danielo

Member
  • Content count

    1532
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1
  • Country

    France

danielo last won the day on July 8 2019

danielo had the most liked content!

Community Reputation

969 Excellent

About danielo

  1. Merci Jean je comprends mieux ce que tu voulais dire. Mes points d'appuis latéraux sont effectivement au centre de gravité du miroir, et les points de contact sont des billes en POM libres en rotation donc les frottements ne devraient pas être si importants. Je ne sais pas dans quelle mesure ça joue, mais comme mon barillet possède 2 étages les points d'appui latéraux sont fixes par rapport au miroir (le long de l'axe optique). Comment peut-on quantifier cette déformation ? Je suis d'accord avec toi sur le principe, mais veux-tu dire que la quasi-totalité des dessins de barillet qu'on peut trouver sur le net pour des petits miroirs (que ce soit 3 points, 6 points ou plus) auraient ce problème ? Je n'ai pas en tête d'exemple avec des touches dorsales tout près du bord du miroir. Edit : je suis allé voir la page correspondante sur son site c'est passionnant, je suis impressionné par la conception de ton barillet astatique.. si j'ai bien utilisé la feuille de calcul que tu as mis en ligne, avec des points à 50% du rayon (miroir de 200mm de diamètre, 25mm d'épaisseur) j'arriverais à moins de 5 nm de déformation ?
  2. Merci à tous pour vos contributions ! Ce sont des billes POM encastrées dans une vis métallique, donc un peu de souplesse peut-être mais beaucoup moins qu'une vis nylon par exemple. Les experts (dont je ne fait pas partie) semblent unanimes pour préférer des roulements durs au centre de gravité comme méthode de support latéral (voir par exemple les tests sur la page de Mike Lockwood et les simulations de Robert Houdart). Ceci dit : ces doctes discussions s'appliquaient à des miroirs fins de grand diamètre, ce qui n'est pas le cas ici. Vous avez sans doute raison, pour un 200 on peut à peu près tout se permettre la problématique pour un instrument en altaz est tout autre, comme le miroir est toujours sur les mêmes appuis Donc nœuds au cerveau possiblement mais en attendant les dernières pièces pour finir le tube il faut bien s'occuper l'esprit Merci Jean pour ton analyse. Effectivement 0,1mm de jeu global ne semble pas avoir d'effet dramatique. Dans mes essais j'avais laissé plus de jeu que ça, 0,1mm par touche latérale, ce qui est peut-être trop, je réduirai un peu au montage final. Les appuis latéraux n'ont pas beaucoup de souplesse je ne pense pas qu'ils puissent beaucoup s'écraser surtout que le miroir ne fait que 1,6 kg (cf début du message). Comme les points d'appuis sont très glissants, il est à peu près certain que le miroir sera toujours en contact avec 2 points latéralement. Je ne comprends pas pourquoi tu penses que les 3 points au dos du miroir sont trop proches du centre ? D'après PLOP l'optimum est environ à 40% du rayon (de mémoire) en tenant compte de la refocalisation. J'ai préféré les mettre à 50% car ça me paraît plus stable mécaniquement, tout en ayant un effet modéré sur la déformation du miroir par rapport à la position optimale. Donc si j'en crois PLOP, je suis à 11,5 nm PV et 3,1 nm RMS, valeurs sans doute un peu pessimistes car le bord du miroir sera masqué par le diaphragme (diamètre intérieur 194mm). Pour un usage en astrographe cela me paraît suffisant.
  3. Régler pour l'est est une bonne idée dans mon cas, en général je fais la luminance avant le passage au méridien et la couleur après (un objet par nuit me suffit il faut bien dormir !) Je pense que le carbone est LA solution à ce problème, on gagne un facteur 10 par rapport à l'alu. Le carbone se contracte semble-t-il un peu moins que le Pyrex quand la température baisse (encore que pour un matériau aussi anisotrope je ne suis pas sur de l'info) donc tu pourrais mettre les vis légèrement au contact à température ambiante ? Jean-Marc évidemment j'avais lu ton fil de long en large et j'étais tenté de faire comme toi, mais je n'avais ni le temps ni le courage de me lancer dans le carbone moi-même... et j'ai découvert trop tard que je pouvais faire faire de la découpe CNC de carbone/époxy à 2 pas de chez moi... Merci beaucoup j'attends avec impatience la première lumière pour être sûr que tout se passe bien comme prévu
