xavierc

Chili reboot 2018 nuit 7

Recommended Posts

Nuit du 6 novembre au 7 novembre 2018.
Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo.
Strock 254/1200

16 observations : 8549 à 8564.

 

Je commence la nuit en observant Mars qui est quasiment au zénith dans le Capricorne.

 

Observation 8549 : la planète Mars.
Malgré son diamètre décroissant à 11,3 secondes d'arc, elle me montre beaucoup de détails avec une turbulence moyenne ce qui me change des observations en France, où elle était basse cette année.
Les images sont en effet assez stables dans le crépuscule.
La petite calotte polaire Sud est vue immédiatement ainsi que quelques nuages sur le limbe.
L'observation se fait d'abord sans filtre puis avec le filtre rouge pour renforcer le contraste des formations puis le filtre bleu pour bien confirmer les nuages.
Je la grossis directement à 480X.
Marsobs8549.jpg
 

Mes compagnons d'observation Pierre et Bruno sont là, ainsi que Raymond le propriétaire de l'observatoire et du site.
Pierre est arrivé en silence derrière Bruno pour demander qui était là et ça a fait sursauter ce dernier, ce qui nous a tous bien fait rire. Le puma des Andes a encore frappé!

Puis je commence les observations ciel profond de cette nuit avec déjà la réobservation de plusieurs objets.

 

Observation 8550 : NGC6397.
Cet amas globulaire est situé dans la constellation de l'Autel, dit Ara en latin, qui va bientôt se coucher.
Il est déjà visible au chercheur 9X50 comme une large tache assez brillante à centre plus brillant.
A l'oculaire Nagler 16 à 75X il est aussi assez brillant.
C'est une explosion d'étoiles à 75X et 109X où il est déjà très résolu.
Quel calvaire à dessiner, il est vraiment très riche!
NGC6397obs8550.jpg
 

Sur la même carte de l'atlas Uranometria 2000, je glisse un peu plus vers l'Est ce qui vu l'orientation du ciel revient ici à glisser un peu plus vers le haut, pour regarder un autre amas globulaire dans la constellation du Télescope (sous le Sagittaire en déclinaison).

 

Observation 8551 : NGC6584.
Dans cette constellation inventée par l'abbé Lacaille, cet amas globulaire apparaît au chercheur 9X50 comme une étoile floue très faible.
A 75X, il est assez faible à considérablement faible, bleuôté, et en poussant le grossissement à 150X, je note un début de résolution et des lignes non résolues d'étoiles.
Pas mal pour un amas globulaire dont les étoiles les plus brillantes seraient de magnitude 15,5 d'après le Deep Sky Field Guide, catalogue associé à l'Uranométria.
NGC6584obs8551.jpg
 

Je poursuis mes observations d'objets avec l'amas de galaxies de la Dorade, notamment ses composantes les plus spectaculaires.
Je rappelle que cette constellation située vers le pôle céleste Sud est celle où se trouve la plus grosse partie du Grand Nuage de Magellan.
En s'éloignant du pôle à partir de cette galaxie satellite, on tombe sur cet amas bien plus lointain.

 

Observation 8552 : NGC1515.
Cette galaxie allongée est considérablement faible à 75X, et à 150X les extensions ont tendance à s'effacer.
109X est le grossissement optimal pour voir des nodosités dedans.
A proximité, une galaxie satellite orbite autour d'elle, NGC1515A qui est vue VI2 à 150X.
NGC1515obs8552.jpg
 

Observation 8553 : NGC1566.
Cette galaxie spirale est le joyau de l'amas de galaxies de la Dorade.
Elle est assez faible à 75X où l'enroulement des spires est déjà perçu.
A 150X, le bras Est est vu en vision indirecte VI1 tandis que le bras Ouest apparaît moins facilement en vision indirecte VI2 à 3.  
J'ai grossi 75X, 109X et 150X pour détailler cet objet alors qu'un peu de fatigue se fait ressentir à quasiment 1h du matin.
NGC1566obs8553.jpg
 

Je vais me reposer un peu dans l'observatoire à l'occasion d'une pause casse-croûte.

