brizhell

Member
  • Content count

    1634
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

536 Excellent

2 Followers

About brizhell

Personal Information

  • Hobbies
    Astronomy, astronomy and astronomy
  • Personal website
  • Instruments
    LX200 classic 8" and C8 PowerStarPec modified

Recent Profile Visitors

3343 profile views
  1. Thierry, on a dépassé ce stade depuis bien longtemps, et les moyens d'action légaux ne sont pas trans nationaux (voir l'article que j'ai posté dans l'autre post sur le droit de l'espace).... Rien que ce constat implique que quoique tu fasse, tu ne peux exercer en droit qu'au sein de la nation dans laquelle tu es citoyen. Donc ton influence légale s'en tiens à la France, malgré ta renommée internationale (et au demeurant bien méritée). Et dans la mesure ou un état ne peut faire pression sur un autre pour l'accès et l'utilisation de l'espace.... Mais crois tu que des actions de mobilisations simple comme une pétition de quelques centaines de milliers de "râleurs" va faire infléchir la politique de gouvernements comme celui des Etats Unis, ou de la Chine là où les gouvernements voient une majorité de gens au sein de leurs peuples, qui s'extasieront devant la prouesse technologique ainsi que de voir Netflix en plein milieu du désert de Gobi (sic)???? Combien de gens j'ai vu en observation publique dire "c'est génial" quand on leur montrait un passage de l'ISS.... Je ne suis pas fan du new space tel qu'il se présente, et je pleure tout autant que toi le ciel poétique comme l'on décrit nos anciens, avec ce coté pur et sans tâche.... Sauf que des tâches, dans le ciel, on en met depuis Spoutnik..... Je me souviens d'une archive sur la conquête de la Lune en 69 ou un commentateur Japonais disais que la Lune lors du premier pas de l'homme devenait impure car souillée par l'être humain. Le symbole perd de sa part immaculée, on est tous d'accord la dessus, mais le ciel fait partie de l'accessible et de plus en plus de l'utile, et ce pour bien d'autres catégories de population que les astronomes.... La question ne reviens pas a ne rien faire, mais a faire utile, ce qui a un tout autres sens. La tentative de procès contre la FCC me fait doucement rigoler, puisqu'elle ne sera utile que pour les constellations US.... Et ses chances d'aboutir sont tellement minimes que la constellation de Musk, celle d'Amazon, et autres seront déployées depuis belle lurette. Bref, même une assemblée de prix Nobel ne pourront enrayer le processus, la seule cause qui peut faire effondrer ces empires, c'est que leur marchés ne prennent pas, et que l'économie associée à ces investissements ne suivent pas les prévisions de croissances. Mais tant qu'il y aura des gens pour acheter ce type de services, les amoureux d'un ciel pur n'auront que leur mouchoirs pour pleurer ou leur matière grise pour contourner le problème. Et là on est pas dans la digression, mais dans une autre forme d'action.
  2. Diantre, faut pas lâcher une phrase hors sujet ça dérape vite ici..... Qu'est-ce qui m'a pris de parler d'éolien..... Du coup, c'est quand le prochain lancement Starlink
  3. Dans l'autre post, ce n'est pas de la résignation de ma part Thierry, c'est juste un constat objectif sur les voie d'entraves possible à cette croissance exponentielle frisant le délire technologique. Il n'y en a pas, et c'est un fait, la communauté des astram et des pros représente un pourcentage fifrelinesque de la population mondiale, et même en système démocratique, la voix que l'on entends est toujours celle de la majorité sur celle des minorités.... Ca veut probablement dire qu'il va falloir travaille plus dur à faire sauter proprement les traces de ces cochonneries sur les clichés, choisir ses dates de prises de vue, sélectionner les zones ou ils ne seront pas éclairés, etc, etc, etc.... Suis peut être un peu trop optimiste, mais il restera des moyens de le faire (sélections de patch non polluées sur un champs large, on sais faire déjà faire en planétaire avec la turbulence). Il va y avoir du taff en traitement du signal et traitement de l'image, mais si il y a des codeurs fous capable de le faire, les solutions arriveront. Ou alors faudra se contenter de faire du champs étroit pour augmenter la probabilité de ne pas retrouver ces merdouilles sur les brutes.
