Sky runner

Member
  • Content count

    901
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

246 Excellent

2 Followers

About Sky runner

  • Rank
    Active Member

Personal Information

  • Hobbies
    observation ciel profond et un faible pour la Lune, météorologie, paléontologie et pas mal de sport aérobie...
  • Adress
    Ile de La Palma, Canarias
  • Personal website
  1. Dessiner les étoiles à La Palma

    Oui, cette fameuse semaine agitée dans les airs était finalement une mini star party puisque d'autres sont venus me visiter, un Raymond S. que les anciens d'Astronomie magazine connaissent très bien, Laurent le dessinateur (Arch stanton) et l'imageur expérimenté Bruno que Xavier C. connaît bien dans ses aventures chiliennes. Jean-Pierre, ta Canopus est pas mal car je la vois depuis des mois plus scintillante que sur ton dessin, faire sa courte course sur l'horizon Sud, la réfraction atmosphérique la malmenant copieusement. Fabrice M.
  2. Serge, lors de ton séjour, ce fut, depuis le début de l'année, la semaine la plus épouvantable en terme de précipitations. Même le mois de février était mieux avec les meilleures chiffres de transparence début février. Donc, chapeau pour ta riche production et ton courage de faire la route tous les soirs. De tous tes dessins, il y en a que je referai volontiers au 600 pour faire la différence avec le 356mm. Autrement, ton grain de papier ne m'a pas dérangé, je préfère cela à des rendus délavés. Et quel toupet d'avoir quand même dessiné certains objets dans le cône de lumière zodiacale si intense en cette saison ! Au plaisir de vous revoir... Fabrice M.
  3. Galaxies de printemps

    Nicolas, dans un autre style que Fred, tes dessins bien contrastés montrent sans ambiguïté les caractéristiques physiques des galaxies et me donnent envie à chaque fois de dessiner ces mêmes cibles. Après, à l'oculaire, on peut être déçu par leur rendu plus ou moins flou si on n'est pas dans les meilleures conditions mais au moins on aura essayé. Sinon, je croyais que Blieux était autour de Paris mais je comprends mieux maintenant le soin apporté aux différentes brillances de surface. Fabrice M.
  4. NGC 1999, un objet pas comme les autres...

    Bravo Serge, ton dessin est bien complémentaire au mien car il apporte d'autres informations avec ce champ plus large mais on est encore hors champ des petits objets de Herbig Haro qui mériteraient un détour à eux seuls. Fabrice M.
  5. M101, M97, NGC2903

    Fred, quelque soit la cible que tu nous présente (galaxie de face ou encore NP), ce qui ressort à mes yeux, c'est le soin délicat apporté à tes dessins. Sur la toile, il existe des dessins détaillés, d'autres plus ou moins contrastés mais ils portent en général un style propre qui font apparaître leurs défaut. Rien de ceci avec les tiens, ils ont une douceur, un naturel qui me plaît toujours, bien loin de la caricature. La centrale de cette NP est piquée, tout à fait, c'est un petit point brillant, beaucoup plus évidente que celle de M57. Cela fait comme si la matière OIII ne voilait pas sa perception. Pour ta bordure, j'avais dessiné cela avec 356mm de diamètre, tu as tout simplement commencé à entrevoir l'empreinte de la seconde coquille diaphane. Bravo à toi. Pour Laurent et Fred, c'est encore possible de dessiner des traits fins et appuyés au crayon pastel blanc (bien taillé) même si vos mines dures sont supérieures à ce jeu. Je me pose juste la question : en ciel profond, on a quand même affaire plus souvent à du flou qu'à du trait ou au mieux à du trait flou ! Fabrice M.
  6. Entrain printanier et galactique

    Tu as raison Laurent, il est temps de complimenter ceux qui commentent l'objet par des notes d'observation précises comme le font régulièrement Alexandre et *desecrins. Certains créent même un dessin d'après leurs notes mais je préfère alors lire leur texte qu'à contempler leur ébauche. Fabrice M.
  7. Petite récolte de hier soir

