vaufrègesI3

Membre
  • Compteur de contenus

    10 861
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

63 Neutre

À propos de vaufrègesI3

  • Rang
    Marsophile

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    Inavouables ;)
  • Adresse
    MARSEILLE 13009

Visiteurs récents du profil

563 visualisations du profil
  1. Actualités de Curiosity - 2013

    Lu et approuvé .. Dans l'attente, je me charge de poster ses productions "martiennes" PANO DE Damia Bouic - 16 NOVEMBRE 2017 (sol 1877) "Douceur des paysages en fin d'après-midi" : Nouveau PANO DE Robert Charbonneau - 18 NOVEMBRE 2017 (sol 1879) : Tout comme dans le pano de Damia, on commence à voir apparaître l'ensemble impressionnant des mesas, au bas du Mont Sharp et dans le delta alluvial MAHLI - 18 NOVEMBRE 2017 (sol 1879) : Les roches "aux tons foncés" qui intriguent les géologues de la mission À comparer aux roches habituelles à haute teneur en hématite et "aux tons clairs", "typiques" de la crête "Vera Rubin" : RMI 16 NOVEMBRE 2017 (sol 1877) - Paul Hammond : La caméra "Remote Micro-Imager" (RMI) de l’instrument ChemCam normalement destinée à l'analyse spectro des tirs laser est aussi capable de prendre des images de zones lointaines. Ici elle a été dirigé vers l'Ouest et une paroi rocheuse près du delta alluvial. ZONE CIBLÉE : IMAGE RMI (Composition de Paul Hammond) HAZCAM AVANT - 18 NOVEMBRE 2017 : Le bras robotique et l'instrument "APXS" en action pour rechercher la chimie des roches
  2. Actualités de Curiosity - 2013

    Bonjour Yves et Piotr ! Damia était lui même à l'origine des fils sur les rovers martiens. Son intérêt a toujours été centré sur l'imagerie des paysages. Sa capacité à façonner d'exceptionnels panoramas a été reconnue sur UMSF et par Emily Lakdawalla elle même. Et en effet sa participation manque énormément ici depuis son départ. Je crois me rappeler que l'embrouille est partie du Bistroquet d'Astrouf (J'en connais qui ont eu le même problème ). Si Damia visite ce fil, qu'elle sache qu'elle est toujours ici la bienvenue. D'ailleurs je me sentirais moins seul parfois ... Le 10 novembre 2017 (sol 1871) s'est produit un nouveau problème avec la liaison descendante, ce qui a retardé la planification des activités dites "de contact" (brossage de cible /spectro APXS/imagerieMAHLI) . À cause de ce retard, l'équipe n'a pas eu assez de temps pour faire une évaluation complète de la position du rover afin de déterminer s'il était suffisament stable et en sécurité pour permettre d'activer son bras robotique. La liaison étant rétablie l'équipe scientifique a mis en place un plan d'activités de trois sols, en particulier pour étudier en détail un changement dans la texture de la roche visible depuis l'orbite. Le 12 novembre (sol 1873) le rover a exécuté un très court mouvement (moins d'un mètre) afin de placer le robot dans la meilleure position possible pour mettre à la portée du bras robotique et de sa tourelle instrumentale une zone de roches où alternent des aspects lisses ou brisés, et des teintes sombres ou brillantes. Curiosity effectue ces activités tout en étant stationné sur une pente très raide : ~ 19˚ !!.. Un nouveau plan d'activité a été établi pour les 14 et 15 novembre (sols 1875&1876). En plus des deux cibles scientifiques pour l'APXS (sur un bloc rocheux aux tons clairs surnommé "Fort Brown" et un galet aux tons foncés surnommé "Middleton"), Curiosity mesurera plusieurs cibles apparaissant de manière similaire avec l'instrument ChemCam. L'objectif est de mieux comprendre la nature des matériaux aux tons plus foncés. Ensuite l'équipe a décidé d'essayer de diriger le rover vers une zone où on observe de nouveau deux couleurs différentes de roches : D'une part les roches typiques qui ont été présentes tout le long du parcours sur la crête, et d'autre part quelques roches plus grises qui semblent être uniques sur la partie supérieure de "Vera Rubin Ridge" Dans ce cadre, le 16 novembre 2017 (sol 1877) Curiosity a repris la route en parcourant 20 mètres en direction du Sud-Ouest. Quelque chiffres concernant l'ascension : Depuis le début de son ascension de la crête Vera Rubin entre le 28 août 2017 (sol 1799) et le 16 novembre 2017 (sol 1877) Curiosity a gravi 50 mètres Sur les quatre dernières étapes entre le 3 novembre (sol 1864) et le 16 novembre (sol 1877) Curiosity s'est élevé de 11 mètres. Il s'agit du dernier trajet avant les vacances prévues pour la fête de "Thanksgiving" si chère aux ricains (le 23 novembre), et donc le rover devrait marquer une assez longue pause (et on dit que les Français ont trop de jours fériés.. Pfffff..). Ainsi se prépare un génocide.. Je me suis renseigné : Selon les dernières estimations, aux States pas moins de 45 millions de dindes vont se retrouver au four (Th 6/7 - comptez entre 2h30 et 3 heures pour un volatile de 3kg) > Menu classique "Thanksgiving" : Dinde farcie servie avec purée de patates douces, une sauce aux airelles avec une Tarte au potiron. Perso, question bêtes à plumes je préfère le canard, en confit ou en foies gras... mais bon, ne nous égarons pas . Pour en revenir au sujet, le JPL a ENFIN actualisé sa carte du parcours de Curiosity (du sol 1830 au sol 1873), et l'image ci-dessous prend en compte cette mise à jour. J'ai tracé le parcours du sol 1877 selon les indications de Phil Stooke : POSITION AU 16 NOVEMBRE 2017 (sol 1877) : HAZCAM AVANT - 16 NOVEMBRE 2017 (sol 1877) : HAZCAM ARRIÈRE – 17 NOVEMBRE 2017 (sol 1878) : NAVCAM - 16 NOVEMBRE 2017 (sol 1877) : Une roue un peu cabossée et trouée, mais rien de très grave PANO DE Jan van Driel – En grimpant on commence à voir émerger le Mont Sharp -16 NOVEMBRE 2017 (sol 1877) : PANO DE Paul Hammond – Espace de travail du rover - 16 NOVEMBRE 2017 (sol 1877) : MAHLI – Toujours cette couleur parme qui apparaît après brossage – 14 NOVEMBRE 2017 (sol 1875) : PANO DE ROBERT CHARBONNEAU – 12 NOVEMBRE 2017 (sol 1873) :
  3. Actualité d'Opportunity (suite)

