https://astronomy-imaging-camera.com/product/zwo-eaf vous devrez télécharger le drivers ASCOM EAF v1.0.1.8 et le logiciel propriétaire ASICAP de ZWO v1.6.2 il s'installe directement sur la molette non démultiplié du focuser . il sera donc moins précis que le sesto senso mais peu importe ce n’est pas ce que je lui demande. jusque là aucun soucis notoire a constater mais .... cela n'a pas duré longtemps après avoir installé le moteur sur le focuser avec un peu de difficulté ,(un peu plus compliqué que sur le sesto) et raccordé l'ensemble des connecteurs nécessaire à son pilotage je suis allé de déboire en déboire. autant le système répond facilement avec la raquette autant il se met en sécurité des que je veux le piloter depuis le PC. pourtant je n'ai mis aucune charge ! A nue sans être posé il répond correctement mais des qu'il est raccordé sur le PO il ne veut pas bouger ou si peu . j'ai donc essayé de jouer sur les visseries , sur l'attache du moteur sur le PO, de réinstaller les logiciels rien n'y fait . après deux heures d’acharnement je décide de l'installer de l'autre côté sur le démultiplicateur 1/10 . Et là miracle , il décide enfin de fonctionner mais avec une course réduite et très très lente. Une seule possibilité : il n'a pas assez de couple pour faire avancer le PO sur la molette non démultiplié et il se met en sécurité des que cela force un peu. le laisser sur le démultiplier ne me satisfait pas car en démontant les deux molettes cela met ainsi à l'air libre les billes et la graisse du PO (sic) de plus j'ai constaté un décalage entre les mm de déplacements annoncés et ce que j'ai pu constaté sur le PO. manque de précision , PO "usé" ... je n'ai pas voulu aller plus loin car j'ai assez perdu de temps comme ça passons à la température : j'essaye avec le logiciel propriétaire et je le compare au sesto sent et à ma Netatmo le décalage est de 1°C avec la sonde internet et moindre en mettant la sonde externe. ce qui est plus inquiétant c'est quelle varie régulièrement de quelques dixième de °C. je passe à prism pour vérifier ce que je viens de constater : pas mieux. Alors que dire : déçu et franchement pas convaincu ! si mon prochain essai sur mon PO FT de mon Zen est identique , il repartira d’où il est venu : en SAV . ce n'est pas normal pour un moteur de mise au point qui se dit de qualité et qui n'est quand même pas donné si je ne constate pas ce problème , c'est qu'il n'est pas adaptable à tous les Porte Oculaire et là c'est inquiétant car cela montrera qui n'est pas à la hauteur des autres constructeurs. dans tous les cas la déception est grande !
  2. Monture EQ8

    J ai bien aimé mais trop focalise sur le prix/poids.il manque les options (Trepied, demi colone,polemaster, autoguidage, usb wifi),nomade ou pas, la precision des montures,qualite des produits utilisés, ect
  3. Les couleurs de la Lune

