RIGEL33

Membre
  • Compteur de contenus

    328
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2
  • Pays

    France

Tout ce qui a été posté par RIGEL33

  1. N'ayant trouvé aucun topic à ce sujet, j'en ouvre un qui pourra servir à tous ceux qui souhaite partager des participations originales, sympas, amusantes, etc... Aujourd'hui, je vous invite à découvrir la performance d'Alexis Drouard, doctorant au Laboratoire d'Astrophysique de Marseille. Pour mémoire, il a accompagné le club ASTRONOMIE GIRONDE 33 (mon club) sur les trois premières Nuits des Etoiles 2018 avec une conférence sur les météorites, son sujet de thèse. Cette année, il a participé à la Finale Régionale du MT180 (Ma Thèse en 180 secondes). Voici son idée très originale Si vous vous demandez s'il a gagné, voici sa réponse : Hélas je n'ai pas été retenu pour le niveau national, pour cause d'originalité justement Je regrette que les jurys ne mettent pas en avant ce genre de prestation dans ce concours. Dans mon groupe on comptait de nombreuses perles (une fable, un jingle SNCF...) mais ce genre de forme mène souvent à la disqualification. Quoiqu'il en soit, je me suis bien amusé...
  2. Le vendredi 22 mars 2019 de 18h00 à 0h00 Sur le parvis de l'église, face à la Médiathèque, à LE BOUSCAT (33110) Animation nocturne organisée par : Cliquez sur la bannière pour accéder au site officiel Dans le cadre du : Cliquez sur la bannière pour accéder au site officiel Ayant pour thème : Destination l'Espace avec la participation de : ... Entrée libre et GRATUITE pour tout public PROGRAMME Tout au long de la soirée, vous vivrez un voyage vers la planète Mars, la Lune, les amas d'étoiles, les nébuleuses, les galaxies et tous ces objets célestes que nous pensons connaître mais qui recèle encore tant de mystères. Tout ceci sous la houlette d'animateurs passionnés d'ASTRONOMIE GIRONDE 33 En cas de mauvais temps, repli en salle avec exposition d'astrophotographies et d'instruments astronomiques, ainsi qu'un atelier "Fusée". Venez nombreux
  3. C'est ce soir, n'oubliez pas ! Pour rappel, entrée libre dans la limite des places disponibles
  4. Samedi 23 mars 2019 à partir de 17 h 45 A la salle des Fêtes de Saucats Dans le cadre de la conférence annuelle d'AG33 LES NUAGES INTERSTELLAIRES : les berceaux de la vie sur Terre ? Les étoiles se forment dans des immenses nuages de gaz, dans lesquels près de 200 molécules, dont une majorité de molécules carbonées, ont déjà été détectées grâce à leur signature spectrale, essentiellement en radioastronomie. La question est de savoir jusqu'où va la complexité chimique dans le milieu interstellaire. Alors que de plus en plus d'exoplanètes sont découvertes, peut-on trouver dans les nuages des molécules qui pourraient être à l'origine de la vie sur Terre et ailleurs dans l’espace ? Présentée par Nathalie BROUILLET Astronome au Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux Après avoir obtenu un doctorat de physique à l’Université de Bordeaux, elle été au Max-Planck-Institut für Radioastronomie à Bonn en Allemagne pendant 2 ans. Astronome à l’Observatoire Aquitain des Sciences de l'Univers depuis 1991, son domaine de recherche est l’étude du milieu interstellaire. En 2009, elle a été responsable pour l’Aquitaine de l’Année mondiale de l’astronomie et est chargée de la conservation et de la valorisation du patrimoine astronomique pour l’Observatoire. Venez nombreux
  5. SOLAIRE EN SALLE à Auchan Lac

