yves65

Member
  • Content count

    620
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by yves65

  1. Questions de débutant

    Quelle est la focale de ton T300 ? 1500 ou 1200 ? Par ce que si c'est 1500, c'est normal que les oculaires utilisés soit différents que ceux dont on parle ici.
  2. Ah autant pour moi, je n'avais pas bien mesuré le facteur d'échelle au premier coup d’œil en voyant tes photos . C'est la similitude avec la coupole du DIMM que je connais bien au Pic qui m'a sauté au yeux, mais c'est vrai que maintenant que j'y regarde de plus près, et que je vois les morceaux posés sur l'herbe de ton jardin, je me rends compte que ta coupole à l'air beaucoup plus grande que celle du Pic du Midi. Ca te fera un jacouzzi de luxe alors .
  3. French Space

    Houla...je n'avais pas vu ce post . J'espère que tu es jeune, car dans ce cas, on pourra mettre ça sur un certain manque d'expérience . L'espace et l'astronomie sont deux notions qu'on rapproche souvent, mais qui n'ont pourtant rien à voir entre elles. La première concerne ce qu'on est capable d'envoyer à 400km au dessus de nos têtes, c'est à dire à peu près la distance Paris Lyon, tandis que la deuxième étudie ce qu'il se passe à des distances infiniment plus lointaines. Dans le fond, l’espace, c'est plutôt la Terre, ce n'est pas l'astronomie . Associer les deux, c'est comme confondre les fabricants de pelleteuses avec des géologues, puisque les deux manipulent des cailloux, ou bien confondre les fabricant de tronçonneuses avec des botanistes, puisque les deux manipulent des plantes. J'imagine déjà les titres des articles : "Caterpillar futur leader de la géologie" , "Husqvarna futur leader de la botanique". Bon, j’arrête de déconner. Ta démarche était assez courageuse, finalement, car venir vanter les mérites d'Elon Musk, ici, sur Astrosurf, il fallait être assez couillu . Bonne chance quand même pour la suite...
  4. Oui, je dirais aussi qu'il faut se diriger vers les mêmes méthodes que dans le nautisme. Du temps où je faisais du kayak en compétions, on faisait briller nos bateaux en résine et carbone-kevlar, en passant une couche de cire d'abeille dessus, avec un chiffon. Ca lustrait la coque, et ça la refaisait briller en masquant les rayures. Et en plus, l'eau glissait mieux dessus. Bon maintenant, si la surface est vraiment trop attaquée, peut-être qu'il serait possible de repasser une couche de gel-coat dessus au pinceau, pour protéger la coupole des intempéries. Surtout des UV car c'est eux qui abiment la résine. Toutefois en repassant du gel-coat comme ça, l'aspect extérieur risque de ne plus être aussi lisse qu'avant .... Mais si tu as l'équipement nécessaire, tu peux aussi pulvériser le gel-coat dessus avec un pistolet et un compresseur. L'état de surface final sera plus joli qu'au pinceau avec cette méthode. Sinon, c'est rigolo parce qu'au Pic du Midi, on a exactement la même coupole qui nous sert à abriter le DIMM . Elle est perchée tout en haut de la plateforme environnementale : Sur la dernière photo, c'est moi qui suis à gauche en train de bidouiller le DIMM avec un collègue. Pour la petite histoire, cette photo a valu le surnom de "Jacouzzi" à cette coupole, parmi l'équipe des techniciens du Pic du Midi . En tout cas, j'espère que tu arriveras à installer la tienne correctement. Ca fait toujours plaisir d'avoir son propre observatoire à la maison .
  5. collimateur laser

    Dans l'absolu, on peut très bien collimater un Newton avec un masque de Ducan. Il n'y a aucune raison pour que cela ne marche pas. C'est juste qu’habituellement, on utilise plutôt cette méthode lorsque le miroir primaire est percé en son centre, comme sur un Cassegrain, car on ne peut pas matérialiser le centre du miroir avec un œillet. Le masque de Ducan permet de s’affranchir de la présence d'un œillet au centre du primaire. Donc si jamais on a un Newton qui ne possède pas de repère qui matérialise le centre du miroir primaire, la méthode du masque de Ducan peut permettre de le collimater quand même, sans avoir à démonter le miroir primaire pour y coller un œillet au centre .
  6. collimateur laser