    On le retrouve sur facebook
  4. Ayant pendant 10 ans utilisé un meade LX 200 10 pouces avec un F/D à 10 , j'ai eu envie de passer au maksutov pour en prendre plein les yeux. j'ai jeté mon dévolu sur une occasion fabriqué par Ottiche Zen artisan opticien italien réputé pour sa fabrication d'optiques de qualité l'avantage de ce tube c'est qu'il est identique aux SC et l'on peut trouver des pièces détachées pas chères sur les PA ou les sites de ventes. lien : http://www.costruzioniottichezen.com/ Caractéristiques : - Diamètre : 250mm - ménisque 240mm BK7 - F/D : 13.5 - Focale : 3375mm - Poids : 15Kg avec la queue d'aronde 10 microns (4Kg) - Mise au point par translation du miroir primaire - Obstruction du primaire : 23% - Ventilateur de mise en température. - Sortie en 31.75 et 50.8 l'aspect extérieur détermine souvent le soin apporté par le propriétaire du dit matériel mais il ne faut pas s’arrêter à ces quelques détails car cela ne reflète pas la qualité et le potentiel du tube. quand on achète de l'occasion il faut souvent s'attendre à racheter des pièces pour l'adapter à sa monture ou l'optimiser à son besoin 1- Il n y a que peu de différences mécaniques entre un SC et un mak Gregory à part l'optique . le ménisque était en très bon état visuel avec quelques poussières dessus que j'ai enlevé lors du démontage du tube lors du démontage j'ai constaté que mon ménisque avait bougé et ce n'est pas des plus simple à remettre en place. sachez que cette manipulation ne se fait que très rarement sauf si l'on veut le nettoyer . le ménisque était en très bon état visuel et le primaire n avait aucun piqué preuve d une bonne qualité de l optique pour son age. la réputation de cet opticien n'est plus à faire le secondaire était bien colle même si je pense avoir encore un petit défaut. Un peu trop perfectionniste certainement . 2-la queue d'aronde était de fabrication personnel..... c'est la premier chose que j'ai remplacée . Ayant une monture 10 micron ,j'ai décide de passer par ce fabriquant : la qualité est là et le prix aussi. la queue d'aronde (même si ce n'est qu'un morceau de métal ) est plus large , plus épaisse que ceux du commerce ; elle permet de fixer correctement les larges anneaux dessus et de supporter un poids conséquent. par contre cela m'a rajouté du poids : 2Kg en plus. 3- l'aspect extérieur comportait des éclat de peintures sur les anneaux et le couvercle que j'ai vite enlevé grâce à une bombe de peinture. A cette étape il avait un peu plus de gueule mais le chemin était encore loin avant d'avoir un tube opérationnel 4- la molette de translation du primaire ne souffrait d'aucun jeu ou de défaut. pas de point de résistance même si l on retrouve toujours ce shifting bien présent dans ce tube . c'est typique à TOUS les Tubes Schmidt-Cassegrain ou maksutov dont la Mise Au Point (MAP) est obtenu par déplacement du primaire le déplacement du primaire fait bouger l image et dans un cas extrême faire sortir l'étoile ou la planète du champs de l oculaire (encore plus avec des oculaires ortho qui ont un champs restreint) on peut regraisser le filetage mais cela impose un démontage en règle du primaire . pour mon cas , il a été inutile de le faire même si j'ai déposé le primaire par la suite 5- la bague de sortie était de base voir bas de gamme , le jeu était important et aucune translation possible ni une ni deux je prends des renseignements sur ce site et direction internet pour acheter un excellent Porte Oculaire feather touch 2 pouces https://laclefdesetoiles.com/porte-oculaire/1362-porte-oculaire-feather-touch-2-longueur-du-tube-08-avec-bague-de-serrage-et-frein.html Coulant : 50,8 mm (2") Modèle : Porte-oculaire Feather Touch Starlight instruments 2" débattement 0,8" Caractéristiques mécaniques : Débattement de 20,3 mm (0.8") / Rail de guidage Poids : 453 g Interface Télescope : Schmidt-Cassegrain Tirage : Minimal → 35,69 mm / Maximal → 56 mm Porte-Oculaire : avec microfocuseur 1/10 Capacité de charge : 3,6 kg à 4,5 kg il vous faudra aussi acheter un Adaptateur court Starlight Instruments pour porte-oculaire Feather Touch FTF2008 pour SC Celestron et Meade. sans ce raccord il vous est impossible de fixer le PO sur le tube. il transpire la qualité , la finition est impeccable , la "translation du tube" est parfaite. sur recommandation et les bons conseils du vendeur j'ai opté pour un débattement de 0,8" car cela vient en butée du bafle. cela n'est pas un soucis car je fais une première mise au point par la molette puis par le PO par contre il vous sera difficile de le mettre dans tous le sens sans dépose de la molette de réglage . 6 - A la longue , vous comprendrez vite que tourner la molette du tube ou du PO est fatiguant , pas très pratique parfois et provoque souvent des vibrations lors de vos observations. un moteur de mise au point est nécessaire pour éviter ces désagréments. j'ai opté pour prima luce lab avec sa sonde puis je me suis rabattu sur l'EAP de ZWO : moins cher , compatible avec le PO et nul besoin d'une correction de température . https://www.loisirsplaisirs.com/accessoires-cameras-zwo/4279-moteur-mise-point-zwo-eaf.html mon prima luce lab ira sur mon astrographe astrotech 106LE qui a besoin de précision et d'une MAP parfaite en fonction de la T° https://laclefdesetoiles.com/accessoires-pour-l-imagerie/5374-mise-au-point-electrique-sesto-senso-prima-luce-lab.html https://laclefdesetoiles.com/alimentations-et-cables/5375-sonde-de-temperature-prima-luce-lab-pour-sesto-senso.html A ce niveau je ne peux vous dire lequel est le meilleur mais des réception du dit matériel je compléterais ce post ! pour la motorisation de la mollette du tube ; Achat prévu en juillet mais préférence pour celui de pîerro-astro avec son interface USB https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/mise-au-point-focus/sct-focus-v2-pour-c8-c9-mak-150-ou-180_detail https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/accessoires-astronomie/mise-au-point-focus/interface-usb-focuser-2_detail 7 - comme il n'était pas doté de chercheur , il fallait l'en doter. j'ai commencé par un pointeur laser que je n'ai pas trouvé très efficace : bougé du système et pas adapté au tube . puis j'ai jeté mon dévolu sur une petite TS 60/330 avec un réticulé de 9 mm soit un