Alexandre Renou

Member
  • Content count

    284
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

105 Good

2 Followers

About Alexandre Renou

  • Rank
    Active Member

Personal Information

  • Hobbies
    Comètes et ciel profond
  1. correcteur de dispersion atmosphérique

    Bonjour à tous, L'intérêt de l'ADC en visuel (avec un Newton f/4) a été traité sur le lien : http://www.astrosurf.com/topic/113954-test-de-ladc-en-visu-avec-un-dobson/?tab=comments#comment-1530884 Tout y est expliqué par l'expérimentation, aussi bien en planétaire qu'en ciel profond. Juste un complément suite à un autre test cet été avec le même matériel : quand la turbulence commence à être forte, le gain avec l'ADC est moins probant. Mais bon, dans ce cas, à quoi ça sert de vraiment observer la cible...
  2. Je suis d'accord avec toi Hyphene. Moi aussi j'aurai bien voulu avoir la justification avec un "papier" pour justifier mon (gros) achat de miroir. Mais John Nichols ne marche pas comme cela apparemment. Et comme en plus, les contrôles sont parfois sujets à caution dans la façon où ils sont fait, par qui, la méthode,... et bien cela complique les choses. Je ne suis pas un expert pour contrôler par des chiffres la qualité de mon miroir, je n'en ai pas les moyens de le faire, mais je fais comme j'ai toujours fait dans ma vie : je regarde "de mes yeux" ce que ça donne au final. L'expérience sur le terrain a pour moi toujours plus de valeur que la théorie des chiffres (et ceci dans tous domaines sur le terrain). C'est là qu'arrive la confiance pour qq chose ou quelqu'un et inévitablement la chance aussi de tomber sur un bon numéro. Mais même un numéro moyen peut donner satisfaction si on l'exploite de la bonne manière. Tout le monde n'a pas les moyens de prendre le top niveau déjà et même l'envie de concurrencer les vrais pro. Il faut faire à sa façon sans chercher à faire comme les autres, se faire son propre avis avec ses moyens même modestes soient-ils. Cela me rappelle une anecdote qui remonte à un rassemblement astro près de Lodève en 1984 ! C'était à une époque où les amateurs français ne juraient que par les lambdas, et dénigraient donc systématiquement les miroirs sous lambda/20 en les traitant de "cul de bouteille". Or cette fois-là lors du rassemblement, il est arrivé 2 gars très cool avec leur Dobson de 300 f/4 sur le toit de leur 4L, faisant sensation puisqu'à l'époque un 300 c'était un grand diamètre et aussi ouvert (f/4) quasi inconnu en France. Ils savaient très bien que des gens mal intentionnés les attendraient au tournant pour la haute résolution, comme les planètes en particulier. Et sachant leur miroir loin de standards top niveau français, ils ne voulaient pas pointer les planètes. Par contre quelle révélation quand j'ai vu aussi bien les Dentelles pour la première fois ! Top. C'était à une époque où des fous furieux essayaient des dosages en hydrogène pour sensibiliser les fameux films argentiques 2415 hyper (pratique vue lors de ce rassemblement). Evidemment, personne n'aller les déranger au fond du couloir où ils faisaient leur "sauce". Tout cela est une époque bien lointaine où les échanges entre amateurs étaient très enrichissants dans une bonne ambiance et avec un maximum de bricolage pour assouvir sa passion, loin de l'astronomie moderne souvent technologie high-tech, toujours fort couteuse, parfois sans même voir le ciel et parfois même sans être sur le terrain dehors ! Mais là on s'écarte du sujet. Excusez-moi, il se fait tard.
  3. effectivement… et avec mise en température (typiquement 1/2 à 1 heure avec 2 ventillos).
  4. Bonjour à tous, Un petit mot après avoir observé le fameux transit de Mercure : ça s'est dégagé 2 h avant le début du phénomène. Ouf ! De mon côté, j'ai acquis en 2015 un miroir Nichols de 560 mm f/4. Depuis le télescope est fini ; je l'ai entièrement construit avec un barillet 18 pts et 2x2 points latéraux d'appuis (très important ça aussi). C'est un miroir mince de 43 mm d'épaisseur. Je l'utilise pleinement depuis 2015-16 sans problème en visuel pour le ciel profond, ce qui ne m'empêche pas de visionner les planètes bien sûr (même si ces dernières années Jupiter et Saturne sont dans les choux !). Mon avatar le montre. Résultat : les étoiles sont très fines et je grossis jusqu'à 650x pour observer les nébuleuses planétaires selon bien sûr la turbulence. J'ai l'expérience d'avoir observé dans bcp d'assez gros télescopes dans le passé et j'avoue que la finesse des images est très sympa. Bien sûr, je n'ai pas expérimenté les miroirs de Franck. Certainement, que l'image est bcp plus fine qu'avec le mien, mais ce n'est pas le même prix. Le top, ça se paye ! Point très important, la collimation est extrêmement importante, tant que les images ne seront pas plus fines même avec un miroir signé de Franck si la collimation n'est pas bonne ! Pas la peine de s'exciter sur la qualité des optiques si le barillet n'est pas bien conçu et que la collimation est médiocre…..
  5. Gros timelapse au Pic du Midi

