jean dijon

Une petite mars du 28 + question dérotation

Recommended Posts

Bonsoir,

 

une petite Mars de la semaine derniere T200mm + ASI224MC + ADC malgrés ses 9.7" elle est relativement haute et on voit encore pas mal de choses. Films de 240s traités AS3+ R6

Une petite question technique concernant la derotation de films video. Dans winjupos il faut faire une image de reference pour faire le calcul de la dérotation . Comment faut il faire pour selectioner rapidement dans registax par exemple les 1000 premieres images de la video pour faire l'image de reference ? Pour l'instant à part cocher une à une les images à conserver je n'ai pas trouvé de raccourcis pour faire cela. Y a t'il une astuce? Y a t'il un soft plus pratique?

Merci d'avance et bon ciel

 

jean

 

2018-11-28-Mars_bT200.jpg.0839ec067b8eef2d6938fc4ee5e86136.jpg

  • Like 3
  • Love 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Je n'ai la réponse à ta question, mais ce sont de bien belles images Martiennes ! ;)

Bon ciel

Vincent

Share this post


Link to post
Share on other sites

En traitement Planétaire , le logiciel le plus utilisé sans doute le meilleur est AutoStackkert

pour choisir xxx images dans Autostakkert :

 

- Ouvrir ton fichier vidéo

1.PNG

 

- Cliquer sur "Limit Frames"

2.PNG

 et choisir par exemple de 1 à 1000, tu peux choisir si tu veux de  5000 à 6000 par ex si tu

  veux ton image de référence  au milieu de ta vidéo

 

Tu traites ensuite , Analyse et Stack ,  puis traitement ultra léger dans Registax  avant de passer à Winjupos

 

* pour le reste merci de partager ces bonnes images

 

Bernard_Bayle

 

Edited by Bernard_Bayle
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu peux aussi utiliser SerPlayer , super pour visualiser tes videos en .Ser
plus plein d'outils dans ce soft .

Inutile de lancer le logiciel, il s'ouvre simplement en cliquant directement sur le fichier.ser

 

Télécharger la dernière version , choisir 32 ou 64b suivant ton Os , 32 ou 64b:
https://sites.google.com/site/astropipp/ser-player#downloads


- avec SerPlayer , j'ouvre le fichier à déroter ,

- en faisant  "fichier" , " Enregistrer Ser", coche ligne 2 "enregistrer les images  à partir de "

- si il y a par exemple  6000 images , je choisis  de : 2500 à 3500 de façon à être à peu pres du milieu du film

- je traite dans AS3 , tres peu d'ondelettes avec R6 , et cette image devient l'image de référence de "mesure d'images" de winjupos

 

Bernard_Bayle

Share this post


Link to post
Share on other sites

 bravo jean ^pour ces Mars ! :)

pour une vidéo de 240s , pas besoin de faire de dé-rotation  , je pense ! ;)

 polo

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

merci bernard pour les infos :) je vais essayer les 2 solutions.

Sinon oui polo tu as raison pour 240s ce n'est pas utile :) mais je veux retraiter mes films de namibie et comme j'en ai un paquet je ne veux pas que cela soit trop galere.

Je veux voir si il  y a un gain par rapport à AS3 je vous tiendrais au courant

Merci Sauveur et Blacksky pour vos commentaires :x

 

jean

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors merci pour la suite :)

Et félicitations pour ces belles images martiennes ;)

Comme Polo, je pense qu'il n'est pas utile de déroter un film de 240 sec.

Par contre, si tu as plusieurs films consécutifs, alors là sans doute que . . .

