brizhell

Member
  • Content count

    2248
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 46759

Community Reputation

2625 Excellent

6 Followers

About brizhell

  • Rank
    Very active member

Personal Information

Recent Profile Visitors

10946 profile views
  1. la fin de la matière noire .....

    Bandes de mécréants ! A l'heure qu'il est ou vous écrivez ces messages (et que je vous lis), on devrait tous être à la messe et satisfaire à l'homélie du prêtre qui, citant l'évangile de Jean affirme à Saint Thomas : "il n'est pas nécessaire de voir pour croire"..... ok je sors ...
  2. Seeing - meteoblue

    Merci pour le compliment, c'est moi qui l'ai écrit. Par contre, même si ce n'est pas explicite (je vais y revenir), tout les éléments décrivant ce que l'on peut constater au travers d'un télescope sont contenus dans les formules de l'analyse des paramètres fondamentaux que sont l'isoplanétisme, le r0 et le temps de cohérence. Ces trois paramètres sont déduit de ce que l'on appelle le profil vertical d'indice atmosphérique que l'on voit apparaître dans certaines formules de ma page C²n(z) avec z l'altitude. A chaque altitude correspond une structure d'indice optique qui varie en fonction de la température, de la pression, de l'humidité et de la vitesse des vents. Or cette structure (que les pros analyse à l'aide de LIDAR par exemple, ou de ballons sondes), est variable dans le temps et dans l'espace selon des équations chaotiques. Il faut donc séparer l'aspect mesure instantané de l'aspect prédictif des modèles météorologiques. Les modèles de météoblue sont valables avec un indice de confiance donnés ce qui montre bien que l'on ne peut leur faire confiance en terme de temps qu'a terme court. La mesure instantanée est de fait compliquée parceque les valeurs au sol derrière un télescope sont le résultat de l'intégration de ce profil C²n(z) sur toutes les altitudes entre le sol et l'espace. Autant dire que la quantification des effets propres à chaque couche peut ne pas être représentatif de ce que l'on voit, la preuve en est que l'on peut avoir un fort jetstream laminaire, et des couches basses pourries, avec un seeing moyen correct par effet local de baisse de turbulence sur les couches basses. Tout est contenu dans ce C²n(z). Et chaque site a sa fonction propre..... La réponse est dans l'explication que donne @maire. Si le flux est laminaire avec des vitesses de vent élevées, les étoiles resterons stables pour les lieux ou il n'y aura pas de perturbations locales de type cisaillement ou des effets de relief. Je ne connais pas le modèle développé par météoblue et je ne suis pas physicien de l'atmosphère, mais cette contradiction apparente ne me paraît pas forcément abbérante. Ce qui me gène par contre en ce moment, c'es plutot l'aspect transparence du ciel...
  3. Seeing - meteoblue

    Excellente idée, sachant que le seul désavantage du DIMM est de monopoliser un télescope juste pour ça. Question précision, (et je ne fais pas de pub pour le coup) mais sur la page du "Cyclope" de chez Alcor system il y a un comparatif DIMM/Jitter de l'étoile polaire (le cyclope utilise ce jitter comme indicateur) et c'est très très convainquant. Je dois avoir ça quelque part, mais ca doit se retrouver Suis sur qu'en fouillant dans les publis que tu dois avoir sous le coude tu a ça aussi
  4. Seeing - meteoblue