    Bonjour, Selon moi, sur un Newton, un laser est surtout utile pour régler (ou vérifier le réglage) du miroir secondaire. Mais comme ce réglage se fait en général une fois pour toute, car les vis de serrage sont bien serrées et ne vont pas bouger, ce n'est pas forcément la peine d'investir dans un laser perso. On peut éventuellement se rassurer en empruntant celui d'un copain, ou d'un club. C'est ce que j'ai fais sur mon T254, lorsque j'ai remonté le secondaire après aluminure, je me suis fais un réglage aux petits oignons avec le laser d'un pote . Une fois que le secondaire est réglé, il n'y a que le miroir primaire qui peut bouger entre chaque soirée d'observation, mais pour le collimater, un œilleton suffit largement. L'opération dure seulement quelques secondes. Pour ma part, j'utilise un œilleton que j'ai fabriqué moi même à partir d'une ancienne boite de pellicule photo (boite translucide.) Coût 0€. Pour en revenir au laser, si vraiment tu veux en acheter un quand même, il faut absolument en choisir un qui soit très facile à collimater, car il faut toujours vérifier la collimation du laser lui même, avant de l'utiliser pour collimater un télescope. Tous les lasers n'ont pas la même ergonomie, et il y en a qui sont mieux conçus que d'autres, notamment concernant l’accès aux vis de réglage qui servent à collimater le laser. Pour avoir déjà manipulé différents types de lasers, j'en suis venu à la conclusion que ceux qui étaient le plus efficace à utiliser, sont ceux qui ont cette ergonomie : Je ne fais de pub pour aucune marque, c'est juste la forme du corps du laser qui est intéressante. On voit bien les vis de réglage apparentes sur la droite. On en voit 2 sur l'image mais il y en a une troisième cachée derrière . En conclusion, malgré son aspect séduisant, un laser de collimation est loin d'être un outil miracle. Il faut bien comprendre ce que l'on est en train de faire pour l'utiliser à bon escient. Et puis de toute façon, comme l'a indiqué "ndesprez" ci-dessus, au final, c'est toujours sur une étoile qu'on fini par déterminer si la collimation de son télescope est correcte où non.
  7. Galaxies de la Grande Ourse au clair de lune

    Merci pour ce long CR d'une grande richesse . Il y a du classique et du moins classique. Je découvre ici l'existence de la galaxie de l'Archer, NGC 3310 que je ne connaissais pas. Idem pour NGC 2768, jamais pointée non plus. Après vérification, ces deux galaxies font pourtant partie du Hershel 400, mais ton CR permet de les faire sortir de l'anonymat. Je vais les cocher pour une prochaine observation, même si ce sera sans doute pour l'an prochain, vu la saison avancée . Très belle description détaillée pour M81 et M82. C'est sur qu'on a là, deux monuments phares du ciel du Nord .
  8. Toute sorte de question de débutant.

