Serendipity

Membre
  • Compteur de contenus

    113
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

45 Neutre

À propos de Serendipity

  • Rang
    Membre

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    Tout ce qui satisfait à mon besoin de connaissances et de comprendre
  • Adresse
    Ici et là en Europe au gré de mon évolution

Visiteurs récents du profil

273 visualisations du profil
  1. Première comète interstellaire de l'histoire?

    Pour dire aussi que l'Univers, c'est grand, vraiment très grand... et vide... vraiment très vide. Nous de sommes que des petites impuretés à l'état de traces infimes dans un vide quasi parfait.
  2. Tient, à ceux qui trouvent que nous sommes rétrogrades... il faut dire qu'un titre comme : "eVscope est si nos vieux télescopes ne valaient plus grand chose !!!!", c'est tout de même une sacrée provoc ! Tient une question, Daft Punk, économiquement, ils sont français ou américains... je dis ça, je ne dis rien...
  3. En même temps, j'ai déjà vu des concerts où les gens passaient du temps à le regarder à travers leur tablette ... .... Si je comprends l'intérêt de la démarche, et que je te donne raison là-dessus, reste que ta phrase résonne pour moi comme celle de l'article de Futura que je mentionnais au début du fil. C'est comme ces jeunes qui flashent sur les arts martiaux parce que c'est cooooooollll, s'inscrivent en club, puis lâchent au bout de quelques mois parce que l'entraînement les saoule ! Ben oui, la science, quand on veut vraiment en faire, ça demande du boulot ! D'ailleurs, il est amusant de voir que c'est précisément ce qui entraîne des abandons dans les parcours scientifiques : la prise de conscience progressive du boulot que ça demande ! (Abandon modulé de la classe de 1ère S jusqu'à la licence, et même parfois en doctorat, selon le niveau de résistance et d’opiniâtreté.). Maintenant, si ces jeunes veulent démarrer l'astro suite à une belle prestation de l'eVscope, évidemment cela va dépendre des revenus des parents, mais je pense que l'achat va plutôt aller sur un 114/900 à 200 euros... et encore, ça pourrait bien être une petite lunette à 50 euros !!! Et là, ça sera la déception d'autant plus cuisante à mon avis ! Et ta remarque va devenir : "Et les petits, qui auraient pu voir des nébuleuses et des galaxies, sont allés se coucher en n'en voyant pas et en se disant peut-être que l'astronomie, ça demande d'être riche si on veut voir quelque chose soi-même." Pour ma part, j'ai un vieux 114/900 qui ne m'a pas coûté trop cher, une cam, un PC d'occasion et des softs gratuits... l'ensemble pour moins de 600 euros. Et encore, le PC, il me sert pour le boulot, donc il est détourné pour l'astro ! Bon sang ! 2000 euros pour l'eVscope, c'est déjà une somme ! C'est pas un produit Lidl pour reprendre l'expression utilisée plus haut. Vous vous rendez compte de ce que l'on a déjà comme optique pour 2000 euros !? Donc, in fine, l'eVscope est un appareil avec un budget pour famille friquée, ou pour un astram qui a les moyens ou l'envie d'y mettre 2000 euros. Pour ma part, les astrams qui ont les moyens de mettre 2000 euros dans du matos... ben je sais justement quel matos ils ont Donc quoi ? C'est un instrument de club pour démonstration publique... Ok cool ! Là-dessus on est d'accord. Mais en club, je présenterais aussi ce que l'on voit dans un instrument plus classique ! Que les gens ou les jeunes motivés se rendent compte que derrière l'apparente simplicité de l'eVscope se cache énormément de science et de technique, mais aussi de travail de la part de ses concepteurs. Par ailleurs, je note que la plupart des jeunes un peu geek que je connais dans mon entourage adorent le "do it yourself". Et les jeunes ont plus de temps que nous autres "vieux" accaparés entre le boulot et les enfants (à moins d'être très vieux et en retraite ). Donc, j'aurais envie de dire : Si il y a bien un moment dans ta vie où tu as le temps de faire naître ta passion et de la vivre quasi à temps plein, c'est bien quand tu es jeune.
