Sky runner

Membre
  • Compteur de contenus

    840
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

174 Bonne réputation

2 abonnés

À propos de Sky runner

  • Rang
    Membre actif

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    observation ciel profond et un faible pour la Lune, météorologie, paléontologie et pas mal de sport aérobie...
  • Adresse
    Ile de La Palma, Canarias
  • Site personnel
  1. Oregon 2017 - un rêve d'éclipse

    Merci Serge, j'attendais ton rapport de la Star Party de l'Oregon pour la partie nuit. A sa lecture, on était en plein dedans. Comme toi, même s'il y a plein d'autres rassemblements de ce type aux USA, je me faisais une fausse idée, voyant des extrémistes deep sky penchées sur de grosses machines (disons >900mm de diamètre) à la "Larry Mitchell" décortiquer des objets distants à fort G. Donc pas de quoi fantasmer pour cette édition. Fabrice M.
  2. Mars vient de doubler Neptune....

    Jean-Noël, je te donne un avis pour tes oculaires en planétaire. Certains vont faire la mou ici mais l'Ethos 8, je ne l'aurais jamais choisi pour faire du planétaire. Pour cela, j'emploie des Pentax XL ou XW ou les excellents Televue Delos. Ce sont ces derniers que j'utilise aussi pour les plus fins détails en ciel profond ou pour aller grappiller la magnitude ultime. Certains ont tout testé sur la rubrique d'à côté mais bizarrement sur ce point, alors qu'on ne s'est jamais concertés, l'avis de Cédric, présent dans cette discussion, rejoint le mien. Allez savoir... Fabrice M.
  3. Mars vient de doubler Neptune....

    Moi ce soir, j'étais pas au courant, j'étais parti pour tenter Neptune à l'oeil nu avec ses 7,7. Je sais, il est fou ce mec ! Et quand, après cheminement d'étoiles, je me suis aperçu qu'il y avait l’infâme Mars à côté, j'ai donc plutôt goûter au rapproché au T600 avec l'Ethos 8 (près de 300x, ça passe encore), mais grosse turb, juste un bouillon orange et un plus petit bouillon bleu un peu plus loin. Cela m'a fait penser à un Albireo mais très lâche. Puis je me suis rabattu sur l'astéroïde Juno, environ 7,7 aussi. Ça s'est terminé aussi au télescope ! Fabrice M.
  4. La Voie Lactée, dans toute sa splendeur et son intégralité

    Et dans les autres pièces, ya quoi ?
  5. La Voie Lactée, dans toute sa splendeur et son intégralité

    Et tout d'un coup, le post de Serge prend une autre dimension, tu nous fais de jolis cadeaux Yann. La carte de Boeddicher me rappelle le style de notre confrère Rainer. Pour celle de Julius Schmidt, je ne savais pas qu'il avait fait aussi dans le ciel profond, j'en étais resté à sa couverture totale de la surface visible de la Lune au crayon, un des derniers monstres de la cartographie lunaire à la main avant que la photographie s'installe. Fabrice M.
  6. La Voie Lactée, dans toute sa splendeur et son intégralité

    Ah oui, la couleur dans le bulbe galactique proche du Sagittaire, c'est la première chose qui m'a surpris sur le "quadriptyque" de Serge. Cela a du être émouvant de ressentir ça avec cette région perchée au zénith. Justement, lorsque tu as tapé dans le dur du centre galactique, comment étais tu installé ? Chaise longue bien inclinée ou carrément couché sous les cocotiers pour reposer le cou ? Yann, il faudrait nous sortir les rares productions de l'intégralité de la voie lactée au crayon gris ; j'en ai une, ne couvrant pas toute la voûte (jusqu'à Delta -45°), d'origine russe, mais c'est plus un croquis avec des plages d'isophotes crayonnées. Et je ne sais même pas si cela a été réalisé sur le terrain ou d'après des photos argentiques. Entre nous Serge, tu n'a pas trop de souci à te faire avant d'être détrôné car il faudrait un grand dessinateur qui n'a pas peur de voyager et qui ait le courage de passer des nuits à dessiner notre Galaxie alors que plein d'objets télescopiques défilent sous ses yeux sans qu'il puisse les toucher ! Fabrice M.
  7. La comète 46 P/Wirtanen en visu

