Leaderboard


Popular Content

Showing most liked content since 06/22/22 in Blog Entries

  1. 4 points
    Dans la suite du billet de blog précédent à propos du Système DIY pour allumage informatique d'une lampe néon, j'ai créé un petite application Caliblite pour éviter de passer par le lancement d'un script à chaque fois que l'on souhaite allumer ou éteindre la lampe de calibration. Il s'agit d'un premier jet qui me permet surtout de faire mes premiers testes en condition réel. Pour l'installer, il faut récupérer le code source sur github et ensuite lancer les commande tel qu'indiquer dans le README.md qui vont visible sur la page principal du projet : https://github.com/splanquart/caliblite. python ./src/caliblite.py Donc pour le moment juste un sélecteur pour le port COM à utiliser pour communiqué avec le module relai et un bouton "switch" qui permet d'allumer et éteindre la lampe. Voilà c'est hyper simpliste mais ça fait bien le taf et ça évite de se lever pour aller allumer ou éteindre cette lampe. Le rond vert est l'indicateur visuel qui change de couleur (vert ou rouge) pour indiquer si la lampe est allumer ou éteinte. Au démarrage de l'application, il n'y a pas de couleur car le module relai ne fourni pas l'état du relai et donc il n'est pas possible de le connaitre avant d'avoir envoyer un premier signal pour allumer ou éteindre la lampe. Attention tout de même, les périphérique astro sont assez nombreux généralement et si comme moi tout est connecter au même ordinateur cela peut parfois rentré en conflit. Si une de vos périphérique ne fonctionne pas, ce qui m'est arrivé lors de mes tests première test, il faut simplement se déconnecter du module relai. Pour cela il suffit de fermer l'application et de la relancer. Autre remarque, pour le moment il n'y a pas vraiment de gestion d'erreur donc si l'application crache avec un message comme celui ci-dessus, c'est simplement que vous avez choisit un port COM qui n'est pas le bon. Il suffit alors de relancer et de de choisir le bon pour COM. Enfin j'ai ajouter un port appeler Simulator qui est bien pratique pour développer ou test l'application et qui permet de ne pas avoir besoin d'un module relai de connecter pour vérifier le fonctionnement de l'application. Vous pouvez donc tester l'application avant même d'avoir reçu votre module relai si vous en avez envie.
  2. 3 points
    Dans le cadre du projet Star'Ex (un spectro DIY en impression 3d) nous avons besoin de faire des spectre avec ou sans la lampe néon. Je décrit ici un petit bricolage que j'ai réalisé afin de pouvoir contrôler l'allumage et l'extinction de ma lampe néon depuis un petit script en python. Le composant de base est un module relais usb. Vous pouvez en trouver facile sur amazon ou aliexpress. Ce sont des module basé sur une puce CH340 qui convertie de l'usb en série ce qui simplifie pas mal la communication. Pour ma part j'ai pris ce model : https://www.amazon.fr/gp/product/B07DJ549LX/ Au niveau du câblage c'est vraiment du basique: on relit le port noté COM à l'ampoule néon le port noté NO à l'arrivé du neutre provenant de la prise. COM veux dire commun et NO veux dire normalement ouvert. Cela implique que par défaut, le circuit sera ouvert ce qui veux dire que notre lampe néon sera éteinte. Coté informatique j'ai décider de me base sur un script en python en utilisant la lib pyserial. Vous devez donc installer python. Sous windows vous pouvez le faire via Microsoft Store en recherchant "python". Actuellement c'est la version 3.10 que j'utilise. Ensuite pour installer pyserial, tapez dans un invite de commande (ouvrez le menu windows et taper CMD) : pip install pyserial Vous devez aussi connaitre quel port COM est utilisé par votre module relais. Chez moi c'était le COM5. Vous pouvez découvrir cela en allant dans le gestionnaire de périphérique de Windows. Ensuite vous pouvez créer deux fichier : switch_on.py et switch_off.py qui contiennent chacun : import serial on = b'\xA0\x01\x01\xA2' ser = serial.Serial("COM5", 9600, timeout=2) ser.write(on) ser.close() import serial off = b'\xA0\x01\x00\xA1' ser = serial.Serial("COM5", 9600, timeout=2) ser.write(off) ser.close() Ensuite vous pouvez taper dans votre invite de commande : python switch_on.py ou python switch_off.py Pour allumer et éteindre l'ampoule néon. Voila prochainement je vais probablement créer une petite application pour que ce soit plus simple à utiliser et je regarderais ensuite autour des script Prism pour voir ce que je peut faire assez facilement.
