Bruno-

Member
  • Content count

    13449
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

804 Excellent

1 Follower

About Bruno-

  • Rank
    astrosurfeur

Personal Information

  1. accessoires pour un dobson

    Ne t'inquiète pas, c'est rare que je regarde la Lune en entier. De toute façon, quand je l'observe, c'est avec la tête binoculaire, et je n'ai pas deux filtres. Mon message, c'était surtout pour dire que si on veut filtrer la Lune en entier (et ça peut se comprendre : c'est plus confortable si on est dans le noir (*)), je préfère le double filtre polarisant au filtre lunaire classique. En pratique je ne l'utilise plus depuis que j'ai la tête binoculaire. ---- (*) Imaginez une soirée d'observation publique avec une Lune gibbeuse : on ne va pas tout allumer parce qu'un des télescopes pointe la Lune à faible grossissement, peut-être que d'autres essaient d'observer le Double Amas...
  2. accessoires pour un dobson

    Je n'observe pas souvent la Lune, mais je trouve que pour le confort, il est utile de filtrer un peu quand on la regarde en entier. J'utilise pour ça un double filtre polarisant. Depuis que je connais cet accessoire, je ne pourrai plus revenir au filtre lunaire classique. Le double filtre polarisant assombrit sans dénaturer les couleurs et, surtout, permet de régler l'assombrissement.
  3. Dobson

    Rastas971 : j'ai deux nouvelles, une bonne et une mauvaise. Alors, la bonne... Comment ? Tu veux que je commence par la mauvaise ? OK. La mauvaise nouvelle, c'est que tu es mauvais. Maintenant la bonne nouvelle : tu es mauvais. Eh oui, c'est une bonne nouvelle, ça veut dire que ça ne vient pas du matériel (les oculaires sont d'entrée de gamme mais permettent de faire des observations). On a tous débuté un jour, mais quand tu sauras t'en servir, tu verras quelque chose. Là, il y a Lune qui revient, spectacle garanti ! Oui mais ici on parle du « Advanced », c'est du bon matériel. D'ailleurs j'ai déjà vu ce modèle là, il est tout à fait recommandable.
  4. Merci pour ce lien très intéressant !
  5. À propos d'ordinateurs surpuissants (voire suprémacistes), je vais vous raconter une histoire... Là, aujourd'hui, je vous écrit depuis ordinateur équipé d'un Celeron Duocore, une technologie qui date de plus de dix ans. C'est une machine que j'avais achetée d'occasion à 120 € parce que je ne voulais pas dépenser plus − tant pis si ce pas le dernier cri. Bref, c'est une machine minable par rapport à ce qui existe aujourd'hui. Au début des années 90 et durant mes études de maths appliquées, j'ai fait un stage à l'I.N.R.I.A. En gros et sans détailler, un chercheur (qui dirigeait mon stage) avait réalisé des calculs numériques en 2D pour résoudre un certain problème compliqué, et voulait passer à la 3D. Solution : faire tourner le programme 3D sur le Cray II que l'I.N.R.I.A. louait. Mon rôle était d'adapter le programme Fortran qui existait déjà (il fallait le « vectoriser ») et de le compiler, puis le chercheur l'envoyait sur le Cray pour le faire tourner (il avait droit à un créneau d'une heure chaque semaine, je crois). Notez que la compilation ne se faisait pas sur le Cray, ce serait du gaspillage. Elle se faisait sur les machines du labo, qui tournaient sous Unix comme tout le monde (le Cray aussi). Tout ça pour expliquer que, au tout début, on m'avait fourni une brochure expliquant comment compiler pour le Cray (les options de compilation, d'optimisation, tout ça...) J'ai commencé à lire la brochure dans le train. C'était inouï. Qu'on se remette dans le contexte. Durant les années 80, les PC étaient répandus dans les entreprises, pas chez les particuliers, car ils coûtaient très chers. À la maison, on avait des ordinateurs « familiaux », comme l'Amiga ou l'Amstrad CPC. Amstrad a été le premier à commercialiser un PC à moins de 10000 F (de peu, hein), le PC-1512. Au début des 90s, il commençait à exister quelques PC à moins de 10000 F : processeur 286 (les 386 étaient plus chers, les 486 hors de prix : il existait à l'époque des PC à plus de 50000 F), 512 Ko de mémoire vive, puis très vite 1 Mo voire 2 Mo, et disque dur en option. Les disques durs atteignaient 10 Mo, 20 Mo, et plus pour les modèles à 50000 F bien sûr. On savait qu'un jour viendrait où il y aurait des disques durs de 100 Mo. Dans la brochure, ils indiquaient : 3 Go de mémoire. Trois quoi ? Giga ? Comme les gigowatts de "Retour vers le futur" ? Il faut brancher le Cray sur un paratonnerre pour qu'il marche ? 3000 Mo de mémoire ! Alors que les PC les plus onéreux en offrent 40 au maximum... En fait il y avait un truc qui clochait. Alors j'ai relu. C'était pas la mémoire disque : c'était la mémoire vive ! 3 Go de mémoire vive ! Mais c'est la science-fiction ! Le Cray II était un monstre. C'est le premier ordinateur au monde à avoir atteint le gigaflops : un milliards d'opérations en virgule flottante par seconde ! Les chercheurs du labo où je faisais mon stage se seraient damnés pour en avoir un sur leur bureau. Le PC minable avec lequel je vous écris a 8 Go de mémoire vive et fait du 10 gigaflops. Avec 120 €, j'ai mieux qu'un Cray II sur mon bureau. Mon PC, je l'aime d'amour. La moralité ? Vous me voyez sûrement venir : a-t-on besoin de plus de puissance alors qu'on se promène avec des Cray II dans la poche ? Sera-ce pour trouver plus rapidement un vaccin ? Pour les calculs de l'engin spatial qui nous mènera sur Mars ? Lisons l'article "FLOPS" de Wikipédia : « le réseau de minage permettant la génération de la cryptomonnaie Bitcoin totalise une puissance d'environ 64 exaFLOPS. Il s'agit du réseau le plus puissant au monde ». Voilà à quoi ça va servir. Si Google s'y implique, nul doute que ce sera pour le traitement des énormes données qu'ils collectent afin de nous asservir par la publicité.
  6. Opposition mars le 30 septembre

