lambda

Membre
  • Compteur de contenus

    171
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

63 Neutre

À propos de lambda

  • Rang
    Membre

Visiteurs récents du profil

1 433 visualisations du profil
  1. Bonjour à vous... Rapide passage pour partager avec vous un article provenant de C&E qui parle de l'observation de la lune dans le domaine de l'Infra-rouge "thermique" (ici entre 3 et 5 um), lors d'un eclipse totale lunaire. L'observation ayant été realisée par Thierry Midavaine. https://www.cieletespace.fr/actualites/video-regardez-la-lune-se-refroidir J'imagine que vous connaissez déjà, pour beaucoup, l'article et ce genre de manip... Mais personnellement, je trouve la manip originale et les résultats très intéressants.... Applicable, pour l'astronome amateur, peut-être à d'autres objets que ce soit en planétaire, et pourquoi pas en ciel profond? à+, Lambda
  2. 10 000 milliards d'images seconde!

    Bonjour à vous et merci pour cet article... Une question: Qu'est ce qu'on observe ici? Je me pose la question car si on observe un ou plusieurs photons avec l'aide s'un capteur, c'est que les photons ont percutés le capteur et n'existemt plus après cela, non? du coup, je ne comprends pas la video en fait... Les photons de par eux mêmes n'émettent pas des photons pour être observables, enfin il ne me semble pas... Les photons ici traversent un matériau?? il y'a un phénomène de fluorescence induit, et c'est cela qu'on observe?? Excusez moi pour ces questions naives, mais en fait je ne comprends pas très bien l'article tel qu'il est présenté et sa relation avec la video censée l'illustrer... Par avance, merci à vous pour vos explications... à+, Lambda
  3. Bonjour! Bah, après tout, ici aussi on pourrait créer, par le biais de ce genre de fil, un cadre equivalent... (suivant la definition du NIAC que tu donnes... (minus le côté engagement des entreprises... ) Ce serait le "Astrosurf Innovative Advanced Concepts"... le AIAC... Du moment que cela respecte la charte du forum, que le concept proposé soit initialement bien présenté, étayé de façon logique et documentée, et s'apuyant sur des principes physiques "réalistes"/plausible, au moins sur le papier... à+, Lambda
  4. Merci Jackbauer 2 pour cet apport! C'est passionnant! je suis en ce moment dessus... Je me disais que cela vaudrait carrément le coup d'ouvrir un nouveau sujet complètement dédié à ce projet, Peut-être que tu pourrais faire un copy and paste de cela, pour initier ce nouveau sujet, ou la moderation pourrait lre créer, je ne sais pas... à+, Lambda
  5. ascenseur spatial

