Alexandre Renou

Membre
  • Compteur de contenus

    195
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

5 Neutre

À propos de Alexandre Renou

  • Rang
    Membre

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    Comètes et ciel profond
  1. Galaxie NGC1313 dans le Réticule depuis le Chili

    Bonjour à l'équipe, Avec tout le lot de nébuleuses du ciel austral, cela va faire pas mal de sujet. Je crois même qu'il faudra cartographier tout le ciel puisque vos moyens permettent d'avoir des images inédites des nébuleuses, même là où on ne croyait qu'il n'y avait rien d'autres que des galaxies ! En tout cas BRAVO pour les images, inédites et de toute beauté. La preuve que les amateurs avec le matériel actuel peuvent "révolutionner" tout ce qu'on connaissait jusqu'alors. PS : Si mes propos vous ont semblés "particuliers", c'est sans doute que vu votre travail déjà maintes fois exposé ici avec le plus grand plaisir de nos mirettes, j'imaginais une vue de NGC 1313 en haute résolution et grand format (j'aime bcp cette galaxie superbement complexe). Je connais un peu (pas mal) le ciel austral et je connais son potentiel énorme. Mais je sais que cela arrivera un jour, euh une nuit Et comme niveau météo, c'est l'inverse de chez nous, ça avance.
  2. Galaxie NGC1313 dans le Réticule depuis le Chili

    Bonjour, Jolie photo pour voir l'environnement large autour de NGC 1313, certes, mais pourquoi ne l'avoir pas imagée avec une focale bien plus grande pour voir cette galaxie très complexe avec ses petites régions HII. En visu, voilà une de mes notes sur la belle : "T 350x150 (24/08/2009): Moyennement bien visible. Corps principal bien allongé 3/1 environ, orienté quasi N-S, avec centre quasi absent. Petite étoile près de l'extrémité N. Deux nodosités ensuite, dans le quart NE : une première assez contrastée bien allongée perpendiculairement par rapport à la galaxie (localisée à 1,5' NE du centre géométrique de NGC 1313) et une seconde faible détachée à l'E (localisée à 2,2' ENE du centre géométrique de NGC 1313). Extension diffuse de la galaxie depuis l'extrémité S, vers l'W. Nodosité à l'W bien détachée (localisée à 4' WSW du centre géométrique de NGC 1313) + "étoile bizarre" entre cette dernière nodosité et une étoile bien visible (mag 11,8) localisée à 2,2' S, en doublet avec une plus faible. Nodosités pas mieux vues avec UHC." C'est dire le potentiel en haute résolution et plus grand...
  3. Animation du Soleil en Halpha 16/08/2015

    BRAVO jean Philippe ! Je ne te savais pas si excellent dans l'imagerie solaire et en animation en + !
  4. Allez je joins cette photo du Soleil à 15h23 tu (bridge Lumix), avec la bonne couleur à l'œil nu ! (enfin presque le rendu n'est pas assez rouge sur la photo affichée. Et ce n'est pas un Soleil au couchant, il était à 15° de hauteur tout de même. Et maintenant, l'heure du rouge est passé... derrière un épais voile de nuages.
  5. Bonjour, Effectivement, chez moi aussi le ciel est très particulier : toujours aussi délavé, surtout la nuit, mais surtout avec un soleil totalement rouge dans le ciel il y a 1/2 heure. Je n'avais jamais vu un disque aussi rouge si haut dans le ciel : impressionnant, la combinaison du sable et des voiles !! ...et pourtant j'ai de la bouteille... (et ce n'est pas encore l'heure de l'apéro)
  6. Quand la foudre monte au ciel ... (post XL)

    BRAVO BRAVO Pour avoir vu le fameux reportage sur la 5 et ses phénomènes imagés avec du matériel de super pro à bord d'un avion en haute altitude, et bien je vois qu'au sol avec un matériel bien plus conventionnels, tu as réussi des images vraiment de folie !!! A rendre jaloux les pro du sujets !!!!!!!!!!!!!!!!!!! Je ne pensais pas que cela pouvait être faisable aussi "facilement" ! Il faudrait contacter les pro du sujets (américains et japonais) pour leur communiquer tes extraordinaires images. Pour moi, ce sont les images de l'année, toutes catégories confondues.
  7. Galerie Astrodessin

    Bonjour, Et bien pour faire un essai d'envoi de photo pour la galerie, je viens de mettre celle de l'éclipse du 17 aout vue .... de France. Sympa les dessins de José ! ...qui a une bonne vue et qui sait bien dessiné !
  8. Eclipse partielle de Soleil du 21 aout 2017 à Gohier (49) France

    Chapelet obtenu avec plusieurs poses réalisées simplement avec un bridge Lumix DMC FZ 48 sur pied photo + filtre mylar et montage photoshop. Le Soleil éclipsé se couche sur la ville d'Angers (Maine et Loire). Réalisé depuis la butte de Gohier sur la commune de Blaison-St Sulpice. Comme quoi, l'éclipse était aussi visible en France....
  9. trouvez les comètes...