grossissement de 36x un peu luxueuse pour s'en servir comme chercheur mais voulant faire du grand champ elle sera parfaite pour cette utilisation. j'ai tout de suite été confronté à un problème : l'alignement du chercheur par rapport au tube. difficile alors de faire une mise en station sans avoir au préalable fait cet alignement de jour je compte résoudre ce soucis en achetant une Platine Baader Stronghold pour charge lourde (7kg) : Achat prévu en juillet et retour du matériel des les tests effectués hauteur : 54 mm (sans la fixation EQ) Largeur : 128 mm (avec les vis) Poids : 688 g Longueur : 115 mm (avec les vis) Caractéristiques mécaniques : Option de montage sur le haut : 1/4 " avec filetage standard photo, 6 trous filetés en M6 / Sur la base : 1/4" et 3/8" avec filetage standard photo, 4 trous filetés en M6 + 4 trous filetés en M5. Type : Vixen Capacité de charge : 7 kg Plage de réglage en Latitude : +/- 35° Plage de réglage en Azimut : +/- 23 8- vous constaterez aussi que regarder directement à l’arrière du tube sans Renvoi Coudé est difficile et astreignant suivant l'inclinaison du tube. j'ai donc opté par un RC baader maxbright : Renvoi coudé à miroir avec traitement Maxbright. Assemblage avec le système ClickLock. Coulant entrée/sortie 50,8 mm. Caractéristiques techniques Miroir surdimensionné surfacé à lambda λ / 10 ClickLock 50.8 mm en sortie Miroir ne réfléchissant ni les UV ni les IR Surface du miroir traitée anti-rayure pour un nettoyage en toute sécurité Construction tout métal en aluminium il respire la qualité , le poids est assez conséquent , il permet de supporter des oculaires de 900gr en 2 pouces comme mon maxlight 32mm et le serrage ne laisse aucune trace sur la jupe de l'oculaire. https://laclefdesetoiles.com/renvois-coudes/1531-renvoi-coude-maxbright-baader-508mm-a-serrage-clicklock.html pour y mettre des oculaires de diamètre 31,75 mm il vous faudra un réducteur. j'ai pris celui ci car il s'adapte parfaitement à mon PO starlight https://laclefdesetoiles.com/porte-oculaire/1384-reducteur-starlight-instruments-convertisseur-coulant-508-mm-vers-3175-mm-version-low-profile.html 9 _ comme tous maksutov ou SC , la lame de fermeture ( ménisque ou lame de Schmidt ) est sujets au dépôt de buées. pour éviter cet inconvénient , vous devrez vous doter d'un pare buée et d'une résistance chauffante. différents systèmes existent allant des résistances intégrées au pare buée ,aux variateurs géré par sonde thermique. pour le moment je ne possède que pare buée astrosolar basique mais je compte bien le changer . 10 - la mise en température est aussi un point à ne point sous-estimer car le tube est fermé et la mise en température est assez longue avec ce type de diamètre. la mise en température se fait par les ventilos installés à l'arrière du tube.il faudra compter 1h pour une bonne mise en température . pour alimenter ces ventilos , j'utilise une petite batterie dédiées pour les smartphones : simple et efficace 11- la MAP est aussi un point important et le masque de bahtinov sera un outils adapté à votre besoin en astrophoto Ce masque est avant tout une aide à la MAP en astrophoto. principe du masque de batinov : http://oeilducelestron8.canalblog.com/archives/2011/12/06/23668031.html créateur du masque : http://astrophoto.chat.ru/ je l'ai élaboré à partir d'une plaque renforcée et par l'utilisation de cet applicatif : http://astrojargon.net/MaskGenerator.aspx?AspxAutoDetectCookieSupport=1 il permet d'imprimer votre masque suivant la taille de votre tube et la focale est prise en compte. il suffit ensuite de coller la feuille imprimée sur le support et de découper la plaque au cutter Le Bahtinov donne une MAP optiquement parfaite, mais il ne tient pas compte de la correction des yeux. Vous pouvez aussi utiliser ce petit logiciel pour faire votre MAP avec ce masque : http://astrolabo.com/2014/01/19/bahtinov-mask-guide/ 12 - un générateur de flat n'est pas nécessaire mais peut vous servir à éliminer les poussières des photos qui auraient pu se mettre sur l'optique à l'intérieur du tube . j'en possède un qui me servira pour un futur tube type newton ou cassegrain. je compte bien m'en servir pour l'astrophoto du ciel profond même si ce tube n'est pas approprié pour ce type d'utilisation 13 il vous faudra des oculaires adaptés au planétaire. jusqu’à maintenant , j’utilisais des oculaires grand champs comme beaucoup astro-amateur . c'est un point que l'on sous estime mais qui a une grande importance dans le rendu visuel des planètes mais sur le conseil de plusieurs forumeurs j'ai opté pour des ortho Kokusai kokhi Tani 31.7mm vendu par un forumeur sympathique nommé "pancho61" n'ayant pas encore reçu ces oculaires je ne peux vous en dire plus sur leur qualité et le rendu de ces optiques. comme le champs est réduit , votre monture devra avoir un bon suivi sans cela l'objet sortira rapidement du champs 14 enfin et ce n'est pas des moindres , la collimation devra être parfaite. c'est l’élément le plus important que j'aborde dans un autre post mais c'est assez facile a faire quand on a pigé le coup. 15 et pour le tout , j'ai utiliser des sangles réglables d'un portable de gamer pour le transporter sur une courte distance. très pratique et plus adapté que les poignées fixes vendues dans le commerce. il m'a fallu aussi un sac de transport dédiés aux C11pour le protéger des chocs et de la poussière. https://www.astroshop.de/fr/sacs-de-transport/oklop-sac-rembourre-pour-celestron-sc-11-/p,55900 le test visuel : j'ai dans un premier temps utilisé des oculaires plus dédié à au CP. la première leçon que j'ai appris de ce test visuel : plus le grossissement est important plus l'image s’assombrit en prenant une teinte jaunâtre . la deuxième leçon : vous êtes tributaire de la turbulence et l'impact est très important sur le grossissement . oubliez toutes ces théorie de 2xD car ce n'est que de la théorie. entre la théorie et la pratique il y a un fossé. dans de très bonnes conditions (planète haute dans le ciel , peu de turbulence , peu d'humidité ,etc), vous pouvez espérez vous approcher de cette valeur théorique et dans le pire des cas fleurter les 1xD. pour mon test ou toutes les conditions n'étaient pas totalement réunies j'ai pu grossir à 385x (pas assez à mon gout). pour ce