  3. 1 point
    C/2022 E3 voguait non loin de M56 hier soir: https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=25643 N200 F3.8 QHY 294M 80x30s
  4. 1 point
    dans le monde l'astronomie planétaire les télescopes cassegrains ayant un diamètre supérieur à 250mm ne sont pas courant sur le marché de l’occasion . par un concours de circonstance , je suis tombé sur une vente d'un astram nommé hAlfie lien de la mise en vente du vixen VMC 260 L en ces mots il décrivait son matériel : "Sa formule optique est un dérivé du Maksutov Cassegrain, le ménisque étant remplacé par un correcteur devant le miroir secondaire. Cela permet de garantir un champ plan sur plus de 10mm avec petits pixels (15mm avec gros pixels), Le tube est équipé des accessoires suivants : -Chercheur 7x50 réticulé( non éclairé) -Baader ClickClock au format Vixen M60/50,8mm -Une bague Skyméca neuve sur mesure au format M60 Vixen/SCT 2’’ en sortie permettant de visser n’importe quel accessoire SCT, Niveau pedigree : -acheté en 2008 à Galileo par Raymond Sadin qui s’en servait pour faire des articles sur la lune, -racheté ensuite par Jean-Marc Bédon qui a adapté des ventilateurs pour accélérer la mise en température (il est électronicien) et a repeint le tube en blanc (au lieu du vert d’origine) pour de meilleurs échanges thermiques, -racheté en 2017 par moi-même après l’avoir passé sur le banc à Optique Unterlinden, Rémi l’a jugé excellent (comparé à ce qu’ils ont l’habitude de voir avec des Mewlons 250 et 300)." A la vue de cette annonce je n'ai eut que 15mn pour prendre ma décision pour l'acheter. suivant le descriptif du constructeur il a tout pour plaire d'autant que les personnes qui l'ont utilisé sont connues et reconnues dans ce domaine. ce tube n'est pas très connu et pourtant il mériterait de l'être . les tests sur ce tube ne courent pas les rues . descriptif technique du VMC260L : MC signifie Maksutov-Cassegrain . le télescope est un Field-Maksutov-Cassegrain Type de construction Cassegrain Ouverture 260 mm Focale 3020 mm Grandissement de l´ouverture (f/) 11,6 Pouvoir séparateur 0,44 Valeur limite (mag) 13,9 Pouvoir collecteur de lumière 1380 Grossissement utile maximum 520 Poids du tube 12 kg diamètre du tube 304 mm Longueur du tube 650 mm Matériau du tube : en Aluminium Type de miroir secondaire :sphérique Construction du miroire principal : sphérique Aération miroir primaire : non mais modifié depuis Araignée du miroir secondaire : 4 branches de seulement 1,3 millimètre d'épaisseur poignée pour le transport ménisque dans le secondaire. obstruction de 40% apparemment un champs corrigé de 10mm en le voyant la première fois ce tube rien ne présage à la bonne impression qu'on peut en avoir par la suite . il ressemble à tant d'autres ! première particularité constaté .....le tube est ouvert avec un correcteur intégré dans le secondaire et ça pour le planétaire ce n'est pas commun. la plus part sont fermés par une lame dont les SC ou par un ménisque comme sur les mak Il permet une rectification sphérique et non parabolique ou hyperbolique du miroir secondaire, ce qui est beaucoup moins coûteux et plus précis. De plus, le ménisque évite d'avoir à utiliser une lame de Schmidt à l'extrémité avant du tube cela a permis de réduire au maximum sa longueur et éviter la buée . je tiens à préciser je n'ai jamais utilisé de résistance chauffante ou de pare buée . pourtant le temps ne s'y prête pas vraiment en ce moment ! la deuxième surprise et pas des moindres : son poids . j'ai l'impression d'avoir entre mes mains ma lunette Astrotech 106LE et pourtant non c'est bien un tube de 305mm de diamètre . A peine 12kg ! d'origine ce tube n'est pas de couleur blanche mais vert foncé. d'autre part il ne comporte pas de ventilation à l’arrière du tube ce qui est bien dommage car cela accélère la mise en température . là ou il me faut facilement 1 heure 30mn pour mettre mon zen 250 en température ici il ne me faut qu'une 1h00 ventilos activés. c’est toujours ça de gagner . ces ventilos sont assez bruyants en raison de leur diamètre mais l'efficacité est au rendez vous (malgré la pose de filtres en entrée) la mise sous tension