 

Observation 8554 : IC2066.
Je grappille cette galaxie VI1 à 109X dans le champ de la précédente. Elle était déjà perçue dès 75X.
IC2066obs8554.jpg
 

Je me rapproche d'Alpha de la Dorade pour regarder un couple de galaxies de cet amas.

Observation 8555 : NGC1596 et NGC1602.
NGC1596 est vue assez faible, très effilée, et a pour voisine NGC1602 qui est très faible et diffuse.
NGC1596_1602obs8555.jpg
 

Je prends quelques photos à côté avec le bridge Panasonic, avec des temps de pose de 15 secondes à 1600 ISO, et les résultats sont plutôt étonnants avec ce ciel de folie.

Observation 8556 : NGC1581.
Cette galaxie est faible, petite et allongée à 109X et 150X, avec une turbulence à 1 ou 2.
Les images sont de cristal.
NGC1581obs8556.jpg
 

Je change de constellation, pour me diriger vers les constellations qui correspondent à notre ciel d'hiver, destination la Colombe.
Cette constellation se situe au pied sud-ouest du Grand Chien et affleure à peine l'horizon dans nos contrées d'Europe du Nord.

Mes cibles dans la Colombe sont deux galaxies très intéressantes.

 

Observation 8557 : NGC1808.
A 75X, elle est bleutée et en grossissant plus à 109X sa structure spirale est supputée, puis confirmée à 150X.
Un bras Nord est très faible à VI1 tandis que le bras Sud est flou et VI1 à 2.
NGC1808obs8557.jpg
 

Observation 8558 : NGC1792.
Cette galaxie observée assez brillante à 75X est bleutée.
A 109X et 150X, elle m'apparaît grumeleuse. Bizarre.
L'examen de photos sur Internet le lendemain m'apprendra que c'est une galaxie spirale effectivement très grumeleuse avec plein de nodosités, au point de rendre sa structure spirale peu lisible.
NGC1792obs8558.jpg
 

Je vais maintenant quitter ces galaxies assez lointaines pour explorer l'une des deux galaxies satellites de notre Voie Lactée qu'on a la chance de pouvoir voir depuis notre site chilien.
Il s'agit du Petit Nuage de Magellan dans le Toucan.

 

Observation 8559 : NGC220/222/231.
J'observe un enfilement de 3 amas ouverts à 75X, 109X et 150X.
Le plus à l'ouest NGC220 est considérablement faible à faible.
Celui du milieu NGC222 est faible.
Le plus oriental NGC231 est très faible et révèle des étoiles à la limite en vision indirecte 4 à 5 en poussant le grossissement à 150X.
C'est un groupe intéressant.
NGC220_22_31obs8559.jpg
 

Je suis désormais tout seul à cette heure-ci.
Il est 4h15 du matin.
La seule présence, si on peut dire, est le ronronnement des instruments en remote qui sont tous au travail.
Ces instruments sont une nouveauté du site de la Canelilla qui propose l'hébergement de télescope de particuliers ou de clubs.

Je poursuis mon exploration des amas ouvert du Petit Nuage de Magellan avec le couple suivant.

 

Observation 8560 : NGC241/242.
Ce couple NGC241 et 242 est dessiné à 75X et 150X. Ils sont faibles et minuscules, mais n'oublions pas que ces amas ouverts se situent à près de 190000 années-lumière de nous.
NGC241_42obs8560.jpg
 

Observation 8561 : NGC248/256/265.
Nous avons là un mélange d'objets : les nébuleuses NGC248 et 256, et l'amas globulaire NGC265.
Plus précisément, NGC248 est très faible et réagit bien en Oxygène 3 et pas du tout en HBêta.
NGC256 est considérablement faible et ne réagit à aucun des deux filtres cités.
NGC265 reste très faible, diffus et en vision indirecte son centre est plus brillant.
NGC248_56_65obs8561.jpg
 

Observation 8562 : NGC269.
Cet amas globulaire observé à 150X est très faible et très diffus dans l'aube qui est de plus en plus présente.
NGC269obs8562.jpg
 

J'arrête là les observations d'objets faibles du ciel profond mais profite encore de l'opportunité d'observer deux belles étoiles doubles.

