vaufrègesI3

Member
  • Content count

    11900
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3
  • Country

    France

vaufrègesI3 last won the day on December 1 2018

vaufrègesI3 had the most liked content!

Community Reputation

2502 Excellent

1 Follower

About vaufrègesI3

  • Rank
    Marsophile

Personal Information

  • Hobbies
    Inavouables ;)
  • Adress
    MARSEILLE 13009

Recent Profile Visitors

4002 profile views
  1. Actualités de Curiosity - 2013

    Le méthane est un gaz instable dans les atmosphères planétaires comme celle de la Terre ou de Mars. Sur Terre, il est totalement éliminé en une dizaine d'années par photochimie. Les deux principaux puits du méthane (c'est à dire les mécanismes responsables de sa disparition) sont l'oxydation chimique par les radicaux OH (qui sont de véritables détergents atmosphériques) et la photodissociation directe sous l'effet des rayonnements ultraviolets. Le premier mécanisme, très rapide (il agit en une ou deux années), explique la durée de vie très faible du méthane dans l'atmosphère terrestre (la destruction du méthane par les ultraviolets est un phénomène plus lent, qui prend environ 100 ans). "D’après nos connaissances sur la photochimie du méthane et la manière dont il est dissocié dans l’atmosphère, sa durée de vie sur Mars ne doit pas excéder trois cents ans », explique François Forget. "Donc le fait d’en trouver révèle qu’il existe une source récente" Sur Terre, le méthane est produit à 90 % par des processus biologiques, le reste étant émis par le volcanisme, à raison de 582 millions de tonnes par an. On peut trouver ici (voir ellipse rouge) un chapitre (page 32 du doc.) sur les premières détections relativement significatives de méthane par Curiosity, ainsi que le contexte général de ces découvertes :
  2. Actualités de Curiosity - 2013

    L'annonce de la Nasa : https://www.nasa.gov/feature/jpl/curiosity-detects-unusually-high-methane-levels Curiosity détecte des niveaux de méthane inhabituellement élevés Le robot Curiosity Mars de la NASA a obtenu cette semaine un résultat surprenant: la plus grande quantité de méthane jamais mesurée au cours de la mission - environ 21 parties par milliard d’unités en volume (ppbv). Un ppbv signifie que si vous prenez un volume d'air sur Mars, un milliardième du volume d'air est constitué de méthane. La découverte provient du spectromètre laser accordable SAM (Sample Analysis at Mars) du mobile. C'est passionnant car la vie microbienne est une source importante de méthane sur Terre, mais le méthane peut également être créé par des interactions entre les roches et l'eau. Curiosity ne dispose pas d'instruments capables de dire de manière définitive quelle est la source du méthane, ou même s'il provient d'une source locale située dans le cratère Gale ou ailleurs sur la planète. "Avec nos mesures actuelles, nous n'avons aucun moyen de savoir si la source de méthane provient de la biologie ou de la géologie, ou même ancienne ou moderne", a déclaré Paul Mahaffy, chercheur principal du SAM, du Goddard Spaceflight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland. L’équipe Curiosity a détecté du méthane à plusieurs reprises au cours de la mission. Des documents précédents ont montré comment les niveaux de fond du gaz semblent monter et descendre de façon saisonnière. Ils ont également noté des pics soudains de méthane, mais l'équipe scientifique ne sait que très peu de choses sur la durée de ces panaches transitoires et ne sait pas pourquoi ils diffèrent des modèles saisonniers. L’équipe SAM a organisé une expérience différente ce week-end pour rassembler plus d’informations sur ce qui pourrait être un panache transitoire. Tout ce qu’ils trouvent - même s’il s’agit d’une absence de méthane - ajoutera un contexte à la mesure récente. Les scientifiques de Curiosity ont besoin de temps pour analyser ces indices et effectuer de nombreuses autres observations de méthane. Ils ont également besoin de temps pour collaborer avec d'autres équipes scientifiques, y compris celles avec Trace Gas Orbiter de l'Agence spatiale européenne, qui est sur son orbite scientifique depuis un peu plus d'un an sans détecter de méthane. La combinaison d'observations de la surface et de l'orbite pourrait aider les scientifiques à localiser les sources de gaz sur la planète et à comprendre combien de temps il dure dans l'atmosphère martienne. Cela pourrait expliquer pourquoi les observations de méthane de Trace Gas Orbiter et de Curiosity ont été si différentes.
  3. Actualités de Curiosity - 2013