  4. Maintenant que tu le dit, c'est vrai qu'il ressemble un peu à une hélice ce barillet Sinon plus sérieusement je suis un peu perdu dans le réglage du jeu latéral du barillet, si vous avez des conseils Le différentiel de dilatation entre l'alu et le Pyrex, sur une longueur égale au rayon de mon miroir, est de 0,02 mm par 10°C de changement de température. J'ai fait un essai avec 0,1 mm de jeu pour chaque support latéral (réglé avec des rondelles de calage), la collimation bouge un peu trop au retournement de méridien. Ce n'est pas dramatique mais c'est visible, par exemple au laser un léger décalage du spot de retour. Est-ce qu'il faut régler au plus juste ? Pour être tranquille jusqu'à -10°C il faudrait environ 0,06 mm de jeu par support, pas simple à régler (encore que en laissant 0,1mm de jeu sur 2 des 3 supports on s'en approche) et pas évident non plus qu'il ne reste pas un chouia de décollimation au retournement... La plupart des infos sur le net concernant les supports latéraux sont pour des instruments en altaz où la problématique est évidemment très différente Concernant les instruments en équatorial, j'ai regardé ce qui se fait sur les instruments du commerce de cette taille. Visiblement ASA avait choisi le collage du primaire sur les petits diamètres. Évidemment le problème du jeu latéral est réglé. Voici sinon les entrailles d'un Taka Epsilon 180, peut-être que toutes les finesses de construction des barillets que nous discutons ne sont pas si importantes finalement : bon c'est vrai qu'un primaire de 30mm d'épaisseur ça aide un peu à simplifier le problème... (le mien fait 25mm)
  5. oui tu as raison pour le secondaire la plupart des supports du commerce sont mal conçus... sur le mien le changement des vis de collimation (par des vis sans tête à bout pointeau légèrement arrondi à la lime) a bien arrangé les choses même si ce n'est pas parfait. L'action sur les vis ne déclenche plus de rotation indésirable. Concernant le barillet une fois toutes les vis de collimation légèrement serrées je n'ai pas détecté le moindre jeu en rotation.... on verra à l'usage !
  6. Merci Yoann, Serge et Sébastien pour vos commentaires ! Effectivement les rondelles sphériques se trouvent assez facilement, sous la référence DIN 6319 (pour ma part j'ai pris du M30). Le plus difficile est de trouver une boutique qui en vendait aux particuliers : j'ai trouvé outillages.biz en Belgique après un certain temps de recherche, sinon Halder (qui vend aussi les vis à bille POM). Merci Serge pour tes critiques constructives. Effectivement un jeu résiduel en rotation n'est pas éliminé par l'utilisation de la rotule. Un moyen d'y remédier serait d'utiliser (comme JM Béraud et d'autres) un pallier applique, donc avec rotule captive et vis de collimation en appui dans un logement bloquant la rotation. Cette solution a comme inconvénient d'avoir un centre de rotation qui ne coïncide pas avec le centre optique du miroir, et prend probablement plus de place en hauteur (rédhibitoire dans mon cas) La solution élégante que tu suggères, plus sophistiquée, fonctionnerait certainement très bien... Mais je me demande si le blocage en rotation est vraiment primordial, qu'est-ce qui pourrait exercer un couple sur le barillet ? Pas le miroir évidemment, éventuellement dans certaines positions le poids des 3 branches du barillet inégalement réparti des 2 côtés... mais cela est probablement très faible par rapport au cisaillement induit par le poids du miroir en position inclinée (qui est, lui, intégralement pris en charge par la rotule).
  7. Extraordinaire image, tant le sujet principal que le fond très riche bravo !!
  8. Je cherche un accessoire...

