RIGEL33

Member
  • Content count

    982
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2
  • Country

    France

Everything posted by RIGEL33

  1. Eclipse du 16 mai : le spectacle a été assuré ! Le dimanche 15 mai 2022, à la veille du matin de l’éclipse total e de Lune, les conditions météos étaient plutôt catastrophiques : orages, averses et même grêle se sont succédés dans l’après-midi et en première partie de soirée. Pourtant, les prévisions continuaient à prétendre qu’un dégagement devait avoir lieu à partir de 3h du matin. Seuls les plus optimistes ont été récompensés. A 2h30, nous voilà donc, Denis et moi, au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats (33). A peine le temps d’installer les setups photos, qu’un couple de curieux nous a rejoins. Lors de l’installation, nous sentîmes encore quelques gouttes mais rien de bien méchant. Puis ce fut Ronan et Frédéric qui arrivèrent pour prendre position. Un astram, habitué des lieux, fut aussi de la partie, ainsi que Patricia. La Lune se montrait par intermittence derrière les lourds nuages au tout début… puis de grandes éclaircies nous la montrèrent en entière, mais déjà entrée dans la pénombre de la Terre. Il était 4 h. Puis elle joua à cache-cache derrière de gros nuages. Mais les éclaircies qui arrivaient de l’ouest nous encouragèrent. Et vers 4h45, ce fut une Lune déjà grignotée qui montra sa face qui s’assombrissait au fur et à mesure qu’elle glissait dans l’ombre de la Terre. Les nuages étaient moins nombreux et on profita de l’avancée de l’ombre. Nouvelle période d’attente et aux alentours de 5h10, sa partie sombre commença à rougeoyer. Puis ce fut encore un temps d’attente où c’était cette fois le brouillard qui s’était invité. Mais ce dernier ne dura pas et nous pûmes profiter pleinement de l’éclipse, jusqu’à ce que la lumière du jour la fasse faiblir. Avec un champ plus large… L’apothéose fut atteinte quand l’ISS passa juste aussi de la Lune rougie par l’ombre de la Terre. Finalement, nous n’aurons pas pu voir le coucher car l’astre sélène se glissa derrière les brumes matinales qui couvraient l’horizon ouest. Mais le spectacle a été assuré et seuls les plus optimistes ont pu vraiment en profiter. Au retour, un arrêt en boulangerie était nécessaire pour reprendre des forces, suivi de quelques heures de sommeil après la nuit blanche !
  2. Merci beaucoup de vos retours Malheureusement, la météo était trop incertaine pour lancer un time-lapse
  3. Sous une pleine Lune rose… Le samedi 16 avril 2022, les conditions météo étaient plutôt bonnes pour une petite sortie improvisée. Seul hic, c’était la pleine Lune. Mais bon, cela ferait du bien de prendre l’air. A 19h30, nous voilà donc au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats (33). J’installais le setup photo grand champ, alors que Denis mis en place son C8. Ma cible : l’étoile flamboyante dans la constellation du Cocher. La dernière fois que j’ai fait cette cible, la MAP avait bougé et j’ai dû me résoudre à jeter toutes mes acquisitions. En plus, cela me permettrait de tester le filtre EOS Clip L-enhance sous la pleine Lune. Vint l’heure du pique-nique. Un simple sandwich mais avec une vue imprenable sur le coucher de Soleil. Une fois l’astre du jour disparu à l’Ouest, on s’attendait à voir la Lune s’élevait à l’horizon Est. Mais rien ne venait… une grosse minute passa et toujours rien. Mais tout à coup, une petite ligne rouge parut à environ 2° de hauteur… petite ligne qui s’épaissit rapidement pour devenir un demi-cercle. C’était bien elle… l’astre sélène qui montait dans notre ciel. Apparemment, il y avait de la brume au sol, ce qui donna l’illusion d’un lever plus haut que la ligne d’horizon. La Lune apparut dans toute sa rondeur quelques minutes plus tard alors qu’on finissait de manger. J’attrapais mon 400D et tentais d’immortaliser l’instant à main levée. Plus notre satellite naturelle s’élevait plus sa teinte s’éclaircissait, passant d’un rouge profond à un orangée pastel et finir par un blanc jaunâtre éblouissant ! Quand on parle de Lune rose, il ne faut pas s’attendre à la voir « rose ». Elle tient ce surnom au fait qu’elle est la première Pleine Lune du printemps et le rose symbolise la couleur de la nature en fleurs. Petit à petit, la lumière du Soleil que reflète la Lune, prit la place de la lumière du jour. La nuit était presque là, mais cela se voyait à peine. Je