    Bonjour, Cela me fait penser à un roman SF que j'ai lu il y'a bien longtemps, traitant de ce sujet: "Les fontaines du paradis" de Arthur C. Clarke. à+, Lambda
  6. En fait, Froggyseven, je suis persuadé en effet que pour relever des challenges de ce type, "hors normes", il faut en effet se faire se rencontrer des spécialistes de tout domaines usant de technologies "connexes", meme si le domaine est prima facie pas directement lié au projet... Avoir accès à des points de vues différents, voir complètement inattendus, c'est souvent salutaire... AMHA Merci bobMarsian pour tes liens... En fait, entre la sonde actuelle PSP et la suivante envisagée indiquée par Jackbauer 2, je pense qu'inévitablement, les résulats engrangés vont orienter les choix techniques concernant la conception de LA sonde qui traversera complètement la couronne pour aller barbotter à la surface solaire, voir un peu en dessous, qui sait... Merci superfulgur... Tout le plaisir est pour moi... Les brain storming comme cela, ça me met du baume au Coeur! C'est aussi pour cela que les forums sont faits et devraient être (AMHA) plus souvent utilisés... Perso, sur ce fil, j'ai appris un max de trucs grâce à vous. merci à vous! Mais tout cela ne nous dit pas comment on pourrait envisage d'évacuer la chaleur résiduelle accumulée petit à petit par la sonde, lorsque celle ci se retrouvera profondément enfoncée dans la couronne solaire, ou à la surface solaire, comme le mentionnait Alain... Parce que si j'ai bien compris, meme si on substituait (cf l'idée de la magnetosphere) la sonde à toute forme de bombardement de particiles charges provenant du plasma environnant (meme si très peu dense), celui ci dans la couronne doit rayonner (IR, Vis, UV,???) de façon plus ou moins isotrope du point de vue de notre petite sonde (?). Pour la sonde PSP, elle se situera, sis j'ai bien compris encore à la frontiere extèrieure de la couronne solaire, pas trop enfoncée dedans... On peut supposer que ce problème de rayonement retrograde ne se fera pas trop ressentir et que par le système actuel prévu (fluide caloporteur, evacuation par un "classique" système d'ailettes de radiateur situà à l'arrière et à l'ombre (?) de la sonde) cela suffira à évacuer ladite chaleur de l'arrière de la sonde par rayonnement... Mais pour notre sonde hypothétique plongée en pleine courone? je me permets de mettre ici, ces liens des archives "cours" d'astrosurf, très bien fait (faut que je les repotasse...) http://www.astrosurf.com/luxorion/menu-soleil.htm http://www.astrosurf.com/luxorion/sysol-soleil-blanche5.htm à+, Lambda
  7. Excellente idée que voilà, Syncopatte! Oui, la seconde sonde serait un relais qui en plus convertirait donc le signal optique en signal radio plus traditionnel et plus facilement captable par les moyens déjà existant sur Terre! * les 2 sondes étant "relativement" proches, la puissance d'émission du laser de la première sonde pourrait être revu à la baisse, * la seconde sonde pourrait travailler "confortablement", en mode radio plus conventionnel. Rien n'empêche, si la seconde sonde est suffisament éloignée du soleil, d'être relativement pérenne et d'architecture plus conventionnelle, (elle ne manquerait pas d'énergie solaire pour fonctionner en utilisant des panneaux solaires (à adapter et "durcir" malgré tout, j'imagine...), pour servir à nouveau de relais pour une autre mission ultérieure voulant envoyer encore une fois une autre sonde "kamikaze" vers la surface de notre astre... à+, Lambda
  8. Bonjour Syncopatte... Je ne suis pas assez callé, pour quantifier, ni meme simplement entrevoir la puissance instantanée nécessaire à déveloper par le laser, mais en fait, au niveau detection sur Terre, je me dis la chaose suivante: * En supposant que tout va bien niveau callage de la fréquence du laser avec la bande d'absorption choisie correspondante: En fait comme on observe un "clignottement" de la bande d'absorption, qui correspond à la modulation du laser (j'imagine un mode de modulation avec le codage associé binaire...), il suffirait d'être "juste" capable d'observer de très faibles variations dans ce clignottement... Genre passage de la bande sombre à quelque chose "d'un poil moins sombre", et d'arriver à paramétrer le seuil de détection du dispositif d'observation au sol assez bas de façon à détecter cette micro variation..... En gros, c'est plus une histoire de rapport S/N minimal exploitable par le récepteur sur Terre que de puissance produite par l'émetteur qui me semble capital ici (quoique plus l'émetteur sera puissant, plus le clignottement et son contraste sera perceptible et facilement décodable sur terre... abondance de bien ne nuit pas... :D). Il y'aurait de la perte d'information (conditions atmosphérique terrestre variables, activité solaire variable, variations dans l'orientation du cône de lumière produit par le laser, que sais-je...) j'imagine, mais en programmant initialement la sonde pour que chaque session d'envoi vers la terre se répète en boucle N fois sur une période donnée avant de passer au prochain paquet, on peut imaginer arrive rà limiter la casse et patchant les N paquets d'infos ensemble pour retrouver plus ou moins la totalité de l'envoi correspondant.... Tant que la sonde n'a pas cramée.... Encore une fois, c'est peut-être très débile, et je subodore que les centaines d'ingénieurs qui ont bossé sur les sondes Mariner/Pionner/Voyager et consort ont bien du se casser la tête sur ces histoires de recuperations extrême de données... d'ailleurs, (en transposant cela à ce dispositif optique proposé ici) c'est peut-être bien dans leur "prior art" méthodologique que la "vérité" se trouve.... à+, Lambda ps: Dis, Syncopatte, faut pas laisser ce "document graphique" ici, hein, y'a des jeunes à l'âme sensible et innocente qui peuvent tomber par inadvertence dessus...
  9. En même temps, comme le dit Syncopatte, si on pouvait imaginer (base sur l'état de l'art existant ou sur le point d'exister) une sonde capable de traverser la couronne solaire et de "barbotter" à proximité des spicules et capable de transmettre des données pendant ne serait-ce que une ou 2 minutes avant de faire "pschiiiit"... ce serait déjà un succès (intellectuel).... à+, Lambda
  10. ... Comme dis par Alain, et que j'avais proposé vers le début du fil, en ce qui concerne une protection envisageable de la sonde de l'exposition au vent solaire et au plasma constituant la couronne, portée à 2 millions de K , tripalement parlant, j'aurais tendance à imaginer notre petite sonde capable de générer une magnetosphere suffisante pour la soustraire au bombardement de la majorité des particules chargées énergétiques constituant le plasma de ladite couronne. Ceci dit, bien que cela soit une piste pour rêgler le problème de l'exposition à la couronne, cela ne résoud en rien le problème de l'exposition de la sonde au rayonnement lumineux direct du Soleil et à l'évacuation nécessaire de la chaler résiduelle accumulée par la sonde avec son miroir, par nature imparfaitement réfléchissant... Il faudrait imaginer des mesures additionnelles complètement dédiées à cette partie là, comme dit Christophe H... En même temps, Alain, se dire que "c'est pas gagné", ca ne veut pas forcément dire, stricto sensu, que c'est impossible... (mode "optimiste naïf": on...) Pfiouuuu.... à+, Lambda
  11. Bonjour à vous. Merci pour tout ces apports! pfiouuuu, il y'a en effet une multitudes d'obstacles à négocier. c'est clair, mais cela reste autant de challenge (au moins intellectuels, "sur papier") à relever.... L'exercice, version "brain storming" dans tous les cas me semble sain et émulateur! à défaut de pouvoir tout "résoudre" d'un bloc (en ce qui me concerne c'est forcément implicite... :D), je me permets 2 ou 3 idées... - en ce qui concerne ce point là: Peut-être pourrions imaginer un système de transmission non pas fondé sur l'usage "d'ondes radio" conventionnelles, vue en effet le bruit de fond monstrueux dans lequel baignerait la sonde, et la presence de ce plasma environnant isolant radio-électriquement la sonde (quoique, sur quelle largeur de bande ?? La fréquence de coupure dudit plasma, quelle serait-elle? cela dépendrait t'il de la composition de celui-ci, dependant elle-meme de la proximité de la sonde au soleil??...): On pourrait imaginer la sonde capable d'émettre, en direction de la terre, un faisceau laser module, l'émission se ferait sous forme d'un cône divergent plus ou moins fermé, afin de donner un maximum de chance à une fraction au moins de la lumière émise d'atteindre la Terre en englobant celle ci dans ledit cône. Ceci afin de palier à une éventuelle difficulté de viser précisément la Terre par la sonde (si la sonde est en automatique pur, avec un environnement radio-électrique et visuel dantesque, les chances de manquer srerait très élevées, et en mode "téléguidage" de la terre, vue les difficultés de com, justement, idem...) La fraction du faisceau reçu par la terre serait très faible, mais imaginons raisonnablement que nous soyons capable de le détecter au-dessus du bruit lumineux émis par notre étoile... Et là justement, Point le plus important du système, on pourrait imaginer sélectionner la longueur d'onde du laser telle qu'elle correspondrait à une des multiples bandes d'aborption du spectre solaire (dans les raies de Fraunhoffer? par exemple). Ansi, détecter le signal émis par la sonde se ferait en faisant de la spectro solaire classique