deuxième test ,j'ai donc opté pour des oculaires plus adaptés au planétaire : les orthoscopiques . lien sur leur descriptions techniques https://www.webastro.net/forums/topic/106460-oculaires-orthoscopiques/ "Les orthoscopiques font partie des premières générations d'oculaires. Un champ parfaitement droit et peu de groupes de lentilles donc une transmission très élevée. Excellent contraste, netteté élevée. Le seul problème c'est que le champ est étroit (moins de 50°) et le dégagement oculaire court par rapport aux oculaires modernes." cette phrase résume parfaitement ce que l'on attend d'un oculaire orthoscopiques . j'ai donc acheté un lot d 'ortho Kokusai kokhi Tani 31.7mm : petit , lègé et pas cher . dans les faits , c'est la nuit et le jour dans les forts grossissement moins dans les faibles grossissements. le contraste et la netteté est bien au rvd. c'est un régal de pouvoir enfin grossir sans subit cette gène qui était très présente sur les bords des oculaires. comme j'ai une 10 micron, je n'ai pas été impacté pour le suivi : l'objet suivi restait bien dans le champs ( malgré qu'il soit étroit ). une surprise et de taille a été de tester ces oculaires avec des lunettes : aucune gène constaté sauf le champ un peu plus réduit !. comme quoi , utilisez de bons oculaires est toujours payant ! la dernière surprise et pas des moindres , même si le rayonnement était important je n'ai pas eu besoin d'utiliser un filtre lunaire pour observer les cratères lors de la pleine lune avec une collimation plus affinée, des résistances chauffantes , un seeing de meilleur qualité, je pense espérer améliorer la qualité de mes observations le test en Visuel Amplifié :en cours d’élaboration le test photo : en cours d’élaboration
  5. le logiciel prism V10 permet comme les autres logiciels gratuits d'astronomies de positionner la monture en fonction des objets célestes . il possède bien d'autres fonctions très utiles pour affiner la position de la monture ou faciliter les traitements d'images brutes. celles que je vais vous présentées sont très utiles et j’espère qu'elles vous inciteront à sauter le pas (je n'ai pas d'action dans cette entreprise ) le positionnement de la monture : après avoir effectuer un alignement du télescope sur trois étoiles avec la raquette de la monture , il persiste toujours une erreur résiduelle entre la position réelle de la monture par rapport au logiciel. cette fonction va vous permettre de bien synchroniser ces deux équipements (logiciel/monture) la méthode est assez simple : prenez une photo , un clic droit sur la photo puis une calibration astrométrique . le logiciel va comparer l'image à une base de données pour se référencer et calculer la position réelle de la monture . après avoir fait ce calcul , le pointeur se retrouve sur la position photographiée. dans mon cas l'erreur n'était que de 11arcsec. la Mise Au Point : A l''aide d'un masque de bathinov on peut réaliser la map sans trop de difficulté en grossissant au maximum sous ASICAP cette fonction intégrée dans prims V10 vous permet de mieux positionner votre capteur et d'avoir une map parfaite au centième de mm. lien de la vidéo : la fonction collimation elle demande au préalable de faire une mise au point succincte pour que le système puisse affiner cette MAP automatiquement elle vous demandera de choisir une étoile pas trop lumineuse (mg 8 ou 9 )et de rentrer plusieurs paramètres: le début et la fin de positionnement du PO et enfin le pas d’incrémentation du PO. vous ne pourrez que réaliser qu'une trentaine d’incrémentations le logiciel positionne le PO au début du de la position indiquée , prend une photo , calcul le diamètre de l'étoile puis ensuite répète x fois cette séquence jusqu’à la dernière position pour obtenir une courbe FWHM . c'est aussi simple que cela . vous n'avez plus qu'a mettre votre PO à la position indiquée par le logiciel pour obtenir la meilleure MAP. si la turbulence est trop importante , il est fort probable que l'étoile repère sorte du champs comme ce fut mon cas cette soirée là. - le positionnement de la caméra : rien de plus désagréable de ne pas connaitre le positionnement de votre capteur . même en prenant une photo , il n'est pas toujours simple de se repérer sans avoir des points de repères (étoiles, groupement d'étoiles, galaxies,etc...). vous pouvez utiliser un rotateur mais le prix est vite dissuasif et la backfocus ne vous permet pas toujours d'en ajouter un le logiciel Prism V10 vous permet de positionner virtuellement votre capteur sur la map. vous devrez pour cela réaliser une astrométrie pour connaitre les vecteurs de directions de votre monture, ensuite effectuer un recalage "orientation de la camera CCD" puis refaire un étalonnage automatique. le résultat est à la hauteur de nos attente en moins de 5 mn. le modèle de pointage : effectuer un alignement sur 3 étoiles permet à la monture de se référencer dans le ciel mais ce n'est pas suffisant pour réaliser de l'astrophotographie. certaines montures comme ma 10 microns permettent de le faire sur plusieurs dizaines d'étoiles. ce logiciel va plus loin . il ne va plus le faire sur 10 ou 80 étoiles mais sur des milliers. oui vous avez bien lu..sur des milliers d'étoiles et sur la plus part des montures du commerce ! le principe est assez simple : il vous demande le nombre de champs à photographier et le nombre d'étoiles à mesurer par champs . il permet ainsi d'avoir une meilleur précision de positionnement dans l'espace dans les anciennes version il fallait réaliser deux cartographie : EST et OUEST . depuis la dernier version 10.3.57 cela se fait sur tout le ciel. le calcul demande entre 30mn à 1heure de calculs suivant les montures . à la fin de cette opération , vous obtenez un fichier ou "modèle de pointage" qui vous servira de référence. NT : si vous déplacez votre monture , vous devrez impérativement refaire ce modèle ! . ce modèle est aussi très utile pour connaitre les erreurs induites par votre set up . vous pourrez donc y remédier en améliorant votre stabilité , votre erreur d'orthogonalité , sur le positionnement par rapport à l'axe polaire ,etc... comme vous pouvez le constater j'ai diviser par 5 mon erreur résiduelle pour terminer avec une erreur de 4,2 arcsec
  6. le sestosenso de prima luce

