Recommended Posts

Bonjour !

 

Aujourd'hui je vous propose mon dessin de l'Amas M3 !

 

L'amas globulaire ça n'est pas simple DU TOUT. Ce qui est difficile à reproduire, c'est l'effet de la vision décalée. On y voit des étoiles, mais il est impossible de les localiser et dénombrer.. On revient en vision directe : elles disparaissent et on retrouve le coté brumeux! Galère!  Une fois les yeux sur la feuille.. C'est la nébuleuse dans la tête! ^^

 

Bref, pas facile de donner le bon rendu. Je me suis d'abord concentré sur la forme globale, je "sentais" des "tendances", des "boursouflures" disons. J'entend par la que l'amas n'était pas tout à fait rond mais avait une tendance a tirer vers le bas, par ci, par la.. Et ensuite patience et go pour les petits points!  Le  souci du détail aura été porté sur le coté diffus et progressif du cœur de l'amas, vers l’extérieur, pour avoir quelque chose de très concret et réaliste.

 

Méthode et Matériel :
-Dessin négatif, inversion numérique sans retouche dessin.
-Crayons graphite et graphite carbone
-Estompes
-Papier 120g

 

 

M3 BK.jpg

  • Like 5
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Bonjour,

 

Très beau dessin, bien représentatif de ce qu'on voit dans un 200 mm.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Absolument magnifique :) le rendu est vraiment superbe :)

Pas simple en effet de dessiner un amas globulaire ;)

Bonne journée,

AG

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis d'accord avec les autres. Ce n'est pas facile de retranscrire de façon réaliste l'aspect des AG et tu as particulièrement bien réussi

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 1er au 2 août 2019
       Dobson 508/1920
       
       10 dessins : 8884 à 8893.
       
       Plein de public se masse au sud vers le télescope d'Aymeric.
       De nombreux passages de nuages orographiques vont perturber les observations de cette nuit.
       
       Je pointe un amas globulaire du Scorpion dès le crépuscule.
       
       Observation 8884 : M80.
       85x, 201x. Ce dernier m'avait déçu la dernière fois que je l'avais regardé au Dobson 508, car la turbulence forte affectait sa résolution.
       Cette fois-ci elle est coopérative à 3 sur 5 à 201x. Brillant et bleuté ciel, il est bien résolu. L'amas est aussi vu au chercheur 9x50 comme une étoile floue assez faible.
       Pendant le premier passage nuageux, je rends visite à Jean-Bernard C., qui observe en compagnie de Malik et Jean-Baptiste de mon ancien club de Thorigny.
       Je reviens en vitesse finir le dessin de l'amas globulaire car il est à la limite de passer dans les arbres, j'aurai 5 minutes pour finir mon dessin.
       
       
       Maintenant, ce sont l'est et le nord du ciel qui sont couverts. Fichtre!
       Je vais observer une galaxie des Chiens de Chasse, encore assez levé à cette heure, car c'est la seule zone dégagée du ciel.
       
       Observation 8885 : NGC5093.
       A 201x, je note son centre considérablement faible et le pourtour très faible et diffus.
       
       
       A 23h40 ça se redégage ailleurs, je tente rapidement une galaxie du Cygne.
       
       Observation 8886 : NGC7013.
       85x, 201x. Je la vois facilement à 85x et note une teinte bleutée. A 201x, assez brillante, elle est diffuse et montre des traces de spires, chouette!
       
       
       Dans le même coin, je galère à trouver des petites nébuleuses planétaires, ponctuelles dans des champs riches, car un peu dérangé par un cinéaste qui voulait filmer en caméra infrarouge ma description de ces objets pour un documentaire sur la pollution lumineuse.
       Ca plus les nuages, je n'y arrive pas. Il me laisse au bout de 10 minutes d'attente infructueuse.
       Je suis dépité par cette météo changeante au point d'aller dormir une heure dans la voiture.
       
       J'ai bien fait, au retour à 2h je suis remotivé et les nuages sont bien plus éparses.
       Allons nous mettre sous la dent quelques galaxies du Verseau.
       
       Observation 8887 : NGC7198.
       Celle-là est minuscule à 85x et demeure petite à 201x, faible et condensée.
       
       
       Observation 8888 : NGC7215.
       Je l'aperçois à 85x, faible, et remarque à 201x une sorte de barre non résolue dedans.
       Les nuages la recouvrent parfois pendant l'observation.
       
       
       L'aboiement de chevreuils au sud-est brise le silence de la nuit.
       
       A 3h le ciel s'améliore tout de bon. Aymeric qui était prêt à remballer se ravise du coup.
       