    Merci Jack ! Je savais qu'ils avaient activé l'analyse de l'atmosphère le 19 juin (sol 2141) l'info semble sérieuse.. ce qui l'est moins c'est, dans l'article, le rapprochement systématique avec "une possibilité de vie", un élément qui reste bien sûr à démontrer. Ce qui est intéressant c'est le chiffre de 21 parties par milliard de méthane, soit trois fois le pic de 2013. Article du 22 juin 2019 du New York Times : https://www.nytimes.com/2019/06/22/science/nasa-mars-rover-life.html Un rover de la NASA sur Mars détecte une bouffée de gaz qui laisse présager une possibilité de vie Les scientifiques de la mission Curiosity ont capté le signal cette semaine et recherchent des lectures supplémentaires sur la planète rouge. Mars, semble-t-il, vomit une grande quantité de gaz qui pourrait être un signe de microbes vivant sur la planète aujourd'hui. Dans une mesure prise mercredi, le robot Curiosity de la NASA a découvert une quantité étonnamment élevée de méthane dans l’air martien, un gaz qui sur Terre est généralement produit par des êtres vivants. Les données sont arrivées sur Terre jeudi, et vendredi, les scientifiques travaillant pour la mission discutaient avec enthousiasme de la nouvelle, qui n’a pas encore été annoncée par la NASA. «Compte tenu de ce résultat surprenant, nous avons réorganisé le week-end pour mener une expérience de suivi», a écrit Ashwin R. Vasavada, scientifique du projet pour la mission, dans un courrier électronique obtenu par le Times. Les contrôleurs de la mission sur Terre ont envoyé de nouvelles instructions au rover vendredi afin de suivre les lectures, en annulant les travaux scientifiques précédemment planifiés. Les résultats de ces observations sont de retour sur le terrain lundi. Les gens ont longtemps été fascinés par la possibilité d'extraterrestres sur Mars. Cependant, dans les années 1970, les atterrisseurs Viking de la NASA ont photographié un paysage désolé. Deux décennies plus tard, les scientifiques planétaires pensaient que Mars aurait pu être plus chaud, plus humide et plus habitable dans sa jeunesse il y a environ 4 milliards d'années. Maintenant, ils entretiennent l'idée que si la vie avait jamais existé sur Mars, ses descendants microbiens auraient pu migrer sous terre et persister. Le méthane, s'il est présent dans l'air martien, est important, car la lumière du soleil et des réactions chimiques briseraient les molécules d'ici quelques siècles. Ainsi, le méthane détecté maintenant doit avoir été libéré récemment. Sur Terre, les microbes appelés méthanogènes se développent dans des endroits dépourvus d'oxygène, tels que les roches souterraines et le tube digestif des animaux, et libèrent du méthane en tant que déchet. Cependant, les réactions géothermiques dépourvues de biologie peuvent également générer du méthane. Il est également possible que le méthane soit ancien, emprisonné dans Mars pendant des millions d'années mais s'échappant par intermittence par des fissures. Les scientifiques ont d'abord signalé des détections de méthane sur Mars il y a 15 ans à l'aide de mesures de Mars Express, un vaisseau spatial en orbite construit par l'Agence spatiale européenne et toujours opérationnel, ainsi que de télescopes sur Terre. Cependant, ces résultats étaient à la limite du pouvoir de détection de ces outils, et de nombreux chercheurs ont estimé que le méthane pourrait bien être un mirage de données erronées. Lorsque Curiosity est arrivé sur Mars en 2012, il a recherché du méthane et n’a rien trouvé, ou du moins moins de 1 partie par milliard dans l’atmosphère. Puis, en 2013, il a détecté un pic soudain, pouvant atteindre 7 parties par milliard et durer au moins deux mois. La mesure effectuée cette semaine a révélé 21 parties par milliard de méthane, soit trois fois le pic de 2013. Même avant la découverte de cette semaine, le mystère du méthane s’approfondissait. Les scientifiques de Curiosity ont mis au point une technique permettant au mobile de détecter des quantités encore plus infimes de méthane avec ses outils existants. Le gaz semble monter et descendre avec les saisons de la planète rouge. Une nouvelle analyse des anciennes valeurs de Mars Express a confirmé les conclusions de Curiosity pour 2013. Un jour après que Curiosity a signalé un pic de méthane, l’orbiteur, passant au-dessus de l’emplacement de Curiosity, a également mesuré un pic. Mais le Trace Gas Orbiter, un vaisseau spatial européen plus récent lancé en 2016 avec des instruments plus sensibles, n'a détecté aucun méthane dans son premier lot d'observations scientifiques l'an dernier. Marco Giuranna, scientifique à l’Institut national d’astrophysique d’Italie, qui dirige les mesures de méthane de l’orbiteur Mars Express, a déclaré que les scientifiques des missions Curiosity, Mars Express et Trace Gas Orbiter discutaient des dernières découvertes. Il a confirmé avoir été informé de la lecture de 21 parties par milliard, mais a ajouté que la conclusion était préliminaire. Il a ajouté que Mars Express avait dépassé Gale Crater, la dépression de 96 km de large que Curiosity étudiait le jour même où Curiosity avait effectué ses mesures. M. Giuranna a ajouté que d'autres observations avaient été faites à des dates antérieures et ultérieures, notamment des observations conjointes avec l'Orbiter Trace Gas. «Beaucoup de données à traiter», a déclaré le Dr Giuranna dans un courrier électronique. "J'aurai des résultats préliminaires la semaine prochaine."
  4. Actualités de Curiosity - 2013