    Opportunity est à l'intérieur de cette vallée qui pénètre dans le bord ouest du cratère Endeavour pour comprendre ce qu'elle était il y a plus de 3 milliards d'années. La première hypothèse est que "Perseverance Valley" a été sculptée par l'eau. Mais les scientifiques planchent aussi sur des théories impliquant le vent, la glace ou un écoulement de débris boueux voire une combinaison de ces éléments. Le 7 novembre 2017 (sol 4907) Oppy s'est déplacé vers la pente sur environ 9 mètres en se positionnant sur un affleurement rocheux voisin de celui nommé "La Bajada" : POSITION AU 7 NOVEMBRE 2017 (sol 4907) : Détails des déplacements – Phil Stooke : HAZCAM AVANT – 12 NOVEMBRE (sol 4912) : HAZCAM ARRIÈRE - 12 NOVEMBRE (sol 4912) : NAVCAM - 12 NOVEMBRE (sol 4912) - Vue vers le Sud, au premier plan une des ravines de "Perseverance Valley" : PANCAM - 8 NOVEMBRE 2017 (sol 4908) - Regard vers le bas de la vallée : Le rover a passé une grande partie d'Octobre 2017 à étudier la vallée à partir d'une zone appelée "La Bajada". Selon R .Arvidson "L'idée était de remonter à cet endroit et d'obtenir des plans rapprochés avec le Microscopic Imager (MI), de prendre beaucoup d'images couleurs Pancam et d'en vérifier la chimie avec l'APXS" . D'un point de vue scientifique, l'objectif était surtout de "documenter l'érosion" afin de déterminer sa nature. Ce qu'Opportunity a trouvé milite fortement pour une abrasion éolienne des roches, à savoir que la surface des roches de "La Bajada" semble s'être érodée en étant bombardée de particules libres transportées par le vent. "La Bajada" est la partie claire d'affleurements rocheux à droite de l'image : Gros plan sur les roches de "La Bajada" Lors de son premier arrêt juste à l'intérieur de "Perseverance Valley", Opportunity a jeté un coup d'œil à un petit rocher ou galet que l'équipe a appelé "Parral". Ce qui a incité les scientifiques à examiner ce rocher ce sont les "queues de vent" clairement visibles au milieu de ce cadre.. Mais plus bas les affleurements situés à "La Bajada" montrent des "queues de vent" à l'échelle du centimètre et jusqu'à des dizaines de centimètres dans les affleurements. La roche ici dans cette zone du bord Ouest d'Endeavour et à l'intérieur de "Perseverance Valley" est une brèche d'impact. Elle est composé d'un tas de morceaux de roches, et certains de ces morceaux sont plus durs que les autres matériaux, et donc quand un petit morceau dur se dresse il est plus difficile de l'éroder. Si le flux érosif est dans une direction particulière, on obtient une petite crête qui pointe dans la direction d'écoulement. Les scientifiques sont "plutôt convaincus" qu'ils voient dans les images Pancam des petites "queues de vent" pointant vers le haut de la colline. Si ces vents circulent vers le haut, tout ce qui a été gravé doit être quelque chose qui pointe dans la direction des vents dominants actifs sur des temps géologiques . L'équipe scientifique est "à peu près convaincue" que ces caractéristiques révèlent que le rainurage à échelle précise et le récurage que nous observons dans la vallée a été provoqué par le vent venu beaucoup plus tard, provoquant une érosion qui s'est en quelque sorte "sur-imprimée" à l'érosion originelle de la vallée. Il ne faut donc pas interpréter ces rainures comme une érosion résultante d'écoulements d'eau. Bien que les" queues de vent" ne diront probablement rien du rôle de l'eau dans la formation de la vallée, ces données au sol permettront aux scientifiques de mieux comprendre quelle partie de la vallée a été façonnée par le vent : D'un côté la vallée est façonnée par l'eau ou modifiée un peu par le vent, et à l'autre extrémité, la vallée a été entièrement formée par le vent. Au cours de la troisième semaine d'octobre, Opportunity a tenté de remonter légèrement la partie Nord de l'affleurement lumineux de "La Bajada" sur le Sol 4883 (18 octobre 2017) pour atteindre des cibles. Il était prévu de placer le rover dans un endroit permettant de positionner le Micro Imager sur certaines de ces "queues de vent" et y placer l' APXS. Pour Opportunity il s'agissait de reculer de 1,5 mètre mais le rover s'est déplacé d'à peine 10 centimètres puis a "décroché" avec la roue arrière droite du rover relevée et détachée du sol plaçant le véhicule dans une situation compliquée. C'est ce que les opérateurs du rover appellent un "wheelie"», à savoir qu'une roue moyenne ou arrière s'élève en l'air. Un" rocker "reliant les roues du milieu et arrières de chaque côté, et pivotant du bogie arrière. Au cours d'un "Wheeling", l'une des deux roues a une traction lui permettant de se déplacer plus vite que l'autre roue. La bascule pivote alors, soulevant cette autre roue du sol. "Un "wheelie" n'est pas inévitable, mais est au moins un résultat plausible de certaines des manœuvres que nous tentons", a déclaré Steeve Squyres. Les hypothèses causales étant les suspects habituels: Le terrain rocailleux et l'angle de la pente. A priori ce n'est pas un gros problème: Oppy a déjà eu des "wheelies", sans se situer dans une position dangereuse. Sauf que c'est l'hiver, et le rover était incliné vers l'Est, alors qu'il importe que les panneaux solaires soient inclinés au Nord, vers le soleil. Sur le Sol 4885 (20 octobre 2017), Opportunity a travaillé avec les commandes des ingénieurs des opérations pour "aplatir" sa suspension. Fondamentalement, le robot a tourné la roue au sol loin du point de pivotement, créant ainsi un couple qui ramène la roue arrière droite au sol. Cela prend généralement une rotation d'une demi-roue à une rotation complète. Le rover a ensuite fait 3,27 mètres de descente, ce qui a porté son total parcouru à 45,039 kilomètres et a achevé la "récupération" de sa roue au contact du sol. Pendant ce temps, les scientifiques du MER sont restés concentrés sur les caractéristiques des "queues de vent à "La Bajada" et ont demandé à Opportunity de se rapprocher suffisamment pour effectuer un examen approfondi. "Nous sommes dans "Perseverance Valley", une entité qui, selon nous, a été sculptée à grande échelle par l'eau qui coule sous une forme ou une autre, peut-être un courant, nous ne le savons pas", a déclaré S. Squyres. "Mais quand nous regardons à l'échelle fine, quand nous la regardons de très près, nous voyons ce rainurage parallèle omniprésent qui va dans la direction de la descente. Est-ce le résultat d' un écoulement d' eau venant de l'Est, ou d'autre chose?" » Pour répondre à cette question, l'équipe avait besoin d'Opportunity pour accéder à ces fonctionnalités minuscules. "Nous les avons vues abondamment dans les images