Sky runner

M 1-79, du T279 au T600, 19 ans plus tard...

Recommended Posts

C'est presque une histoire que je vous conte. Ça ne rajeunit pas, cet objet fait partie de mes tous premiers dessins, la présentation est presque la même. Sa réponse était plaisante à l'oculaire, c'était en 2000 au T279x245 & 292 + OIII + UHC. J'ai redressé mon dessin dessiné tel quel au C11 pour une meilleure comparaison avec d'autres instruments (en vignette).

5da90ea27bca6_M1-79T279.jpg.05ff41187dfa1dced5912d403137f9d9.jpg

J'avais tellement aimé cet objet que je m'étais promis quelques années plus tard de le croquer avec le puissant C14. Nada, les années s'enchaînent, cette NP restait un peu dans mon coeur si bien que j'avais carrément pensé à elle pour une "first light" au T600. Pris dans les réglages de l'instrument et autres déboires, cela ne s'est pas fait non plus et je ne sais même pas d'ailleurs quel premier dessin j'ai réalisé avec le 600 !

La voici enfin dans mon classeur. Ne vous fiez pas à sa nomenclature singulière ou à sa magnitude visuelle assez profonde, cette NP atypique supporte les Gmoy sans baisse de contraste (ici à 605x). Elle est passée même de 1 à 2* dans le NSOG vol.4 (cotation justifiée) mais l'élongation erronée de l'objet n'a toujours pas été corrigée. Au premier coup d'oeil, on note une forme en goutte d'eau avec les 2 anses un peu plus marquées ; de plus l'intérieur est moucheté. Le filtre OIII renforce l'ovale, le filtre UHC presque aussi intéressant tandis que les HBêta et HeII l'éteignent complètement.

5da912979dc7f_M1-79T600.jpg.ee7aafc430dc1b106701bb066c25c33e.jpg

De nombreux détails apparaissent par la suite : les anses en forme de pince peinent à se refermer vers l'ouest. La région centrale est fort pittoresque : elle présente 2 nodosités dont celle N particulièrement dense, renforce l'arc et semble même stellaire par moment. Nous sommes ici dans la zone équatoriale de cette bipolaire, un lieu intense où les secrets d'émission se passent... Une barre transversale un peu moins brillante que l'ensemble relie obliquement ces 2 nodosités selon un axe en PA14° selon les professionnels (mesuré à 10° sur mon dessin). La centrale doit certainement s'y dissimuler quelque part.  De l'autre côté, l'anse E-W se prolonge en s'incurvant vers une série de 3 étoiles équidistantes et d'éclat croissant. Une 4ème étoile encore plus faible (magv 16,9) se joint difficilement au groupe. A ce stade, M1-79 me fait penser au "6 cosmique" soit Abell 79 (la magie des chiffres !) en plus contrasté. Même aux yeux des professionnels, c'est une NP bizarre avec sa forme elliptique interne (en PA85°) couplée à une bipolarité fort discrète dans les régions externes. Un boursoufflement gazeux très faible nimbant une grande partie de l'ellipse semble être le halo d'émission interne (surtout visible sur les images Halpha mais il doit avoir des contreparties dans le bleu-vert) avec comme nouvel axe de symétrie NW-SE.

Alexandre en parle dans sa chronique Astrosurf mag et j'aurais pu mettre également le dessin de Xavier à la place de celui de Uwe car il comporte quelques uns des détails cités ci-dessus.

5da916d6532c4_M1-79articledeSaurerAA1997.jpg.4734b5e9b55cc445f54fd8cfc48e9d29.jpg

Promis, le prochain objet sera encore plus intéressant et brillant.     Fabrice M.

 

  • Like 7
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Oui, très intéressant. A priori cet objet ne me dit rien, et ce n'est pas avec la météo actuelle qu'on pourra s'y mettre ! :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas mieux au T445x400 & OIII (daao pas encore disponible).

 

pk093-021_desT445x400-0.108o_YPr.jpg

 

Je l'ai observée également au T203, donc elle n'est pas très difficile et l'OIII la met bien en valeur (le flux [OIII] vaut 9x celui d'Hß pour ce spécimen, ce qui est dans la moyenne pour une NP). Bizarrement, je n'ai rien retenu en ce qui concerne l'étoile centrale. Après petite enquête, c'est normal vu la faiblesse de la "candidate" (étoile faible au centre géométrique, assez bleue d'après l'imagerie) : mv≈17.8 (d'après une moyenne sur la photométrie Panstarrs). La distance gaia appliquée à cette candidate implique une distance d'environ 1582 pc (-541/+1240).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yoooooo !!!!

chers amis, j'adore vos pétouillettes, ciblounettes infinies dont le recensement donne le vertige !

salutations tropicales

Edited by serge vieillard
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut ! Belle présentation et très beau dessin !

 

J'ai aussi un vieux dessin de cet objet que je n'ai jamais pris le temps de numériser et mettre en ligne. Il a été réalisé avec le T560 de Thierry Lezaud depuis le jardin de Yapo à Ceillac il y a fort longtemps. Comme toi j'avais noté le deux côtés inégaux en brillance mais j'avais perçu moins de petits détails. C'est vrai que c'est un objet bien sympa, faudra que je retourne dessus un de ces jours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai pas mal repensé à ce post et son intérêt mérite un retour plus appuyé que mon piètre commentaire.

Tout d'abord Fabrice décidément autant lors de la relecture actuelle d'anciens n° d'Astrosurf (dont tes articles) que lors de la lecture de tes posts, cela pousse à aller un peu au-delà du simple constat observationnel et descriptif habituel, pour orienter ses observations davantage vers l'aspect astrophysique. De telles recherches seraient en outre facilitées par la météo actuelle particulièrement déplorable depuis le 01/10, ne permettant pas de sortir sur le terrain.