    S'agissant de roches à haute teneur en argile, il n'y a guère de doute sur le rôle majeur qu'a joué l'eau dans leur formation.. Quant à cette image MAHLI du 19 juin (sol 2441), la dernière de mon message précédent, elle a beaucoup intéressé l'équipe scientifique ! Car justement les principales activités du plan du 21 juin (sol 2443) consisteront, après brossage, en une observation MAHLI et APXS de cette cible nommée "Beauly" (ville écossaise bordée d'une rivière du même nom). Extrait de la dernière mise à jour : "L'observation MAHLI de "Beauly" a été réalisée par Curiosity" positionné avec une inclinaison d'un peu plus de 23˚ pour examiner l'affleurement sur "Teal Ridge". Tandis que l'équipe scientifique commence à examiner toutes les données qui ont été recueillies hier [20 juin] et aujourd'hui [21 juin], nous avons également élaboré un plan d'aujourd'hui qui poursuivra nos recherches sur cet affleurement sédimentaire spectaculaire. Nous prendrons également une observation MAHLI et APXS d'une deuxième cible nommée "Balnakettle". "Spectaculaire" est bien l'adjectif approprié !! PANO MASTCAM - 12,5 mb - 19 JUIN 2019 (SOL 2441) - Jan van Driel : Absolument impératif : Agrandir l'image ! HAZCAM AVANT - 20 JUIN 2019 (SOL 2442) : Le spectromètre à rayons X sur la cible "Beauly" NAVCAM - 20 JUIN 2019 (SOL 2442) : MAHLI - 20 JUIN 2019 (SOL 2442) :
  5. Lancement de OSIRIS-REx le 9 septembre

    Déjà, on s'demande pourquoi vous voulez absolument déplacer ce rocher .. Pffffff... n'importe quoi.. Il est là depuis… heu.. longtemps hein.. foutez lui la paix enfin !!
  6. Actualités de Curiosity - 2013

    La carte de suivi du parcours du rover n'a plus été mise à jour par la Nasa depuis le 10 juin.. Les toutes dernières images ainsi que le travail de Phil Stooke (qui élabore lui même ce parcours sur Umsf avant même ces mises à jour) permettent toutefois d'en avoir une première approche très précise : POSITION AU 17 JUIN 2019 (SOL 2439) : HAZCAM AVANT - 19 JUIN 2019 (SOL 2441) : LA caméra MAHLI en action pour saisir une image des roches jusqu'à moins de 3 cm de distance NAVCAM - 19 JUIN 2019 (SOL 2441) : PANO MASTCAM - 14,4 mb - 19 JUIN 2019 (SOL 2441) - Robert Charbonneau : L'espace de travail des instruments du bras robotique MAHLI - 19 JUIN 2019 (SOL 2441) : Ciblage des roches immédiatement devant le rover (voir les images Hazcam et Navcam plus haut) : Plus près.. Et encore plus près, après brossage, de très fines stratifications apparaissent !
  7. Actualités de Curiosity - 2013