Pancam, mais elles sont si petites - millimétriques - et sont très difficiles à représenter avec Pancam" a déclaré S. Squyres. "Cette [recherche à "La Bajada]" est fondamentale pour comprendre la nature de l'érosion qui a eu lieu à "Perseverance Valley"". C'est pourquoi Opportunity a consacré du temps et de l'énergie à cette pente glissante. «Si vous croyez que l'affouillement à échelle précise est le résultat d'un écoulement d'eau en descente, vous pouvez en tirer des conclusions très différentes de celles que vous tireriez si vous croyez que c'est dû au vent soufflant vers le haut», a souligné Steeve Squyres. Depuis son emplacement à environ 3 mètres en descente sur l'affleurement lumineux à "La Bajada" au sol 4890 (25 octobre 2017) Oppy a remonté la pente sur 4,18 mètres avant de s'arrêter en position parfaite sur un affleurement comportant des caractéristiques de "queues de vent" à la portée du bras... Sauf qu'un autre "wheelie" s'est manifesté ! Et cette fois c'est la roue arrière gauche qui est resté en l'air. Hors de question de manoeuvrer le bras dans cette situation ! : Donc, les opérateurs ont passé toute la journée du vendredi 27 octobre à essayer de trouver un moyen de supprimer le "wheelie" sans déplacer le véhicule. "Nous essayons de ramener les six roues sur le terrain et nous avons toujours cette cible encore à portée de main", a déclaré S. Squyres. "Et nous sommes sur un terrain très escarpé et supprimer le "wheelie" sans bouger le véhicule n'est pas une chose facile à faire" . Le plan, comme toujours avec les roues motrices, était d'aplatir la suspension. Mais le rover ne bougerait pas ou ne ferait pas grand-chose, entre autres parce que la puissance est limitée. Et les scientifiques ne voulaient pas que le rover bouge, car il était idéalement placé pour commencer une recherche sur une cible proche. Les manœuvres très précises sont toujours assez difficiles, même un petit caillou peut faire une grande différence. Cette tâche était prévue pour le dernier week-end d'octobre. C'était un plan simple: Supprimer le "wheelie" sur la roue arrière droite sur le sol, 4893 (28 octobre 2017), se reposer et recharger. Le rover a effectué un petit mouvement qui a suffi pour "relâcher" la roue arrière droite sur le sol. Cela a permis au rover d'utiliser le bras robotique sur le sol 4895 (31 octobre 2017) pour collecter une mosaïque avec l'imageur microscopique (MI) d'une cible de surface qui a été suivie avec le placement de l'APXS. Sur Terre, les scientifiques travaillent sur les hypothèses de travail et les choses évoluent. Dans les hypothèses précédentes il avait été question d'un lac ou d'un bassin versant possible au bord ouest d'Endeavour. "Jamais existé", a déclaré R. Arvidson. "Il n'y avait pas un grand lac à l'ouest. Il n'y a pas eu de source d'eau descendant le rempart ouest. Nous avons maintenant terminé tous les calculs et démontré que vous ne pouvez rien avoir à l'Ouest qui produirait un lac local". Quelle que soit l'eau, elle devait être locale. Elle devait venir de là, juste au sommet du rempart. "Je pense que ce qui est clair maintenant, d'après toutes les analyses que nous avons faites, c'est que toute l'eau qui était impliquée dans la formation de P"erseverance Valley" était locale, et c'est un point à retenir." Alors que les scientifiques ont trouvé des preuves montrant clairement que le vent modifiait les roches, la question demeure: Qu'est-ce qui produit la forme générale de la vallée et des "canaux" peu profonds qui s'étendent dans "Perseverance" ? "L'évidence de notre promenade au sommet de "Perseverance" et d'avoir ce creux ou soi-disant "évacuateur de crues" dans la zone supérieure menant directement à la vallée. Elle est assez suggestive que l'eau ait été impliquée. Il est clair que le modèle anastomosant est compatible avec l'implication de l'eau. Mais le canal actuel, si vous voulez l'appeler ainsi, ou le creux, est si subtil que nous ne voyons pas grand-chose là-bas. Certainement pas assez pour dire d'une façon ou d'une autre ce qui s'est passé à cet endroit précis". "Il peut s'agir d'un ensemble complexe de processus qui ont donné naissance à "Perseverance" et à son état actuel, impliquant peut-être une action fluviale avec d'autres forces. Il est aussi envisageable que "Perseverance" ait pu être créée par un événement ponctuel et singulier. » a déclaré M. Golombek. Mais quel que soit le cas de figure, les scientifiques suggèrent que l'eau était impliquée et probablement partie intégrante de la sculpture de la vallée. Pour en avoir la preuve, Oppy devra cheminer plus loin, vers le fond de la vallée dans des dépôts ou près du plancher d'Endeavour. "Ces dépôts potentiels nous diraient si l'eau est impliquée ou non", a déclaré M.Golombek. "Si nous pouvons trouver, interroger et regarder ces dépôts - il existe des "empreintes digitales » laissées par divers événements - nous devrions être en mesure de décider s'il s'agissait d'un flux de débris ou d'un écoulement d'eau claire" Ce qui a été noté, c'est que "Perseverance" est vraiment, vraiment ancienne, datant de la fin de la période du Noachian il y a plus de 3 milliards d'années. Toutes sortes de choses auraient pu arriver ici au cours des millénaires. La première est que toute la région de Meridiani a subi une érosion hydrique assez importante à la fin de la période noachienne, ce qui est assez bien documenté dans les analyses topographiques. La seconde est que dans l'image HiRISE de la vallée elle-même, le canal anastomosé descend dans cette vallée puis disparaît au contact de la "Formation de Grasberg"(*). Au sommet de "Grasberg" (*)se trouve "Burns"(*) "et la chaîne ne se montre jamais là non plus", a souligné Matthew Golombek, scientifique de la mission. Cela suggère que l'érosion ou l'événement qui a sculpté la vallée s'est produit avant que les strates de "Grasberg" (*)et de "Burns"(*) ne soient déposées, ce que les scientifiques suggèrent pendant la période hespérienne. Et cela est cohérent avec la vallée datant du Noachian tardif. L'énigme est : Comment se fait-il que nous le voyons encore ? Source principale : http://www.planetary.org/explore/space-topics/space-missions/mer-updates/2017/10-mer-update-opportunity-etched-rocks-perseverance.html (*) Précisions sur les unités géologiques nommées "Formation de Burns" et "Formation de Grasberg" – "Contexte des environnements aqueux anciens sur Mars à partir de la cartographie géologique in situ au cratère Endeavour" - voir ici : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/2014JE004699/full
  4. Mauvaises nouvelles du Webb space telescope

