lambda

Membre
  • Compteur de contenus

    159
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

54 Neutre

À propos de lambda

  • Rang
    Membre

Visiteurs récents du profil

1 260 visualisations du profil
  1. Bonjour à vous. Juste un petit up, pour la visibilité de ces questions... Le sujet est peut-être pas très pertinent, ou à côté de la plaque, voir à déplacer/supprimer.... Mais c'est juste un truc qui me turlupine depuis longtemps et je sais qu'ici il y'a de la "resource" niveau ingénierie spatiale, astronautique, physique appliquée, physique solaire, parmi vous, dans nos rangs, qui pourrait apporter de la lumière concernant ce questionnement... Par avance, merci pour vos éventuels retours là dessus. A bientôt. Lambda
  2. Bonjour à vous. Je me posais une petite question... Serait on capable, en l'état actuel de nos connaissances, de concevoir, au moins sur papier, une sonde capable de carrément plonger au Coeur de notre Soleil, ou du moins d' arriver à traverser la photosphere (1million de K ?), et aller sonder dans sa zone de convection, par exemple? J'imagine que d'un point de vue théorique "realiste", on serait capable d'imaginer un design de sonde mettant en jeu un panel de technologies concevable. Mais quid de ce que réellement on serait capable de faire en 2018- courant de ce XXI siècle dans ce domaine? J'imagine, (peut-être faussement) toujours qu'il y'a une course entre les concepts établis théoriquement et l'avancement des technologies permettant de les mettre en oeuvre...). Au moins d'un point de vue théorique "réaliste", d'après vous, quelles seraitent les caractéristiques générales de cette sonde, son design et principe de fonctionnement? Par avance, pardonnez moi pour cette question un peu vague et naïve... A voir comme un exercice intellectuel, j'espère pas trop déplaisant à pratiquer... A bientôt et merci pour votre patience de lecture... Lambda
  3. Aide pour un projet !

    Salut, Avicolas, Quelques infos pour ton projet avec la mention d'un logiciel de simulation, qui pourrait être utile pour ton projet. https://www.webastro.net/forums/topic/164360-aidez-moi/?tab=comments#comment-2554926 logiciel "Univers Sandbox²" a+, Lambda
  4. comparatif cartes satellites vs cartes avex

    Merci à toi Fred, pour cet excellent travail de fond herculéen... Je suis à La Haye, Pays-Bas, et en effet en plein dans du blanc/magenta.... Mais en allant se pommer dans les dunes de bord de mer, par ciel bien clair, peu diffusant (Ca arrive, meme ici), ou dans un parc de bord de ville un peu profond... J'ai de temps en temps de belles surprises en visant haut dans le ciel, me permettant de faire un peu de ciel profond visuel... De meme Scc, j'ai de temps à autre, en rendant visite à des amis dans la campagne au NE de la large banlieue de Leuven, de très beaux cieux donnant accès à la Voie Lactée. Même chose, encore plus flagrante (ciel comparable, parfois, à celui des Landes de Gascogne, en plein massif forestier) dans la region de Chimay, Ou bien encore, sur les hauteurs de Bouillon. Bref, heureusement pour nous, il y'a aencore quelques possibilities, mêmes dans les pires zones d'Europe... Si le ciel se vaut clair et surtout peu diffusant... à+, Lambda
  5. Réfracteur Français : sondage...

    En ce qui me concerne (observateur lambda, pur visueleux/dessin, situation urbaine, possibilité de bouger mais ne souhaitant pas m'emmerder niveau encombrement, budget à investir se voulant contenu, mais donnant accès à un bel instrument...): oui. j'aime bien aussi tenter d'exploiter à fond mes instruments (tous "petits" suivant les standards actuels)... Le plaisir/challenge de sortir un detail planétaire ou d'un objet d CP à partir d'une petite cacahuète.... :) à+, Lambda
  6. Réfracteur Français : sondage...

