jackbauer 2

Bonnes nouvelles du JWST (James Webb Space Telescope)

Recommended Posts

Il y a 2 heures, Daniel Bourgues a dit :

j'ai bien écrit "solmisation"

 

Il y a 2 heures, Daniel Bourgues a dit :

il n'y a aucun contrepet à rechercher...

 

O.K... mais pour bien solmiser c'est pas possible en l'ayant Quasimodo :|.. 

  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Une image sympa de l'amas Westerlund 1 (Nircam) :

 

Westerland 1.png

 

Version MIRI + traitement T. Carpentier :

 

Westerlund 1 b.jpg

Edited by jackbauer 2
  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Une belle photo de lentille, "Sunburst Arc" imagée avec NIRCAM (traitement TH. Carpentier)

La deuxième photo par Hubble :

 

 

jwst.png

 

hubble.jpg

 

https://esahubble.org/images/heic1920a/


Cette image, prise avec le télescope spatial Hubble de la NASA et de l’ESA, montre un amas de galaxies massif, à environ 4,6 milliards d’années-lumière. Le long de ses bords, quatre arcs brillants sont visibles ; ce sont des copies de la même galaxie lointaine, surnommée l’Arc Solaire.

La galaxie Sunburst Arc se trouve à près de 11 milliards d’années-lumière de la Terre et la lumière qui en provient est transformée en plusieurs images par lentille gravitationnelle. L’arc Sunburst est l’une des galaxies à lentilles les plus brillantes connues et son image est visible au moins 12 fois dans les quatre arcs.

Trois arcs sont visibles en haut à droite de l’image, le quatrième arc en bas à gauche. La dernière est partiellement obscurcie par une étoile brillante au premier plan, située dans la Voie lactée.

Edited by jackbauer 2
  • Like 5
  • Love 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, jackbauer 2 a dit :

Une belle photo de lentille, "Sunburst Arc" imagée avec NIRCAM (traitement TH. Carpentier)

La deuxième photo par Hubble :

 

 

jwst.png

 

hubble.jpg

 

https://esahubble.org/images/heic1920a/


Cette image, prise avec le télescope spatial Hubble de la NASA et de l’ESA, montre un amas de galaxies massif, à environ 4,6 milliards d’années-lumière. Le long de ses bords, quatre arcs brillants sont visibles ; ce sont des copies de la même galaxie lointaine, surnommée l’Arc Solaire.

La galaxie Sunburst Arc se trouve à près de 11 milliards d’années-lumière de la Terre et la lumière qui en provient est transformée en plusieurs images par lentille gravitationnelle. L’arc Sunburst est l’une des galaxies à lentilles les plus brillantes connues et son image est visible au moins 12 fois dans les quatre arcs.

Trois arcs sont visibles en haut à droite de l’image, le quatrième arc en bas à gauche. La dernière est partiellement obscurcie par une étoile brillante au premier plan, située dans la Voie lactée.

 

Tu penses que c'est visible au Seestar ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://esawebb.org/images/potm2404a/


Cette nouvelle image du télescope spatial James Webb de la NASA, de l’ESA et de l’ASC présente NGC 6440, un amas globulaire situé à environ 28 000 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Sagittaire. L’objet a été découvert pour la première fois par William Herschel en mai 1786.
N.B : il y a une version de 47 Mo avec le lien

 

 

NGC 6440.jpg

  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, jackbauer 2 a dit :

Cette nouvelle image du télescope spatial James Webb de la NASA, de l’ESA et de l’ASC présente NGC 6440, un amas globulaire

Pour le coup, l'image esthétiquement parlant est super moche.

 

Marc

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Gribol a dit :

l'image esthétiquement parlant est super moche

Ouai, trop d'étoiles donc trop d'aigrettes.... 😏

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

9_9

Extraits traduits du communiqué :

 

https://science.nasa.gov/missions/webb/nasas-webb-hints-at-possible-atmosphere-surrounding-rocky-exoplanet/

 

(...)
55 Cancri e est l’une des cinq planètes connues en orbite autour de l’étoile semblable au Soleil 55 Cancri, dans la constellation du Cancer. Avec un diamètre presque deux fois supérieur à celui de la Terre et une densité légèrement supérieure, la planète est classée comme une super-Terre : plus grande que la Terre, plus petite que Neptune et probablement de composition similaire à celle des planètes rocheuses de notre système solaire.