Je les repère grâce au Pocket Sky Atlas, vu que j'ai oublié ma liste d'étoiles doubles australes à la maison, bien joué...

 

Observation 8563 : thêta de l'Éridan dit aussi Acamar.
Cette double est brillante à 75X et 343X où elle me montre ses deux composantes respectivement très brillante et brillante, séparées de 8,2 secondes d'arc.
Une bien belle double très brillante, assez large mais incolore, avec une turbulence qui par contre se dégrade à l'aube, de 4 à 5 sur l'échelle de Danjon.
THETAERIobs8563.jpg
 

Enfin, le dernier objet de la nuit est une autre étoile double dans le Phénix.

Observation 8564 : dzeta Phoenicis.
Cette étoile double du Phenix est inégale et serrée à 75X.
Je vais les séparer plus franchement à 343X avec une composante brillante et une composante considérablement faible orangeâtre, séparées de 6,4 secondes d'arc.
DZETAPHEobs8564.jpg
 

Il est 5h50, je descends me coucher.

 

La suite des photos touristiques : le 28 octobre 2018 la réserve de Humboldt partie 2.

 

Au nord de Punta de Choros, paysages côtiers magnifiques.
20181028_Reserve_de_Humboldt_54.jpg
 

Et encore des cactus.
20181028_Reserve_de_Humboldt_55.jpg
 
20181028_Reserve_de_Humboldt_57.jpg
 

Une plage magnifique et vide, il faut dire que l'eau est fraîche ici à cause du courant de Humboldt qui remonte de l'Antarctique.
20181028_Reserve_de_Humboldt_60.jpg
 

Autre fresque à Punta de Choros, je reconnais nos amis les guanacos.
20181028_Reserve_de_Humboldt_70.jpg
 

Et le renard de Magellan.
20181028_Reserve_de_Humboldt_71.jpg
 

Un petit phare au sud de Punta de Choros.
20181028_Reserve_de_Humboldt_72.jpg
 

Un panorama pour illustrer ce lieu magnifique.
20181028_Reserve_de_Humboldt_75.jpg
 20181028_Reserve_de_Humboldt_76.jpg
20181028_Reserve_de_Humboldt_77.jpg
 

Punta de Choros depuis le phare.
20181028_Reserve_de_Humboldt_79.jpg
20181028_Reserve_de_Humboldt_81.jpg
 

Goéland
20181028_Reserve_de_Humboldt_84.jpg
 

Sur une autre plage pleine de coquilles vides, un huîtrier d'Amérique.
20181028_Reserve_de_Humboldt_86.jpg
 20181028_Reserve_de_Humboldt_87.jpg
 20181028_Reserve_de_Humboldt_88.jpg
 
Pélican.
20181028_Reserve_de_Humboldt_90.jpg
 

J'ai eu la chance de réunir sur cette photo un pélican, 2 goélands et un courlis corlieu.
20181028_Reserve_de_Humboldt_91.jpg
20181028_Reserve_de_Humboldt_92.jpg
 20181028_Reserve_de_Humboldt_93.jpg
 20181028_Reserve_de_Humboldt_95.jpg
 

  • Like 1
  • Love 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Encore une sacrée nuit bien occupée :)

Mars est superbe et la liste des dessins est impressionnante :)

Et merci pour ces photos magnifiques qui nous font rêver ;)

Bonne journée,

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mars au Zenith ! Le rêve :)

Scruter les Amas ouverts du petit nuage de Magellan : Quelle chance !