    afin de motoriser mon PO Feather Touch de Starlight sur mon Zen 250mm , j'ai acheté le Le moteur de mise au point SESTO SENSO de prima luce. j'ai finalement décide de l'installer sur mon Astrotech 106LE sans certification d'une quelconque compatibilité. Power 10-15V, suggested 12V 0.8A max Maximum weight load (vertical position): 7Kg Control: USB port Resolution: 0.7um/step +/-5% 3200step/turn Working temperature -15°C/+50°C Max excursion with 1/10 transmission: 29m PC control: SESTO SENSO software and ASCOM driver Temperature sensor Optional je vous rassure il s'adapte sur (presque) tous les Portes Oculaires avec les 5 adaptateurs fournis dans le pack. si vous ne trouvez pas l'adaptateur requis , il existe deux autres adaptateurs pour les 2,5" et 3 " : https://laclefdesetoiles.com/bagues-d-adaptation/5904-adaptateur-sesto-senso-33-mm-prima-luce-lab.html https://laclefdesetoiles.com/bagues-d-adaptation/5903-adaptateur-sesto-senso-37-mm-prima-luce-lab.html -Focusers PrimaLuceLab Hybrid-Drive pour AIRY Refractors (ED72, APO80, BLACK 80T, ED90, ED100, APO104T, APO120, et APO150T) -Orion Optics UK, VX et CT focusers -Télescope GSO RC 2" et 3" focsuers -Sky-Watcher ED80, ED100, ED120, et Newton f/4 - f/5 télescope Crayford focusers -Focusers Baader StellTrack -Focusers MoonLight -Instruments Starlight 2" FeatherTouch focusers -Instruments Starlight 2,5" et 3" focusers FeatherTouch (avec adaptateur 33mm en option, non inclus) Le SESTO SENSO se compose d'une boîte métallique compacte (mesurant 87 x 60 x 43mm) qui détient le moteur et l'électronique de contrôle. au premier abord , il transpire la qualité aussi bien dans les matériaux utilisés , dans l'esthétique , dans sa finition que dans son applicatif il pèse exactement 350 gr montée et s'installe en lieu et place du bouton de mise au point micrométrique par deux attaches distinctes. il est livré avec : - un câble micro-USB un peu trop long à mon gout (j'en parle un peu plus loin) mais pour ceux qui voudraient le raccorder sur leur PC cela conviendra parfaitement. - un lot de visserie . Faite très ATTENTION à ne pas les perdre (même si ils en fournissent une de plus) car elles sont assez petites . lors de la pose j'en ai perdu une . comme quoi c'est bien pensé d'en fournir une de plus. - 2 clés Allens . toujours rageant d'avoir à acheter les clés adaptées - 5 adaptations pour les différents Portes Oculaires - 1 câble d'alimentation 12V allume-cigare très utile lorsqu'on est en nomade - une clé USB avec documentation PDF, les logiciels dédiés de contrôle et les pilotes ASCOM. avec la sortie de EAF de ZWO , on peut dorénavant trouver ce boitier pour un prix plus contenu de 299€ et d'une sonde thermique à 25€ https://www.primalucelab.com/astronomy/sesto-senso-robotic-focusing-motor.html https://www.primalucelab.com/astronomy/temperature-sensor-for-sesto-senso.html ce boitier ne comporte pas de sonde interne. si vous voulez faire varier la mise au point de votre PO en fonction de la Température extérieur il vous faudra l'acheter. j'ai comparé sa précision avec une station météo : on ne peut faire mieux et sa précision est de 0,01°C ce qui est très largement suffisant ( même un peu trop ) ! il est important avant de tout démonter de rentre l'allonge du porte oculaire. vous comprendrez vite pourquoi (le point de référence parckage ) après avoir démonté les molettes du PO ,vous devrez fixer sur l'axe du PO a un des adaptateurs fournit par le constructeur. les deux vis feront la liaisons entre l'axe du PO et l'axe du boitier sesto. il vous suffira ensuite d'emboiter le sesto et de le retourner pour solidariser le tout. une fente est prévue à cet effet pour accéder aux vis. ensuite il vous restera a serrer " le système de cerclage" et d'y fixer deux autres vis de blocages. non seulement il ne bougera pas mais ce cerclage permet de protéger l'axe du PO de toute condensation ou poussière. passons au raccordement et à la reconnaissance du matériel . le raccordement : - la troisième fiche permet de connecter la sonde - la deuxième permet de relier le boitier au PC en direct mais il est tout à fait possible de passer par le hub USB de la caméra (ici une ASI 1600mm pro) . - la première fiche permet de l'alimenter. comme je suis en poste fixe pour le moment il vous faudra vous doter d'un adaptateur 5.5/2.1 mm vers 5.5/2.5 mm pour raccorder votre doubleur ou votre boitier d'alimentation 220V~/12V https://www.loisirsplaisirs.com/loisirs-plaisirs/4079-adaptateur-pour-alimentation-55-21-mm-vers-55-25-mm.html la clé USB fournit vous donne un manuel d'installation en plusieurs langues et trois répertoires : drivers ascom , drivers sesto senso et firmware sesto senso si votre PC est en 64 bits vous devrez utiliser l'applicatif "sestosenso setup" pour installer le logiciel d'utilisation et installer le drvivers ascom :sestosenso.ascom.driver.xx.x.x.x.x86 et non le x64 . les deux fonctionnent mais je vais le préciser plus bas la raison de ce choix c'est un jeu d'enfant pour l'installer et le faire reconnaitre. il n'y a pas plus simple il suffit de suivre la doc pas à pas. lorsque vous lancerez votre logiciel "sestosenso software" qui est sur votre bureau et il vous demandera de choisir le port (souvent com 6) et de cliquer sur open. voila votre moteur est reconnu et est utilisable en tant que tel il vous indique la température actuelle et doit être modifiable par pas de 20 (valeur d'origine). mais avant d'aller plus loin , vous devrez faire une calibration. en clair : lui indiquer la fin et le début de translation du tube du PO. dans mon cas pour une translation de 66 mm j'ai plus de 163000 pas soit 0,4µm/pas . là encore c'est un jeu d'enfant.... en haut à droit de votre applicatif , vous avez l'option de fonctions avancées. trois vitesses de bases sont disponibles : fast , medium et slow. cela vous permet d'aller directement un point de focalisation si vous le connaissez ou en fin de séance de parcker votre PO. vous entrez la valeur et cliquez sur GO TO. vous pouvez même indiquer une valeur de référence (souvent le point de focalisation ). pour parcourir le 66mm de translation , il lui a fallu moins d'une minute 50s à 90° avec un poids de 1240gr. Premier test du sesto senso sans le logiciel "Prism V10" : comme le PO était rentré , j'ai du aller chercher le backfocus assez loin de son point d'origine : 73500 pas sur les 163400 existants. c'était le cas idéal de vérifier son aptitude et sa réactivité car à ce moment