vaufrègesI3

Membre
  • Compteur de contenus

    11 234
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2
  • Pays

    France

vaufrègesI3 a gagné pour la dernière fois le 19 avril

vaufrègesI3 a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

621 Très bonne réputation

À propos de vaufrègesI3

  • Rang
    Marsophile

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    Inavouables ;)
  • Adresse
    MARSEILLE 13009

Visiteurs récents du profil

1 835 visualisations du profil
  1. OVNI?

    OK.. Vous êtes comme SpaceX, un peu barges quoi . PS : Y'a pas de contrepėterie
  2. OVNI?

    Les théorèmes,la théorie des groupes, les réels, Pi, ... Cet univers dont une part importante des mathématiciens (mais aussi des physiciens) considèrent qu'il nous est préexistant, et que leur travail est un travail de découverte plus que de construction... et une illustration de la non-évidence que toute réalité serait nécessairement réductible.. Pour les platoniciens, de Cantor à Connes en passant par Gödel, les mathématiques sont un langage qui permet de passer du monde sensible au monde des Idées et qui permet aussi d’atteindre les structures profondes du monde. Les constructions mathématiques obéissent à une nécessité interne aux mathématiques elles-mêmes, les théorèmes étant à découvrir, pas à inventer. Le platonisme laisse une question essentielle sans réponse : comment la pensée du mathématicien établit-elle le lien avec le monde des Idées ; puisque ces deux mondes sont séparés (à défaut de quoi on retomberait dans le pythagorisme), comment la jonction s’opère-t-elle ?? PS > Merci pour l'alerte .. > Cédric.. heu.. ch'ai pas moi.. poil à l'ombilic ?
  3. OVNI?

    C’est pas plutôt Galilée ? Oui aussi, et Pythagore entre autres.. Tu dois te souvenir de mes échanges avec Gordon sur ce sujet, et c'était aussi sur un fil consacré aux Ovnis Il y a la célèbre citation de Galilée : "La philosophie est écrite dans ce vaste livre qui constamment se tient ouvert devant nos yeux (je veux dire l’Univers), et on ne peut le comprendre si d’abord on n’apprend pas à connaître la langue et les caractères dans lesquels il est écrit. Or il est écrit en langue mathématique, et ses caractères sont les triangles, les cercles et autres figures géométriques, sans lesquelles il est humainement impossible d’en comprendre un seul mot, sans lesquelles on erre vraiment dans un labyrinthe obscur." Bien entendu, Galilée ne pense ici les mathématiques que comme géométrie. Pythagore a développé une pensée mystique articulée autour de l’intuition que tout est nombre. Le nombre serait la structure fondamentale du monde réel, c’est-à-dire que tous les rapports entre les choses du monde physique seraient régis par les rapports entre nombres. La connaissance de l’arithmétique, enseignée à ses disciples, est une condition nécessaire et suffisante pour comprendre profondément la nature. De telles considérations lui auraient été suggérées par la musique, où l’harmonie naît des proportions entre les hauteurs des sons. Pythagore attribue même une valeur métaphorique à chaque nombre (ainsi, le 4 représente la justice). Mais il faut surtout saisir la dimension du platonisme mathématique pour ses adeptes : Les maths dévoilent la "réalité supérieure" de l'Univers, et cette approche englobe tout ce qui le compose, voire tout ce que l'homme produit, comme l'art sous toutes ses formes.. Ce qu’il y a de commun à tous les tenants du platonisme, c’est le sentiment que les résultats seraient "découverts" et non inventés : le mathématicien explorerait l’univers mathématique comme le physicien scrute la structure de la matière, comme le géographe découvre une région inconnue. Bref, les mathématiques traitent des objets mathématiques comme la biologie traite des êtres vivants. Une des multiples objections est fondée sur la difficulté de l’accès épistémique aux entités mathématiques. Si les objets mathématiques ont une existence, au même titre que ceux du monde empirique, alors la découverte d’un théorème nous dit quelque chose des objets mathématiques concernés par l’énoncé du théorème, de la même façon qu’un résultat de biologie expérimentale nous informe sur les êtres vivants. Mais non, à la différence des objets étudiés par les disciplines empiriques, il semble impossible de distinguer ce qui constitue l’objet mathématique des propriétés que l’on peut lui attribuer. Le platonisme, selon lequel un nombre est un objet, est incapable de formuler du nombre une propriété autre que celle que lui confère sa définition. Une autre objection majeure au platonisme est liée au fait que les objets mathématiques sont censés n’exister ni dans le temps ni dans l’espace ni agir causalement. Dès lors, comment les objets mathématiques, privés d’effectivité causale, pourraient-ils entretenir une relation avec des objets du monde physique ? D'autre part si, comme le prétendent les platoniciens, les objets mathématiques sont dissociés de ceux du monde physique, les premiers ne peuvent pas rendre compte des seconds. Le rôle des mathématiques dans l’élaboration des théories physiques devient incompréhensible.
  4. OVNI?

