Gribol

Member
  • Content count

    267
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

33 Neutral

About Gribol

  • Rank
    Active Member
  1. Cela semble mal barré pour C/2019 Y4 (ATLAS)... ATEL 13620 ATEL13622 Marc
  2. [photometrie] (43) Ariadne

    Bonsoir Thomas, Si tu deviens accro aux astéroïdes, si ce n'est pas déjà fait, demande à Raoul de t'inscrire sur la mailing liste de CdR-CdL. Pour le choix de tes cibles, David Romeuf a fait un outil bien sympathique: http://www.david-romeuf.fr/QuoiObserverCeSoir/EphemeridesAstronomiques.html Tu fais la réduction avec quel(s) outil(s) ? Comme dit Matthieu, une fois que tu te seras fais la main sur des astéroïdes brillants, tu pourras attaquer sans problème des bestioles magnitude 15. Le KAF8300 de ta CCD n'est pas le capteur le plus sensible, mais avec un diamètre de 350mm, les possibilités sont largement ouvertes. Attention tout de même à l'anti-blooming du KAF8300. Marc Deldem
  3. Suite des aventures: ATEL 13618 Marc
  4. A priori il se passe des chose sur 2I/Borisov, elle se serait coupée en 2 morceaux: ATEL #13611 ATEL #13611 Title: Interstellar Object 2I/Borisov Double Author: David Jewitt (UCLA), Max Mutchler (STSCI), Yoonyoung Kim (MPI), Hal Weaver (JHU-APL), Man-To Hui (U. Hawaii) Queries: jewitt@ucla.edu Posted: 2 Apr 2020; 16:05 UT Subjects:Optical, Comet Continuing Hubble Space Telescope images of interstellar object 2I/Borisov (GO Program 16087) show a distinct change in appearance. Images from UT 2020 March 23 show a single inner brightness core, like that observed in all previous HST images of 2I/Borisov (Jewitt et al. (2020) ApJLetters, 888:L23(8pp)). In contrast, images from UT 2020 March 30 show a clearly non-stellar core, consistent with two unresolved components separated by 0.1 arcsecond (180 km at the distance of the comet) and aligned with the main axis of the larger dust coma. The double appearance, indicating the ejection of a nucleus fragment, is confirmed in HST data from UT 2020 March 28 (GO 16040). If the ejection occurred on March 23, then the estimated sky-plane speed is 0.3 m/s. This is typical of the separation speeds observed in split (solar system) comets and comparable to the gravitational escape speed of the sub-kilometer radius nucleus of 2I/Borisov. Additional HST observations are planned to monitor the development of this event. Marc
  5. Le plus extérieur à M66 est Lugger (7723) magnitude 18.1. C'est un croiseur de l'orbite de Mars. Le second sur M66 est 1999TU5 (60002) magnitude 18.1. Marc
  6. monture losmandy G11GT

    @Xavier: moi ce qui me gêne avec le Gemini2, c'est que les beta testeurs français ont été pris pour des incapables et incompétents. Il a fallut se battre pour faire admettre les problèmes qu'il y avait au départ. Tout ça c'est factuel. Et actuellement il y a toujours des problèmes, certes peu fréquents mais ils existent. Sauf que l'existence de ces problèmes n'est pas prise en compte, les problème sont niés avec des arguments du genre, câble, opérateur, logiciel externe, .... Je suis désolé mais quand tu investis 5000€ dans une monture, tu es en droit d'avoir quelque chose qui fonctionne a minima. Pour moi, le Gemini2 n'est pas fiable, impossible par exemple de le mettre en remote, c'est une certitude. Et tu ne peux pas d'une part considérer les propriétés mécaniques d'une monture et d'autre part ne pas savoir comment tu vas pouvoir piloter la monture. On parle bien de monture >5k€, ce n'est pas pour faire du visuel, c'est pour de l'imagerie et avec une charge conséquente. D'ailleurs tu semblais critiquer EQMod. Il y a au moins 2 montures EQ8 (avec EQMod) en remote au Chili (Deep Sky Chili). Combien de G11 ou de Titan avec le Gemini2 en remote dans le monde ? Je serai curieux de le savoir. Alors sur toute nouvelle monture, il peut exister des problèmes. Le soucis vient du fait de savoir comment ils sont pris en compte et réglés. Chez Losmandy, je suis désolé mais on n'est pas du tout à la hauteur. C'est une seule personne qui a fait l'électronique et le soft (René Goerlich). C'est un universitaire c'est-à-dire qu'il intervient comme prestataire pour Losmandy, ce n'est pas son job à plein temps. Donc au niveau support, cela pose réflexion. Et de plus, ce n'est pas une personne qui utilise la monture dans ses capacités liées à l'imagerie, mais plutôt pour faire du visuel. Donc là encore, cela pose question. Je ne remets pas en cause la personne qui est surement compétente, je remets en cause la logique de fonctionnement au niveau du support. Après, la G11 + le Gemini2 peuvent très bien convenir à une utilisation nomade. Tu tombes sur un problème quand tu es devant le PC, tu peux régler le problème. Exemple de problème rencontré, tu fais un pointage de champ, une reconnaissance astrométrique qui réussi sauf que le modèle de pointage du Gemini2 devient incohérent et qu'au moment du recentrage du champ après la reconnaissance astrométrique, le pointage GOTO fait n'importe quoi (puisque le modèle est faut). Alors si tu es devant le PC tu vas voir tout de suite le problème et tu vas rectifier dans la foulée. Si tu es en train de dormir car tu as programmé une centaine de champs à imager pour faire de la survey, le matin quand tu te réveilles, tu as une drôle de surprise. Marc
  7. monture losmandy G11GT

