vaufrègesI3

Membre
  • Compteur de contenus

    10 969
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1
  • Pays

    France

vaufrègesI3 a gagné pour la dernière fois le 6 décembre 2017

vaufrègesI3 a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

217 Très bonne réputation

À propos de vaufrègesI3

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    Inavouables ;)
  • Adresse
    MARSEILLE 13009

Visiteurs récents du profil

1 010 visualisations du profil
  1. Actualités de Curiosity - 2013

    Deux nouvelles étapes vers le Sud-Est : - 1) Une petite avancée de 5 mètres le 19 janvier 2018 (sol 1939) pour mieux comprendre les différences de couleur et la transition entre le substrat rocheux gris et rouge dans cette zone en étudiant les changements texturaux et chimiques . Les Mastcam ont également acquit des mosaïques multispectrales de la transition et des matériaux vers le sud qui montrent des argiles dans les données orbitales.Plus tard, le 20 janvier (sol 1940), le bras a été déployé pour acquérir des suites complètes d'images MAHLI d'un bloc sur le côté sombre de la transition. L'APXS a été placé sur une première cible pour une courte intégration, puis sur une deuxième pour une intégration plus longue. Le 21 janvier 2018 (sol 1941) a été dominé par une activité de nettoyage/maintenance des instruments du labo SAM, ce qui nécessite une puissance importante. Pour un prochain forage à plus ou moins longue échéance ??...On peut rêver .. -2) Environ 30 mètres le 22 janvier 2018 (sol 1942). Curiosity est désormais situé au bord de la crête Vera Rubin, à l'extrême Sud de celle-ci et dans une zone au relief un peu plus tourmenté (voir plan général ci-dessous). Le rover devrait ensuite longer le bord de la crête en se dirigeant vers l'Est à la recherche de zones présentant un signal fort de présence d'hématite (vu depuis l'orbite). Les Navcam ont cherché des nuages des nuages et la caméra MARDI devait prendre une autre image du sol près de la roue avant gauche pendant le crépuscule du soir. Enfin, au début du 23 janvier 2018 (sol 1943), Les Navcam devaient à nouveau rechercher des nuages, et les Mastcam mesurer la quantité de poussière dans l'atmosphère. POSITION AU 22 JANVIER 2018 (sol 1942) : VUE PLUS GÉNÉRALE : HAZCAM AVANT – 22 JANVIER 2018 (sol 1942) : Au bout de l'étape le rover s'est tourné vers le Nord Est pour éviter de s'engager dans la forte pente visible sur la droite de l'image. Au loin on aperçoit les remparts Nord Est HAZCAM ARRIÈRE - 22 JANVIER 2018 (sol 1942) : À l'arrière du rover au Sud Ouest le bord Ouest du Mont Sharp et en amont les mesas du delta alluvial apparaissent NAVCAM - 22 JANVIER 2018 (sol 1942) : Le relief des remparts Nord se dessinent particulièrement bien sur cette image Autour du rover le terrain s'annonce plus difficile PANO DE Damia BOUIC - 22 JANVIER 2018 (sol 1942) : Toujours aussi bluffant ce qu'arrive à faire Damia avec les images brutes NavCam PANO DE Robert CHARBONNEAU - 22 JANVIER 2018 (sol 1942) :
  2. OVNI?

    Si certains croivassent qu'ils possédaient le savoir universel, il me semble que depuis Jean Pic de la Mirandole, c'est largement usurpé.. La connaissance... la culture.. le domaine est trop vaste, presque infini.. On le voit bien autour de nous, c'est déjà compliqué d'avoir des bases : Certains parlent de Mozart alors qu'ils n'ont jamais vu un seul de ses tableaux !...
  3. OVNI?

    .... et ils ont échappé de peu au Gripen ..
  4. OVNI?

    On en avait discuté l'an dernier avec Tournesol sur un autre fil (je ne me rappelle plus lequel), et il s'était de mon point vue montré trop optimiste en considérant que cette affaire là était quasi bâchée.. Il m'avait un peu énervé .. D'après lui on savait faire, il ne restait plus qu'à expérimenter (ou pas loin, quelque chose du genre).. Il est vrai qu'aujourd'hui la biologie est une science foisonnante et en plein développement, ses progrès sont très difficiles à appréhender globalement, mais Il me semble que ce qu'exprime @jfleouf est plus près de la réalité. Le chemin va être probablement encore long, et il est clair que, moi non plus, de mon vivant je n'en verrai pas la fin. Il n'existe aucune raison valable pour douter que la science ne puisse y parvenir.. Je sens que Tryphon va intervenir : Il revient, il est en train de peaufiner sa verve, le voilà, il surgit !!
  5. OVNI?

