Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Recommended Posts

merci de nous relayer ces images....
je suis ce poste depuis lomptemps sans jamais intervenir....
mais là!!

c'est une "vision de là bas" je ne saurai decrire ,mais se sont ce genre d'images sorties de mon imagination,de film, de lectures,de je ne sais quoi???? qui font que je suis un dingue d'astro....

merci a vous tous pour pour le partage

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Eh oui Bertrand, c'est difficile à exprimer cette fascination pour ces mondes étranges et lointains, c'est forcément personnel, intime.

Il n'y a que les poètes qui peuvent en parler :

La nature est tout ce qu’on voit,
Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.
Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit,
Tout ce que l’on sent en soi-même.

Quelques images MastCam de blocs de grès stratifiés au pied de la butte près du rover - 12 septembre (sol 1458) :


13 septembre (sol 1459) :

Share this post


Link to post
Share on other sites
Regarde le ciel, il te voit,
Embrasse la terre, elle t’aime.
La vérité c’est ce qu’on croit
En la nature c’est toi-même.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pano de Robert Charbonneau sur des blocs de grès stratifiés appartenant à la "formation Stimson" - 13 septembre (sol 1459) .



Pano de Sean Doran du 13 septembre (sol 1459). Il s'agit de la butte près de laquelle Curiosity stationne au spot nommé "Quela", pour un forage qui devrait être réalisé aujourd'hui 14 septembre (sol 1460), ou le 15 septembre (1461)au plus tard :


[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 14-09-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hier 15 septembre (sol 1461) on recevait cette image qui témoignait d'un début de forage en cours :


Sauf qu'il semble que la tentative de forage soit un échec, le foret n'étant même pas entré en action.. Le système de percussion a peut-être encore posé des problèmes.
Affaire à suivre...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nouvelle image - aujourd'hui 16 septembre (sol 1462).

On peut constater que le forage n'a pas été réalisé et que l'instrument a été retiré de quelques cm :


Share this post


Link to post
Share on other sites

Ryan Anderson, scientifique membre de l'équipe ChemCam, a confirmé l'échec du forage en termes plutôt sibyllins : "Malheureusement, au sol 1461 les activités de forage ne se sont pas déroulées comme prévu, de sorte que le Sol 1462 a été consacré à essayer de comprendre le problème... "

S'il s'agissait de parier, je mettrais bien une petite pièce sur un (nouveau) court-circuit dans le système de percussion ..

Share this post


Link to post
Share on other sites
Superbes paysages avec les buttes Murray. Merci Vaufrèges et aux autres participants de nous en faire profiter avec des commentaires pertinents et un peu de poésie. L'idée du cosmonaute "Astrid" est très bonne pour donner l'échelle.

C'est curieux que l'on ai baptisé ces buttes du nom de Murray, alors qu'elles font partie de la formation éolienne "Stimson" et non pas la formation "Murray" d'origine lacustre, beaucoup plus ancienne et située au dessous. Cela prête un peu à confusion...

Certaines figures d'érosion me rappellent des figures semblables observables sur Terre et réalisées par le vent dans des dunes éoliennes légèrement cimentées (avec de fragiles dentelles de fines couches en surplomb).

Espérons que la foreuse va retrouver une santé plus percutante et sera toujours opérationnelle quand Curiosity arrivera enfin aux couches d'argiles. Je partage le point de vue de Adintc, je trouve que Curiosity lambine un peu trop. 14 Km en 4 ans et un mois, cela fait une vitesse moyenne d'environ 39 cm à l'heure... pas terrible la propulsion au plutonium !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Restons positif sur la vitesse d’avancement de Curiosity. Il a progressé en moyenne de plus de 9 m par jour (jours terrestres), ou environ 9,5 m par jour martien. Cette performance est en soit un exploit technique remarquable compte tenu des difficultés de terrain et des problèmes de transmission pour son pilotage. La moisson des renseignements recueillis à ce jour est telle que cette mission, même si elle devait échouer à atteindre les affleurements d’argile, est déjà un succès.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui, mais elle échouerait dans sa mission principale,... les carbonates dans les argiles.
Le reste est très spectaculaire, mais reste de la géologie pure. (j'ai l'impression que je vais me faire incendier par nos amis géologues).

