Sign in to follow this  
Namas

Tailler un miroir

Recommended Posts

Salut à tous !
J'ai comme envie de tailler mon miroir (>200 mm). Je cherche des témoignages de personnes qui ont déjà accompli ce genre de travail : temps nécessaires effectif, qualité finale, impressions de bonheur total ou de désastre...
Bref, vous paraît-il plus judicieux d'acheter ou de tailler pour un diam > 200 mm ?

En attendant, bon ciel !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
S'il s'agit d'une question de prix, il y a actuellement de très bons miroirs de 200mm pour des prix corrects (voir Arcane, Lichtenknecker en Belgique). Compter environ 3000F.

Pour le plaisir, le faire soi même est un plaisir qui dure (le mien a trente ans et je m'en sert toujours). J'en ai fait deux. Cela prend un peu de temps, mais quelle importance ?

En revanche cela prend beaucoup de place car il faut s'installer avec bidon ou un tonneau rempli de sable et pouvoir tourner autour... pendant trois à quatre mois (enfin pas en continu bien sûr).

Vous y arriverez toujours et même plus cela prend de temps pour le paraboliser, mieux il sera poli !...

A vous de voir mais le reste (tube, monture) est finalement le plus dur, le moins drôle et le plus cher. Il faut aussi voir cela sinon votre miroir comme beaucoup d'autres finira dans un placard.

Cordialement,

------------------
Laurent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'ai eu la chance de pouvoir tailler plusieurs miroirs et ainsi j'ai pu découvrir les affres auxquelles on peut être confronté. C'est effectivement un grand plaisir de pouvoir réaliser son miroir mais c'est également une source de soucis.
J'ai réalisé mon premier miroir en 1975 lors d'un stage d'astronomie organisé par le Palais de la découverte à la Courtine. C'est ainsi que j'ai mis la main à la pâte si je peux dire. Il s'agissait d'un 260 en verre ordinaire relativement fin, 30mm d'épaisseur. Le stage durait 3 semaines, la nuit observations et photos et le jour atelier d'optique. Nous étions plusieurs à travailler sur le miroir et nous bénéficions d'un bon encadrement technique. L'optique n'a pas été très réussie mais le but était surtout pédagogique. Ensuite en 1977 je me suis décidé à construire mon premier miroir, un 160, il a donné de bons résultats mais était loin d'être parfait. L'année suivante je me suis lancé dans la réalisation d'un 210 à f/d 7 en pyrex, après de grosses difficultés pour la parabolisation (il a fallu la refaire 3 fois) il a été installé dans le tube et oh merveille le résultat était là! D'ailleurs je crois que le telescope existe toujours, je l'avais cédé en 1982 à un ami et il y a deux ans il était à vendre, je ne sais pas qui l'utilise actuellement mais c'était vraiment un superbe instrument, tout était surdimentionné pour pouvoir ensuite accueillir un 254mm. En 1979 j'ai réalisé un 200 à f/d 6, à lambda/29! Là aussi j'ai eu de gros soucis pour la parabolisation, le miroir était en Duran 50, j'espérai que c'était moins dur que le pyrex mais non, en plus c'est un verre très cassant, j'ai même fait un éclat sur la tranche lors d'une mauvaise manipulation au cours d'une séchée en heurtant l'outil. J'ai contacté Mosser qui m'avait vendu les disques, il m'a dit que ça n'avait pas une grande importance, d'ailleurs j'ai réussi à camouffler l'éclat dans l'épasseur du chanfrain! Je me suis servi de cet instrument jusqu'à fin 1985, date à laquelle je suis parti vivre dans le Pacifique sud-ouest. Je ne sais pas ce qu'il est devenu depuis. En 1978 j'ai également participé à la réalisation d'un miroir de 400mm d'un ami, on était pas trop de deux pour déplacer la bête! Je pense que 400mm est la limite maxi si l'on n'est pas équipé pour déplacer les miroirs, je ne sais pas comment procède les gens qui taillent de grands diamètres seuls, ils doivent avoir des systèmes pour déplacer miroirs et outils car dans ces diamètres on arrive vite à quelques dizaines de kilos!!
Tous mes disques et les abrasifs ont été achetés à l'époque chez Mosser, c'était le grand spécialiste en la matière, il est malheureusement décédé depuis. Les aluminures ont été effectuées chez MTO, je ne sais pas si actuellement MTO existe toujours, je pourrai rechercher leurs coordonnées dans mes archives. La taille et la parabolisation on été effectuées en suivant les instructions fournies par TEXEREAU (cf. La construction du télescope d'amateur 2nd édition).
Je pense m'y remettre un jour dès que j'aurai du temps et de la place, j'ai un projet concernant un 300mm ouvert à fd/4 ou 5. Peut-être dans un an ou deux. Par contre pour ce futur instrument il est possible que je fasse appel à une monture du commerce (mais c'est cher!) car j'ai eu trop de problèmes avec mes montures précédentes. Je confirm que la mécanique reste la partie la plus délicate dans la réalisation d'un télscope, n'est pas mécanicien qui veut!
Cordialement Jazzmania24

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour avoir de bons conseils, le bouquin de Jean-Marc Lecleire est vraiment excélent.

