Bruno-

Member
  • Content count

    13129
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

398 Excellent

1 Follower

About Bruno-

  • Rank
    astrosurfeur

Personal Information

  1. Stage de seconde

    Entre Google et un livre écrit par un historien de l'astronomie du CNRS, j'ai vite fait mon choix...
  2. Stage de seconde

    La question n'était pas de savoir qui y avait pensé le premier, mais de savoir si Herschel avait « découvert » des galaxies. Wright et Kant n'ont pas découvert des milliers de « nébuleuses ». Herschel, oui, et de plus il a effectué certains calculs, sous certaines hypothèses, conduisant à la conclusion qu'il s'agissait d'objets en dehors de notre galaxie. Son raisonnement est un raisonnement scientifique, ce n'est pas juste une hypothèse choisie en fonction de ce qu'il croyait savoir.
  3. Stage de seconde

    Oui, il dit qu'il est probable que ces nébuleuse soient aussi étendues que celle dans laquelle nous habitons. Et il dit aussi que ces nébuleuses sont extérieures à notre galaxie. Donc je ne vois pas pourquoi tu prétends que Heschel ne pensait pas qu'il s'agissait d'objets extérieurs à notre galaxie : il a écrit noir sur blanc qu'il le pensait. Certes, il ne l'a pas prouvé, mais il le pensait. C'était ça la question de départ : savoir si Herschel pensait qu'il existait des galaxies extérieures à la notre, pas savoir s'il l'avait prouvé (c'est Hubble qui l'a prouvé).
  4. Stage de seconde

    Pourquoi affirmes-tu ça alors que le passage que j'ai cité (extrait d'un livre écrit par un historien de l'astronomie) explique le contraire ? Tu as le droit de ne pas être d'accord, peut-être que je raconte des bobards ou que je cite ce livre de travers, mais dans ce cas tu dois rebondir sur ma citation (« non non, tu n'as pas compris le livre » ou « l'auteur se trompe lourdement, en effet... »). Sinon il n'y a pas de dialogue.
  5. Stage de seconde

    Roul : on l'a déjà dit, c'est en effet Hubble qui a prouvé l'existence de galaxies extérieures et personne ici, je crois, ne l'a contesté. Je disais juste que Herschel pensait qu'il existait des galaxies extérieures, et qu'il le pensait suite à un raisonnement scientifique (basé sur des hypothèses certes plus qu'approximatives). Il serait donc faux de dire que, pour Herschel, toutes les nébuleuses faisaient partie de notre galaxie.
  6. Stage de seconde

    J'ai cité le livre sur lequel je me base dans mon premier message de la page précédente, en haut. Du coup je recopie le message en question :
  7. Stage de seconde

    W. Herschel a fait plus qu'émettre une hypothèse. Comme je l'ai expliqué plus haut, il a fait des calculs en se basant sur le fait qu'une nébuleuse était forcément un amas d'étoiles non résolues, donc un objet très lointain, etc. Il faut bien se souvenir que Herschel a commencé ses découvertes de « nébuleuses » alors que Messier était toujours en activité (mais en fin d'activité). Quand il observe les objets de Messier, surprise : les nébuleuses sont souvent des amas d'étoiles ! Messier n'avait résolu qu'un seul amas globulaire, M4. Mais M2, M3, M5, M9, M10, M12, M13, M14, M15, M19 et M22 par exemple, étaient pour lui des objets flous (très semblables à des comètes). Herschel les résout tous en étoiles. Or d'autres objets restaient des objets flous (notamment à la fin du catalogue de Messier : M81 et M82 par exemple, ainsi que des centaines de ses propres découvertes). Imaginez : M33 est aussi brillante que M13 (magnitude environ 6) mais on n'y distingue aucune étoile ! Herschel sait que M13 se résout à partir de la magnitude 12 en une multitude d'étoiles. Or son plus gros télescope atteint la magnitude 17, soit des astres cent fois plus faibles et il ne voit rien dans M33. Herchel fait alors l'hypothèse que les étoiles sont toutes de magnitude comparables : si les étoiles de M33 sont >100 fois plus faibles que celles de M13, c'est qu'il est >10 fois plus éloigné. Or sa magnitude globale est identique, donc il contient >100 fois plus d'étoiles que M13 (qui est déjà très riche). Et si jamais les nébuleuses non résolues, comme M33, sont d'immenses amas d'étoiles, que dire des milliers de petites nébuleuses qu'il trouve un peu partout dans le ciel ? Je ne sais pas si ce sont exactement les calculs de Herschel, mais je sais que c'est ce genre de calcul qu'il a effectués (en particulier j'ai lu qu'il faisait ces deux hypothèses : les nébuleuses sont faites d'étoiles ; les étoiles sont toutes d'éclat comparables). Que d'autres galaxies existent en dehors de la notre était la conclusion d'une étude, ce n'était donc pas une hypothèse. Mais il fallait faire des hypothèses pour obtenir cette conclusion (et celles-ci n'étaient pas très solides...) Je poste un message en disant que Lord Rosse pensait que M51 était une nébuleuse où se formaient des planètes, et tu réponds à ce message en demandant s'il comprenait qu'elle était formée d'étoiles. Tu ne lis pas les messages auxquels tu réponds ? (On va tourner en rond...)
  8. eVscope, Stellina

    Une image digitale, c'est un dessin. (Fait sans crayon, sans pinceau, directement en mettant l'encre au bout des doigs). C'est une image numérique.
  9. Stage de seconde