Bonne journée,

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Même réponse que Bernard pour l'image de référence, j'utilise le limite frame d'AS3, et stack à 100%

240 secondes sur Mars, pas de problème sans dérotation surtout à moins de 10 secondes d'arc maintenant :)

Pour cette planète la dérotation d'images reste plus utile, on a tellement de lumière que les vidéos ne sont jamais longues (sauf dans le bleu éventuellement)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By alstro
      Bonjour,
       
      Je cherche une solution pour passer automatiquement de bin1 à bin2 des séquences de 20 à 30 images fits monochromes. 
      Sauf erreur de ma part, Fitswork et Astrosurface ne le permettent pas. 
      Vous avez une idée please. 💡
      Merci par avance 
      Alain 
    • By BobSaintClar
      Vous êtes bien installé ?
      Bière, cigare à portée de main ?
       
      J'ouvre un fil dédié à une star-party thématique "Gros Dobsons et binoculaires géants" qui se déroule chaque Automne dans la préfécture d'Aichi, au Japon.
      Elle est peu connue dans le pays (ailleurs, n'en parlons pas) parce qu'elle est privée : on n'y vient que sur invitation. Et contrairement aux autres star-party nippones auxquelles j'ai pu participer, celle-ci n'a pas d'animations annexes, comme une loterie, des stands de marques (Takahashi, Pentax, Vixen...), des spectacles de chants ou de danse (souvent cosplay), etc : c'est de l'astronomie amateur à 100%, sans fioritures ! On expose son matos, on l'étiquette d'une page A4 aux informations préformatées, on arbore son nom et son éventuel surnom sur le revers de la chemise ou de la veste... c'est sérieux, très bien organisé et cependant, cela reste très détendu, bon enfant voire, par moments, potache : bref, une vraie réussite. Des star-party qui m'ont accueilli, celle-ci fut pour moi la plus agréable et la plus réussie. Ça vous semblera évident, à mesure que vous lirez ce compte-rendu
       
      D'abord, je vous donne quelques informations de base. Nous étions environs 120-150 participants, sur trois jours et deux nuits, posés quelque part dans les montagnes japonaises au nord-ouest du mont Fuji et logés dans ce que je qualifierai "d'hôtel astronomique" : un hôtel de montagne traditionnel, avec "onsen" (bains chauds) de type sauna, chambres tatamis/futons, restaurant... et T650 sous coupole en guise d'étage supérieur ! Une combo rare, c'est bien la première fois que je vois ça !
       
      Pour trois jours sur place, débutant avec le repas du soir, les trois du lendemain, le déjeuner du troisième jour, le logement, l'accès illimité au bain chaud et bien sûr, la participation à l'évènement lui-même, il m'en a coûté 12000 yens, soit environs 95 euros : c'est très peu, compte tenu de la qualité de la prestation. N'importe quel hôtel classique est bien plus cher.
       
       
      JOUR 1 : L'ACCUEIL
       
      Ouvrons l'album photo (vous pouvez ouvrir la plupart des images en page annexe, si vous voulez zoomer dedans) avec quelques vues prises à l'intérieur :
       
      "L'hôtel astronomique" :

      Nous sommes le matin, tôt, du deuxième jour : tout le monde est arrivé la veille au soir, sous une pluie battante, rien ou presque n'est encore installé sur les deux emplacements en terrasse (coté gauche de l'image). Le sol est trempé mais bonne nouvelle, la journée s'annonce ensoleillée et dès midi, l'herbe sera sèche. A droite, vous voyez l'hôtel et sa coupole. La commune d'Aichi en est propriétaire et s'en sert pour recevoir les clubs astro, les écoles ou les congressistes qui, le reste de l'année, souhaitent louer les services associés. Cerise sur le gâteau : comme il a plu à seaux les trois jours précédents, le ciel est d'une transparence cristalline. Les derniers écharpes de brume matinale dissipées, il sera pratiquement coronal !
       
      La salle de restaurant :

      Le repas du soir, simple et efficace. La quantité est limitée mais la soupe est "à volonté" (on peut se servir autant de fois que souhaité, y compris durant la nuit, ce qui est très agréable). Il en va de même du thé, du café et... du vin et de la bière ! J'avoue, j'en ai abus... profité
       
      Une chambre :

      Nous y avons dormi à quatre, pour une chambre de 10 tatamis : aucun soucis de place. Et personne, à part moi, ne pétait ni ne ronflait : trop bien !
       