    Platon, sort de ce corps !!!...
  5. OVNI?

    Pffff...Vous en êtes deux drôles de "paroissiens" vous deux .. Mécréants !!!!
  6. OVNI?

    Non.. Là tu te compliques.. Comme si tu ne me connaissais pas ..
  7. OVNI?

    Devine. .
  8. OVNI?

    Donc pour toi la bible est bien faite ??
  9. Exoplanètes : dernières découvertes

    Oui.. c'est bien connu, chez SpaceX ils sont très barges ..
  10. Actualités de Curiosity - 2013

    Merci Huitzi' .. Voici ce que je retiens de la mise à jour du 17 avril 2018 d'Emily Lakdawala concernant l'échec des deux tentatives de forage ("Lac Orcadie" et "Lac Orcadie2") des 27 février et 4 mars 2018 (sols 1977 et 1982). (Emily mentionne la date du sol 1983 pour le deuxième forage. Je persiste et signe pour le sol 1982) Source : http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2018/0417-curiosity-update-sols-1972-2026.html Extraits : Pourquoi ça n'a pas marché? C'est impossible à savoir à coup sûr. Cela n'a probablement pas aidé le rover d'utiliser le forage rotatif uniquement plutôt que forage rotatif et percussion, une technique que le rover n'avait pas utilisée sur Mars auparavant. Ils devaient tester des forages rotatifs uniquement sur le site nommé "Precipice" fin 2016, lorsque le forage a échoué. Mais selon ce qu'ils comprennent du rover et des roches, le forage rotatif seul devrait fonctionner, à moins que la roche à forer ne soit plus dure que les roches que Curiosity a déjà rencontrées auparavant. Par conséquent, l'équipe considère qu'il est probable que les roches de Vera Rubin Ridge soient inhabituellement dures. Ce qui est logique, si vous y réfléchissez. Voilà pourquoi c'est une crête! Il est raisonnable que les rochers eux-mêmes soient plus durs que ceux que Curiosity a forés auparavant. Pas certain, mais raisonnable. /../ Les ingénieurs travaillent à l'essai et à la validation du forage rotatif avec percussion. La prochaine fois qu'ils essaieront de forer, ils évalueront la technique qui, selon eux, devrait produire un bon résultat avant de commencer. FIN DE CITATION Voici ce que j'écrivais alors à l'époque et qui semble en accord avec ce qui précède : - Premier forage 27 février 2018 (sol 1977) - Voir page 105 – mon message du1er mars 2018 : Les raisons pour lesquelles le forage s'est interrompu prématurément semblent liées à la dureté de la roche. En forant à 20 cm à peine de la première tentative, ce problème demeurera - Deuxième forage 4 mars (sol 1982) – Voir page 106 – mon message du 5 mars 2018 : Jusqu'ici les 15 roches ciblées se sont révélées remarquablement tendres et faciles à forer, même sans la percussion. Il est possible en effet que cette roche (à priori en haute teneur en hématite) soit plus dure. Et page 106 - mon message du 6 mars 2018 : C'est bien la dureté de la roche qui est responsable de l'échec du forage. Dans la dernière mise à jour de la mission, le titre est déjà évocateur - je cite : "À la recherche de pâturages plus doux" "Vera Rubin Ridge est aussi dur qu'un rocher! Après deux tentatives de forage, Curiosity n'a pas pu creuser suffisamment dans le substrat rocheux pour recueillir un échantillon de roche à cet endroit. Les ingénieurs de Curiosity continuent d'affiner la nouvelle méthode de forage. À l'avenir, cela pourrait inclure l'ajout de percussions, ce qui pourrait permettre de forer dans la roche plus dure." FIN DE CITATION Par ailleurs Emily Lakdawala confirme que de nouveaux forages devraient être entrepris sur la crête Vera Rubin.. Il en était prévu quatre, mais nul ne sait s'ils vont comptabiliser les deux échecs. VIDEOS du 1er échec à "Lac Orcadie" : On observe un déplacement latéral du foret qui dérape sur la roche (ce qui était malheureusement prévisible vu l'absence des stabilisateurs dans la nouvelle méthode de forage)
  11. OVNI?

