jldauvergne

Membre
  • Compteur de contenus

    9 850
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2
  • Pays

    France

jldauvergne a gagné pour la dernière fois le 4 novembre

jldauvergne a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

226 Très bonne réputation

7 abonnés

À propos de jldauvergne

  • Rang
    Membre hyperactif

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    Système solaire
  • Adresse
    Terre
  1. Analyse Rodier

    Un contrôle du miroir en labo a déjà eu lieu. Je ne vois pas de raison de la remettre en question, il a été fait par quelqu'un de sérieux. Et là non plus pas d'astig en y. Il n'y a pas non plus de cause identifiée pour générer un astig dans ce barillet tel qu'il est fait et tel qu'il est utilisé. Si l'astig était en Y il y aurait vraiment une grosse confusion possible, mais ce n'est pas le cas. Je dirais même plus que ces mesures sur le ciel tendent à montrer que le barillet fonctionne bien. Ce miroir a un défaut de forme, soit il était là à l'origine, soit il est apparu par une quelconque libération de tension. La mesure interférométrique remonte à 2004, donc le défaut est là depuis au moins cette époque là.
  2. Choix objectif photo très grand champ

    Si l'idée est de faire du paysage, 24 mm c'est le maximum. Ça élimine le 50 et les 35. 24-35 pourquoi pas, mais ça fait une faible amplitude pour un Zoom. Ça rappelle Tokina avec le 11-16, les moqueurs disaient que c'est une très bonne focale fixe
  3. Analyse Rodier

    En même temps si vous parvenez à descendre déjà proprement à 1,1'', ça peut être une solution intéressante pour la suite lors d'une mission de maintenance dans 6 mois ou un an. D'ici là vous identifierez sans doute d'autres points possibles d'amélioration justifiant une intervention sur place. Le Roddier a l'avantage de montrer de quel angle il faut tourner le miroir. Il faudra recollimater ensuite ça c'est sûr, mais en ne touchant qu'au M1 à priori, ce qui n'est pas si compliqué, plus les corrections de tilt si besoin dans un second temps.
  4. Analyse Rodier

    Les opticiens dont parle Michel connaissent bien le pyrex (il me semble). C'est aussi le cas de JBDV qui a fait le test à la Reosc, il est astronome amateur aussi à ses heures perdues (il en a gratté du pyrex me semble-t-il), et je doute qu'il ait fait le test à la va vite en laissant la possibilité d'avoir un doute sur un astig mécanique (les heures sur son PV montrent qu'il y a passé 1/2 journée au moins, ce qui est bien le temps nécessaire pour faire un travail sérieux). L'astig n'est dans tous les cas pas en y, ce à quoi on pourrait s'attendre pour un défaut statique. De plus, si l'astig était d'origine mécanique ce serait quand même un extraordinaire hasard qu'il soit là toujours dans la même quantité et avec la même forme sur banc optique à l'interféro, ou dans un barillet sur le ciel, avec des observations à 5 dates différentes, par 3 moyens déférents, au SH, au Roddier et au star test, .... "Un barbu, c'est un barbu, 3 barbus, c'est des barbouzes". Un miroir qui se comporte mal dans son barillet est généralement très inconstant dans ses défauts. Le fait que l'alignement soit stable est en outre un bon indice de la qualité du barillet (quand on sait par ailleurs le soin qui a été apporté à sa réalisation il n'y a de toute façon pas de grosse raison d'en douter). Par ailleurs, le Roddier sort le défaut toujours dans le même axe avec des intervalles de plusieurs jours entre les mesures. Je suppose que ces tests ont été faits proches du méridien. Si cette hypothèse est juste, on pourrait s'attendre à un défaut principalement en Y si l'astig était mécanique. Or ce n'est pas le cas. Ce qui compte c'est qu'à L/10 l'instrument est toujours utilisable en ciel profond sur un tel diamètre, et c'est finalement le résultat qui est le plus important. Ce défaut serait un gros problème en planétaire, mais puisque ce n'est pas la vocation de ce télescope, tout va bien, et tant mieux. Il a raison Rémi. Faites péter un NGC 253
  5. Analyse Rodier