    Non non, car, si tu me lis bien, j'utilise souvent le terme de "rigueur" en complément de mes quelques injonctions sur l'imagination et la nécessité de s'égarer parfois dans le subjectif.. Et surtout, en raison d'un parcours professionnel personnel très éloigné de ces questions, je me dois de respecter totalement ton vécu .. Il est clair que les écrits de Barrau sont très souvent agaçants, exaspérants même parfois car empreints de formules empesées, d'expressions tarabiscotés, de propos carrément abscons, tout ceci rendant sa prose extrêmement peu accessible bien sûr au "vulgum pecus", mais aussi à beaucoup d'autres bien plus avertis. Ce qui est souvent rédhibitoire.. Concernant le critère Popérien, un tabou qu'il s'amuse à remettre en question, j'imagine qu'il y a une bonne part de posture là dedans (retenez moi ou je fais un malheur ), car en fait il faut surtout noter qu'il se garde bien de trangresser, au contraire.. Mais c'est sans doute un faux problème car, comme le souligne PascalD, force est de constater que les scientifiques, pour "avancer", prennent souvent quelques distances avec ce critère, A.B. n'a rien inventé quoi. Perso j'aime surtout Barrau quand il met en perspective. Par exemple quand on parle du "Système solaire" on traduit généralement ces termes en pensant d'abord à la gravitation qui organise le bal des planètes autour du soleil. Or voici ce qu'en dit Barrau : "Bergson voyait notre corps se prolonger jusqu’aux étoiles ; l’astrophysique étend le Soleil jusqu’à la Terre. Son bord est arbitraire, rien n’impose de le limiter au mince disque lumineux perçu aux longueurs d’ondes visibles. Du point de vue du bain de particules énergétiques qu’il émet ou des lignes de champ magnétiques qui se déploient depuis ses pôles, notre planète est, strictement parlant, à l’intérieur de son étoile.". En effet, en toute rigueur, nous sommes à bien "à l’intérieur de notre étoile". C'est sans doute que je suis complètement con (ou à moitié intelligent, c'est pareil ), mais pour moi cette approche est bien plus parlante, plus évocatrice, plus puissante pour décrire le "réel" du système.. Et je n'y avais jamais vraiment réfléchi !. Dans l'absolu l'esprit scientifique nous apprend à nous défaire de la représentation subjective au sens le plus ordinaire : celle des partis pris, des prises de position idéologiques, des vues partiales, fantaisistes, des spéculations, des préjugés divers et variés. Il obéit à des méthodes d’élaboration, des procédures de vérification, des tests de falsifications. Avec un langage le plus souvent mathématique, l'expérimentation et l'observation ont été érigée en ligne de démarcation entre le juste et le faux. Ainsi "un mode du réel" s’impose effectivement et avec efficacité. Mais avant que la science permette d'ouvrir la connaissance à une part du réel, elle a souvent à côtoyer.. comment dire.. "l’inchoatif de l’ineffable" cher à A.B. .. Car malheureusement la nature n'offre pas vraiment à l'observateur des faits bien propres, rangés, étiquetés, absolus. Dans ce cadre, les théories scientifiques sont des "constructions" provisoires, classées en termes de probabilités plus ou moins hautes. Et l'histoire des sciences révèle aussi une nécropole d'idées défuntes. Néanmoins les théories dominantes installent un paradigme, c'est à dire un modèle explicatif qui s’installe dans la conscience collective des scientifiques d’une époque et devient une référence commune. Jusqu'à ce qu'un nouveau paradigme plus abouti le supplante et le remplace. Mais pendant un temps, deux ou plusieurs paradigmes peuvent se chevaucher et se concurrencer. Plus on avance dans le domaine et plus la physique "mécaniste" et la représentation "atomiste" laissent place au "murmure quantique" et aux fluctuations du vide comme probable fondement de notre Univers matériel.. et donc de NOUS MÊME (vertige.. ).. L'image que nous pouvons avoir de "l'essence" de la matière en est radicalement changée, et même si elle est particulièrement complexe à appréhender, c'est un nouveau paradigme.. Capra écrit : "La théorie quantique nous oblige à considérer l'Univers, non comme une collection d'objets physiques, mais comme un réseau complexe de relations entre les diverses parties d'un tout. Le monde dit "matériel" n'est rien d'autre en définitive qu'un tissu complexe d'évènements dans lesquels les relations se forment, se combinent, se superposent, déterminant par là la trame de l'ensemble" Pour en revenir aux "gros mots" que sont en science l'imagination et l'intuition, vouloir les conceptualiser c’est les réduire à une de ses multiples expressions qui appartiennent à un vaste spectre de phénomènes allant de l’inspiration visionnaire à l’instinct en passant par toutes les dimensions – corporelle, émotionnelle, intellectuelle, créatrice et spirituelle – de l’être humain. Ce qui fait justement la spécificité de l'imagination et de l’intuition, c’est qu’elle est irréductible : impossible de réduire ce "regard intérieur" à une de ses manifestations puisque, se situant toujours au-delà, il les transcende tous au delà de nos facultés de raisonnement. Pour se familiariser avec elles il faut donc quitter le terrain objectif du phénomène ou celui abstrait du concept pour rejoindre le sien, celui d'une expérience subjective véhiculée à travers le langage poétique de l’analogie et de la métaphore. C'est dans cet "espace de liberté" que dans le travail scientifique qui mène à la découverte l'idée de création peut faire son chemin. Poincaré et Einstein ont tous deux beaucoup insisté sur cet aspect qui était, à leur yeux, le caractère le plus important de l'activité de connaissance, et qui fut effectivement au centre de leurs épistémologies. Sans oublier ensuite la rigueur du raisonnement rationnel, l'expérimentation et la vérification.
  6. Actualités de Curiosity - 2013

