Sujay

Prototype : www.darkskymap.com

Recommended Posts

Bonjour,

 

www.darkskymap.com

 

Je voudrai avoir un avis des membres de cette communauté sur une application web que j'ai créé pour 'crowdsourcer' les meilleurs endroits pour observer le ciel dans le monde. Est-ce que cet outil mérite d'exister ?

 

Je suis encore au stade prototype. Mon objectif était de créer un outil simple et fiable pour les observatrices/observateurs du ciel la nuit. Je crois que la simplicité est intégrée lors de sa conception mais il me reste encore beaucoup de travail sur la fiabilisation des données générées par les utilisateurs. Je voudrai éliminer la subjectivité d'évaluation d'un endroit propice à l'observation soit avec une mesure objectif comme la SQM ou avec un système de vote et potentiellement même un vote de super-observatrices/super-observateurs.

 

Vos remarques me permettront d'améliorer cet outil.

 

Cordialement,

Sujay  

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Yo !

c'est bô, mais j'vois pas bien la finalité :

est-ce de noter TOUS les points d’observation recensés par ceux qui y mettront leur patte,

ou est-ce de qualifier, voire de quantifier des sites d’observation ?

Dans le 1° cas, je vois pas bine l’intérêt de dire que j'observe au pied de ma porte dans la banlieue, car même si c’est jouable, c'est plus de l'opportunisme de circonstance, et se serais ballot que le pas de ma porte soit considéré comme un site d'observation potentiel.

Dans le second, je ne vois pas ce qui qualifie un site. ET dans ce cas, le truc de l'ami Fredogoto est un sacré outil.

 

Bref, faut mieux définir le projet car en l'état, j'vois pas bien la chose.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Serge pour votre feedback. L'objectif est bien de qualifier les sites. Dans la version beta je n'ai pas eu le temps d'intégrer dans le code la qualification d'un site donné. Quand je disais la fiabilisation des données, je faisais indirectement référence à la qualification des sites d'observation.

Bien évidemment n'importe quel point de donnée brut généré par un utilisateur ne deviendra pas pertinent pour des observatrices/observateurs et c'est la que la suppression de la subjectivité aura toute sa contribution à apporter pour fiabiliser les données. 

Je m'abstiens à comparer un prototype en version beta avec d'autres existants depuis plusieurs années. Si vous avez des suggestions pour éliminer la subjectivité des données générées, je suis preneur.  Comme je suis novice je m'adresse à la communauté d'expertes/s pour fiabiliser les données.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yo !

je vois pas très bien le comment...

Car ya plein (trop) de paramètres, dont beaucoup tiennent de la subjectivité. Par exemple :

- faire du planétaire en pleine ville, c'est excellent voir souvent bien  meilleur qu'autre part. Lune, planètes et Soleil seront au top. Pourtant, beaucoup boudent la ville et ne révant que de CP.

- faire du CP, fô trouver la perle rare : pas de PL (un SQM permet de quantifier et plus que tout, les cartes de Fredogoto répondent parfaitement à cela), mais aussi la transparence, sans oublier le seeing.

- quelle portion de ciel est visible, ou la réciproque, qu'est-ce qui est masqué par des arbres, des bâtiments, du relief ?

- même avec cela et sur un site donné, c'est à pondérer en fonction de l'azimut visé : ça peut être pourri d'un côté, et quasi parfait de l'autre. Gaffe aux vents dominant...

- mais aussi et pour beaucoup, il y a l'accessibilité, les "commodités" du site, à 3000 mètres, c’est souvent sacrément bien, mais d'aucun préfèreront le confort de rester à 2000m pour un pouillème de perdu. La proximité d'une déserte facile, de stationner, de disposer du courant, etc....

Et on le voit, tout sera dans l’appréciation globale de chacun des pouillèmes gagnés ou perdus.

Dans ton site tel qui se présente, on ne voit pas clairement le but dans la page d'accueil, la finalité au regard de la carte qui ne fait que pointer des coins qui en sont pas forcément formidables, et dans la partie saisies des donnée, on ne voit rien qui permet de rentrer des données qualitatives ou quantitatives, qu'elles soient subjectives ou non.