  4. Juste un commentaire un peu utile pour re-situer les choses en droit. Visiblement ce n'est pas le far ouest, les traités liés au droits de l'espace sont assez clair : Un coup de wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_l'espace#Le_principe_de_la_conformité_au_droit_international "Le principe de liberté d'exploration et d'utilisation de l'espace établi à l'article 1 du traité de 1967, ne bénéficie qu'aux États. Les entités privées ne peuvent utiliser librement l'espace qu'à la condition d'y avoir été autorisées par leur État de rattachement (article VI du traité de 1967). Selon ce principe, dont certains auteurs estiment qu'il est devenu règle de droit international coutumier, aucun État ne peut se voir imposer des restrictions ou des conditions par un autre État pour explorer et utiliser l'espace conformément au droit international. Ce principe est souvent mis en avant par les États qui souhaitent utiliser l'Espace comme source d'informations stratégiques sur les activités d'États tiers. Ainsi, le survol du territoire d'un État par un satellite de reconnaissance est, en principe, libre. L'exercice de ce principe va souvent de pair avec la question de la définition et/ou de la délimitation de l'espace extra-atmosphérique par rapport à l'espace aérien qui est, lui, susceptible d'être soumis à une juridiction nationale. L'absence de délimitation en droit international est utilisée comme argument par les partisans de la conception fonctionnelle du droit des activités spatiales. Selon cette conception, peu importe le milieu dans lequel l'objet spatial évolue, ce sont ses caractéristiques techniques et sa finalité qui entrent en ligne de compte pour déterminer si l'on a affaire à des activités spatiales ou non. Mais avec l'apparition d'objets mixtes cette approche a perdu de sa pertinence. Pour l'heure, il existe un consensus tacite sur le fait que la limite entre l'air contraint et l'espace libre se situe aux environs de l'orbite la plus basse à laquelle un objet peut rester satellisé autour de la terre. La liberté s'exercerait donc à partir de l'altitude de 100 km à 110 km. Mais entre l'orbite la plus basse et l'altitude la plus haute à laquelle peut voler un aéronef, existe une zone grise indéterminée. Le principe de non-appropriation, établi à l'article 2 du traité de 1967, prohibe l'appropriation nationale de l'espace et des corps célestes par proclamation de souveraineté, par voie d'utilisation, par voie d'occupation, ni par aucun autre moyen. Il doit être lu en corrélation avec le principe de liberté et compris comme s'opposant à la création de monopole et favorisant la coexistence simultanée de plusieurs compétences, politiques et actions individuelles4." Ou sur le site du ministère de la défense français : https://www.defense.gouv.fr/portail/dossiers/l-espace-au-profit-des-operations-militaires/l-espace-au-service-de-la-defense-et-de-la-securite-de-la-france/y-a-t-il-un-droit-de-l-espace "La nécessité de réguler les activités humaines dans l'espace extra-atmosphérique est apparue dès 1957. Les premiers textes établis par une résolution de l’assemblée générale des Nations unies en 1959, puis fixés dans le traité de Washington en 1967, posèrent cinq principes : l'espace vide n'appartient à personne et les corps célestes, y compris la Lune, appartiennent à tous. La question de possibles rivalités impériales, ou de volonté de contrôles de points stratégiques se trouve ainsi résolue ; tous les États peuvent librement explorer et utiliser l'espace ; les États sont invités à coopérer pour explorer l'espace. Le coût et les risques de l'exploration spatiale, ainsi que les risques de catastrophes d'origine spatiale de dimension planétaire rendent des coopérations internationales souhaitables ; les États sont invités à utiliser l'espace à des fins pacifiques. Une course aux armements dans l'espace rendrait, en effet, une guerre potentielle encore plus destructrice que les deux guerres mondiales ; les États sont responsables de leurs activités et de celles de leurs nationaux dans l’espace. L'ampleur des risques que les activités spatiales font peser à l'humanité et à l’environnement nécessite la définition de mécanismes d'indemnisations." En résumé, faut faire avec épicétou....... Ça me fait penser aux débats sur l'implantations des éoliennes en Dordogne....
  5. étoile ALF ORI variable chute baisse