       Observation 8889 : NGC7189.
       Diffuse mais évidente à 85x, bien que faible, elle m'autorise à grossir 201x et même 402x pour séparer les condensations limites de sa barre centrale.
       
       
       Je poursuis mes observations avec une galaxie de Pégase.
       
       Observation 8890 : NGC7156.
       Elle est facile et considérablement faible à 85x. J'ai l'impression à 201x qu'elle est spirale, de la structure est vue à la limite (VI4 à 5).
       Le noyau flou est plus facile, vu 75% du temps en vision indirecte (VI2).
       
       
       Plus aucun nuage salit le ciel à 3h30. Enfin!
       Je retourne sur les galaxies du Verseau dont des objets du catalogue Arp.
       
       Observation 8891 : NGC7393.
       Aussi membre numéro 15 du catalogue Arp, elle est faible à 85x. Sa forme est difficile à appréhender, même à 201x et 276x, courbée et ramassée sur elle-même, et une extension longiligne se devine à la limite de la vision décalée (VI5).
       
       
       Observation 8892 : PGC69935/PGC70130/PGC1066529.
       J'ai pointé ce trio de galaxies PGC grâce à son appartenance au catalogue Arp sous le numéro 314.
       2 galaxies sont vues dès 85x : PGC69935 considérablement faible à faible, dévoilant des nodosités VI3 à 5, et PGC70130 faible à très faible et très diffuse.
       La troisième PGC1066529 de magnitude 16 vue VI5 est incertaine, mais finalement placée au bon endroit comme confirmé par des photos consultées l'après-midi suivant.
       
       
       Observation 8893 : NGC7416.
       Vue à 201x, elle est considérablement faible dans l'aube.
       
       
       Je finis à l'aube avancée 5h en compagnie d'Aymeric encore levé, nous sommes les seuls dans ce cas par ici.
       
       Des éclairs d'orages lointains au Nord se manifestent pendant que je range le matériel, fatigué.
    • By Jean-Baptiste_Paris
      Salut à tous,
       
      Aujourd'hui je vous propose une image qui traîne dans mes cartons depuis un certain temps, puisque les acquisitions ont été réalisées à la fin de l'été 2018 !
       
      J’espérais pouvoir ajouter un peu de temps de pose dessus cet été ou à la rentrée, mais cela ne se fera vraisemblablement pas : entre les galères de matos cet été qui ont plombé mes projets et mes autres images en attente (certaines encore de l'été 2018!) j'aurais mieux à faire... et quitte à repasser du temps sur cet objet, je préfère le tenter avec ma nouvelle 16200 afin de bénéficier d'un champ plus grand !  
       
      Il s'agit d'une partie de la "nébuleuse du Cœur" (IC 1805) et plus spécifiquement de l'amas ouvert Melotte 15, situé au centre de cette nébuleuse et dont les étoiles illuminent les nuages de gaz environnants.
       
      Cette image a été réalisée en SHO, avec 7h de pose en tout dont 5h uniquement pour la couche Ha (poses de 900s en bin1) ; juste 1h de pose pour les couches OIII et SII en bin2. Le traitement a été réalisé en drizzle 2x afin de pouvoir conserver au mieux les détails sur la zone centrale.
       

       
      La full ici :

       
      Setup : 
       
      TSA102 - AZEQ6 - CCD AtikOne6
      Guidage DO
      Ha : 20 x 900s (bin1)
      OIII : 6 x 600s (bin2)
      SII : 6 x 600s (bin2)
      Pixinsight & PS
      23 août 2018 - Fouras (17). 
       
      J'espère qu'elle vous plaira !  
       
      Bon ciel à tous,
      JB
    • By ALAING
      Bonjour les noctambules,
       
      La nuit était belle hier soir et malgré le phare céleste qui s'en donne à coeur joie, je suis sorti faire quelques prises de vue mais en Halpha vu la luminosité ambiante
      J'ai donc été rendre visite à cet amas NGC 7380 et la nébuleuse du sorcier
      Avec la lunette NP101, caméra SXV-H9 au foyer et filtre Ha Baader 7nm.
      J'ai pu récupérer 27 images de 300 secondes avant l'arrivée des nuages
      Prétraitement AstroArt et finitions PSP.
       
