RIGEL33

Member
  • Content count

    546
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2
  • Country

    France

Everything posted by RIGEL33

  1. Conférence de Nicolas Biver

    Je ne vois ce lien que maintenant... dommage Cependant, j'ai partagé le lien Youtube sur le forum de mon asso
  2. Merci beaucoup... à toi aussi une bonne année
  3. Impressionnant Quel boulot pour faire tout ça... les acquisitions, les traitements et la composition ! Vraiment un grand bravo Sauveur
  4. Bonne année 2021

    Très belle année à toi Alain... et merci pour ce beau partage
  5. Ca y est, vendredi, lors d'une animation, j'ai pu voir les deux géantes dans le même champ d'oculaire Nous avons programmé trois début de soirée au Mémorial... en commençant ce soir car le beau temps semble nous sourire. Pour demain, je pense que ce sera compliqué mais on devrait pouvoir y retourner mardi Bons ciels à vous toutes et tous
  6. Les Aliens signent des contrats!

    Le gars, il veut juste vendre son livre... donc il fait le beuz
  7. Bravo Michel... belle idée
  8. C2020 M3 LULU comète.jpg

    Dans la nuit du 4 au 5 novembre 2020 à Ayguemorte-les-Graves (33) ans la nuit du 4 au 5 novembre 2020 à Ayguemorte-les-Graves (33) Canon 7D défiltré partiel + filtre CLS au foyer d’une lunette 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage) 218 poses d’1 mn (film) – 127 poses d’1 mn (photo) – ISO 6400 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop et VirtualDub.
  9. C2020 M3 LULU comète.jpg

    Dans la nuit du 4 au 5 novembre 2020 à Ayguemorte-les-Graves (33) ans la nuit du 4 au 5 novembre 2020 à Ayguemorte-les-Graves (33) Canon 7D défiltré partiel + filtre CLS au foyer d’une lunette 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage) 218 poses d’1 mn (film) – 127 poses d’1 mn (photo) – ISO 6400 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop et VirtualDub.
  10. C/2020 M3 en grand champ.jpg

    Canon 350D défiltré partiel + filtre CLS EOS Clip avec objectif 70-300, focale à 133 mm, ouvert à f4.5 sur monture StarAdventurer (sans goto ni autoguidage) 253 poses d’1 mn (film) – 117 poses d’1 mn (photo) – ISO 800 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop et VirtualDub.
  11. C/2020 M3 en grand champ.jpg