    Bonjour aux cométeux ! Observation de cette nuit de C/2017 O1 avec un TN 120x45 à oh tu : mag m1 = 10,1 (M), dia 3’ d’arc, dc 2. Mieux vue avec filtre C2. Effectivement peu contrastée… Pour les autres comètes, je n’ai pas réobservé récemment C/2015 ER61 mais le 22/8, mag m1 mesuré à 13,5 avec T N 560x165. D’autres comètes vues mais plus faibles encore… Bonne chasse !
  10. Test de l'ADC en visu avec un dobson

    Bonjour à tous, En réponse à Marc pour savoir si une Barlow est nécessaire, la réponse est oui. Tout simplement pour une raison purement de mise au point. L'ADC prend une marge de 6 cm en avant vers l'intérieur du tube. Donc, si le foyer du télescope ne ressort pas largement, la mise au point avec l'ADC seul + oculaire risque de ne pas être possible. C'est ce que j'ai vérifié hier soir par mégarde : je mets le Nagler derrière l'ADC et boum, pas moyen de faire la mise au point, trop "à l'intérieur" du tube ! ... J'avais oublié la Barlow 2,5x. Avec elle en + devant l'ADC, c'est bon, la mise au point est possible. Hier soir avec Saturne à seulement 17° de hauteur, sans l'ADC, quelle image pourrie avec les colorations rouge et bleu. Avec l'ADC, ça change bcp mais reste la turbulence C'est bien bas 15-17° avec un TN 560x355... Mieux mais loin de l'image de juillet ou aout par exemple, mais c'était pour de la famille... donc pas grave.
  11. Test de l'ADC en visu avec un dobson

    Bonjour, Autre test au petit matin hier avec Rigel. Toujours avec la combinaison Barlow 2,5x Televue + ADC (en position neutre ou "active") + Nagler 16, qui me donne 355x avec mon T 560 : Rigel était alors à 15° sur l'horizon. Evidemment, ça bouillonne avec ou sans ADC (en position neutre ou active "+/- 3ème graduation".Belle différence au niveau du chromatisme rouge / bleu du à l'atmosphère. Avec, en position active, ces colorations disparaissent et l'image éclatante de Rigel est plutôt neutre et les aigrettes deviennent bien plus fines, preuve que la résolution augmente. Du coup, le petit compagnon de Rigel est évident au premier coup d'œil, chose que je n'avais pas remarqué sans ADC au premier coup d'œil (je me rappelais plus que Rigel est une binaire, certes pas difficile à résoudre mais avec la turbulence, le chromatisme et l'image de la principale bouillonnante, on peut être distrait). Un essai rapide sur la brillante nébuleuse M 42 à côté à la même hauteur ne donne pas de résultat concluant, hormis l'aspect des étoiles. Rien à voir avec son aspect haute dans le ciel, mais on grossit pas mal aussi.
  12. Test de l'ADC en visu avec un dobson