    Bonjour, Pour info, voici comment procéder pour pointer à l'aide des cercles de coordonnées : - Premièrement, il faut préparer à l'avance sa soirée d'observation en notant sur une feuille tous les objets que l'on veut observer, avec leurs coordonnées, ascension droite et déclinaison. - Ensuite, une fois la mise en station faite, il faut d'abord pointer à l'aide du chercheur, une étoile brillante connue, pour démarrer la soirée d'observation. Par exemple Arcturus (AD=14h15 et dec=+19°) ou Véga (AD=18h36 Dec=+38°). - Une fois que l'étoile brillante est centrée dans l’oculaire, il faut régler les cercles de coordonnées pour qu'ils indiquent celles de l'étoile qui est dans l'oculaire : - On règle d'abord le cercle de déclinaison (par exemple +19° si c'est Arcturus) et ensuite on n'aura plus besoin de régler ce cercle tout au long de la soirée. Il est réglé une fois pour toute. - Après il faut régler le cercle d’ascension droite. Là, c'est plus compliqué car l'heure change tout le temps. Donc dès qu'il est réglé sur l'AD de l'étoile, il faut vite bouger le télescope vers l'objet que l'on veut pointer (galaxie, amas d'étoile etc...) pour ne pas perdre le réglage. On tourne le télescope sur ses deux axes à la main jusqu'à ce que les coordonnées indiquées sur les cercles correspondent à celles de l'objet à pointer. La précision du pointage est celle d'une graduation, donc environ 1°. Il faut donc que le champ apparent de l’oculaire que l'on utilise pour trouver les objets soit au moins égal à 1° pour que ça marche. (1,5° est mieux ) . Sinon, il faut aller à la pèche autour du champ trouvé. Attention aussi car le cercle d'ascension droite comprend en général deux sens de graduations, un pour l'hémisphère nord et un pour l'hémisphère sud. Il ne faut donc pas se tromper de sens de graduation. (En France, c'est celui où les AD sont croissantes en allant vers l'est.) - Ensuite quand on a trouvé l'objet convoité, on va l'observer pendant un certain temps. (Par exemple 15 minutes.) Du coup au bout de 15 minutes, si on veut pointer un autre objet, il faut régler à nouveau le cercle d’ascension droite sur la coordonnée de l’objet que l'on est entrain d'observer, avant de se diriger vers l'objet suivant, car le réglage n'a pas suivi durant le temps écoulé. - On pointe les objets de cette manière au cours de la soirée, en se basant à chaque fois sur les coordonnées du précédent avant de pointer le suivant. Etc... - Si jamais entre deux pointages, on se perd le réglage de l'ascension droite parce qu'on a merdouillé, ce n'est pas grave, il suffit de repointer une étoile brillante connue à l'aide du chercheur, comme en début de soirée, pour repartir avec une bonne référence. Voilà, pointer aux coordonnées n'est pas la méthode la plus simple, mais avec un peu d'habitude, ça marche... Et puis cette méthode a l'avantage de bien faire comprendre le fonctionnement de la mécanique céleste, donc elle constitue une bonne école. Toutefois, pour plus de simplicité, je recommande plutôt l'usage d'un chercheur de type Telrad, accompagné d'un atlas papier pour repérer les positions des objets dans le ciel et les pointer . C'est à mon avis bien plus simple pour parvenir à trouver les objets .
  9. Questions de débutant

    Oui, elle a effectivement un filetage. Elle est comme ça : https://www.maison-astronomie.com/barlow/3299-barlow-photovisuelle-2x-3175-mm.html Je ne savais pas qu'il y avait différents modèles de Barlow Skywatcher selon les arrivages. Alors, j'ai eu du bol de tomber sur la bonne, pour le T200 de mon fils . Par ailleurs, effectivement, après vérification sur les sites de vente, j'ai vu que les Dobson Skywatcher sont livrés sans barlow. Peut-être que c'est parce que les prix sont plus tirés vers le bas pour les Dobson que pour les équatoriaux. Du coup ils fournissent moins d'accessoires.
  10. Questions de débutant