commençais à lancer mes poses en direction du Cocher. Patricia et un couple de curieux nous rejoignirent pour profiter de cette belle météo. Il est vrai qu’il ne faisait pas froid. La température était douce et il n’y avait pas d’humidité… mais c’était peut-être à cause du vent qui soufflait doucement, faisant flotter le drapeau tricolore en haut du mât. Je pensais alors à mes poses. Je risquais d’avoir du déchet car les rafales, aussi faibles fussent-elles, allaient faire bouger mon setup… et on sait qu’il en faut peu pour que les étoiles s’allongent. Mais baste, je n’allais pas me prendre la tête pour ça. Patricia monta son setup, un Newton 200 sur EQ5, alors que Denis visait la Lune avec son C8 afin d’en faire profiter nos visiteurs. Ces derniers avaient l’habitude de chercher l’évasion parmi les étoiles. Mais habitants en plein centre de Bordeaux, ils étaient limités dans leurs observations. Ils profitaient donc de notre sortie improvisée, annoncée sur les réseaux sociaux, pour tenter de glaner quelques renseignements et profiter de nos instruments. Ils ne furent pas déçus bien qu’hormis la Lune, il était difficile de proposer d’autres cibles, à part quelques amas d’étoiles ouverts et quelques étoiles doubles. Satisfaits, ils nous quittèrent aux alentours de 23h. On profitait de cet intermède pour aller à la table de réconfort prendre un café et grignoter un biscuit. Puis Patricia retourna auprès de son setup dont le goto lui posait des problèmes en pointant systématiquement le sol à la recherche d’étoiles pourtant bien présentes dans cet éclatant ciel nocturne. Denis essaya quelques filtres sur ses oculaires pour tenter de voir autres choses que l’astre sélène. Et de mon côté, je vérifiais les dernières poses photos. Comme je m’en doutais, certaines affichaient des étoiles ovales… je m’attèlerai au tri plus tard. Le Cocher était bien bas maintenant et je lançais les darks. Alors que Patricia refit sa mise en station et réussit de ce fait à résoudre son problème, Denis remit la Lune dans son viseur. J’en profitais pour tenter l’imagerie au smartphone à main levée pour voir ce que cela donnerait. Aucune surprise. Les images étaient de qualité très moyenne et ça ne valait pas les belles images faites à l’APN ou à la caméra au foyer d’un télescope ou d’une lunette. Voici les quatre plus réussites ci-dessous : Vers 1h, il était temps de plier. Encore un peu d’échanges et de discussions avec Patricia, et nous reprîmes la route vers 1 h 45, laissant la quiétude du Mémorial reprendre ses droits sous une pleine Lune pas si rose que ça !
  4. Pleine Lune rose 16 04 2022

    Sous une pleine Lune rose… Le samedi 16 avril 2022, les conditions météo étaient plutôt bonnes pour une petite sortie improvisée. Seul hic, c’était la pleine Lune. Mais bon, cela ferait du bien de prendre l’air. A 19h30, nous voilà donc au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats (33). J’installais le setup photo grand champ, alors que Denis mis en place son C8. Ma cible : l’étoile flamboyante dans la constellation du Cocher. La dernière fois que j’ai fait cette cible, la MAP avait bougé et j’ai dû me résoudre à jeter toutes mes acquisitions. En plus, cela me permettrait de tester le filtre EOS Clip L-enhance sous la pleine Lune. Vint l’heure du pique-nique. Un simple sandwich mais avec une vue imprenable sur le coucher de Soleil. Une fois l’astre du jour disparu à l’Ouest, on s’attendait à voir la Lune s’élevait à l’horizon Est. Mais rien ne venait… une grosse minute passa et toujours rien. Mais tout à coup, une petite ligne rouge parut à environ 2° de hauteur… petite ligne qui s’épaissit rapidement pour devenir un demi-cercle. C’était bien elle… l’astre sélène qui montait dans notre ciel. Apparemment, il y avait de la brume au sol, ce qui donna l’illusion d’un lever plus haut que la ligne d’horizon. La Lune apparut dans toute sa rondeur quelques minutes plus tard alors qu’on finissait de manger. J’attrapais mon 400D et tentais d’immortaliser l’instant à main levée. Plus notre satellite naturelle s’élevait plus sa teinte s’éclaircissait, passant d’un rouge profond à un orangée pastel et finir par un blanc jaunâtre éblouissant ! Quand on parle de Lune rose, il ne faut pas s’attendre à la voir « rose ». Elle tient ce surnom au fait qu’elle est la première Pleine Lune du printemps et le rose symbolise la couleur de la nature en fleurs.