là je pointais Véga qui est assez haut sous nos latitudes en cette période. le système a réagis au quart de tour et n'a posé aucun soucis pour aller rapidement au point désiré. cela peut paraitre long 80s mais il y a tellement tant de chose à faire que vous n'y faites même pas attention. il est très réactif et assez silencieux . je vous avoues qu'il est préférable de l'entendre..... Vous comprendrez vite à quoi sert les touches d'avances proposées au démarrage du logiciel et nul besoin de vous l'expliquer arrivé au point désiré ,vous pouvez affiner par pas de 200 visuellement pour obtenir une bonne MAP. n'ayant pas le logiciel prism à ce moment là , je n'ai pas pu aller plus loin dans l'affinage de cette MAP mais ce que je visualisais à l'écran suffisait à mes attentes. je n'ai pas non plus pu vérifier le backlash ou le constater . par contre , j'ai laissé tomber la MAP manuelle car c'est le premier soucis auquel j'ai été confronté . cette map manuelle doit être faite moteur éteint pour ne pas l'endommager. le moteur n'a d'autre part plus de référence de positionnement et l'on doit le repositionner au point de parkage pour le remettre en service. je vous conseille plutôt de mémoriser les point de MAP pour passer rapidement de l'oculaire à la CCD et de rentrer le "tube" avant l’arrêt du matériel. test sur le terrain avec le logiciel "Prism V10" : ayant reçu ma licence pour Prism V10, j'ai sauté le pas pour configurer mon nouveau focuser. après de nombreuses recherches et essais, j'ai fini pas comprendre que le drivers ascom qui doit être installé est celui en x86 et non pas en x64. pourtant avec le logiciel propriétaire,il fonctionnait parfaitement avec l'autre drivers. le paramétrage se fait dans la configuration du matériel , focalisation N 1 , focalisation ascom, ascom drivers for focuser sesto senso, remplir les propriétés et valider les paramètres que j'ai modifié pour être reconnu a été le port "COM 6" dans l'onglet communication et le nombre de µm par pas de déplacement. dans mon cas j'ai un débattement de 66,5 mm environs pour 173000 pas soit 0.38 µm/pas. Aucun paramétrage ne peut se faire lors que le moteur de mise au point est lancé au lancement de l'onglet "télescope " , Prism V10 initialise la monture (réel ou virtuelle ) et l'ensemble des équipements annexes outres les caméras . plusieurs panneaux s'affichent dont celui du focuser. c'est a ce moment que vous devrez paramétrer les différentes positions suivant l'utilisation que l'on veut en faire et les mémoriser. précision de la mise au point : lors de ce test , le vent était un peu présent mais ça n'aura que peu d'incidence sur mon test (à part voir Jupiter trembler ) comme je l'ai préciser en haut , il est important de toujours mettre en position 0 le moteur de mise au point et en conséquence d'avoir le PO rentré. sans cela il n'a plus de référence et ne sait plus ou il se trouve. c'est un peu dommage ou alors il m'échappe encore à ce jour un de ces paramètres. il aurait été judicieux du constructeur d'y apposer une petite mémoire avec une pile pour conserver cet état. ma MAP se trouve vers 73500 pas (27 mm du PO). je lance l'applicatif et directement je lui demande d'aller a la valeur demandée. la encore il s’exécute sans broncher pour aller se positionner au point considéré au bout d'une minute. Attention , sous Prims le positionnement n'est pas déterminé en "pas" mais en "mm". il y a bien la correspondance mais ce sont bien des valeurs en millimètre qu'il faut rentrer. ça déroute un peu mais lorsque ces valeurs seront mémorisées cela n'aura plus aucune importance. il suffira alors de cliquer sur la position mémorisé comme "jupiter" et il répondra immédiatement pour se positionner tout seul à ce point de référence. la mise au point a été au début un peu laborieuse car je l'ai faite sur Jupiter qui ondulait en fonction de la turbulence présente. pour trouver le bon positionnement j'ai préféré au bout d'un moment réaliser cette MAP sur une de ces lunes. comme ce n'est qu'un point il est plus facile de faire la MAP sur cet objet que de faire attention aux détails des nuages de Jupiter. ensuite j'ai affiné en faisant attention aux détails mais c'eszt assez compliqué avec de la turbulence en variant par pas de 20 sur le logiciel sesto , on constate assez rapidement cette variation au bout d'une Centaine de pas. Il en a été de même avec la MAP sur une étoile avec un masque de bahtinov. en grossissant l'étoile au maximum sur l'écran (180x) grâce au logiciel ASICAP , on constate en effet un lègé déplacement de la barre centrale au bout d'une centaine de pas. conclusion : la précision de ce moteur (ou focuser dans le jargon) est redoutable. certains considèrent que ce niveau de précision n'est pas visualisable ou n'a pas d'utilité. non seulement ,j'ai pu le constater mais il a bien une incidence sur la MAP au bout d'une centaine de pas. rappel du masque de bathinov : la lumière provenant d'une étoile va former une figure composée d'un X et d'une barre qui coupe cet axe . ce barre centrale se déplacera en fonction de la MAP. si vous constater un message d'erreur sur la reconnaissance des pas du focuser , il vaut aller le reparamétrer dans l'onglet "configuration" . pour mon cas c'est du à un conflit de port USB pour le test de la focalisation veuillez lire le post "les fonctions principales du logiciel PRISM V10" mesure du capteur de température : afin de connaitre la précision obtenue par la sonde thermique , j'ai comparé les données du sesto senso avec le capteur Mbox de astromi.ch et une station de météo de netatmo. le sesto permet d'avoir une précision au centieme de °C et réagit automatiquement des qu'on y colle une source de chaleur : précision et réactivité sont les point fort de ce système. un décalage de 0,7°C a été constaté avec la MBox et de seulement 0,05 ° C avec la netatmo (du à la précision de cette sonde). mesure du backlasch et variation en fonction de la T°: en cours d'élaboration points positifs : qualité et finition du produit logiciel ergonomique et très simple d'utilisation capacité de charge importante et supérieur à certains du marché : 7Kg protection de l'axe de mise au point contre l’humidité et la poussière très bonne fixation au PO points négatif : Le poids 350gr Prix contenu mais supérieur à certains du marché Besoin d'une sonde externe positionnement du focuser à l’arrêt user-manual-SESTO-SENSO-v2-EN.pdf
  7. Avis sur Moteur de mise au point ZWO EAF

