Bruno-

Membre
  • Compteur de contenus

    12 717
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

114 Bonne réputation

À propos de Bruno-

  • Rang
    astrosurfeur

Informations personnelles

  1. Quel appareil pour bien débuter ?

    Faire du ciel profond avec un télescope de 127/1900 sur monture azimutale, je veux bien qu'on dise que ce n'est pas impossible en théorie, mais à part pour battre un record ou se tirer une balle dans le pied, je crois qu'il faut éviter de l'envisager. Entre un télescope avec un F/D de 15 (comme ce Maksutov) et un télescope avec un F/D de 5 (par exemple le 150/750), les poses seront 9 fois plus longues. Là où le 150/750 posera 30 secondes, le Maksutov devra poser 4m30s pour faire pareil, et avec une monture azimutale par dessus le marché... Mon avis : laissons tomber l'astrophoto du ciel profond. Ça demande un instrument coûteux et encombrant (car il faut une monture robuste). San astrophoto, le choix devient plus simple.
  2. Dobson et planètes

    8 mm + Barlow ou 4 mm, la question est la même : n'est-ce pas un grossissement trop fort ? Et là, je ne pourrai pas répondre, car je crois que c'est assez subjectif. Je préfère les petites images contrastées, donc je n'aime pas trop grossir, mais d'autres personnes préfèrent que l'image soit plus grosse, quitte à perdre un peu en contraste. Chacun ses goûts. J'ai eu un 4 mm sur mon 200/1200 d'autrefois, et finalement je trouvais qu'il grossissait trop pour moi (je l'ai remplacé par un 5 mm). Il est vrai que je m'intéressais surtout à Jupiter (la seule planète qui montre régulièrement des détails intéressants à sa surface ─ Saturne c'est joli, mais il n'y a pas besoin de grossir à donf pour voir les anneaux, et Mars, c'est quelques mois tous les deux ans et encore), or Jupiter est peu contrastée et supporte mal les très forts grossissements. Le mieux serait d'essayer en empruntant les oculaires des copains...
  3. M37, la belle surprise

    Ah, un CROA agréable à lire ! Bonne idée de grossir sur les amas ouverts, surtout quand ils sont compacts comme M37.
  4. Quel remplaçant pour le Sony A7s?

    Justement, vu le prix d'un appareil, faire le trajet en voiture pour l'acquérir en mains propres vaut le coup, non ?
  5. siril et windows 10

    De plus Code::Blocks n'a rien à voir avec Linux puisqu'il existe sous Windows. Ce qui est spécifique au monde Unix, c'est par exemple les “makefile” (je ne sais pas s'il existe un équivalent Windows ?) Si Chonum avait dit quelque chose comme « passer de VS à make, c'est raide », ça aurait du sens. Windows vs Linux, c'est comme télescopes vs lunettes : ce qui compte, c'est qu'on ait le choix.
  6. L'expansion pour béotien

    Oui, si j'ai bien compris c'est ce qui s'est passé au début, quand l'univers était dominé par le rayonnement : on obtient alors l'inflation. Mais ici on parlait surtout de l'expansion présente, qui est obtenue en supposant l'univers dominé par la matière. On n'oublie pas le reste : on le néglige. La matière suffit, et il me semble qu'il est faux de dire qu'avec juste la matière, tout se contracterait. (D'après ce que j'ai compris...)
  7. L'expansion pour béotien

    Non, la matière suffit : en présence de matière, l'univers peut être soit en contraction, soit en expansion. Refais les calculs, tu verras. De plus attention, l'énergie n'est pas un objet physique comme la matière, c'est une grandeur (comme la masse, la température, etc.). Parmi les objets de l'univers, il y a la matière, mais il n'y a pas l'énergie. De toute façon, l'énergie tout court, ça ne veut rien dire. L'énergie, c'est toujours l'énergie de quelque chose. Par exemple, dans l'univers il y a des particules, et ces particules ont une certaine énergie (et une certaine température, etc.)
  8. Quel appareil pour bien débuter ?