    Avec T2 mâle :
  9. super boulot bravo et merci de partager avec nous !
  10. Merci à vous ! Concernant donc le barillet, les seules modèles disponibles "sur étagère" ne me convenaient pas : l'ONTC me semble de conception assez rustique (peut-être à tord, n'en ayant jamais vu en vrai) et n'est pas adapté au diamètre de mon tube, aux USA on peut trouver les barillets "Aurora precision" mais assez chers sans que ce soit forcément justifié. J'ai donc choisi de me lancer dans la conception personnelle, à défaut de l'usinage lui-même car mon outillage se résume à une perceuse, une scie sauteuse et quelques tournevis L'idée est de faire un barillet qui peut s'adapter à la virole du tube GSO sans changer la position du plan focal (donc un upgrade "plug-and-play" pour tous les tubes TS, Kepler, etc... de ce type ) Un problème commun à beaucoup de barillets commerciaux est le jeu latéral engendré par le mouvement de l'étage supérieur du barillet (tenu par les vis de collimation) par rapport à l'étage inférieur. J'ai donc choisi de concevoir un barillet sur rotule, inspiré par certaines belles réalisations vues sur ce forum (merci au passage à JM Béraud pour ses conseils avisés !) et les superbes mécaniques d'Axis instruments. Un autre avantage est d'éviter de bouger le centre optique lors de la collimation. Concernant la rotule elle-même, j'ai réalisé qu'un jeu de rondelles sphérique concave/convexe de grand diamètre convenait très bien, et permettait d'avoir en calculant bien le centre de courbure au centre optique du miroir (à 1mm près). D'autres points à soigner sont les points de contact avec le dos (qui doivent être bien glissants), les appuis latéraux (idéalement, ponctuels au centre de gravité) et les pattes anti-retournement qui ne doivent pas contraindre le miroir. N'ayant jamais fait de CAO (ni de conception mécanique en général) j'ai mis un peu de temps pour domestiquer Freecad, finalement ce n'est pas si compliqué et, après avoir envoyé les fichiers à un usineur trouvé sur LbC, j'ai reçu par la poste de belles pièces usinées CNC en AU4G : Un rapide assemblage avant anodisation sur le tube avec le vieux miroir GSO permet de valider les choix techniques : très bonne tenue de la collimation, pas de déviation à l'autocollimateur Catseye entre le zénith et l'horizon... en revanche j'avais laissé un peu trop de jeu latéral pour le retournement de méridien, j'y penserai lors de l'assemblage final. Le réglage des vis de collimation est plutôt agréable, mais demande un peu d'habitude en raison de la rotule : pour serrer une des vis il faut déserrer légèrement les 2 autres, et à la fin de la collimation reserrage léger des 3 vis. On s'y fait vite et après ça ne bouge plus c'est extrêmement rigide ! Trouver un prestataire pour l'anodisation n'a pas été chose facile, la plupart proposant des coûts prohibitifs pour les particuliers. Aussi j'étais très content d'avoir trouvé l'entreprise Eloxal Plus (https://www.eloxalplus.com/) à Gap, le gérant, très sympathique, m'a proposé un tarif extrêmement raisonnable pour un microbillage+anodisation noire réalisé très rapidement. Je vous le recommande vivement ! J'ai donc pu procéder à l'assemblage du barillet On peut voir les différents choix techniques, outre la rotule : j'ai choisi un barillet à 3 points, suffisant pour un 200 de 25mm d'épaisseur, et un 6 points aurait inévitablement remonté le miroir primaire ce que je voulais éviter le 3 points sont des cylindres en Teflon encastrés pour les touches latérales, il s'agit de vis en inox terminées par une bille en POM, agissant comme un roulement multidirectionnel, situés au centre de gravité du miroir, que je réglerai finement pour ajuster le jeu latéral au lieu de pattes anti-retournement, j'ai préféré un diaphgramme (POM noir découpé laser) pour éviter les effets disgracieux des pattes et éventuellement du chanfrein visserie intégralement en inox, sauf les vis tenant le diaphragme en acier noir pour éviter les reflets Une vue latérale pour mieux voir la rotule, ainsi que les 3 vis de réglage de la collimation largement dimensionnées (et montées sur rondelles sphériques, j'y ai pris goût..) Enfin une vue en cours d'assemblage sur la virole GSO (ça rentre au millimètre) J'attends d'avoir fait le flocage du tube pour y mettre le miroir et finir l'assemblage... je vous tiendrai au courant ! Enfin je tiens à remercier tout spécialement Fred (Zeubeu) pour ses conseils et encouragements tout au long de ce projet