    Un panorama 360° couleur de fou !! (13 décembre 2017 - sol 1903) Je cite Damia Bouic : "Je travaille depuis des semaines sur un projet de mon cru: un panoramique en couleurs mixant les images Mastcam et Navcam de Sol 1903. C'était dur, réalisé sur un ordinateur de 10 ans, mais je devais le faire". Plus d'explications sur son site : http://www.db-prods.net/blog/2018/01/20/curiosity-at-vera-rubin-ridge-sol-1903/
  7. OVNI?

    Oui.. bon... on va dire que ça semble quand même délicat de citer du Platon ou du Bergson pour demander "de passer le sel" ... Nan ?? Sinon je vous livre les échanges de Barrau et Luminet sur le sujet du Multivers et du critère de Popper : Aurélien Barrau : "Je voudrais faire trois commentaires." "Le premier, c'est que par rapport à ce que vous évoquiez tout à l'heure, il faudra choisir entre certaines choses, entre théorie des cordes et gravité quantique à boucles, certainement aussi.. Mais tous les modèles qui mènent à des multivers ne sont pas incompatibles. On peut très bien envisager une structure gigogne, une structure de multivers en poupées russes. Le multivers est testable, je voudrais vraiment y insister, pourquoi ? Parce que ce n'est pas une théorie, c'est le point nodal, c'est une conséquence des théories. Ce qu'on teste, ce n'est pas le multivers en tant que tel, c'est la théorie qui lui donne naissance. Hors cette théorie, quelle qu'elle soit, des cordes, des boucles, de la relativité générale, elle a lieu ici et maintenant, on peut la tester dans notre Univers. Le multivers est une de ses conséquences. Si la théorie a été suffisamment corroborée pour que nous l'adoptions comme paradigme, il est tout à fait légitime et même nécessaire d'accepter toutes ses conséquences, y compris celle du multivers." J.P. Luminet : "Toute théorie physique est fondée sur un système d'équations mathématiques qui, lorsqu'on les résout, engendrent une infinité de solutions possibles qui ne sont pas réalisées dans l'Univers. Un exemple tout simple : La théorie de Maxwell de l'électro-magnétisme a prédit la propagation d'ondes vers le futur et vers le passé, pour des raisons « bêtes » de symétries temporelles. Dans l'Univers que nous connaissons, il n'y a pas vraiment d'ondes qui se propagent vers le passé. Donc, toutes les solutions mathématiques ne correspondent pas à une réalité physique. Sur la relativité générale, on sait très bien que dans les années 60 à 70, il y avait tout un jeu pour trouver des solutions exactes des équations avec tout un tas d'hypothèses. Il y a des livres entiers de 600 pages sur les solutions de la relativité générale. Combien il y en a t'il qui peuvent correspondre à de véritables solutions physiques ? Trois, quatre, cinq ?... Le foisonnement des solutions d'équations ne répond pas à un foisonnement du réel" Aurélien Barrau : "Je défend deux choses" : La première, c'est qu'on peut tester le paradigme du multivers. C'est très simple l'idée : On a un seul échantillon, c'est notre Univers, mais un seul échantillon suffit déjà pour corroborer à un certain niveau de confiance une théorie. On vérifie la relativité générale dans notre Univers, si elle est suffisamment bien vérifiée pour devenir notre modèle dominant, il faut accepter ses conséquences, y compris celle d'un multivers. Le deuxième point, c'est que quand bien même le multivers ne serait pas si facilement testable que ça suivant les critères de Popper, comme l'a mentionné