Sign in to follow this  
Christophe Pellier

Jupiter, comparaison ASI224MC/ASI290MM (30 mai)

Recommended Posts

Salut à tous,
Ca fait un bout de temps que je n'avais pas fait d'images... avant que la grosse ne disparaisse, j'ai eu envie de réaliser un séance de comparaison sérieuse entre caméra couleur et caméra noir et blanc (qui va plaire à Valère !). C'est en mode "ultime" : trois méthodes de capture exécutées avec tous les trucs possibles pour atteindre le meilleur résultat, sans volonté que tout soit équitable entre les deux caméras.
Seule limite, l'échantillonnage, qui est contraint par ma focale au foyer (8 mètres): 3,3 photosites pour le pouvoir séparateur, en binning 2x, pour l'ASI290MM, et 5,2 (!) pour la 224MC.
Les deux caméras sont utilisées avec un ADC, et des filtres anti-IR Astronomik LRVB.
ASI290MM RVB : dérotation 180/180/180 secondes
ASI290MM LRVB : dérotation 180/45/45/60
ASI224MC : dérotation 240 secondes
Les images sont redimensionnées à taille apparente égale, 125 % pour l'ASI290MM, 80 % pour la 224MC.

Mes commentaires:
- Sur la résolution :
Les trois sont très proches mais l'ASI224MC est devant. Elle a peut-être bénéficié d'un seeing légèrement meilleur (situation météo : stabilisation crépusculaire allant en se dégradant), mais je pense que le résultat n'est pas surprenant. Côté ASI290MM, la LRVB est légèrement devant la RVB.
Le résultat en faveur de l'ASI224MC est remarquable compte tenu de l'échantillonnage largement moins favorable et un temps de pose deux fois plus long (10 ms contre 5 en luminance).
- Sur le rendu des couleurs :
Après équilibrage, là encore les trois sont très proches et rentrent tous dans mon critère de "fiabilité des couleurs". Cependant, on note une saturation accrue avec la caméra noir et blanc. La bande passante des filtres de la matrice de bayer pour la 224MC, qui se chevauchent sensiblement, expliquent sans doute cette différence.
- Sur la facilité technique :
Là pas de surprise... le processus de prise de vue et de traitement est bien plus simple avec la caméra couleur. Et sans surprise également, la palme de la complexité revient à la méthode LRVB avec cam n&b.

Christophe
Le blog de l'astronomie planétaire !

[Ce message a été modifié par Christophe Pellier (Édité le 10-06-2017).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Merci Christophe pour ces infos de comparaisons !
JC

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour Christophe,

Oui le test est très intéressant et il peut contredire certaines idées.
La principale est que le capteur monochrome donnera une meilleure résolution.
Ceci est vrai mais sur des images fixes.

En cas de turbulence les fins détails sont déplacés sur la matrice de Bayer et l'écart en résolution se réduit.
Il y a aussi l'effet de recouvrement assez important des filtres de la matrice de Bayer qui fait par exemple, que la couche verte est sensible un peu au rouge et inversement, comme tu l'indiquais.

De plus l'assemblage des couches produit des incertitudes géométriques qui peuvent rogner la résolution du capteur monochrome avec ses filtres séparés.
Ceci est vrai surtout avec des images astronomiques turbulentes encore une fois. Et la diffusion instrumentale y participe aussi.
Il suffit de comparer les couches Rouge et Verte par exemple du point de vue géométrique et sans parler de la bleue qui bave pas mal, le plus souvent.
Sans parler aussi des outils d'assemblage, WinJupos par exemple qui ont des paramètres de réglage nombreux : "image measurements".

Avec un capteur couleur toutes ces incertitudes spatiales sont levées du moins pour les couches colorées entre elles.

Pour les images que tu présentes, il est difficile de dire qui est devant en termes de résolution car ça me semble tellement proche que d'autres paramètres peuvent rentrer en jeu : mise au point, turbulence...
Sans parler des accentuations forcément différentes.
Si tu donnes les images brutes à des 'cobayes', tu auras des résultats assez variables même si cobayes raisonnables.

Ici l'image 290MM RGB présente un décalage assez sensible de la couche rouge dans le sens vertical :

Néanmoins c'est indiscutable que le capteur couleur présente une mise en œuvre la plus simple qui soit et pour des résultats quasiment identiques,
si les capteurs ont des performances proches et sur des images turbulentes.
Le capteur monochrome sera sans doute indispensable pour des filtrages spécifiques.

