COM423

Member
  • Content count

    372
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

314 Excellent

1 Follower

About COM423

  • Rank
    Active Member
  1. Je comprends la déception une fois la surface regagnée... ! Question béotienne : c'est plus facile de rattraper le coup par contre en spéléo qu'en astro, non ? Pas de Lune, nuages, etc pour compliquer les choses du coup, seulement les fortes pluies ? PS: bien vu le choix du pseudo du coup !
  2. oui exceptionnellement beau et un spectacle gratuit offert par la nature. Pas dans le Pacifique, beaucoup plus près dans les Alpes du Sud. C'est dans de telles conditions qu'on prend conscience à quel point la simple vue du ciel a pu marquer nos ancêtres. La mag limite avait été mesurée, par une des plus belles nuits, au zénith et en vision indirecte. A l'époque, mes yeuxl étaient très entraînés (enfin surtoutle droit) et aussi plus jeunes. J'ai quasiment arrêté le visuel depuis 25 ans, j'ai probablement perdu cet acquis de 12 années d'entraînement acharné.
  3. Idem, mais c'est surtout vrai quand il est préservé (ciel de (haute) montagne) et sans doute un spectacle que de moins en moins d'humains peuvent contempler de nos jours... J'ai un ciel de campagne désormais (mag 6 à l'oeil nu), c'est suffisant et sans doute le pied pour des citadins, mais rien à voir déjà avec mon site précédent où on montait à 7 voire 7,5 au zénith (1830 m d'altitude).
  4. Filtre IR/UV cut sur 294 MC PRO