    J'aime beaucoup le style, ça fait « dessin à l'ancienne » ! On reconnaît bien les formations, avec la Grande Syrte qui fait son apparition dans la brume matinale..
  7. D'après le souvenir que j'ai de l'article d'Alain Maury, l'observation visuelle se faisait au foyer coudé (ou Nasmyth peut-être), donc avec un long F/D, ce qui explique des images peu agréables : le plus faible grossissement est déjà très fort donc montre la turbulence.
  8. Ce sont peut-être deux sujets proches, mais le débat portait sur la pub. C'est la pub pour l'instrument qui était « attaquée », pas l'instrument. C'est pour la pub que Looney et Jean-Luc se sont « écharpés ». C'est important de faire la différence car le meilleur moyen de décrédibiliser le débat est de faire croire qu'il y a plein de gens qui condamnent l'instrument. ------------------------------------------------ Je viens de relire la première page. Donc en fait j'avais tort : très vite le débat a porté sur l'intérêt des imageurs automatiques. Mais j'avais raison : si des réserves étaient émises, il s'agissait rarement de condamner ces instruments, et c'est bien la publicité qui était le plus souvent dénigrée. Un petit résumé des opinions de chaque intervenant (en page 1) concernant la publicité puis les instruments : Bill46 : Pub déguisée ? Initiative louable, française. Daniel Bourgues : Choqué par l'argumentaire de la pub, qui dénigre l'astronomie traditionnelle. Parle de gadget high-tech, d'appareil superbe, se réjouit qu'il y ait un public. Patry et Adamckiewicz ironisent gentiment (« monture sur un chercheur », « lentille photo d'iPhone ») Starjack : La publicité vend l'univers comme un paquet de cacahuètes. Reconnaît qu'on a pu réagir de même quand sont sortis les premiers « goto » et qu'il s'agit d'une querelle des anciens et des modernes. Gagarine : Avec ironie, dit que la pub a un côté « sauveur du Monde ». A acheté un eVscope. JLDauvergne : (rien concernant la pub) Il y a des usages pour lesquels ces instruments sont utiles ; il y a une marge de progression. Arnaud Bouvet : (rien concernant la pub) L'instrument s'adresse à une nouvelle clientèle, comprend cette nouvelle clientièle. Achaim : (rien concernant la pub) C'est un autre style, pourquoi pas ? XavS : (rien concernant la pub) Il n'y a plus de plaisir. Pluton42 : (rien concernant la pub) Demande s'il y a une marge de progression. Colmic : Trouve la pub « un peu malsaine ». Reconnaît qu'il apprécie l'automatisation actuelle. On voit bien que dans cette discussion il n'y a pas vraiment de dénigrement de ces instruments. (En tout cas pas dans la page 1, je n'ai pas le temps de faire les 21 autres pages...)
  9. Volcryn : je pense que tu te trompes de débat. Le sujet de cette discussion (je ne parle pas du « flood » mais du sujet de départ) est la publicité faite pour un de ces nouveaux télescopes tout-automatique. Il ne s'agissait donc pas de taper sur ceux qui utilisent ces instruments. L'un des premiers messages, je trouve, résume bien le sujet du débat qui a suivi : Je trouve que c'est un débat légitime, et il y a eu pas mal de choses intéressantes dites à son sujet. Mais le sujet du débat a été détourné pour le dénigrer (ce n'est pas un « pour ou contre les télescopes tout-automatiques »), puis enfoui par du « flood » sans intérêt par des êtres supérieurs qui ont décidé que ce débat n'avait pas lieu d'être (ils ont réclamé que la discussion soit close, puis l'ont « floodée » pour qu'elle le soit − pratique indigne d'un forum de bonne tenue). Bref, revenons au débat. Tout a été dit ? Je ne sais pas.
  10. pc fixe