des ventilos se fait par une simple fiche jack 2,1 . simple et efficace ! attention la sortie est en M60 et non au filetage SC . pour cela vous devrez acheter un bague adaptatrice A partir de là tout sera possible d'être installer . passons au chercheur . c'est un 7x50 . le système d'attache est simple et sur . le réglage du chercheur se fait classiquement par 3 vis . il est assez précis et assez lumineux pour remplir sa fonction . le seul défaut et pas des moindres : il n'est pas rétro éclairé . c'est bien dommage car cela n'aide pas à rechercher l'objet désiré . on est obligé de le régler avec un petit décalage pour s'assurer de sa bonne mise en position autrement l'étoile disparait . cote collimation . est ce assez simple à réaliser ? la réponse est ambiguë : oui et non . tout se fait par l'avant mais a chaque réglage votre bras vient obstruer le tube . pas simple ! il suffit de dévisser une des vis et de régler les deux autres tout en respectant les préconisations : - avoir une nuit calme (avec un bon seeing ) - mettre en température le télescope (sortie 1 heures avant , tête en bas et ventilé) - mettre le pare buée - prendre une étoile de forte magnitude - proche de la polaire - grossissement avec une Barlow Televue 2x sans renvoi coudé ! - bien centrer l'étoile sur le centre de la caméra - vérifier en intra et extra l'alignement - s’aider de la croix virtuelle de la caméra pour avoir l’étoile centré et vérifier le centrage de l’ombre du secondaire - prendre une photo pour vérifier avec le logiciel " Al's Collimation Aid" la bonne collimation. - faire une vidéo pour s'assurer que la tache d'airy est bonne par contre une chose est indéniable : sa collimation ne bouge pas ou presque pas même après avoir fait 500Km . surprenant ! l'autre bonne nouvelle réside du cote Shifting . il est très très faible sauf si on y fait attention. l'étoile reste dans le champs et ça s'est un vrai plus ...et pour la collimation c'est aussi un bon point le deuxième problème auquel j'ai été confronté : la queue d'aronde ne rentre pas sur celle de la 10 micron . un des bords est oblique alors qu'il faudrait l'avoir droit (de plus la queue était trop large). un coup de disqueuse et le tour est joué au final après avoir posé mon focuser feather touch 2 pouces et son moteur de mise au point sesto senso 2 me voila prêt pour effectuer les tests visuels le test visuel : l'image est stable et le piqué est là . c'est la CLAQUE ! mais les choses sont un peu moins brillantes après cette premier impression . l'image a tendance a aller vers un jaune très très léger et ça quelque soit l'oculaire utilisé . il est presque certain que c'est l'obstruction de 40% du baffle qui est responsable de cette chute de luminosité - avec un nagler 16mm la teinte part vers une couleur plus orangée . je vous déconseille ces oculaires pour ce type de tube - avec un TS20mm réticulé la couleur est plus neutre et tend vers un très léger jaune . il faut dire que cet oculaire n'est pas un foudre de guerre - avec les oculaires orthoscopiques Tani on retrouve "presque" le noir et blanc demandé . sur ce point le Zen 250 le surpasse même avec une barlow car son obstruction n'est que de 33% lors de mon premier essai avec un 9mm j'ai pu monter à un grossissement de 338x avant que l'image ne se dégrade .sur le second essai après avoir refait la collimation et avec un meilleur seeing j'ai pu à ce moment monter à un grossissement de 500x l'objectif est remplit puisque je voulais atteindre les x2D .par contre j'ai déjà fait mieux avec le mak zen250. avec une collimation plus affinée je pense pouvoir encore améliorer les capacités de ce tube le test en VA : avec la même caméra et en faisant le test avec les deux tubes (le vixen et le zen 250 ) le résultat est sans appel : l'image est bien meilleure et est beaucoup plus stable sur le VMC260L cela est certainement du à la mise en température beaucoup plus longue sur le Zen 250 en raison du ménisque qui ferme le tube. certains pensent que le focuser est inutile en planétaire .... bien au contraire je le trouve très utile . la molette de mise au point est douce et assez précise jusqu’à un certain