Geram22

Member
  • Content count

    549
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by Geram22

  1. M1 le crabe en poses courtes

    Bien joué surtout avec une lunette de 70mm Gérard
  2. Acquisitions avec la lunette de 80mm à f/7 . (SQM mesuré à 19.4) R V B 30x60s halpha 12x300s synthése R(=R+Ha)-V- B La comparaison des couches R et Ha n'incite pas à conseiller l'utilisation du filtre H alpha. D'ailleurs cette nébuleuse est souvent de couleur plus jaune sur de nombreuses photos. Les zones en réflexion sont peu visibles ,la raréfaction des étoiles au centre est liée à la présence de nuage de poussières
  3. NGC2683 C. du Lynx

    Faite le même soir que la nébuleuse trifide NGC2683 se retrouve proche du zénith et le ciel reste bon avec un SQM dépassant 20 36x100s et 2x18x60 pour les couches rouges et bleues ,le vert étant un(R+B)/2 Par comparaison voici une précédente photo faite au 200/1000 associé à l'eos (48x60s) Avec cet APN je n'ai jamais pu régler parfaitement la balance des couleurs ,il persiste toujours un fond verdâtre, ceci dit les performances sont honorables pour 48' de pose. Mais c'est tellement plus facile de photographier avec la lunette de 80mm et la caméra
  4. Nova N Per 2020

    Grâce à météociel qui avait prévu une soirée dégagée ce 4 Décembre il a été possible d’organiser une chasse à la nova : N Per 2020 En effet une belle trouée dans les nuages (souvent accompagnés de pluie) a eu lieu vers 20h Sachant qu’avec ce type d’observation les prises de vue durent peu longtemps J’ai pu choper la nova apparue dans Persée : http://cdsarc.u-strasbg.fr/afoev/activ/obs/nova/nper20.htx A droite copie d’écran de « Cartes du ciel » P.Chevalley et téléchargement CDS GAIA 2018 Images avec Star Analyser 100 A comparer avec une image trouvée sur le site ARAS http://www.astrosurf.com/aras/Aras_DataBase/Novae/FitFiles/Images/asdb_NovaPer2020_20201205_746.png http://www.astronomie-amateur.fr/Projets Spectro4 Novae.html http://www.astronomie-amateur.fr/Documents Novae/Raies_Novae.pdf j'ai pu trouver sur ce dernier site les indications permettant d'identifier les raies d'excitation du fer et de l’oxygène, il faut se souvenir cependant que le star analyser ne permet pas d'identifier les détails en dessous de 5nm la même nova photographiée le 06/01/21, baisse de luminosité de1.5 :10.6/9.1 en décembre calcul avec IRIS
  5. Ce traitement met bien en valeur la très grande finesse des images les étoiles sont aussi ponctuelles qu'à l'oculaire (faut s'y habituer) je pense que cet outil (topaz)a de l'avenir . A manipuler avec précaution,il y a quelques cocardes sur la dernière (commentaire fait devant une pause chocolat chaud Il fait nuit claire en Bretagne mais ça caille!!) Amicalement Gérard
  6. Le pélican mixage HBB

    A part ça c'est une fort belle image 15h de traitement et combien de pose ? Gérard
  7. rétro 2020

    Beau bilan avec de la variété dans le choix des cibles Gérard
  8. 2020 première année à la CCD (314L+)

    Bravo ,excellente série Gérard
  9. Mon bilan 2020

    Très belle série ,avec de la variété,un petit plus pour les NP Gérard
  10. Bonjour Je ne fais des darks que pour repérer les points chauds (cosme list avec Iris) J'en fais tous les 6 mois,sinon j'ai des "ratures" sur les photos. Gérard
  11. NGC672 et ses copine à la 290MM