 

Quelques réactions pêle-mêle :

 

- après recherche rapide je n'ai encore jamais observé cet objet. Ce pourrait-être une prochaine occasion car le Cygne se présente en ligne de mire vu que mon terrain herbeux pour Cassiopée au N devient à présent constamment trop humide. Le Cygne peut-être vu depuis une dalle bétonnée au sec.

- d'où provient le nom de M 1-79 ? Minkowski ?

- je pense que le comparatif va forcément à l'avantage de la dernière observation (sans parler du diamètre double ...et peut-être du site ?) car tu as bénéficié d'une meilleure expérience observationnelle, ainsi que de la connaissance de l'objet non seulement vu mais aussi dessiné une première fois. Même si c'était il y a longtemps le cerveau retrouve certains liens (j'ai été moi-même étonné de repérer certains objets en 2 min alors que j'avais mis 10 ou 15 min à le faire les premières fois). Après, les yeux sont peut-être moins bons qu'il y a 19 ans je ne sais pas ...

- le gain est bien entendu fort entre les 2 dessins, sur la structure mais aussi sur les étoiles environnantes. Ainsi au 600 tu as résolu le petit groupe de 3-4 étoiles juste à l'Ouest alors qu'il semblait apparaître comme une étoile unique au T280.

- la sorte de barre centrale entre les 2 nodosités semble structurée sur 2 étoiles (image a) à peine plus faibles que la mv 16.9 dont tu parles, du coup peut-être noyées dans le flux qui les sous-tend, et "lissées" à l'oculaire comme une barre diffuse

- je ne saisis pas bien l'angle de vision de la zone équatoriale : est-elle quasi vue avec l'ellipse dans notre plan de vision, avec les 2 nodosités correspondant aux zones de matiere plus épaisse ? En gros est-elle vue de profil comme M27 ?

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je l'ai celle-là, dessinée à l'observatoire de Bauduen mais dans mon télescope de 508 :

 

Observation 7990 : PK93-2.1.
85x, 276x, 402x, 631x. Bien réactive en OIII et inexistante en HBêta, elle est vue à 85x comme une petite tache faible. 402x est le grossissement optimal, qui la montre partiellement annulaire avec l'aide du filtre OIII.
Au final, je lui trouve une forme de virgule, avec la pointe qui est VI1 (vue uniquement en vision décalée 100% du temps) à 631x.

PK93-2.1obs7990.jpg

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Xavier !

 

C'est marrant on dirait  un sosie de NGC 2359 sur ton dessin :)

Voilà ce que donne NGC 2359 avec une lunette de 80 mm à  50x

 

ngc2359-L80-md3.png

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

En effet c'est quasi son jumeau en faisant abstraction du champ stellaire.

Mais à instruments égaux le Casque de Thor devrait être bien plus détaillé, enfin j'espère vu déjà tout ce qu'il dévoile au Strock.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Yann pour ton rapport de flux OIII / HBêta pour cette NP, j'avais cherché dans tes tableaux CE mais celle-ci n'y figurait pas. Pour la centrale, je savais qu'elle était hors visibilité télescopique et rien en effet n'est apparu dans la barre. Ton dessin montre clairement la forme d'ellipse et apparemment, tu aurais choppé aussi  le halo d'émission interne pourtant bien faible.

Bon apport du dessin de Xavier avec ses 2 nodosités marquées ; ce dessin est complémentaire de celui de Yann. Pourquoi pas une fusion des 2 !

A mon attentif lecteur *des écrins, Minkowski 1-79 n'attend que ton observation fournie au T300, tu remonteras ce post un jour ! Parfois, on a des bonnes surprises en augmentant le diamètre mais ce n'est pas toujours le cas. Par ex, je dois récidiver bientôt sur Jones 1 avec le 600 mais j'ai peur de ne pas faire beaucoup mieux qu'avec le C14. Seulement une fois dessinée, on pourra juger. Le saut en transparence (21,15-21,75 au SQM) ne suffira peut-être pas. Pour la forme en 3D de cette nébuleuse, il y a un article complet là-dessus mais je n'ai pas approfondi, il est question effectivement de tore dans l'espace, vu de profil peut-être, je laisse bien volontiers ce travail de modèle conceptuel aux chercheurs. Enfin, concernant les 2 dessins, je ne pense pas que le premier ai influencé le second car si tu regardes bien, l'échelle est complètement différente ; j'avais carrément un autre objet devant la feuille, plus ciselé et contrasté. Dans mon cas, l'expérience rattrape (totalement ou partiellement ?) une moins bonne acquisition des données à l'oculaire. C'est comme ça, c'est la "vieillerie" et cela va peut-être heurter certains observateurs et/ou dessinateurs mais si vous voulez faire de l'extrême, faîtes le quand vous êtes au top de votre forme, au moment où votre cerveau est le mieux irrigué et oxygéné. Il y a l'organe de l'oeil bien sûr (avec son astigmatisme latent toujours à surveiller avec le poids des années et la gêne d'irradiation des étoiles brillantes de champ ) mais on oublie souvent que l'observation assidue exige des aptitudes physiologiques au top pour pouvoir mieux lutter au froid, ne pas fatiguer trop vite à l'oculaire, ou des positions inconfortables qui nécessitent certaines contorsions. Bien sûr, on ne s'en rend pas compte car cette usure est progressive. C'est pourquoi je laisse les Messier pour mon grand âge ; ce qui est certainement une erreur puisqu'ils peuvent regorger de détails très faibles également !            Fabrice M.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now