    Merci, superbe ! … avec une musique qui accompagne très bien la vidéo. Très important une bonne musique de film. C'est fou cette pollution lumineuse côté français ; je croyais pourtant qu'il y avait un "certain" classement de réserve de ciel noir !??
  6. Moisson d'automne

    Bonjour à tous, Effectivement, TOP le dessin de NGC 1501, top aussi le "nœud" ! (ne serait-ce pas le morceau H de Gottlieb aux positions 20 56 18 +30 24 ?) ; ça c'est pour Xavier et son T500. Si c'est cela, à voir sur l'article "Ciel spectaculaire" consacré aux dentelles n°100 d'Astrosurf page 72. Par contre, pour NGC 281, étant donné ton super coup d'œil pour NGC 1501, je suis un peu déçu, même si l'instrument est bien moins puissant pour cette observation.
  7. Boucle de Barnard et autres questions

    Comment Mr Fabrice M. n'a pas vu California à l'œil (presque) nu ? Pourtant j'ai lu un certain article page 37 dans le n°43 de mars-avril 2010 d'Astrosurf où un certain Fabrice Morat disait "qu'on pouvait s'amuser avec la nébuleuse California [à l'œil nu] au moyen d'un filtre H bêta" ??! (article asm43 repris récemment dans la liste gratuite des 100 articles d'Astrosurf). Faut croire que ce Fabrice Morat qui avait écrit cet excellent article est un "homonyme"... Comme renseignement supplémentaire concernant mon observation de California, j'ajoute qu'elle faisait un arc épais qui me faisait penser à une banane. Je suis sûr que tu verras sans difficulté California car j'ai l'impression que tu as de meilleurs yeux que moi (quand je vois tous les détails sur tes dessins) et comme je n'ai plus des yeux de jeunot, je commence à me faire dépasser par pas mal de monde….
  8. L'amas du Fourneau au TN 150

    Bravo Mérope ! Oui depuis l'hémisphère austral, cela arrange bien les choses pour ces galaxies. Je ne suis pas étonné que tu ais vu les bras au T 150 car NGC 1365 est vraiment exceptionnelle (c'est pour moi l'une des plus belles galaxies et la plus facile pour percevoir ses bras spiraux, mieux que notre M 51 ! ). Voilà mon expérience avec une lunette de seulement 90 mm depuis le Chili : L 90x31 (22/08/2009): Tache diffuse moyennement bien visible avec centre plus dense stellaire. Ovale. L 90x56 (22/08/2009): Les bras seraient presque visibles !! Surtout celui au S. L'impression de voir les 2 bras est parfois vraiment forte ! Et encore, il faut dire que cette observation a été faite dans une petite ville chilienne, donc avec une certaine pollution lumineuse (mais tout de même bien moins diffusante que celle chez nous) et alors que la galaxie commençait à bien descendre dans le ciel (vers 30° environ de mémoire).
  9. Boucle de Barnard et autres questions

    Bravo pour la Boucle de Barnard à l'œil (presque) nu ! Je ne suis pas étonné d'abord parce que je sais que tu dois avoir une excellente vue (tes dessins sur le forum l'attestent) et parce que j'ai aussi vu des choses soit disant impossibles dans ses conditions, comme la Rosette, comme toi avec le OIII et aussi California avec un H bêta, à l'œil (presque nu), ceci depuis mon site de plaine du Maine et Loire... J'imagine bien que la Boucle c'est bien plus difficile (jamais tentée), mais depuis un super site pour un expert à l'œil affûté, c'était faisable et tu l'as fait ! bravo ! Un détail toutefois : comme la nuit, nous devenons tous un peu myope (à l'œil nu), une paire de lunette qui corrige la myopie est bienvenue pour affiner l'image, surtout que les filtres assombrissent l'image et n'améliorent pas notre myopie naturelle nocturne. En pratique, une correction de -0,5 dioptrie environ marche bien (expérience faite avec plusieurs observateurs).
  10. Boucle de Barnard et autres questions