Qualifier le 55 Cancri e de « rocheuse » pourrait toutefois laisser une fausse impression. La planète orbite si près de son étoile (environ 1,4 million de miles, soit un vingt-cinquième de la distance entre Mercure et le Soleil) que sa surface est susceptible d’être en fusion – un océan bouillonnant de magma. Avec une orbite aussi serrée, la planète est également susceptible d’être verrouillée par les marées, avec un côté jour qui fait face à l’étoile à tout moment et un côté nuit dans l’obscurité perpétuelle.

Malgré de nombreuses observations depuis qu’il a été découvert en transit en 2011, la question de savoir si 55 Cancri e a ou non une atmosphère – ou même pourrait en avoir une compte tenu de sa température élevée et de l’assaut continu du rayonnement stellaire et du vent de son étoile – est restée sans réponse.


(...)


L’équipe pense que les gaz qui recouvrent 55 Cancri e jailliraient de l’intérieur, plutôt que d’être présents depuis la formation de la planète. « L’atmosphère primaire aurait disparu depuis longtemps en raison de la température élevée et du rayonnement intense de l’étoile », a déclaré Bello-Arufe. Il s’agirait d’une atmosphère secondaire qui est continuellement réapprovisionnée par l’océan de magma. Le magma n’est pas seulement constitué de cristaux et de roches liquides ; Il y a aussi beaucoup de gaz dissous dedans.

Bien que 55 Cancri e soit beaucoup trop chaud pour être habitable, les chercheurs pensent qu’il pourrait fournir une fenêtre unique pour étudier les interactions entre les atmosphères, les surfaces et l’intérieur des planètes rocheuses, et peut-être fournir des informations sur les conditions primitives de la Terre, de Vénus et de Mars, qui auraient été recouvertes d’océans de magma dans le passé. « En fin de compte, nous voulons comprendre quelles sont les conditions qui permettent à une planète rocheuse de maintenir une atmosphère riche en gaz : un ingrédient clé pour une planète habitable », a déclaré Hu.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

(traduction automatique)

 

https://esawebb.org/news/weic2413/?lang


Webb détecte la fusion de trous noirs la plus lointaine à ce jour


Une équipe internationale d’astronomes a utilisé Webb pour trouver des preuves d’une fusion en cours de deux galaxies et de leurs trous noirs massifs alors que l’Univers n’avait que 740 millions d’années. Il s’agit de la détection la plus lointaine d’une fusion de trous noirs jamais obtenue et de la première fois que ce phénomène est détecté si tôt dans l’Univers.
Les astronomes ont trouvé des trous noirs supermassifs d’une masse de millions à des milliards de fois supérieure à celle du Soleil dans la plupart des galaxies massives de l’Univers local, y compris dans notre galaxie, la Voie lactée. Ces trous noirs ont probablement eu un impact majeur sur l’évolution des galaxies dans lesquelles ils résident. Cependant, les scientifiques ne comprennent toujours pas pleinement comment ces objets sont devenus si massifs. La découverte de trous noirs gargantuesques déjà en place dans le premier milliard d’années après le Big Bang indique qu’une telle croissance a dû se produire très rapidement et très tôt. Aujourd’hui, le télescope spatial James Webb jette un nouvel éclairage sur la croissance des trous noirs dans l’Univers primordial.

 

Les nouvelles observations de Webb ont fourni la preuve d’une fusion en cours de deux galaxies et de leurs trous noirs massifs alors que l’Univers n’avait que 740 millions d’années. Le système est connu sous le nom de ZS7.

 

Les trous noirs massifs qui accrétent activement de la matière ont des caractéristiques spectrographiques distinctives qui permettent aux astronomes de les identifier. Pour les galaxies très lointaines, comme celles de cette étude, ces signatures sont inaccessibles depuis le sol et ne peuvent être vues qu’avec Webb.

« Nous avons trouvé des preuves de gaz très dense avec des mouvements rapides à proximité du trou noir, ainsi que de gaz chaud et hautement ionisé éclairé par le rayonnement énergétique généralement produit par les trous noirs dans leurs épisodes d’accrétion », a expliqué l’auteur principal Hannah Übler de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni. « Grâce à la netteté sans précédent de ses capacités d’imagerie, Webb a également permis à notre équipe de séparer spatialement les deux trous noirs. »

 

L’équipe a découvert que l’un des deux trous noirs a une masse qui est 50 millions de fois la masse du Soleil. « La masse de l’autre trou noir est probablement similaire, bien qu’elle soit beaucoup plus difficile à mesurer car ce deuxième trou noir est enterré dans un gaz dense », a expliqué Roberto Maiolino, membre de l’équipe de l’Université de Cambridge et de l’University College London au Royaume-Uni.