    Très bien (inversion miroir) Gérard
  12. IC443 est un rémanent de supernova, structure résultant de la destruction d'une étoile de masse supérieure à 8 masses solaires(au début de son existence dans la série principale) Au cours de son évolution et en particulier lors de l'explosion en SN ,l'étoile éjecte de la matiére ,si la masse résiduelle de l'astre est supérieure à 1.4MS (mais inférieure à 3 une) alors cela donnera naissance à une étoile à neutron (de diamètre kilométrique pour des densités de 10 + 17 zéros kg/m3) Une étoile à neutron n'est visible qu'indirectement. Une photo d'amateur ne peut montrer que du visible (440-700nm) sachant -que les UV ne franchissent pas l’atmosphère -que les IR proches (770 -10000nm) sont aussi perturbés par l’atmosphère terrestre -que les IR lointains sont pollués par les sources de chaleur terrestres C'est pourquoi j'ai ajouté une photo du satellite Chandra avec des images uv et radio qui ont permis de localiser l'étoile à neutron
  13. La motorisation SW proposée pour EQ5 https://www.maison-astronomie.com/montures/409-kit-go-to-pour-monture-eq5-sky-watcher.html marche pour la GPDX mais le collier plastique situé à gauche est un peu juste pour utiliser les vis d'où le recours à l'adhésif.Avant l'achat j'avais demandé l'avis à d'autres utilisateurs qui avaient procédé de la sorte. pas très esthétique mais marche sans probléme Gérard
  14. L'idée était de profiter d'un bon ciel ce 17/11 en attendant NGC514 et sa supernova culminant à 17h17 M 71 amas globulaire accompagné en bas à droite par le très faible amas ouvert Harvard20 A 19h59 et plus haut dans le ciel NGC 7331 légèrement décadré pour laisser la place au célébrissime Quintet de Stephan Ciel bruité montant à sigma 100 en 1 minute de pose (Une centaine en tout et du dithéring ) Le bruit résiduel est mesuré à 8,ce qui laisse un fond de ciel propre permettant de partir à la chasse aux tachouilles (nombreuses). J'avais en 2018 fait un laïus sur le quintet On y voit que la lunette de 80 n'est pas ridiculisée par le 150 de l'époque(avec un plus long temps de poses) Et pour finir NGC514 faible galaxie dans la constellation des Poissons connaissant son heure de gloire en raison de la présence d'une Supernova dont le transit était 22h46 Photographiée assez rapidement en 30 minutes :1-Pour garder du temps en vue de capturer un spectre de la super nova 2- pour tester la tenue de l'autoguidage nécessaire à la réalisation d'un spectre d'astre de Mag 13.8 Le résultat n'étant pas conforme aux standards de la spectroscopie !!! Je ne pense pas publier le résultat
  15. Etoiles de Wolf -Rayet Ce sont des étoiles massives expulsant de la matière à intervalle plus ou moins régulier. La plupart ont perdu leur enveloppe d’hydrogène (lequel est responsable de raies d’émission où d’absorption chez les étoiles A et B). En conséquence on peut apercevoir les raies d’émission provenant des éléments synthétisés au cœur de l’étoile. -Hélium neutre et ionisé. -Carbone oxygène WC WO. - Azote (type WN). On peut penser qu’il s’agit d’un stade intermédiaire entre des étoiles de type O et une supernova. Etoile O :-T de surface 35000° masse initiale 25 masses solaires. - émission essentiellement en UV. -durée de vie dans la série principale : 3millions d’années. -A partir de 20MS les étoiles perdent 20% de leur masse durant leur vie dans la série principale .Vers 100MS (max théorique) la perte peut être de 90%.. WR136 type WN mag 7.44étoileHD192163 Raies intense et large à 464 -468 Azote et Hélium technique 7x60s lunette 80/560 atik star analyser100 Cette étoile est située au cœur de la nébuleuse du croissant, la bulle étant le résultat des vents stellaires et de l’ionisation de la matière WR155 type WN mag8.9 étoile HD214419 Info technique 8x60 sec star analyser 80/560 atik414
  16. Merci (bon j'ai pas découvert le début de l'explosion d'une SN ) Gérard
  17. Bonjour J'ai essayé le star analyser 100 avec la lunette 80/560 et l'atik sur 3 étoiles de Wolf -Rayet et ça coïncide pas mal avec les courbes de références du site de CH.BUIL que j'ai mises en lien. Sauf pour WR153 où il y a une anomalie !! Explication ?parasitage d'une étoile à proximité? WR136 http://www.astrosurf.com/buil/survey/wrstars/wrstars.html#WR136 WR155 http://www.astrosurf.com/buil/survey/wrstars/wrstars.html#WR155 WR153 http://www.astrosurf.com/buil/survey/wrstars/wrstars.html#WR153 Amitiés Gérard
  18. "mais j'aurais bien aimé avoir le nom "officiel" de cette nébuleuse .... et de l'amas ........ tout du moins, savoir dans quel coin du ciel c'est !" Il s'agit de ngc1491 et l'AO est OCL395 (107) la grosse étoile est lamda de Persée (Il y a une inversion miroir? renvoi coudé?) Gérard
  19. NGC 6951 2eme visite