    jusqu’à
    Le samedi 13 avril 2019 de 10 h 30 à 19 h 00 Centre commercial Auchan Lac à Bordeaux (33300) SOLAIRE EN SALLE . Animation dans le cadre de la thématique des "Aventuriers" organisée par : Avec la participation de :+ Entrée libre et GRATUITE pour tout public Les animateurs d'AG33 présenteront divers types d’instruments d’observation adaptés à l'observation solaire. Un petit jeu autour de notre étoile sera proposé aux participants. Initiation à l'observation et exposition d'astrophotographies sont aussi au programme. Venez nombreux
  6. Quelqu'un ayant accès à l'intégralité de l'article pourrait-il me le faire suivre ici ou par MP si cela pose problème ?
  7. Voici l'invitation reçue par mon association... je ne sais pas si je pourrais y aller mais si certains d'entre vous êtes intéressés, n'hésitez pas Madame, Monsieur, La Région, résolument engagée dans la transition écologique et énergétique, souhaite faire de la Nouvelle-Aquitaine, la première région étoilée de France. Un premier Atelier régional des solutions « Eclairage et protection du ciel étoilé en Nouvelle-Aquitaine » vous est proposé le mardi 19 mars 2019 de 10h à 17h à la Maison de la Région, 27 boulevard de la Corderie, 87000 LIMOGES Inscrivez-vous : https://fr.research.net/r/Y2GNG3M Pour votre venue, pratiquez le co-voiturage : https://www.togetzer.com/covoiturage-evenement/8ws5uf Au plaisir de vous y accueillir. Conseil Permanent de la Transition Energétique et Climat Programme-atelier.pdf
  8. Entre voiles nuageux et caresses félines