    Ayant une G11 avec le Gemini2, ce système n'est pas exempt de reproches. Il est en remote dans mon jardin, heureusement que ce n'est pas plus loin. Et tous les problèmes maintes fois signalés avec des tonnes de logs à l'appui n'ont jamais été pris en compte, sauf à dire que cela venait du logiciel PC avec lequel la monture était interfacée. Donc pour une utilisation en locale, ça va, pour du vrai remote il faut oublier ou mettre un cierge. Marc Deldem
  8. N4631 et 4636 avec Janus Nord en retour

    C'est GRAND ! ... et beau ! Bravo Laurent et Michel ! Marc Deldem
  9. Tu peux préciser ?
  10. Amphitrite le 21-03-20 à Mayotte

    Un astéroïde avec le numéro 29. Et on peut même s'amuser à mesurer les variations de luminosité: https://obswww.unige.ch/~behrend/r000029a.png Et avec plusieurs courbes dans ce genre sur plusieurs oppositions on peut arriver à reconstruire le modèle 3D de l'astéroïde: https://astro.troja.mff.cuni.cz/projects/damit/?q=29 On peut aussi utiliser les occultations (l’astéroïde passe devant une étoile pendant quelques secondes) pour déterminer la taille de la bête. Marc
  11. Il faut que j'essaye de retrouver la justification du binning 1x1 en CCD. Mais c'est toujours ce que j'ai entendu et pas par des amateurs éclairés mais par des pros. Enfants gâtés, une SBIG ST8, en 2009 c'était 3300€ ou 3700€ avec la roue à filtre. Faut relativiser un peu. Marc
  12. Je ne vois pas le rapport entre le fait de faire du binning ou pas et celui d'avoir une étoile étalée sur suffisamment de pixels pour que la mesure photométrique soit plus précise (personne n'a jamais dis qu'il fallait avoir la FWHM la plus petite, voire 1 pixel pour la photométrie, c'est justement le contraire). Marc
  13. Actuellement en CCD, les recommandations sont de ne pas faire du binning (exemple: Objectif 1mmag page 13) Marc
  14. Bien sûr Lucien, il faut trouver des solutions aux problèmes et avancer, je suis bien d'accord. Maintenant je trouve que l'on n'a pas beaucoup de recul actuellement sur l'utilisation des CMOS dans le cadre de l'astronomie amateur "scientifique" (photométrie d'astéroïdes, d'étoiles variables, exo-planètes). Tous les gens que je connais dans ces domaines ont tous des CCD. C'est ça qui est un peu "stressant". Marc
  15. Pour faire de la photométrie sur un objet mobile, il faut que sur chaque image ton objet mobile ressemble plutôt à une étoile qu'à un truc allongé. Une vitesse assez courante pour un astéroïde est de 0.5" par minute, donc dans le ciel en 60 secondes l'astéroïde se déplace de 0.5 seconde d'arc. Avec un échantillonnage de 0.25"/pixel, en 1 minute l'astéroïde se déplace de 2 pixels sur le CCD et en 2 minutes de 4 pixels. 4 pixels cela fait 1" d'allongement, avec un seeing à 2", l'allongement commence à être visible. La solution serait alors de faire de la photométrie d'ouverture avec non pas un cercle mais une ellipse que l'on adapte à élongation de l’astéroïde du fait de son déplacement. Pour le moment Prism ne sait pas faire, je crois que d'autres softs le font. Donc c'est clair que le CCD c'est fini, mais les petits pixels du CMOS, cela fait quand même chier pour les longues focales et donc aussi pour les diamètres > 300mm. Marc