Oui, d'accord, je concède qu'il y a ces merveilleux paysages ces dunes et ces renforts dans lesquels on aimerait batifoler, prendre des photos et planter son piolet...

Ah oui, les contrepeteries de Vauffy, aussi...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Géo le curieux > "C'est curieux que l'on ai baptisé ces buttes du nom de Murray, alors qu'elles font partie de la formation éolienne "Stimson" et non pas la formation "Murray" d'origine lacustre, beaucoup plus ancienne et située au dessous. Cela prête un peu à confusion..."

Tu as totalement raison, mais il s'agit là je crois d'un choix lié à la chronologie des découvertes :

La désignation "Murray Buttes" date d'une annonce de la Nasa de novembre 2013 (sur la base d'images de ces structures par la caméra HiRise de MRO), les situant comme "une porte d'entrée" du rover vers le Mont Sharp.

Ce n'est qu'en septembre 2014 que Curiosity arrive aux "Pahrump Hills" et y découvre une structure géologique originale aux caractéristiques très différentes de ce que le rover a rencontré jusque là et qui semble présente sur près d'un tiers de la surface du Mont Sharp et en particulier là où se situent les buttes. Très naturellement cette structure est donc baptisée "Formation Murray".

Ce n'est ensuite que courant 2015, après avoir quitté "Pahrump Hills" et en cheminant plus haut au "col Maria", que Curiosity découvre une nouvelle unité géologique baptisée "Stimson" constituée d'une roche qui semble avoir mieux résisté à l'érosion que celle formant les "Pahrump Hills" et qui génère un relief plus accidenté dans lequel les opérateurs au sol ont eu du mal à tracer un itinéraire. Les scientifiques décident alors que le rover passera par un site permettant d'étudier plus facilement la zone de contact entre les unité géologiques "Murray" et "Stimson" pour déterminer la relation existant entre elles.

Après un large détour (improvisé) au milieu des "Dunes de Bagnold", Curiosity a pu enfin examiner de près cette couche - appelée la "Formation Stimson" - au cours de la première moitié de 2016, en traversant une fonctionnalité appelée "Plateau Naukluft" située entre deux expositions de la "Formation Murray".

Il est alors bien établi que les buttes et mesas s'élevant au-dessus de la surface dans cette zone sont les vestiges érodés de grès anciens qui ont pris naissance lorsque les vents ont déposés du sable sur les pentes inférieures du mont Sharp.. et que ces structures appartiennent à la "Formation Stimson. Mais il était trop tard pour rebaptiser les buttes du nom de leur formation géologique.

Par ailleurs et ça n'a rien à voir avec ce qui précède, il me paraît quand même un peu regrettable que l'équipe du rover n'ait pas jugé utile de nommer les buttes, ce qui aurait permis un repérage à l'image beaucoup plus simple de ces structures spectaculaires, au moins pour le grand public.

Géo le curieux > "je trouve que Curiosity lambine un peu trop. 14 Km en 4 ans et un mois, cela fait une vitesse moyenne d'environ 39 cm à l'heure...".. "Restons positif sur la vitesse d’avancement de Curiosity".


Oui, restons positifs , il faut en effet prendre en compte toutes les "premières" et défis que cette mission a du affronter. On peut aussi considérer que la com' de la Nasa s'est montrée beaucoup trop optimiste en envisageant l'arrivée du rover à l'objectif, et donc aux argiles situées dans les premières pentes du Mont Sharp.. en mai 2014 ! Il faut aussi se souvenir que Curiosity a pris très tôt le chemin inverse de son objectif en allant explorer la zone de "Yellowknife Bay" pendant 6 mois (de décembre 2012 à juin 2013), pas inutilement puisque cette zone s'est révélée être un ancien delta fluvial.

Par ailleurs la dégradation des roues a joué un rôle en imposant un trajet qui n'était pas nécessairement le plus court, mais plutôt le moins agressif possible pour elles.