  5. Pleine Lune rose 16 04 2022

    Sous une pleine Lune rose… Le samedi 16 avril 2022, les conditions météo étaient plutôt bonnes pour une petite sortie improvisée. Seul hic, c’était la pleine Lune. Mais bon, cela ferait du bien de prendre l’air. A 19h30, nous voilà donc au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats (33). J’installais le setup photo grand champ, alors que Denis mis en place son C8. Ma cible : l’étoile flamboyante dans la constellation du Cocher. La dernière fois que j’ai fait cette cible, la MAP avait bougé et j’ai dû me résoudre à jeter toutes mes acquisitions. En plus, cela me permettrait de tester le filtre EOS Clip L-enhance sous la pleine Lune. Vint l’heure du pique-nique. Un simple sandwich mais avec une vue imprenable sur le coucher de Soleil. Une fois l’astre du jour disparu à l’Ouest, on s’attendait à voir la Lune s’élevait à l’horizon Est. Mais rien ne venait… une grosse minute passa et toujours rien. Mais tout à coup, une petite ligne rouge parut à environ 2° de hauteur… petite ligne qui s’épaissit rapidement pour devenir un demi-cercle. C’était bien elle… l’astre sélène qui montait dans notre ciel. Apparemment, il y avait de la brume au sol, ce qui donna l’illusion d’un lever plus haut que la ligne d’horizon. La Lune apparut dans toute sa rondeur quelques minutes plus tard alors qu’on finissait de manger. J’attrapais mon 400D et tentais d’immortaliser l’instant à main levée. Plus notre satellite naturelle s’élevait plus sa teinte s’éclaircissait, passant d’un rouge profond à un orangée pastel et finir par un blanc jaunâtre éblouissant ! Quand on parle de Lune rose, il ne faut pas s’attendre à la voir « rose ». Elle tient ce surnom au fait qu’elle est la première Pleine Lune du printemps et le rose symbolise la couleur de la nature en fleurs.
  6. Pleine Lune rose 16 04 2022

    Sous une pleine Lune rose… Le samedi 16 avril 2022, les conditions météo étaient plutôt bonnes pour une petite sortie improvisée. Seul hic, c’était la pleine Lune. Mais bon, cela ferait du bien de prendre l’air. A 19h30, nous voilà donc au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats (33). J’installais le setup photo grand champ, alors que Denis mis en place son C8. Ma cible : l’étoile flamboyante dans la constellation du Cocher. La dernière fois que j’ai fait cette cible, la MAP avait bougé et j’ai dû me résoudre à jeter toutes mes acquisitions. En plus, cela me permettrait de tester le filtre EOS Clip L-enhance sous la pleine Lune. Vint l’heure du pique-nique. Un simple sandwich mais avec une vue imprenable sur le coucher de Soleil. Une fois l’astre du jour disparu à l’Ouest, on s’attendait à voir la Lune s’élevait à l’horizon Est. Mais rien ne venait… une grosse minute passa et toujours rien. Mais tout à coup, une petite ligne rouge parut à environ 2° de hauteur… petite ligne qui s’épaissit rapidement pour devenir un demi-cercle. C’était bien elle… l’astre sélène qui montait dans notre ciel. Apparemment, il y avait de la brume au sol, ce qui donna l’illusion d’un lever plus haut que la ligne d’horizon. La Lune apparut dans toute sa rondeur quelques minutes plus tard alors qu’on finissait de manger. J’attrapais mon 400D et tentais d’immortaliser l’instant à main levée. Plus notre satellite naturelle s’élevait plus sa teinte s’éclaircissait, passant d’un rouge profond à un orangée pastel et finir par un blanc jaunâtre éblouissant ! Quand on parle de Lune rose, il ne faut pas s’attendre à la voir « rose ». Elle tient ce surnom au fait qu’elle est la première Pleine Lune du printemps et le rose symbolise la couleur de la nature en fleurs.
