Sign in to follow this  
Elie Rousset 2

CROA Coscione 2009 + petite Jupiter

Recommended Posts

Quelques image du Coscione 07/2009

Le séjour au coscione que nous attendions tous avec impatience, depuis plusieurs mois était enfin arrivé, trois nuits et quatre jours (du 16 au 19 juillet) sur le plateau à 1700m d’altitude, perdu au milieu des rochers des cochons sauvages et des chevaux.
Partis de Bastia le jeudi en début d’après midi nous avons rejoint nos copains Ajacciens (Didier et Alain, qui venaient pour la première fois sur le plateau) au village de Quenza, où après une bonne bière, nous sommes monté sur le plateau pour installer notre camp pour le week-end. Cette année nous étions tous équipés de 4x4 ce qui a grandement simplifié notre installation (plus d’aller retour pour aller chercher le matériel à la station de ski de fond) de plus nous avons pu amener d’avantage de matériel sur place ; Au niveau astro : Un dobson ligthbridge de 400, un C14 sur une G11, un cassegrain de 300 sur un CI700, un C11 sur EQ6, un C9 sur EQ6, une lunette de 106 sur EQ5 et une SPDX avec platine photo.
Premier travail en arrivant là haut, monter le camp et installer le matériel une vrai course contre la montre avant que la nuit ne tombe (une tache supplémentaire pour moi cette année, le remontage du miroir de mon 300 qui a voyagé bien en sécurité dans une boite ). Ensuite le traditionnel repas du soir préparé par David notre chef cuisinier ;o) après le non moins traditionnel apéro au vin rouge ;o)
Et enfin la première nuit d’observation, avec un ciel digne de ce site magnifique.
Pendant que les copains s’affairent sur leur matériel (calibrations réglages de l’autoguidage …) je profite du début de nuit pour faire du visuel avec le dobson et redécouvrir les plaisirs du pointage manuel ;o) les principaux objets y passent je me réserve les objets plus exotiques ou difficiles pour les deux nuits suivantes.
Vers 1h je me colle aussi aux réglages de mon matos.
J’ai fais quelques essais de colimation (pas très facile sur mon tube, avec en plus pas mal de turbulences), puis n’arrivant pas à affiner comme je le désire, je pointe Jupiter pour essayer de faire quelques films, en fait le ratio est comme d’habitude assez médiocre, entre réglages de la monture, cadrages de la planète, monture qui s’obstine à refuser mes corrections, et se complait sadiquement à laisser la planète si chèrement cadrée au centre de l’objectif de la caméra, dériver et sortir lentement du champ, malgré le flot d’injures toutes plus menaçantes les unes que les autres que je lui envoi régulièrement, sans parler du porte oculaire mouvant qui fléchit de plusieurs millimètres lorsque je remplace l’oculaire réticulé par ma caméra un peu plus lourde, et m’oblige ainsi à aller à la pêche pour essayer de remettre la planète sur le capteur. Enfin comme d’habitude un parcours du combattant, mais j’espérais cette fois ci avec trois nuits complètes enfin venir à bout de mes problèmes de réglages ;o) Il règne à ce moment une atmosphère bizarre, avec un début de nuis plutôt frais, la température n’arrête pas de se réchauffer, on sent maintenant très bien les courant d’air chaud qui circulent sur le plateau, ce qui n’arrange rien coté turbulence.
Mais je ne suis pas le seul à galérer, Didier (arrivé il y a une semaine du continent pour 15 jours de vacances en Corse) va essayer toute la nuit d’effectuer le calibrage de la monture (SPDX) qu’on lui a prêté, un vrai calvaire pour notre copain qui espérait bien réaliser avec sa CCD quelques photos autour du scorpion (impressionnant et entièrement visible )
En fin de nuit lassé de me battre avec mon matériel, je file un petit coup de mains à Jacques et Alain (qui débute en prise de vue planétaire) avant de revenir au levé du jour pour faire quelques Vénus avec un filtre UV, mais à ma grande surprise impossible de cadrer la planète sur le capteur (bon j’avais oublié d’enlever la roue à filtre positionnée sur l’IR donc avec le filtre UV très gourmant plus beaucoup de lumière quelque soit les réglages de la caméra, et en tout cas pas assez pour apercevoir la moindre lumière Vénusienne, bon on fera mieux demain soir, au petit jour tout le monde tente de grappiller quelques heures de sommeil avant que la chaleur du jour naissant ne nous jette en dehors de nos tentes surchauffées.
Vers 9 heures nous émergeons un à un de nos duvets pour un petit déjeuné où nous nous remémorons nos exploits de la nuit, puis séances de traitement des images capturées, pas facile avec ce soleil omniprésent sur le plateau (pas un arbre). Mais certains appliquent une technique bien rodée, dite technique du tchador (ou de la couverture) certes pas très confortable (la tête sous une couverture alors qu’il fait plus de 30° …) mais cependant plutôt efficace ;o)

Après le repas de midi et le traditionnel apéro, la sieste de l’après midi (il faut bien reprendre des forces et recharger les acus pour le soir) plutôt agréable, avec un petit vent qui vient de se lever.