    oui il est assez précis . peut être même trop. quand je fais la map automatiquement sur une étoile ce n'est pas vraiment apparent mais en visuel c'est autre chose. enfin moi je l'ai constaté il faut que je peaufine le réglage des pas en fonction de la T° et que je vérifie le backlash. le must serait qu'ils incorporent une pile pour connaitre la position actuelle du PO : "le moteur n'a d'autre part plus de référence de positionnement et l'on doit le repositionner au point de parkage pour le remettre en service.". moralité il faut toujours ramener le PO à sa position d'origine avant d’éteindre son PC.
  8. Avis sur Moteur de mise au point ZWO EAF

    tu as prism qui le fait automatiquement aussi bien pour tes filtres que pour tes différents set up
  9. Avis sur Moteur de mise au point ZWO EAF

    en effet il n'y a pas de raquette pour faire la map . c'est le seul reproche que je peux lui faire . pour le reste il n'y a rien à redire. le soucis vient bien souvent du PO qui n'est pas de bonne facture sur une grande partie des tubes le prix est nettement moins cher sur le site primaluce https://www.primalucelab.com/astronomy/sesto-senso-robotic-focusing-motor.html
  10. j'ai toujours voulu faire de l'astrophotographie avec une lunette en raison des différentes remontées que m'en faisaient les forumeurs. il y a presque un ans (déjà) et un peu par chance, j'ai pu acquérir cette astrotech 106LE conçue et dédiée apparemment pour ce travail. caractéristique de la lunette : - Diamètre : 106 mm - Focale : 690 mm - f/d : d 6,5 - triplet avec espacement par air avec élément en verre Ohara FPL53 - porte-oculaire Crayford 2,7'' rotatif démultiplié 1:10 (plutôt atypique ) - bagues de sortie 50,8mm - pare-buée rétractable - valise de transport - baffles internes et optiques traitées multicouches pour une transmission et un contraste exemplaires - queue d'aronde vixen https://stephastroblog.wordpress.com/2017/08/18/lunette-astrotech-106690/ sur le papier elle a tout pour plaire aux vue des caractéristiques données en la recevant , j'ai été surpris du poids et de la finition du tube : elle ne fait que 10Kg , ces dimensions restent dans le domaine du raisonnable 70cm , elle transpire la qualité et sa mallette est de bonne facture le premier constat qui surprend rapidement : quel idée a eu ce constructeur à mettre une queue d'aronde Vixen de 21 cm ? non seulement je ne l'a trouve pas adaptée mais en plus elle risque d'apporter des flexions vu que les anneaux ( qui sont de bonnes factures ) sont fixés dessus chacun pas seulement une vis je décide donc de la changer ans un futur proche par une Losmandy 10 micron et de m'en servir comme support pour ma lunette guide. cela rajoute du poids mais je gagne en stabilité. elle n'est pas dotée de renvoi coudé mais le vendeur m'avait fournit deux bague allonge de 80 et 50mm. visuellement les premiers essais n'ont pas été très faciles car il est plutôt compliqué de regarder une étoile lorsque la lunette pointe au dessus de 50° ce manque sera vite comblé par l'achat d'un PO Baader ClickLock 2" https://www.astroshop.de/fr/renvois-coudes/baader-clicklock-renvoi-coude-a-miroir-coulant-de-50-8-mm/p,14694 sa réputation n'est plus à faire même si son poids est assez conséquent et son prix assez élevé. Le gros avantage de ce porte oculaire réside dans son système de serrage Baader . c'est sa facilité d'utilisation qui est déconcertant : un quart de tour et l'oculaire est bloqué et centré . on ne peut pas faire plus simple. il fait le job et les oculaires de plus de 500 gr ne lui font pas peur. le pare buée a remplit amplement sa fonction jusqu’à maintenant et je n'ai pas eu à acheter des résistances chauffantes le lieu d'observation s'y prête peut être aussi mais comme l’hiver pointe son nez je pense en acquérir une d'ici peu. côté mise en température , c'est tout l'inverse de mon Zen 250mm en moins d'une 1/2h , la lunette est mise à température ! autant dire que vous perdrez plus de temps à mettre en station votre monture qu'a attendre l'absence de turbulence dans le tube ce n'est parce que cette lunette est dédiée à l'astrophoto du CP qu'il n'est pas possible de s'en servir pour l'observation visuelle. je dirais même vu son rapport F/D de 6,5 et ces optiques en FP53 , qu'elle parfaitement à l'aise dans ce domaine. la première fois que j'ai jeté un œil à l'oculaire , ça été la claque : un piqué et un contraste des étoiles à vous couper le souffle. pourtant adepte des SC , je ne peux que reconnaitre la supériorité des lunettes dans ce domaine il en a été de même avec des oculaires ortho sur les cratères de la lune. vous en prenez plein la vue et difficile de s’arrêter d'observer. en grossissant à 172,5x avec un ortho de 4mm , le visuel obtenu est splendide , époustouflant aussi bien au niveau luminosité que du contraste . les détails sont saisissants , les failles/ cratères apparaissent bien détaillés. j'aurai bien voulu pousser le grossissement à 250x mais je ne possède pas à ce jour d'ortho de 2 ou 3mm je suis pas un adepte ni un spécialiste de l'optique ; ma vue est loin d'être aussi bonne que les jeunes mais je peux vous confirmer que la planéité du champ est respecté ; le chromatisme est très bien maitrisé et aucun astigmatisme n'a été constaté il y a certainement des défauts mais ils sont si faibles que je ne les ai pas vu pour le moment En visuel Amplifié , là encore elle remplit le job et les objets du ciel profond ne demandent qu'une acquisition de 2s pour apparaitre à l'écran. M13 qui se trouve assez haut à nos latitudes , c'est révélé dans sa toute splendeur : brillant et majestueux vous me direz mais quel est son point faible car il en faut bien un ? le PORTE OCULAIRE ! c'est là son principal problème même si je n'ai pas trop de désagréments par rapport à certains autres utilisateurs. il est très efficace en planétaire même si l'on constate qu'une motorisation est nécessaire pour avoir une excellente MAP en photo. suivant de très bons spécialistes en la matière , le constructeur a réglé la friction en limite du glissement pour protéger la mécanique. vous avez donc la possibilité d'effectuer un serrage plus fort au détriment de sa durabilité dans le temps passons à la photographie planétaire : Ayant une ASI 1600mm pro avec un pixel de 3,75µm , je n'ai jamais pu obtenir la MAP avec une barlow powermate 2x et avec les équipements que j'avais en ma possession. malgré le rajout de 2 bagues rallonges et d'un applanisseur , il faut aller la chercher à plus de 30 cm ce qui peut provoquer des flexions dans le PO. le serrage est correct sans être extraordinaire et il ne possède pas de filetage M48. le résultat est là comme vous pouvez le constater sur cette photo même si je ne suis pas au bon échantillonnage. PS: prise de 1000 fps avec un peu de vent .500 ont été retenus pour l'empilement avec seulement un drizze de 1,5x. pas d'autre traitement pour finir je vous conseille de partir sur des capteurs CMOS ayant un pixel de 2,4µm pour le planétaire pour la photographie du CP : je n'ai pas pour le moment fait de tests approfondis pour donner mon avis et publier des photos sur cette page par contre , j'ai pu acquérir dernièrement un applanisseur 2" ASTRO TECH (d'occasion) qui ne se trouve disponible à ce jour que sur les sites américains . son prix n'est pas donné mais il remplit ces fonctions : les quelques tests que j'ai pu faire avec l'applanisseur 2 pouces donne un backfocus de 56 mm avec un vignetage très faible et une forme rondes des étoiles même dans les coins les points positifs : - Finition du tube - Prix contenu pour une 100mm - triplet en Verre FLP53 et calage des optiques bien supérieur à certains hauts de gammes suivant certains forumeurs - Pas de collimation à réaliser pour celui qui se veut itinérant - Mise en température rapide - Poids et longueur du tube contenu - Adapté au CP par son rapport F/D <7 - Possibilité de faire du planétaire les points négatifs : - La queue d'aronde Vixen - Le porte oculaire atypique en 2,7" et qui mériterait d'être de meilleur facture. A changer si possible par un Moonlite ou un Feather touch - Avoir de nombreuses bagues allonges pur utiliser une Barlow x2 pour la photographie planétaire. Moon_070819__lapl4_ap1042_Drizzle15_conv.bmp
  11. wifi raspberry ekos/indi