    Certes, mais avec un budget de 10 milliards de dollars... ce serait quand même mieux que le bazar fonctionne ..
  5. Actualités de Curiosity - 2013

    Bonsoir fayolle, JMBeraud et asp06 .. Petite précision : "Splotch" (et non pas "sploutch" ) se rapporte à l'appellation du "type" des cratères lobés... Ce n'est pas le nom du cratère que j'évoquais plus haut mais son type. Le cratère splotch que j'évoque plus haut n'est toujours pas nommé (à ma connaissance). Ce cratère se situe je crois à 35/40 km de la position actuelle du rover. Sachant que Curiosity a maintenant parcouru 18 km et que ses roues auraient bien du mal à résister sur environ deux fois cette distance, je vois mal la Nasa donner cet objectif au rover. Si le rover pouvait encore rouler 40 km ou plus, perso il me semble qu'après avoir visité les zones argileuses derrière la crête Vera Rubin, le site le plus intéressant à explorer serait l'un des divers deltas alluviaux qui descendent des remparts Nord. Damia Bouic (alias "Fourmi 103") a repris du service et a produit les superbes panos ci-dessous - toujours au top ! : 10 novembre 2017 (sol 1871) 5 novembre 2017 (sol 1866)
  6. Actualités de Curiosity - 2013