    Je rebondi la dessus parceque ça existe au niveau amateur et ce n'est pas très difficile à mettre en place (j'en profite, je viens enfin de migrer l'un de mon site web) Déjà pour démêler les termes liés à la turbulence : https://www.btregon-astro.org/home/comprendre-la-turbulence/ Pour ce qui est des mesures, j'avais fait avec un copain des estimations sur site avec un DIMM modifié pour avoir simultanément l'indice de scintillation, le r0 et le temps de cohérence. https://www.btregon-astro.org/seeing-metre-amateur-mesurant-r0-temps-de-coherence-et-isoplanetisme-blismm/ Pour le temps de cohérence, j'ai un papier en route avec un pro pour valider l'analyse, mais pour la partie DIMM (pour ceux qui ne connaissent pas c'est un masque devant le télescope, avec deux trous dont l'un possède un prisme à angle faible. L'analyse du mouvement différentiel des deux spot au foyer permet de déduire les seeing courte pose, donc le r0 Ca existe en version commerciale (https://www.alcor-system.com/new/SeeingMon/DIMM_masks.html) mais c'est pas très compliqué de se le faire soi même. Pickering, c'est bien, mais c'est fortement dépendant du diamètre de l'instrument (plus la pupille est grande, et plus on aura de tavelures à r0 donné). La cotation en pickering est moins objective qu'une mesure quantitative.
  5. C'est du délire Muskien, pas les perspectives d'agences un peu sérieuses genre NASA et ESA (enfin j'espère). Il manque quelques générations d'évolution technologiques avant d'envisager ces colonisations (j'adore en SF les Moravecs de Dan simmons dans Iliyum/Olympos) ..... Pour m'autociter, le message de Hawking s de 2012 dont je parlais plus haut mais dont on doit trouver des versions non expurgées ailleurs sur le net : Alors, certes, son approche reste hypothétique et plutôt sur une voie de recherche d'une solution alternative de survie de l'humanité sachant que dans sa forme actuelle elle est de toute façon condamnée. Mais cette part d'optimisme constitue les fondements d'une solution où des impatients attendent la voie de Musk comme celle d'un messie (ce qui est completement débile....), ou simplement celle raisonnable, en tenant compte de tout les travers de la nature humaine, qui consiste à chercher encore et toujours, avec toute la patience des gens de bonne volonté, ce qui permettra à l'humanité de survivre. Tiens j'en rajoute une couche avec cette petite nana qui a du répondant outre atlantique :
  6. "Mal nommer les choses ajoute aux malheurs du monde" disait Albert Camus. L'innovation s'attache à la profitabilité à court terme, autrement dit ce qui induit le retour d'investissement de l'invention pour ceux qui y on mis des billes, sans envisager son développement moral (au sens de Kant) pour tous dans un soucis de bien pour l'humanité. Mais on rentre dans une approche systémique sortant du cadre de la démocratie au sens strict (le partage égalitaire en vue de favoriser le développement de tous). Ce n'est pas ici le lieu d'en débattre, mais si pour autant on accepte la notion de progrès comme ce qui favorise les chances de survie de l'espèce avec comme postulat de favoriser le bien de chacun, alors je souscrit au désir de progrès, plus que d'innovation....
  7. Ben personnellement c'est bien ce que j'espère ! Mais il s'agit d'acheter la prestation de service, pas le lanceur. En fait la Nasa à déjà fait le pas. Le programme Starship, si on veux être clair, est un programme SpaceX financé par la Nasa. Le business model de SpaceX passe par la prestation de service d'accès à l'espace au sens large. l'ESA peut très bien acheter des lancements chez SpaceX et il me semble qu'elle à déjà passé commande ne serais-ce que pour envoyer Pesquet lors du deuxième vol commercial vers l'ISS. La Nasa s'est déchargée de cette tâche de développement pour devenir client de SpaceX, en financant pour partie leur R&D. Je retrouve plus l'article ou j'avais lu ça (faut que je creuse, il me semble que c'était dans le Figaro, je ne suis pas qu'un horrible fonctionnaire gauchiste ) mais le business model est clair, une partie du