    Merci de votre passage Pour ma part, non... j'ai des chats à la maison et je n'ai vu aucune différente
  9. Une soirée ponctuée par les voiles nuageux et les caresses félines ! Du forum, étaient présents : Clément A., Denis, Florent b., FredAstro, Jérémy, Sandrine et moi-même. Sébastien P. et un ami à lui étaient venus en touristes. Parmi le public, un homme, une femme et deux enfants. Les nuages nous accueillirent à notre arrivée vers 18h. Je n’avais porté qu’un appareil photo et je comptais faire un time-lapse de la soirée. Denis avait quand même son dobson. Les astrams arrivèrent petit à petit en même temps que les éclaircies se formaient. Parfois, on gardait espoir car l’observation était possible. On en profita. Au gré des passages nuageux, on discutait autour de la table de réconfort. On voyait dans les champs alentours, une loupiote rouge se balader à droite et à gauche. C’était notre chienne Chara qui chassait. Elle avait au harnais un repère lumineux qui nous permettait de ne pas la perdre de vue. Vers 21h, un chat pointa le bout de sa queue. Il semblait très câlin, se frottant à tous les participants. Chara, revenue voir l’intrus, ne l’effrayait pas et, après un instant d’étonnement, ils firent connaissance et restèrent l’un près de l’autre un petit moment, tentant d’assouvir leur curiosité respective. Ce chat devait être en partie « angora » car il avait le poil long. Sombre de couleur, il affichait des nuances de gris et de marron. Chara, se lassant de sa présence, repartit agrandir les trous et galeries des rongeurs des champs. Ce chat resta un moment encore. Il semblait bien nourri et ne paraissait pas non plus perdu. Il devait appartenir à l’une des fermes des alentours mais c’était bien la première fois qu’on le voyait au pied du mémorial. Quelques minutes encore, plus il disparut. L’astronomie reprit ses droits. Après quelques minutes d’observation, les nuages revinrent plus nombreux mais pas trop épais. Un homme et une femme arrivèrent accompagnés de deux enfants. Il était déjà 22h30. C’est rare de voir des gens venir si tard, surtout avec des enfants. Pendant quelques minutes, des éclaircies nous permirent de satisfaire partiellement leur besoin d’évasion spatiale. Pendant qu’on discutait, je sentis une pression sur mes jambes. Pensant que c’était Chara, je n’y prêtai pas l’attention qu’il aurait fallu, sortant machinalement une croquette de ma poche et la tendant vers mon amie canine. Alors que je restais bêtement avec mon bras tendu vers le sol, attendant qu’une gueule prenne la récompense, j’entendis la petite fille dire : « Oh un petit chat ! ». Il était de retour. Il se frotta à tous le monde, prenant plaisir à voir de nouvelles jambes n’ayant pas encore son odeur. Passé ce moment félin, et les nuages étant revenu bâcher le ciel, les curieux nous quittèrent ainsi que le félin. J’allais rechercher mon appareil photo dans le champ nu. Bien sûr l’objectif était embué car je n’avais pas mis de résistance pour l’empêcher. Je revins à la voiture et télécharger les images dans mon ordi. Au final, la buée n’était arrivait que tardivement. Sur les images, on voit même Mercure que j’avais renoncé à observer, pensant que les nuages étaient trop nombreux sur l’horizon ouest. Le rangement des setups étaient presque terminés. Chara était montée en voiture. La température n’était pas trop fraîche et elle ne semblait pas avoir froid mais elle avait le poil humide. J’enlevais sa loupiote, attachais sa sangle et rabattis sa couverture sur elle. Avec les derniers astrams prêts au départ, on discuta encore quelques minutes. Une nouvelle pression sur les jambes me fit comprendre que le chat était de retour. Il y mettait du cœur, comme s’il voulait me faire tomber. Chacun de nous y eut droit. Pendant quelques secondes, en remontant dans les voitures, on s’inquiétait de savoir si on n’allait pas le blesser. Mais je fus rassurée dès que notre voiture démarra car allumant les phares, on le vit prendre le chemin de terre à droite. Il avait compris qu’on partait et retournait soit chez lui, soit vers quelques autres aventures câline dans un autre univers ! Voici le time-lapse réalisé ce soir-là :
  10. Il me tarde de lire la suite... merci de ce partage Vesper
  11. Une soirée d’animation entre Lune, Crèche et Comète En cette soirée de la mi-février, le ciel était superbement dégagé. Nous avons pu maintenir une animation astronomique à destination des adhérents de l’Université du Temps Libre de Bordeaux (OAREIL). C’est au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats que le rendez-vous fut donné. A cette date, la comète C/2018 Y1 (Iwamoto) venait juste de passer au plus près de la Terre. N’ayant pu jusque là la mettre sur son capteur, une des animatrices décidait, malgré la présence d’une grosse Lune gibbeuse, de l’imager. Ainsi, cela me permettrait de montrer la technique astrophotographique aux participants. C/2018 Y1 est une comète quasi-parabolique, découverte par Masayuki Iwamoto le 20 décembre 2018. Elle est passée au plus près du Soleil le 7 février 2019, et au plus près de la Terre le 12 février 2019 à environ 45 millions de kilomètres (0,3 UA). Sa période orbitale est de 1 371 années. La chance était avec l’astrophotographe car ce soir-là, du vendredi 15 février, la boule de neige sale était dans la constellation du Cancer et passait tout près de l’amas de Crèche. A la lunette, le champ serait trop réduit, elle prit la décision de faire du grand champ avec un objectif 90-300 mm et la monture StarAdventurer pour le suivi. A peine le temps de faire la mise au point, le cadrage voulu et le lancement des premières poses, que les premiers participants arrivaient. Au début, seule une petite dizaine de curieux était attendue. Mais très vite on s’aperçut qu’ils seraient bien plus nombreux. Dès leurs arrivées, ils étaient invités à stationner leur voiture sur le pré à côté du Monument, symbole de la résistance girondine pendant la seconde guerre mondiale. Ensuite, ils furent dirigés vers les instruments d’observation installés le long du fossé ouest. Quatre Dobson du diamètre 400 à 250 mm, une grosse paire de jumelles et une lunette les invitèrent à un voyage au-delà de notre ciel, au-delà de notre système solaire, à la découverte des beautés du ciel nocturne qui sont composaient d’amas d’étoiles, de pouponnières célestes et d’univers-îles. Cependant, la Lune ne souffrant d’aucune concurrence, elle s’imposait à nous et nous obligeait à la montrer sous toutes ses coutures, cratères et mers compris. Il faut dire qu’elle aussi invitait au voyage, à un voyage que l’on croit connaître mais qu’on redécouvre à chaque fois avec merveille. Un des animateurs, voulant tester une petite webcam, fit quelques acquisitions de l’astre sélène. Ces films plurent beaucoup aux participants de la soirée. Vers 22h, ce fut la pause chocolat chaud. Ceci permit de discuter, de découvrir les constellations et leur mythe associé et de faire de la découverte aux jumelles. Ce n’est que vers 23h que les membres d’OAREIL quittèrent le site d’observation. Le froid commençait à s’installer mais, pour nous, il était encore supportable. On décidait donc de rester encore un peu, au moins le temps de faire quelques poses supplémentaires sur la comète. Sur ces dernières, le fond de ciel était bien clair malgré le filtre CLS mais on y voyait bien la comète et l’amas de la Crèche. Vers minuit, il fut temps de ranger. Malgré une température qui restait positive, le câble de la rallonge électrique était légèrement givré. Alors que la Lune commençait à peine sa descente vers l’ouest, les astronomes amateurs, animateurs d’un soir, repartirent chacun de leur côté, satisfaits de cette soirée d’animation entre Lune, Crèche et Comète. Photos prises le 15 février 2019 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré avec filtre CLS au foyer d’une lunette Skywatcher 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 92 poses de 2 mn – 15 DOF – ISO 1600 – IRIS, Toshop, Camera RAW et VirtualDub. Registration sur la comète Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Registration sur les étoiles Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Le film
  12. Comète C/2018 Y1 (Iwamoto)