    Ce ne serait pas le premier truc ricain qui foire à convertir des pouces en mètres, ils ont crashé une sonde sur Mars comme ça. Tu dois aussi connaître la vielle l'histoire de l'avion rempli en galon plutôt qu'en litre qui a fini en vol plané. Il suffit d'une mauvaise conversion dans le driver et hop. C'est peut être plus sage de prendre les valeurs qu'il donne en pouce s'il le permet ? (A moins que mon hypothèse soit mauvaise) Yess ! Bonne nouvelle. C'est cohérent. C'est quand même relativement bon d'être autour de L/10 avec un 500. La très petite taille de la psf compense nettement les défauts. Maintenant de on hâte de voir des images. Ce n'est pas tout ça, mais ce 500 je crois que j'en entend parlé depuis aussi longtemps que je te connais. Il touche au but ultime avec ce ciel En tout cas vu ce que tu décris, il a l'air clair que le défaut est bien sur le miroir. Ca confirme que les défauts de non-révolution restent bel et bien le gros risque lorsque l'on contrôle au Foucault.
  6. Analyse Rodier

    Merci pour la précision, je me disais la même chose sans être certain. Dans tous les cas @MMeunier, tu devrais faire d'autres images autour du zénith, nord, sud, est et ouest histoire de voir si l'astig est toujours sur le même axe, et surtout pour voir si il y a une orientation préférable à une autre. Vous avez sans doute une très bonne mécanique vues les compétences de Roberto, mais malgré ça sur des miroirs aussi minces j'au du mal à croire au barillet providentiel dénué de défaut. Donc il y a une chance pour qu'il y ait une direction avec moins d'astig. Enfin et surtout si en allant de point en point l'astig est toujours orienté de la même façon ça montrera qu'il est d'origine optique. Dans ce cas, je ne sais pas si il est jouable de faire autre chose que de resurfacer. Il faut voir dans ce cas si l'opticien reprend l'optique en cas d'erreur.
  7. Analyse Rodier

    Oui et non, j'ai fait plusieurs fois des tests SH sur le ciel, ça se fait bien et ce n'est pas casse gueule. Bien entendu il faut moyenner plusieurs mesures. Et c'est très répétable.
  8. Analyse Rodier

    Nullement. Simplement ton WR donne plusieurs résultats incohérents entre eux. Donc quand c'est comme ça, revenir aux fondamentaux, ça permet de savoir où on en est. Accessoirement quand j'ai fait l'évaluation, je n'avais plus le bulletin fait par JBDV en tête et je trouve quelque chose de voisin. Comme quoi ça ne fonctionne pas trop mal comme méthode Si tu as la patience de faire 10 mesures WR à la suite, sans doute que ça vaut le coup pour voir si tu sors au moins 3 mesures qui convergent dans la série. Effectivement tu dois être défoc de plus de 2 mm car la figure est environ 2 fois trop grosse. Il y a un problème de codeur sur le PO visiblement. Ce sont tes images défoc à 1 mm qui semblent plus cohérentes avec une prise de vue décalée de 2 mm. Si c'est le cas mon évaluation est optimiste. Pour recouper avec aberrator il faudrait une defoc réellement de 1 mm.
  9. Analyse Rodier

    Oui mais qui dans les utilisateurs du winroddier fait plus de 10 tests ? Là on voit que Michel a fait 4 mesures et il n'y en a pas 2 identique malgré un PO motorisé et codé, malgré une CCD n&b de qualité. Je n'ai pas relevé le message de CPI-Z sur la répétabilité, mais avec le temps j'en ai passé du temps sur des bancs optiques, et il est clair qu'ils sont infiniment plus répétables que ça. Dernièrement j'ai passé une lunette fournie avec un bulletin de contrôle Zygo, et à vraiment très peu de choses près je trouve la même chose au SH sans faire 50 mesures et sans bricoler. Ces moyens fiables existent bel et bien et sont fiables. Il doivent néanmoins être utilisés avec un bon niveau d'expertise, c'est pour ça que je n'ai jamais fait ce genre de test tout seul, mais toujours avec un ingé en optique. En disant tout ça, je ne veux pas tirer sur winroddier, c'est un développement formidable que je suis et observe avec attention depuis très longtemps, et je suis admiratif du boulot qu'il y a derrière, mais force est de constater que ce n'est pas à mettre entre toutes les mains. Je ne suis de mon côté jamais parvenu à sortir une mesure qui se recoupe avec le banc optique. Sur la forme oui, sur les valeurs non. Après je n'ai jamais eu la patience j'avoue de faire une médiane sur 20 mesures. Je ne sais pas quel protocole de mesure il faudrait établir pour atteindre cette répétabilité, mais il est clair que c'est vraiment touchy. Au final il est en tout cas indispensable de recouper avec du bon vieux star test comme j'ai fait.
  10. Analyse Rodier