    Je trouve que, s'il s'agit juste d'un télescope pour s'initier (en ayant en vue, plus tard, quelque chose de plus sérieux), le choix n'est pas si difficile. En effet, de nombreux modèles font l'affaire : Nexton 150/750 équatorial, Dobson 200/1200, lunette 90/900 équatoriale, Maksutov 127 azimutal ou équatorial... Tous ces instruments permettent de découvrir l'astronomie dans de bonnes conditions, du moment qu'il s'agisse de modèles ayant fait leur preuve (privilégier les marques bien connues). Oui, ils n'ont pas les même caractéristiques, mais ils permettent tous de découvrir l'astronomie. La difficulté, c'est quand on veut d'entrée trouver le télescope définitif. Si on débute, on ne connaît pas bien ses goûts, donc je trouve qu'il vaut mieux avoir une petite expérience avant de choisir le télescope définitif (d'ailleurs c'est ce que font pratiquement tout le monde, non ?). On demande parfois aux gens : planètes ou ciel profond ? Question bête, puisque 1° elle ne permet pas de trancher sur le choix du matériel (l'observation des planètes demande les mêmes capacités que l'observation du ciel profond : le plus grand diamètre possible, la meilleure qualité optique possible), et 2° l'astronomie, c'est les planètes *et* le ciel profond. Il y a des gens qui se spécialisent, mais après des années de pratique, pas au début. D'ailleurs le vrai choix discriminant, c'est : observation visuelle ou photo ? Un instrument optimal pour le visuel ne l'est pas du tout pour la photo et vice-versa. Mais je ne pense pas qu'on doive prendre au sérieux une envie de photo qui vient avant d'avoir découvert l'astronomie. Disons que si la photo attire vraiment, il serait judicieux de débuter avec un télescope équatorial. Pour l'instant, dis-toi que toute qualité a un prix. Ainsi les Schmidt-Cassegrain et les Maksutov sont compacts : ils coûtent plus cher (toutes choses étant égales par ailleurs). C'est normal : pour obtenir cette compacité, on utilise un élément optique supplémentaire (*). De même avec le pointage automatique : c'est un coût supplémentaire puisqu'on a dû ajouter un dispositif électronique. À budget égal, un télescope compact montrera donc forcément moins de choses qu'un télescope non compact, de même un télescope muni d'un pointage automatique. Pour moi, c'est une raison pour estimer qu'on ne doit choisir un télescope compact que si on n'a pas le choix (parce qu'un télescope de taille « standard » serait intransportable, par exemple), de même pour le pointage automatique (si on n'est pas à l'aise avec le pointage manuel, ça peut sauver la vie). ---- (*) Il existe des télescopes compacts qui ne coûtent pas plus cher que leur équivalent « normal » : les catadioptriques 114/1000, 130/1000 et 150/1400. Mais leur qualité optique est détériorée (justement parce que, pour ne pas augmenter le prix, ils n'ont pas mis l'élément optique supplémentaire dont je parlais plus haut, la lame correctrice). Ou alors on raccourcit la focale : mais une focale plus courte est plus difficile à obtenir, coûte normalement plus cher. Il existe pourtant des Newton 115/450 ou 130/650 pas plus chers : leur optique est moins bonne (en gros : ils devraient avoir un miroir parabolique, or ça coûte cher, donc on le vend avec un miroir sphérique, qui conviendrait seulement si la focale était suffisamment longue, or ne l'est pas). (Il existe par ailleurs des 114/450 et des 130/650 paraboliques.) Tout ça est logique : on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Dans les choix que tu as cités, il me semble qu'on trouve quelques-uns de ces télescopes douteux.
  9. L'expansion pour béotien

    Juste l'expansion, c'est une conséquence de la théorie de la relativité générale. En gros, on suppose que l'univers est homogène, donc a une densité de matière constante, on l'assimile à une sorte de gaz de galaxies (ou plutôt de gaz de superamas) dont les chocs sont négligeables, d'où une pression nulle. On injecte ces données dans les équations (d = constante, p = 0) et ça fournit plusieurs types de solutions : certaines décrivent un univers en contraction, d'autres décrivent un univers en expansion. Donc l'expansion n'a rien de mystérieux : ça sort de la théorie. (Même la phase exponentielle sort de la théorie : avant l'apparition de la matière, l'univers était dominé par le rayonnement, donc d=0 et p=constante (pression de radiation), je crois. Et les calculs aboutissent à un espace-temps en expansion inflationnaire.) C'est l'accélération qui ne sort pas de la théorie de la relativité. En théorie (de la relativité), l'expansion décélère forcément, et ce en fonction de la densité de matière. (Si je me souviens bien.)
  10. L'expansion pour béotien