    Breiz Atao disait qu'il fait du traitement d'image avec Siril, donc il n'a pas besoin de Windows.
  11. Donc en fait quand on se fait traiter de « vieux con », on ne se fait pas traiter de con ? Par contre la phrase conditionnelle « si tu es trop con », là oui on se fait traiter de con ? La connerie, c'est drôlement subtil.
  12. Il y a aussi tous ceux que Chonum a traité de con. ----------------------------- Tu es sûr que ces télescopes à 2000-3000 € sont présentés comme permettant la démocratisation de l'astronomie ? Si on généralise la notion de tenant et aboutissant, je crois que c'est déjà le cas avec l'astrophoto. Combien d'astrophotographes s'intéressent à la nature astrophysique des objets qu'ils prennent en photo ? La nébuleuse du Cœur, par exemple, pourquoi tout le monde s'y intéresse depuis quelques années ? Qu'a-t-elle de spécial, et combien pourraient le dire ? Mais chacun pratique l'astronomie à sa façon. Il y a peut-être les poètes du ciel qui s'intéressent uniquement à l'esthétique des astres quand les scientifiques voudront connaître leur nature.
  13. Bien débuter en astronomie ?

    Entre le 250 mm et le 300 mm chinois, la différence que je vois surtout, c'est la difficulté à faire rentrer le 300 mm dans une voiture. Un 250 mm tient sur le siège arrière (sauf peut-être certaines petites voitures), pas un 300 mm. Il faut donc le poser dans le coffre et avoir de la longueur. Pour ma part j'utilise un 300/1200, il tient sur la banquette arrière. Mais les Chinois ne les fabriquent pas à cette focale. Dommage car je crois qu'il y aurait de la demande. C'est vrai que le mieux est de voir de près et d'essayer. Et puis ça dépend de la façon qu'on a de pratiquer l'astronomie. Quelqu'un souhaitant observer de temps en temps les plus beaux objets du ciel profond n'a pas besoin du diamètre maximum, et s'il veut les voir sans prise de tête il pourra opter pour un instrument à pointage électronique. Par exemple le Nexstar 8. Mais s'il observe souvent, donc progresse plus vite, et cherche à détecter un maximum de choses, il mettra en priorité le diamètre. C'est ce genre de chose qui est important, avant les critères strictement optiques.
  14. Bien débuter en astronomie ?

    Si le sol est en pente, c'est embêtant pour l'utilisation d'un Dobson. Sa base doit être horizontale. Après, il est peut-être possible de s'en sortir avec un petit bricolage. Mais le problème se posera aussi pour le tabouret. On observe assis avec un Dobson (c'est un de ses avantages) et si le terrain en pente, il y a risque de se casser la figure...
  15. C'est dans quel arrondissement de Paris, ce Pic ? Concernant les transits d'exo-planètes, je me souviens que, il y a plus de dix ans, Vjac en avait observé un avec une lunette de 80 ED (et une caméra CCD je crois). Ce genre d'observation est possible grâce à l'imagerie numérique, un capteur CCD pouvant faire office de photomètre. Est-ce que c'est faisable avec un Stellina ou un Evscope en plein Paris ? Il faudra le prouver, mais il me semble que c'est en effet théoriquement possible.