  4. Mais bon, d'autres ont raison ici... la conversation tourne en boucle, et on ne répond pas à la seule vraie question : Y aura-t-il une version du système monté sur un Clavius ?
  5. Serendipity est un personnage non genré, parce qu'on ne devrait jamais juger une personne sur son genre Amusant de voir que ceux qui critiquent un manque d'ouverture à l'innovation semblent avoir quelques problèmes avec ça ! Justement, peut-être que certaines réactions viennent d'une expérience dans le domaine des nombreux flops d'idées qui semblaient incontournables ! Certains défendent le truc comme certains défendent la réalité des ovnis en prenant pour exemple la découverte des météorites. D'autres sont plus prudents depuis qu'on leur a promis voiture à eau, et autres Clavius Et oui ici c'est du business... Or, l'énorme battage médiatique semble aller dans le sens du : "on créer le besoin". Mais bon, effectivement, c'est dans l'air du temps. D'ailleurs, je signale que de nombreux établissements secondaires y ont déjà recours... pour une somme dérisoire sinon inexistante, sans compter le traditionnel 114/900 comme instrument d'initiation qui à une époque répondait au programme en TS. Mais bon, je suis convaincu qu'avec un excellent lobbying on peut changer un peu les programmes pour justifier auprès des établissements scolaires un investissement de 2000 euros ! Comme c'est le cas avec les calculatrices ! Par ailleurs, la critique que tu opposes c'est la méthode de l'homme de paille ! Toute critique est impossible, on est taxé de rétrograde ! Alors que dans le fond, comme on l'a dit, la vraie innovation, c'est le stacking et traitement en temps réel. Et ce que certains ne veulent pas entendre, c'est que ce n'est pas ça qui est critiqué.
  6. Ce n'est pas ce que j'ai dit dans mon message. Je disais que le core business du système c'est le logiciel qui traite en live l'imagerie, et que tout le reste du matos fait déjà partie du matériel de la plupart des astrams. Je ne remets pas en cause ce que cela permet de faire ni la conception du logiciel. Si on dispose d'un système plug and play (tant au niveau matériel qu'informatique) qui fait la même chose sur du matériel existant, il me semble qu'il y aura une clientèle pour ça si on sait le valoriser. Or ici, l'objectif n'est pas de distribuer ce logiciel même sous licence, visiblement. Ici, on a clairement un système pensé pour être sorti de la boite, et hop on y va ! Ce n'est pas fait pour les astrams mais pour le grand public... C'est pensé, à travers la comm, pour faire du business. C'est le MacScope ! Ce que je pense, c'est que le traitement en live a de l'avenir,... le reste, je n'en suis pas certain.e. C'est un télescope, pas l'invention de la FreeBox
  7. Une question ... Finalement, qu'avons-nous ? Un télescope, un capteur CCD, un algorithme de traitement, un écran monté dans un oculaire. Bref, un instrument qui fait du stacking et du traitement d'image en live. Ok, c'est super... (si si). Mais in fine... à part le design et le système tout en un façon Mac, quoi de neuf ? Mais comme ça a déjà été dit, pourquoi ne pas monter un système "amovible" à monter sur n'importe quel matos existant ? Business ? Si je ne dis pas de bêtise, j'ai cru comprendre que REVOLUTION IMAGER cité plus haut le fait déjà ? So ? What else ? Finalement, le cœur du système de l'eVscope, c'est le logiciel à mon sens ! Du coup, autre remarque... Un télescope ? fastoche ! Un capteur ? fastoche ! Un écran ? Un PC ? fastoche ! Combien de temps avant que quelqu'un propose en open source, et complètement gratuit, le soft qui fasse tout ce job ? Quid alors du joli business autour de l'eVscope ? Parce que finalement, il est là le truc : Faire du traitement d'image et du stacking en live, rien de plus... or, si je suis d'accord pour dire qu'effectivement ça a quelque chose de génial et que d'ici quelque temps tout le monde en usera... je suis aussi d'avis pour dire que rapidement tout le monde fera du homemade ! L'eVscope deviendra un business marginal pour des gens qui n'y connaissent rien.