 

Bref, c’est une excellente idée, mais va falloir sacrément creuser le problème et apporter des solutions qui ne sont pas triviales !!!!! mais je crains le doublon avec l'excellent travail de l'ami Fredo une fois le concept abouti.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour le moment, je me suis focalisé sur la création d'une squelette avec un minimum de fonctionnalités pour éviter de dépenser du temps à concevoir des fonctionnalités inutiles. Avec le retour des utilisatrices/utilisateurs potentielles,  je vais progressivement bâtir cet outil en plusieurs itérations.    

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello !

Je trouve que c'est une très bonne initiative, par exemple j'ai peut être un excellent site d'observation proche de chez moi sans le savoir (bon à Paris j'en doute...).

Puisque tu es au stade de proto et que tu es dans une (très bonne) démarche de receuille de feedback je pense que le plus intéressant pour toi à ce stade serait d'effectuer une session de recherche via un formulaire (google form, typeform, ...) qui te permettras de :

- Connaître ta cible (des astronomes amateurs) et qu'est qui est important pour eux lorsqu'ils cherchent un site d'observation.

- Quel est le meilleur outil et format pour ces personnes et est-ce que cela correspond à la vision du produit que tu as (elles sont peut être différentes !)

- Sur quels critères te baser pour définir la qualité du site (accessibilité du site, vision de la voûte céleste, seeing moyen (croisé avec des données météos par exemple), couverture nuageuse à venir,...)

- Le système de notation le plus approprié (ex : indice de confiance confirmé par plusieurs utilisateurs vs super-observateur par exemple).

 

A partir de la je pense que tu auras une vision voir une roadmap pour ton produit et tu pourras rapidement corriger à bas coût ce que tu as déjà fait plutôt que de partir dans une solution qui sera potentiellement décalée par rapport aux besoins (existants et. non existants) des astronomes amateurs !

 

En tout cas super idée et démarche ! ;)

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Merci beaucoup Romain pour ton retour et ton encouragement. Dans la démarche que tu conseilles, je me suis focalisé sur les points 3 et 4 pour la prochaine itération. Ce qui m'a permis d'esquisser le début d'une feuille de route que je te présenterai dans quelques semaines. ;) 

Edited by Sujay

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Flet pour ton message. J'ai déjà l'esquisse d'une feuille de route pour cet outil. J'aurai une version plus aboutie à te présenter en Décembre.  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Onhenriquanne
      Bonjour,
      En quête d'un télescope pour de l'observation et un peu d'astrophoto je m'en remet à vous : 
      J'ai un budget serré de 550euros max, je vais droit au but :
      J'ai vu pleins d'endroits où se trouvaient des 150/750 de SW sur EQ3-2 à 400euros sans motorisation, avec une double motorisation on tombe pile sur mon budget. Problème il manque encore le viseur polaire et l'occulaire de collimation (obligatoires pour la photo), donc est-ce que la double motorisation est obligatoire ou une simple est suffisante car elle permet juste de contrôler le 2e axe avec une mannette au lieu d'une télécommande...
      Merci d'avance,
      Onhenriquanne.
    • By CPI-Z
      Après une installation pour le moins chaotique voici mon premier essai AIDA.
       
      Je suis partie d’une image de saturne trouvée via Icy, autre logiciel complet de traitement d’images
      lui aussi avec des outils de déconvolution. Je n’ai pas trouvé MitivDeconvolution et il serait remplacé par le pluging SimpleDEMIC.
      http://icy.bioimageanalysis.org/
      https://mitiv.univ-lyon1.fr/software/tutorial.html
       
      Bref voici l’image de Saturne et la psf d’origine. Je pense que c’est un one-shot fait avec un grand télescope pour un amateur.
      saturn.fit
      psf-0.fit

       
       
      Résultat AIDA avec les paramètres par défaut faute de comprendre les paramètres (Advanced ...)

      et la psf calculée psf-1.fit
       
      J’aime pas cette image je pense que cela vient de paramètres à modifier dans la déconvolution inverse d'AIDA.
      Constat, la psf d’origine psf-0 est bien « épurée » en psf-1
      Autre constat : la psf sortie d’AIDA à des niveaux entre 0 et 1 donc il faut la multipliée (virgule flottante) pour l’importer dans nos soft.
      psf-0               psf-1
      images modifiées pour voir les basses lumières. Les modifs sont mineur la psf d'origine était déjà "bonne"
       