    Sauf que certaines baies vitrées sont traitées dans la masse et provoque une cage de faraday.
  12. je vais je vais te donner mon ressenti même si mon télescope c'est un 12 pouces. À faible grossissement tu peux tout à fait prendre des oculaires très Basic avec un champs tres grand. Par contre plus tu vas grossir plus tu devra aller vers des ortho tu vas perdre en champs mais tu vas gagner en luminosité et en contraste.
  13. Monture 10micron GM2000 HPS II

    En plus il y a plein de videos que tu peux consulter lorsque tu fais tes manips.les deux sont une vrai valeur ajoutée. 😀
  14. Monture 10micron GM2000 HPS II

    c'est vrai qu'au premier abord ça à l'air brouillon mais après quel plaisir. il m'a fallu bien 4 mois pour commencer à le maitriser avec prism , tu donne le nombre de champs à réaliser ; le nombre d'étoiles à mesurer par champs et tu lances l'appli . avec le résultat cela te donne un fichier que tu vas incorporer dans la BDD de la monture . c'est aussi simple que ça. le calcul ne se fait plus sur 20 ou 80 étoiles mais sur Xchamps x Xetoiles : soit 5000 étoiles. quand je veux pas me fatiguer je le fais avec la raquette sur à peu prêt 11 etoiles . les corrections sont minimes.
  15. Monture 10micron GM2000 HPS II

    tu devrais essayer celui de prism (si tu l'utilises pas) c'est un jeu d'enfant : il fait tout si il n'y avait que cette fonction qui soit aussi simple. il déroute au début mais après une dizaine d'heures de manipulation il est d'une efficacité redoutable.
  16. Monture 10micron GM2000 HPS II

    c'est un trépied titan ?
  17. Monture 10micron GM2000 HPS II

    moi c'est une HPS 1000 en nomade et la qualité et le suivi sont parfait . la 2000 était mon rêve mais le prix et les occasions étaient rares à trouver sur les PA. pour la transporter , je l'ai mise dans une grande valise classique. la mousse du constructeur a exactement la dimension des valises grand format. le trépied Aries est un modèle de son genre : stable ,pas trop lourd (13Kg) et simple à installer par son système de réglage du pied. les contrepoids ne sont pas donnés mais sont de qualités. la demi colonne est un plus voir recommandé quand on pointe le zenith côté suivi cette monture est un régal . lorsque je fais mon modèle de pointage avec ma lunette (environ 1heure pour 80 étoiles/champs ), la précision tourne autour de 1" à 15 arcsec. pour la lune je ne fais même pas de mise en station. couplée avec prism V10 c'est un régal.
  18. tu veux parler de celui ci que j'ai lu attentivement ? http://www.astrosurf.com/jousset/page_technique/comparatif_reducteurs_c14.htm très bien fait en effet et merci pour le lien. nous n'avons pas la même lecture des résultats apparemment : tu vois le verre à moitie plein moi je le vois à moitié vide. il parle : - du vignetage induit par ces réducteurs "une baisse régulière à mesure que l'on s'éloigne du centre du champ et une inflexion brutale due au vignetage mécanique des réducteurs" (sic) - il aborde le champs corrigé qui est très très loin du 50mm . - et une chose que je ne voyais pas : "la perte de lumière sur le CCD de guidage devient rédhibitoire à la recherche d'une étoile guide suffisamment lumineuse et peu déformée par les aberrations. " j'ai surtout noté "Pas facile de trouver une étoile guide suffisamment lumineuse sans parler des aberrations optiques" . là j'aurai voulu qu'il détaille plus son analyse autre point qui conforte ce que je disais sur l'autre forum "Avec une optique à champ plan, les nouveaux Celestron Edge HD, le chip d'autoguidage aura toujours une étoile propre de disponible. Dans ce cas, un simple réducteur tel le 27TVPH d'Astrophysics sera bien adapté." j'ai aussi lu attentivement le post d'antares le fou : https://www.webastro.net/forums/topic/123922-vignetage-c8-réducteur/ et surtout noté la réflexion d'un certain christiand ( c'est peut être toi ) : En revanche les distorsions sur les cotés sont inévitables, même avec un réducteur correcteur le champ du C8 à F6.3 n'est pas assez plan pour le format d'un APN, donc il faut donc recadrer en sacrifiant une partie de l'image (Ce n'est pas le cas avec un C8 Edge HD). j'ai aussi lu le post de celestron 74 : https://www.webastro.net/forums/topic/91154-concernant-les-réducteurs-de-focale-pour-sc/ j'ai là aussi noté la remarque d'un certain "olivdeso" : "Un réducteur x0.63 ne corrige déjà pas les étoiles dans les coins d'un capteur APS-C et le vignetage est sensible. Avec un x0.5 ou encore plus un x0.33, le champ couvert est extrêmement réduit. Les seuls réducteurs qui couvrent et corrigent à peu près l"APS-C sont les x0.8 et encore, c'est pas simple à mettre en œuvre pour avoir une correction parfaite et symétrique. pour en revenir au sujet de ce comparatif pour avoir eut un meade 10 pouces LX200 avec un réducteur 0,63 et actuellement une lunette AT106LE avec un F/D de 7 , je préfère largement ma lunette même si le diamètre n'est que de 106mm je rejoint "colmic" sur sa réflexion en enfonçant le clou des emmerdes induites par la lame de fermeture.chose étrangement que je ne constate pas pour le moment sur mon mak 250mm tu peux pas savoir comment c'est chiant en nomade de poser un tube de 250mm sur une monture allemande (poids et encombrement) ; d'y faire l'équilibrage et de se trimballer des contrepoids en plus . je parle pas du coût des contre poids que l'on te facture à 150€ pièce (gloups) chez 10 micron. sur l'alta de MEADE c'était encore plus chiant :30Kg le bestiaux/monture et c’était une galère à poser sur une table équatoriale tout en mettant les vis derrières (impossible à faire sans se casser le dos ). d’où mon choix pour un ASA 10N dont le poids ne dépasse pas 9Kg .bon le prix n'est pas le même aussi . "troller" je ne pense pas mais peu importe . proposer un produit s'en en donner les aspects négatifs j'appelle ça "tronquer la vérité" pour être poli
  19. tu veux parler de ce test ? http://www.astrosurf.com/jousset/page_technique/comparatif_reducteurs_c14.htm qui parle surtout du vignetage important et non négligeable induit par ces reducteurs j'ai aussi appris gra tu m'expliqueras comment arriver à un F/D de 7
  20. surtout que pour y arriver sur un C11 , il faudra rajouter un réducteur de focale qui va apporter des aberrations optiques ; des pertes dans la transmission du signal et une réduction du champ corrigé. j'aime bien le post de Cbuil pour sa description des effets de ces réducteurs sur la transmission.
  21. Avec une obstruction de 40 %, cela doit pas aider ?
  22. robofocus

    c'est quoi comme robofocus ?
  23. simple supputation : je dirais le condensateur (si s'en est bien un au dessus ) qui c'est mis en court jus et à laissé l'ampérage passer qui a détruit la piste . la piste a jouer le rôle de résistance. plus de peur que de mal. les condos chinois sont de mauvaises qualités christophe
  24. IMX455 bruité?

    et pas qu'un peu . j’espère seulement qu'il n'aura pas la même maladie de la 1600 avec les micro-lentilles
  25. IMX455 bruité?

    moi c'était plutôt le petit tableau du dark current qui m'intéressait qui semble plus réaliste que les 0.02e-/pixel/sec at -20C annoncés par les sites de ventes. on voit qu'en descendant à -35°C le dark current est de 0.011e/sec et en extrapolant à -50°C il devrait dépasser la barre des 0,007e/sec mais là ou je te rejoins c'est qu'a même température IMX est devant