et en observant en continu, sur Terre, une des raies d'absorption qu'on verrait "clignotter" (façon de parler) au rythme du mode de modulation choisi... Il faudrait tenir compte des effets Doppler respectifs associé à la rotation du soleil et au mouvement relative de la sonde pour que la longueur d'onde du laser perçu sur terre en superposition de la bande d'absorption du spectre solaire soit toujours bien "callés"/synchrone. En gros, voilà l'idée générale du bidule, du moins en supposant la sonde travaillant en mode "full auto" et envoyant des données dur terre.... après il y'a toutes les questions de debits d'information atteignables, etc... C'est juste le principe de base ici présenté.... Peut-être dis-je là d'énormes aneries.... J'essaie juste d'imaginer un truc "envisageable" dans un future proche, sur la base de l'état de lart actuel... Et modulo le fait d'avoir rêglé la montagne de problêmes en amont que vous avez mentionné avec justesse... Mais là on peut en causer sur un autre post de ce fil, sinon, ca va devenir épais à lire comme "Guerre et Paix..." Merci pour votre patience de lecture à+, Lambda
  12. Bonjour à vous. Tout d'abord, merci pour vos retours forts intéressants là dessus. Peut-être quelques idée comme ça: J'ai l'impression qu'il faut gérer en fait (globalement, cela doit-être bine plus compliqué que cela, j'imagine...): * le rayonnement lumineux intense reçu par la sonde et qui échauffe celle ci. * le bombardement, subi par la sonde, de particules présentes dans la couronne. Du coup je me demandais si on ne pouvait pas s'inspirer de ce qui existe dans la nature et imaginer une sonde ainsi: * capable de générer une sorte de mini-magnetosphere capable de protéger la sonde de la plus grande partie des particules chargées constituant le plasma de la couronne, pendant sa traversée, comme pour notre Terre ? * capable de supporter, lors de son "contact" direct à la surface ou règne les 6000 K, et plus si possible, ces temperatures, en utilisant des matériaux réfractaires adéquats (6000K dans l'industrie des hautes temperatures, sait on gérer cela? avec des céramiques, alliages, que sais-je? j'aurai tendance à penser oui, mais n'en suis pas sûr...) * Pour supporter l'échauffement du au rayonnement lumineux direct, en effet utiliser un miroir, doublé d'un système de refroidissement maillant tout l'arrière dudit mirroir et permettant d'évacuer la chaleur résiduelle inévitablement non réfléchie. Et transporter cette chaleur à l'arrière de la sonde, dans son ombre pour l'évacuer (La sonde actuelle PSP n'utilise t'elle pas un dispositif un peu du meme genre ?? ). Une combinaison de cela... Juste quelques idées sans doute triviales voir naïves... A +, Lambda
  13. Bonjour à vous. Juste un petit up, pour la visibilité de ces questions... Le sujet est peut-être pas très pertinent, ou à côté de la plaque, voir à déplacer/supprimer.... Mais c'est juste un truc qui me turlupine depuis longtemps et je sais qu'ici il y'a de la "resource" niveau ingénierie spatiale, astronautique, physique appliquée, physique solaire, parmi vous, dans nos rangs, qui pourrait apporter de la lumière concernant ce questionnement... Par avance, merci pour vos éventuels retours là dessus. A bientôt. Lambda
  14. Bonjour à vous. Je me posais une petite question... Serait on capable, en l'état actuel de nos connaissances, de concevoir, au moins sur papier, une sonde capable de carrément plonger au Coeur de notre Soleil, ou du moins d' arriver à traverser la photosphere couronne (merci Iblack) (1million de K ?), et aller sonder dans sa zone de convection, par exemple? J'imagine que d'un point de vue théorique "realiste", on serait capable d'imaginer un design de sonde mettant en jeu un panel de technologies concevable. Mais quid de ce que réellement on serait capable de faire en 2018- courant de ce XXI siècle dans ce domaine? J'imagine, (peut-être faussement) toujours qu'il y'a une course entre les concepts établis théoriquement et l'avancement des technologies permettant de les mettre en oeuvre...). Au moins d'un point de vue théorique "réaliste", d'après vous, quelles seraitent les caractéristiques générales de cette sonde, son design et principe de fonctionnement? Par avance, pardonnez moi pour cette question un peu vague et naïve... A voir comme un exercice intellectuel, j'espère pas trop déplaisant à pratiquer... A bientôt et merci pour votre patience de lecture... Lambda
  15. Aide pour un projet !

    Salut, Avicolas, Quelques infos pour ton projet avec la mention d'un logiciel de simulation, qui pourrait être utile pour ton projet. https://www.webastro.net/forums/topic/164360-aidez-moi/?tab=comments#comment-2554926 logiciel "Univers Sandbox²" a+, Lambda