  7. Pleine Lune rose 16 04 2022

    Sous une pleine Lune rose… Le samedi 16 avril 2022, les conditions météo étaient plutôt bonnes pour une petite sortie improvisée. Seul hic, c’était la pleine Lune. Mais bon, cela ferait du bien de prendre l’air. A 19h30, nous voilà donc au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats (33). J’installais le setup photo grand champ, alors que Denis mis en place son C8. Ma cible : l’étoile flamboyante dans la constellation du Cocher. La dernière fois que j’ai fait cette cible, la MAP avait bougé et j’ai dû me résoudre à jeter toutes mes acquisitions. En plus, cela me permettrait de tester le filtre EOS Clip L-enhance sous la pleine Lune. Vint l’heure du pique-nique. Un simple sandwich mais avec une vue imprenable sur le coucher de Soleil. Une fois l’astre du jour disparu à l’Ouest, on s’attendait à voir la Lune s’élevait à l’horizon Est. Mais rien ne venait… une grosse minute passa et toujours rien. Mais tout à coup, une petite ligne rouge parut à environ 2° de hauteur… petite ligne qui s’épaissit rapidement pour devenir un demi-cercle. C’était bien elle… l’astre sélène qui montait dans notre ciel. Apparemment, il y avait de la brume au sol, ce qui donna l’illusion d’un lever plus haut que la ligne d’horizon. La Lune apparut dans toute sa rondeur quelques minutes plus tard alors qu’on finissait de manger. J’attrapais mon 400D et tentais d’immortaliser l’instant à main levée. Plus notre satellite naturelle s’élevait plus sa teinte s’éclaircissait, passant d’un rouge profond à un orangée pastel et finir par un blanc jaunâtre éblouissant ! Quand on parle de Lune rose, il ne faut pas s’attendre à la voir « rose ». Elle tient ce surnom au fait qu’elle est la première Pleine Lune du printemps et le rose symbolise la couleur de la nature en fleurs.
  8. Pleine Lune rose 16 04 2022

    Sous une pleine Lune rose… Le samedi 16 avril 2022, les conditions météo étaient plutôt bonnes pour une petite sortie improvisée. Seul hic, c’était la pleine Lune. Mais bon, cela ferait du bien de prendre l’air. A 19h30, nous voilà donc au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats (33). J’installais le setup photo grand champ, alors que Denis mis en place son C8. Ma cible : l’étoile flamboyante dans la constellation du Cocher. La dernière fois que j’ai fait cette cible, la MAP avait bougé et j’ai dû me résoudre à jeter toutes mes acquisitions. En plus, cela me permettrait de tester le filtre EOS Clip L-enhance sous la pleine Lune. Vint l’heure du pique-nique. Un simple sandwich mais avec une vue imprenable sur le coucher de Soleil. Une fois l’astre du jour disparu à l’Ouest, on s’attendait à voir la Lune s’élevait à l’horizon Est. Mais rien ne venait… une grosse minute passa et toujours rien. Mais tout à coup, une petite ligne rouge parut à environ 2° de hauteur… petite ligne qui s’épaissit rapidement pour devenir un demi-cercle. C’était bien elle… l’astre sélène qui montait dans notre ciel. Apparemment, il y avait de la brume au sol, ce qui donna l’illusion d’un lever plus haut que la ligne d’horizon. La Lune apparut dans toute sa rondeur quelques minutes plus tard alors qu’on finissait de manger. J’attrapais mon 400D et tentais d’immortaliser l’instant à main levée. Plus notre satellite naturelle s’élevait plus sa teinte s’éclaircissait, passant d’un rouge profond à un orangée pastel et finir par un blanc jaunâtre éblouissant ! Quand on parle de Lune rose, il ne faut pas s’attendre à la voir « rose ». Elle tient ce surnom au fait qu’elle est la première Pleine Lune du printemps et le rose symbolise la couleur de la nature en fleurs.