    PREMIÈRES IMAGES DEPUIS LE SOMMET DE LA CRÊTE "TEAL" : Suite à un problème de transmission entre Mars et la terre, le 17 juin les premières images du rover depuis le sommet de la crête sont arrivées un peu tard et l’équipe manquait des données clés sur l'emplacement exact de Curiosity. La mise en œuvre des analyses MAHLI et APXS prévues dans la foulée sur les roches cibles n’a donc pu être réalisée. Extrait de la mise à jour du 17 juin (sol 2439) : "Nous nous sommes plutôt concentrés sur des observations "non ciblées", qui n'exigent pas de connaître l'emplacement exact de Curiosity. L’équipe a planifié des observations météorologiques régulières, une étude du ciel au crépuscule, un film sur les diables de poussière et un second sur les nuages. Nous avons également prévu une image Mastcam à 360 ° pour capturer les affleurements régionaux, ainsi que trois analyses ChemCam AEGIS, dans lesquelles l'instrument sélectionne automatiquement les cibles dans une région définie par l'équipe. Nous avons également demandé à Curiosity de retransmettre les données détaillées de localisation et d’image afin que nous puissions planifier notre contact scientifique demain." FIN DE CITATION Ce jour, 18 juin (sol 2440), les images sont désormais disponibles et permettront la planification des activités. HAZCAM AVANT – 17 JUIN 2019 (SOL 2439) : HAZCAM ARRIÈRE - 17 JUIN 2019 (SOL 2439) : Une petite ascension réussie NAVCAM - 17 JUIN 2019 (SOL 2439) : Regard vers l'arrière avec les traces de roues qui permettent de vérifier le parcours Vues de l'ensemble des roches stratifiées au sommet de la crête : PANO NAVCAM - 10,7 mb - 17 JUIN 2019 (SOL 2439) - Paul Hammond : Même pano - 7,9 mb - version de Jan van Driel :
  8. Actualités de Curiosity - 2013