    C'est bon *desecrins, tu peux passer au diamètre supérieur mais tu risques de te poser éternellement les mêmes questions, d'autres objets, d'autres challenges ; une soif inassouvie pour certains... Beau choix d'objets dans ton CROA. Fabrice M.
  8. Salut Christophe et les autres, en me relisant, j'ai employé un terme mal approprié pour la détection de M33 mais j'étais encore sous l'influence du rapport de Vincent J. qui, lui, avait employé cet adjectif. La difficulté pour M81 reste aussi son étalement. Si elle avait été une elliptique plus compacte, on aurait gagné des glimpses dans sa perception. En tout cas, à l'oeil nu, on est loin du diamètre apparent de le Lune (pour rappel, diam. app. M81 = 27' pour son grand axe). Mais c'est aussi un peu grâce à ses généreuses dimensions qu'elle excite l'oeil (terme trop fort ?!) ; de plus nombreuses cellules sont sollicitées. Fabrice M.
  9. Il y a quelques années, au détour de lectures, j'avais rangé ce petit challenge dans un coin de ma tête et c'est finalement dans ma cour ici à La Palma que j'ai tenté l'exercice. Le ciel était puissant en transparence (SQMz 22,05 mag.sec-²) avec une atmosphère sèche mais la turb. désolante côtée à S4 dans l'échelle de Ciel extrême. D'où le recours à la vision bino 1x. Il faut quand même être bien assis pour résoudre M81 et même dans ces conditions, c'était dans mon cas 1 à 2 glimpses par minute et seulement en début d'observation assidue car la vue fatigue vite. Si vous échouez par le dessin, vous aurez certainement pu déceler des étoiles assez faibles proches de magv 7, ce qui peut être un bon lot de consolation. Sur le dessin qui suit, la magv lim est à 7,2-7,3. C'est limite et bien différent de la perception d'un amas globulaire condensé ou d'une étoile faible qui apparaissent comme un glimpse "stellaire". A chaque fois, ce fut une tache diluée que j'ai perçue et non un point stellaire bien distinct comme on a coutume de détecter. Géographiquement, vous êtres mieux placés que moi pour le test puisque M81 trônait à h=50° le 9 mars dernier. Si vous réussissez ce challenge, vous aurez plus que quadrupler la distance qui nous sépare d'elle par rapport au test évident de M33. Avec M81, vous serez désormais à 12 millions d'al. Bienvenu au club restreint M81, Vincent Jacques en est déjà membre... Fabrice M.
  10. magnitude limite des instruments

    Si vous avez étudié le modèle Schaefer (en anglais) évoqué par Yann (Yapo) ou lu le rapide résumé d'Alexandre Renou dans le dernier n° d'Astrosurf Magazine, vous avez donc pris connaissance des différents facteurs influant sur la magvlim instrumentale pour une cible stellaire. C'est très enrichissant pour tout le monde (surtout pour les observateurs) car cela touche à toute la chaîne "opaque" (atmosphère-instrument-oeil-cerveau) qui nous relie à la faible étoile. J'avais vulgarisé par le passé cette étude et détaillé les différents facteurs pour en sortir une formule finalement inédite qui permet en tout cas à l'utilisateur d'obtenir un résultat juste en pressant les touches de sa calculette. Le plus intéressant à mon avis est de quantifier l'importance de ces différents facteurs et ceux qui influent le plus sont (dans l'ordre d'importance décroissante): - sa magv lim oeil nu au zénith, ce qui revient à quantifier son facteur de sensibilité rétinienne à la lumière faible. Si, si, ça se calcule d'après les données terrain - la distance zénithale de la cible, (évident) - le G assez conséquent (donc seeing correct) - l'expérience de l'observateur (on peut prendre une valeur moyenne si on ne connait pas son niveau) - l'indice de couleur de l'étoile a aussi son importance Et les perdants sont : (= facteurs mineurs) - la qualité de pureté de l'atmosphère ( calcul de masses d'air, ça se calcule aussi !) - le type instrumental (et donc l'obstruction centrale) - l'âge de l'observateur (comme l'ouverture de sa ps) - le coefficient de propreté de vos optiques ainsi que les pertes de transmission (rayures ou pertes à travers les multiples lentilles d'oculaire) Le dernier facteur cité est vraiment le grand perdant et influe très peu sur la magv lim instrumentale, ce qui ne manquera pas d'en étonner certains. Sans aucun trucage, j'ai dessiné le champ de M57, puis calculé les différents points dessinés pour en extraire la magv la plus faible perçue en vision indirecte. J'ai obtenu sur le terrain magv 17,7 contre 17,6 avec ma formule. L'instrument était un C14 et mon ciel montait à seulement 21,1 magv.sec-² au SQM. Source (en français) pour ceux qui veulent tester : Astrosurf magazine n°34 & 35 (Année 2008). Fabrice M.
  11. CROA du 8 mars M 81 et NGC 2403