    Alexandre franchement, y a pas besoin de yeux bioniques pour déceler cette comète à l'oeil nu, les prochains rapports vont être nombreux en ce sens, la magnitude croissant "positivement" , la remonté de son Delta et le diamètre apparent respectable colle parfaitement avec les caractéristiques de l'oeil. J'ai encore essayé l'autre nuit (SQMz 21.74), c'était sans ambiguïté car plus aucune étoile gênante ne gênait comme la dernière fois. Fabrice M.
  8. La Voie Lactée, dans toute sa splendeur et son intégralité

    Suis content Serge que tu aies pu finaliser cette oeuvre. Il y a des détails intéressants mais j'ai toujours du mal à me repérer dans certaines de tes indentations obscures par exemple du côté de la faille de Pickering (au dessus de Deneb). Cela me trouble un peu et je ne reconnais pas trop "ma voie lactée" habituelle (celle de l'hémisphère boréal). Je parle que des volutes gazeuses et nébuleuses obscures propres à la voie lactée car je sais que tu t'ai particulièrement appliqué à leur rendu ; je ne juge pas la trame stellaire qui était reléguée au second plan si j'ai bien compris ton travail. Tout ceci n'est peut-être qu'une impression personnelle. Ton oeuvre est unique en soi et c'est ça l'essentiel... Fabrice M.
  9. La comète 46 P/Wirtanen en visu

    Oui, Wirtanen visible à l'oeil nu, une comète qui devrait promettre... Mais au 600, c'est bien gros avec une énorme coma. Il faudra sortir effectivement les Miyauchi pour mieux apprécier ses contours. Toujours dans l'actualité, j'ai braqué aussi la supernova de M77 mais c'est coton pour la sortir car proche du bulbe brillant et le seeing vers les 400x de grossissement peut gêner. Fabrice M.
  10. Valdrôme nuit du 11 au 12 août 2018

    Xavier, par ce dernier dessin, tu apportes la preuve qu'on peut, à partir d'un objet tout bête, réaliser une jolie planche colorée. Bien des dobsoniens l'auraient laissé de côté, y compris moi. Fabrice M.
  11. Merci Yann d'avoir dénicher cette gravure, elle est superbe. Pour M31, je discerne en général 3 bandes sombres quasi parallèles et équidistantes, la 3ème étant moins marquée et plus courte. Pour l'instrument, je ne sais plus si c'était dans les Miyauchi, le C14 ou le T600 ou dans les 3 ! Je viens de vérifier ce fait sur de belles images de nos confrères et cela semble être le cas, la 3ème bande marquant la limite avec le fond de ciel. Peut-être qu'un certaine puissance à l'oculaire aide comme le souligne Fred. Fabrice M.
  12. Yves, joli harponnage dans la Baleine, soulever la partie N du bulbe de NGC 1055 est un exercice visuel périlleux car tout perturbe dans le champ lui-même : la contrepartie S du bulbe très brillante et la proximité d'étoiles gênantes. Bonne moisson et bonne mission au Pic ! Fabrice M.
  13. Quelques Messier d'automne M33 M15 M30 M2 M74

