Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

La belle aurore !

Consulter les différents indices et échelles

Les perturbations radios (VII)

Toutes les émissions de rayonnement X solaires perturbent la propagation des ondes courtes dans l'ionosphère terrestre. Le 4 avril 2000, la région solaire active AR8948 accusa une éruption de classe M1.8 produisant des perturbations radioélectriques mineures. En l'espace d'une dizaine de minutes les communications HF et basses-fréquences furent dégradées, affectant légèrement les communications maritimes et de l'aviation.

On enregistra des émissions parasites dans la bande 1-245 MHz avec un flux radio à 10.7 cm de 207 s.f.u. et des Burst à 490 s.f.u. Le 5 avril, on enregistra des tempêtes de bruits sur 245 MHz. Le 6 avril à 2h21 TU on enregistra un Burst de 220 s.f.u. à 10.7 cm et des émissions de type II à 2h28 TU. De nouveaux Bursts furent enregistrés le 7 avril entre 1-245 MHz et le 8 avril entre 4-245 MHz. Une nouvelle émission de Type II survint en fin de période le 9 avril à 23h38 TU.

A gauche, radiohéliographe obtenu le 4 avril 2000 à 13h42 à l'observatoire de Nancay. L'émission émanait de la région active AR8948. A droite, variation de l'altitude des couches ionosphériques. Documents Observatoire de Paris-Meudon et NGDC-NOAA.

Mais il faut relativiser cette série d'événements car de telles perturbations radioélectriques de classe R1 se produisent statistiquement presque un jour sur deux (2000 fois par cycle solaire).

Le vent solaire

Des changements dans le champ magnétique interplanétaire où, autrement dit dans le vent solaire (IMF)  furent observés dès le 4 avril 2000. Sa composante By et Bz accusèrent une rotation, la composante Bz par exemple passant de -7 nT à +10 nT vers 2h TU pour retrouver une valeur négative le 11 avril. L'onde de choc est bien visible le 6 avril peu après 16h TU, le vent solaire passant rapidement de 400 à 580 km/s pour atteindre un court instant 630 km/s le 7 avril à 2h TU.

A consulter:

Statut temps-réel de l'activité solaire, géomagnétique et des aurores

A gauche, la variation de la vitesse du vent solaire du 3-7 avril 2000 dans ses composantes x,y,z. Noter l'accélération brutale de la composante Vx (bleue) le 6 avril à 16h45 TU.

A droite, deux images synthétiques de la magnétosphère terrestre observée dans le plan de l'écliptique le 6 avril 2000. Cliquer sur les images pour lancer les animations. Noter sur l'image animée de gauche la spectaculaire compression de la magnétosphère provoquée par l'onde de choc du vent solaire qui eu lieu à 16h45 TU. A droite la magnétosphère vers 20h TU. Le cercle turquoise représente l'orbite héliosynchrone. Documents UCLA-SSC-IGPP. Les modèles dynamiques de la magnétosphère sont disponibles en temps réel sur le site de S.M.Petrinec.

L'impulsion magnétique atteignit 37 nT le 6 avril à 16h40 TU et présentait une pression maximale de 28 nPa le 7 avril à 3h TU. Cette perturbation fut très probablement la conséquence de la CME associée à l'éruption de classe C9/2F du 4 avril. La vitesse du vent solaire resta élevée jusqu'au 9 avril variant entre 510 et 620 km/s.

Variation de la densité et de la pression du vent solaire entre le 3 et le 7 avril 2000. Noter l'augmentation brutale survenue le 6 avril peu après 16h au passage de l'onde de choc. Document UCLA-SSC-IGPP.

Prochain chapitre

Les flux d'électrons et de protons

et les perturbations géomagnétiques

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 -


Back to:

HOME

Copyright & FAQ