    Salut "martial" et cordial aux deux "Capitaines" et à Bertrand Hier 10 novembre 2017 (sol 1871) le rover s'est déplacé d'environ 10 mètres vers le Sud-Est, un trajet assez court car situé dans une montée assez sévère, visible sur les images HazCam. Malheureusement le JPL n'actualise plus le tracé du parcours et les courbes de niveau qui correspondent à la zone traversée. Il est donc impossible d'évaluer précisément la pente. Le parcours précédent (sol 1869) était presque en descente, il avait probablement pour but principal de positionner le rover face à un terrain favorable pour la montée qui a suivi. La mise à jour du JPL concernant ce court déplacement n'est pas encore disponible, mais on peut imaginer qu'il ait pu exister un petit problème interrompant prématurément l'avancée... ou pas. ... à vérifier. POSITION AU 10 NOVEMBRE 2017 (sol 1871) - indications de Phil Stooke : Le tracé du déplacement précédent (1869) a été rectifié HAZCAM AVANT - 10 NOVEMBRE 2017 (sol 1871) : Face au Mont Sharp... quand je vous dis que ça monte ! HAZCAM ARRIÈRE - 10 NOVEMBRE 2017 (sol 1871) : LE POINT SUR LE CONTEXTE GÉNÉRAL ET SUR LA POSITION RELATIVE DE CURIOSITY - ICI AUSSI CLIQUER SUR LES IMAGES POUR LES AGRANDIR EN TAILLE RÉELLE : J'ai ajouté la position du rover (la barre d'échelle est au bas de l'image à droite) Le tracé jaune en pointillé illustre le trajet prévisionnel IMAGE DE SEAN DORAN RENSEIGNÉE PAR MES SOINS. ELLE PERMET DE "SURVOLER" L'ENSEMBLE DE LA ZONE (Le Mont Sharp est hors champ à gauche de l'image) :
  7. Actualités de Curiosity - 2013