  9. Pleine Lune rose 16 04 2022

    Sous une pleine Lune rose… Le samedi 16 avril 2022, les conditions météo étaient plutôt bonnes pour une petite sortie improvisée. Seul hic, c’était la pleine Lune. Mais bon, cela ferait du bien de prendre l’air. A 19h30, nous voilà donc au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats (33). J’installais le setup photo grand champ, alors que Denis mis en place son C8. Ma cible : l’étoile flamboyante dans la constellation du Cocher. La dernière fois que j’ai fait cette cible, la MAP avait bougé et j’ai dû me résoudre à jeter toutes mes acquisitions. En plus, cela me permettrait de tester le filtre EOS Clip L-enhance sous la pleine Lune. Vint l’heure du pique-nique. Un simple sandwich mais avec une vue imprenable sur le coucher de Soleil. Une fois l’astre du jour disparu à l’Ouest, on s’attendait à voir la Lune s’élevait à l’horizon Est. Mais rien ne venait… une grosse minute passa et toujours rien. Mais tout à coup, une petite ligne rouge parut à environ 2° de hauteur… petite ligne qui s’épaissit rapidement pour devenir un demi-cercle. C’était bien elle… l’astre sélène qui montait dans notre ciel. Apparemment, il y avait de la brume au sol, ce qui donna l’illusion d’un lever plus haut que la ligne d’horizon. La Lune apparut dans toute sa rondeur quelques minutes plus tard alors qu’on finissait de manger. J’attrapais mon 400D et tentais d’immortaliser l’instant à main levée. Plus notre satellite naturelle s’élevait plus sa teinte s’éclaircissait, passant d’un rouge profond à un orangée pastel et finir par un blanc jaunâtre éblouissant ! Quand on parle de Lune rose, il ne faut pas s’attendre à la voir « rose ». Elle tient ce surnom au fait qu’elle est la première Pleine Lune du printemps et le rose symbolise la couleur de la nature en fleurs.
  10. Splendide
  11. Ca dépend comment ils vont faire les analyses
  12. Bonjour Malheureusement, nous devons annuler la rencontre interclubs faute d'inscriptions suffisantes. Il semble que les fêtes de Pâques et le rebond des contaminations aient freiné les participants. Nous comptons reporter cette rencontre dans un an, à la pleine Lune du mois de mai... en espérant que l'épidémie ne sera plus qu'un mauvais souvenir. A bientôt sous les étoiles !
  13. Bonjour Pour ceux qui le peuvent, une rencontre interclubs d'astronomie aura lieu le samedi 16 avril à Saucats (33). Si vous êtes intéressés, dites-le moi et je vous enverrais une invitation. Plus de détails : https://assa.forumactif.org/t2978-rencontre-interclubs-d-astronomie-samedi-16-avril-2022
  14. Un rapprochement matinal et heureux ! L’après-midi du 4 avril 2022, afférée à la mise en place de la page « Avril » du calendrier Ciel et Espace, je m’aperçois que le lendemain matin, vers 4 h TU, un rapprochement aurait lieu entre Vénus, Saturne et Mars. Ces deux dernières devaient même être à environ 20’ d’arc l’une de l’autre. Comme le lever pour le boulot était programmé à 6 h 15, autant profiter de cet instant d’observation céleste. Il fallait juste penser à aller voir et espérer de bonnes conditions météo. Epuisés par une semaine de vacances où les nuits furent courtes… et la dernière quasi blanche, avec Denis, on loupait le réveil d’un quart d’heure. Lever en trombe, l’habillage de même. L’ouverture des contrevents à 6 h 50 me remit les idées en place. Le ciel était dégagé. Il gelait encore ce matin-là, ce qui participait au bon dégagement céleste. Le