Merci pour ce CR qui donne envie. Je ne connais aucun de ces objets célestes. C'est vraiment un aperçu d'un autre monde. Certaines galaxies sont très détaillées.

 

Les photos d'oiseaux sont chouettes aussi. Ça doit être marrant de voir un pélican en liberté. Il n'y en a pas trop, par chez moi ;).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 31 juillet au 1er août 2019
       Dobson 508/1920
       
       11 dessins : 8873 à 8883.
       
       Après une bonne sieste, je suis opérationnel à 23h15. Le ciel est plus dégagé des voiles que ce qu'annonçaient les prévisions météo, on ne va pas s'en plaindre.
       J'observe une nébuleuse planétaire d'Ophiucus pour entamer la nuit.
       
       Observation 8873 : PK10+18.2.
       85x, 631x, 402x. L'idée de cette observation vient une fois de plus des fiches de Michel Nicole le québecois.
       Répondant bien au filtre O3, elle est bilobée dès 85x, justifiant son surnom de Nébuleuse du Papillon.
       Son étoile centrale est faible, la nébuleuse en partant est très faible.
       Elle est trop sombre à 631x. Le filtre O3 n'apporte aucun détail supplémentaire, je préfère la nébuleuse planétaire au naturel.
       
       
       Je regarde ensuite 2 galaxies de la même constellation.
       
       Observation 8874 : NGC6509.
       85x, 201x. Vue à 85x, elle se révèle diffuse à 201x, faible, et montre son centre un peu plus visible en vision décalée.
       
       
       La seconde assez esthétique sera montrée à 3 personnes dont Didier L.
       
       Observation 8875 : UGC11093.
       201x. Faible, elle est bien plus effilée en vision indirecte qu'au premier abord.
       
       
       Je pointe ensuite un amas globulaire du Sagittaire, un Messier en plus, que je montre à Aymeric.
       
       Observation 8876 : M75.
       85x, 201x, 402x. Je l'aperçois dans le chercheur, très faible et ponctuel.
       A 85x c'est une autre histoire, il est brillant, condensé, bleuté. Son coeur est bien plus brillant que le reste, le pourtour reste considérablement faible.
       Il est partiellement résolu à 201x, et surtout 402x. En vision indirecte, le coeur fourmille d'étoiles à la limite de détection.
       La turbulence est assez forte à 402x, de 4 à 3 sur 5 sur l'échelle Ciel Extrême.
       
       
       Des voiles arrivent à 1h40.
       Je tente la nébuleuse planétaire NGC6210 dans Hercule à l'écart des voiles, afin de tenter d'y voir plus que lors de mon premier dessin au 508, mais elle est trop turbulente pour ce but.
       
       Je me rabats sur des galaxies de la même carte de champ histoire ne pas être venu pour rien.
       
       Observation 8877 : NGC6181.
       85x, 201x, 276x. Facile à 85x, elle est considérablement faible à 276x et dévoile quelques nodosités VI4 à 5 donc à la limite de perception.
       
       
       J'entends les cloches du troupeau de moutons aperçu de jour sur l'Aup au sud de la station.
       
       Observation 8878 : NGC6168.
       Celle-là à peine soupçonnée à 85x me donne plus de fil à retordre, je la vois VI4 à 3 (25% à 50% du temps en vision indirecte) et allongée à 201x.
       
       
       M33 fut cette nuit vue faible en vision directe à l'oeil nu, un bon niveau 2 sur l'échelle de Bortle donc.
       
       Voici la suite et fin du groupe de galaxies des Poissons autour de NGC193, entamé aux Estivales de Webastro.
       
       Observation 8879 : NGC194 et 199.
       201x. NGC194 est considérablement faible, et NGC199 faible à très faible.
       Un voile arrive dessus à 3h.
       
       
       Le temps d'un coup de barre, 10 minutes après les voiles sont partis de cette zone.
       