    Merci de vos retours
  13. Pas besoin de changer... ils peuvent aussi réduire l'intensité ou faire des coupures à des heures creuses. Mais concernant les arrêtés, on nous dit tout le temps "Nul n'est censé ignorer la loi". La plupart des mairies ont généralement des commissions qui sont censés restés informés sur ces dispositions juridiques... (je ne parle pas des toutes petites communes de moins de 1500 habitants). Maintenant, rien ne nous empêche d'envoyer un petit courriel aux mairies qui nous concernent avec les liens vers la loi et ses arrêtés
  14. Comète C/2018 Y1 (Iwamoto)

    Une soirée d’animation entre Lune, Crèche et Comète En cette soirée de la mi-février, le ciel était superbement dégagé. Nous avons pu maintenir une animation astronomiquement à destination des adhérents de l’Université du Temps Libre de Bordeaux (OAREIL). C’est au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats que le rendez-vous fut donné. A cette date, la comète C/2018 Y1 (Iwamoto) venait juste de passer au plus près de la Terre. N’ayant pu jusque là la mettre sur son capteur, une des animatrices décidait, malgré la présence d’une grosse Lune gibbeuse, de l’imager. Ainsi, cela me permettrait de montrer la technique astrophotographique aux participants. C/2018 Y1 est une comète quasi-parabolique, découverte par Masayuki Iwamoto le 20 décembre 2018. Elle est passée au plus près du Soleil le 7 février 2019, et au plus près de la Terre le 13 février 2019 à environ 45 millions de kilomètres (0,3 UA). Sa période orbitale est de 1 371 années. La chance était avec l’astrophotographe car ce soir-là, du vendredi 15 février, la boule de neige sale était dans la constellation du Cancer et passait tout près de l’amas de Crèche. A la lunette, le champ serait trop réduit, elle prit la décision de faire du grand champ avec un objectif 90-300 mm et la monture StarAdventurer pour le suivi. A peine le temps de faire la mise au point, le cadrage voulu et le lancement des premières poses, que les premiers participants arrivaient. Au début, seule une petite dizaine de curieux était attendue. Mais très vite on s’aperçut qu’ils seraient bien plus nombreux. Dès leurs arrivées, ils étaient invités à stationner leur voiture sur le pré à côté du Monument, symbole de la résistance girondine pendant la seconde guerre mondiale. Ensuite, ils furent dirigés vers les instruments d’observation installés le long du fossé ouest. Quatre Dobson du diamètre 400 à 250 mm, une grosse paire de jumelles et une lunette les invitèrent à un voyage au-delà de notre ciel, au-delà de notre système solaire, à la découverte des beautés du ciel nocturne qui sont composaient d’amas d’étoiles, de pouponnières célestes et d’univers-îles. Cependant, la Lune ne souffrant d’aucune concurrence, elle s’imposait à nous et nous obligeait à la montrer sous toutes ses coutures, cratères et mers compris. Il faut dire qu’elle aussi invitait au voyage, à un voyage que l’on croit connaître mais qu’on redécouvre à chaque fois avec merveille. Un des animateurs, voulant tester une petite webcam, fit quelques acquisitions de l’astre sélène. Ces films plurent beaucoup aux participants de la soirée. Vers 22h, ce fut la pause chocolat chaud. Ceci permit de discuter, de découvrir les constellations et leur mythe associé et de faire de la découverte aux jumelles. Ce n’est que vers 23h que les membres d’OAREIL quittèrent le site d’observation. Le froid commençait à s’installer mais, pour nous, il était encore supportable. On décidait donc de rester encore un peu, au moins le temps de faire quelques poses supplémentaires sur la comète. Sur ces dernières, le fond de ciel était bien clair malgré le filtre CLS mais on y voyait bien la comète et l’amas de la Crèche. Vers minuit, il fut temps de ranger. Malgré une température qui restait positive, le câble de la rallonge électrique était légèrement givré. Alors que la Lune commençait à peine sa descente vers l’ouest, les astronomes amateurs, animateurs d’un soir, repartirent chacun de leur côté, satisfaits de cette soirée d’animation entre Lune, Crèche et Comète. Photos prises le 15 février 2019 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré avec filtre CLS au foyer d’une lunette Skywatcher 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 92 poses de 2 mn – 15 DOF – ISO 1600 – IRIS, Toshop, Camera RAW et VirtualDub.
  15. Comète C/2018 Y1 (Iwamoto)