    Bonjour à tous, Hélix est un bon exemple pour voir (ou pas) des détails selon la qualité du ciel. Je comprends tout à fait qu'un T 300 ne la montre pas plus dense qu'avec une 80... si le ciel est médiocre pour le premier et super pour le second. Pour mémoire, voyez en le commentaire que j'avais écris sur elle pour le n°82 d'Astrosurf : "Aux J 50x10, elle apparaît comme une tache ronde assez grande (tout au moins pour un objet du ciel profond !), faiblement visible, homogène en éclat et surtout peu contrastée, ceci même dans d'excellentes conditions de transparence. A défaut, rien n'est visible ou si faiblement… Sa visibilité est radicalement accentuée avec un filtre UHC. Mieux encore, la structure annulaire de la nébuleuse est même détectable avec des jumelles de 80 à 100 de diamètre, de préférence montées sur un pied, et le fameux filtre! Sans ce dernier aux J 80x15, c'est une assez disque assez faible, mais avec un UHC, NGC 7293 est bien mieux visible, étant alors moyennement visible, et surtout annulaire ! Sa taille et son aspect sont immanquables. Dans une L 90x20, NGC 7293 forme une tache diffuse ronde très peu contrastée mais visible au premier coup d'œil, avec notamment deux doublets stellaires proches à l'Ouest. Le même instrument avec un filtre UHC montre sans trop de difficulté la structure annulaire. Avec un OIII, encore plus sélectif, la nébuleuse se révèle presque assez bien visible, tant renforcé que son centre est loin d'être sombre." En règle générale, toutes les cibles du ciel profond étendues et peu contrastées donnent des avis parfois très différents selon la limpidité du ciel, comme IC 434 évidemment et la Boucle de Barnard. Voilà d'ailleurs ce que j'en dis dans le n°84 d'Astrosurf : "Dans un TN 250x50 et UHC, bonne surprise, on devine la très pâle et large lueur |de la Boucle de Barnard] traversant tout le champ de la partie la moins difficile vers les coordonnées équatoriales 5h 48m et +1°, c’est-à-dire à 1° au Nord Nord-Est de M 78. Cette bande semblable à une pâle Voie Lactée d’hiver à l’œil nu, peut être suivie en allant vers NGC 2112, plus précisément à ½° au Nord-Ouest de l’amas. Cette partie boréale de la Boucle mesure approximativement 1,5°x0,3°. Pour mieux se rendre compte qu’elle est bien dans le champ oculaire, on peut bouger le télescope en déclinaison pour la distinguer du champ environnant, certes aussi riche en étoiles mais avec un fond moins « gris ». Avec un filtre H bêta, cette portion boréale de la Boucle de Barnard semble un peu mieux vue, même si par comparaison le même soir avec le même matériel, IC 434 est plus « facile ». Dans les mêmes conditions, en plaine, cette pâle bande n’a pas été vue dans une L 90x30, malgré le filtre. Nul doute qu’un observateur placé en montagne aura plus de chance pour la détecter." C'est marrant, ce post me rappelle que j'avais vu la Boucle ; je ne m'en rappelais plus de trop…! Donc pour moi, l'annularité d'Hélix dans un petit instrument et la visuel de la Boucle, c'est coché
  11. IC 1257 en hommage à Barbara Wilson