Surtout, avec ce gros monstre de près d'une tonne, il existe beaucoup de contraintes sur l'énergie disponible et sur les communications compte tenu du volume d'images et de données scientifiques générées, ou des instructions que les opérateurs ont à transmettre au rover. Sachant que chaque jour martien Curiosity ne peut consacrer que 250 watts d'énergie aux équipements scientifiques. Et durant cette même journée martienne, le temps d'activité du rover est limité à 6 heures. De plus la quantité de données scientifiques qui peut être transmise a été limitée en moyenne à 250 mégabits par jour martien.

Le rover n'est généralement pas capable d'enchaîner les opérations et doit recevoir des instructions des opérateurs sur Terre. Sa progression doit bien sûr être très prudente, car la capacité d'identifier les obstacles est limitée. Et en cas d'ensablement, de retournement ou de choc endommageant un des mécanismes ou instruments, aucune réparation n'est possible. Or, le terrain martien est irrégulier et les zones géologiques intéressantes sont souvent situées dans des lieux escarpés.

Le rover dépend donc fortement des échanges avec les équipes terrestres pour mener ses activités. Or plusieurs facteurs freinent ces échanges :
Les communications radio mettent de 8 à 42 minutes pour arriver à leur destination en fonction de la position respective des deux planètes.
Il n'est prévu que deux vacations radio par jour martien entre le rover et les contrôleurs à Terre pour plusieurs raisons : le rover dispose d'une quantité d'énergie limitée à consacrer aux télécommunications, ces échanges utilisent comme relais un des orbiteurs martiens qui doit survoler le site du rover, et le réseau d'antennes de réception sur Terre a une disponibilité limitée. De plus les positions respectives de la Terre, de Mars et du Soleil ne sont pas toujours favorables à ces échanges.

Au-delà des 180 premiers jours de la mission, la réactivité des opérateurs et des scientifiques sur Terre est limitée car les équipes ne sont plus disponibles 24h sur 24 et 7 jours sur 7 et sont rapidement revenues à des horaires normaux. Par ailleurs les week-end ainsi que les (assez nombreux ) jours fériés sont désormais scrupuleusement respectés.

C'est bien pour cette raison que nous restons fébriles et transpirants , au moins jusqu'à ce lundi 19 septembre, dans l'attente de savoir quel problème est survenu dans le système de forage le vendredi 16 septembre. Je plaisante, mais si le système de forage foirait définitivement ce serait la "mort clinique" de la mission.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eh oui, Daniel, tu as raison de nous expliquer ce qu'est la dure vie de Curiosity.
En attendant, nous dégustons ce post...
C'est comme monter les escaliers...

Share this post


Link to post
Share on other sites

adintc > "C'est comme monter les escaliers..."


Ben... pour la mission, espérons au contraire que le meilleur soit au bout de la montée. Mais il s'agit bien "d'exploration" : Rien de garantit que Curiosity parvienne à atteindre l'objectif, que ses instruments demeurent pleinement opérationnels, ni que l'on parvienne à y trouver ce qu'on cherche (des molécules organiques, de préférence complexes).
Bref, c'est un peu l'aventure.. sachant que comme l'énonce Paulo Coelho, l'aventure est dangereuse, mais la routine est mortelle.

En attendant lundi et les résultats des investigations sur l'échec du forage, Curiosity lutte contre son désoeuvrement en préparant un selfie dont voici une première ébauche par Sean Doran, encore incomplète :

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ouahhhhh!

Magnifique, et avec le Mt Sharp à l'horizon!

(je vais me pâmer, moi!)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas d'infos sur les raisons de l'échec du 15 septembre, mais au vu des images une nouvelle tentative effectuée hier 18 septembre (sol 1464) semble avoir pleinement réussi.. OUF !!..

Donc, "Quela" 14ème forage..


NavCam - 18 septembre (sol 1464) :


Des résidus de forage très colorés - Mahli (sol 1464):

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 20-09-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui Vaufrèges, c'est dommage que la Nasa n'ait pas nommé les diverses buttes Murray rencontrées par Curiosity (ou leur attribuer un numéro). Ils avaient pourtant l'habitude de donner un nom exotique au moindre caillou singulier ou aux divers affleurements observés (mais c‘est l‘été et celui qui donne les noms est peut-être en vacances...).