    Pour moi, la matrice de Bayer est un jeu complet et physique de filtres posés sur les photosites, je ne vois pas comment les bypasser dans ces conditions(1)... Je crois que certains se sont amusés à les gratter pour récupérer une caméra N&B (et définitivement N&B du coup), mais je n'ai pas compris l'intérêt de s'embêter la vie plutôt que d'acheter directement un modèle N&B (?) Donc, sauf erreur de ma part, on achète un modèle N&B ou bien COULEURS et ce sera toujours comme çà. (1) Par logiciel, on peut bien sûr retirer les infos de couleurs mais la matrice de Bayer aura tout de même filtré le flux incident.
  5. Oui, le même résultat : le rêve d'une belle photo qui est resté au stade de rêve... !
  6. Alors je poursuis ! Premier instrument à noël 1981 : un newton azimutal SBS 76/700 avec d'affreux cul de bouteille Kelner en 24.75 mm (çà je m'en suis aperçu 4 ou 5 ans plus tard en bricolant un adaptateur 31,75 mm pour y mettre les oculaires du C8 et ce fut un choc : quelle différence !). Au début, j'étais peaumé : je ne savais pas reconnaître les constellations (même avec le Miniciel) ni quoi chercher. J'ai surtout observé la Lune (quel spectacle !) , Jupiter (incroyable : on devinait la SEB et la NEB et on voyait les satellites galiléens) et aussi le Soleil. Je me souviens qu'entre midi et deux, je rentrais en courant du collège pour viser le Soleil de mon balcon Est juste avant son passage au méridien, pour le suivi des tâches avec un filtre visssé sur l'oculaire... Aie heureusement il n'a jamais cédé (!), bon je mettais tout de même, comme indiqué dans la doc, un cache réduisant l'ouverture à l'avant du tube tout de même. Et le soir je rentrais parfois prestement pour ne pas rater Goldorak ou Capitaine Flam à la TV (tiens j'étais pas le seul ), je ne sais plus trop lequel des deux. A propos de TV, il y a 2 émissions que je ne ratais jamais : Cosmos avec l'excellent Carl SAGAN et Temps X des frères Bogdanoff J'ai un souvenir extraordinaire avec ce premier instrument, ce fut la "découverte" de Saturne par une froide nuit de décembre : après avoir observé Jupiter, je remarque une autre point lumineux pas très loin qui semble lui aussi ne pas vraiment scintiller... J'avais lu que c'était un critère d'identification des planètes et je le pointe plein donc de curiosité : waouhh Saturne et ses anneaux. Une image petite, mais totalement inoubliable et magique. Le hasard a fait que c'était la nuit de mon anniversaire, quel beau cadeau d'Uranie ! Entre temps, j'ai découvert complètement par hasard que mon voisin de pallier était un astronome (averti en plus alors que j'étais un total débutant) à l'automne 1982 : je demandais la revue Ciel & Espace dans un kiosque à journaux et il était juste derrière moi. Je le connaissais de vue, on a parlé du coup devant le kiosque et ce qui est marrant c'est que çà faisait donc 6 mois qu'on observait du même immeuble et du même étage mais chacun de son côté : moi à l'Est et lui à l'Ouest ! C'est lui qui m'a appris à identifier les constellations, me répérer au chercheur à partir d'un atlas et je luis dois énormément. je ne peux pas le remercier publiquement, il n'est pas sur Astrosurf. .../... Le virus était là, il ne m'a jamais quitté et je dois beaucoup à ma Maman de l'avoir compris car c'est entièrement grâce à elle que le C8 est donc venu remplacer le petit Newton en 1983.
  7. Pas de soucis, moi çà me va d'autant plus
  8. Oui, @keymlinux c'est une remarque très judicieuse en effet. J'avais omis ce point...
  9. Merci @jm-fluopour l'idée de ce post bien sympathique et qui brasse tant de bons souvenirs ! je connais très bien le guide explo, c'est moi aussi un de mes premiers livres (et je l'ai toujours !). Mon plus lointain souvenir doit dater de quand j'avais une dizaine d'années : on avait entendu à la radio qu'il devait y avoir des étoiles filantes et avec ma mère on avait regardé par la fenêtre pendant une heure en début de nuit sans en voir aucune ! C'était sans doute les Perséides mais j'habitais en ville et on a sand doute pas guetté assez longtemps et le choix du début de nuit n'était pas le meilleur, mais tout çà je ne le savais bien sûr pas encore. Cette histoire d'étoiles filantes m'avait déjà interpellé. Vers l'âge de 11 ou 12 ans, j'ai dévoré plein de bouquins dans divers domaines et notamment l'Astronomie. J'ai adoré : A l'affut des étoiles : Un bouqin chez Grund : mais celui qui m'a vraiment fait craquer (et pourtant c'était loin d'être le plus illustré) c'est celui de Didier GODILLON : Hyper-complet, plein d'astuces et lire par exemple qu'on pouvait voir même Pluton avec un instrument d'amateur m'a vraiment fait rêver ! En ce qui concerne, l'élément vraiment déclencheur de ma passion astro a aussi été l'épopée Voyager I en découvrant des photos de Jupiter puis Saturne dans le journal. Il me semble avoir lu quelque-part sur le forum qu'il semblait y avoir pas mal d'astrams ayant débuté dans le début des années 1980 : il y a peut-être un lien ? Un ado réceptif à cette aventure spatiale et tombant dans l'astro est un (jeune) quinquagénaire aujourd'hui ! je peux détailler plus, mais ne veux pas non plus monopoliser le post de jm...
  10. C8 orange sur monture à fourche acheté 15820 FF (çà fait 2412 €) chez Médas en 1983 : la concrétisation d'un rêve et un instrument qui a été mon fidèle compagnon pendant 12 ans. J'avais été reçu dans son bureau par Mr Medas en personne qui nous serrait la main pour nous féliciter et des pépites dans les yeux d'avoir pu contempler (trop peu de temps !) tous les scopes qu'il avait en stock, et c'est aussi à cette occasion que j'avais découvert la revue Pulsar (qui n'existe plus) éditée par la Société d'Astronomie Populaire de Toulouse qu'on ne trouvait pas en kiosque (contrairement à Ciel et Espace) et qui était moins connu que l'Astronomie de la SAF.
  11. Pour revenir à l'astro en mode bolosse, je suis comme beaucoup d'astrams de l'époque passé au TP2415 hyper (une vraie usine à gaz, au propre comme au figuré --> "forming gas" vous vous souvenez ?) et j'avais dû prendre une contrat avec une bouteille chez Air Liquide) mais grâce à un pote photographe qui avait lui même un pote mécano, j'ai eu la chance de pouvoir faire les photos une par une avec cette platine : Cela me permettait de développer dès le lendemain les poses de la nuit, dans la salle de bain après avoir dormi un peu (pas trop longtemps du coup, impatient de voir le résultat : que de souvenirs...) et avec le recul j'étais super content avec des photos que je trouve bien mauvaises aujourd'hui ! La platine se vissait deriière le réducteur de focale et je pouvais la retirer pour y mettre un focaliseur (un verre dépoli et un oculaire) :
  12. Tiens çà me rappelle une nuit estivale il y a 33 ans où j'avais décidé de tenter des photos de Mars au C8 en diapo couleur. Pour une fois, la planète ne dansait pas trop à travers le verre dépoli et je rêvais de voir ce que çà donnerait. Je n'ai pas vérifié que le compteur des photos avançait bien et j'aurais dû sentir en ré-armant l'appareil photo (un bon viel Olympus OM2N) que la tension exercée par le film était minime. Et pour cause, l'amorce était mal mise et j'avais donc shooté sans pellicule ! Au moins, ce genre de mésaventure ne risque plus d'arriver en numérique, encore que : il y a quelques nuits lors d'une nuit annoncée parfaite et pour laquelle les Sc ont totalement gâché toute la première partie, je voulais tenter la conjonction de 156P/Russel-LINEAR avec M33 au télé de 300 mm et le 600D. Après avoir fait une croix sur une vraie image compositée, je pensais au moins avoir quelque-chose en one-shoot (c'est mieux que rien...). Profitant d'une courte trouée, je lance l'autoguidage au C11 (90s) et simultanément la pose au 600D et ouf, pas de passage nuageux durant ces 90s. Je vais voir l'écran du 600D pour voir ce que çà donne et là il y a juste écrit "No Sd card" !!!!!!!! Je l'avais oublié dans le lecteur à l'ordinateur et bien entendu les nuages ne m'ont ensuite plus lâché jusqu'à ce que 156P se couche...
  13. Hayabusa 2 en miniature avec Ryugû

    Remarquable et avec de la récup en plus : superbe réalisation écolo, bravo !
  14. Séquence nostalgie: 9 janvier 1982

    Pour ma part, je père Noël venait juste de m'apporter un Newton azimutal SBS 76/700 et je découvrais le ciel. Mais aucun appareil photio (argentoque !) encore... Je ne me souviens pas si j'ai observé cette éclipse ou pas, les notes que j'ai retrouvées datent de 1983. Je me rappelle plus en revanche de la belle éclipse de Lune estivale de 1989, observée et photographiée (Reflex Olympus OM 2N) au C8 orange à fourche : le graaal de l'époque Ah le club Copernic, çà ne nous rajeunit pas !
  15. autoguidage

    Petite question : c'est quoi les 2 housses noires en tissu à l'avant et aussi à l'arrière ?