    Salut Stéphane, merci à toi de passer par ici J'essaie en effet de coller au mieux possible à l'actualité... même si le titre du fil semble évoquer celle de.. 2013 .. (Impossible à modifier semble t'il... ) Le 8 novembre 2017 (sol 1869) Curiosity a prolongé sa route vers le Sud-Ouest d'environ 25 mètres. Les 9 et 10 novembre (sols 1870 et 1871) devaient être consacrés aux observations habituelles du substrat rocheux avec tous les outils du bras robotique (mais toujours pas avec le système de forage) et les caméras. La fin des opérations du 10 novembre sol 1871 devraient ensuite permettre un nouveau déplacement du rover. POSITION AU 8 NOVEMBRE 2017 (sol 1869) - sur les indications de Phil Stooke : RAPPEL DU CONTEXTE GLOBAL – Image de Sean Doran renseignée par mes soins : HAZCAM AVANT - 8 NOVEMBRE 2017 (sol 1869) : HAZCAM ARRIÈRE - 8 NOVEMBRE 2017 (sol 1869) : NAVCAM - 8 NOVEMBRE 2017 (sol 1869) : Ombre du bras robotique de 2,1 m de longueur et de la tourelle de 30 kg et 60 cm de large dotée de 2 instruments (caméra MAHLI et spectromètre X APXS) et de 3 outils (brosse DRT, système de forage et système CHIMRA chargé de collecter et préparer des échantillons)... Un incroyable et complexe concentré de haute technologie en bout du bras !! La tourelle instrumentale Perso je ne me lasse pas des images des remparts du cratère, en particulier ceux situés au Nord-Ouest qui comportent un cratère d'impact de type "splotch" d'environ 7 km de diamètre (flèche rouge) : Les cratères d'impact à éjectas lobés sont significatifs d'un sol riche en glace d'eau tout près de la surface. Sur Mars, de très nombreux cratères sont entourés de nappes d'éjecta "lobés"» ayant l'apparence de coulées de boues. Pour les géologues, ces cratères sont de précieux indices révélateurs de la présence d'un pergélisol dans le sous-sol martien. Le cratère Gale d'environ 155 km de diamètre est vieux de 3,5 à 3,8 millions d'années, avec un monticule central dénommé une première fois "Mont Sharp", puis officiellement rebaptisé "Aeolis Mons", Il est haut de plus de 5 000 m au-dessus de la plaine du fond du cratère, elle même dénommée "Aeolis Palus". Sur l'image ci-dessou on voit le tracé de l'ellipse d'atterrissage de Curiosity et le tracé bleu prévisionnel qui n'est plus vraiment fidèle au trajet réel du rover, mais il désigne l'objectif . On observe sans difficulté la longue ligne de dunes noires (les "Dunes de Bagnold") très longtemps longée par Curiosity avant de pouvoir les traverser plus à l'Ouest. La crête 'Vera Rubin' est bien visible ainsi que le delta alluvial juste au dessus. Enfin, le spectaculaire cratère lobé est situé en bas à droite de l'image (désigné par une flèche rouge) : GROS PLAN SUR LE CRATÈRE "LOBÉ" dans le cratère Gale - noter la grande surface des "bourrelets" autour du cratère d'impact : MASTCAM - 8 NOVEMBRE 2017 (sol 1869) : MAHLI - 9 NOVEMBRE 2017 (sol 1870) après brossage de la cible :
  8. Actualités de Curiosity - 2013