jour commençait à poindre mais ça restait assez sombre pour voir les étoiles les plus brillantes. En ouvrant les volets à l’est, je ne voyais pas Vénus, pourtant immanquable à cette heure-ci. Denis me confirma que lui non plus ne la voyait pas. Je sentais poindre en moi un soupçon de contrariété. Ce n’est qu’en sortant sur la terrasse, qu’avec un champ de vision dégagé des arbres des voisins, que je vis enfin Vénus… brillant de mille feux. Je repris confiance et mes yeux devaient étinceler autant que l’étoile du berger, tant j’étais heureuse de la voir. Car il est vrai que cela faisait plus d’une semaine que je ne l’avais pas vu… les nuits étaient bouchées et comme nous nous couchions tard, les réveils matinaux étaient rares, voire inexistants. Donc, à la vue de la planète dite jumelle de la Terre, je rentrais dans la maison pour avertir Denis et attraper les jumelles sur le meuble. Je repartais dehors pour tenter de voir le rapprochement planétaire annoncé. Mais nouvelle frustration, cette fois c’est le toit de la maison du voisin qui me bouchait la vue. Je mis mes sabots, remontais l’allée de cailloux sur une trentaine de pas et, presque arrivée au portail, je vis à nouveau Vénus… et surtout que le côté droit était bien dégagé cette fois. Ne voyant pas les autres planètes, je portais les jumelles à mes yeux… je fixais Vénus… puis je me décalais doucement vers la droite… et d’un coup, deux petits points brillants apparurent ! J’étais tout contente, une vraie gamine. J’annonçais assez fort, à Denis, que je les voyais. Il était déjà en train de me rejoindre pour en profiter. Alors qu’il les cherchait, je commençais à les percevoir à l’œil nu. Dans un premier temps, ce fut en vision décalée mais rapidement, la vision directe put se faire et je voyais enfin le trio dans ce ciel matinal qui s’éclaircissait progressivement. Denis avait du mal à les trouver. En prenant une antenne en référence de lieu, il les trouva direct. Il m’avoua ne pas avoir été assez à droite, les pensant plus proche de Vénus. Il me tendit les jumelles. Alors que je profitais encore de cette spectaculaire vision, Denis commença à les percevoir en vision décalée. Une grande satisfaction m’envahit. J’ai pu être témoin de cette vision fugace… et surtout la partager avec mon Denis chéri à mes côtés. Par contre, je commençais à sentir la piqûre du froid. J’avais omis de prendre ma veste chaude avant d’aller dehors et je le regrettais à présent… j’avais les mains congelées. Mais quoi de mieux pour commencer cette journée où nous serions plongés dans ce monde de folie, avec la guerre et ses horreurs, la campagne électorale un brin vulgaire et décalée, les fumées opacifiantes des brulis dans les vignes qui ne doivent pas gelées, l’augmentation du prix des énergies et produits de première nécessité, et les autres nouvelles démoralisantes que nous réservent les médias en ce mardi 5 avril de l’année 2022. Je suis heureuse d’avoir cette passion qui nous permet de s’évader, ne serait-ce que quelques secondes, vers des spectacles célestes éblouissants. Je suis heureuse de pouvoir les partager avec mon compagnon astronome amateur. Même si mon enthousiasme peut paraître ridicule à certains, je suis heureuse de n’être jamais blasée par ce que je vois et d’en profiter pleinement. Aujourd’hui… grâce à ce rapprochement… grâce à mon n’amoureux toujours à mes côtés, je suis heureuse !... Mais également en retard pour partir au boulot !