point. c'est au moment ou l'image devient nette que je vous conseille de passer au moteur pour affiner la mise au point . cela évite les tremblements du tube et la gène que cela peut occasionner. côté photographie lunaire et jupiter : c'est presque un jeu d'enfant . je ne dis pas qu'on réussi a chaque fois ces vidéos mais on a beaucoup moins d'échec qu'avec le mak. les "images" des vidéos sont plus stables et cela en facilite le traitement pour Jupiter c'est plus compliqué . autant je maitrise à peu prêt les paramètres avec le lunaire autant je découvre le monde photographique et du traitement des planètes lointaines une chose est certaine ,je vais devoir reprendre la collimation et l'affiner....et ne pas forcer sur la focale. beaucoup de travail (et d'échecs) en vue pour s'améliorer cote ciel profond : j’attendrais d'avoir acheté le reducteur Vixen 0,62x pour donner mon avis . alors que dire de ce tube en planétaire. un grand nombre de points positifs : - Un poids de seulement 12Kg alors que mon zen en fait 15kg - Un tube ouvert qui permet une mise en température rapide (compter 1h00) - Pas de lame de fermeture évitant ainsi le dépôt de buée - Une correction dans le bleu (sphérochromatisme) - La collimation qui ne bouge pas sur de courtes distances ou très peu sur de grandes distances - le piqué des images - un grossissement de 500x voila pour les bon cotés . passons aux mauvais même si ils sont rares : - un très infime Shifting ..... si on y prête attention . -une obstruction de 40% avec une perte de luminosité - un chercheur qui n'est pas retro éclairé . dommage car cela complique un peu les choses ! - son prix qui pique un peu mais face au mewlon aucun regret conclusion : ce télescope a tout pour plaire pour faire du planétaire en visuel comme en astrophotographie de part sa conception il rivalise avec plus d'un mak ou de SC .....voir les dépasse par la stabilité de sa collimation , son piqué , sa mise en température et sa légèreté . de par son diamètre il fait même concurrence aux lunettes dont le prix s'envole a partir des 100mm de diamètre il est particulièrement adapté au nomade par son poids très léger ; sa mise en température rapide et sa collimation qui reste stable malgré de longues distances parcourues je vous le conseille . si vous avez la chance d'en voir un vente d'occasion , n'hésitez pas l'achetez vous ne le regrettrez pas . c'est le meilleur rapport perf/prix/qualité que j'ai pu trouver à ce jour bon ciel Christophe
  5. 1 point
    après avoir testé la Barlow APM 1,5x , j'ai testé la Barlow APM 2,7x corrigée en CP . j'ai longtemps hésité à l'acheter non pas pour son prix mais plus pour ces capacités visuelles et le rendu qu'elle donnerait certains vous diront : "il ne faut pas prendre de Barlow pour faire du CP ". je leur réponds : "alors évitez de prendre un réducteur de focale dans ce cas ". on peut tout faire du moment que l'on sait à quoi s'attendre ! en mettant une Barlow corrigée, on va automatiquement : - allonger la focale => le champs est donc réduit et le centrage difficile à obtenir - modifier l'échantillonnage => le binning sera obligatoire ou alors il faudra prendre une camera avec de plus gros pixels - devoir poser plus longtemps - et surtout soigner le guidage si vous en avez un => chose difficile à faire quand le champs est réduit et les étoiles de guidages ne sont pas légions . en plus elles seront assez faibles rappel : Quand on double le F/D on multiplie par 4 le temps de pose ! là encore la 10 microns va se démarquer et prouvez que son suivi est tout bonnement parfait . en prenant cette Barlow , ma focale d'origine va passer de 950 à 2565 ; mon rapport F/D passer de 3,8 à 10,26 et mon échantillonnage de ma 1600mm pro se réduire à 0,3"/pixel .bien trop bas ! je vais donc devoir faire du binning 3x pour ramener cet échantillonnage à 0,9"/pixel cette Barlow a les caractéristiques suivantes : Facteur d'agrandissement : 2,7 à 3x Connexion (au télescope) 1,25" Passage libre (mm) 22 Connexion : M 28,4 Matériau de la monture : Aluminium Approprié pour télescopes : Newton f/4 Focale (mm) : 62,9 Transmission 99 . verres en ED FK61 recouvert sur