 

« Nos résultats suggèrent que la fusion est une voie importante par laquelle les trous noirs peuvent se développer rapidement, même à l’aube cosmique », a expliqué Übler. « Avec d’autres découvertes de trous noirs actifs et massifs dans l’Univers lointain, nos résultats montrent également que les trous noirs massifs ont façonné l’évolution des galaxies depuis le tout début. »

 

« La masse stellaire du système que nous avons étudié est similaire à celle de notre voisin, le Grand Nuage de Magellan », a déclaré Pablo G. Pérez-González, membre de l’équipe du Centro de Astrobiología (CAB), CSIC/INTA, en Espagne. « Nous pouvons essayer d’imaginer comment l’évolution des galaxies en fusion pourrait être affectée si chaque galaxie avait un trou noir super massif aussi grand ou plus grand que celui que nous avons dans la Voie lactée ».

L’équipe note également qu’une fois que les deux trous noirs fusionneront, ils généreront également des ondes gravitationnelles [1]. Des événements comme celui-ci seront détectables avec la prochaine génération d’observatoires d’ondes gravitationnelles, tels que la prochaine mission LISA (Laser Interferometer Space Antenna), qui a récemment été approuvée par l’Agence spatiale européenne et sera le premier observatoire spatial dédié à l’étude des ondes gravitationnelles.

« Les résultats de Webb nous indiquent que les systèmes plus légers détectables par LISA devraient être beaucoup plus fréquents qu’on ne le pensait auparavant », a déclaré Nora Luetzgendorf, responsable scientifique du projet LISA de l’Agence spatiale européenne aux Pays-Bas. "Cela nous obligera très probablement à ajuster nos modèles pour les taux LISA dans cette gamme de masse. Ce n’est que la partie émergée de l’iceberg."

 

Cette découverte a été faite à partir d’observations effectuées dans le cadre du programme Galaxy Assembly with NIRSpec Integral Field Spectroscopy. L’équipe a récemment reçu un nouveau grand programme dans le cadre du cycle 3 d’observations de Webb, pour étudier en détail la relation entre les trous noirs massifs et leurs galaxies hôtes au cours du premier milliard d’années. Un élément important de ce programme consistera à rechercher et à caractériser systématiquement les fusions de trous noirs. Cet effort déterminera la vitesse à laquelle la fusion des trous noirs se produit aux premières époques cosmiques et évaluera le rôle de la fusion dans la croissance précoce des trous noirs et la vitesse à laquelle les ondes gravitationnelles sont produites depuis la nuit des temps.

 

Ces résultats ont été publiés dans les Monthly ly Notices of the Royal Astronomical Society.

 

 

weic2413b.jpg

Cette image montre l’emplacement du système galactique ZS7 du programme PRIMER DU JWST (PI : J. Dunlop). De nouvelles recherches utilisant l’instrument NIRSpec sur le télescope spatial James Webb de la NASA, de l’ESA et de l’ASC ont déterminé que le système était la preuve d’une fusion en cours de deux galaxies et de leurs trous noirs massifs alors que l’Univers n’avait que 740 millions d’années. Il s’agit de la détection la plus lointaine d’une fusion de trous noirs jamais obtenue et de la première fois que ce phénomène est détecté si tôt dans l’Univers.

L’équipe a trouvé des preuves de gaz très dense avec des mouvements rapides à proximité du trou noir, ainsi que de gaz chaud et hautement ionisé éclairé par le rayonnement énergétique généralement produit par les trous noirs dans leurs épisodes d’accrétion. Webb a également permis à l’équipe de séparer spatialement les deux trous noirs et a déterminé que l’un des deux trous noirs a une masse égale à 50 millions de fois la masse du Soleil. La masse de l’autre trou noir est probablement similaire, bien qu’elle soit plus difficile à mesurer car ce deuxième trou noir est enfoui dans un gaz dense.

Sur cette image Webb NIRCam, l’émission d’hydrogène ionisé (Hβ) dans le système ZS7 est identifiée par la région orange et l’émission d’oxygène doublement ionisé (OIII) est visible en rouge foncé (image de droite).

 

 

weic2413a.jpg

Cette image présente le système de galaxies ZS7, montrant un grand champ de centaines de galaxies sur le fond noir de l’espace

 

 

Capture0.JPG

 

 

Il y a une version de 206 MB avec le lien ; J'en ai tiré quelques crops :

 

 

Capture1.JPG

 

Capture2.JPG

 

Capture3.JPG

 

Capture4.JPG

 

Capture5.JPG

Edited by jackbauer 2
  • Like 4
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now