    On n'a pas attendu le poignard de Toutankhamon pour savoir que le fer utilisé à l'âge du bronze était systématiquement d'origine météoritique.. Et le fer présent dans les météorites est déjà à l'état de métal, il peut donc être utilisé directement pour être forgé. L'utilisation du minerai implique un processus de transformation pour en extraire le métal et ôter l'oxygène. Une technique qui n'a été maîtrisée qu'à partir de 1200 ans avant notre ère.
  12. Actualités de Curiosity - 2013

    Retour au bac à sable .. Le 15 avril 2018 (sol 2023), Curiosity a parcouru environ13 mètres au Nord-Ouest revenant ainsi sur ses traces pour se positionner sur une ondulation de sable nommée "Suilven Ripple" avec l'objectif de caractériser la taille des grains et la morphologie des ondulations. Les observations scientifiques prévues sur cette ondulation comprennent les instruments APXS, MAHLI et ChemCam. Mastcam imagera toutes les cibles sur les ondulations environnantes et réalisera une observation multispectrale et une vérification de l'état de la plate-forme du rover.. Le spectromètre de masse à quadrupôle "QMS " (Quadrupole Mass Spectrometer) du labo "SAM" (Sample Analysis at Mars) sera utilisé pour étudier la composition de l'atmosphère. Quant à l'APXS il intégrera "sur l'air" plutôt que sur les matériaux de surface pour mesurer la quantité d'argon dans l'atmosphère. Aujourd'hui l'atmosphère martienne est 100 fois plus fine que celle de la Terre, laissant penser aux spécialistes qu'elle en aurait perdu une bonne partie.Pour en savoir plus, Curiosity a donc identifié et quantifié les gaz présents dans l'atmosphère actuelle. Ses instruments ont ainsi déterminé que 95,9% de l'air martien est composé de dioxyde de carbone (CO2), 2% d'argon (Ar), 1,9% de diazote (N2), 0,14% de dioxygène (O2) et 0,06% de monoxyde de carbone (CO). Les résultats des mesures de Curiosity suggèrent que la perte d'une partie de l'atmosphère s'est faite par l'intermédiaire d'un processus physique de rétention des isotopes lourds de certains éléments et que ceci a constitué un facteur significatif dans l'évolution de la planète. Plus en détail, les données livrées par SAM ont montré une augmentation de 5% de la concentration des isotopes les plus lourds du carbone dans le CO2 de l'atmosphère actuel comparé à celle estimée et présente lors de la formation de la planète. Cette hausse suggère que la partie haute de l'atmosphère a pu être perdue dans l'espace interplanétaire, expliquant ainsi la réduction des isotopes les plus légers. Outre le carbone, les isotopes d'argon montrent aussi un enrichissement en éléments plus lourds, ce qui concorde avec les estimations faites sur la composition de l'atmosphère et dérivées de météorites martiennes tombées sur Terre. Ces informations permettent d'en apprendre plus sur l'histoire de Mars et apportent surtout de nouveaux éléments pour déterminer si la planète a pu un jour être habitable. Les mesures des instruments de Curiosity beaucoup plus précises que celles réalisées par les missions précédentes ont permis de confirmer le scénario d'un échappement de l'atmosphère originelle dans l'espace. Ainsi, selon les mesures de l'instrument SAM, l'isotope 36Argon est quatre fois plus fréquent que 38Argon alors que le rapport est beaucoup plus élevé à l'origine si on s'en réfère à la composition du Soleil ou de Jupiter. POSITION DE CURIOSITY – 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) : HAZCAM AVANT - 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) : HAZCAM ARRIÈRE - 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) : NAVCAM - 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) : Un sable qui paraît très fin PANO NAVCAM DE Damia BOUIC - 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) : MASTCAM - 15 AVRIL 2018 (SOL 2023) :
  13. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    À ma connaissance, cette technologie et ce projet de fabrication de carburant in-situ est d'abord celui imaginé par Robert Zubrin, puis celui du projet de vol habité vers Mars de la NASA. D'ailleurs la mission "Mars 2020" va tester cette technologie car elle emportera l'expérience technologique "MOXIE" (Mars Oxygen ISRU Experiment). Cet équipement de type "ISRU" (c'est-à-dire utilisation de ressources in situ) doit tester la production d'oxygène à partir du dioxyde de carbone omniprésent dans l'atmosphère martienne. On envisage de produire d'une part l'oxygène consommée par les astronautes, d'autre part ce gaz utilisé comme comburant et le méthane utilisé comme carburant par la fusée qui doit permettre à l'équipage de quitter la surface de Mars. En amenant sur le sol martien 6 tonnes d'hydrogène et en le combinant avec du dioxyde de carbone puisé dans l'atmosphère de Mars on peut créer en 10 mois jusqu'à 112 tonnes d'un mélange de méthane et d'eau. Autant que je me souvienne, dans le projet initial de Musk nommé "ITS" pour "Système de Transport Interplanétaire", les navettes posées verticalement sur Mars devaient retourner sur Terre en se ravitaillant grâce à des "vaisseaux citernes" en attente en orbite martienne. Dans le nouveau projet "BFR" le premier vaisseau à destination de Mars doit transporter dans sa cargaison une petite "usine de propulsion" utilisant la technique Sabatier... donc sans aucune expérimentation préalable !
  14. La compétition scientifique dans le monde