    Sur l'emplacement atteint le vendredi 3 novembre (sol 1864) - voir plus haut mon message du samedi 4 novembre-, l'équipe scientifique a découvert un nouvel espace de travai, et une nouvelle vue des structures exposées par "Vera Rubin Ridge". Pendant plus de deux sols l'équipe a saisi autant d'observations que possible de cette nouvelle parcelle. La caméra MAHLI et l'APXS devaient observer deux cibles nommées "Barberton" et "Campbellrand" en utilisant des techniques quelque peu inhabituelles. MAHLI devait étudier à la fois "Barberton" (une roche avec une texture rugueuse et nodulaire) et "Campbellrand", une plaque lisse du substrat rocheux de "Vera Rubin Ridge" pendant la nuit en utilisant ses LED blanches pour éclairer la cible. Le choix de l'imagerie nocturne a été motivé par l'éclairage médiocre de l'espace de travail attendu aux heures d'imagerie de jour les plus favorables. Lorsque Curiosity est face à des positions orientales, le bras et le corps du rover projettent des ombres sur l'espace de travail devant lui. Les ombres sur les images MAHLI rendent plus difficile la vérification de la couleur et de la texture des cibles. Les LED à lumière blanche de MAHLI ne sont pas assez brillantes pour être utilisées pendant la journée pour remplir ces ombres mais, dans l'obscurité de la nuit, elles éclairent les cibles avec éclat ce qui permet à l'équipe d'avoir un bien meilleur regard sur les roches d'intérêt. L'APXS devait analyser "Barberton" en utilisant la technique dite "raster", ici une sorte de division de l'espace sur une cible aux caractéristiques différentes. Dans ce cadre l'APXS est placé à plusieurs endroits, chacun légèrement décalé l'un par rapport à l'autre sur une cible supposée avoir au moins deux composants chimiques différents. Dans le cas de "Barberton", ces deux composants sont le substrat rocheux de fond et le matériau qui produit la texture nodulaire. Les taches légèrement différentes mesurées par APXS donnent des chimies légèrement différentes. En utilisant les images MAHLI qui accompagnent chaque analyse APXS pour déterminer la quantité de chaque composant dans chaque point, la chimie des composants peut être séparée les uns des autres. La chimie de « Barberton » devait également être analysée par ChemCam avant que MAHLI et APXS ne l'examinent. Les MastCam avaient de nombreuses nouvelles caractéristiques et structures à regarder, même à seulement 25 m de l'arrêt précédent. Au Sud et à l'Est de Curiosity se trouvaient deux cibles principales : Des expositions du substratum rocheux identifiées par MRO à partir de l'orbite qui se sont révélées encore plus intéressantes sur le terrain. L'imagerie stéréoscopique de ces deux zones permettra à l'équipe de mesurer les orientations de la literie dans cette partie de la crête "Vera Rubin" en obtenant peut-être plus d'indices sur son origine. Dans le cadre de l'étude de l'environnement il a eté planifié la série d'observations habituelle pour rechercher les nuages et les "dust-devils", ainsi qu'une imagerie évaluant la charge de poussière dans l'atmosphère. Prendre des mesures à plusieurs moments de la journée aide l'équipe à comprendre comment se comporte l'atmosphère martienne dans le cratère Gale tout au long d'un sol. Enfin, hier 6 novembre 2017 (sol 1867) Curosity a effectué une virage serré pour s'orienter Est-Sud-Est et parcourir environ 20 mètres. POSITION AU 6 NOVEMBRE 2017 (sol 1867) : Selon les indications de Phil Stooke (umsf) - carte du JPL non actualisée depuis le 29 septembre 2017 (sol 1830) HAZCAM AVANT - 6 NOVEMBRE 2017 (sol 1867) : NAVCAM - 6 NOVEMBRE 2017 (sol 1867) : PANO de Jan van Driel - 6 NOVEMBRE 2017 (sol 1867) : PANO de Sean Doran - 5 NOVEMBRE 2017 (sol 1866) : MAHLI - 4 NOVEMBRE 2017 (sol 1865) : MASTCAM - 5 NOVEMBRE 2017 (sol 1866) :
  9. Actualités de Curiosity - 2013

    PANO de Jan van Driel - 3 novembre 2017 (sol 1864) - DANTESQUE ! :
  10. Actualités de Curiosity - 2013

    Le 3 novembre (sol 1864) Curiosity a enfin repris sa progression !! Divers problèmes ont contraint Curiosity à stationner deux semaines sur l'emplacement atteint le 19 octobre (sol 1850) : Liaisons montantes depuis la Terre (problèmes récurents avec le DSN), difficultés à livrer l'échantillon "Ogunquit Beach" dans l'instrument SAM, indisponibilité temporaire de la MastCam gauche, indisponibilité temporaire du bras robotique..) Il semble que durant ces derniers sols (1861 à 1863 – 31 oct au 2 nov) les analyses approfondies à distance et au contact aient pu être réalisées. Mais Curiosity a accompli plusieurs autres réalisations notables, notamment placer le foret au sol pour un test et réussir enfin à déposer l'échantillon de sable «Ogunquit Beach» au labo SAM pour analyse... ouf ! Le 3 novembre (sol 1864) Curiosity s'est dirigé Ouest-Sud-Ouest sur ~ 25 mètres en s'arrêtant près de deux zones sablonneuses. POSITION AU 3 NOVEMBRE(sol 1864) : HAZCAM AVANT - 3 NOVEMBRE (sol 1864) : HAZCAM ARRIÈRE - 3 NOVEMBRE (sol 1864) : NAVCAM - 3 NOVEMBRE (sol 1864) : Du sable et une crête face au rover au Sud-Ouest - plus loin les mesas du delta alluvial : Vue vers le Nord Ouest et les remparts du cratère Gale et le large cratère d'impact Vers le Nord Est et le site d'atterrissage au loin à droite, derrière les dunes noires que le rover a du longer pendant trois longues années PANO de Paul Hammond - 3 NOVEMBRE (sol 1864) : MAHLI – 2 NOVEMBRE (sol 1863) : Au centre de l'image, bien visible, le dépoussiérage de la roche par la brosse rotative (sur environ 4,5 cm de diamètre) fait apparaître la couleur violette originelle La brosse rotative, toujours efficace malgré des centaines d'opérations effectuées tout au long de ces 5 années
  11. Première comète interstellaire de l'histoire?