      Un onsen :

      L'un des bains chauds mis à disposition par l'hôtel : il y en a un pour les gentlemen, un pour mesdames. Ceci dit, un rassemblement astronomique japonais réunit autant de dames qu'un vestiaire  de lutteurs sumo... n'empêche, sur les 150 participants, j'ai bien compté trois astronomettes, et deux autres jeunes femmes au rôle plus obscure (épouses ou filles d'astronome, je présume). Sinon, l'hôtel ne manquait pas de personnel féminin : pour le partage des tâches et des métiers, le Japon, c'est à peu près comme l'Europe au bas moyen-âge.
      Encore un coup de bol pour ma pomme : je suis un homme !
       
      Le hall :

      A peine franchie la porte d'entrée, l'endroit annonce la couleur : bordel, ils ont des Nikon 20x120 type III en guise de porte-manteau ? Pour les surprendre ou les impressionner avec mon matos, ça se présente mal... Bon, j'ai bricolé la monture avec mes poutres de chantier résiduelles, ça devrait suffire : la haute technologie française sera bien représentée.
       
      Des Vixen BT 30x125 :

      Dans une salle qui sert essentiellement de petite boutique astro-gadgets et d'exposition d'instruments, je trouve cette paire de Vixen 30x125 à oculaires fixes : elle n'est pas dehors et ne sera pas utilisée, sans regrets : j'en ai possédé une paire, elles ont beaucoup de fausses couleurs et un champs apparent trop limité. Et puis, j'avais trouvé leur contraste assez moyen (peut-être de la poussière, elles ne sont pas étanches).
       
      Un Newton transparent à tube fermé !

      Concept étonnant s'il en est ! Il sert à illustrer le fonctionnement d'un réflecteur, pour les visiteurs ou les écoliers (je ne vois pas d'autre explication). Notez le cache-lumière en face du porte-oculaire
       
      Kitakaru-san présente ses derniers travaux :

      Kitakaru-san, c'est le papa des oculaires Lavendura, assez populaires au Japon : j'en vois à tous les rassemblements auxquels je participe. Nous sommes le soir même de notre arrivée, il pleut encore à l'extérieur mais personne n'ira se coucher avant 22h : plusieurs intervenants vont se succéder, sur différents sujets tous liés à l'astronomie pratique.
       
      JOUR 2 : LE MATOS
       
      Non seulement la journée s'annonce belle mais en sus, nous sommes en automne : les forêts japonaises se parent de couleurs sympathiques, qui nous permettrons d'user nos binoculaires et nos rétines sur le spectacle de la nature lorsque les instruments seront montés !
       
      Vue de "derrière" l'hôtel, vers l'ouest.

       
      Tranquillou, les astrams commencent à s'installer :

       
      A la mi-journée, à peu près tout le monde aura monté son équipement. Coté statistiques, je dirais que nous avions : 20% de lunettes et télescopes classiques équipées de têtes binos, 15% de gros dobsons, 30% de paires de jumelles à visée droite de toutes tailles (de 23 à 120mm, précisément) et 35% de binoscopes (essentiellement des lunettes montées en parallèle, avec renvois coudés à deux miroirs de type "Matsumoto-san").
       
      En contrebas :

      L'emplacement en contrebas de celui photographié ci-avant : c'est là que j'installerai mes jumelles sur leur monture à balancier "de chantier". J'en suis persuadé : les japonais, avides de technologies de pointe et d'innovations audacieuses, seront si-dé-rés par la french touch !
       
      LE MATOS - LES DOBSONS
       
      A tout seigneur tout honneur : l'un des plus gros instrument du plateau se tapit à l'arrière d'un utilitaire aménagé pour son transport. Vous identifiez le truc ?