    Bonjour Fabrice, C'est vrai que sous les 15°, l'image est dans tous les cas dégradée. Je suis à une latitude de 47°24' et en observant M 75 lors du méridien, on est dans les 20°, soit la même hauteur que Saturne actuellement. Chez moi, je m'arrête de pointer vers les déclinaisons de -30°; c'est loin des -51° !
  13. Bonjour à tous, Cela faisait un petit bout de temps que je réfléchissais à cet accessoire bien connu des imageurs de planètes à haute résolution que l'on utilise pour corriger la dispersion atmosphérique (d'où son nom Correcteur de Dispersion Atmosphérique, ADC en anglais) lorsqu'une planète est basse (c'est le cas pour un bon petit bout de temps pour Jupiter et Saturne), même au méridien. Les tests avant/après des imageurs sur les pages de pub montrent bien le gain. En pratique, cela élimine les liserés rouge et bleu sur les bords inférieurs et supérieurs de la planète lorsqu'elle est basse, ou plutôt superpose plus correctement les images étalées en hauteur du spectre électromagnétique, donnant plus de finesse et donc de contraste. J'avais déjà constaté cet artéfact lors de l'observation de Saturne et Jupiter avec mon télescope. Mais en visu, ça donne quoi réellement avec l'appareil en + ? En plus, la bête est particulière à régler et surtout exige que l'on travaille avec un rapport f/d de plus de 10 !! Autant dire qu'avec un T 560 mm f/4 comme j'ai, ce n'est pas conseillé et apparemment les rapports sur les résultats en visu avec un dobson sont introuvables ?! Toutefois, l'utilisation d'une barlow augment ce rapport et on tombe alors dans le début du créneau conseillé. Alors je me suis sacrifié, pas avec le modèle luxe français à 400 euros mais le modèle chinois à 135 euros : l'ADC ZWO. Comme pour embêter, je l'avais reçu depuis 15 jours et depuis pas une seule soirée « correcte », sauf bien sûr le w-k quand je ne suis pas là ! C'est fou comme ce mois d'aout (et en parti juillet aussi) est pourri cette année ! Il me fallait juste une soirée pour l'essayer sur Saturne, bien sûr, plafonnant à 20° au-dessus de l'horizon chez moi au mieux en tout début de nuit. Alors le résultat ? Mais avant, allez voir les pages consacré au « gadget » dans le livre très documenté Astronomie planétaire édité par Axilone page 76-77 pour voir son fonctionnement qui est en fait pas compliqué du tout ! Nous y voilà, mais voyons le matériel : un T 560mm f/4 bien collimaté et mis en température (la turbu ce soir-là était sans plus, par moments très moyenne, l�instant d�après mieux), avec des oculaires Nagler 16 et 11 mm et une barlow Télévue de 2,5x, en plus de l'ADC intercalé en 31,75 mm entre la barlow et l�oculaire. Ce qui fait un grossissement de 355 et 515x. Habituellement, les grossissements de 400x et plus sont très rarement utilisables avec une planète bien trop basse chez nous actuellement. Classiquement j'utilise 290 et 370x. (Nagler 9 et 7 mm + paracorr) Je m'attendais à un subtil résultat, du style « ouais », c'est peut-être mieux (à force de rabâcher qu'il faut un fort rapport f/d et avec des résultats uniquement photo avec des Cassegrain par exemple sachant qu'en plus des problèmes d'astigmatisme seraient fréquents !) et bien pas du tout, c'est bluffant ! J'ai fait des tests avec l'ADC à « zéro » (prismes neutralisés) et aussi en comparant le résultat avec l'appareillage classique (paracorr + oculaire). Sur le côté de l'ADC, il y a des graduations pour équitablement tourner les 2 manettes. A zéro, tout est neutralisé et plus on décale, plus on fait l'inverse de l'atmosphère en terme de séparations des couleurs. A zéro, les liserés rouge et bleu sont apparents surtout en grossissant 300 fois et plus, tout comme sans l'ADC. En tournant (+/- 3 crans pour moi), les liserés disparaissent totalement, et c'est vrai qu'alors, l'image est plus fine, c'est assez net ! Bien plus que je ne l'aurais cru ! Je me dis maintenant, qu'à chaque observation de ces planètes si basses, c'est illico l'ADC en + ! Cela a tellement bien marché ce soir que je n'imagine pas que c'était un hasard dû à une turbulence « particulière ». Je pense que beaucoup d'utilisateurs de dobsons devraient voir ce « gadget » comme un +, comme le sont les filtres interférentiels pour le ciel profond. C'était impeccable à 355x mais malgré tout un peu poussif à 515x mais avec une turbulence moyenne, je ne grossi pas autant d'habitude sur cette planète fort basse. La différence avec et sans est bluffante ! J'aurai pas pensé autant et je n'ai pas de retour financier pour cette pub ! malheureusement (mais si les vendeurs de Colmar me lisent avec joie, je suis prêt à recevoir un bon d'achat ) Et le ciel profond, cela donne quoi ? Bah non, déjà qu'il faut grossir pas mal avec une barlow et que cela doit bouffer de la lumière, cela ne doit pas être sympa, non ? Essai fait le même soir, 2 heures après avec M 75, un amas globulaire brillant, compact mais pas facile à résoudre avec un grossissement de 355x avec/sans ADC. Et bien pas mal : toute la périphérie de l'amas est finement peuplé de très nombreuses étoiles très serrées et faiblardes avec un petit centre fort brillant et contrasté. On sent que l'effet de l'ADS améliore la finesse des étoiles de l'amas. Je n'ai pas pu pleinement tester d'autres solutions sur M 75 car des voiles de cirrus commençaient à arriver. Au final, le gain avec l'ADC est appréciable et mérite une attention particulière avec un (gros) dobson en visu, pour les planètes évidement, mais aussi pour certains du ciel profond qui sont bas sur l'horizon et brillants. Attention toutefois au fait que l'image est surtout meilleure au centre. Sur les bords du champ, c'est assez dégradé, tout comme l'effet des étoiles déformées avec un dobson très ouvert sans correcteur Paracorr. Certes, une autre soirée serait utile pour confirmer ce test positif, mais déjà, c'est plus que je ne l'aurai pensé. Pour être le plus objectif possible, le mieux est de le tester soit même avec son propre matériel avec un collègue qui vous le prête. Comme ça, chacun aura son avis et l'abondance de renseignements partagés sur les forums par exemple, permettra d'envisager ou non son utilisation, qui reste réservé je pense aux assez gros télescopes. Bonnes observations ! [Ce message a été modifié par Alexandre Renou (Édité le 17-08-2017).]
  14. Galaxies de début de printemps...

