Sky runner

Member
  • Content count

    961
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

313 Excellent

2 Followers

About Sky runner

  • Rank
    Active Member

Personal Information

  • Hobbies
    observation ciel profond et un faible pour la Lune, météorologie, paléontologie et pas mal de sport aérobie...
  • Adress
    Ile de La Palma, Canarias
  • Personal website
  1. Cette comète a une queue et une coma assez lumineuse, enfin dans un 600 à La Palma. Hier soir, elle était accompagnée d'une étoile si orange que je suis allé voir son spectre sur Aladin : une variable géante rouge de type M1 (YZ Per pour les variabilistes). L'éclat froid de cette dernière gênait la visibilité du bout de la queue qui était dans le même prolongement. Tu as du certainement la percevoir Crabe. Alors sortez vos tablettes graphiques, c'est du ciel peu profond ! Fabrice M.
  2. Petit jeu ciel profond, cherchez l'intrus...

    Ah oui, c'est une autre solution, c'est pourquoi j'avais demandé d'argumenter la réponse. Sinon IC 289 n'est pas tout de même une NP brillante comme par ex les belles condensées du Cygne. Il faut l'apprivoiser à l'oculaire, même d'un 600, et par nuit peu stable, vous pouvez dire adieu à tous les petits détails entrevus comme la centrale qui s'évanouit. Yann, j'aime assez ta synthèse. Pour ma part, je navigue aussi entre tous ces modes, sans trop d'optimisme toutefois. Mais il me semble que partir d'une feuille noire (ou blanche pour tous les autres) sans idée préconçue reste quand même le mode le plus gratifiant pour l'observateur qui devient alors un compétiteur. J'ai une pensée pour Rainer qui avait ce même état d'esprit. Il m'avait confié un jour que c'était aussi son mode préféré pour dessiner les NP, qu'il poussait avec beaucoup de liberté et d'optimisme, pour reprendre tes termes. Fabrice M.
  3. Quelques nebuleuses planétaires australes

    Serge, t'as bien raison d'en profiter, de ces nouvelles merveilles. Finalement, en tapant dans le bestiaire de l'hémisphère céleste austral, tes dessins peuvent être aussi rares que nos faibles objets de l'hémisphère N. Tu avais laissé un 600 en location mais qui en profite maintenant ? ... naturellement son constructeur ! Amitiés, Fab.
  4. Soir du 20 novembre 2019

    Il est beau ton amas Xavier, heureusement que tu es là pour t'en occuper, je n'en dessine plus guère. Fabrice M.
  5. Petit jeu ciel profond, cherchez l'intrus...

    Au T600 x 88 & 119x & 149x, remarquez que cet objet inédit est référencé également en tant que Sharpless, les astrophotographes auront de belles couleurs. La localisation est aisée sans filtre sous ciel SQMz 21,59, avec une heureuse réponse visuelle autour d'un petit collier d'étoiles. Vous distinguerez alors une sorte de néb. R autour de cet arc d'étoiles et ce sera la partie la plus brillante (que je pense accessible au T300 d'*desecrins). Le reste de la NP semble soufflé vers le NE en se diluant de plus en plus. A ce stade, cela me rappelle les grandes bulles de type Abell comme Abell 35 par exemple. Le filtre est réactif, l'UHC un peu moins. Plus difficile est de tenter de cerner les différents contours, l'emploi d'un 88x + filtre serré OIII 5nm aide un peu mieux. ; la bulle apparaît alors immense, circulaire et répond bien par moments en VI. De plus, HDW 2 apparaît désormais en 3 couches dégradées [OIII] principalement du côté E et NE. C'est à peine visible sur mon dessin que j'ai laissé volontairement brut tant les gradients d'intensité sont faibles. Au final, c'est plutôt une forme ovoïde qui se dessine. Le candidat possible pour l'étoile centrale est visible ci-dessus mais cet objet exige d'être étudié pour le confirmer. Une bonne partie du centre est assez sombre mais les fameuses stries zébrant la NP, celles qui donnent son nom au coup de griffes, restent invisibles, même après ré-observation ultérieure en ciblant cette zone. Finalement, si l'observation en aveugle a été bien poussée une première fois, on en voit pas plus une seconde fois après avoir consulter une image dans le rayonnement qui va bien. Je vous laisse le plaisir de la comparaison. Fabrice M.
  6. MEE (inachevé) 06-01-20

    Bravo Loup lunaire, tu viens de dessiner un objet Abell lunaire ! Même les autres formations le bordant ne sont pas très connues. Fabrice M.
  7. Petit jeu ciel profond, cherchez l'intrus...