    Ben tu crois bien, où est le problème ? ils sont stationnaires au dessus d'un point de la surface de la Terres, mais comme la terre tourne (et qu'elle n'est pas plate), ils ne sont pas stationnaires par rapport au fond du ciel. Non ?
  6. étoile ALF ORI variable chute baisse

    https://www.sciencesetavenir.fr/espace/astrophysique/l-etoile-betelgeuse-va-t-elle-bientot-exploser_140289?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR3jXoVg_1aYQxo2KZX_tbFrOomyeC7WNC6Hk_QyEV25ZX_QKG1sO12QQbk#Echobox=1578912279
  7. PL vous en pensez quoi?

    Idem, 0 PL sur 360° d'horizon, le premier habitant à plus de 70km en étant au nord ouest d'Adélaide en 2002.....
  8. Actualités de Curiosity - 2013

    Idem , mais je te l'avais déjà suggéré il y a longtemps
  9. Présentation alaindumercantour

    Salut Alain !! Quel plaisir de te voir aussi sur ce Forum en plus de l'hypertélescope ! Je serais plus tout seul pour pouvoir en parler
  10. C'était aussi mon but Marc, nous sommes entièrement d'accord, et sauf erreur de ma part, il n'y a pas besoin de filtrage numérique sur la représentation d'une réponse impulsionnelle dans les simulations de @CPI-Z La numérisation introduit des artéfacts fréquentiels en fonction de l'échantillonnage spatial et de la profondeur de numérisation, d’où mon incompréhension dans la remarque d'olivedso.
  11. Des oscillations de Gibbs sur la numérisation d'un dirac. Waow ! Là il y a un truc que je comprend mal.... Faut filtrer spatialement en sortie (avec un flou gaussien adapté par exemple) pour obtenir une image supprimant les artéfacts de numérisation sur une figue d'Airy ? J'ai du louper un truc.
  12. Tu veut dire dans ce style ? : http://hypertelescope.org/le-projet/hypertelescope-spatial/ T'a raison, aucun avenir En télescope spatial amateur, il y a eu des tentatives : https://ui.adsabs.harvard.edu/abs/1982S%26T....64..127S/abstract https://www.drewexmachina.com/2014/04/16/vintage-micro-the-amateur-space-telescope/ Dommage mais cela n'a pas abouti..... Je me souviens d'une proposition française via un certain Christian B. aux RCE 2008 ou 2010.... Même topo.... Mais faire naviguer des cubsat en formation, faut d'abord un démonstrateur.....
  13. Ne rigole pas Daniel, les implants cérébraux pour rats avec la connexion USB, il y en a en ce moment dans mon ancien labo de thèse. On sait tous ce que ca donne (revoie retour vers le futur 2) : Anybody home Mac Fly ?
  14. Essayons de trouver le coté positif des choses, si il les envoie un peu plus haut pour que ces trucs passent moins vite, ça fera un paquet d'occultations d'étoiles par des.... cochonneries, donc même avec des moyens amateurs, on va pouvoir faire de la résolution de diamètre stellaires avec des télescopes de faible diamètre et des caméras rapides !! Ok je sort..... suis loin...
  15. En remettant un peu ça en ordre, ça fera un début de sphère de Dyson (flûte raté il aurais fallu faire ça en orbite solaire)... Sérieusement, en effet, ça deviens du grand n'importe quoi...