Frédéric

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'ai réalisé mon premier miroir en 93. C'était un 210 mm en verre ordinaire, ouvert à 5
Le travail effectif de polissage (sans compter préparation, nettoyage etc...) a duré une cinquantaine d'heures.
Ce miroir équipe le Dobson du club.
Le 2e était un 150 mm ouvert à 8 et a servi pour un autre Dobson actuellement au centre astro des Monts du Guéret.
Le 3 e est un 300 mm ouvert à 5 et il reste à faire toute la partie mécanique.
Comme bouquins, j'ai utilisé " Mon télescope et mon observatoire " de P. Bourge et J-M Becker ainsi que "How to make a telescope" de Texereau.
C'est une expérience fabuleuse pour quelqu'un qui aime bricoler. Quand on n'est pas très sur de soi, il vaut mieux entreprendre cette réalisation au sein d'un club.Le plus grand risque c'est de casser le miroir ou de se décourager.
Quelques photos de ces réalisations sont sur le site Astrolimagne: http://membres.lycos.fr/astrolimagne
G.B

------------------
G.B-astrolimagne

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour compléter ce que j'ai indiqué plus haut sur l'expérience proprement dite, j'ai donc réalisé deux miroirs T210 suivant le guide de J Texereau dans les années 70-75.

Le premier était en Pyrex et prévu à F/6. Nous étions deux et n'avons pas eu de problème particulier jusque la parabolisation bien sûr. La parabolisation a toutefois été entreprise un peu trop tôt et content d'arriver à un résultat acceptable (lambda/16) nous sommes arrêté (regrets). Il a été aluminé chez MTO également mais je pense que MTO a disparu (dommage car très bonne société). Enfin, on s'est aperçu à l'usage que les bords rabattus diffusaient un peu trop et il est diaphragmé à 195 ce qui ne change pas grand chose si ce n'est à l'amour propre. L'obstruction est de 20 % seulement. Au final il donne des images très fines des planètes quoique j'ai toujours des regrets (cosmétiques) sur son état de surface (léger gris) ; j'ai même pensé un moment à le reprendre tellement j'y tiens mais je manque de place pour cela.

Le deuxième était en Duran. Je ne me souviens pas de difficultés d'ébauchage. Par contre prévu à F/4.5 pour en faire un télescope portable (il y 25 ans !) cela a été une galère épouvantable à le paraboliser. Nous étions deux mais fort découragés. Puis un peu par hasard sans doute et après un tas de retouches malheureuses, nous sommes arrivés à lambda/9. Nous en sommes resté là evidemment mais je puis vous assurer que celui là a un poli fin "astronomique". Aussi, un coin du miroir s'est cassé !... et il y eu des problèmes d'éclat y compris sur la surface mais ils ont disparu vu l'énergie passée au polissage.

Disons que faire un miroir tout seul c'est assez difficile car il faut pouvoir être encouragé. Sinon, je pense que ce n'est pas insurmontable et qu'il y a toujours moyen d'arriver à un résultat. 200 mm est le bon diamètre et 250 est déjà nettement plus difficile.

Le reste c'est la mécanique et je connais beaucoup d'amateurs qui se sont arrétés...

Bonne chance

------------------
Laurent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
La société MTO ainsi que Evap Service ont été rachetés et regroupés sur le site de Dourdan par la Reosc.
Voir ici pour les coordonnées (Evap service) : http://lecleire.chez.tiscali.fr/rvt/fournis.htm#vide

Sinon pour ce qui est de la taille de miroir, pour un diamètre de 200 mm , l'économie réalise n'est pas très importante par rapport à l'achat de ce même miroir dans le commerce, mais le plaisir de se faire sa propre optique est irremplacable.
Par contre des que l'on s'attaque à des diamètres plus grands, l'économie réalisé devient très vite attrayante. On peux facilement économiser de 5000 à 20000 fr pour des projets de 300 à 400 mm.
Au delà, c'est bien sur nettement plus et certains amateurs n'hésitent pas a se lancer dans des projets de taille de miroir de 500, 600 mm parfois même plus, et ca entièrement à la main.

Jusqu'à 600, si on a une bonne forme on peux encore envisager de pousser un outil à polir de pleine taille, par contre au delà de 600, il faut passer à des outils plus petit que le miroir, 2/3 de taille voir moins.

Un amateur du Lot et Garonne, a réalisé tout seul dans son coin avec succès un miroir de 1m à F/5. toutes les étapes de la fabrication, de l'ébauche à la parabolisation ont été mené entièrement à la main, ce qui est un sacre exploit! Il a aujourd'hui son télescope sur monture équatoriale de 1m dans son jardin, ce qui tout de même sympa

Pour ceux que ca intéresse, voici ce que peux donner la fabrication d'un 800 à la main par un amateur: http://www.geocities.com/dobsonstathis/32inch_mirroreng.htm
Bien entendu, il ne faut pas se lancer dans de tels projets sans avoir une solide expérience de la taille de miroirs dans des diamètres inférieurs. Le bon diamètre pour débuter se situant entre 200 et 250 mm

Dans tous les cas, si l'on est relativement patient et que l'on a le goût pour les travaux manuels et méticuleux, la taille d'un miroir, quelque soit le diamètre, est une aventure qui peut être passionnante et gratifiante. On prend alors davantage de plaisir a observer avec un miroir que l'on a réalisé de ces propres mains, et souvent, ce miroir pour lequel on ne se sera pas fixé de limite de temps, pour bien le réaliser, sera de meilleure qualité que pas mal de miroirs bon marche que l'on trouve dans le commerce.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this