       Observation 8880 : NGC186.
       201x. NGC186 me montre son noyau considérablement faible, le reste est allongé très faible à VI1.
       
       
       Observation 8881 : NGC193 et 204.
       201x. Ce couple est similaire. NGC193 faible et diffuse est accompagnée de NGC204 faible à très faible et diffuse.
       
       
       Un peu de buée arrive à 3h30.
       J'ai besoin d'une vraie pause, d'où 25 minutes de sieste allongé sur le siège passager avant de la Dacia, incliné au max.
       
       Observation 8882 : NGC202/3.
       201x. Je termine par cet autre couple ma visite au groupe de NGC193. NGC203 est faible à très faible et montre facilement son allongement, et NGC202 est faible.
       
       
       A 4h10 un peu de hoquet me transforme en grenouille, peut-être à cause d'une ingestion trop rapide de biscuits?
       J'en ai raison grâce à mes talents d'apnéiste, on n'est pas pour rien de la génération "Le Grand Bleu"!
       
       Je termine la nuit sur la comète ASASSN C/2018 N2 dans le Bélier.
       Jean-Bernard et Aymeric la regardent aussi.
       
       Observation 8883 : ASASSN C/2018 N2.
       201x. Positionnée à 4h40, elle est très diffuse, considérablement faible, et son déplacement est perceptible en quelques minutes. J'estime sa magnitude à 14 à la louche.
       
       
       Je connais par contre un échec sur une autre comète, Panstarrs C/2017 T2 dans le Taureau car il fait trop jour.
       A refaire dès le lever des Hyades la prochaine fois.
       
       Je laisse Aymeric pointer NGC253 du Sculpteur au T508 mais elle est trop faible dans l'aube avancée pour la détailler à sa juste mesure à 5h, le fond de ciel bleuit.
    • By guillau06
      Bonjour,
       
      Hier soir avec deux amis astronomes, nous nous sommes retrouvés dans un lieu magique, cette soirée restera dans le top 3 des meilleurs soirée astro que j'ai pu faire (et elles sont nombreuses...)
       
      Arrivée sur les lieux vers 16h, l'endroit qui se situe dans les Alpes du sud, impose le respect.
       

       
      Installation du matériel, après avoir chercher un endroit bien placé pour voir la polaire, car les sommet sont hauts, 3143m pour le plus imposant , qui est aussi le plus haut sommet des Alpes maritimes, le "Gélas".
      Voici donc le bivouac  
       

       
       
      Repérant des chamois au loin, je décide de les approchées pour leurs tirés le portrait, j'ai réussi a être a 50m d'eux , mais je me suis fait griller , reste quand même ces deux photos.
       

       

       
      Le soleil déclinant , les couleurs commencent a devenir extraordinaire, ajouter a cela un fin croissant de lune, et le tableau et parfait (Précision importante , je n'ai absolument pas retoucher des couleurs des photos de la lune.)
       

       

       

       
       
       
      Ensuite, les étoiles commencent a apparaitre, le spectacle commence , la nuit PARFAITE pas de vent , pas d'humidité, pas trop froid, bref une nuit de rêve...
       

       

       

       
       
       
      Le coucher se fait a 4h du matin, pour un levé a 6h, dans la voiture...dur dur!
       
      Mais, la lumière du matin me fait vite oublier la fatigue....
       

       
       
      Bon c'est pas dans mes habitude de faire des CROA, mais c'était vraiment TOP, alors je partage
      Bien sur, j'ai fait des photos du ciel profond, qui promettent d’être sympa, la suite prochainement.
       
      Bon ciel
      Guillaume
       
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 30 au 31 juillet 2019
       Dobson 508/1920
       
       7 dessins : 8866 à 8872.
       