  15. Encore une bonne soirée de partage au Mémorial de la Ferme de Richemont Du forum, étaient présent : Astropierre, Denis, Iriya, Jeremy, Ju, Patou, Petrus, VEGA33 et moi-même. Solenne et ses parents étaient de la fête ainsi que deux autres astrams plus aguerris. Côté public, nous avons été encore gâtés. Au moins 4 familles avec enfants, deux couples et un débutant dans l'attente de son matos en transit. Au début, le ciel n'était pas engageant... une sorte de voile nuageux tapissait le ciel et diffusait la lumière du Soleil couchant. Comme le sable du Sahara était à nouveau annoncé, nous étions très méfiants. Mais après le coucher de notre étoile-mère, et après avoir jeté un œil à l'image satellite, nous étions plus confiants et nous avons pu sortir les caches et couvercles des instruments. Cependant le ciel restait laiteux. Les enfants eurent droit aux histoires mythologiques autour de la Grande et Petite Ourse, Cassiopée, son époux Céphée, leur fille Andromède et leur gendre Persée. Ils purent voir les constellations grâce au laser vert qui permet de montrer plus facilement les étoiles. Bien sûr, pendant ces contes, tout le monde pouvait profiter des Dobsons 400 et 500 sur site, ainsi que d'un Newton 200 et d'un Strock 200. Iriya aida Solenne a paramétrer le goto de son C8 orange. Malheureusement il semble que la carte n'était pas à jour et il lui serait difficile de trouver des objets. Mais comme je lui expliquais, elle pouvait au moins faire la triangulation et avoir du suivi après avoir mis l'objet céleste dans l'oculaire. A son âge, il était bien dans un sens qu'elle puisse trouver les objets sans aide électronique, d'autant qu'elle semble assez douée dans ce domaine. Il ne faisait pas chaud mais c'était supportable avec nos multicouches... L'absence d'humidité était appréciable même si on la devait à un petit vent de nord léger. Nous avons eu aussi une attraction originale : un photographe professionnel, accompagné de son assistante, a fait des clichés d'un couple de jeunes mariés durant quelques heures. Après m'avoir demandé l'autorisation et discuter de l'emplacement le moins gênant vis-à-vis de ses flashs, ils s'installèrent vers le nord de notre position, du côté de la PL de Bordeaux. Les flashs crépitaient... et on voyait à cette occasion la mariée dans sa belle robe blanche aux épaules dénudées. On avait froid pour elle. Au bout d'un moment je me suis rapprochée d'eux, d'une part pour les saluer et d'autre part pour voir le travail du photographe. La mariée était vraiment courageuse. Entre chaque cliché, l'assistance lui mettait un châle sur les épaules. Mais elle ne le gardait pas longtemps... juste le temps de vérifier la pose et de repartir sur une nouvelle. L'arrière-plan : Orion. L'APN posait 25 secondes dans le noir le plus total et en une fraction de seconde, le flash éclairait le couple qui s'embrassait. Et hop, une nouvelle vérification de pose et déjà la suivant se préparait. Après avoir échangé quelques propos avec eux, j'appris que le marié était venu nous voir en soirée l'année dernière (Nuit des Etoiles ?). Je les invitais à venir observer avec nous après la séance si le cœur leur en disait. Et je les quittais pour retourner auprès des instruments et poursuivre notre soirée. Je rejoignais Denis et on fit le tour des galaxies les plus brillantes avec les quelques visiteurs encore sur site : M81, M82, M51, le triplet du Lion. Les amas ouverts du Cocher ainsi que M35 dans le pied du Gémeaux furent aussi visités. Puis on fit la pause café avec les astropotes et astropotesses présents. Lors de ces courtes réunions autour de la table de réconfort, discussions et rires sont toujours au rendez-vous. Là, j'ai eu la bonne surprise de voir le ciel bien plus noir et plus transparent qu'avant. Astropierre me montra où on pouvait voir d'autres galaxies que le triplet dans le Lion. Je rejoignais Denis et avec le dernier visiteur, un astram en devenir, nous allâmes les chercher. Bien que petites, on les captait assez facilement. C'était sympa de trouver des objets dont on n'a pas l'habitude. L'amélioration du ciel et le départ des familles ont favorisé ce genre de recherche. On vit alors la Chevelure de Bérénice, bien haute, campant à côté de la Vierge. Me fiant à ma mémoire, je retrouvais avec un peu de difficulté, la galaxie de l'œil noir, la galaxie de l'Aiguille, une autre galaxie dont je n'ai plus le nom (il faudra que je regarde sur Stellarium) et l'amas globulaire M53. Au bout d'un moment, je m'aperçus que les mariés et le photographes étaient partis... je pense que la mariée bien congelée par la séance, a préféré se mettre au chaud... et je la comprends ! Nous eûmes droit aussi à quelques belles filantes, deux passages de l'ISS et un passage de la station Tianhe-1 en début de soirée. Bref, une soirée comme je les aime. Malheureusement, le ciel ne resta pas propre très longtemps. Vers minuit, cela se dégrada à nouveau et poussa tout le monde à ranger... sauf un astram de l'autre côté du monument. Alors que son setup imageait, il s'était mis au chaud dans sa voiture. Je préférais ne pas le déranger. Encore quelques discussions et on partit du site à environ 1h du matin. Du fait du changement d’heure, on se coucha à 3h !