Mais vers 19h une mauvais surprise apparaît à l’horizon ouest, un méchant front de nuages semble fondre sur nous, et finit par nous engloutir complètement, malgré les remarques plutôt optimistes que nous n’arrêtons pas de nous faire entre nous (faut bien essayer de conjurer le mauvais sort) « ça va se lever avec la nuit … c’est souvent comme ça … oui la nuit devrait être meilleure que la précédente …) mais au contraire le vent ne cesse de se renforcer, et vers minuit complètement dans les nuages nous démontons précipitamment les bâches et grandes tentes qui nous servent de cantine, puis nous mettons le matériel à l’abris car il commence même à tomber quelques gouttes.
Au milieu de la nuit, alors que nous avons rejoint le confort douillet de nos duvets (dehors la température frise les zéro degrés), nous sommes tirés de notre sommeil par un vilain coup de vent, qui manque de déchirer la grande tente sous laquelle nous avons abrité tout notre matériel, bran le bas de combat, tout le monde est debout pour contrer cette offensive des éléments contre notre fragile campement, finalement nous regroupons les véhicules autour de la tente pour essayer de faire coupe vent (et cela se révélera plutôt efficace ;o) et après de longues minutes de lutte nous nous apprêtons enfin à nous recoucher, lorsque qu’un cri s’élève dans la nuit …. Ben … ma tente … elle a disparu … j’ai plus de tente …. C’est Alain qui constate avec effroi que là, où la veille il avait planté sa magnifique tente rouge et rangé ses affaires … il n’y a plus rien… que de l’herbe …
Sur le coup partagés, entre inquiétude et fou rire, nous partons tous à la recherche (dans le brouillard total, avec une visibilité de même pas vingt mètres) des affaires de notre pauvre Alain, dont on entend les complaintes dans la nuit et le brouillard.
Finalement nous retrouvons disséminées sur presque un kilomètre une à une, dans les buissons, la majorité des affaires emportées par le vent, là un matelas, ici le sac de couchage, là bas une chaussure et un pull … finalement ne manqueront à l’appel qu’un short, une chaussette et la fameuse tente rouge, qui a définitivement repris sa liberté.

Les conditions météo ne s’améliorant pas, c’est sous un vent frôlant les 80 / 100 km/h que nous démontons notre campement au petit matin, et que la mort dans l’âme abandonnons le plateau après seulement une nuit d’observation, tout en nous promettant de revenir en août.


Quelques images :

Notre campement

Les voisins

Préparation repas du soir


La sieste

La technique du tchador ou comment traiter ses images en pleine journée au COSCIONE

les copains
Jacques

David et son C14

Alain et son C9 pour son premier séjour au COSCIONE

Didier (premier séjour au Coscione )
Le matériel :

La tempête

Au petit Jour après une nuit chahutée


Seule image potable réalisée durant la nuit du 16 au 17 juillet 09
T305 (7,5m de focale) avec un montage tarabiscoté mais qui me donne un échantillonnage correct (Barlow 3 + reducteur 0.5 + roue à filtre + Skynyx
Sélection manuelle de 1051 images sur 3500 (capture à 30 images / s) avec filtre IR
La sélection (BESTOF) IRIS donnant de vraiment trop mauvais résultats (la différence sur l’image traitée est énorme entre la sélection IRIS (BESTOF) de 1500 images et la sélection manuelle de 1051 images)

[Ce message a été modifié par Elie Rousset 2 (Édité le 30-07-2009).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

J'ai un petit doute (car les photos se suivent) : ce ne sont pas les "voisins" qui font les frais du repas ?!?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Elie,

Sympa le CROA, c'est à croire que nous avons tous eu plus ou moins des galères similaires quand on s'installe sur des lieux nouveaux...
Refais la manip au Pigno, tout va rentrer dans l'ordre....;o))
Belle Juju au demeurant, au moins pas bredouille sur ce coup...
Amitiés et au plaisir de voir tes réalisations (ou expéditions...)
Pat

Share this post


Link to post
Share on other sites
héhé, génial ce CROA, que de souvenirs aussi, sans la tempête mais avec les grouiiiiks

Vous poussez loin après le gite sur le plateau ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
j'ai eu droit au rapport par tel de Didier ! mais en images c'est mieux.
Je serai vers bastia entre le 17 et le 23 aout !