financement de la société viens de Starlink, et l'autre des contrats de lancements souscrit auprès de clients, dont le principle reste la NASA. Question perspectives, toutes les hypothèses que tu as envisagés ont l'air d'être en route (bon c'est le wikipédia de Starship paragraphe Usages potentiels ) : "Dans toutes les applications spatiales, le Starship pourrait étendre considérablement les possibilités, simplement en supprimant les contraintes de taille et de masse. Alors que la conception d'engins spatiaux dépend actuellement de ces ceux paramètres, soit la capacité d'emport du lanceur et la taille de la coiffe, les limites de Starship sont beaucoup plus élevées : 9 m de diamètre pour plus de 100 tonnes de charge utile ; cette dernière est encore étendue par la possibilité de ravitaillement en orbite, soit la possibilité d'envoyer ces 100 tonnes de charge utile hors de l'orbite basse, quasiment n'importe où dans le système solaire135,136,137,138,139. La réutilisabilité du Starship devrait réduire les coûts de lancement et ainsi élargir l'accès à l'espace à davantage de charges utiles et d'entités140. Musk a prédit qu'un lancement orbital de Starship coûterait finalement un million de dollars. Le directeur de la recherche d'Eurospace (en), Pierre Lionnet, a toutefois déclaré que le prix de lancement du Starship serait probablement plus élevé en raison de son coût de développement138. Ainsi, l'ensemble des paramètres sur lesquels le Starship agit, la réduction du coût de lancement associée à l'augmentation radicale de la capacité d'emport, en masse comme en volume, devraient donc opérer un changement de paradigme dans le secteur spatial. La conception actuelle, qui est contrainte par les anciens paramètres, peut être modifiée. En particulier, la miniaturisation des composants, qui participe à l'augmentation des coûts des charges utiles, ne serait plus cruciale141,142,139,143,144. Un prototypage et un test en orbite avant renvoi sur Terre deviennent également envisageables142. De même, les ordinateurs très coûteux comme les RAD750 (processeur très fiable, radiorésistant et capable de supporter des températures allant de −55 °C à 125 °C) pourraient être remplacés par des ordinateurs grand public, beaucoup plus puissants et moins chers, certes beaucoup plus fragiles mais protégés par des équipements lourds (enceinte pressurisée, blindage contre les radiations, etc.). Certaines entreprises commencent à réfléchir au changement de paradigme créé par la disponibilité d'un tel lanceur. K2 Space envisage ainsi des plates-formes satellites lourdes (plusieurs tonnes) utilisant des composants non miniaturisés donc moins onéreux145,146 ; Gravitics, Vast et ThinkOrbital imaginent d'énormes stations spatiales modulaires (de huit mètres de diamètre et plus)147,148." Rien que le fait qu'un VLT a miroir monolithique rentre dans l'espace de charge utile du starship me laisse songeur.......
  8. Tu sais l'espace c'est grand, c'est inhospitalier, c'est difficile d'y aller, et en plus c'est pas intéressant, alors pourquoi y faire des trucs ? L'espace en tant que tel n'a rien a foutre d'être transformé en poubelle, il n'y a qu'une frange de l'humanité qui s'intéresse à ce qui se passe au dessus de leurs têtes (tiens ça me rappelle un film sur Netflix). Pour y faire quoi ? la nième photo de M42 mais sans turbulence ??? Ben pas pour moi, je préfère regarder pour comprendre plutôt que de contempler pour faire le bobo que je ne suis pas. Et question comprendre, il y a encore tellement de choses à faire, de questions a soulever y compris quand tu es un astronome non payé.... Si tu pense aussi que la démocratisation est un mal, ben je ne suis pas là pour te convaincre du contraire, mais je ne partage pas. La démocratisation des soins médicaux, de l'instruction et du savoir technologique ainsi que de la science à tout de même fait pas mal de bien à l'humanité depuis 300000 ans... Rien que ton espérance de vie en est la preuve. La démocratisation de l'espace est-elle un bien, je n'en sais rien, mais en tout état de cause, puisque