J.P. Luminet, il faudrait interroger ce même critère. Je ne comprend pas pourquoi les scientifiques sont si timides par rapport aux linéaments de leur propre discipline.. Tous les champs disciplinaires se transforment de l'intérieur. Pourquoi les scientifiques devraient ils s'interdirela capacité à auto-transformer leur propre jeu. Le critère de Popper est à mon avis très faible et très caricatural." J.P. Luminet : "Il y a plusieurs formes de testabilité. Je ne suis pas tout à fait d'accord sur l'idée que si on teste la théorie de base, toutes les conséquences que l'on peut en tirer en découlent nécessairement. En tout cas, il peut y avoir des résistances au moins psychologiques à cela. Je prend l'exemple de la relativité générale : Einstein lui même a été extraordinairement réticent devant deux conséquences qui, avec le recul, nous paraissent aujourd'hui incontournables, les trous noirs et l'expansion de l'Univers." Aurélien Barrau : "Du point de vue conceptuel, le critère poppérien fonctionne encore, du point de vue pragmatique, ça me semble très difficile. Tester la théorie des cordes, c'est très diffile mais pas impossible. Cette théorie n'a pas mes faveurs, je travaille sur le modèle concurrent, la gravité à boucles. Il n'en demeure pas moins que la théorie des cordes qui est une tentative de sujonction, c'est à dire d'unification de toutes les interactions élémentaires à partir d'une unique plage de cordes. Selon les modes de vibration des cordes, on génère toutes les particules, comme une corde de violon, selon la position des mains sur le manche, on génère toutes les notes de la gamme chromatique. Elle n'est pas absolument infalsifiable : Elle prédit des violations du principe d'équivalence, elle nécessite l'existence de la supersymétrie (qui ne prouverait pas sa véracité), mais de toute façon, on ne peut jamais prouver qu'une théorie est vraie. On peut juste prouver qu'elle est fausse." FIN DE CITATION Alors oui, Barrau a énoncé des choses beaucoup plus "rudes sur le critère Popérien, mais ici je préfère ménager les susceptibilités .. Concernant les "avancées" de nos connaissances sur l'Univers, qu’on spécule sur une méconnaissance probable de la gravitation, sur une topologie "exotique" de l’Univers baptisée énergie sombre et matière noire, des paramètres par lesquels nos modèles révèlent leur faiblesse, qu’on s’intéresse à la (méta ?)physique des trous noirs ou à l’apparition de la Vie, on flirte avec la question de la prédictibilité et de la généralisation possible des phénomènes. Fondamentalement, le défi posé est de parvenir à comprendre si, et comment, la nature passe de façon "fluide" (au sens de logique) d’un état à l’autre, d’une étape à la suivante. Dit autrement : Jusqu’où peut-on déduire le complexe du simple ? (Et même le peut-on ?).. Comment la nature passe-t-elle de ses briques élémentaires au vivant, voire à la conscience ? Cette évolution y est-elle inscrite de façon déterministe ? Est-elle inéluctable, sur la base de lois immuables, déterminées en tous lieux et en tous temps ou bien certaines nouvelles lois sont-elles générées au fur et à mesure de cet accroissement par des boucles de rétroaction et dans ce cas imprédictibles dans leur apparition comme dans leurs effets ? Les théoriciens du Tout penchent pour la première possibilité, ceux de l’Emergence pour la seconde… Notre suprême difficulté pour le moment à penser le monde physique autrement que