Nicolas Outters

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci pour vos messages et réactions ;o)

Effectivement David, que de bons souvenirs ;o) on remonte en août donc si le cœur t’en dit tu es le bienvenu ;o) (et n’oublies pas ton 600 hein) plaisanterie mise à part ce serait sympa de refaire une soirée d’observation ensemble (et avec le 600 ) normalement en novembre je serais sur Mandelieu (avec peut être David et Jacques), sinon ça me tenterais bien un petit séjour au Restefond histoire de passer un moment sympa et convivial et aussi de pouvoir enfin tester et maîtriser ce Cassegrain qui me donne tant de fil à retordre (faut dire que je n’ai pas beaucoup fait de sorties avec ) et oui en 2000/2003 je montais presque une nuit sur 2 ou sur 3 lorsque la météo le permettait, avec mon vieux C8, mais depuis le matériel à grossi et moi j’ai un peu vieilli … ;o))))

Bien vu Alnilam effectivement on a pas mal coursé les cochons lors de notre première journée, et c’est vrai qu’on avait aussi du lonzu à l’apéro (je sais pas si les cochon qui ont servi à le préparer était originaires du plateau …) mais il y a deux ans en redescendant on s’est arrêté dans un petit resto de Zonza, dont le patron n’était autre que l’un des bergers qui monte donner à manger aux cochons du plateau, et évidement il y avait pas mal de cochonnaille au menu ;o)

Pat, je rencontre les mêmes problèmes au Pigno avec mon matos, en fait je pensais pouvoir mieux les régler en passant 3 nuits avec mon télescope car les sorties du Pigno sont en général plus courtes (3 ou 4 heures au maximum, et oui il faut bien penser au boulot le lendemain) mais la météo m’en a empêché, cependant l’image de Jupiter obtenue est très prometteuse (j’en ai pas réalisée d’aussi bonne depuis 2004 avec le LX200) car je ne suis pas sur de la collimation du scope, et de plus les conditions n’étaient pas au top (turbu importante avec cependant peu de déformation des images ), je pense que de toute façon pour vraiment pouvoir exploiter ce télescope, il va me falloir investir dans une nouvelle monture (je recherche actuellement un G11 ou une LXD750 d’occase) et changer le PO (là j’ai depuis 2 ans un moonlite tout neuf que je n’arrive pas à adapter à mon tube, il faudra sans doute faire usiner une pièce spécifique en alu)

Et oui epsi , je vois que tu apprécie en connaisseur ;o) après la battisse ou tourne sur la gauche on franchi un passage à guet et on monte sur environ 2 km, en suivant une petite piste, sans difficulté particulière (en fait cette piste est employée par les bergers pour aller nourrir les cochons qui vivent en liberté sur le plateau), c’est pour cela que lorsque l’on monte on a au moins 30 à 40 de ces sympathiques quadrupèdes de tous ages qui suivent nos 4X4 en couinant … voilà la soupe les gars !!! Le site se situe près d’une petite rivière, à l’écart des touristes qui parcourent la piste principale du plateau .

Bon Nicolas, défense de quitter l’île sans que l’on ait eu l’occasion de se rencontrer pour une bouffe, une observation ou même tout simplement autour d’un verre ;o)
De toute façon les consignes sont données, impossible de reprendre le bateau si tu n’as pas satisfait à l’une de ces conditions. Normalement on remonte au Coscione pour le week-end du 20 août, donc si ton emploi du temps te le permets tu es évidement le bienvenu, sinon on devrais pouvoir se rencontrer sur Bastia, avant notre départ pour le plateau, contacte moi par mail (e.rousset (AT) sfr.fr) ou par tel : 06 14 83 58 48
Pour que l’on puisse mettre ça au point



Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Elie,

Je serai à Nonza le 17/08, Cagnano le 17/08, Poretto Brando les 18 et 19 août,Ogliastro (joli nom non ???) les 20/21/22 et 23 août, ensuite on sera à Piana les 24/25/26 et Calenzana les 27/28/29 août.

Je note ton numéro de portable.

Y aurait il un soir de la semaine où vous observez ? j'aurais normalement mes jumelle 20x100 sur fourche.
On sera en famille donc pas trop tard le soir quoi !!!

Je me réjouis de venir dans l'île de beauté.

Nicolas Outters

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this