    Canon 350D défiltré partiel + filtre CLS EOS Clip avec objectif 70-300, focale à 133 mm, ouvert à f4.5 sur monture StarAdventurer (sans goto ni autoguidage) 253 poses d’1 mn (film) – 117 poses d’1 mn (photo) – ISO 800 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop et VirtualDub.
  12. Merci de vos retours bien sympas Ils ont coopéré vendredi soir (13/11) où je l'ai à nouveau imagé... Je vais tenter de traiter les images rapidement D'autant que j'ai imagé deux autres comètes profitant de deux nuits à peu près claires. Oui je me suis posée aussi des questions mais je pense qu'il s'agit des voiles nuageux passer sous Iris avec retrait du gradient. Mais si quelqu'un a une autre idée, je suis preneuse
  13. C/2020 M3 Atlas au pied du Grand Chasseur A croire que c’était-y fait exprès mais dès qu’on nous confine, les comètes se bousculent au firmament et les conditions météo ne sont pas trop mal. Me voilà donc obligé de remonter mes setups photos dans le jardin. Pour cette première acquisition, je me risquais à compliquer les inconvénients : la pollution lumineuse du village, une Lune gibbeuse à souhait et quelques voiles nuageux en première partie de nuit. Mais l’expérience m’a appris qu’il fallait imager les comètes dès que c’était possible sous risque de les voir s’évaporer ou repartir plus vite qu’elles n’étaient venues et, du fait, louper toute possibilité de les accrocher à mon bestiaire à comète. Ma cible : la comète C/2020 M3 Atlas qui avait commencé son ascension du Grand Chasseur Orion par le pied gauche marqué par l’étoile Rigel. La comète a été découverte par ATLAS, un système d'alerte précoce contre l'impact d'astéroïdes développé par l'Université d'Hawaï et financé par la NASA. Il se compose de deux télescopes, distants de 160 km, qui balaient automatiquement le ciel entier plusieurs fois par nuit à la recherche d'objets en mouvement. C/2020 M3 a fait son périhélie le 25 octobre dernier, et serait au plus près de nous le 14 novembre avant de s’éloigner vers le système solaire externe. Elle ne reviendra pas avant 139 ans. Donc malgré la médiocrité des conditions d’acquisition, la comète est visible sur les poses prises dans la nuit du 4 au 5 novembre 2020 à Ayguemorte-les-Graves (33) Setup grand champ Canon 350D défiltré partiel + filtre CLS EOS Clip avec objectif 70-300, focale à 133 mm, ouvert à f4.5 sur monture StarAdventurer (sans goto ni autoguidage) 253 poses d’1 mn (film) – 117 poses d’1 mn (photo) – ISO 800 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop et VirtualDub. Registration sur la comète Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Régistration sur les étoiles Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Setup Lulu Canon 7D défiltré partiel + filtre CLS au foyer d’une lunette 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage) 218 poses d’1 mn (film) – 127 poses d’1 mn (photo) – ISO 6400 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop et VirtualDub. Registration sur la comète Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Régistration sur les étoiles Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Le film
  14. Les Hyades et la nébuleuse de Hind Lors de la rencontre annuelle d’AG33 réservée aux adhérents, nous avons pu bénéficier de deux nuits correctes lors de cette semaine de nouvelle Lune du mois d’octobre : celles du jeudi et du samedi. Nous étions loin de la pollution lumineuse des grandes villes, sous le ciel du triangle noir de l’Aquitaine. Avec mon setup « grand champs », j’ai visé les Hyades qui forment l'amas ouvert le plus proche de nous à une distance de 151 années-lumière. Il est constitué de 300 à 400 étoiles partageant des caractéristiques communes telles que l'âge et la composition chimique. Les quatre membres les plus brillants de l'amas sont toutes des géantes rouges qui ont commencé leur vie sur la séquence principale en tant qu'étoiles de classe spectrale A. Elles forment un astérisme en forme de « V » représentant la tête de la constellation du Taureau et couvrant quatre degrés (l’équivalent de 8 pleines Lunes). Aldébaran, l'étoile la plus brillante du Taureau (en bas de l’image), fait partie de cet astérisme, il représente l'œil du Taureau mais ne fait pas partie de l'amas. Aldébaran est en effet situé deux fois plus près de nous que l'amas. L'amas tire son nom des Hyades de la mythologie grecque, les nymphes de la pluie. Selon le mythe le plus répandu, elles furent les nourrices de Dionysos. Zeus les transporta au Ciel pour les remercier de leur dévouement à protéger son fils de la jalousie de son épouse Héra. Photos prises le 15 octobre 2020 à Allons (47) – Canon 350D défiltré partiel avec objectif 70-300, focale à 133 mm, ouvert à f/4.5 sur monture StarAdventurer (sans goto ni autoguidage). 57 poses de 2 minutes – ISO 800 – 23 DOF – Iris et Toshop. Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Le même soir où j’ai imagé les Hyades, en regardant de plus près le Triangle du Taureau sur Stellarium, je m’aperçus qu’il y avait un peu au-dessus des Hyades la nébuleuse variable de Hind. On la voit sur l’image grand champ en haut à gauche comme deux étoiles entourées d’une voile de gaz. Je décidais alors de la viser avec la lunette. Cataloguée NGC 1555, cette nébuleuse par réflexion est éclairée par l’étoile variable T Tauri qui est un système stellaire triple. Elle a été découverte par l’astronome John Russell Hind en 1852 et se situe à environ 600 années-lumière de nous. Malheureusement, ma monture ayant un souci de connectique, elle a subi des microcoupures. Je n’ai cumulé que très peu de poses pour ce genre de nébuleuse. Cependant, l’image n’est pas trop moche et on voit la nébuleuse. Je la soumets donc à votre bienveillance. Photos prises le 15 octobre 2020 à Allons (47) – Canon 7D défiltré partiel au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage). 33 poses de 2 minutes – ISO 6400 – 23 DOF – Iris et Toshop. Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
  15. Les Hyades et la nébuleuse de Hind

    Merci les gars Tu ne te trompes pas... merci pour l'explication et les liens
  16. Les Hyades et la nébuleuse de Hind