    L'ES 6.7mm 82° aura l'avantage d'être un oculaire polyvalent. Tu pourras l'utiliser autant sur les galaxies et les amas globulaires, que sur les planètes. Ca peut effectivement être un choix judicieux pour investir directement dans l’oculaire qui te servira le plus. Concernant l'ES 4.7 mm 82°, j'en ai acheté un il y a deux ans pour mon club. Ca m'avait donner l'occasion de faire un comparatif avec mon Nagler 5mm. Globalement, il s'en sort bien sur la Lune et les planètes, mais pêche un peu sur les étoiles doubles. On peut lire mon comparatif complet sur le forum d'en face ici : Comparatif ES 4.7 mm / Nagler 5 mm Concernant la Barlow, mon fiston de 14 ans possède un Skywatcher 200/1000 black Diamond sur Eq5. J'ai été bluffé par la qualité de la Barlow 2x Skywatcher fourni d'origine. Ce n'est pas du Televue mais elle fait très bien le job. L'image de Saturne avec le 5 mm d'origine + barlow d'origine est très correcte. Peut-être que tu auras cette même Barlow et ce même 10 mm fourni d'origine avec ton Dobson Skywatcher. Si c'est le cas, ça pourra tout à fait suffire pour démarrer selon moi .
  11. Questions de débutant

    Le filtre OIII est plus sélectif que l'UHC, donc globalement, le filtre OIII laisse passé moins de lumière que l'UHC. Si le diamètre du télescope n'est pas au moins égal à 200 mm, le filtre OIII risque de trop assombrir l'image et dans ce cas, l'UHC est mieux. Par contre, si le diamètre du télescope est suffisant (>200 mm), le contraste sera meilleur avec le filtre OIII. La lumière émise par la nébuleuse ressortira mieux par rapport au fond du ciel. Un filtre OIII avec un T250 a vraiment un effet magique sur certaines nébuleuses, comme les Dentelles du Cygne ou Hélix . Bien sur, ce n'est que mon avis, car il n'y a pas consensus sur ce sujet, mais si c'était moi, avec un T250, j'achèterai en premier un filtre OIII, en deuxième un UHC et en troisième un H-béta . Oui le 5 mm te servira en planétaire. Mais tu utiliseras aussi le 10 mm fourni d'origine en planétaire, car tu n'auras pas forcement tous les soirs un seeing assez bon pour utiliser le 5 mm. Par ailleurs, le 5 mm te servira aussi pour les étoiles doubles, les petites nébuleuses planétaires, et quelques petites galaxies qui supportent les forts grossissement (comme M 102 et NGC 3115 par exemple.) donc ce ne sera pas uniquement un oculaire planétaire. Mais au final, dans tous les cas, c'est l’oculaire de focale intermédiaire qui te servira le plus (entre 7 et 10 mm sur un T250). Donc il faudra penser la gamme d'oculaire dans son ensemble. Le mieux est d’utiliser le 10 et le 5 pendant un certain temps pour te faire une idée de ce qui sera le mieux pour remplacer le 10 mm d'origine (probablement un 8 ou un 9 mm à mon avis .) Alors là, je ne vais pas trop m'avancer car je ne connais aucun de ces oculaires, (à part l’Hypérion.) Ce qui est sur, c'est que tu vas avoir un Dobson avec suivi manuel, donc j'aurai tendance à privilégier un oculaire avec un grand champ, pour plus de confort lors du suivi. Du coup l'Hypérion est mieux avec 68° et l'explore scientific LER 4,5 mm est moins bien avec 52°. Par contre, je ne suis vraiment pas fan des 20 mm de relief d’œil des Hyperion. Je trouve qu'on a toujours du mal a se placer à la bonne distance pour bien voir l'image. Je préfère les oculaires où l'on doit coller son œil sur la bonnette en caoutchouc. Mais ce n'est que mon avis et tout le monde n'a pas le même . Par exemple, les astigmates doivent garder leurs lunettes pour observer au télescope, et dans ce cas les 20 mm de relief d’œil sont appréciables. D'autre part, la qualité de l'image est meilleure en planétaire quand la formule optique de l’oculaire est plus simple (moins de lentilles.) Par contre, dans ce cas, le champ plus petit. (Plossl, Abbé, Ortho etc...) Un plossl possède 4 lentilles alors qu'un Hypérion en possède 8. Donc le choix est cornélien, il faut trouver le compromis entre grand champ, et qualité de l'image. Mais dans tout les cas, c'est le budget qui dictera ton choix. Je ne pense pas qu'il y ait d'arnaques avec aucune marque. Plus l’oculaire est cher et meilleure est sa qualité. Pour info, sur mon T254/1200 j'utilise deux Nagler 5 mm et 9 mm et un Panoptic 24 mm. Avec ça tu es sur d'être tranquille, mais ce n'est pas le même budget .
  12. Questions de débutant