  8. ...à la lire, visiblement, cet appareil est le Coronado du ciel profond. Ils disent eux-mêmes que ce n'est pas fait pour le planétaire, et la technologie limite l'utilisation d'un diamètre plus grand à cause des turbulences. Donc ce n'est pas fait non plus pour faire de la haute résolution. Sinon, technologiquement, je reconnais qu'il y a du taf ! Mais in fine, c'est comme un Mac c'est puissant, mais ciblé et peu évolutif.
  9. Aller, je provoque encore ! Certains observatoires ont des petits instruments, connectés au web, et qui transmettent leurs données en live. Il est par exemple possible pour des établissements scolaires, de prendre un abonnement, et à distance d'agir sur ces instruments pour faire de l'observation en live, même si c'est par écran interposé. Je propose un IScope, connecté au web et à un de ces instruments réels de haute qualité mais localisés ailleurs dans le monde (et là où il y a d'excellentes conditions). Quand j'oriente l'instrument, il repère la zone observée, se connecte à l'instrument distant, qui renvoie une image sur l'écran situé au niveau de l'oculaire. J'ai déjà l'accroche : "Observez comme aux Canaries, quel que soit le temps qu'il fait, c'est possible".
  10. Tient, je vais être provocant.e et rebondir sur un message que j'ai laissé plus haut. Je propose une application smartphone qui, quand je braque ce dernier dans une zone du ciel, arrive à localiser la zone (si le ciel n'est pas excessivement dégueulasse, ça ne doit pas être très compliqué) et via une fonction "zoom virtuel", y superpose des photos provenant de Hubble créant un effet de télescope virtuel, avec en prime des données sur l'objet "observé". Quelle différence ? En plus ça tient moins de place, et je suis certain.e que ça coûte encore moins cher !
  11. L'astronomie amateur a trouvé son Apple ! En fait, c'est un IScope ! En fait, c'est la transposition du débat "PC ou Mac ?"
  12. Qui est-il ? Où est-il ? Qu'il se dénonce l'affreux personnage ! Sinon, je suis bien conscient.e du problème. Ce que je redoute, c'est qu'à l'image de la NASA qui fait de la surenchère de communication, c'est qu'à force de crier au loup, on induit tout l'effet inverse chez le grand public : plutôt que de l'attirer et de le passionner, on suscite de la méfiance ou du rejet. Au point que la science commence à en souffrir dans sa réputation. Quand on regarde, on a la "même" politique de comm entre la NASA et un type qui prétend avoir trouvé la momie d'ET !
  13. Ce qui me gène (un peu comme quand l'article de Futura), c'est que l'on a l'impression que le machin voit à travers les nuages ! Il faudrait peut-être le dire aux collègues du VLT qu'ils s'embêtent bien avec tout leur matos d'optique adaptative et d'étoile laser ! Autrement dit, à titre personnel, je me méfierais de son utilisation question artefacts ! Je suis à la rigueur d'accord pour dire que c'est un appareil intéressant à acquérir pour un club pour de la démonstration. Et encore... j'attends la remarque quand les visiteurs vont comprendre qu'ils observent en réalité une image sur un écran, genre "ouais, c'est comme les images des mecs sur la Lune, vous pouvez montrer ce que vous voulez". Et d'ailleurs, qu'est-ce qui nous prouve que ce n'est pas le cas ? Je prends un système GoTo, je planque un petit écran derrière l'oculaire, une bibliothèque