Une question au sujet du cratère Gale. Les vues satellitaires montrent clairement sur sa limite sud-est une longue et profonde vallée qui entaille le rempart du cratère et se termine dans celui-ci par un bel et important dépôt de type deltaïque. C'est une source d'alimentation du cratère en eau ayant sans doute contribué à la formation d'un lac. Cela a certainement été étudié. Quelqu'un connaît-il un lien traitant de cette vallée ?

Ouf ! la foreuse marche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Géo le curieux > ".. sur sa limite sud-est une longue et profonde vallée qui entaille le rempart du cratère et se termine dans celui-ci par un bel et important dépôt de type deltaïque."

C'est ici ? :


Edit : Je t'avais mal lu, il s'agit des remparts...

Sinon, pour mieux situer le contexte, j'ai annoté une image de la Nasa pour situer les différents deltas que Curiosity a exploré (celui issu des remparts et de la vallée "Peace" à "Yellowknife Bay"), et celui qu'il va explorer (issu du Mont Sharp) en montant derrière la crête "Hématite Ridge" pour rechercher les argiles :

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 19-09-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour,

Je pense que tu parles de Farah Vallis. Ce serait le chenal d'innondation à l'origine du plus ancien et du plus important lac ayant occupé le cratère Gale.
Ce n'est là que l'interprétation qu'en donne la majorité des chercheurs mais il existe d'autres hypothèses géomorphologiques pour tenter d'expliquer l'histoire complexe de Gale.
Je n'ai pas de lien spécifique à te fournir mais Vaufy va sûrement te trouver ça.
Au cas ou tu n'en n'aurais pas connaissance, voici quelques images faites par HiRise de MRO :
http://hirise-pds.lpl.arizona.edu/PDS/EXTRAS/RDR/ESP/ORB_025200_025299/ESP_025223_1740/ESP_025223_1740_RED.abrowse.jpg
http://hirise-pds.lpl.arizona.edu/PDS/EXTRAS/RDR/ESP/ORB_025200_025299/ESP_025223_1740/ESP_025223_1740_COLOR.abrowse.jpg
http://hirise-pds.lpl.arizona.edu/PDS/EXTRAS/RDR/ESP/ORB_025200_025299/ESP_025223_1740/ESP_025223_1740_MIRB.abrowse.jpg
http://hirise-pds.lpl.arizona.edu/PDS/EXTRAS/RDR/ESP/ORB_025200_025299/ESP_025223_1740/ESP_025223_1740_RGB.NOMAP.browse.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quetzy.. Huitzy.. le retour ? .. ça faisait un bail dis donc ! Bienvenue l'ami ..

Bon, j'avoue humblement ne pas m'être intéressé aux deltas autres que ceux qui intéressent l'environnement immédiat de Curiosity, mais l'histoire du cratère Gale est bien sûr liée à ces sources de drainage de l'eau vers des lacs qui l'ont occupé épisodiquement, partiellement ou totalement.


Ici il est surtout question de "Peace Vallis", mais ils disent quelques mots de Farrah Vallis :

http://wpg.forestry.oregonstate.edu/sites/wpg/files/seminars/2014_Palucisetal_JGR.pdf


Beaucoup plus complet ici :

http://www.researchgate.net/publication/296469328_Sequence_and_relative_timing_of_large_lakes_in_Gale_crater_Mars_after_the_formation_of_Mt_Sharp


Un delta qui est au Sud-Ouest en fait, non ? :

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 19-09-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vaufy : "Un delta qui est au Sud-Ouest en fait, non ?"

Salut Vaufy,

Effectivement, Farah Vallis situé au S-O de Gale.(J'avais cru lire cela !)

Merci pour les liens. Un peu copieux, élargissant le cadre précis du topic, mais aidant bien quand même à (essayer de) comprendre ce qui s'est passé dans Aéolis Palus.

A+

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je parlais de Farah Vallis, au Sud-ouest (et non pas Sud-est comme j‘ai écris par erreur).