    Bonjour à tous, Il y a tant de cibles potentielles dans le ciel profond qu’il est bien difficile de « tout » voir, surtout avec un gros télescope. Pour mon expérience perso avec un TN 400 et maintenant avec un TN 560 depuis 3 ans environ, cela fait environ 20 ans que je prends des notes sur chaque cible vue. Au final, ma base de données contient un peu plus de 5850 objets (en fait cette base est à jour pour plus de 95%, ce qui me reste environ 200 cibles encore à décrire). Tout cela depuis mon site du Maine et Loire, comme quoi, il ne faut pas être forcément au sud pour voir des choses à profusion… d’autant plus que le nombre de nuits vraiment claires a chuté depuis mes débuts !! Il est intéressant de voir les stats par types d’objets : 7,1 % pour les amas ouverts, 3,0 % pour les astérismes référencés, 1,6 % pour les amas globulaires, 1,0 % pour les nébuleuses par réflexion, 1,4 % pour celles à émission, 0,6 % pour les nébuleuses obscures, 5,8 % pour les nébuleuses planétaires, 0,5 % pour les quasars et 79,1 % pour les galaxies. Le gros pourcentage de galaxies, c’est tout simplement parce qu’il y a plus de galaxies dans le ciel que d’autres choses ! Le fort pourcentage de nébuleuses planétaires (le Messier en contient seulement 4) s’explique par l’observation acharnée dans le début des années 2000 avec un certain François Jauzelon, très accro aux NP (dommage, François est reparti chez lui et plus de nouvelle depuis..??) Même si ces cibles sont nombreuses, il y en a d’autres nouvelles que je mets au programme de temps en temps en sillonnant sur les observations (et photos) du net entre autres d’autres mordus, comme la nébuleuse MWP1 ou le parachute d’Andromède (merci Yann P. et Bertrand L.) En plus, pour un même objet même bien connu, il y a toujours autres choses à découvrir avec son instrument ou un plus grand, comme la centrale de M 57 ou plus rare la seconde étoile dans l’anneau ! L’univers du ciel profond est si immense. Et encore, je ne parle ici que des cibles au-dessus de -30° de déclinaison (limite que je me suis fixé pour chez moi) ; et oui, il y a le reste « en-dessous ». J’ai une bonne base de données aussi avec l’hémisphère sud avec 360 objets environ en plus... Je vous livre rapidement quelques cibles exotiques pour l’automne : UGC 11994, UGC 12281, NGC 7284-7285, NGC 7443-7444, NGC 7253 A+B, Jones 1 (que les spécialistes connaissent bien), NGC 128 +127 et 130, ou bien encore un amas globulaire fort délaissé NGC 7492 (à résoudre avec un T 400 mini) et j’oubliais la minuscule Pease 1 dans M 15… que Yann nous mettra à l’honneur un jour c’est sûr
  12. IC 1257 en hommage à Barbara Wilson

    Bonjour à tous, Merci pour toutes ces infos sur cet objet bien méconnu classé à tort comme nébuleuse dans certaines bases de données. Vu il y a qq années dans un TN 400 à 250x comme une petite boule diffuse avec un centre un peu plus dense bien diffus (DC =3/4), Visibilité : 0,5 à 1 /4 dans ma cotation perso, ce qui correspond à très faible.
  13. MWP1 HOO

    Bonjour à tous, Belle image : bravo ! Pour en savoir plus sur le rendu visuel, avec pas mal d'infos sur la nature de l'objet traité par Yann dans AS mag, rendez-vous sur le lien http://www.astrosurf.com/topic/129356-nébuleuse-planétaire-mwp-1-as-n°100/
  14. Parsamian 21, exotique mais discret

    Bonjour à tous et en particulier à Sky et à Nicolas avec leur vue aiguisée, Voilà mes notes de cet objet bien intéressant dans 2 instruments différents, un T 400 et un T 560 : Par 21 = Parsamyan 21 = GN 19.26.6 Aigle (Aql) 19 29 00.8 +09 38 45 Taille (0.7'x0.2') - Dans un TN 400x200 et x400 (visibilité 1 à 1,5/4 dans mon échelle, ce qui correspond à moyennement visible) : Petite boule diffuse bien contrastée avec des bords dégradés et un centre bien marqué (DC 7/8). Plus diffuse vers le N. Localisée à 5,5' SW de SAO 124684 (mag 8,7, type K) et à 8' ENE de SAO 124667, alias V 1457 Aql (mag 8,2, type M). - Dans un TN 560x370 le 10 juillet 2016 (visibilité 1,5/4 donc mieux qu’au T400, ce qui correspond à assez bien visible) : Petite et allongée avec une "tête" toute petite et diffuse (avec un noyau stellaire en plein cœur), d'où part une queue assez longue et rectiligne vers le NNW, faiblissant en brillance, d'une longueur égale au niveau de l'étoile proche et modeste (mag 13,8) au NW soit longueur 0,6' d'arc.
  15. Parachute d'Andromède T620 AstroQueyras

    Bonjour à tous, Pour info, j'ai laissé un petit croa sur le lien de den b fait avec mon TN 560.