       La journée fut dure, car il fallut d'abord remballer aux Estivales de Webastro (vers Chambéry) toutes les affaires dont 2 tentes, puis faire 3 heures de route jusqu'à Valdrôme dont une partie montagneuse vers la fin, et réinstaller tout le bazar.
       D'ailleurs j'apprécie la modularité de mes 2 tentes, car je n'ai monté que celle pour dormir cette nuit, procrastinant au lendemain le montage plus complexe de la tente salon.
       J'ai déchargé les morceaux du télescope sur le parking avant, mis sous bâche, puis après 2 heures de sieste, j'ai monté le télescope à la lueur de la lampe rouge en faisant gaffe de ne pas gêner les observateurs autour, dont le plus proche Jean-Pierre B. le photographe, l'un des nombreux astropotes que je retrouve cette nuit.
       
       Je suis enfin opérationnel à 23h52 TU.
       
       Je pointe une nébuleuse planétaire d'Hercule.
       
       Observation 8866 : IC4593.
       85x, 631x. Je peine pour la repérer, car il y a une petite erreur de positionnement sur l'atlas Uranométria et elle est d'aspect stellaire à 85x. C'est finalement son assez bonne réponse au filtre Oxygène 3 et sa coloration verdâtre à 85x qui la trahissent.
       J'en profite pour corriger l'atlas pour faciliter la prochaine tentative.
       Malgré la turbulence forte de  4 sur 5 à 631x, je remarque bien son étoile centrale assez brillante entourée d'une nuée considérablement faible à bords flous.
       
       
       La demi-nuit sera contrariée par des passages de voiles, bien gênants parfois.
       
       Rendons visite à quelques galaxies d'Hercule après cette nébuleuse planétaire.
       
       Observation 8867 : NGC6083.
       85x, 201x. Elle n'est pas sûre à 85x, mais à 201x je la vois diffuse, très faible à VI1.
       
       
       Observation 8868 : NGC6078.
       85x, 201x. Contrairement à la précédente, elle est vue assez facilement à 85x. Je la note de brillance faible.
       
       
       Observation 8869 : NGC6074.
       201x. Elle est considérablement faible à faible.
       
       
       
       Je m'adapte aux voiles en visant dans les zones préservées.
       Ca me fait m'éloigner vers un amas ouvert puis une nébuleuse planétaire de Céphée.
       
       Observation 8870 : NGC7235.
       201x. Je le repère au chercheur 9x50 comme un point considérablement faible.
       Au Dobson 508, il est fourni et réhaussé de 2 étoiles colorées.
       
       
       Observation 8871 : PK103+0.1.
       85x, 201x. Elle est évidente en filtrant en Oxygène 3 à 85x, elle y répond fortement. Ce n'est pas le cas en HBêta où rien n'est visible.
       Par contre sans filtre elle est quasi invisible à 85x, mais confirmée à 201x, très faible sans filtre.
       Son étoile centrale est considérablement faible. En O3 les bords de la nébuleuse sont plus nets et une portion d'anneau apparaît.
       
       
       Des voiles s'amènent dessus, tout le ciel est touché.
       
       Je pars me balader sur le parking, rendant notamment visite à Jean-Bernard C. et Paul L.
       
       Observation 8872 : NGC7261.
       201x. Je reviens à la faveur d'une trouée observer un autre amas ouvert de Céphée, que je montre à Aymeric. Ca passe bien dans un ciel un peu dégradé, et le pouvoir collecteur du 508 les sublime en brillance et parfois couleurs.
       
       
       Notre Nicolas national, observateur émérite de comètes, est là pour sa dernière nuit et s'était relevé à 3h30 pour sans doute en chercher quelques-unes mais il y a trop de voiles pour qu'il opère. Il ne reste que nous deux comme jusquauboutistes dans le virage. Plus une chouette hulotte qui se fait entendre au nord.
       
       Je dors une demi-heure dans l'auto, espérant un ciel meilleur. Le ciel est encore voilé, mais ça s'améliore doucement.
       A 4h Nicolas remballe, je fais de même car fatigué et l'aube étant imminente.
  • Images