  11. Salut, après m'être fait la main avec mon newton 200/800 en astrophoto du ciel profond, et connaissant en détail les limites de ce tube je souhaitais passer à un instrument plus performant, pour un usage 100% astrographe. Première chose, le choix du diamètre et du rapport f/d : le format d'un 200/800 me convient bien, sa taille raisonnable permet d'être emmené partout (même avec la famille dans la voiture) et de se satisfaire d'une monture de taille raisonnable. La focale de 800mm donne 1" d'échantillonnage avec mon ASI 1600MM, suffisant pour mon site d'observation habituel. Le rapport f/d de 4 est spécialement utile car mon jardin est situé en IdF, et je dois donc poser beaucoup (en cumulé) pour obtenir un rapport signal/bruit satisfaisant. Et finalement je reste en terrain connu Le choix du diamètre et de la focale étant acté, reste donc à établir un cahier des charges : composants d'origine européenne dans la mesure du possible mécanique bien conçue tenant la collimation et ne contraignant pas les optiques optique de qualité tube carbone pour la stabilité de la mise au point budget raisonnable (disons 2000€ max). Les solutions "clefs en main" sont peu nombreuses. Du moins cher au plus cher : l'UNC de Télescope Service, mais tout est fabriqué à Taïwan (GSO), c'est essentiellement le même instrument que j'ai déjà avec un tube carbone l'OTNC du même fournisseur, c'est un peu mieux mais les optiques restent d'origine GSO, et je ne suis pas entièrement convaincu par la conception mécanique de leur barillet (points et touches latérales en liège, etc...) Le Photo-Newton Lacerta un peu intermédiaire entre les deux En beaucoup plus haut de gamme, l'astrographe Skyvision est certainement à la hauteur mais hors-budget (et j'ai eu du mal à avoir des infos sur la conception de leur part) Évidemment, le "Newthom" présenté ici fait rêver, mais largement hors-budget (et Emmanuel Mallart ne fabrique pas de tubes en diamètre 200). Donc reste l'assemblage "maison" d'un tube en sélectionnant les éléments les plus adaptés. Aux critères précédents j'ai rajouté: la disponibilité, certains artisans étant assez débordés, surtout pour se pencher sur un projet relativement modeste comme celui-ci réutiliser dans la mesure du possible les composants qui ne posaient pas de problème sur mon tube actuel. En fait pas grand-chose Les viroles avant/arrière, la plaque de support du Crayford et le Crayford lui-même, un "V-Power" tout à fait correct que je vais garder en tout cas dans un premier temps. J'ai donc commencé à faire mon marché ... Pour les optiques j'ai choisi de faire appel à Romano Zen, ses prix sont extrêmement raisonnables, la communication se passe très bien (même si je ne parle pas un mot d'italien !) et il a fourni de belles optiques dans un temps plus court que je l'aurais pensé Ensuite pour le tube carbone, j'ai demandé à Klaus Helmerichs en Allemagne mais il est complètement surbooké (il fournit tous les tubes carbone de TS et Lacerta) j'ai donc choisi un de ses tubes "sur étagère" chez TS, du même type que les UNC : Certes un tube sandwich type ONTC est a priori plus rigide mais ce choix me permettait de recycler certains éléments de mon tube précédent, et est a priori suffisant sur un 200. J'ai en plus demandé à Skymeca une plaque de renfort sous le porte-oculaire Sur la photo on voit aussi l'araignée carbone d'origine italienne (Tecnosky), a première vue suffisamment rigide mais j'ai du changer toute la visserie pour obtenir une bonne qualité de réglage. Pour le support du secondaire, celui fourni ne convenait pas aussi j'ai commandé un support carbone à Sud Dobson, seul élément qui me manque encore avec le velours Protostar, actuellement quelque part entre l'Ohio et Paris.. et le seul qui n'est pas "Made in Europe" Évidemment il fallait un barillet à la hauteur pour héberger ce beau miroir... suite au prochain numéro
