yapo

Member
  • Content count

    2351
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 41970

Community Reputation

1758 Excellent

3 Followers

About yapo

  • Rank
    extrémiste du ciel

Personal Information

  • Hobbies
    ciel profond
  • Adress
    www.astrosurf.com/cielextreme
  • Personal website
  • Instruments
    T445/2002, T200/1200, T150/750, T115/900, L90/1000, T100/1000, J8x56

Recent Profile Visitors

13755 profile views
  1. Nébuleuse du rhodo...

    Il s'est arrêté où le nuage de Tchernobyl déjà ?
  2. Smart eye

    En MP, tu trouveras ma proposition pour qu'on monte notre start-up du Cosmic Voice, future option payante du Smart Eye avec enceinte bluetooth connectée qui t'annonce ce que tu regardes (avec possibilité supplémentaire des annonces de ce qui figure dans le champ même si invisible -si, si, y en aura qui prendront). Avec tes idées et mon sens du commerce, on va le redresser ce déficit commercial. Ah mince, on vient de donner l'idée aux chinois du coup. Allez, tant pis, c'est cadeau ! [HS off] Si l'oculaire intelligent fonctionne avec 2000mm de focale non motorisée à F/4.5, je serais presque tenté.
  3. Smart eye

    Où est-ce que je dois déposer l'appellation officielle : l'oculaire intelligent ? (après le visuel assisté, je crois qu'on a carte blanche, surtout qu'on est dans la même branche…)
  4. salut Fabien, j'ai un 450 et un chercheur 10x50; je n'ai jamais ressenti le besoin de plus gros en terme de repérage, les 5° et la magnitude limite du chercheur étant suffisante dans la totalité des cas à localiser les étoiles proches de mes cibles, bases d'un star-hop à l'oculaire (je me sers d'un 24mm/82° pour cela et très rarement d'un 40mm/68°pour les cibles les plus grandes et évanescentes). Bertrand Laville avait un chercheur de 80mm sur son 25" et souvent les gros dobsons (>600mm) se retrouvent équipés d'un chercheur plus "gonflé", mais est-ce vraiment utile pour le repérage, je ne pense pas (l'avantage est plutôt de disposer d'une ouverture dans le style "rich field"' en parallèle pour comparer les vues). A moins que tu n'observes en milieu pollué en manque d'étoiles repères ?
  5. J'ai pas bien compris si tu dois rester debout ou si tu essayes d'éviter mais : je fais du visuel depuis 1988 et j'observe debout quasiment tout le temps depuis 1994 derrière mon Dobson (2m de focale quand même)… J'ai fait un peu de photo cet hiver et je ne me suis jamais autant assis ! Après, plein de Dobsons permettent de s'assoir, bien entendu.
  6. Excellent conseil que celui de Bruno : pourquoi ne pas débuter par un instrument d'initiation qui permet certaines choses (et pas d'autres), mais qui permet surtout de bien mieux cerner les besoins/envies futur/es ? Même si on analyse finement ses envies théoriques, la pratique de terrain se révèle toujours différente (parfois très) de ce à quoi on s'attendait, dans le bon sens et/ou aussi dans le mauvais.
  7. Sh2-292 la tête de la mouette

    Toujours géniaux ces duos visuels-astrophotos !
  8. Marathon Messier 2024

    On peut y trouver plein d'intérêts (ou aucun) : -comparer les objets Messier entre eux (compatible avec le protocole de Bretoc du grossissement unique), et plus spécifiquement dans la même famille (amas ouverts, globulaire ou galaxies, etc.), -s'aguerrir ou se tester en recherche visuelle, -découvrir le cas échéant des Messier que l'on a pas encore visité, -en observer plus que la fois précédente, -en observer plus qu'Albert parce que celui qui perd paye son coup (mais il est vraiment nul Albert, alors c'est pas difficile), -en observer autant dans la nuit que Guy avec sa monture automatisée (parce même la synscan doit attendre que les Messier se lèvent), -etc. Reste à Bretoc de nous dire ce qu'il a tiré de l'expérience... Je n’ai jamais terminé une soirée où nuit d’observation avec ce sentiment l’intérêt m’échappe un peu du coup…. Moi, presque à chaque fois pour la première moitié de l'affirmation, plus rarement pour la seconde mais d'autant plus quand les nuits s'enchaînent…
  9. Je me disais bien que le ciel profond allait arriver. Une belle prouesse que le Tie Fighter de NGC 4394, jamais cherché pour ma part.
  10. Œilleton de collimation de saison

    on peut aussi le fendre dans la longueur à la scie à métaux, puis on ressoude avec de la colle en le pressant dans un étau, pour que ça rentre de la même manière.
  11. VDB, Sharpless et Abell

    HH2 au T445 par très mauvais seeing mais bonne transparence= à 182 & 271x, petite, extrêmement faible, vue VI5/182x sans filtre, observable de 182 à 271x, ovale, environ 25"x20" NE-SO, aux bords indélimitables, homogène, centrale de m=15 ; UHC=0, OIII=0, Hß=0, nébuleuse de type R, étoile de m=13 à 1.5'S, 2 satellites géostationnaires se suivent dans le champ à 23h26TU. [H=37°_97%] Sa "centrale" est de V15.8 mais l'éclat de la nébuleuse est difficile à établir. Je ne suis pas parvenu à voir HH1 un peu plus proche de NGC 1999.
  12. J'y vois un crâne d'australopithèque. La Lune, c'est pas le truc qui éblouit tout les 28 jours, gâchant une semaine qui pourrait être consacrée au ciel profond ? Après, tant qu'elle brille, autant l'observer elle, tu me diras... Je ne pourrais pas te contredire!
  13. deux timdes objets

    Après j'imagine que plus la nébuleuse planétaire est faible, moins les magnitudes sont sûres (ou de source homogène, ou les deux) parce que certainement plus difficiles à mesurer lorsqu'on pousse vers les limites de l'instrumentation.
  14. deux timdes objets

    De par mes notes et dessins qui ravivent mes souvenirs, je mettrai plutôt Abell 30 au niveau d'Abell 7. Car Abell 36 et 39 sont distinguables sans filtre dans le T445 et se sont révélées dès la première tentative, contrairement aux deux précédentes. Tu es "sûr" des magnitudes V et SV ?
  15. deux timdes objets

    Ah que voilà du challenge ! Alors, je sortirai le T115 (faudra que je bidouille pour mettre le filtre 50.8mm devant les oculaires 24.5, jonglage en vue) et la L90 du coup, merci Alexandre pour cette perspective.