    Voilà c'est fait J'ai utilisé Wikisky... c'est bien une petite nébuleuse mais pas planétaire... sur l'image du site, cela ressemble à la nébuleuse du Sorcier dans Céphée. Cependant, je n'ai aucune référence via Wikisky... Si quelqu'un pense connaître un site qui pourrait nous aider à le savoir, ce serait avec plaisir que j'accueillerai l'info
  17. Les Hyades et la nébuleuse de Hind

    Merci pour vos retours encourageants Merci Si tu parles de l'objet en bas au centre, je ne sais pas trop... on dirait la nébuleuse du calamar (OU4)... peut-être ai-je découvert une nouveauté ? Je vais faire quelques recherches. Quésako ?
  18. La nébuleuse variable de Hind

    Le même soir où j’ai imagé les Hyades, en regardant de plus près le Triangle du Taureau sur Stellarium, je m’aperçus qu’il y avait un peu au-dessus des Hyades la nébuleuse variable de Hind. On la voit sur l’image grand champ en haut à gauche comme deux étoiles entourées d’une voile de gaz. Je décidais alors de la viser avec la lunette. Cataloguée NGC 1555, cette nébuleuse par réflexion est éclairée par l’étoile variable T Tauri qui est un système stellaire triple. Elle a été découverte par l’astronome John Russell Hind en 1852 et se situe à environ 600 années-lumière de nous. Malheureusement, ma monture ayant un souci de connectique, elle a subi des microcoupures. Je n’ai cumulé que très peu de poses pour ce genre de nébuleuse. Cependant, l’image n’est pas trop moche et on voit la nébuleuse. Je la soumets donc à votre bienveillance. Photos prises le 15 octobre 2020 à Allons (47) – Canon 7D défiltré partiel au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage). 33 poses de 2 minutes – ISO 6400 – 23 DOF – Iris et Toshop.
  19. Les Hyades et la nébuleuse de Hind Lors de la rencontre annuelle d’AG33 réservée aux adhérents, nous avons pu bénéficier de deux nuits correctes lors de cette semaine de nouvelle Lune du mois d’octobre : celles du jeudi et du samedi. Nous étions loin de la pollution lumineuse des grandes villes, sous le ciel du triangle noir de l’Aquitaine. Avec mon setup « grand champs », j’ai visé les Hyades qui forment l'amas ouvert le plus proche de nous à une distance de 151 années-lumière. Il est constitué de 300 à 400 étoiles partageant des caractéristiques communes telles que l'âge et la composition chimique. Les quatre membres les plus brillants de l'amas sont toutes des géantes rouges qui ont commencé leur vie sur la séquence principale en tant qu'étoiles de classe spectrale A. Elles forment un astérisme en forme de « V » représentant la tête de la constellation du Taureau et couvrant quatre degrés (l’équivalent de 8 pleines Lunes). Aldébaran, l'étoile la plus brillante du Taureau (en bas de l’image), fait partie de cet astérisme, il représente l'œil du Taureau mais ne fait pas partie de l'amas. Aldébaran est en effet situé deux fois plus près de nous que l'amas. L'amas tire son nom des Hyades de la mythologie grecque, les nymphes de la pluie. Selon le mythe le plus répandu, elles furent les nourrices de Dionysos. Zeus les transporta au Ciel pour les remercier de leur dévouement à protéger son fils de la jalousie de son épouse Héra. Photos prises le 15 octobre 2020 à Allons (47) – Canon 350D défiltré partiel avec objectif 70-300, focale à 133 mm, ouvert à f/4.5 sur monture StarAdventurer (sans goto ni autoguidage). 57 poses de 2 minutes – ISO 800 – 23 DOF – Iris et Toshop.
  20. La galaxie de l’enflure et sa 8ème supernova Lors de la nouvelle Lune du mois de mai 2020, alors que nous aurions dû être aux Nuits astronomiques de Touraine, la météo était superbe. Ne pouvant pas aller au Mémorial comme à notre habitude, nous avons fait de l’astrojardin à défaut de mieux. Le village est bardé de lampadaires mais on peut limiter la pollution lumineuse en se mettant derrière la maison. Et le filtre CLS permet de réaliser quelques images. J’ai été assez étonnée en découvrant le nom populaire de M61 qui est la galaxie spirale de l’enflure. C’est une galaxie dans la constellation de la Vierge vue de face, située à 71 millions d’années-lumière environ. Elle est très active et produit énormément d’étoiles. C’est aussi là qu’on a déjà pu observer 8 supernovae depuis 1926. La huitième a été découverte tout récemment, le 6 mai 