    Bonjour et bienvenue sur le forum , Un Dobson 250/1200 est un très bon choix. Avec son ouverture généreuse tu pourras en profiter longtemps, voire toute la vie, sans le changer. En plus, le tube optique peut se transporter facilement sur la banquette arrière d'une voiture, et la monture dans le coffre, donc tu pourras l’emmener de temps en temps sous un ciel plus noir que celui où tu habites. Par compte, pour les accessoires, si j'étais à ta place, j'aurais mis en priorité un chercheur Telrad . C'est pour moi, l’accessoire indispensable, dont tu auras besoin dès le premier soir. Un Telrad rend l'usage d'un Dobson encore plus simple. Trouver les objets dans le ciel devient un jeu d'enfant. Il est complémentaire au chercheur 9x50 fourni avec le télescope. Le collimateur laser, n'est pour moi pas indispensable dans un premier temps. Surtout que souvent, il faut d'abord collimater le collimateur laser lui même, avant de collimater le télescope avec, du coup, cela complique un peu les choses pour un débutant... Le filtre lunaire n'est pas indispensable non plus. On peut très bien observer la Lune sans filtre. Pour ma part, je n'en utilise jamais, ni au T250 ni au T300. Le filtre UHC, pourquoi pas, mais avec un T250, je pense qu'un filtre OIII te sera plus utile. Le T250 a suffisamment d’ouverture pour l’utilisation d'un filtre OIII. L'UHC est plus adapté pour un T200, selon moi. L'oculaire 15 mm, pourquoi pas non plus, mais j'aurais plutôt investit dans un oculaire de 5mm dans un premier temps, pour les planètes. Le 15 mm, je l’aurais choisi en quatrième oculaire. Il te fournira un trop faible grossissement pour les planètes. Il te servira plutôt pour quelques nébuleuses (avec filtre OIII ), comme M16 par exemple. Bien sur, tout cela n'est que mon avis, chacun fait ce qu'il veut . Bonnes observations .
  13. Merci pour ce CR sympa . Le dessin de NGC 6826 est chouette, et l'image du télescope dans la nature est belle aussi. Belle bête ! J'avais déjà dessiné cette nébuleuse clignotante au T254 , mais ça fait 14 ans déjà... Mon dessin est visible ici avec quelques notes : NGC 6826
  14. Grand champ: C/2017 T2  M81 et M82

    Très chouette et très spectaculaire , ça valait le coup d'attendre 15 jours .
  15. AIDE achat d'un télescope !!!

    Bonjour et bienvenue sur le forum . Je rejoins tout ce qui a été dit plus haut. Tu as la chance d'habiter dans l'Hérault, il faut absolument aller faire un tour chez Pierro-Astro : https://www.pierro-astro.com/ Il y a moins de 10 boutiques de cette qualité en France, alors quand on en a une pas trop loin de chez soi, il faut en profiter . Ces deux modèles de télescopes sont effectivement bien plus intéressants pour débuter, que tous ceux que tu as cité ensuite . Le Dobson de 200 mm à 359€ est presque dans ton budget : https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/telescopes/dobson/télescope-dobson-sky-watcher-skyliner-150-1200_detail Sinon, il ne faut pas hésiter à rechercher une bonne occasion. Par exemple ici : https://www.leboncoin.fr/sports_hobbies/1759129257.htm/ https://www.leboncoin.fr/image_son/1742703035.htm/ Même si ces exemples ne sont pas à coté de chez toi, il y a moyen de trouver, il faut surveiller les sites d'annonces .
  16. NGC 4449 au T200

    Bravo pour ce dessin . Cette galaxie est assez complexe à déchiffrer en visuelle, car elle fourmille de détails atypiques, pas évidents à comprendre quand on est à la limite de la perception. Je l'avais déjà dessinée une fois, mais ça fait déjà longtemps, il faudra que j'y retourne pour voir :
  17. Galaxies : fournée de mai.