    Voici comment je répondrais à ce genre de question... Déjà, 10 ans, c'est un peu court pour voir quelque chose. Il me semble que le taux d'expansion actuel de l'univers correspond à une augmentation des distances de 7 % par milliard d'année. En 10 ans, ça donne seulement 0,000.000.07 % en plus... Mais bon, mettons qu'on ait deux particules. Pourquoi ne s'éloignent-elles pas de 7 % par milliard d'année ? Parce que l'expansion de l'univers n'est pas une force, mais une conséquence de la gravitation (qui, elle, est une force). Je crois qu'il ne faut pas imaginer une sorte de force mystérieuse qui ferait gonfler uniformément tout l'univers. Non, c'est juste une conséquence de la gravitation. Or la force de gravitation a une intensité extrêmement faible à coté des autres forces (électromagnétisme et interaction forte notamment), du coup, entre deux particules, ça ne compte pas, ce sont les autres forces qui interviennent. Et au niveau des galaxies ? Toutes les galaxies interagissent gravitationnellement les unes les autres, par ailleurs la contribution gravitationnelle de l'ensemble de la matière de l'univers cause une expansion de l'espace. Prenons deux galaxies proches. La galaxie de gauche subit l'influence de la galaxie de droite, ce qui l'amène peut-être à s'approcher (ça dépend). Par ailleurs elle subit l'influence gravitationnelle de l'ensemble de la matière de l'univers, qui cause une expansion de l'espace (en gros). Eh bien il est fort possible que l'influence gravitationnelle de la galaxie voisine soit plus forte que celle de l'ensemble de la matière dans l'univers. Dans ce cas, les deux galaxies peuvent très bien s'approcher malgré l'expansion. Et c'est ce qu'on observe en pratique : quand deux galaxies sont proches, leur influence mutuelle l'emporte sur l'influence de l'ensemble de la matière dans l'univers. M31 est tellement proche de nous que son influence gravitationnelle l'emporte sur celle de l'ensemble de la matière dans l'univers. Effectivement, elle s'approche de nous. M51, par contre, est tellement loin que son influence gravitationnelle est plus faible que celle de l'ensemble de la matière dans l'univers : elle s'éloigne.
  11. Pour avoir le nord en haut (ou en bas), il suffit d'orienter la caméra (ou l'appareil photo) par rapport au tube (dans le même sens que le tube sur un Newton, et “à l'endroit” derrière un Schmidt-Cassegrain ou une lunette. Quand on poste une image, je trouve que c'est un plus d'indiquer l'orientation, car ça aide ceux qui regardent l'image à repérer ce qu'il y a à repérer. Mais il me semble qu'il n'y a pas d'obligation à mettre le nord en haut ou en bas, même si c'est le plus pratique. En tout cas, il faut prévenir s'il y a une inversion miroir (et à mon avis il faut éviter).
  12. Plan et premier investissement

    La date du 27/07 n'a rien de particulier en pratique. Mars s'observera avant et après cette date. Mais elle sera si basse ! Moi, c'est 2020 que j'ai marqué sur mon calendrier (Mars sera un peu moins proche, mais nettement plus haute sur l'horizon). Pour l'observer en 2020, je pense qu'un grossissement de 2xD est très bien (avec un diamètre modéré). Mais pour 2018, la turbulence atmosphérique risque d'être importante, ce qui va dégrader la résolution, donc nécessiter des grossissements moins forts. Bon, il faudra essayer... Attention : le grossissement maxi, c'est le grossissement maxi. Si on utilise une Barlow pour l'amplifier, ce n'est plus le même grossissement. Par exemple avec la lunette de 80 mm, s'il est obtenu avec un oculaire de 3,75 mm, il sera obtenu aussi avec un oculaire de 7,5 mm + Barlow x2, ou de 11,25 mm + Barlow x3, ou de 15 mm + Barlow x4, et ainsi de suite.
  13. Les liaisons dangereuses

    Ce que tu dis est vrai en anglais, mais pas en français où on utilise la virgule pour séparer la partie entière et la partie fractionnaire, et soit l'espace, soit le point, pour séparer les groupes de trois chiffres (l'utilisation du point semble démodée, mais je continue à l'utiliser car c'est pratique).
  14. Plan et premier investissement

    (re eh ben ?)
  15. Plan et premier investissement

    (eh ben ?)