    Retour des galaxies C'est très beau Gérard
  20. Retour sur l'étoile géante dans Cassiopée et son voisinage de nébuleuses Remplace le sujet « nébulosités dans Cassiopée » Info techniques : atik 414 lunette doublet 80/560 avec réducteur 440 23x240s en Halpha 7nm 10x300s filtre OIII 8nm Synthése RGB :Ha O O + Ha en luminance (traitement IRIS) Info astronomiques - Gamma Cassiopée de mag 2.4 avec des variations de 1 à 3 - Distance :600 A/L -T de surface 25000° -masse initiale 15 à 20 masses solaires,durée de vie dans la série principale 300 millions d'années (Soleil 10 milliards d'années) -Etoile de type Be (la première découverte de ce type en 1866) Cf article précédent En rotation sur elle-même (1 000 000 km/h à son équateur) Avec éjection et formation d’un disque de matière d’où les variations de luminosité, et l’ionisation du disque. Star Analyser et traitement ISIS de gamma Cassiopée Les nébuleuses IC59 et IC 63 sont en émission (UV émis par gamma Cassiopée) Les poussières contenues dans les nébuleuses émettent aussi dans le bleu (réflexion) Mais les difficultés rencontrées pour les imager (Lune montante et quelques problèmes de suivi) m’ont fait choisir le filtre O plutôt que les classiques vert et bleu. Ainsi le bruit final est contenu à 7 ce qui facilite l'ajustement des seuils
  21. En dehors de l’imagerie, la « vraie « astronomie utilise aussi et surtout l’information transmise par l’onde de lumière. L’étude du rayon lumineux quasi ponctuel d’une étoile peut apporter beaucoup de renseignements concernant la source, c’est le domaine de la spectroscopie , à laquelle les amateurs peuvent s’initier . Un des outils les moins chers est le Star Analyser, simple filtre que l’on place sur le trajet de la lumière. Dans mon cas il s’agit du S.A. 100 que je visse dans la roue à filtre, ce réseau(dont je n’expliquerai pas le fonctionnement)disperse la lumière comme un prisme. Le pouvoir de résolution est limité à 5nm (Longueur d’onde/100). Il faut respecter une distance entre le filtre et le capteur pour avoir une bonne dispersion du spectre. Pour ma part avec des pixels de 6.45microns le réseau est placé à 55mm du capteur. Il faut s’arranger pour que le spectre soit le plus horizontal possible, la possibilité d’effectuer une rotation de la caméra / réseau est très utile. Pour les étoiles brillantes comme ci-dessous les poses doivent être assez courtes + où- 1s Donc la capture est facile …..C’est après que ça se corse un peu. En effet il faut maitriser l’utilisation d’un logiciel permettant d’exploiter les images en les transformant en courbe, j’ai réussi à dompter ISIS croyant que mon expérience d’IRIS (du même auteur Ch. BUIL) m’aiderait .Initialement je pensais faire le prétraitement, la registration avec IRIS, mais ce fut la source de messages d’erreur. Pour ce qui me concerne, en spectro il m’a fallu passer intégralement par ISIS, qui possède par ailleurs toutes les fonctionnalités pour prétraiter et traiter les images. Lors de prise de vue la calibration passe par la mesure d’une étoile A à proximité de la cible ,ces étoiles ont 4 raies d’absorption de l’hydrogéne bien pratiques pour « caler » la courbe et compenser la réponse instrumentale ( les photos ci-dessous sont toutes associées au spectre d’une étoile A) Mes mesures s’étalent entre 400 et 720nm Finalement j’arrive à faire presque comme indiqué sur le tutoriel : http://www.astrosurf.com/buil/isis/guide_sa/tuto.htm Voici donc quelques exemples : ETOILES CHAUDES A B ET Be 3 étoiles de la constellation de Céphée -Au centre :Alderamin est une étoile de type A 9000°k caractérisée par ses 4 raies d’absorption de l’hydrogène. De gauche à droite 410,1- 434- 486,1 et la raie H alpha 656,2 nm. Pour info le bleu du spectre est à gauche la raie H alpha à droite se situe dans le rouge. -En haut Alfirk étoile de type B 20000°K. -En bas 6 Céphée étoile très chaude de type Be qui présente la caractéristique d’avoir une raie H alpha en émission , ces étoiles très chaudes et en rotation rapide émettent de la matière lors d’épisodes d’éjection .Il se forme un disque contenant de l’hydrogène ionisé par les photons très énergétiques en provenance de l’étoile (cf nébuleuses H alpha) En phase d’éjection la raie H alpha se modifie, ce sont souvent des étoiles variables Ci-dessous profil de 6 Céphée : A comparer avec une étoile A On remarque sur les étoiles B une atténuation des raies d'absorption de l'hydrogéne qui est de plus en plus ionisé: Plus surprenant encore avec Gamma Cassiopée B0.5IVe en haut à comparer avec Rucbah de type A5 et ses spectres d’absorption en bas On observe dans Gamma Cassiopée 2 raies d’émission à 486 et 656 nm ETOILES DE TYPE SOLEIL Ci dessus Nekkar étoile de type G 8 beaucoup plus calme avec une température de 5500°K (étoile A de référence Alphecca) Ce qui la rapproche du Soleil avec une « atmosphère » plus riche en raies d’absorption : on distingue des raies moléculaires, celles du magnésium, du fer, du sodium en plus de celles d’hydrogéne Le star analyser a un pouvoir de séparation assez faible de l’ordre de 6 nm et n’autorise pas des recherches très fines mais la comparaison avec une courbe plus élaborée en rouge ci-dessous montre que l’on peut faire cependant des observations fiables blog spectro.docm
  22. ngc4565 (galaxie)

