cbuil

L'astronomie en 1983 (avant le CCD, mais presque !)

Recommended Posts

Bonjour Christian,

Bonjour à tous,

 

Ah, quelle belle vidéo ....., et ce T60 qui continue de nos jours sa mission auprès des amateurs et des manipes pro-am.

 

Bon, nous aurions des pages d'histoire à mettre en forme ...., cela mériterait un ouvrage sur la genèse, l'exploitation, le comité des programmes, les collaborations pro-am,les résultats du T60, etc.. ! A l'époque une exemple unique dans un lieu professionnel pour des amateurs avec une collaboration entre les quatre composantes du monde amateur d'alors (SAP, SAF, ANSTJ, FAPAM) à la création de l'AT60.

 

Et puis ce C8 "rue Bonnat"..... c'est loin à présent.

 

Belle histoire de partage que tu as permis et qui perdure.

 

Franck Vaissiere

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

1983 : l'année où j'ai découvert le ciel avec ma toute première lunette de 60/700...

 

Merci pour cette vidéo « historique » ! Elle nous montre les tout débuts du numérique en astro amateur, c'est drôlement émouvant.

 

Comme beaucoup de gens de ma génération, je pense, j'ai entendu parler de l'astronomie numérique pour la première fois avec l'article de Ciel et Espace posté page précédente par Telespock. Il me semble que la caméra CCD présentée utilisait encore une barette (et non une matrice). Je dois dire que ça ne m'avait pas trop impressionné : les images de la Lune étaient assez moches (des sorties noir et blanc sur imprimante − quand je dis noir et blanc, c'était vraiment noir et blanc, sans les niveaux de gris intermédiaires). Mais l'article avait été évoqué lors d'une réunion de mon club astro, et j'avais été étonné d'apprendre que c'était l'avenir. Des astrams bien plus expérimentés que moi avaient compris...

 

C'est un article de Serge Brunier, paru dans Ciel et Espace vers 1988 je dirais, qui m'a convaincu : on y voyait de belles images cette fois, et du ciel profond, et prises non plus au T60 du Pic, mais dans un petit Newton 150 mm en pleine ville. Surtout : Ch. Buil avait détecté des amas globulaires autour de M87. Ça, ça m'avait scié ! Dès sa sortie, j'ai commandé le livre Astronomie CCD pour en savoir plus. Wahou ! Deux choses m'avaient frappé : 1° il y avait les bases de la théorie du traitement d'image, et moi qui commençait des études de maths, je trouvais ça passionnant (et plus tard, ça m'a servi − notamment pour un T.P. sur la transformée de Fourier rapide) ; 2° Ch. Buil ne parlait pas que de faire des images, mais de faire des mesures, en fait de faire de l'astronomie ! À l'époque je ne me reconnaissais pas dans l'astrophoto telle qu'elle était présentée dans Ciel et Espace (on regardait les photos, mais pas les astres) et Ch. Buil nous encourageait, lui, à regarder les astres, les analyser, les mesurer, les surveiller, etc. C'était drôlement stimulant !

 

(Depuis la démocratisation de l'imagerie, on regarde de nouveau les photos et pas les astres. J'ai des preuves. :) )

 

Après, dans les années 1990, j'ai fait un peu d'imagerie, mais c'était trop contraignant, et je n'observais pas assez souvent pour progresser, du coup j'ai fini par laisser tomber. Mais je ne regrette pas d'avoir connu ça. Je me souviens notamment d'une nuit où j'avais une liste de comètes qu'un copain ayant accès à Usenet m'avait envoyé. Je les ai « imagées » une par une : celle de magnitude 10, puis celle de magnitude 11, puis celle de 12, et même celle de 13... trop facile ! (La dernière était quand même toute petite, en plus il y avait pas mal de galaxies dans le champ, ça n'aidait pas...) Le brouillard m'a interrompu, dommage, la liste n'était pas terminée....

 

Ce qui est génial, c'est qu'à partir du travail de pionnier de Ch. Buil on soit arrivé à être capable de détecter des planètes extra-solaires par photométrie (comme dans la vidéo) avec une lunette de 80 mm. C'est une des choses qui m'ont le plus épaté dans l'astro de l'an 2000.

 

Voilà ce que m'évoque cette vidéo « historique »...

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

en quarante ans notre quotidien a totalement changé, le monde d'alors était analogique et les astronomes amateurs étaient des pionniers dans l'utilisation de technologies qui sont communes aujourd'hui.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos commentaires, témoignages et réflexions. C'est toujours instructif et émouvant.

 

Plein d'amateurs font des innovations aujourd'hui, c'est un vrai prolongement, un flot continu. Mais il faut reconnaitre que ce début des années 1980 a  constitué une vraie rupture. Pour ma part, je suis maintenant dans la spectrographie, c'est plus discret, mais c'est vachement important car cela donne une toute autre vision des objets du ciel.

 

BM, j'étais à Fresnel entre 1976 et 1977, on a donc surement dû se croiser (c'est fort quant même). Mais moi juste après,  je suis parti directement vers mon premier job chez Thomson-CSF à Issy les Moulineaux, et j'ai fini au CNES à Toulouse comme expert senior en instrumentation optique, comme quoi, tu le constate, l'optique m'a suivie de bout en bout !

 

L'article de Ciel et Espace qui a été déterré montre effectivement la première caméra CCD à barrette. Pour la petite histoire, le boitier métal que l'on voit à l'arrière du C8 (que j'ai toujours) était un photomètre photoélectrique, qui a été le successeur de celui que l'on voit dans le film du T60 de 83, mais  cette fois à base de photodiode, plus de photomultiplicateur. Lorsque je me suis posé la question de savoir dans quoi j'allais mettre ce premier capteur CCD, l'idée m'est venue de détourner la mécanique du photomètre. C'était en avril 1984.

 

Christian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, cbuil a dit :

BM, j'étais à Fresnel entre 1976 et 1977, on a donc surement dû se croiser (c'est fort quant même). Mais moi juste après,  je suis parti directement vers mon premier job chez Thomson-CSF à Issy les Moulineaux, et j'ai fini au CNES à Toulouse comme expert senior en instrumentation optique, comme quoi, tu le constate, l'optique m'a suivie de bout en bout !

C'est marrant effectivement, curieux hasard 43 ans après. Oui on a dû se croiser dans les étages ou le grand hall, très probablement. On a dû avoir les mêmes profs peu ou prou (dont j'ai oublié les noms sauf quelques rares : Evano en tournage, Carbon en réglages optiques, Mariot je crois en TP Optique...).
C'était assez  "rustique" en tout cas comme école (les démontages de vieux télémètres de l'armée Allemande des surplus de la seconde guerre mondiale pour récupérer les prismes de renvois et les groupes optiques de transports, ...) avec des choses intéressantes quand même (labo de métallisation et de traitement des lentilles sous vide, ...)  c'était aussi une autre époque (l'informatique n'existait que sous forme de grosses machines en COBOL ou FORTRAN, ou pour nous sous la forme des premières calculatrices de poches programmables avec quelques dizaines de pas de programmes : la préhistoire quoi).

 

Pour ma part vu les débouchés assez faibles en optique en France (sur les 23 de ma promo, une douzaine ont travaillé dans l'optique - dont un en astro chez Medas-, les autres ont obliqué) j'ai préféré aller vers d'autres de mes centres d'intérêts, la mécanique, le process, l'électricité.

 

BM

Edited by bm607
Mon chat a marché sur le clavier en cours de rédaction !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now