      Il existe plusieurs logiciel pour faire de la déconvolution pseudo -inverse dont ImageJ avec son pluging Parallel_Spectral_Deconvolution-1.12 que je trouve particulièrement efficace et conviviale (déjà plusieurs fois évoqué dans Astrosurf)
       
      Déconvolution de saturn par psf-1 avec ImageJ
      paramètres sur l’image suivante :

       
      Résulat :

      PS: on devine même le disque de la planète au travers de l'anneau extérieur en partie inférieure et des irrégularités dans les anneaux.
       
      Résumé du setup :
      - optimisation psf avec AIDA
      - déconvolution Pseudo-inverse avec ImageJ (par manque de maitrise des paramètres AIDA)
      - filtres bruit … AstroSurface et Iris
       
      Pour la comparaison avec nos traitements usuels (ondelettes … ), je vous laisse présenter vos images issues de vos outils favoris à partir de la même image d'origine saturn.fit
       
      Cordialement
      CPI-Z
    • By Michel Deconinck
      Bonjour
       
      Une nova est apparue dans l’Écu de Sobieski, le 29 Octobre à 1h23 TU. 
      Elle a été découverte par le système automatique : All-Sky Automated Survey for Supernovæ (ASAS-SN) 
      Son premier petit nom : ASASSN-19aad ou encore TCP J18395972-1025415
      Coordonnées :
      R.A. 18h39m59.70s, Decl. -10°25'41.5"
      2019 October 29.0578 UT, gmag. 11.56 (ASAS-SN)
       
      Il existe tout près de cette position quelques étoiles candidates.
      Sa particularité est qu'elle est bien rouge.
       
      J’ai réalisé l’estimation de sa magnitude (+9.3)  ainsi que ce croquis, le soir même de sa découverte :

       
      Le premier spectre réalisé indique (ATel 13241) qu'il s'agit d'une nova classique au début de sa phase d'explosion.
      La séquence vient d'être éditée, attention pour un FOV de 120' et un nombre impair de miroirs:

       
      Bon ciel à vous tous
      Michel
       
    • By alstro
      Bonjour, 

      En essayant de réaliser des scripts avec toshop sur la base d'accentuation, j'ai découvert un lointain visage dans Pacman, vous connaissiez ?
      Bonne journée 
      Alain 



    • By Maxime Tessier
      Salut à tous !
       
      "Enfin le voilà, cet épisode a été difficile à monter pour les raisons évoquées plus bas, ce qui à allongé la date de sa sortie. N’hésitez pas à participer au petit jeu (+d'info en bas) , et surtout si ça vous à plu, partagez, abonnez vous, pouce bleu, toutim  .

      Rencontrez Jean-Marie Lopez figure emblématique de l'astronomie Héraultaise, à l'observatoire des Pises dans les Cévennes en plein coeur de la réserve internationale de ciel étoilé. Jean-Marie retrace avec nous son parcours très actif d'astronome amateur au fil des années. L'émergence des associations, la construction d'un observatoire (des Pises) le suivi d'astéroïde, les missions au Pic du Midi. Une histoire parsemée de rencontres et d'évolutions, avec notamment le passage de l'analogique au numérique.

      Cet épisode a été tourné en Avril, notre arsenal matériel et la façon de construire ce format et notre aisance face caméra, n'étaient pas au point, maintenant c'est chose faite et nous avons déjà tourné le prochain épisode. Un jeu est lancé : Découvrez qui est le prochain AstroNhomme que nous avons rencontré, et qui sera à l'honneur dans le prochain épisode. Petit indice, cette personne est astrophotographe et travaille de façon nomade, voir très nomade quand elle fait du nightscape et vous devez être nombreux à connaître ses photographies. mettez vos réponses en commentaire.

      Pour suivre la suite de ce petit jeu rejoignez-nous sur Facebook.

       l'équipe AstroNhomme"
       
       
  • Images