    Un peu d'interrogation sur le cadre du projet et l'interprétation des résultats du sondage... - Est ce que l'on parle d'un projet permettant de mettre en valeur un savoir faire français tout en donnant l'envie au plus grand nombre de mettre l'oeil dans leur "premier instrument made in France", éventuellement gardable à vie, et à d'autres déjà expérimentés et equipés en consequence de redécouvrir les joies d'une astronomie simple mais abordable et de qualité. ou - Est ce que l'on parle d'un projet permettant de mettre en valeur un savoir faire français en misant le maximum pour créer un instrument d'exception à tout point de vue, indépendemment d'une notion de budget et d'accessibilité au plus grand nombre. Un peu dans l'idée de montrer comme dans le domaine de la joaillerie ou du savoir faire "compagnon" ce que peut produire, repoussé ans ses retranchements du possible, le maître opticien (suivant le concept de l'Homme de l'Art) français. A bientôt. Lambda
  7. Réfracteur Français : sondage...

    Option 1 pour une lunette modeste mais abordable tout en ne sacrifiant pas la qualite optique et mécanique. Un outil sérieux accessible au plus grand nombre.
  8. Un réfracteur français ?

    Et pourquoi est-ce que dans le projet il n'y aurait qu'un diamètre ? Il pourrait très bien y avoir une série de 97 mm passe partout et une série de gros diamètre, s'il y a assez de personnes intéressées. Bien vu Zeubeu, bien vu, je n’avais pas pensé à ça.... ça contenterait tout tout le monde. a+, Lambda
  9. Un réfracteur français ?

    Je prends note, Frank, mais alors si le projet s oriente vers une grande lunette achro française de qualité, ça va quand même j imagine exiger un certain budget à l achat, un truc avec peut être quatre 0 (monture version magnum incluse)? Du coup vous voulez vous orienter vers une niche plutôt élitiste ? a+, Lambda
  10. Un réfracteur français ?

    Il est vrai qu au final ce serait bon de savoir vers quoi voudrait tendre ce projet: - une lunette achromatique aux dimensions exceptionnelles, accessible tant en budget que possibilité d installation uniquement qu’a une poignée d’amateurs spécialisés, chevronnés et ayant pas mal de ressources. ou - un instrument plus modeste, mais toujours d’excellente qualité, mais au budget accessible au plus grand nombre, et permettant aux amateurs de tous niveaux de pratiquer l’astronomie, même modestement au fond d un jardin ou sur un balcon... Suivant l orientation, ça va donner forcément un ton spécifique au dit projet... a+, Lambda
  11. Un réfracteur français ?

    Bonjour à vous. Je me demandais, la chose suivante: - Si le projet est de produire une lunette achromatique de qualité, fançaise: Est ce qu'il ne faudrait pas imaginer un produit qui justement, puisse être utilisé een minimisant autant que possible l'ajout de correcteurs optiques de toute sorte? Je veux dire, personnellement, en me considérant comme un client potential lambda quelconque, pour un usage visuel pur, j'aimerai avoir accès à une lunette achro de qualité, prête à être utilisée telle quelle, avec des oculaires bien choisis certes, mais sans avoir à créer un budget additionnel pour de l'optique de correction additionelle. Tout cela pour au final contenir quand meme ledit budget investi lié à cette lunette, ce qui la rendrait accessible au plus grand nombre... En ce sens, je pencherais aussi vers une lunette de 75-80 mm de focale, à grand F/D (> 10-12)... un "petit instrument", mais optiquement irréprochable niveau optique (modulo le respect inevitable des lois optiques liées à l'optique achromatique définie) et mécanique. Juste une ou 2 remarques en passant. A bientôt. Lambda
  12. Saturne en IR du 20/06, 740/800/CH4

    Merci Christophe, c'est très clair! Impeccable! A bientôt. Lambda
  13. Saturne en IR du 20/06, 740/800/CH4