       
      Un petit coup de zoom sur le cartouche va vous aider :

      Nous avons donc un Télescope Dobson Obsession de 25 pouces - soit 635mm - à F/4, spécialement fabriqué pour Mr Yoshiro Koseki, qui me demandera de l'appeler simplement "K-san" soit "monsieur K" en cours de séjour. C'est classe, j'ai eu l'impression de causer avec Kroutchev.
       
      Interlude culturel n°1 : Il y a peu de gros Dobsons au Japon. Déjà, la très grande majorité des gens du cru sont des citadins (pour mémoire, l'agglomération de Tokyo réunit le tiers de la population de l'archipel... c'est juste dingue), dont le ciel nocturne est tout simplement immonde. Ensuite, 90% des astrams nippons sont des photographes, qui font peu de visuel (et dans ce cas, ils visent la Lune, le soleil et les planètes, cf première remarque). Enfin, il y a peu de fabricants locaux de gros télescopes (je ne connais que la marque Ninja, assez chère, qui proposait antérieurement des télescopes de Newton démontables jusqu'à 500mm de diamètre, mais se limite désormais à 320mm max) et surtout, il n'y a aucun commerce de "pousseur de verre" comme en France : tout miroir qui n'est pas "fait maison" doit être importé, de Chine ou plus traditionnellement, des États-Unis. Dans un pays qui place souvent l'artisanat au rang d'art à part entière, c'est étonnant... mais évident, dès lors qu'il n'y a pas de marché.
       
      Après l'interlude sur les pousseurs de verre, revenons à nos moutons... (vanne difficulté 6)
       
      La bête, une fois montée. 635 à F4, ça fait quand même 2 mètres 54 de focale. Échafaudage, escabeau ou échasses obligatoires !

      Ce dobson est piloté par un système "servo-cat" dont je ne sais pas grand-chose, sinon qu'il permet occasionnellement de faire un peu d'astrophoto. Mr K m'a montré une image de M42, prise en 6mn par séries de 30secondes, assez convaincante. Ceci dit, David, ma gueule, HaleBopp et Chris avions fait mieux avec le T600 du premier nommé au col de Restefond sur le même objet, il y a près de 20 ans et un APN aux performances qui sembleraient médiocres, de nos jours...
       
      Si vous avez l’œil, vous remarquerez à travers les tubes du serrurier notre prochaine "cible", un T520 court à base de jantes de vélo qui vaut le coup d'oeil, notamment en raison de son araignée plutôt inhabituelle.
       
      La bête dans son jus :

      Voici la cage de l'instrument : il propose une araignée à 5 branches (trois décentrées épaisses, deux parallèles plus minces qui supportent le secondaire) qui vient aussi renforcer le porte-oculaire. Tout ça doit être bien rigide, mais j'ignore l'influence du montage sur la tache de diffraction. Notez le panel d'interrupteurs électriques, qui contrôlent, euuuhh... des trucs variés. C'est tout expliqué sur le dos du porte-secondaire, je ne vais pas vous mâcher le boulot non plus !
       
      Le télescope monté :

      Toute la structure - sauf le fond de la boite à miroir - est en alu, l'ensemble doit être assez léger. Mais la galette de 520 fait forcément son poids ! Je crois me souvenir que le primaire est ouvert à 3,3.
       
      Dobson "Nebulite" de 500 à F3,6 :

      (à gauche, un C14)
      La marque "Nebulite", c'est le nom donné par le fabricant chinois des télescopes et miroir "Hubble Optics" en Europe et aux US (c'est aussi Sky-watcher, non ?) pour leurs gros dobsons semi-serruriers. Au Japon, un importateur les propose jusqu'au T600. Ici, c'est le modèle T500 à F3,6 et miroir en sandwich (voire ci-après). Je n'ai pas regardé dedans, je ne saurais vous dire ce que ça vaut à l'usage.
       