ses deux faces d'un revêtement multicouche à large bande, qui par une transmission plus de 99% dans la plage de 400 nm à 700 nm champ corrigé de la coma : 22mm dédié pour le format APS-C Longueur :18,5mm Poids : 50g cette Barlow peut aussi être utilisée avec des mak , des lunettes ou des SCT mais c'est une autre histoire ou un autre post concernant la qualité de cette Barlow : toujours égal à ce que peut faire APM . pour calculer la focale résultante vous devez utiliser la formule suivante : G= 1 + T/f G: grossissement T : tirage f: focale de la Barlow 62,9 mm le "Bf" de cette barlow est de 5mm entre l'optique et le filetage dans votre calcul vous devrez obligatoirement retirer 5 mm pour obtenir le tirage optimal avec un grossissement de 2,7x , vous devrez avoir une distance de 105mm entre le verre de la Barlow et le capteur CMOS vous avez la possibilité avec cette barlow d'aller à un grossissement de 3x sans avoir le champs corrigé trop réduit le point que l'on remarque tout de suite : qu'est ce qui leur a pris de faire une Barlow dont le corps à la base est au diamètre de 31,75? cela va apporter du jeu dans un porte oculaire 2 pouces .il y a un moyen très simple pour l'éviter que je vais vous expliquer un peu plus loin. cette Barlow se compose de trois parties : 1 - d'un bloc optique dont le corps est en 31 ,75 mm ;avec un filetage mâle 28mm et en sortie en 28mm femelle 2 - d'une base en 31,75mm avec un filetage mâle au 28mm et et mâle en M48 en sortie 3 - enfin du corps en 2 pouces de 55mm de longueur avec un filetage M48 femelle en entrée et avec serrage concentrique en sortie . très pratique dans le cas de son utilisation je vous conseille de faire votre chemin optique en vissé . l'ensemble sera solidaire et le tilt ainsi évité. comme vous pouvez le voir sur cette photo , je réutilise le corps en 2 pouce avec des bagues allonges 2 pouces pour améliorer la fixation de la barlow dans le PO j’insère donc le bloc optique avec sa base dans le corps en 2 pouces . dans quelle cadre l'utiliser ? - le F/D étant grandement augmenté le champs se réduit drastiquement .les objets visés seront donc assez petits comme vous pouvez le voir . comme ma mise au point n'était pas parfaite ....le cadrage ne l'était pas non plus . M81 se retrouve décalée et elle tient juste dans le champs Dans le cas de M101 , le résultat est plus probant sur une pose de 240s. elle se montre majestueuse et les détails des bras sont magnifiques pour une simple brute - comme les poses sont plus longues , on évitera de prendre des objets dont la surface et la luminosité sont faibles. malgré une pose de 300s sur NGC6252 galaxie spirale de Type: S et de mg 10,424 dans la constellation de la petite ourse on a du mal faire ressortir cette galaxie très petite et très faible . ces dimensions angulaires ne sont que de : 0.70'x0.3' cela devient plus facile avec NGC3077 galaxie spirale Type: Sd - située dans la constellation de la Grande Ourse de mg 10,6 à environs 11,9 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Ces dimensions angulaires sont plus importantes: 5.20'x4.7' voici ce que l'on peut obtenir avec un empilement de 20 brutes de 180s de pause soit 1h00 sur NGC6217 galaxie spirale barrée de mg 11,2 avec dans la constellation de la petite ourse j'ai grossis l'image pour bien vous faire bien apparaitre ces bras et sa barre centrale en analysant une image brute sur Prism on détecte pas moins de 119 étoiles dont la plus faible est de magnitude 17.848 . a titre de comparaison j'arrive à atteindre des étoiles de magnitude 22/23 avec le correcteur wynne 3 pouces cela restreint évidemment son utilisation à certains objets du ciel qui n'était pas possible avec une focale à 950mm je vous conseille ce site qui répertorie toutes les messiers et NGC . c'est bourré d'informations utiles https://kosmoved.ru/ngcic.php?lang=fra conclusion : pour celui qui veut faire de l astrophoto sans avoir à changer de tube , il est tout à fait possible d atteindre des objets très faibles mais à condition d'avoir un excellent suivi ou une bonne monture équatoriale je vous conseille vu la durée des temps de pauses de l'utiliser en hivers