tu en prend l'exemple avec l'automobile, la démocratisation du transport permet d'aller de Nice à Brest en 20heures, là ou il y a deux siècles cela prennait 1 mois. Tu t'en plaindrais ? De toute façon, bien au dela de ton existence, la mienne ou celle de l'humanité, Newton à toujours raison, les choses finissent toujours par retomber..... Tu t'es pas aperçu que tu en avais déjà dans ta poche ? Mais tu es un privilégié c'est vrai. Tu peux te permettre d'avoir un telephone même si je gage que tu fais partie des personnes qui ne s'en servent pas pour se vautrer devant tik tok Tu m'excusera aussi, mais même à ces tarifs là, j'ai pas les moyens...... Tu te pose en victime d'un système ou il faut remettre les dimensions en perspectives. Depuis tout petit, j'adore empiler des cubes (non Daniel ), alors remettons nous à jouer avec. Un homme c'est à la louche un demi mètre cube de volume. 7 milliards d'humains, c'est donc 3500 millions de mètre cubes. Si tu les empiles bien serrés, ça tiens dans un cube de 1km520 de coté. Le volume de l'atmosphère sur 100km tiens dans un cube de 3720km de coté (calcul facile à faire). En prenant la couche de l'orbite basse de 100km à 500km, le volume total ainsi défini tiens dans un cube de 6060km de coté. Si tu divise ces deux arêtes par 1000 pour comprendre ce que ca représente à une échelle humaine, l'arête du cube définissant le volume total de l'humanité fait 1 mètre 50, et l'arête du cube définissant le volume de l'orbite basse fait à peu de chose près la hauteur du kilimandjaro....... Les merdes individuelles que tu envisage ce serais quoi d'après toi ? 1m cube, soit un mm cube en réduisant l'échelle de ma maquette ? La notion de poubelle est conceptuelle et philosophique. Physiquement on est perdu dans un espace imensément vide, et l'on y représente, même en groupe, vraiment pas grand chose. La notion de progrès, d'impact sur le système complet est bien évidamment essentiel pour la survie de l'espèce, mais vu ce qu'elle représente en tant que tel, sa survie passe peut être elle aussi par l'espace. Et je précise, que je ne suis pas un émule de Musk, mais d'un discours d'Hawking en 2012 que l'on peut trouver sur le net et que j'ai encore entendu il y a peu.
  9. Erreur de manipulation en rédigeant ma réponse, désolé..... La suite va venir
  10. Pas vraiment, a moins que les tuiles aient été repeintes en blanc après le décollage :). Ce ne sont pas des tuiles, mais soit de l'isolant, soit les résidus de glace accumulées par les réservoirs cryo.... On voit souvent la même chose sur les vidéos de Falcon 9 après allumage du second étage. On ne voit q'une tuile manquante près du bord d'attaque de l'aileron inférieur à 3'53
  11. Pas assez rentable (aie pas la tête...). Par contre à 500$ le kilo en orbite basse (cible que j'avais lu il y a quelques années pour le starship) regardons les choses simplement. Un satellite de 200kg reviendrait à la louche à 100k euros. A 200kg, il y a de quoi caser un C14 voire plus avec centrale inertielle, propulseur d'altitudes, éléments de remote etc, etc, etc..... Pourquoi pas le premier télescope spatial amateur, voyant que le budget de certaines asso au sol dépasse largement ce montant. Je ne délire pas, Christian Buil avais envisagé ça sur une conf des RCE dans les années 2000...... Le bouzin est pas encore au point, mais vu la vitesse de progression, et les résultats obtenus (chapeau les ingés ! 10 mois entre le premier et le second test, 4 mois seulement entre le deuxième et le troisième tir) ça enfonce encore le clou dans le cerceuil d'Ariane Espace.... Les Chinois sont à la traine coté lanceur lourd (la longue marche 9 est prévue pour 2030). Il reviendront probablement avant les américains sur la Lune mais pas avec les moyens d'y établir une base.... Bref le pestacle reste interessant à suivre
  12. Entre 8 et 9 10 minutes avant de savoir
  13. Sauf erreur, je viens d'entendre que le transfert de carburant avais été complété.... Et la porte du dispenceur de cochonnerie est fermée. Gaffe @Alain MOREAU le bouzin arrive par chez toi...