Optrolight

Member
  • Content count

    685
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

608 Excellent

About Optrolight

  • Rank
    Active Member

Personal Information

Recent Profile Visitors

3076 profile views
  1. Le projet SPHERE

    Oui mais on perd en précision sur la détermination du vecteur de pente du front d'onde et bien sur en signal à bruit car la signal est dilué sur plus de pixel. Pour l'ELT, l'élongation des spots des étoiles laser est un vrai problème pour les performances et a demandé un travail conséquent aux équipes des instruments comme Harmoni.
  2. APS-C, 40 megapixels

    Oui ils font payer le prix fort. Quid de l'impact de l'inflation et de la pression des composants électroniques sur le prix?
  3. Le projet SPHERE

    Humm SHERE est sur UT3, il n'y a pas encore d'étoile laser Ca viendra avec Gravity+ Sinon j'ai demandé aàdes collègues justement comment était fermée la boucle d'optique adaptative sur Ganymède. Une sous pupille du wavefront sensors de SPHERE qui est un shack-hartmann fait 20 cm de la pupille d'un UT. Si on s'intéresse à la tache de diffraction dans cette sous pupille pour une longueur d'onde dans le visible 650nm par exemple on à une taille de 0,6 seconde d'arc environ avec un seeing parfait. Si on regarde la taille apparente de Ganymède on est vers les 1,6 arcsec. On voit donc que l'objet est résolut et cela aura pour conséquence un étalement de la tache dans chaque sous-pupille du WFS. Mais elle reste faible pour cette objet et donc l'optique adaptative va fonctionner. D'ailleur sur Sphère il n'y a pas le choix, on est en SCAO donc sur l'axe il n'y a pas de possibilité d'aller chercher une étoile dans le champs. La dessus, apparemment, l'idée dans chaque sous pupille n'est pas de faire un barycentre pour déterminer la pente du front d'onde mais de la déterminé par le contrast des cellules de convection. Puis par convolution on peut déterminer un barycentre et donc une pente de front d'onde. Ici on voit aussi que le rapport /signal sur bruit rentre en jeu. Bref le capteur à son importance pour avoir du contrast !!
  4. En gros on ne sait pas car réparé sur place à des avantages mais aussi des inconvénients et retourner au VAB permet de refaire le plein des batteries du système d'autodestruction mais allonge le délai ! bref more news coming soon !
  5. Teams Continue to Review Options for Next Attempt, Prepare to Replace Seal After standing down on the Artemis I launch attempt Saturday, Sept. 3 due to a hydrogen leak, teams have decided to replace the seal on an interface, called the quick disconnect, between the liquid hydrogen fuel feed line on the mobile launcher and the Space Launch System (SLS) rocket while at the launch pad. NASA’s Space Launch System (SLS) rocket with the Orion spacecraft aboard is seen atop a mobile launcher at Launch Pad 39B during preparations for launch, Friday, Sept. 2, 2022, at NASA’s Kennedy Space Center in Florida. Photo Credit: (NASA/Bill Ingalls) Performing the work at the pad requires technicians to set up an enclosure around the work area to protect the hardware from the weather and other environmental conditions, but enables engineers to test the repair under cryogenic, or supercold, conditions. Performing the work at the pad also allows teams to gather as much data as possible to understand the cause of the issue. Teams may return the rocket to the Vehicle Assembly Building (VAB) to perform additional work that does not require use of the cryogenic facilities available only at the pad. To meet the current requirement by the Eastern Range for the certification on the flight termination system, NASA would need to roll the rocket and spacecraft back to the VAB before the next launch attempt to reset the system’s batteries. Additionally, teams will also check plate coverings on other umbilical interfaces to ensure there are no leaks present at those locations. With seven main umbilical lines, each line may have multiple connection points.
  6. Le projet SPHERE

    Impressionnant ! Je suis curieux de voir sur quelle étoile ils ont fermé la boucle d'optique adaptative pour obtenir ces résultats.
  7. Sinon petit retour d'un astronome qui vient d'observer avec JWST sur des cibles exoplanètes. Il faut savoir déjà que le pointage du télescope prend une bonne vingtaine de minute. Cela occupe donc une grande part du temps d'observation accordé. L'apport de l'infrarouge et du moyen infrarouge semble être vraiment super. Un spectre du proche infrarouge au moyen infrarouge a pu être fait sur une exoplanète et c'est une première d'avoir tout ce spectre sur cet objet avec une résolution jusqu'à 3000. Le signal à bruit et donc les contrastes accessibles semble 2 fois mieux qu'attendu. Bref cela promet de la belle science sur les exoplanètes.
  8. On a le même problème en astro amateur pour cumuler les prises. Un petit logiciel fait cela très bien (WINJUPO).
  9. C'est très beau, très fin, très doux.
  10. Et le balcon revient :)

    Bravo impressionnant les détails, et la finesse. Je suis presque gêné par l'effet "corde" que cela produit sur les couches nuageuses de la planète. Pour la lune je n'ai pas en tête le process mais est il différent des planètes? En tout cas on se croit à bord d'une capsule en orbite.
  11. Malgré la java tu t'en tire bien. Bravo
  12. Bravo! splendide. Que de détails.
  13. Jupiter du 26 juillet au C11 Version 2

    oui bien mais c'est vrai qu'on aurait envi de réduire l'imae pour réduire l'aspect granuleux.