      [mode hors sujet on]
      J'envie les lunatiques qui, si la météo est clémente, peuvent tirer quasiment tous les jours à 2 ou 3 exceptions près
      Les CPtistes n'ont que quelques jours avant et après la nouvelle Lune
      Etant pour l'égalité, je propose donc une extinction de la Lune disons vers minuit
      Ainsi dès qu'il fait beau, les lunatiques auront jusqu'à minuit et les CPtistes le reste de la nuit
      D'autant plus que les lunatiques sont encore avantagés puisqu'ils peuvent la tirer de jour
      Et tout le monde sera content
      Maintenant, le problème . . . M. Musk peut-être
      [mode hors sujet off]
       
      Bon et mon image ?
      La voilà, c'est un premier jet et faudra vous contenter du noir et blanc, enfin des niveaux de gris
       

       
      Vos avis seront naturellement les bienvenus
      Et pour la couleur, va falloir patienter une quinzaine, le temps que le phare s'éteigne
       
      Je vous souhaite une très agréable journée,
      AG
    • By Jean-Baptiste_Paris
      Bonjour à tous, 
       
      Je suis très heureux de partager avec vous cette nouvelle image réalisée en remote depuis le Chili : le Petit Nuage de Magellan, et l'amas globulaire 47 Toucan.
       
      C'est une photo que je rêvais de faire depuis de longues années... l'amas 47 Toucan est l'un des premiers objets que j'ai pu voir en photo quand j'étais jeune et depuis il m'a toujours fasciné ! Malheureusement je n'ai pas encore eu l'occasion d'aller photographier dans l'hémisphère sud... heureusement que le remote existe, mais voir ces objets avec une simple paire de jumelle doit fournir bien plus d'émotion que de réaliser une image à distance !  
       

       
      Je vous recommande bien sûr la full : 

       
      Le Petit Nuage de Magellan est une galaxie naine, située à environ 200 000 années-lumières, et qui est satellite de notre propre Voie Lactée. On y trouve de nombreuses nébuleuses particulièrement impressionnantes, mises en valeur sur cette image avec l'ajout de couches Ha et OIII au LRGB traditionnel.
       
      47 Toucan, appartient lui à notre galaxie, dont il est l'un des plus gros amas globulaires de notre galaxie (le second plus gros connu, après Omega du Centaure bien sûr). Il est 14 fois plus proche de nous que le Petit Nuage de Magellan (15000 années-lumière environ) ! D'un diamètre de 140 années-lumière et comptant plusieurs millions d'étoiles (notamment de nombreuses géantes rouges et "trainardes bleues" dont on ignore encore l'origine avec certitude), il renferme peut-être en son centre un trou noir... 47 Toucan est également l'amas globulaire qui contient le plus de pulsar que nous connaissons.
       
      Pour se donner une idée de la dimension apparente des objets représentés ici, l'amas 47 Toucan a le même diamètre que la pleine Lune (0,5°).
       
      Je suis très heureux d'avoir pu être l'un des premiers à tester le "VST" ("Very Small Telescope" de Chilescope) composé d'un objectif Nikon de 200mm ouvert à f/2 et d'une FLI 16200, le tout sur une monture 10Microns 1000 (pas d'autoguidage du coup...) : sous le ciel du Chili, sans Lune, le signal est très impressionnant !
       
      Certaines nébuleuses étaient quasiment saturées avec seulement 180s de pose ! J'ai demandé à Chilescope de proposer également des poses de 60s sur ce setup, car l'amas était déjà complètement saturé à 180s en luminance... et même avec 60s, le centre reste saturé, mais le HDR arrange bien les choses et de toutes façon je n'apprécie pas le rendu visuel des amas totalement décramé jusqu'au centre, en particulier sur les images grand champ, ça ne retranscrit pas bien la dynamique réelle des différents objets...
       
      Setup :
      Nikon 200mm f/2
      10Microns GM1000HPS
      FLI Proline 16200
      Filtres Astrodon LRGBHO
       
      L : 40 x 180s ; 10 x 60s
      RGB : 30 x 180s
      Ha : 6 x 300s
      OIII : 6 x 300s
      Total : 4h45
      29 septembre / 4 octobre 2019
      Traitement : Pix & PS
       
      J'espère qu'elle vous plaira ! 
       
      Bon ciel !
      JB
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 31 juillet au 1er août 2019
       Dobson 508/1920
       
       11 dessins : 8873 à 8883.
       
       Après une bonne sieste, je suis opérationnel à 23h15. Le ciel est plus dégagé des voiles que ce qu'annonçaient les prévisions météo, on ne va pas s'en plaindre.
       J'observe une nébuleuse planétaire d'Ophiucus pour entamer la nuit.
       
       Observation 8873 : PK10+18.2.
       85x, 631x, 402x. L'idée de cette observation vient une fois de plus des fiches de Michel Nicole le québecois.
       Répondant bien au filtre O3, elle est bilobée dès 85x, justifiant son surnom de Nébuleuse du Papillon.
       Son étoile centrale est faible, la nébuleuse en partant est très faible.
       Elle est trop sombre à 631x. Le filtre O3 n'apporte aucun détail supplémentaire, je préfère la nébuleuse planétaire au naturel.
       