    Une soirée d’animation entre Lune, Crèche et Comète En cette soirée de la mi-février, le ciel était superbement dégagé. Nous avons pu maintenir une animation astronomiquement à destination des adhérents de l’Université du Temps Libre de Bordeaux (OAREIL). C’est au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats que le rendez-vous fut donné. A cette date, la comète C/2018 Y1 (Iwamoto) venait juste de passer au plus près de la Terre. N’ayant pu jusque là la mettre sur son capteur, une des animatrices décidait, malgré la présence d’une grosse Lune gibbeuse, de l’imager. Ainsi, cela me permettrait de montrer la technique astrophotographique aux participants. C/2018 Y1 est une comète quasi-parabolique, découverte par Masayuki Iwamoto le 20 décembre 2018. Elle est passée au plus près du Soleil le 7 février 2019, et au plus près de la Terre le 13 février 2019 à environ 45 millions de kilomètres (0,3 UA). Sa période orbitale est de 1 371 années. La chance était avec l’astrophotographe car ce soir-là, du vendredi 15 février, la boule de neige sale était dans la constellation du Cancer et passait tout près de l’amas de Crèche. A la lunette, le champ serait trop réduit, elle prit la décision de faire du grand champ avec un objectif 90-300 mm et la monture StarAdventurer pour le suivi. A peine le temps de faire la mise au point, le cadrage voulu et le lancement des premières poses, que les premiers participants arrivaient. Au début, seule une petite dizaine de curieux était attendue. Mais très vite on s’aperçut qu’ils seraient bien plus nombreux. Dès leurs arrivées, ils étaient invités à stationner leur voiture sur le pré à côté du Monument, symbole de la résistance girondine pendant la seconde guerre mondiale. Ensuite, ils furent dirigés vers les instruments d’observation installés le long du fossé ouest. Quatre Dobson du diamètre 400 à 250 mm, une grosse paire de jumelles et une lunette les invitèrent à un voyage au-delà de notre ciel, au-delà de notre système solaire, à la découverte des beautés du ciel nocturne qui sont composaient d’amas d’étoiles, de pouponnières célestes et d’univers-îles. Cependant, la Lune ne souffrant d’aucune concurrence, elle s’imposait à nous et nous obligeait à la montrer sous toutes ses coutures, cratères et mers compris. Il faut dire qu’elle aussi invitait au voyage, à un voyage que l’on croit connaître mais qu’on redécouvre à chaque fois avec merveille. Un des animateurs, voulant tester une petite webcam, fit quelques acquisitions de l’astre sélène. Ces films plurent beaucoup aux participants de la soirée. Vers 22h, ce fut la pause chocolat chaud. Ceci permit de discuter, de découvrir les constellations et leur mythe associé et de faire de la découverte aux jumelles. Ce n’est que vers 23h que les membres d’OAREIL quittèrent le site d’observation. Le froid commençait à s’installer mais, pour nous, il était encore supportable. On décidait donc de rester encore un peu, au moins le temps de faire quelques poses supplémentaires sur la comète. Sur ces dernières, le fond de ciel était bien clair malgré le filtre CLS mais on y voyait bien la comète et l’amas de la Crèche. Vers minuit, il fut temps de ranger. Malgré une température qui restait positive, le câble de la rallonge électrique était légèrement givré. Alors que la Lune commençait à peine sa descente vers l’ouest, les astronomes amateurs, animateurs d’un soir, repartirent chacun de leur côté, satisfaits de cette soirée d’animation entre Lune, Crèche et Comète. Photos prises le 15 février 2019 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré avec filtre CLS au foyer d’une lunette Skywatcher 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 92 poses de 2 mn – 15 DOF – ISO 1600 – IRIS, Toshop, Camera RAW et VirtualDub.
  16. Nuits astronomiques de Touraine 2019