  12. oui c'est vrai, mais pour l'autofocus il faudrait soit changer de système (EAGLE,...) soit sortir le PC, et j'ai goûté au confort de l'ASIAIR Merci pour ce retour, donc le Moonlite reste en course C'est pire que ça, j'ai vérifié la doc Baader la différence de rayon n'est que de 3/10 Merci pour la suggestion, sur le principe tu as raison mais je ne suis pas équipé pour le faire, d'ailleurs peut-on garantir la concentricité du PO en faisant ça ? Il faudrait aussi refaire une anodisation derrière. Je garde quand-même cette possibilité en tête (et si j'avais le correcteur VIxen en main je découvrirais peut-être que son diamètre est plus petit qu'annoncé...)
  13. Merci pour le conseil. Oui je connais Axis (j'avais consulté Emmanuel Mallart pour autre chose). Le PO requis serait le modèle micrométrique qui semble excellent mais, tarif de base 2350€ en 2011 et probablement surdimensionné pour mon projet. Belle machine ! J'avais envisagé ce tube un moment à l'automne, j'avais quelques interrogations techniques (barillet, etc...) mais je n'ai pas eu trop de réponses de la part de SV...tu en est content ? Comme l'OPTEC est assez fin tu dois avoir des bagues assez longues pour loger le correcteur ? C'est un Wynne 3" que tu utilises ? Merci cela répond à une partie de mes questions au-dessus... Donc le leo semble une bonne solution mis à part (1) le prix et (2) la nécessité de changer de controlleur Merci, donc tu estimes qu'il tiendrait la charge sans fléchir sur un tube à f/4 ? Pas d'usure notable pour le moment ? Ce qui est frustrant c'est qu'il existe une pléthore de crémaillères en 2.5" et 3" milieu de gamme pour les lunettes mais à peu près rien pour les newton.. Il ne faudrait pas beaucoup de modification pourtant : virer le système de rotation du PO (peu utile sur un newton, risqué à f/4 et bouffe du backfocus) et tube coulissant plus court pour ne pas obstruer le chemin optique....
  14. Salut, après quelques semaines de recherche sur le net je n'ai pas encore trouvé la solution idéale pour équiper mon astrographe newton 200/800 d'un système de mise au point répondant aux critères suivants : doit tenir une charge raisonnable (environ 2 kg) sans flexion notable hauteur retracté de 90mm au-dessus du tube environ (donc "low profile" pas idéal, mais pas non plus démesurément long) ouverture supérieure à 2 pouces (au minimum 56mm pour le Wynne Vixen, idéalement 2,5 pouces pour le Wynne TS-Riccardi) connexion vissante pour le correcteur de coma prix contenu (inférieur à 1000€, idéalement la moitié) grosse préférence à une compatibilité avec l'EAF (comme je pilote avec un ASIAIR) Rien d'urgent, j'ai un V-Power 2 pouces avec un correcteur GPU mais c'est dans l'optique d'avoir un champ corrigé et illuminé un peu plus large à moyen terme... Disons APS-C non vignetté ce serait bien. Les candidats que j'ai repérés ne sont pas nombreux: Les Feathertouch de diamètre plus grand que 2 pouces ne sont pas bien adaptés. Le 2,5 pouces ne suffit pas (seulement 53mm de diamètre libre) il faudrait passer au 3 pouces (donc lourd et cher). En plus trop haut (91mm de hauteur mini + la base + sortir le "drawtube" de 20mm mini pour ne pas obstruer le chemin optique) Moonlite 2.5" : répond au cahier des charges à peu près (ouverture, hauteur, backfocus, prix). A priori pilotable par ASIAIR moyennant quelques adaptations. En revanche c'est un Crayford "classique" donc quelques doutes sur la rigidité et la durabilité FLI ATLAS : hors budget Optec Leo : un peu plus raisonnable mais en ajoutant les bagues d'adaptation ça commence à chiffrer... pas pilotable par EAF évidemment PrimaLuceLab ESATTO 3" : encore un peu moins cher, pas de pilotage pas ASIAIR, pas trop de retour encore Baader Steeltrack : il ne lui manque qu'un millimètre de diamètre interne pour accepter le correcteur Vixen ! J'ai demandé à Baader, pas de version 3 pouces prévue... Un V-Power en 3 pouces vient de sortir, pas encore dispo chez TS et pas beaucoup d'info pour l'instant. Je l'ai en 2 pouces si un peu plus rigide en 3 pouces ce pourrait être une solution ? J'ai plus confiance dans sa conception que dans celle du Moonlite. Plus exotique, la crémaillère Taka pour Mewlon qui accepte le correcteur Vixen, mais apparemment cher pour ce que c'est... Cabestan Skymeca, solution adoptée par Fred (Zeubeu) sur son T500 ? Merci pour vos conseils ! Dan
  15. Parka tres chaude et imperméable

    Si vous voulez le top du top en 100% made in france, pas si cher en plus http://www.triplezero.fr/ficheprod.php?p=93