Merci de ton partage Christophe,

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Christophe,,

Une petite précision pour ceux qui cherchent la petite bête en termes de résolution.

Avec le capteur monochrome et filtres RGB, il y a deux façon d'assembler les images par dérotation WinJupos :

- on accentue sensiblement chaque couche couleur puis on assemble avec dérotation,

ou bien :

- on accentue modérément chaque couche puis on assemble avec dérotation et on accentue l'ensemble couleur ensuite.

Ce n'est pas neutre en termes d'artefacts et de précision d'assemblage ou de résolution apparente.

Pour ma part, je traite souvent très rapidement sans trop passer de temps, et ne suis pas un bon exemple.

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Christophe,

joli comparatif qui précise encore l'évolution très positive des capteurs couleurs !
L'écart archi minime qui en plus est en faveur de la 224C ( c'est une première nan ? ) ne m'étonne pas, les capteurs couleurs sont super bien adaptés pour la famille des Newtons et purs Cassegrains dont ton Grégory fait parti.
J'ai beaucoup tapé et ricané sur la config trichro , mais je suis conscient qu'elle reste nécessaire si on veut atteindre le max de résolution pour certains instruments à couches couleur très décalées !
Le même comparatif fait avec un Schmidt-Cassegrain ou autre montrerait probablement un léger avantage à l'image faite en trichromie ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

merci christophe! c'est très intéressant cette comparaison !
polo

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bravo Christophe pour ce très belles Jupiter ,et ce test entre ces caméras ,avec un plus pour les explications de Lucien

Michel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Très bon ce comparatif : comme le dit Valère, le RVB avec cam mono est vraiment bien adapté aux tubes qui ont des couches avec des foyers très espacés ! J'avoue que la 224C est la solution de facilité, j'aurais du mal a refaire du RVB, cependant je m'aperçois que mon ancienne IDS était vraiment excellente mais le capteur malheureusement trop petit.
Lucien : pour ma part, je traite parfois en dérotation de flux vidéo (particulièrement Saturne) et d'autre fois je traite normalement les images et je fais une dérotation (3 max puisqu'il est difficile d'obtenir 3 images de même qualité). La dérotation des images très peu traitées (ou brutes de stack) ne me donne pas de bons résultats même après le traitement définitif !

[Ce message a été modifié par wilexpel (Édité le 10-06-2017).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bravo Christophe pour ce très bon comparatif, et également ces trois excellentes images de Jupiter. Toujours un traitement de référence qui nous aide à savoir vers quoi tendre...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci à tous,
Lucien: je ne suis pas certain qu'il y ait un décalage de couches sur l'image ASI290MM RVB. On ne le voit pas sur d'autres parties de l'image. Il s'agit peut-être plus d'artefacts liés à mon traitement différentiel sur les trois couches.
quote:
Une petite précision pour ceux qui cherchent la petite bête en termes de résolution.

Avec le capteur monochrome et filtres RGB, il y a deux façon d'assembler les images par dérotation WinJupos :

- on accentue sensiblement chaque couche couleur puis on assemble avec dérotation,

ou bien :

- on accentue modérément chaque couche puis on assemble avec dérotation et on accentue l'ensemble couleur ensuite.

Ce n'est pas neutre en termes d'artefacts et de précision d'assemblage ou de résolution apparente.


Pour toute dérotation d'image, je travaille toujours avec des images complètement traitées, finalisées. Je ne vois pas l'intérêt qu'il y a ici à déroter des images non encore finalisées... ça complique juste le truc...

Valère et William, en effet avec des instruments affublés de sphérochromatisme il est possible que la cam n&b soit mieux adaptée !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonsoir Christophe,

Oui, je pensais aussi plutôt à un artefact de traitement qu'un décalage de la couche rouge.

Si l'on "dérote" des images finalisées le petit soucis qu'il peut y avoir c'est justement que l'on ne peut plus ajuster l'accentuation en fonction d'éventuels artefacts qui apparaitraient à la composition RGB.
Il faudrait accentuer un peu avant et un peu après dérotation...
Mais bon, on ne va pas s'acharner là-dessus.
C'est sûr qu'avec la 224MC on évite tout ça.

Sinon tes images sont très belles !
Bonne semaine à toi.

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this