       
       Je regarde ensuite 2 galaxies de la même constellation.
       
       Observation 8874 : NGC6509.
       85x, 201x. Vue à 85x, elle se révèle diffuse à 201x, faible, et montre son centre un peu plus visible en vision décalée.
       
       
       La seconde assez esthétique sera montrée à 3 personnes dont Didier L.
       
       Observation 8875 : UGC11093.
       201x. Faible, elle est bien plus effilée en vision indirecte qu'au premier abord.
       
       
       Je pointe ensuite un amas globulaire du Sagittaire, un Messier en plus, que je montre à Aymeric.
       
       Observation 8876 : M75.
       85x, 201x, 402x. Je l'aperçois dans le chercheur, très faible et ponctuel.
       A 85x c'est une autre histoire, il est brillant, condensé, bleuté. Son coeur est bien plus brillant que le reste, le pourtour reste considérablement faible.
       Il est partiellement résolu à 201x, et surtout 402x. En vision indirecte, le coeur fourmille d'étoiles à la limite de détection.
       La turbulence est assez forte à 402x, de 4 à 3 sur 5 sur l'échelle Ciel Extrême.
       
       
       Des voiles arrivent à 1h40.
       Je tente la nébuleuse planétaire NGC6210 dans Hercule à l'écart des voiles, afin de tenter d'y voir plus que lors de mon premier dessin au 508, mais elle est trop turbulente pour ce but.
       
       Je me rabats sur des galaxies de la même carte de champ histoire ne pas être venu pour rien.
       
       Observation 8877 : NGC6181.
       85x, 201x, 276x. Facile à 85x, elle est considérablement faible à 276x et dévoile quelques nodosités VI4 à 5 donc à la limite de perception.
       
       
       J'entends les cloches du troupeau de moutons aperçu de jour sur l'Aup au sud de la station.
       
       Observation 8878 : NGC6168.
       Celle-là à peine soupçonnée à 85x me donne plus de fil à retordre, je la vois VI4 à 3 (25% à 50% du temps en vision indirecte) et allongée à 201x.
       
       
       M33 fut cette nuit vue faible en vision directe à l'oeil nu, un bon niveau 2 sur l'échelle de Bortle donc.
       
       Voici la suite et fin du groupe de galaxies des Poissons autour de NGC193, entamé aux Estivales de Webastro.
       
       Observation 8879 : NGC194 et 199.
       201x. NGC194 est considérablement faible, et NGC199 faible à très faible.
       Un voile arrive dessus à 3h.
       
       
       Le temps d'un coup de barre, 10 minutes après les voiles sont partis de cette zone.
       
       Observation 8880 : NGC186.
       201x. NGC186 me montre son noyau considérablement faible, le reste est allongé très faible à VI1.
       
       
       Observation 8881 : NGC193 et 204.
       201x. Ce couple est similaire. NGC193 faible et diffuse est accompagnée de NGC204 faible à très faible et diffuse.
       
       
       Un peu de buée arrive à 3h30.
       J'ai besoin d'une vraie pause, d'où 25 minutes de sieste allongé sur le siège passager avant de la Dacia, incliné au max.
       
       Observation 8882 : NGC202/3.
       201x. Je termine par cet autre couple ma visite au groupe de NGC193. NGC203 est faible à très faible et montre facilement son allongement, et NGC202 est faible.
       
       
       A 4h10 un peu de hoquet me transforme en grenouille, peut-être à cause d'une ingestion trop rapide de biscuits?
       J'en ai raison grâce à mes talents d'apnéiste, on n'est pas pour rien de la génération "Le Grand Bleu"!
       
       Je termine la nuit sur la comète ASASSN C/2018 N2 dans le Bélier.
       Jean-Bernard et Aymeric la regardent aussi.
       
       Observation 8883 : ASASSN C/2018 N2.
       201x. Positionnée à 4h40, elle est très diffuse, considérablement faible, et son déplacement est perceptible en quelques minutes. J'estime sa magnitude à 14 à la louche.
       
       
       Je connais par contre un échec sur une autre comète, Panstarrs C/2017 T2 dans le Taureau car il fait trop jour.
       A refaire dès le lever des Hyades la prochaine fois.
       
       Je laisse Aymeric pointer NGC253 du Sculpteur au T508 mais elle est trop faible dans l'aube avancée pour la détailler à sa juste mesure à 5h, le fond de ciel bleuit.
  • Images