    J'y serais aussi avec mon compagnon Denis
  17. Comète 21P/Giacobini-Zinner

    Merci les amis Oh que oui Alain, je ne suis pas en avance dans mes traitements. Cependant 21P est la dernière comète que j'avais à traiter... et j'ai encore les acquisitions de septembre sur cette belle chevelue
  18. Une comète aoûtienne avant son périhélie On a été plutôt gâté côté météo en ce mois d’août 2018. En début de mois, les Nuits des Etoiles se déroulaient sous les meilleurs hospices. Lors de la troisième Nuit, nous étions dans les Landes, à l’écomusée de Marquèze. Le public nous avait quitté à minuit, repartant avec le petit train. Le personnel restant profita, à son tour, de quelques minutes d’observation avant de nous quitter à leur tour. Nous étions donc seuls entre membres d’AG33 au sein de l’écomusée, ayant pour compagnie quelques oiseaux et mammifères nocturnes. Nous étions épuisés par cette troisième soirée d’animation mais le ciel noir landais était magnifiquement étoilé et attirant. La Lune nous laissait deux heures pour en profiter et on en profita. Pour ma part, je pointais mon télescope avec mon appareil photo au foyer vers la comète 21P/Giacobini-Zinner que je n’avais pas encore imagé. Elle se situait dans la constellation de Cassiopée, juste en face de Navi, l’étoile centrale de la constellation. Découverte à Nice par Michel Giacobini en 1900, elle fut à nouveau observée par Ernst Zinner en 1913. D’une périodicité d’environ 6,60 ans, c’est elle qui est responsable de la pluie d’étoiles filantes des Draconides. La sonde spatiale ICE (International Cometary Explorer), de la NASA, a pu traverser la queue de plasma de 21P en 1985, avant de visiter, l’année suivante, la comète de Halley (1P). Photos prises dans la nuit du 5 au 6 août 2018 à Sabres (40) – Canon 350D défiltré au foyer d’un Newton Skywatcher 150/750 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 82 poses d’1 mn – 15 DOF – ISO 800 – IRIS, Toshop, Camera RAW et VirtualDub. Registration sur les étoiles Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Registration sur la comète Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Le 18 août, lors d’une soirée spéciale Lune au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats en Gironde, je décidais de la retrouver sur mon capteur alors qu’elle était toujours dans la constellation de Cassiopée, mais cette fois près des nébuleuses du Cœur et de l’Âme. Elle se rapprochait de la Terre et brillait plus fortement qu’au début du mois. La présence de la Lune me poussa à mettre un filtre CLS et je n’eus aucun mal à la capter. Photos prises dans la nuit du 18 au 19 août 2018 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré avec filtre CLS au foyer d’une lunette Skywatcher 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 173 poses d’1 mn – 15 DOF – ISO 800 – IRIS, Toshop, Camera RAW et VirtualDub. Registration sur les étoiles Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Registration sur la comète Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff. Je suis assez contente du résultat sur ces deux acquisitions et il me tarde, aujourd’hui, d’enfin traiter mes acquisitions de septembre, surtout celles du 10 où la comète 21P était au plus près de la Terre ! En attendant, voici le film réalisé :
  19. Comète 21/Giacobini-Zinner au 18 08 2018

    Le 18 août, lors d’une soirée spéciale Lune au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats en Gironde, je décidais de la retrouver sur mon capteur alors qu’elle était toujours dans la constellation de Cassiopée, mais cette fois près des nébuleuses du Cœur et de l’Âme. Elle se rapprochait de la Terre et brillait plus fortement qu’au début du mois. La présence de la Lune me poussa à mettre un filtre CLS et je n’eus aucun mal à la capter. Photos prises dans la nuit du 18 au 19 août 2018 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré avec filtre CLS au foyer d’une lunette Skywatcher 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 173 poses d’1 mn – 15 DOF – ISO 800 – IRIS, Toshop, Camera RAW et VirtualDub.
  20. Comète 21/Giacobini-Zinner au 18 08 2018