    Bonjour à vous. C'est extrêmement impressionant, Christophe. Merci pour votre partage. Quelques petit questions: - Comment s'interprète l'image faite avec le filtre "methane"? - est ce que l'on peut dire qu'il y'a beaucoup de methane present dans les anneaux (surtour l'anneau interne) et un peu sur la zone équatoriale de la planète? Ou est ce cela doit s'interpréter différemment? Merci pour vos lumière là dessus. à bientôt. Lambda
  14. En fait, Astrocg, grande chance que tu ais raison après réflexion... je vais faire quelques tests successifs avec différents serrage du miroir et/ou ménisque. mrci et à+, Lambda
  15. Bonjour à vous. En utilisant mon petit Mak (MTO russe 100/700) dans les conditions indiquées ci dessous: - Mak monté sur trépied photo simple, - Mak mis en temperature depuis plusieurs heures, - pas de RC, visée droite directe, - grossissement de l'ordre de X120. - bague de maintien du miroir primaire fortement desserée, juste assez vissée pour maintenir le miroir et évite rqu'il ne se balade en cours de manipulation (serrage léger avec 2 doigts, jusqu'à arrêt de movement de la bague, pas plus) - bague de maintien des elements du prisme fortement desseré de la meme manière que le primaire... Donc elements optiques apparament "relax" dans leur logements... J'ai remarqué un problème d'image suivant: En observant une étoile à une hauteur angulaire (au dessus de l'horizon) inférieure à la louche à 50-60°, j'obtiens une figure d'Airy classique assez net, modulo la turbulence du moment. Si je souhaite observer la meme étoile (ou une de brilliance équivalente) plus haut, donc au delà de 60° à la louche, et à fortiori près du zenith, je n'obtiens plus la figure d'airy, avec la meilleure focalisation possible, mais une espèce de petit paté en forme de croix aux branches plus ou moins marquées/tranchées, courtes et s'affinant rapidement vers l'extérieur. et en défocalisant en intra et extra, une figure plus ou moins ovale avec le grand axe qui pivote "à 90°" suivant que je me retrouve en intra ou extra focale. Alors: Tout cela me fait penser à l'apparition, lorsque je pointe vers le zenith, d'aberration de type astigmatisme (mais peut-être pas que cela...). Mes optiques ayant été libérées de pas mal de contraintes, initialement (voir en gras plus haut) et le scope donnant de bonnes images pour des objets de hateur intermédiaires, je me dis que peut-être en position vertical ou proche, le poids du miroir et/ou des éléments du ménisque fait deformer ces éléments (ceux ci n'étant maintenus que de façon périphérique par leur bague de maintien respective), un peu comme s'il "s'affaissait" sous leur proper poids, en position proche de la verticale. Je m'étais dis que, à défaut de pouvoir agir sur les elements du ménisque, je pourrais au moins soulager le miroir primaire en rajoutant un support anulaire qui soutienne de façon souple et en douceur la zone péri-centrale du miroir. Par exemple, je pourrais confectioner un anneau de mousse souple, pas trop molle, ni trop dure, à placer en sandwich très légèrement compressé, entre l'arrière du miroir et la platine arrière de mon scope (platine qui se visse/devise pour avoir accès au miroir primaire par l'arrière, la platine supportant lem porte oculaire d'un côté et le baffle interne du ;ak de l'autre côté). Comme sur le schéma ci dessous (je n'ai gribouillé que l'arrière du Mak...), qui ne reste qu'un schéma de principe, pas à l'échelle du tout: * en rouge, l'anneau de maintien du miroir (avec un petit tampon annulaire souple en papier que je n'ai pas dessiné) déjà bien desserré. * en vert, l'anneau en mousse à glisser en sandwich entre l'arrière du miroir et la playtime arrière du scope. (par avance, désolép our la qualité du schema, je suis une bille de classe intergalactique en dessin indus... Je n'ai pas fait les filetages pour la bague rouge et la plaque arrière de fermeture du scope, mais je pense que c'est facilement intuitable pour vous...) Mais avant de démarrer ce bricolage, je voulais vous consulter pour bénéficier de vos remarques/lumières/suggestions concernant ce probléme là. Par avance, Merci à vous. à+, Lambda