    Bravo Nicolas et Yann, la clé de tri était la constellation tout simplement. Je sais que Yann aurait bien aimé le détail pour chacune, notamment l'intrus (la Necklace dans Sge) mais je préfère vous présenter une nébuleuse qui m'a bien plu à l'oculaire et qui me parait accessible pour *desecrins par ex. C'était un soir après avoir dessiné la assez brillante IC289, je laisse dériver le 600 vers les 3 autres NP des environs juste pour voir leur rendu oculaire (elles figurent sur la même page dans l'atlas Interstellarum). HDW2 m'a surpris en bien avec une bonne réponse visuelle même sans filtre OIII. Puis HFG1, énorme NP à faible SB passe devant mon oeil directeur. Au 600 à faible G, tout ceci semble intéressant et ça sent le dessin pour les prochaines nuits. Je finis sur la capricieuse Abell 6 qui par sa faiblesse et son manque de contraste, ne me donne pas envie de prendre les crayons. Pour cette dernière, je me suis forcé un peu à la dessiner. Je me suis mis aussi un petit challenge supplémentaire, celui de dessiner HFG1 et HDW2 sans aucune idée de leur forme et de leur taille apparente donc sans consulter au préalable d'images sur le Web. Cette démarche, quand on peut le faire, est fantastique. Elle apporte beaucoup plus, l'oeil et le cerveau ne savent pas à quoi ils vont s'attendre. L'excitation est sublimée et la surprise peut-être au rendez-vous. Mais les objets sont faibles, il ne faudra pas se louper. En conclusion, le quarté NP dans l'ordre dans la région d'IC289 est : IC289 / HDW 2 / HFG 1 puis Abell 6. Suivra donc la griffe d'ours, qualificatif qui m'a semblé intéressant de retenir. Fabrice M.
  8. Buenas los aficionados, sur ces quelques fiches automnales, lequel de ces objets vous paraît-il un intrus et pourquoi ? Je vous présenterai ensuite l'un d'entre eux, en détails, l'objet qui m'a paru la plus belle surprise visuelle à l'oculaire et qui mérite un détour avec un T300. Bon hiver 2020... Fabrice M.
  9. L'autre nuit, un de mes clients astrophotographes s'est plaint lui aussi, quelque part dans le champ d'Orion, de tous ces tirets en style télégraphique. Une connexion haut débit dans les coins les plus reculés de la planète ? Ah bon, c'est presque à souhaiter une petite colère de notre Soleil, non ?
  10. Très bon document que cette page de Rondi, on en tire tout de suite les conclusions pour la partie visuelle. Fabrice M.
  11. yeux de HIBOU possibles !

    J'ai fait comme Myriam m'a dit, la conduite au naturel de nuit. Tant que la route était dans l'axe du cône de lumière zodiacale , ça se passait pas trop mal (avec un peu d'activation des cônes en mode mésopique) mais dès que la route s'est incurvée vers le sud, je me suis pris un palmier. Fabrice M.
  12. Borisov au Dobson : Compliqué

    Je préfère largement ton rapport d'observation JMR à celui ci-dessous assez farfelu ou alors j'ai raté un épisode : https://drbrianheisemd.blogspot.com/2019/07/saturn-and-jupiter-sketch-and-images.html?m=1 Le gars a fait un dessin (2è et 3è vignette) à la L155, certes une grande lunette, mais dans tout son charabia de notes, on peut lire qu'il a été exécuté dans les nuits de pleine lune et les détails sont à la mode de Nicolas B. (couleurs et jets). Qu'il me pardonne si j'ai mal interprété quelque chose. Fabrice M.
  13. halo polynésien

    Serge, ton dessin est complètement photogénique. La finesse de ton avant plan en contre jour contraste à merveille avec le flou de la masse des cirrus. Bonne lumière zodiacale, Fabrice.
  14. CROA spécial binoculaires

    Bob, ton inventaire du matos nippon est finalement à l'image du pays, de l'exotique, parfois osé et un peu de traditionnel. Je pensais y voir plus de high tech. Lors de tes longs séjours au Japon, as-tu rencontré tout de même des possesseurs de la Miyauchi 25/45x141 avec ou sans auto-collants ? Ou est-ce un matériel peu apprécié là-bas ? Je connais quelques propriétaires à travers le monde mais ils se comptent sur les doigts de la main. On peut faire beaucoup mieux maintenant avec de gros réfracteurs jumelés mais j'aime tellement sa compacité. C'est un peu comme tes 20x120 Nikon, ça ne court pas les rues et c'est la première fois que je lis un rapport d'observation avec. Pour ta vision du Quintet de Stephan, le G appliqué n'était peut-être pas suffisant car la 5ème que tu n'as pas perçue est certainement la galaxie accolée à l'un des 4 membres et c'est souvent juste un problème de contraste et de résolution. A te lire, on sent que tu as pleinement vécu le moment et ton recul de français exilé apporte un gros + au récit. Mais ce n'est pas pour autant que je comprendrais un jour la culture japonaise si complexe... Fabrice M.
  15. Courbe transmission filtre

    C'est vrai Skywatcher qu'elle est curieuse cette donnée de transmission de 14% que l'on retrouve aussi dans certains guides d'astronomie. Alors que la plupart des filtres rouges du marché que l'on rencontre, comme ceux présentés ci-dessus, sont des filtres passe long avec une très bonne transmission dans cette couleur. Serait-ce plutôt le % d'absorption ou plus vraisemblablement une cotation relevant l'assombrissement général à travers ce filtre par rapport à tous les autres filtres Wratten qui eux sont généralement beaucoup plus passants dans la fenêtre du visible. Fabrice M. qui "watch" plus qu'il "run" désormais...