    .... oui, mais "échanger" ça veut dire aussi et surtout.. des choses à apprendre.
  15. La compétition scientifique dans le monde

    Je ne crois pas que quiconque puisse contester que tes contributions soient utiles. Je crois savoir qui tu es précisément, mais cet aspect n'est pas absolument important ni décisif sur un forum.. Le problème des forums quels qu'ils soient, c'est que les échanges par écrit ont une fâcheuse tendance à caricaturer le propos, à effacer toute nuance. L'écrit "formalise l'humeur" en quelque sorte, et c'est bien souvent difficile à recevoir pour celui qui en est la cible. Perso, le plus souvent, je préfère traiter cet aspect par l'humour pour décrisper le contexte et ainsi reprendre des échanges de façon plus courtoise et sereine. Alors oui, c'est certainement gonflant d'être contesté dans son domaine de compétence par le "vulgum pecus", mais je crois que c'est ce qui nous arrive à tous et de plus en plus souvent, et chacun dans le petit (ou grand) domaine que l'on estime maîtriser, pour raisons professionnelles ou autres. Je sais qu'en tant qu'enseignant tu es souvent confronté à ce problème. Comme l'étudiant qui disait à Klein "je la sens pas.." en parlant de la R.G.. Bref, aujourd'hui faut faire "avec", car "l'argument d'autorité" n'a plus court, en tous domaines, et malheureusement ça implique quelque chose qui dépasse la pédagogie. Encore une fois, le fond de tes messages "servent" énormément.. même à ceux qui les contestent. Il est vrai que la forme peut parfois heurter certaines susceptibilités .. Mais à ceux-là il me semble que ce que j'exprimais précédemment peut aussi parfaitement s'appliquer . "Plus rien à apprendre" je dirais que c'est peut-être un petit peu excessif, mais bon... Bref, à bientôt par ici Tryphon..