Merci pour les liens, très complets (surtout le second). Ça va me faire de la lecture intéressante pour mieux comprendre l'environnement où évolue Curiosity et revitaliser un peu mon anglais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ken Herkenhoff, géologue de l'équipe, nous informe aujourd'hui de difficultés intervenant dans le forage "Quela" du 18 septembre (sol 1464) mais, curieusement, ne revient pas sur ce qui a cloché dans l'échec du 15 septembre (sol 1461)... Circulez y'a rien à voir ..

La deuxième tentative de forer dans "Quela" le 18 septembre a réussi, mais le 19 septembre il y a eu "un problème de synchronisation" lors de la manipulation dans le système de préparation d'échantillons CHIMRA, problème qui a abouti à un arrêt prématuré de la séquence. Aujourd'hui 20 septembre les opérateurs du rover vont donc rechercher à quel moment exact de la séquence s'est produit l'arrêt, puis vont tamiser le nouvel échantillon, vider au sol la fraction non tamisée, et introduire la partie de l'échantillon tamisée dans le labo de minéralogie CheMin. La caméra ChemCam va réaliser des spectres des résidus de forage de "Quela" puis l'instrument va utiliser son laser pour mesurer la composition chimique de la paroi du nouveau trou de forage et de cibles rocheuses nommée "Camaxilo" et "Okakarara." Des images de ces cibles avec la MastCam droite sont également prévues. Après le coucher du soleil, la caméra Mahli va utiliser ses LED pour prendre des images du trou de forage à partir de divers angles, ainsi que de l'entrée du labo CheMin pour confirmer que l'échantillon a été livré avec succès. Enfin, les APXS seront placés sur les résidus de forage pour une intégration durant toute nuit du 20 au 21 septembre.


MastCam du 18 septembre (sol 1464) :


Des résidus de forage qui semblent coller au foret – MastCam du 18 septembre (sol 1464) :


Share this post


Link to post
Share on other sites

Les activités du 20 septembre (sol 1466) – voir message précédent - se sont bien déroulées, le seul problème résidant dans l'image ChemCam de la paroi du trou de forage "Quela" qui est légèrement floue. Une nouvelle tentative sera effectuée aujourd'hui 21 septembre (sol 1467) avec des paramètres de commande ChemCam légèrement modifiés. La priorité est de terminer l'étude du trou de forage et des résidus avant de repartir.

Après la rétraction et le rangement du bras pour permettre des observations de télédétection dans la zone "Quela", la MastCam droite fera l'image de l'empreinte du capteur de contact APXS dans les résidus de forage afin de déterminer exactement où le capteur a été placé. La MastCam fera également l'image avec tous les filtres de la pile d'échantillon déchargée non tamisée et mesurera ensuite la quantité de poussière dans l'atmosphère par l'imagerie du Soleil. Puis la ChemCam fera l'acquisition "passive" de spectres sur la pile de vidage, et des observations actives "LIBS" (Laser Induced Breakdown Spectroscopy) par faisceaux laser des trous de forage et des résidus, puis des cibles rocheuses de veines blanches nommées "Sumbe" et "Goantagab". La MastCam droite va ensuite acquérir une mosaïque du côté droit de la butte située devant le rover et prendre des photos des cibles ChemCam. Une autre MastCam droite pour l'atmosphère est prévue en fin d'après-midi, suivie par les activités d'ingénierie pour les labos CheMin et SAM. La MastCam droite mesurera à nouveau la quantité poussière dans l'atmosphère le matin du 22 septembre (sol 1468), et la NavCam recherchera des nuages.

Demain 22 septembre (sol 1468) un parcours de 90 mètres est prévu en milieu de la journée martienne..

Petite précision : Du 22 au 26 septembre je ne serai pas en mesure d'actualiser les aventures de Curiosity .. Faudra quand même qu'un jour l'équipe du rover tienne compte aussi de mes disponibilités ..
Je posterai une mise à jour dès mardi 27 septembre ! .. Enfin j'espère..

L'image "légèrement floue" (ne permettant pas de voir correctement la paroi du trou de forage) par la caméra "RMI" (Remote Micro Imager) de l'instrument ChemCam – 20 septembre (sol 1466) :

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now