dans la dualité mécanique quantique / relativité générale n’est que la manifestation de ce formidable nœud Gordien. Il faut surtout être conscient que la science, contrairement à la pensée mythique, est avant tout partielle et ne vise donc pas à tout expliquer à la fois. C’est ce que François Jacob rappelait en affirmant "qu’il devrait être bien clair aujourd’hui qu’on n’expliquera pas l’univers dans tous ses détails par une seule formule ou une seule théorie". C'est ce que Luminet évoque très justement à la fin d'un épisode de la série "Entre Terre et Ciel" où, questionné par je sais plus qui sur "le processus sans fin de la recherche scientifique", il répond quelque chose qui résume tout : "L'océan de la connaissance aura toujours un horizon, et l'océan s'agrandit à mesure que nos connaissances s'agrandissent. On ouvre constamment de nouvelles portes, et l'océan de l'inconnu reste toujours aussi vaste" Le fait que la science produise des théories inachevées doit rendre l’être humain plus humble et donc plus lucide. C'est bien ce que Popper exprime ainsi : "Ce qui fait l’homme de science, ce n’est pas la possession de connaissances, d’irréfutables vérités, mais la quête obstinée et audacieusement critique de la vérité". Il ajoute : "La découverte scientifique est impossible si l’on ne possède pas une foi en des idées spéculatives". Oui oui, "des idées spéculatives" il a dit le Monsieur . C'est bien dans ce cadre qu'Einstein déclare : "Il s'agit d'affirmer la liberté créatrice de l'homme de science par rapport aux faits, aux phénomènes dont il a à rendre compte : Aucun chemin logique n'existe entre les "faits" et l'idée théorique à partir de laquelle ils prendront sens; seules l'intuition, l'imagination mathématique sont susceptibles de créer, par un miracle que nous ne pouvons comprendre, une construction conceptuelle qui traduise la vérité objective du monde et nous permette de comprendre ce que nous observons". De temps à autre il faut savoir siffler aussi "le début de la récréation" .. Ce sont les émotions induites par nos élans méta-physiques qui, le plus souvent, aiguillonnent nos esprits paresseux et c'est aussi vrai pour les scientifiques. Elles sont un stimulant permettant parfois de doper notre volonté, de dépasser notre esprit critique pour le remettre en question, et libérer la pensée créative... Je cite Pierre Joliot : "Celle-ci [la pensée créative] suppose la liberté de penser et, pendant au moins un moment, de s'évader de la rigueur. D'une certaine manière, la rigueur peut être un frein à la créativité. Mais je pense aussi que quand nous nous sommes laissés aller à une certaine liberté de pensée, il faut faire intervenir la rigueur pour tester ses intuitions qui sont souvent à la base des découvertes. Donc, pour moi, le rationalisme en science est un équilibre permanent entre intuition, liberté de pensée, liberté même de manier le paradoxe, et ensuite rigueur et raisonnement pour tester si les idées nouvelles que l'on essaye de formuler sont valables. Car l'approche rationnelle, si elle se ramène simplement à raisonnement et rigueur, est une démarche qui peut devenir totalement stérile..".
  8. Bonsoir Valère .. En 2017 j'ai eu quelques contacts en relation avec le fil de Curiosity et les magnifiques images qu'elle concocte et dont je suis friand, mais c'est tout. Sachant que Damia est toujours membre d'Astrouf, elle lira certainement ton message.
  9. OVNI?