      Le propriétaire n'était pas peu fier de nous présenter la modification réalisée sur le système de double ressorts, qui fait varier la force de rappel en fonction de la hauteur d'observation. En revanche, il n'a rien dit du contrepoids que je vois pourtant bien, à gauche, comme un gros bouton d'acné paradant sur un visage parfait. Il y a encore le code-barre du prix de l'accessoire qui le maintient, ça sent le bricolage correctif de dernière minute... (je suis taquin)
       
      Gros plan sur la tranche du primaire en sandwich :

      (note : cette photographie concerne un autre télescope, mais on s'en bat les planétoïdes, c'est une image non contractuelle)
       

      Voici un T500 de marque Ninja, le fabricant japonais "historique" de dobsons au design si particulier qu'on les reconnaît au premier coup d’œil : le tube fermé se démonte en trois parties qui s’emboîtent et rentrent dans la monture (les deux bras du rocker) pour le transport. C'est bien fait, assez compact et très rigide, avec un ensemble isolé du vent, de la turbulence de l'observateur - en partie, du moins - et de la lumière. Aujourd'hui, seuls les modèles de 320mm peuvent être commandés. Selon l'année de production, la qualité peut varier car les fournisseurs de primaire ont changé : les plus vieux ont été taillés par le créateur de la marque, puis son successeur a passé commande chez Meade pour se fournir, désormais, en... Chine. Quand le 400 était encore commercialisé, en 2012 ou 2013, il était vendu environs 12.000 euros. Pour ce prix, vous êtes en droit d'avoir un bon miroir !
       
      Notez les autocollants apposés sur l'engin, je vais y revenir...
       
      Coté oppose au PO : noir c'est noir !

      A la place du proprio, j'aurais collé des stickers à catadioptres un peu partout, pas seulement sur l'embase : j'aurais bien trop peur qu'un étourdi - comme moi - vienne se cogner dessus en pleine nuit !
       
      Les références techniques du télescope sont précisées sur sa fiche :

      Le gros miroir à F4,5 ? A tous les coups c'est du Meade. Dans la dernière case est écrit : "Si tu touches à mon gros tube, crevure communiste, je jure de t'ouvrir le cul et de le fourrer de frelons asiatiques". Oui, le japonais aussi est primaire et mal poli.
       
      Les autocollants : kawaaaïïïïï !!

      Je ne saurais décrypter tous les messages transmis par cette collection, mais j'en reconnais quand même quelques-uns :
      - La rangée du haut, avec des minettes d'anime ou de spectacles virtuels genre Hastune Miku et leur slogan abscons "The universe, your moe(*) force to discover" sont vendus ici, en boutique. Je voulais en acheter, mais ladite boutique est resté fermée : dé-goû-té !
      - Le gros du milieu où l'on peut juste lire "Soboe" (nan, je ne lis pas le japonais) vient également de l'endroit. SOBOE, c'est le nom du rassemblement (sans doute celui du lieu lui-même).
      - Le rose "Tainai star-party 2012" réfère au rassemblement de Tainai, près de Nagano. Il a lieu tous les mois d'Août et c'est apparemment le plus gros du Japon. Je n'y suis jamais allé parce qu'en Août, généralement, je suis en France
      - Le vert bouteille avec une comète : reconnaissez-vous la silhouette de notre hôtel ? L'endroit est surnommé "star forest" par les locaux, mais j'ignore s'il s'agit d'une traduction libre ou stricte du mot d'origine.
      Pour les autres, je vous laisse deviner...
       
      (*) Interlude culturel n°2, le concept "Moe" : "The universe, your moe force to discover"... "moe" ? Qu'est-ce que c'est que ce charabia ? Pour (essayer vainement de) comprendre ce que signifie cet adjectif-clef de la culture locale, je vous renvoie à l'article Wikipedia qui lui est consacré...
      Vous avez lu ? Bien :
      Donc, en quelque sorte, l'astram japonais éprouve envers l'univers le sentiment quelque peu, euh... singulier, qui lie beaucoup d'adolescents et d'adultes nippons aux personnages d'anime féminins de type "Loli" (version raccourcie de "Lolita", référent au film du même nom, donc nous parlons de jeune filles à peine pubères. Vous êtes bien sur un forum d'astronomie, ne zappez pas) qui portent des oreilles de chat ou de panda, ont des têtes de (ou sont des) chatons (m'voyez Hello Kitty ?), des lunettes (ah, on parle enfin d'astro ?), des tenues de "maid" soit de soubrette anglaise (ah nan, toujours pas), les chaussettes (si si, fantasme des pieds, tout ça), les expressions mignonnes (si vous avez la moindre idée de ce que ça veut dire, n'hésitez pas à m'affranchir, j'ai soif d'apprendre), etc.
      Vous n'avez rien capté ? Ou pire, vous avez saisi ? Bienvenue au Japon, le pays de les gens qu'ils sont quand même parfois un peu très pas comme nous, les vrais humains.
       