    Toujours dans le contexte de l’étude exclusivement géologique de la crête et de l'unité argileuse, l'équipe scientifique a passé beaucoup de temps à peser le pour et le contre de chaque cible potentielle. Le 14 juin 2019 (sol 2436) Il a été finalement décidé de longer la crête pour atteindre une petite zone d'affleurement à environ 30 m de distance (voir la position et l’image Hazcam-avant plus bas), où ils pourront investir du temps pour étudier l'affleurement tout en regardant le long de la crête à la recherche d'autres expositions du substratum rocheux et d'indices sur sa structure. Toujours pas de forage en vue. Surtout, il a été décidé de mener le rover jusqu’en en haut de la crête pour y examiner les roches stratifiées recouvrant le sommet ! Extraits de la dernière mise à jour (c'est moi qui surligne) : "Nous étudions les crêtes qui sont une caractéristique si importante dans cette section de Glen Torridon. Les crêtes semblent être composées de sable et de galets recouverts d'un substrat rocheux stratifié. Les Rover Planners (RP) du JPL ont évalué la crête imagée, nommée"Teal", et ont donné un "GO" pour s'y rendre. Nous avons divisé l'ascension en deux, visant à faire la moitié du chemin dans le plan d’activité précédent (sol 2436) et le reste du chemin dans le plan de ce week-end. Les RP nous ont menés exactement là où nous voulions être pour ce plan, et nous nous sommes retrouvés sur un tout petit affleurement d'un substrat rocheux plus cohérent, entouré de cailloux et de sable... Ceux d'entre nous du groupe thématique Géologie (GEO) étaient très heureux de nous retrouver ici, car c'est le plus important substratum que nous avons vu cette semaine. Avant de monter sur la crête, Mastcam prendra des images couleur, regardera le matériau en décombres dans la partie inférieure de la crête, et documentera la transition entre le matériau en décombres et le matériau de recouvrement. Notre parcours nous mènera, nous l'espérons, au substratum dans le côté gauche de l'image" - (voir l’image Navcam ci-dessous). NAVCAM - 14 JUIN 2019 (SOL 2436) : "Une fois sur place, nous ferons l'acquisition d'images (Mastcam et Navcam) de notre nouvel espace de travail et de notre future direction de route, pour être prêts pour une semaine entière d'exploration au sommet de cette crête. Le groupe thématique Environnemental (ENV) a planifié des observations Mastcam par paires pour chaque sol du plan, afin de déterminer la quantité de poussière dans le cratère (mesures de " l'extinction du bord du cratère ") et de mesurer la profondeur optique de l'atmosphère et les propriétés de diffusion des aérosols (mesures " full tau"). Le Rover Environmental Monitoring System (REMS) mesure toutes les heures la température, la pression, l'humidité et le rayonnement UV. Le DAN (Dynamic Albedo of Neutrons) poursuit ses recherches sur l'hydrogène souterrain, avec des mesures fréquentes passives (utilisant les rayons cosmiques comme source de neutrons pour mesurer l'hydrogène) et post-drive actives (tirant activement des neutrons depuis le rover). Enfin, ENV a planifié un certain nombre de films, utilisés pour documenter les nuages et les tourbillons de poussière. Les films de nuages "Zénith" regardent vers le haut, tandis que les films "suprahorizon" regardent les nuages et les variations de profondeur optique dans une direction plus horizontale. Les films sur le diable de la poussière peuvent donner des informations sur le réchauffement de la surface et les vents près de la surface." FIN DE CITATION Au 17 juin (sol 2439) les premières images révèlent que, comme prévu, Curiosity est arrivé au sommet de la crête "Teal" pour y étudier les roches stratifiées - voir GIF du message précédent de Huitzy'. Dans l'attente d'une mise à jour du parcours, POSITION AU 14 JUIN 2019 (SOL 2436) : (Indications de Phil Stooke) HAZCAM AVANT - 14 JUIN 2019 (SOL 2436) : Le petit affleurement étudié avant l'ascension de la crête PANO MASTCAM - 10,6 mb -14 JUIN 2019 (SOL 2436) - Paul Hammond : Les roches au sommet de la crête PANO NAVCAM -7,9 mb - 14 JUIN 2019 (SOL 2436) - Jan van Driel : MAHLI - 15 JUIN 2019 (SOL 2437) : Des galets parfaitement polis
  9. Actualités de Curiosity - 2013

    LA GÉOLOGIE D'ABORD !.. En se dirigeant au Sud vers le centre de la vallée argileuse (nommée "Glen Torridon") pour y réaliser l’expérience de photométrie, l’équipe scientifique avait certainement anticipé l’idée de mener le rover jusqu’à l’une des crêtes qui sillonnent la vallée, crête située à environ 50 mètres de la position atteinte au sol 2432. L’ensemble de ses caractéristiques présente un mélange de cailloux et de sable compact pouvant atteindre plus de 6 m de haut. Le 12 juin 2019 (sol 2434) Curiosity a parcouru au Sud la distance de 50 mètres et s’est positionné à la pointe de la crête. Le lendemain 13 juin (sol 2435) il a fait un pas de côté d’environ 5 mètres sur le côté Nord de la crête. Extrait de la dernière mise à jour : "Les caractéristiques des crêtes sont communes à l'ensemble de l'unité "Glen Torridon", de sorte que la caractérisation de la morphologie et de la composition chimique de ces crêtes peut imposer des contraintes importantes à leur formation et à l'histoire géologique globale de cette région. Leur surface semble suffisamment compactée pour pouvoir rouler, mais il est difficile de trouver une cible convenant à nos recherches en chimie. Il est néanmoins important de comprendre la chimie des galets car ils proviennent d'une roche qui constitue la stratigraphie de la colonne sédimentaire de Gale. Il est donc aussi important de comprendre leur composition que les affleurements et les roches flottantes de plus grande taille. Les investigations menées à l'emplacement de stationnement actuel sont deux analyses ChemCam. La cible "Little Minch" est un galet d'environ 2 à 3 cm de diamètre. L'équipe de ChemCam a réussi à placer une trame de cinq points dessus. A côté du caillou, une deuxième analyse ChemCam cible le sol, avec la cible "Strathspey". Mastcam examine la même zone avec une étude multispectrale, ce qui nous permettra de comparer l'information spectrale avec l'information chimique, mais aussi d'examiner le sol non perturbé et le sol juste perturbé par ChemCam dans la même image. En regardant plus loin, Mastcam étudie la crête en acquérant deux mosaïques, ce qui nous permettra d'évaluer la taille et la distribution des cailloux ainsi que la relation avec l'affleurement en haut de la crête". FIN DE CITATION Même ici, dans l’objectif ultime que constitue la vallée argileuse, la géologie semble demeurer la priorité absolue. Vu la nature des investigations en cours, aucun forage n’est annoncé. Et étrangement encore, la recherche de molécules organiques semble bien loin des choix d'activités prioritaires de l’équipe de cette mission. POSITION AU 13 JUIN 2019 (SOL 2435) - sur les indications provisoires de Phil Stooke : COURBE DES NIVEAUX ET POSITIONS PROBABLES AUX SOLS 2434 ET 2435 : HAZCAM AVANT - 12 JUIN 2019 (SOL 2434) : PANO NAVCAM - 12 JUIN 2019 (SOL 2434) - Paul Hammond - 4,3 mb : PANO NAVCAM - 12 JUIN 2019 (SOL 2434) - Jan van Driel - 8,3 mb : NAVCAM - 13 JUIN 2019 (SOL 2435) : "Le pas de côté" du rover : NAVCAM - 14 JUIN 2019 (SOL 2436) : Des roches présentes au sommet de la crête MASTCAM - 12 JUIN 2019 (SOL 2434) : Coucher de soleil vers les remparts Nord CHEMCAM-RMI - 12 JUIN 2019 (SOL 2434) : L'un des ces multiples cailloux étranges. Quel type d'érosion a été mis en oeuvre pour atteindre un tel niveau de polissage ?
  10. Actualités de Curiosity - 2013