d'images, et hop ! Une petite mise en station, et en fonction de la position de l'appareil, je vais chercher la bonne image et je l'affiche... on colle un petit algorithme pour miner l'acquisition progressive d'image, et vogue la galère ! Je n'accuse de rien... je dis méfiance quant à la réception du public ! Pour donner une autre idée, ça me rappelle un TP réalisé en classe de lycée : l'étude du pendule. Rien de plus simple : une ficelle, un poids, un chronomètre et une règle, et avec un peu de patience et quelques mesures, on retrouve la loi qui donne la période du pendule en fonction de sa longueur. Mieux, on peut retrouver ensuite la valeur de l'intensité de la pesanteur. Il y a quelques années, les fournisseurs de matériel de labo proposait une sorte de boite noire bardée de capteurs et d'électronique, qui contenait un pendule, et qui modulo un branchement sur ordinateur, sortait les courbes et les lois attendues. Du coup, ça rajoute une strate, entre la physique et l'élève, qui peut être plus dommageable qu'autre chose, laissant entendre que même de la science niveau "science dans ma cuisine" n'est accessible qu'à grand renfort de moyens techniques, soit à l'inverse que l'on essaye de me convaincre d'un truc qui ne me convint pas.
  14. Il y avait un article sur Futura Science au sujet de l'eVscope (http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-nouveau-telescope-revolutionner-astronomie-amateur-68117/). En fait, il y a un commentaire qui me choquait dans l'article ! Ça me rappelle qu'à l'université, il n'est pas rare de voir des étudiants débarquer là parce qu'ils sont "passionnés" par les sciences... et de constater qu'après 1 an, voir 3 pour ceux qui tiennent le mieux, que des "vocations naissantes [...] se sont brisées face au mur de la réalité. [...] du travail et du temps sont nécessaires" pour faire de la science ! On rencontre beaucoup de jeunes qui pourraient se passionner pour les sciences, mais qui n'ont jamais appris l'effort, la volonté et l'opiniâtreté nécessaires pour faire des sciences, et d'ailleurs, des études longues. En fait, pour moi l'eVscope renforce cette idée de science "presse bouton", sans effort,... à ce compte là, quitte à voir une image à travers un écran déguisé en oculaire, autant regarder les images de Hubble sur le net ! Les adeptes d'observations "presse bouton" auront-ils seulement la volonté de se cailler en plein hiver au cœur de la nuit ? L'astronomie amateur ce n'est pas seulement l'observation, c'est aussi l'apprentissage d'une maîtrise technique et de la patience et du travail en sciences. Même lorsqu'un professionnel regarde à travers un écran, même lorsqu'il utilise des algorithmes de traitement d'image, il y a forcément un travail énorme derrière. On le dit aux étudiants qui commencent leur thèse : "si tu trouves un truc trop facilement, c'est que soit c'est faux, soit c'est connu depuis longtemps, soit ça n'a pas d'intérêt". Il n'y a pas de belle science facile ! Donc, pour moi, l'eVscope n'est pas un appareil pour astronome amateur, c'est un gadget grand public, dont le battage publicitaire me met mal à l'aise, et me rappelle quelques belles "arnaques" du passé. Pour ma part, cela fait quelques années que je n'ai pu refaire d'observations moi-même. Le travail, les enfants,... je n'ai plus trop de temps. Cependant, je ne vois pas ce que m'apporterait un tel appareil, si c'est pour voir une image à travers un écran. L'astronomie amateur, c'est comme un art martial, c'est avant tout une philosophie. Là tu pratiques l'aïkido, et tu as des types qui viennent te dire que l'aïkido s'est dépassé, qu'ils ont révolutionné l'autodéfense grâce à leur nouveau taser ! Pour moi, soit ils n'ont rien compris à ce qui motivait les pratiquants de l'aïkido, soit ils ne s'adressent pas au même public.