yapo

Moderator
  • Content count

    1230
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

189 Good

About yapo

  • Rank
    extrémiste du ciel

Personal Information

  • Hobbies
    ciel profond
  • Adress
    www.astrosurf.com/cielextreme

Recent Profile Visitors

3215 profile views
  1. Esotériques de fin d'hiver

    Encore un trio intéractif (la mono-manie me guette) avec NGC 2944, PGC 27547 et UGC 5146. La PGC semble entourer une étoile d'avant plan ce qui ajoute à l'étrangeté du groupe : on dirait une nébuleuse planétaire bipolaire très dissymétrique. Le tout est à environ 300 millions d'années-lumière, j'ai l'impression d'une belle constance de distance entre tous les trios que je vous présente, ça m'intrigue, je vais vérifier... fiche NGC 2944 fiche PGC 27547 fiche UGC 5146 [Après vérification, il y a déjà 3 trios à 300 millions d'AL (ou plus) présentés ici : NGC 3088 et Cie, NGC 3154 & consorts, et le cas présent]
  2. Esotériques de fin d'hiver

    Pendant que j'étais dans les Gémeaux, j'ai rendu une seconde visite à l'osselet, NGC 2371-2, fermement décidé à aller taquiner les lobes externes que d'autres observateurs avaient décelé avec des ouvertures comparables. Comme pour les quelques cas précédents, une précédente visite en 1995 (trop rapide et pas assez attentive) ne m'avait pas révélée ce détail. Et pourtant, elles sont là les extensions, certes très faiblement visibles (VI5), mais presque évidentes avec le grossissement optimal (182x) et le filtre OIII. Une fois repérées, elles sont encore visibles au dessus et en deçà de ce grossissement. SANS FILTRE AVEC FILTRE OIII fiche NGC 2371-2
  3. Esotériques de fin d'hiver

    ça y est j'ai modifié en triturant les seuils et les courbes, pour atténuer l'artefact…
  4. Esotériques de fin d'hiver

    Oui, pour une moisson, j'ai récolté. Prochain épi "épique" : NGC 2392, la nébuleuse du Clown. Un peu pareil que les cibles précédentes survolées dès l'acquisition du Dobson (pas forcément bien collimaté à l'époque), elle montre plus de détails (surtout sa partie centrale annulaire) avec les bons réglages, l'expérience et surtout l'attention accrue. SANS FILTRE AVEC FILTRE OIII fiche NGC 2392 Alors, dites moi si ça le fait sur vos écrans, mais chez moi un anneau sombre fin entoure l'anneau central, visible dans les deux versions : ce n'est pas du tout voulu (car pas du tout observé) et certainement un artefact ou une illusion optique (la sonde proutoshop indique bien la même valeur d'intensité lumineuse). Je vais essayer de modifier pour rendre cette couronne externe plus homogène…
  5. Esotériques de fin d'hiver

    Eh eh, tu savais qu'elle était là ? Parce que savoir, c'est à moitié voir. L'illustration du phénomène dans le prochain dessin : NGC 3628, le complément inévitable du couple M65-M66 dans le Lion. J'avais visité la zone en 1994 en ne notant que la bande sombre centrale. Depuis, j'avais vu des dessins (Serge ou Nicolas ou Fabrice ou Frederic ou Laurent, je sais plus) contenant les extensions latérales bien plus faibles, très esthétiques en imagerie et ça me tentait d'essayer de les voir. Les voici au T445 à 125x (le grossissement pour lequel elles étaient le plus visible). fiche NGC 3628
  6. Esotériques de fin d'hiver

    Donc, en fait, tu préfères la juxtaposition des deux résultats ? Parce que si je présente systématiquement les 2 versions, il faut que j'explique les différences à chaque fois pour le lecteur qui trouverait ça étrange : sur le croquis, je ne m'applique pas à respecter forcément les différences d'éclat (étoiles ET objets), ni les exactes proportions (comme l'explique Bertrand sur sa page) -même si c'est mieux de le faire- car je complète, replace et ajuste à posteriori avec les notes et les moyens de contrôle (catalogue stellaire, images). D'ailleurs, vous remarquerez que le coeur d'UGC 3537 à droite est "stellaire" sur mon croquis et pas sur le DAAO : tout simplement parce qu'il devait s'agit d'un repère tracé en dessinant puisque je n'ai signalé aucun noyau stellaire dans mes notes, juste une nébulosité homogène… Bon, Bertrand fait encore mieux puisque directement sur le terrain à l'écran de l'ordinateur mais il y passe une heure ou deux (le temps de recouvrement de sensibilité nocturne doit y être pour qqchose) alors que je dépasse rarement les 30 minutes sur un objet (et puis il est davantage à la retraite que moi ! ). Comme mon objectif est d'avoir un rendu aussi proche que possible de ma sensation visuelle, je passais par une version papier propre il y a quelques années (Bertrand également je me rappelle) avec canevas stellaire, estompes et tutti quanti. Maintenant, l'informatique me parait plus régulièrement contrôlable que mes doigts pour obtenir cette version finale.
  7. Esotériques de fin d'hiver