    C'est vrai dans les 2 sens et quel plaisir de discuter en direct avec les lecteurs attentifs du livre. Je ne sais ce qu'en pensent mes confrères mais j'ai comme l'impression que les recettes de cuisine de Serge et des autres co-auteurs commencent à être pratiquées. Les meilleurs d'entre vous en feront certainement une sauce à leur convenance en fonction de leur personnalité ; c'est tout le bien que je leur souhaite. Désolé Cédric pour le dessin (il est possible que je l'ai déjà posté un jour) mais c'était tellement d'à propos ! Pour le placement fastidieux des étoiles, je suis entièrement d'accord avec vous et plus précisément avec çà (Yves et Etoiledesécrins) Cette nuit par exemple, j'ai attaqué le champ de la Bulle (NGC 7635) au T600 avec un champ ma fois assez grand (au 16 Nagler), exercice que je repoussais un peu. Heureusement, il y a beaucoup de figures assez géométriques et je sais déjà que le résultat sera correct. Déjà 2 bonnes heures se sont écoulées et je fus stoppé par l'arrivée d'une masse nuageuse. Il doit avoir une soixante d'étoiles de couchées et il me reste encore un petit quadrant nord pour clore cette trame stellaire. Je risque de reprendre ce travail à la prochaine lunaison. Il est certain que la seconde phase (s'attaquer à l'objet nébuleux), celle que tout astro dessinateur affectionne, sera plus rapide : je sens déjà que la bulle ne sera pas entière, le filtre Hbêta sera de sortie pour traquer tout le tapis nébuleux très faible en arrière plan et il faudra rehausser les zones hydrogène qui le méritent, parfois loin de la bulle "virgule" elle-même. Puis il sera alors temps de vous présenter un petit comparatif avec une Bulle exécutée au C14 naguère. C'est ce que je pense du fond du coeur et je vais m'en expliquer : du moment que le temps imparti su terre est limité, il en va de même sur l'établissement de sa fiche dessin et du partage du temps. Tant qu'à être presse-boutons, je préfère aller chercher des infos sur le web et donc perdre du temps dans la lecture de papiers scientifiques concernant l'objet plutôt que de taper sur des icônes de logiciels graphiques à des seules fins de présenter un document numérisé potable. A mon avis, il ne faut jamais perdre l'idée que l'on pratique d'abord l'astronomie avant l'infographie, vous en sortirez grandi. Fabrice M.
  14. Quelques Messier d'automne M33 M15 M30 M2 M74

    Cadeau pour toi Yves, voici la preuve qu'on peut dessiner un amas ouvert riche sans trame stellaire (je dis ça pour les débutants qui ont envie de se lancer) et il s'agit justement de NGC 7789 (dessin de 2006). Je dois avouer qu'en 2018, le courage me manque parfois pour récidiver... C'est effectué au T356 x 337, voyez comme il y a de faibles duos et 344 étoiles ont été pointées. Il est possible qu'il y ait des déformations dans certains secteurs d'étoiles. Désolé pour le vieux scan publié (il est de la même époque) et il y a bien sûr inversion gauche-droite propre aux SCT avec renvoi coudé (cela est signifié dans l'orientation). Je l'avais certainement comparé à une photo jadis et je ne me souviens plus quelle note je m'étais mis. Je me rappelle juste que la partie dessinée n'est que la zone centrale de l'amas. Fabrice M.
  15. Quelques Messier d'automne M33 M15 M30 M2 M74

    Merci Yves d'avoir précisé ta démarche. Pour tous tes futurs dessins (hors amas car cela te fait trop peur), il est possible avec l'expérience que tu n'ai plus besoin de passer par ta phase C2A et que ton brut soit assez précis du premier coup (je suis toujours dans mon rêve !) ; ce n'est en tout cas pas si dur que cela tant qu'on a du suivi. Le problème se posera juste pour des accidents stellaires type SN ou autre, qui ne seront pas positionnés sur le logiciel. Tu n'es pas le seul à procéder ainsi et je me dis finalement que mes dessins doivent être entachés d'erreurs de positionnement surtout pour les plus faibles étoiles. Pourtant, je ne suis pas trop dans les choux lorsque j'appose l'échelle en minutes d'arc. Tiens, une échelle sur tes dessins, tu peux la joindre sans souci, elle sera juste à tous les coups. Fabrice M. qui tente d'approcher l'orthoscopie au naturel