    Et oui Yves, c'est exactement comme ça qu'il faut procéder, tu dessines et tu te poses ensuite les bonnes questions en analysant ton ébauche. Et s'il y a des choses "bizarres", il y a très souvent une explication due aux caractéristiques particulières de la vision scotopique ou aux conditions de stabilité dans la lisibilité des petits détails. Au pire, tu y retournes sur le terrain. Mais tu aurais pu aller plus loin dans l'interprétation si je prends par exemple ton premier dessin dont l'aspect grumeleux me plait beaucoup. Yves, avec ton T305, tu as suspecté 4 régions HII (points faibles alignés sur ton dessin à l'intérieur du halo. De l'ouest à l'est, nous avons VS 3, VS 24, NGC 2404 (région tellement brillante qu'elle porte une étiquette NGC comparable en taille physique à NGC 604 de M33 !) et VS 52. Bien sûr, tu n'a pas pu détecter leur aspect nébuleux quoique avec un bon G... !? Encore une fois, on ne peut que louer les observateurs-dessinateurs qui prennent le temps de bien noter le champ stellaire environnant, la preuve ici. Cédric, 2403 est une galaxie majeure pour gros diamètre car elle fourmille de régions HII, 52 ont cataloguées en 1952 puis 600 en 83. C'est aussi l'une des galaxies les plus brillantes de l'hémisphère N. Finalement, l'apparition d'une SN dans tout ce fatras demanderait plus qu'une simple vigilance. Fabrice M.
  12. NGC 2613 sans GPS...

    Laurent, très intéressantes remarques concernant les valeurs fortes du SQM. Je reviendrai peut-être vers toi concernant la perception de l'airglow car cela pourrait boucler la trilogie de mes articles cône de lumière zodiacale & pont zodiacal / Gegenschein. * des Ecrins, juste une info concernant ton encart : tous les objets Sh cités ci-dessus ont été dessinés à la Miyauchi à la latitude de 46° mais sous bon ciel d'alt. FM
  13. Je veux la même paire...

    La conduite a l'air super pépère mais si j'étais dans le fauteuil de cet observateur, je crois que je m'endormirais une fois sur 2. Fabrice M.
  14. Salut Petit ours, si c'est pour du visuel dans un 1er temps, tu pourrais à mon avis t'en passer pour ton instrument à F/6 à moins que tu désires le transformer en un instrument à F/7 env. avec le Paracorr. En pratique, je connais pas mal d'observateurs qui s'en passent avec des newtons finalement peu ouverts (au regard de la mode actuelle) et même avec de gros binious. A F/4.5, certains n'investissent pas si cela peut t'aider. Et puis le gain éventuel que tu puisses espérer dans ton cas se trouvera plutôt en basse résolution avec des grossissement en dessous de G = D. Tu peux aussi t'interroger, avant de te décider, sur la qualité et le type de tes oculaires car certains s'en sortent mieux que d'autres dans la correction en bord de champ. En simplifiant, si tu possèdes déjà des oculaires à champ apparent << 70° ou des oculaires bien corrigés comme des Pentax ou des Delos, ces derniers devraient déjà dégrossir la tache. Après, tout dépend de ton niveau de chipotage en la matière, ce que je comprends.... Fabrice M. au Paracorr2 sur un T600 à F/3.55.
  15. IC3568 au T350

    Cette rondelle de citron a apparemment des tranches de zeste intéressantes à percevoir au delà des cavités obscures signalées par Cédric. Ton dessin me donne envie de la travailler à l'oculaire. Il est assez troublant de constater que cette NP était classée naguère par erreur comme galaxie dans le catalogue UGC, peut-être à cause de son halo plus faible. Fabrice M.