    mon trollomètre s'affole … http://www.astrosurf.com/topic/113977-actualités-de-curiosity-2013/?page=118&tab=comments#comment-1584455
  11. Actualités de Curiosity - 2013

    Merci Bertrand, merci à tous.. Je n'ai plus vraiment le temps d'intervenir ailleurs qu'ici, sur ce fil, et je poste généralement très tard le soir, un des quelques moments de relative tranquillité dans la période actuelle pour moi. C'est bien sûr encourageant de pouvoir vérifier que cette chronique est (encore) lue.. sinon ce ne serait plus de la persévérance.. mais de l'obstination . Et grand merci à Fourmi103 de continuer d'enrichir ce/son fil. Le JPL a posté aujourd'hui 10 juin une mise à jour (datée du 8 juin).. Comme je le pressentais en dernier lieu (voir mon message précédent), ce très curieux déplacement du 7 juin (sol 2429) vers le Sud, au milieu des cailloux , était bien motivé par l'imagerie.. Ils auraient pu le dire plus tôt, ça m'aurait évité de m'énerver à chercher à comprendre .. Traduction de la mise à jour du JPL : "Après les 47 mètres de route d'hier [7 juin - sol 2429], Curiosity s'est réveillé dans un paysage bien différent de celui qu'il avait analysé au cours de la semaine dernière. Au lieu de la roche sédimentaire magnifiquement exposée qui avait été analysée en profondeur depuis la fin mai, Curiosity se retrouve maintenant au milieu d'un tas de petits cailloux et de galets mélangés à du sable. Bien que ce paysage ne permette pas le brossage de ces petites roches, Curiosity continuera d'effectuer des images microscopiques à haute résolution et des analyses chimiques en vrac à l'aide des instruments ChemCam et APXS sur les cibles voisines pour caractériser les galets et les sols locaux. Le lendemain matin, Curiosity effectuera une série d'observations environnementales à l'aide de ChemCam et Mastcam avant de s'embarquer pour un trajet de ~40 mètres. Lorsque Curiosity arrivera à ce nouvel endroit au cours de la fin de semaine, il effectuera une série de sept courtes expériences d'imagerie au cours des 36 prochaines heures pour caractériser la photométrie (c.-à-d. le comportement de la lumière réfléchie par la surface) du paysage environnant. Pendant ce temps, Curiosity va entrer et sortir du sommeil 13 fois pour des durées allant de 20 minutes à 6 heures afin de recharger ses batteries pour répondre à toutes nos demandes scientifiques : acquisition d'images, sieste 40 minutes, réveil, acquisition d'images, sieste 70 minutes, réveil, acquisition d'images, sommeil 4 heures, réveil, relais des données vers un satellite en orbite, sommeil, etc. Bien que l'équipe scientifique puisse être grincheuse à la fin d'une telle série de mesures et de siestes, nous nous attendons à ce que Curiosity soit avide d'exploration scientifique lorsque l'équipe reprendra la planification de sa mission en début de semaine prochaine !" FIN DE CITATION Cette expérience avec Mastcam et la caméra RMI de ChemCam a été conçue pour caractériser les propriétés de diffusion de la lumière des roches en pratiquant 7 observations différentes au cours de 36 heures. Mastcam observera comment un même point sur une surface change ses propriétés de réflectivité avec l'illumination changeante en fonction de l'éclairage du soleil. Ce type d'expérience est connu sous le nom de "photométrie", et les spectroscopistes peuvent en apprendre beaucoup sur les propriétés de surface en fonction de ces types de mesures. C'est très probablement la caméra de droite sur le mât, la Mastcam 100, dotée d'un téléobjectif de 100 mm ouvrant à f/10 et couvrant un champ de 5,1°x5,1° qui sera utilisée. En complément, la caméra ChemCam RMI "longue distance" sera donc également sollicitée. C'est une méthode d'investigation déjà mise en pratique dans la mission, en dernier lieu sur la crête "Vera Rubin" en 2018. C'est aujourd'hui 10 juin 2019 (sol 2432) - plus tôt que prévu - que Curiosity a à nouveau parcouru environ 35 mètres vers le Sud afin de se positionner pour la longue et délicate expérience de photométrie programmée sur 36 heures. Depuis son atterrissage à Bradbury Landing en août 2012, Curiosity a parcouru 20,83 km.. POSITION AU 10 JUIN 2019 (SOL 2432) : HAZCAM AVANT - 10 JUIN 2019 (SOL 2432) : Pas grand chose à "gratter" dans ce nouvel espace de travail. Mais là n'est pas le but.. NAVCAM - 10 JUIN 2019 (SOL 2432) : Regard ver l'arrière et les traces de roues, la crête et les cimes des remparts Nord qui apparaissent au loin Vers le bout de la vallée, à l'Est Et les mesas au Sud - Est
  12. Actualités de Curiosity - 2013