2020. Comme on en parlait beaucoup sur les fora d’astronomes amateurs, c’est tout naturellement que j’ai pointé ma lunette vers cette région du ciel riche en galaxies pour y trouver cette belle spirale et sa supernova, en croisant les doigts pour qu’elle soit toujours brillante. Pour les néophytes, une supernova est une étoile supergéante qui finit sa vie en une gigantesque explosion. Cette explosion s'accompagne d'une augmentation brève mais fantastiquement grande de sa luminosité. Photos prises le 16 mai 2020 à Ayguemorte-les-Graves (33) – Canon 7D défiltré partiel au foyer d’une lunette 100/900 apo sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage) 83 poses de 2 minutes – ISO 6400 – 25 DOF – Iris et Toshop. [ Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.[/u] Version annotée Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
  21. La comète et la galaxie spirale barrée Lors de la nouvelle Lune du mois de mai 2020, alors que nous aurions dû être aux Nuits astronomiques de Touraine, la météo était superbe. Ne pouvant pas aller au Mémorial comme à notre habitude, nous avons fait de l’astrojardin à défaut de mieux. Le village est bardé de lampadaires mais on peut limiter la pollution lumineuse en se mettant derrière la maison. Et le filtre CLS permet de réaliser quelques images. La comète C/2019 Y1 Atlas continuait sa route vers le système solaire externe après avoir fait son périhélie à la mi-mars 2020. A proximité de la comète, une galaxie spirale barrée aux bras spiraux très étirées me permit d’obtenir un cadre original. Cependant, il ne me restait pas beaucoup de place pour loger la comète que je mis en haut à droite. Y1 avait perdu quelques magnitudes mais la rencontre avec cette galaxie la rendit plutôt intéressante. Cette dernière découverte par William Herschel en 1793, cataloguée NGC 3359, se situe à environ 56 millions d’années-lumière de la Voie Lactée. Et si la comète ne fait que passer vite fait dans le coin supérieur droit de l’image, la galaxie est plutôt jolie en bas à gauche. Photos prises le 18 mai 2020 à Ayguemorte-les-Graves (33) – Canon 7D défiltré partiel au foyer d’une lunette 100/900 apo sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage) 226 poses d’une minute – ISO 6400 – 21 DOF – Camera RAW, Toshop et VirtualDub. Registration sur la comète Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Régistration sur la galaxie Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Le film
  22. Merci de vos retours Pour le nom de la galaxie, je ne pense pas qu'il faut l'entendre comme une insulte mais plutôt comme un qualificatif
  23. Merci pour vos retours encourageants Oui Chani, mais cela demande beaucoup trop de travail... et je manque de temps.
  24. Lors de la nouvelle Lune du mois de mai 2020, alors que nous aurions dû être aux Nuits astronomiques de Touraine, la météo était superbe. Ne pouvant pas aller au Mémorial comme à notre habitude, nous avons fait de l’astrojardin à défaut de mieux. Le village est bardé de lampadaires mais on peut limiter la pollution lumineuse en se mettant derrière la maison. Et le filtre CLS permet de réaliser quelques images. J’ai été assez étonnée en découvrant le nom populaire de M61 qui est la galaxie spirale de l’enflure. C’est une galaxie dans la constellation de la Vierge vue de face, située à 71 millions d’années-lumière environ. Elle est très active et produit énormément d’étoiles. C’est aussi là qu’on a déjà pu observer 8 supernovae depuis 1926. La huitième a été découverte tout récemment, le 6 mai 2020. Comme on en parlait beaucoup sur les fora d’astronomes amateurs, c’est tout naturellement que j’ai pointé ma lunette vers cette région du ciel riche en galaxies pour y trouver cette belle spirale et sa supernova, en croisant les doigts pour qu’elle soit toujours brillante. Pour les néophytes, une supernova est une étoile supergéante qui finit sa vie en une gigantesque explosion. Cette explosion s'accompagne d'une augmentation brève mais fantastiquement grande de sa luminosité. Photos prises le 16 mai 2020 à Ayguemorte-les-Graves (33) – Canon 7D défiltré partiel au foyer d’une lunette 100/900 apo sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage) 83 poses de 2 minutes – ISO 6400 – 25 DOF – Iris et Toshop.