    Allez ce soir, une belle tranche de galaxie avec NGC 3279 toujours dans le Lion. J'apprécie toujours ces traits de lumière relativement contrastés dont il est cependant presque toujours difficile d'estimer les limites des faibles extensions. fiche NGC 3279
  8. Esotériques de fin d'hiver

    Ahh si j'étais à la retraite, je ferais comme toi ! En plus, tu entretiens ta forme physique avec moult montées de marche : c'est bien !
  9. Esotériques de fin d'hiver

    Voila une comparaison croquis / daao sur NGC 2274/2275. Après (c'est un choix), le champ représente vraiment celui de l'oculaire, ce qui impose parfois un cadrage contraint. Cela permet de comparer assez exactement la vision de différents objets dans la même configuration optique. Et, en connaissant le champ apparent donné par l'oculaire (ici 82°), cela autorise le spectateur à simuler quasi-réellement l'observation, en mettant son oeil à 17cm de l'écran dans ce cas précis (image à 100% et écran de résolution classique).
  10. Esotériques de fin d'hiver

    Serge> C'est du post-étoilé ! Sur mon croquis de terrain, je dessine tout le tamis stellaire jusqu'à 2-3 ø "d'objet" de l'objet , puis les principales du champ au delà (et parfois pas sur tout le champ); puis j'en identifie toujours une (ou plusieurs) parmi les plus faibles perceptibles pour avoir la limite max. Ensuite, quand je "daaoïse", j'ai une échelle de pinceaux aux diamètres étalonnées selon la magnitude et je contrôle l'éclat avec Aladin (+catalogues APASS et Tycho) et j'ai un calque sous-jacent à base d'image du DSS pour le positionnement. Mes canevas stellaires sur croquis ne sont pas exagérément décalés par rapport aux images, mais autant placer les étoiles là où elles étaient.
  11. Esotériques de fin d'hiver

    Et encore un trio ! Finalement, trois galaxies, c'est l'idéal : pas aussi surpeuplé que dans un amas et moins binaire qu'un banal couple... A plus de 200 millions d'années-lumière, NGC 2274, 2275 et UGC 3537 trônent paresseusement dans le Lion. fiche NGC 2274 fiche NGC 2275 fiche UGC 3537 J'ai manqué un bras spiral hypertrophié au Nord de NGC 2275, résultant de l'interaction à n'en pas douter, sans le chercher spécifiquement non plus. Vous allez dire que cela tourne à l'obsession mais ce n'était pas voulu : NGC 3226 et NGC 3227 à proximité dans le Lion étaient trop tentants (avec NGC 3222 en embuscade à proximité). fiche NGC 3226 fiche NGC 3227 fiche NGC 3222 Allez, ne vous lassez pas, il n'y aura pas de triplette avant 4 ou 5 dessins.
  12. Esotériques de fin d'hiver

    Ahh, si Serge ne perçoit pas non plus la bande sombre, l'honneur est sauf ! Le Nicolas l'a perçue, on dirait, par contre : http://www.lesia.obspm.fr/perso/nicolas-biver/DEEPSKY/NGC3190-070208-0h50-T407x116.jpg
  13. Esotériques de fin d'hiver

    Un peu plus connue (et brillante) maintenant dans Orion : la nébuleuse NGC 1788. Je l'avais déjà survolée en 1994, dès l'obtention de mon T445, mais trop rapidement pour glaner des détails. C'est chose faite ici avec, outre les 2 renforcements principaux, un petit nodule poussiéreux et une partie annexe au Sud séparée de la zone principale. fiche NGC 1788
  14. Esotériques de fin d'hiver

    Allez, j'en ai accouché deux ce soir : encore des triplés ! Une cible pas très courue d'abord : NGC 3154 et ses deux compagnons perdus dans les limbes du LEDA. L'avantage c'est l'étoile de m=8 juste à côté qui aide au repérage sans trop nuire à la perception. fiche NGC 3154 fiche LEDA1522913 fiche LEDA1523259 Et ensuite, un trio plus célèbre celui dit du Lion (bien que le précédent s'y trouve aussi) : NGC 3187, 3190 et 3193. fiche NGC 3187 fiche NGC 3190 fiche NGC 3193 La j'ai été un peu flemmard sur ce trio où il y avait un bande sombre à chercher sur la galaxie centrale et des faibles extensions spirales sur celle de droite partant à 90° par rapport à l'axe. Je les ai raté : la faute à la turbulence pas terrible (4/5) ou bien juste le confort d'obtenir 3 galaxies brillantes dans un champ esthétique ayant anesthésié toute velléité d'en chercher plus ? Il faudra que j'y retourne : il n'est pas dit que miroirs de bronze et lentilles non-traitées du XIXème siècle ayant permis de trouver NGC 3189 [la contrepartie faible de NGC 3190 de l'autre côté de la bande sombre] fasse la nique à un Dobson de 445mm moderne, si ?
  15. Esotériques de fin d'hiver

    Tu as bien raison : le bon vieux temps ! Mais depuis, les forums et les 2 tomes d'Astro-dessin sont passés par là et ont contribués, je pense, à illustrer et légitimer les différentes approches que nous avons chacun. Et aussi -surtout- à ne pas les hiérarchiser, qu'elles soient anciennes, actuelles ou bien à venir.