    C'est une partie du problème. On peut caresser l'espoir fou de connaître cette raison dans le prochain compte rendu de la mission.. mais c'est très loin d'être garanti vu que ces mises à jour (écrites à tour de rôle par les membres de l'équipe scientifique) sont depuis au moins deux ans beaucoup moins documentées que lors des premières années. Sur l'emplacement actuel, les images ne montrent que des cailloux.. Il est clair c'est que c'est déjà plus compliqué à analyser pour les instruments du rover, et pas forcément très significatif. De plus un forage est exclu.. Alors difficile d'y voir clair. Peut-être ne s'agit-il que d'une première étape vers un autre objectif ??.. En tout cas ils n'ont encore donné aucune info allant dans ce sens.. Ce qui apparaît surtout, c'est que là où le rover s'est arrêté il a une vue d'ensemble de la vallée, et en particulier au Sud vers les premiers reliefs au pied du Mont Sharp où Curiosity doit cheminer.. Et ces deux derniers sols les NavCam et les MastCam ont réalisées une imagerie 360 degrés (voir les panoramiques dans mon message précédent). C'est peut être cela le but de la manœuvre : s'écarter du trajet prévisionnel pour mieux imager la vallée, et en particulier le futur parcours du rover ?.. Ou pas ! HAZCAM AVANT - 8 JUIN 2019 (SOL 2431) : L'espace de travail : des cailloux.. En couleur par la MastCam, c'est bôôô .. Et puis au plus près par MAHLI : NAVCAM - 7 JUIN 2019 (SOL 2429) : On s'est pas mal éloigné de la crête NAVCAM - 7 et 8 JUIN 2019 (SOLS 2430 ET 2431) : Vers le Mont Sharp et ses reliefs d'Est en Ouest
  13. Actualités de Curiosity - 2013