    Merci du commentaire, c'est vrai que la FWHM ne descend que rarement en dessous de 1.9pix soit 4.5": faute de la lunette (doublet "apo"), de la turbulence,de l'opérateur? Il y a Fitswork pour réduire les étoiles mais bon....
  23. Merci pour tous ces éclaircissements.les choses commencent à bien se décanter Gérard
  24. Bonjour Je me permets de remonter cette discussion qui pourrait s'appeler "spectro pour le débutants avec un SA100",et qui m'a été très utile Récemment j'avais posé des questions concernant des difficultés rencontrées avec Isis après quelques semaines de tâtonnement ,quelques observations et quelques questions: -Isis marche très bien si on l'utilise à l'exclusion de tout autre logiciel et surtout ....Iris (bizarre),merci pour le tutoriel donc pas de sélection d'image où la moindre manip avant d'aller sur Isis ,qui fait tout bien (l’écran de contrôle en moins par rapport à Iris) -avec le SA100 ma lunette de 560mm F/7 et la 414ex la distance idéale capteur réseau serait de 70mm avec une dispersion de 9.2a/p questions: -avec une SA 200 je pourrais faire des spectres avec une résolution 2 fois meilleure et une distance de50mm(dixit grating to sensor calculator) serait ce un bon investissement? -la bande passante du SA est strictement limitée à 4000 7000 (donc les raies H à 3889 et 3970 sont inexploitables) est ce du au SA où à la cam car on note la même chose avec un newton. -Si on calcule la réponse instrumentale avec une étoile du même type que celle qu'on photographie ,ne risque t'on pas d'avoir forcément la température de Planck de l'objet de référence? Cordialement Gérard