    Quelle série de dessins ! Bravo c'est Magnifique . J'en reviens pas de tout ce que tu vois dans la Crosse de Hockey "Laguiole" . Il faudra que j'y retourne, je n'en avais pas vu autant au T305 : Par contre, pour M90, je suis surpris que tu n'ai pas mentionné la petite galaxie compagnon IC 3583. Je l'avais vu au T305 : Par ailleurs, je découvre avec tes dessins les galaxies NGC 5248 et 5371 que je ne connaissais pas. Il faudra que j'aille y faire un tour à l'occasion. Elles ont l'air chouettes .
  18. Le champignon sacré de la Grande Ourse

    Elle est incroyable cette galaxie ! Je ne la connaissais pas. Bravo pour ce dessin. Si ça continue comme ça, on va bientôt découvrir plus d'objets insolites ici, que dans le forum "astrophotographie" .
  19. Superbe série de dessins très réalistes . Ta voie lactée est très belle aussi, j'ai la même au Pic du Midi .
  20. NGC 5529 au T200

    Encore une jolie galaxie vue par la tranche , et encore une fois.... inconnue pour moi . Merci pour cette découverte, et merci aussi d'avoir pris le temps d'expliquer ta méthode de dessin. C'est fou comme chaque dessinateur développe une technique qui lui est propre. Très intéressant .
  21. Joli matos, jolis dessins , ça démarre bien. De belles observations en perspective .
  22. Bonjour, A mon avis, tu viens d'expérimenter sans le savoir, le calcul de la pupille de sortie. Tu dis que tu as pointé une montagne, donc c'était avant la tombée de la nuit, je suppose. En observation de jour, la pupille de ton œil est moins dilatée qu'en observation de nuit. Je rappelle qu' en général, on dit qu'en vision nocturne, un jeune a une pupille de 7 mm et une personne plus âgé (à partir de 50 ans ?) a une pupille de 5 mm. Tu mentionnes un oculaire de 31 mm. Si ton télescope est un 200/1000 (j'ai l'ai lu sur ton autre post), cela fait un grossissent de 1000/31 = 32x La pupille de sortie est donc : D/Gr soit 200/32 = 6,25 mm Il faut donc que la pupille de ton œil mesure au moins 6,25 mm pour voir l'image ! C'est éventuellement possible la nuit, mais jamais le jour en raison de la lumière ambiante. Du coup tu n'arrives pas à voir l'image et tu as l'impression d'un voile noir au milieu. Seule solution, prendre un oculaire d'une focale plus petite, 28 mm ou 25 mm par exemple . C'est pour cette raison qu'il existe un grossissement mini pour un télescope. Je pense que le choix d'un 31 mm n'était pas très judicieux, car tu n'atteins pas le grossissement mini d'un T200/1000... désolé...
  23. Voie lactée au lac du Crescent Mai 2020

    Très belles photos qui me rappellent les stages de kayak que je faisais sur la Cure et le Chalaux quand j'étais ado . C'était dans les années 80. Et depuis, je n'ai plus jamais revu un ciel aussi noir en France, que celui du Morvan de cette époque là, même actuellement au Pic du Midi. Je vois sur ces images que le Morvan est resté un site préservé encore aujourd'hui .
  24. NGC 4217 au T200

    Joli dessin . C'est sympa d'avoir dessiné cette galaxie, car la plupart du temps, c'est sa voisine géante M106 qui lui vole la vedette. NGC 4217 est pourtant très esthétique, située dans un environnement d'étoiles brillantes. Je l'ai déjà observée quelques fois au T305, mais je ne suis jamais parvenu à voir la bande de poussières visible sur les photos. Il faudrait un diamètre plus important je pense.
  25. Très chouette, l'amas de la chouette . Encore une belle série .