    Le 18 août, lors d’une soirée spéciale Lune au Mémorial de la Ferme de Richemont à Saucats en Gironde, je décidais de la retrouver sur mon capteur alors qu’elle était toujours dans la constellation de Cassiopée, mais cette fois près des nébuleuses du Cœur et de l’Âme. Elle se rapprochait de la Terre et brillait plus fortement qu’au début du mois. La présence de la Lune me poussa à mettre un filtre CLS et je n’eus aucun mal à la capter. Photos prises dans la nuit du 18 au 19 août 2018 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré avec filtre CLS au foyer d’une lunette Skywatcher 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 173 poses d’1 mn – 15 DOF – ISO 800 – IRIS, Toshop, Camera RAW et VirtualDub.
  21. Comète 21P/Giacobini-Zinner au 06 08 2018

    On a été plutôt gâté côté météo en ce mois d’août 2018. En début de mois, les Nuits des Etoiles se déroulaient sous les meilleurs hospices. Lors de la troisième Nuit, nous étions dans les Landes, à l’écomusée de Marquèze. Le public nous avait quitté à minuit, repartant avec le petit train. Le personnel restant profita, à son tour, de quelques minutes d’observation avant de nous quitter à leur tour. Nous étions donc seuls entre membres d’AG33 au sein de l’écomusée, ayant pour compagnie quelques oiseaux et mammifères nocturnes. Nous étions épuisés par cette troisième soirée d’animation mais le ciel noir landais était magnifiquement étoilé et attirant. La Lune nous laissait deux heures pour en profiter et on en profita. Pour ma part, je pointais mon télescope avec mon appareil photo au foyer vers la comète 21P/Giacobini-Zinner que je n’avais pas encore imagé. Elle se situait dans la constellation de Cassiopée, juste en face de Navi, l’étoile centrale de la constellation. Découverte à Nice par Michel Giacobini en 1900, elle fut à nouveau observée par Ernst Zinner en 1913. D’une périodicité d’environ 6,60 ans, c’est elle qui est responsable de la pluie d’étoiles filantes des Draconides. La sonde spatiale ICE (International Cometary Explorer), de la NASA, a pu traverser la queue de plasma de 21P en 1985, avant de visiter, l’année suivante, la comète de Halley (1P). Photos prises dans la nuit du 5 au 6 août 2018 à Sabres (40) – Canon 350D défiltré au foyer d’un Newton Skywatcher 150/750 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 82 poses d’1 mn – 15 DOF – ISO 800 – IRIS, Toshop, Camera RAW et VirtualDub.
  22. Comète 21P/Giacobini-Zinner au 06 08 2018

    On a été plutôt gâté côté météo en ce mois d’août 2018. En début de mois, les Nuits des Etoiles se déroulaient sous les meilleurs hospices. Lors de la troisième Nuit, nous étions dans les Landes, à l’écomusée de Marquèze. Le public nous avait quitté à minuit, repartant avec le petit train. Le personnel restant profita, à son tour, de quelques minutes d’observation avant de nous quitter à leur tour. Nous étions donc seuls entre membres d’AG33 au sein de l’écomusée, ayant pour compagnie quelques oiseaux et mammifères nocturnes. Nous étions épuisés par cette troisième soirée d’animation mais le ciel noir landais était magnifiquement étoilé et attirant. La Lune nous laissait deux heures pour en profiter et on en profita. Pour ma part, je pointais mon télescope avec mon appareil photo au foyer vers la comète 21P/Giacobini-Zinner que je n’avais pas encore imagé. Elle se situait dans la constellation de Cassiopée, juste en face de Navi, l’étoile centrale de la constellation. Découverte à Nice par Michel Giacobini en 1900, elle fut à nouveau observée par Ernst Zinner en 1913. D’une périodicité d’environ 6,60 ans, c’est elle qui est responsable de la pluie d’étoiles filantes des Draconides. La sonde spatiale ICE (International Cometary Explorer), de la NASA, a pu traverser la queue de plasma de 21P en 1985, avant de visiter, l’année suivante, la comète de Halley (1P). Photos prises dans la nuit du 5 au 6 août 2018 à Sabres (40) – Canon 350D défiltré au foyer d’un Newton Skywatcher 150/750 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 82 poses d’1 mn – 15 DOF – ISO 800 – IRIS, Toshop, Camera RAW et VirtualDub.
  23. Philae aurait dû s’y poser…

    Splendide cette coma verte ! Samedi soir, j'ai fait deux poses de 4 mn... faut que je regarde ce que ça donne... Mais le travail qui paye en priorité