    Bravo Nicolas, toujours aussi expert en dessin cher œil de superlynx !Tu auras une bonne note pour tes devoirs de vacances d'Astrosurf Mag ! Allez 20/20
  15. repérage de M16

    Bonsoir à tous, Allez on s’y met aussi puisque la rubrique s’étoffe en intervenants, alors voilà un extrait concernant le repérage de plusieurs Messier, dont M 16 paru dans la revue Astronomie Magazine n°158 de juillet-août 2013 :Comment les retrouver ? Il faut d’abord être sous un ciel suffisamment limpide pour que la voie lactée soit visible sans difficulté à l’œil nu. C’est à la fois le signe d’une nuit suffisamment noire et un bon moyen de facilement retrouver ces deux petites taches diffuses aux jumelles et chercheurs sur le fond étoilé. La voie lactée est particulièrement bien « sculptée » au niveau des constellations du Sagittaire et de l’Ecu de Sobiesky ; c’est au niveau de la première que se situe le centre de notre Galaxie. Cette profusion d’étoiles pourrait être déroutante pour les plus néophytes dans leur repérage précis, mais au contraire, les quelques nodosités un peu plus denses qui se détachent à l’œil nu dans cette bande laiteuse, sont d’excellents repères pour retrouver notre duo galactique. Ainsi en parcourant la voie lactée depuis le Sagittaire jusqu’à l’Aigle, en passant par la petite constellation de l’Ecu de Sobiesky, trois zones plus denses se distinguent. La première condensation, qui correspond au centre galactique, se situe à proximité du « bec verseur » du Sagittaire, au Sud-Est du système M 8 - M 20, et apparait comme une zone assez large et assez diffuse plus ou moins contrastée selon la qualité du ciel (la transparence de celui-ci, si près de l’horizon, peut être assez critique dans cette zone céleste depuis notre territoire métropolitain). Puis en remontant vers la brillante Altaïr de l’Aigle, apparait rapidement une seconde nodosité plus petite et allongée, correspondant à un nuage galactique appelé Messier 24, particulièrement riche aux jumelles. En continuant encore vers le Nord-Est, à mi-chemin de Altaïr et du centre galactique, on repère toujours à l’œil nu, une grosse boule diffuse plus dense que l’on prénomme parfois le nuage de l’Ecu [la troisième condensation]; c’est à son niveau que se situe le bel amas M 11. Bien sûr sous un ciel parfaitement pur, on peut distinguer à l’œil nu quelques autres nuances dans cette partie de la voie lactée, mais ces trois condensations sont les principales. Maintenant, en prenant ses jumelles et en les braquant vers M 24, rapidement, au Nord de son champ, apparaissent deux petites taches diffuses l’une au-dessus de l’autre : il s’agit de M 17 en bas et de M 16, presque 2° 1/2 plus au Nord. Remarquez dans leur champ à l’Est, une étoile bien visible de magnitude 5 environ nommée gamma de l’Ecu (Sct), qui s’accompagne de quelques autres astres plus modestes vers l’Est bien distincts aux jumelles. Ces mêmes instruments permettent aussi de voir les autres Messier locaux, tels M 23, M 25 et le petit amas M 18 sous M 17.Et voilà la carte pour compléter, toujours tiré du même numéro : PS : désolé si les lettres grecques, les mots en caractères gras ou soulignés n'apparaissent pas ici (c'est dommage, cela aurait rendu le texte plus digeste), je ne sais pas comment faire cela, le texte est donc en brut... désolé. [Ce message a été modifié par Alexandre Renou (Édité le 03-06-2017).]