    Herschel pensait qu'il s'agissait d'autres galaxies, mais ne l'avait pas démontré (comme l'a rappelé Motta). Cela dit il s'appuyait sur des arguments assez convaincants. Cela dit, il faut quand même noter que son raisonnement suppose que les nébuleuses sont composées d'étoiles, or ce n'est pas toujours vrai. C'est dans le courant du 19è siècle qu'on commence à admettre l'existence de « vraies » nébuleuses, car une théorie de la formation du Système Solaire prévoit l'existence d'un nuage de matière autour du Soleil ayant donné les planètes. C'est pour ça que les dessins de « nébuleuses spirales » de Lord Rosse sont devenus célèbres : on croyait qu'il avait découvert des étoiles entourées du disque de matière où se forment les planètes. (Alors que Herschel considérait avec justesse que ces objets étaient d'autres galaxies, parce qu'il croyait − sans preuve − qu'ils étaient composés d'étoiles.)
  10. Durée du jour, saison et latitude

    Très bien faite en effet, cette vidéo ! Merci pour le lien
  11. Stage de seconde

    Non, en milliers. Son fils John a « juste » étendu les recherches de papa pour l'hémisphère sud. Mais à l'époque on parlait de nébuleuses, même lorsqu'on pensait qu'elles étaient faites d'étoiles. William Herschel est allé beaucoup plus loin (scientifiquement parlant) que Messier : non seulement en découvrant beaucoup plus de nébuleuses, mais aussi en essayant de comprendre leur nature. Il a aussi étudié la distribution des étoiles et a découvert qu'elles appartenaient à un immense amas d'étoiles, la Galaxie. Comme il parvenait à résoudre de nombreux objets de Messier que Messier ne résolvait pas (les amas globulaires) et savait que c'était grâce aux plus grands diamètres de ses télescopes, il en déduisait que toutes les nébuleuses étaient faites d'étoiles (plus tard il a admis l'existence de vraies nébuleuses lorsqu'il a observé ce qu'on appelle aujourd'hui les nébuleuses planétaires) et que celles que même son télescope de 1m ne résolvait pas (aujourd'hui on les appelle des galaxies) étaient donc des « amas » d'étoiles très lointains, et que vue leur magnitude, ces objets devaient être aussi grands que notre Galaxie. Je cite Fr. Chaberlot (La Voie Lactée, CNRS Éditions) qui cite Heschel : « Parmi le grand nombre de nébuleuses que j'ai déjà observées, se montant à plus de 900, il y en a beaucoup qui en toute probabilité sont aussi étendues que celle dans laquelle nous habitons ; et donc elles sont toutes séparées les unes des autres par de très considérables intervalles. » Chaberlot poursuit : « C'est la première fois dans l'histoire de l'astronomie que l'isolement spatial de notre Galaxie et l'existence de galaxies extérieures à la Voie Lactée sont démontrées [dans l'esprit de Herschel, par l'observation et le calcul]. » Alors, doit-on considérer que W. Herschel a découvert des galaxies ou pas ?
  12. eVscope, Stellina

    OK, je comprends mieux : effectivement à la campagne on est toujours sous les étoiles, alors qu'en ville le seul contact avec l'univers reste un appareil de ce genre (pour qui ne souhaite pas se lancer dans l'astrophoto).
  13. eVscope, Stellina

    Voilà, exactement ! Tout est fait de A à Z, c'est ça qui est nouveau. Concernant ton autre réponse, après l'avoir lue je modifie donc ma remarque de tout à l'heure : « Pour celles et ceux qui doivent subir la pollution lumineuse... et qui n'ont pas envie de se fatiguer à faire de l'imagerie classique (qu'ils maîtrisent la technique ou non). Car ceux qui sont prêts à faire de l'imagerie classique préféreront utiliser un télescope et une caméra CCD : pour le même prix, ce sera bien plus performant. (Mais effectivement, l'imagerie classique a ses contraintes et je comprends qu'on puisse vouloir, de temps en temps, regarder des images produites sans effort, quand bien même on est par ailleurs bien équipé.) Bref, c'était surtout pour remarquer que le Stellina ou l'Evscope ne sont pas les seules parades contre la pollution en ville. Il y a belle lurette qu'on peut faire de belles choses en pleine ville, Ch. Buil l'a montré depuis Toulouse il y a plus de trente ans. Ce qu'apportent ces télescopes, c'est l'automatisation complète, et j'ai du mal à voir pourquoi ça concernerait plus les citadins que les campagnards. (Car même à la campagne on ne pourra jamais voir directement les couleurs des bras de M51, hé non...)
  14. eVscope, Stellina

    Et qui répondent au critère 1. Car ceux qui s'intéressent à l'imagerie préféreront utiliser un télescope et une caméra CCD : pour le même prix, ce sera bien plus performant. (J'insiste sur ce point parce que j'ai parfois l'impression qu'on oublie que si le Stellina ou l'Evscope permettent d'enregistrer des images du ciel profond, c'est grâce aux possibilités de l'imagerie numérique, pas grâce à quelque chose qui serait spécifique à ces deux appareils.)
  15. Le suivi des étoiles variables courantes me paraît possible (et utile), sous réserve que l'image obtenue n'ait pas trop été traitée (le pré-traitement doit rester compatible avec des mesures de magnitude).