    En tout cas ce cas illustre bien à quel point le soft Winroddier est souvent optimiste peu fiable. En disant ça je n'incrimine pas le logiciel lui même, c'est un super développement. Il est tout à fait possible qu'il ne soit pas en cause du tout mais que le test est tout simplement très sensibles au protocole de mesure. Son seul avantage c'est qu'il y a toujours du vrai dans la carte qu'il donne, mais un gif animé comme j'ai fait au dessus donne exactement la même information sur l'aberration de sphéricité et l'astig.
  11. Analyse Rodier

    Il est toujours très parlant de superposer les deux images (après rotation de 180°). Si on simule dans aberrator, on peut aller jusqu'à un defocus de 1 mm et on obtient un rendu similaire au images du 23, avec des paramètres autour de L/8 à L/10 rms. Et le PTV à L/2 maxi. Mais attention, on voit dans les images une aberration de sphéricité non négligeable. Elle peut être induite par le correcteur. Ceci dit ce n'est pas le pire défaut en imagerie du ciel profond car il est de révolution, il ne déforme pas les étoiles. Ca peut expliquer pourquoi la mesure faite par SH est meilleure. Quant-à la psf, c'est une belle croix de Malte C'est sûr que si tu ajoutes ce défaut là aux aberrations dans le champ, ça doit finir par se voir, ... Surtout que les correcteurs induisent eux même de l'astig il me semble, donc il vaut mieux maîtriser ce paramètre au départ.
  12. Analyse Rodier

    Non on peut se faire une idée en quantité aussi.
  13. Analyse Rodier

    Ben dis donc tu vas relancer des polémiques en publiant un bulletin de DV à L/90 RMS contre L/9RMS à la Réosc. Sortez les chips, les cacahuètes et les binouzes Vous aviez vérifié que l'astig n'est pas d'origine mécanique ? Ce n'est pas évident de supporter un miroir pour un test à l'horizontale sans induire de défaut. Il faut faire tourner le miroir au moins une fois de 90° et laisser reposer. Mais JBDV doit savoir ça je suppose. Est ce que ça se voit franchement dans l'image ? Sur un T520 il faut relativiser la même avec un seeing de 1" la PSF doit être relativement plus petite. Donc il faut voir si il n'y a pas en plus de la contrainte de barillet.
  14. Analyse Rodier

    Haha, on peut le faire en imagerie, en examinant les même plage intra extra que tu aurais donné à manger au roddier
  15. Analyse Rodier

    Il n'y a pas eu de star test fait sur Hubble Le Star test peut être plus performant si quelqu'un d'expérimenté le fait. A force de croiser ce que je vois sur le ciel et ce que l'on trouve sur banc optique, je sais à l'avance quel résultat on va trouver sur le banc à mieux que +/-10% près, ce qui est plus fiable je pense que ce que ne sort le roddier. La limite du star test c'est sa sensibilité. Au dessus de L/25 à L/30 RMS il devient difficile de percevoir les défauts, donc on ne peut pas faire tellement mieux que donner une limite basse si l'optique est excellente. Mais bon dans ce cas là on s'en fout puisqu'on sait quelle est excellente, savoir à quel point ça nous fait une belle jambe, car passé L/30 les améliorations ont un apport résiduel sur la qualité d'image.