  16. Je le sais que trop bien... mais je veux qu'il s'exprime clairement au lieu de tourner autour du pot...
  17. Quelles sont ces valeurs exactement ?
  18. Lol... très bon ça
  19. Merci Lolo Sacré Alain, toujours aussi romantique
  20. Une comète sur l’épaule de Castor Le 5 janvier 2022, alors que mon setup « grand champ » était pointé sur la comète 4P/Faye dans la tête de la Licorne, et même si les conditions météo n’étaient pas au top, il fallait profiter de la fenêtre de beau temps pour imager la comète C/2019 L3 (Atlas). J’ai donc choisi cette cible pour mon setup « lunette ». Elle était facile à capter car elle reposait, ce soir-là, sur l’épaule du jumeau céleste Castor. Faisant son approche au plus près de la Terre (périgée) le 6 janvier, la voyageuse céleste faisait son périhélie (approche au plus près du Soleil sur son orbite) le 9 janvier 2022. Cette boule de neige sale était au plus haut de sa magnitude et, dans les jours à venir, ne ferait que décroître en intensité lumineuse. Mais ce soir-là, elle brillait sur l’épaule d’un des jumeaux célestes, le bien nommé Castor (de Castro et Pollux). Et il s’agissait de ne pas louper ce moment, sachant que les prévisions météo à venir seraient plutôt en berne en Gironde. Cette comète a été découverte le 10 juin 2019 par le système ATLAS (Asteroid Terrestrial-Impact Last Alert System – Système d’alerte ultime d’impact terrestre d’astéroïde). Depuis 2017, ATLAS a déjà découvert plus de 700 astéroïdes géocroiseurs et 66 comètes, dont beaucoup ont ensuite offert un beau spectacle céleste. Malheureusement, peu de détails ressortent sur mes images… et même les films ne montrent pas un déplacement faramineux. Elle ressemble plus à une grosse étoile qu’à un petit corps glacé en mouvement. Les passages nuageux au cours de la première partie de nuit n’ont pas aidé à accumuler un maximum de poses. Mais bon, même si elle n’est pas spectaculaire et qu'il n'y a aucun objet céleste sympa dans le champ, j’ai pris plaisir à passer ces quelques heures en sa compagnie. Photos prises le 5 janvier 2022 à Ayguemorte-les-Graves (33) – Canon 7D défiltré partiel (+ filtre L-extrême) au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage). ISO 6400 – 25 DOF – Iris, Toshop, Virtualdub et DSS. Photos : 30 poses d’1 minute – Photo sous DSS : 63 poses d’1 minute – Films : 118 poses d’1 minute. Registration sur la comète Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Régistration sur les étoiles Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Régistration comète et étoiles Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Le film
  21. Une comète sur l’épaule de Castor

    Merci de vos retours Je suis d'accord... mais sans ce filtre, on ne verrait pas la comète à cause de la PL du village.
  22. Je ne suis pas une spécialiste du Soleil mais jeudi après-midi j'avais un peu de temps. En plus, le lendemain, nous devions faire une animation solaire pour des scolaires et on voulait savoir ce que notre étoile avait à nous offrir pour les enfants. Avec mon compagnon, nous avons sorti d'abord la PST Coronado puis la LUNT et je me suis essayée à de l'imagerie au smartphone. Malgré une qualité médiocre, on voit bien les éruptions et surtout la belle tache qui se profile. Voici deux images du Soleil du 24 mars 2022 faites avec un smartphone... à l'oculaire de la LUNT à l'oculaire de la PST Coronado
  23. Le Soleil au 24 03 2022

    Je ne suis pas une spécialiste du Soleil mais cet après-midi j'avais un peu de temps. En plus, demain, nous faisons une animation solaire pour des scolaires et on voulait savoir ce que notre étoile avait à nous offrir pour les enfants. Avec mon compagnon, nous avons sorti d'abord la PST Coronado puis la LUNT et je me suis essayée à de l'imagerie au smartphone. Malgré une qualité médiocre, on voit bien les éruptions et surtout la belle tache qui se profile. Voici deux images du Soleil du 24 mars 2022 faites avec un smartphone... l'une à l'oculaire d'une LUNT, l'autre à l'oculaire d'une PST Coronado.