    Il me semble que depuis la fin des programmes de recherche des années 90, aujourd'hui plus personne n'envisage sérieusement que la matière noire soit constituée de matière baryonique..
  12. Actualités de Curiosity - 2013

    Merci Symaski62 .. Pour "Mars 2020" je suis l'affaire bien sûr, mais il faudra sans doute inaugurer un nouveau fil pour y regrouper les infos et ne pas trop interférer avec celui de Curiosity.. Perso je ne suis pas sûr de vouloir/pouvoir m'y investir en sus des deux autres rovers.. Ce serait aussi bien qu'une bonne âme prenne le relais.. La mise à jour du 30 octobre 2017 (sol 1860) est assez déprimante Pour preuve, elle est ainsi titrée : "La Malédiction de Vera Rubin Ridge frappe à nouveau" "Nous commençons à soupçonner que Vera Rubin Ridge pourrait être maudite. Après les défis que nous avons affrontés la semaine dernière, nous espérions un plan de week-end réussi mais hélas, ce n'était pas le cas. Pendant le week-end, le bras de Curiosity ne s'est pas réchauffé autant qu'il était censé le faire, donc l'activité du bras a échoué et la plupart du plan du week-end a été perdu." "L'activité principale du plan de 1861-1862 [31 oct et 1er nov]- est une autre tentative de déposer l'échantillon «Ogunquit Beach» dans l'instrument SAM, suivi de l'analyse de gaz évolué SAM (EGA) de l'échantillon. En d'autres termes, SAM va chauffer l'échantillon et mesurer les gaz produits. Au sol 1862, il y aura un bloc scientifique où nous essayerons de récupérer une partie de la télédétection prévue pour le week-end". Fin de citation L'imagerie MastCam, les mesures spectros du laser ChemCam et les analyses de l'APXS qui étaient programmées ce week-end devaient donc se dérouler pendant ces deux sols.. Si tout va bien.. à vérifier donc. Ensuite il sera enfin temps pour le rover de décoller de cette position atteinte le 19 octobre. Il reste probablement encore tant à découvrir.. et d'abord en atteignant le sommet de "Vera Rubin" pour percevoir l'ensemble du panorama du Mont Sharp, du delta alluvial et des mesas..
  13. Première comète interstellaire de l'histoire?

    Moi aussi.. Quelle frustration !!!.. À moins de faire de la prospective à deux balles, à mon humble avis les moyens dont on disposera dans 25/50 ans pour anticiper et observer ce genre de phénomène rarissime sont assez difficiles à évaluer. On peut tout juste espérer que les agences spatiales étudient cette problématique.
  14. Actualité d'Opportunity (suite)

    En effet, c'est clair sur ces images.. Cependant, comme je le rapportais plus haut (message du 10 octobre), l'équipe du rover considère que - je cite : "Même si les panneaux solaires sont poussiéreux, ils le sont moins que l'hiver dernier, et le ciel de cet hiver est aussi poussiéreux que n'importe lequel des cieux d'hiver qu'Oppy a pu connaître". Ils notent quand même que les coups de vent, qui aident souvent à débarrasser les panneaux d'une bonne part de cette poussière, se manifestent plus rarement. En tout cas actuellement. Une image des panneaux datant de décembre 2011. C'était très loin d'être nickel :
  15. Actualité d'Opportunity (suite)

    Le 25 octobre 2017 (sol 4890), Opportunity s'est déplacé de trois mètres en remontant à nouveau la pente. Pas encore d'infos précises sur ce qui motive tous ces petits déplacements, mais il s'agit très probablement d'examiner la zone désignée “La Bajada”. Voir la carte de Phil Stooke ci-dessous – la position de cette zone demeure incertaine. Il faut noter que depuis le 31 août (sol 4836) le JPL n'a plus effectué de mise à jour de la carte du parcours du rover. Fort heureusement, ce parcours est tracé assez régulièrement par Phil Stooke sur le fil consacré d'UMSF. Pour localiser les déplacement avec précision, Phil se sert essentiellement des images réalisées par les caméras HazCam avant et arrière du rover et des images de la région prises par la caméra HiRISE de la sonde MRO. Grace à la précision des images HiRISE, le moindre relief du sol martien lui sert de repère. Mais c'est loin d'être évident, son travail est précieux, et pas seulement pour moi bien sûr. Compte tenu que les deux derniers déplacements du rover se sont concentrés sur une zone restreinte, il est devenu nécessaire d'en reporter le détail sur une carte du secteur agrandie. Position au 25 octobre 2017 (sol 4890) – Phil Stooke : Plan général : HAZCAM AVANT - 27 octobre 2017 (sol 4892) : Avec un soleil rasant, noter l'ombre portée du rover loin devant à droite.. Sa silhouette apparaît en intégralité.. magique !.. on a l'impression que le rover s'est dédoublé !! NAVCAM - 25 octobre 2017 (sol 4890) : Vues sur les panneaux solaires