    DÉPART DE "WOODLAND BAY" !! Le 24 mai 2019 (sol 2416) suite à l’abandon d’un projet de forage à "Broad Cairn", Curiosity avait rebroussé chemin en parcourant environ 65 m vers le Nord Ouest, puis 50 mètres le 28 mai (sol 2420) dans la même direction qui mène enfin à "Woodland Bay", un affleurement de roches stratifiées précédemment croisé le 24 mars 2019 (sol 2357). Un nouveau forage était même annoncé sur cette zone.. L’équipe scientifique a consacré une dizaine de sols à étudier ces affleurements assez particuliers (voir mes deux messages précédents)… puis le 7 juin 2019 (sol 2429), sans préavis, Curiosity s’est dirigé plein Sud en parcourant environ 40 mètres menant le rover au milieu de nulle part. En effet, sur les dernières images, il semble n’exister aucune cible potentielle à portée du rover (en tout cas pour un forage). Un parcours qui, par ailleurs, ne parait pas cohérent avec le trajet prévisionnel !.. Il reste à espérer que l’équipe du rover veuille bien nous fournir quelques explications sur ce nouvel épisode surprenant. Depuis 2012, ça n’a jamais été vraiment simple de suivre la logique de la stratégie adoptée par l'équipe du rover (en regard des objectifs de cette mission), et depuis 2018 on va dire que c’est devenu de plus en plus obscur. (Noter que les sols 2429 et 2430 chevauchent le 7 juin 2019 terrestre) POSITION AU 7 JUIN 2019 (SOL 2430) : Sur les indications de Phil Stooke HAZCAM AVANT - 7 JUIN 2019 (SOL 2430) : PANO NAVCAM - 7JUIN 2019 (SOL 2429) - Jan van Driel - 7,5 mb : PANO MASTCAM - 7JUIN 2019 (SOL 2429) - Robert Charbonneau - 7,9 mb :
  14. Actualités de Curiosity - 2013

    Le 4 juin 2019 (sol 2427) Curiosity était toujours situé à "Woodland Bay" et prenait tout son temps pour observer la géologie et la morphologie assez complexe du site. Il apparait sans aucun doute aussi que la baisse notable de rendement du générateur, et donc de sa puissance (environ – 30 % depuis 2012), impacte désormais le rythme des investigations. Pas encore de cible déterminée pour le forage envisagé. Du 1 au 3 juin (sols 2424 à 2426) un plan d’activité prévoyait l'évaluation de cette zone par les instruments APXS, MAHLI, ChemCam, Navcam, ainsi que des images Mastcam de toutes les cibles pour le contexte géologique. Par ailleurs les NavCam devaient tenter de réaliser un court film de la région autour du rover dans l’espoir de saisir des images de "dust-devils", MastCam devait obtenir les images multispectrales de deux cibles et être également utilisée pour documenter les nuages du ciel nocturne (voir image ci-dessous) : MASTCAM - 2 JUIN 2019 (SOL 2425) - LarsTheWanderer : Toujours des cirrus PANO MASTCAM - 2 JUIN 2019 (SOL 2425) - 14,5 mb - Robert Charbonneau : Cliquer sur l'image. Noter que "Woodland Bay" présente globalement un substrat rocheux stratifié horizontalement et ayant l'aspect de "boue séchée" (voir message précédent). J'ai entouré d'une ellipse blanche ce qui semble être LA SECTION TRANSVERSALE de roches. Très curieusement elles présentent une stratification inclinée vers le haut, en rotation de 90 degrés par rapport au substrat environnant !!.. Comme si une sorte de chaos les avait renversées. MAHLI - 3 JUIN 2019 (SOL2425) - LarsTheWanderer : Des strates de sédiments tournées vers le ciel ! Même vue à la même date par Jan van Driel - 12,7 mb : Noter l'arrondi de l'ensemble des cailloux en surface. NAVCAM - 4 JUIN 2019 (SOL 2427) : C'est donc ces stratifications que Curiosity étudie, ici c'est avec l'APXS, le spectromètre à rayons X pour la mesure des éléments chimiques. Il doit être placé à 2 cm de sa cible pendant au moins 15 mn (et bien davantage si besoin, en particulier la nuit). .. puis avec la rotation de la tourelle instrumentale en bout de bras robotique, c'est le tour de la caméra MAHLI pour des images rapprochées..
  15. coup de gueule

    Punaise.. j'aurais vraiment pas confiance.. Sur un Paris-Marseille on aurait une panne à Vichy !