      Allez, un gros plan pour la route :

      Vous noterez que ce n'est pas le même tube. J'en ai vu beaucoup, de ces autocollants perv... étranges.
       
      Pour celles et ceux qui sont toujours avec moe, poursuivons :
       
      Le concours de qui a la plus grosse boite à miroir, c'est lui qui va le gagner !

      Le montage du plus gros télescope du plateau débute : un T660 à F3, dont le primaire provient de chez Galaxy Optic (US). Notez le cache de la boite à miroir : il recouvre un trou de forme ovale... quant aux tubes du demi-serrurier, ils m'ont l'air de guingois. Non ?
       
      "VOUS N'ÊTES AUTORISE A ENVOYER QUE 25 FICHIERS" Ah okay, pfff, je vais scinder le fil en deux... nan, en trois, donc...
      A suivre
       
       
    • By patgav
      Bonjour
      J'ai besoin des compétences de pros. Mon APN me sort des vidéos au format MP4 (format qui n'est pas reconnu par les logiciels de traitement) j'ai essayé virtual dub (nada) , pazera il converti en AVI mais il n'est pas reconnu par AS3 et astrosurface etc...
      Une idée et une aide serait la bienvenue.
      Merci d'avance
      Patrice
       
    • By Alexandre EGON
      Bonjour tout le monde,
      J'ai un peu honte de lancer ce sujet après avoir posté cette même nébuleuse il y a quelques jours, et puis après 9 ans d'astrophoto je pensais être au point sur le traitement des images.. et bien pas du tout!
      Donc cette semaine j'ai cherché et trouvé des tutos pour les utilisateurs de Photoshop, sur la chaine YouTube de Valentin Cohas, et là ce fut une grosse claque dans ma g.....,
      Je n'ai visionné que deux vidéos mais je pense avoir compris les grandes lignes (masque d'étoiles, masques d'écrêtage, traitement des zones sélectives, intégration de la Luminance, mixage des couches..etc) quand je pense que toutes ces années je jouais uniquement sur la transparence des calques et sur les niveaux…!!! ça craint!
      L'apprentissage de ce soft est pointu et on peut, comme moi, facilement passer à côté de l'essentiel et pour une durée indéterminée.. par le passé j'ai trouvé quelques tutos en pdf et quelques vidéos mais j'avais du mal à intégrer les infos, tout me paraissait tellement compliqué..
      Alors voici le lien de ses tutos:
       
      https://www.youtube.com/channel/UCGbzEIotbXF6AHAorar8pbQ/videos?disable_polymer=1
       
      Et ma photo, (encore le Fantôme!) reprise à zéro. Bon c'est encore loin du résultat que je souhaite mais c'est beaucoup mieux, du coup je vais reprendre le traitement de quelques prises de cet été..  
       
      La première version et la dernière:


    • By Achaim
      salut , j ai cherché sur le net des araignées qui diffèrent du système avec 3 vis ect..ou de fait c est une cata totale , c est pas fin sa bouge trop ect.... je me demande donc si il y a des bricolos qui ont inventé un système fluide, qui donne autant de fluidité pour régler un secondaire qu un PO microfuser
       des fois je me dit qu un systeme de rotule avec serrage serait top , bref vous avez des billes..????
       
  • Images