    Non.. mais je t'explique Motta, parce que les aut' là, les Super et PascalD.... y sont jaloux d'A.B. et de ses beaux cheveux et de ses belles envolées phylosophico-lyriques qui atteignent des sommets inatteignables pour leurs quelques neurones.. Donc, comme avec A.B. je fais mine d'être "bon public", à la moindre occasion ils me cherchent, ils font des allusions oiseuses, ils asticotent, ils moquent le riche vocabulaire d'A.B..... de vrais gamins quoi .. Et comme j'aime bien en rajouter ils sont tombés sur le bon client .. Bon.. ça doit faire près de dix ans que ça dure ici, avec des fils homériques sur la cosmologie.. Entre autres y participait un monument de mauvaise foi (qui nous manque beaucoup.. non, je déconne), le dénommé ChiCyg, intronisé "Troll à poil dur" par un grand ami des Bogdanov qui vient gentiment éclairer notre lanterne ici de temps à autre. C'est beaucoup plus calme aujourd'hui.. Enfin.. méfiance.. Bref, c'est une longue histoire.. Quant à la citation de Luminet elle est extraite d'une discussion purement académique beaucoup plus riche avec A.B. et d'autres, dont un philosophe.
  10. OVNI?

    C'est petit petit.. Pov' mec....
  11. OVNI?

    J'ai pas vu la vidéo.. mais vu le persiflage et le ricanement ambiant... j'imagine que ça doit parler du multivers mmmhh ?? Bon, je cite : "Ce qui est fascinant, c'est que l'hypothèse des univers multiples, ou multivers, n'est pas mise « à la main » au départ comme retrouver un fantasme « science-fictionnesque » ou utopique, elle est issue d'une réflexion beaucoup plus profonde sur des théories éventuellement unificatrices de la gravitation et de la physique quantique qui font émerger de façon relativement naturelle l'idée de mondes possibles avec des propriétés physiques différentes" Vous imaginez sans doute que c'est la prose d'A.B. ?? Eh ben NAN ! C'est ton copain J.P.Luminet Super, et il est parfaitement en phase avec A.B. sur ce plan
  12. OVNI?

    Absolument.. Et en parlant de "bâtir" j'ai connu une amie qui me disait souvent : "Il faut sceller le trou avant la fondation"..
  13. Actualités de Curiosity - 2013

    Et voilà !! T'as gagné Alain ... Le monstre froid désenchanté a encore frappé .. Mais ça aurait pu être pire : Le cassoulet c'est déjà pas spécialement poétique... mais imaginons une potée au choux.. punaise .. un cauchemar.. une tragédie.. Mais on s'égare un peu là..
  14. Actualités de Curiosity - 2013

    Dans une autre vie et un autre siècle, y'a même quelques décennies, j'ai connu ça sur l'Etna.. et en compagnie d'Haroun Tazief.. oui môôôssieur ! Chuuuuut !.... Pfffffffff.... tu vas t'attirer les foudres du monstre froid bouffeur d'astronautes qui hante ce forum ...
  15. Actualités de Curiosity - 2013

    Curiosity est toujours stationné sur la zone atteinte le 10 décembre 2018 (sol 1930). L'équipe scientifique a décidé de rester à l'emplacement actuel en raison de la vaste gamme d'excellentes cibles scientifiques disponibles dans l'espace de travail. Ces cibles continuent d'aider à contraindre l'histoire géologique de la crête Vera Rubin. Plusieurs cibles nécessitant le déploiement du bras pour les intégrations APXS ont été rapidement choisies et transmises aux planificateurs du rover pour évaluation : Une zone de substrat rocheux plus grise avec un matériau nodulaire à proximité, une caractéristique importante plus résistante et aux tons gris, et de larges veines claires qui sillonnent les roches. Des données ChemCam ont été acquises sur une série de cibles, en particulier avec cet instrument ils annoncent avoir enfin réussi à cibler celles qui présentaient les caractéristiques linéaires allongées et surélevées, les fameux "bâtonnnets". L'imagerie MAHLI de l'espace de travail se poursuit et permet de découvrir des roches étonnantes. La plupart de ces roches paraissent plutôt "tendres" car les brins métalliques de la brosse de nettoyage (DRT) y impriment de profondes marques. Ce serait l'endroit idéal pour tenter d'expérimenter la nouvelle procédure de forage (sans risque de coincer le foret). On est ici sur le bord de la crête qui jouxte la plaine argileuse, et il est possible que ces roches comportent un pourcentage d'argile élevé dans leur composition... HAZCAM AVANT – 18 JANVIER 2018 (SOL 1938) : NAVCAM – 17 JANVIER 2018 (SOL 1937) : MASTCAM – 14 JANVIER 2018 (SOL 1934) : Des nodules affleurant sur les roches MAHLI – 14 JANVIER 2018 (SOL 1934) : Malgré les apparences, il s'agit du même matériau que celui des "bâtonnets", celui-ci a été un peu "torturé" . Il a été brossé avant les tirs lasers (qui n'apparaissent pas encore) MAHLI – 15 JANVIER 2018 (SOL 1935) : Plus près de la roche centrale MAHLI – 17 JANVIER 2018 (SOL 1937) : VEINES de Gypse, très probablement